Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans en prison

 | 
James A. Beckford
, 
Danièle Joly
, 
Farhad Khosrokhavar

Chapitre 1. Objectifs de la recherche et enquêtes de terrain

Texte intégral

I. Objectifs

  • 1 J. Beckford souhaite remercier chaleureusement le Leverhulme Trust pour son généreux soutien lors d (...)

1La recherche sur laquelle ce livre est basé est un prolongement des enquêtes que chacun d'entre nous menons séparément depuis de nombreuses années. Nous nous intéressons tous les trois aux failles des sociétés britannique et française. Nous sommes préoccupés par les inégalités et les injustices qui vont de paire avec les multiples divisions sociales, qu'il s'agisse de classe sociale, de race, d'ethnie ou de religion. Parmi nos centres d'intérêts communs, il y a également les tentatives positives faites par des groupes dans la société civile pour contester et combattre les inégalités et l'injustice. À ce propos, Danièle Joly et Farhad Khosrokhavar ont appliqué une méthode "interventionniste" qui consiste à ne pas étudier uniquement à distance des phénomènes sociaux qui posent problèmes : il s'agit d'intervenir dans la dynamique du conflit afin d'orienter les protagonistes vers une meilleure compréhension théorique de ce qui est en jeu dans celui-ci. Ils ont utilisé cette méthode interventionniste lors d'études portant sur des jeunes issus de groupes ethniques minoritaires en France et au Royaume-Uni, jeunes en rébellion et qui font parfois preuve de violence. Ces deux auteurs ont effectué de nombreux travaux de recherche portant sur des Musulmans dans des contextes très variés. Les minorités religieuses, parmi lesquels les Musulmans, sont également au centre de nombreux travaux de recherche réalisés par Jim Beckford en France et au Royaume-Uni. Il s'est notamment intéressé aux réactions des agences d'État face à l'évolution de la religion, plus particulièrement à l'augmentation de la diversité religieuse qui a fait suite à la migration à grande échelle vers la France et le Royaume-Uni, après 1945, de personnes provenant des anciennes colonies de ces pays. Les résultats du projet qu'il a mené avec Sophie Gilliat sur les relations entre l'Église anglicane et d'"autres croyances" dans les prisons et les hôpitaux constituent le point de départ de cette recherche (Beckford & Gilliat, 1996, 1998)1.

  • 2 Nous remercions le Conseil pour la recherche économique et sociale pour avoir financé notre projet (...)
  • 3 Les quatre composantes principales du Royaume Uni sont l'Ecosse, l'Irlande du Nord, le pays de Gall (...)

2L'objectif central de notre projet2 était de découvrir la façon dont sont traités les prisonniers Musulmans en France, en Angleterre et au pays de Galles3. Ayant pleinement conscience que le terme « Musulman » recouvre une catégorie complexe et variable, nous avons cherché à étudier de quelle manière cette catégorie était construite socialement et utilisée dans les prisons. Cette question présentait un double intérêt spécifique : le premier de ces aspects était de savoir dans quelle mesure les prisonniers construisaient leur propre identité en tant que Musulmans ; quant au deuxième, il s'agissait de découvrir si les prisonniers de confession Musulmane étaient la cible de certaines formes d'injustices et de discrimination en lien direct avec leur identité religieuse.

3Un autre objectif central était de comparer la France à l'Angleterre et au pays de Galles. La proximité géographique de la France et de l'Angleterre dissimule des différences essentielles entre leurs régimes politiques respectifs, leurs systèmes judiciaires et leurs histoires religieuses. Nous avons en particulier émis l'hypothèse selon laquelle la combinaison de ces caractéristiques politiques, judiciaires et religieuses devait probablement avoir un impact important sur le traitement des prisonniers Musulmans. C'est l'hypothèse de travail de la présente étude. Ce n'est pas la première fois que des sociologues essaient de mettre au jour les différences et les similitudes entre la France, l'Angleterre et le pays de Galles, mais la présente enquête est innovante dans la mesure où elle se concentre sur les questions de religion et d'ethnicité dans le contexte carcéral. Il s'agit d'une perspective entièrement neuve. Notre argumentation est la suivante : en raison de la croissance continue de la population de résidents Musulmans en Europe occidentale et dans les pays nordiques au début du vingt-et-unième siècle les responsables publics, les hommes politiques et les responsables religieux doivent répondre à toute une série de nouvelles questions. Ces questions concernent la capacité d'adaptation des règles carcérales, des régimes politiques et des personnels pénitentiaires face aux défis que représente l'accroissement du nombre de prisonniers de confession Musulmane. Les attitudes et les pratiques qui étaient enracinées dans une époque où très peu de détenus provenaient d'une confession autre que chrétienne sont dépassées, une adaptation étant nécessaire face à un environnement qui a évolué. Non seulement la question du traitement des détenus Musulmans représente une gageure pour les responsables politiques et les représentants de l'administration pénitentiaire, mais c'est également un sujet sensible. Nous étions conscients de cet aspect lorsque nous avons élaboré notre projet mais il est devenu encore plus palpable aux premières heures du vingt-et-unième siècle à la suite d'incidents très nombreux et d'allégations selon lesquelles des Musulmans auraient été impliqués dans le terrorisme international. Parmi d'autres raisons, nous sommes reconnaissants envers les prisonniers, les personnels pénitentiaires, les directeurs de prison et les religieux qui ont accepté de répondre à nos questions, nous ont accueillis et ont débattu avec nous des sujets de notre étude. Nous étions conscients que nos enquêtes constituaient une intrusion dans leurs conditions de vie et de travail mais en dépit de cela beaucoup de nos interlocuteurs nous ont répondu avec courtoisie en faisant montre de curiosité. Nous comprenons tout à fait les raisons pour lesquelles certains détenus ou gardiens de prison (principalement en France) ont préféré ne pas nous parler.

4Nous ne pourrons jamais dire à quel point nous sommes reconnaissants envers les trois chercheurs qui ont effectué la majeure partie des enquêtes. Muzammil Quraishi a travaillé à plein temps au sein de trois prisons britanniques sur une période de seize mois. Nikola Tietze a rassemblé des informations dans une des prisons françaises de notre étude. Quant à Moussa Khedimellah, il a épaulé Farhad Khosrokhavar lors de son enquête de terrain dans deux prisons françaises pour hommes et pour femmes. Ces chercheurs courageux, débrouillards et enthousiastes ont fait preuve d'un professionnalisme sans faille ainsi que de perspicacité intellectuelle.

5Avec l'aide de ces trois chercheurs nous avons été en mesure de mener des enquêtes parallèles en France, en Angleterre et au pays de Galles. Notre souhait était à l'origine de concentrer les enquêtes dans trois prisons pour hommes dans chacun des pays. Cela s'est avéré possible en Angleterre et au pays de Galles mais nous n'avons pu procéder à l'étude en profondeur que de deux prisons pour hommes en France. Bien que quatorze détenus aient accepté de nous parler, les autorités pénitentiaires se sont montrées peu disposées à autoriser de nouveaux entretiens poussés. Par ailleurs, des enquêtes ont été menées dans deux prisons pour femmes dans chacun des pays. Un nombre égal d'entretiens a été réalisé au sein des deux systèmes pénitentiaires, ce qui a rendu possible des comparaisons entre ces pays. Toutefois, comme nous l'expliquerons plus loin, les contextes culturels et structurels, qu'il s'agisse de la population Musulmane ou des prisons elles-mêmes, se sont avérés si différents par certains aspects qu'il n'a été possible d'effectuer des comparaisons entre les pays que dans les grandes lignes.

II. L’objet d’étude

6Nous avons choisi d'étudier le traitement des Musulmans dans les prisons de France, d'Angleterre et du pays de Galles non pas simplement parce que les résultats nous permettraient de comprendre les différences et les similitudes entre les établissements français et britanniques mais également parce que les prisons offrent une perspective importante et unique par rapport à des défis qui appellent un traitement urgent. Durant la deuxième moitié du vingtième siècle, on a pu constater une élévation régulière de la population carcérale dans de nombreux pays industriels avancés. Les taux de récidive suivaient le rythme de l'augmentation de la population des prisons. Les indicateurs relatifs à la surpopulation, aux désordres, aux suicides, à l'automutilation, à l'ennui, à la maladie et au racisme indiquaient tous l'existence de problèmes profonds et à long terme à la fois dans les prisons, dans les systèmes de justice criminelle qui alimentaient l'afflux de détenus et dans les sociétés qui étaient à l'origine d'un grand nombre de conduites criminelles et de peines d'emprisonnement. Il n'est alors pas étonnant de constater que ces problèmes aient été au cœur des débats qu'ils soient d'ordre politique, philosophique ou relatifs à la criminologie.

7Par conséquent, nous n'avons guère eu besoin d'autre prétexte pour justifier notre choix d'étudier les prisons. Toutefois, les raisons particulières qui nous ont poussé à effectuer ces recherches trouvent également leur source dans notre intérêt pour des problèmes plus généraux concernant l'appartenance ethnique, la "race", la religion, facteurs qui ont eu un impact sur des générations successives de migrants internationaux et de personnes qui se sont installées en France et au Royaume-Uni. A cet égard, les Musulmans étaient les personnes qui présentaient le plus d'intérêt pour nous. Cela était en partie dû au fait que les Musulmans constituent la deuxième plus importante communauté religieuse dans chacun des pays étudiés (cela est également vrai en Europe de l'Ouest) et en partie également en raison de la surreprésentation de cette communauté au sein des prisons. Le fait que les soit-disants extrémisme, fondamentalisme, intégrisme et terrorisme Islamiques dominent les gros titres des journaux depuis septembre 2001 est venu conforté notre certitude qu'il était plus que nécessaire de lancer de nouvelles enquêtes sur la question des détenus Musulmans.

8En outre, la décision de centrer notre recherche sur le traitement des Musulmans en prison émanait de la perception que l'établissement carcéral, en tant que tel, revêt une importance particulière – quoiqu'en grande partie ignorée – dans les études relatives à l'immigration et à l'implantation des populations. Pourquoi ? Les prisons, en particulier les établissements fermés, contraignent des individus issus de milieux fondamentalement différents à vivre en promiscuité les uns avec les autres. Bien évidemment, les prisonniers choisissent dans une certaine mesure les codétenus avec lesquels ils interagissent le plus fréquemment. Toutefois n'oublions pas que – du moins en termes formels – les gardiens de prison et les autres catégories de personnel contrôlent ces interactions et ont par conséquent la capacité de créer des regroupements inhabituels et non désirés en cellule, sur les paliers, dans les pavillons, dans les ateliers et les classes et durant les activités communes ou récréatives. Bref, les prisons constituent peut-être les établissements de la sphère publique où la ségrégation est la plus restreinte dans le sens où des prisonniers, particulièrement ceux qui purgent des peines de courte durée, peuvent être forcés de se mélanger quotidiennement et durant de nombreuses heures avec des codétenus, des gardiens de prison et des personnes issues d'autres catégories de personnel avec lesquels ils partagent très peu de points communs pour ce qui est de la culture ou de la religion. En revanche, des études menées dans des écoles, des associations de bénévoles et dans les zones résidentielles nous fournissent la preuve de la rapidité avec laquelle les communautés ethniques et ethno-religieuses de minorité ont cherché à s'isoler des autres. Cela est beaucoup plus difficile – sans être impossible, loin de là – dans les prisons. En conséquence, les recherches sur des détenus Musulmans nous ont offert la possibilité d'étudier la dynamique des relations interethniques et interreligieuses dans des circonstances qui étaient peu susceptibles de favoriser des niveaux élevés de ségrégation entre les communautés.

9Pour terminer, comme nous l'expliquerons de manière plus approfondie dans le prochain chapitre, notre curiosité concernant le traitement des prisonniers Musulmans trouve également son origine dans des discussions théoriques et des débats politiques portant sur les mérites respectifs de différentes stratégies visant à limiter au maximum soit les dommages infligés aux minorités par le racisme, soit les discriminations basées sur l'appartenance ethnique. Les deux principales stratégies sont, d'une part, le multiculturalisme et, d'autre part, des politiques d'égalité des droits pour tous les individus. De ce point de vue, la question des prisonniers Musulmans était idéale parce qu'elle nous permettait de comparer le système français qui favorise l'égalité des droits de tous les citoyens de la République indépendamment de leur appartenance ethnique ou de leur religion, au système britannique qui a tendance à favoriser la protection des minorités comme élément d'une stratégie ayant pour but de les intégrer dans une communauté des communautés.

III. Enquêtes de terrain

10Lors de l'élaboration du projet, nous avions envisagé d'employer deux chercheurs à temps plein, l'un menant des recherches de terrain dans les prisons britanniques et l'autre au sein des prisons françaises. Cependant, nos investigations initiales nous ont convaincus que, plutôt que d'essayer de recruter un chercheur britannique qui s'installerait pour la durée du projet, il serait souhaitable et nécessaire de travailler en collaboration avec un certain nombre de chercheurs français. Cette décision s'est rapidement montrée judicieuse : en effet, l'équipe française, située au Centre d'Analyse et d'Intervention Sociologique (CADIS) de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, à Paris, possédait déjà une vaste expérience concernant la recherche sur les Musulmans en France. Par ailleurs, le directeur du CADIS, Michel Wieviorka, a obtenu, en quelques semaines seulement, auprès du ministre de la Justice, les autorisations nécessaires à nos recherches. En outre, le ministre s'est montré vivement intéressé par les résultats de notre étude.

A. La France

11En dépit du soutien enthousiaste du ministre de la Justice, des problèmes ont rapidement émergé avec des responsables dans deux prisons françaises. Dans la première (qui aurait pu constituer un quatrième site de recherche), des stratagèmes administratifs ont été employés pour nous en interdire l'accès : le délai d'attente était déraisonnable, ce qui équivalait à un refus de nous laisser pénétrer dans la prison. Dans la seconde, il nous a fallu attendre des mois avant d'obtenir la permission d'entrer dans la prison. Nous avons par conséquent dû nous contenter de trois prisons et abandonner notre projet d'effectuer une enquête de terrain dans un important établissement pénitentiaire parisien qui aurait pu être avantageusement substitué à l'une des trois autres prisons.

1. La Prison A

12Dans cette prison, construite dans les années 70, d'importants travaux de réfection étaient en cours en 2001. Elle se situe à moins d'une heure de trajet de Paris. Le problème principal qu'elle pose – en dehors d'importantes nuisances sonores – concerne moins sa structure physique que les restrictions dont sont victimes les détenus Musulmans. Il n'y a aucun imam et aucun empressement pour en recruter un. Les Musulmans se trouvent dans l'impossibilité de mener une vie religieuse normale ; en outre, on note de la part des membres du personnel un haut degré de défiance vis-à-vis de tout rituel Islamique.

13La prison avait par le passé connu des problèmes avec les "fondamentalistes" Musulmans : en l'absence de prière collective, quelques détenus s'étaient mis à crier aux fenêtres ou à passer un appel pré-enregistré à la prière, motifs pour lesquels ils avaient été placés en cellule d'isolement. C'est probablement l'une des raisons pour lesquelles les directeurs de ces établissements étaient peu disposés à nous autoriser à mener des enquêtes de terrain au sein de leur prison.

14La capacité théorique de la Prison A est de 503 places, dont 56 pour des femmes et 16 pour de jeunes délinquants. Cependant, en novembre 2001, on comptabilisait 791 détenus, ce qui représentait 57 % de plus que la capacité prévue. Le nombre de ressortissants étrangers s'élevait à 20 % du total, la plupart d'entre eux provenant d'Afrique du Nord ou d'Afrique noire et plus de la moitié étant de confession Musulmane. Durant les dix premières années de fonctionnement de la prison la proportion de prisonniers étrangers était de 15 %.

15Selon les données statistiques de 1999, la répartition des prisonniers par tranche d'âge était la suivante :

16Moins de 16 ans : 0,4 %

17Entre 16 et 18 ans : 2 %

18Entre 18 et 25 ans : 30 %

19Entre 25 et 40 ans : 53 %

20Entre 40 et 60 ans : 12 %

21Entre 60 et 70 ans : 0,8 %

22Plus de 70 ans : 1 % Une évolution importante a eu lieu en ce qui concerne les catégories des prisonniers détenus au sein de la Prison A : alors qu'entre 1980 et 1990, 60 % des prisonniers étaient en détention préventive, en 1999 ils n'étaient plus que 47.5 % à relever de cette catégorie. Pour ce qui est de la durée des peines, il n'y a pas eu d'évolution notable entre 1989 et 1999. Voici la répartition des délits pour ces dernières années :

23Vol qualifié : 41 %

24Délits liés aux stupéfiants : 22 %

25Autres types de vol : 13 %

26Délits financiers : 7 %

27Infractions liées aux lois sur l'immigration : 7 % Agression sexuelle : 7 % Meurtre : 3 %

28Durant les dix dernières années du vingtième siècle, le nombre de prisonniers purgeant des peines liées à des délits concernant les stupéfiants ou les lois sur l'immigration a augmenté constamment. Le nombre de suicides est passé de 1 en 1990 à 3 en 1999, tandis que les cas d'automutilation (entre 40 et 50 par an) sont restés plus ou moins stables. Le nombre d'affections relevant de la psychiatrie parmi les prisonniers est un problème significatif pour la Prison A. Ce phénomène est étroitement lié à la dépendance aux stupéfiants et concerne approximativement 51 % des prisonniers. Ce taux est de 21 % plus élevé que la moyenne nationale constatée au sein de la population carcérale. Il n'est par conséquent guère étonnant que 31 % des prisonniers aient par le passé consulté un psychiatre ; 50 % d'entre eux avaient par ailleurs déjà été admis au moins une fois dans un hôpital psychiatrique et 16 % avaient fait une tentative de suicide.

29Les fidèles Musulmans présents aux prières du vendredi lors d'une semaine de novembre 2001 avaient une moyenne d'âge de 30 ans, ce qui correspond à peu près à la moyenne d'âge constatée dans la Prison A ; cependant, la proportion de ressortissants étrangers parmi ces fidèles (43 %) était plus de deux fois plus élevés que le taux d'étrangers parmi la population carcérale globale de cet établissement. 45 % d'entre eux avaient été condamnés pour des délits liés à la drogue, 21 % pour vol, 17 % pour agression sexuelle, 7 % pour meurtre, 7 % pour séjour illégal et 3 % pour proxénétisme.

2. La Prison B

30La conception de cette prison, située approximativement à 160 km de Paris, est basée sur le modèle panoptique du 19ème siècle, avec une tour centrale et plusieurs ailes rayonnant autour d'elle. Avec l'arrivée des ordinateurs, le personnel de sécurité qui travaille au centre de cette structure en étoile effectue la surveillance des différentes ailes sur des écrans. Il existe des couloirs séparés pour les jeunes délinquants, les femmes et les prisonniers vulnérables, parmi lesquels les délinquants sexuels.

31Le trajet vers la prison depuis la ville la plus proche prend environ quinze minutes en voiture. Néanmoins, pour beaucoup de visiteurs l'accès en est difficile car il n'existe aucun service direct d'autobus entre la ville et la prison.

32L'état de ce bâtiment, construit en 1906, est déplorable. Il est entièrement délabré et les cellules ne disposent d'aucune installation sanitaire moderne et sont simplement équipées de ce que les français appellent des "toilettes à la turque" – c'est-à-dire un trou dans le sol – qu'un simple rideau sépare du reste de la cellule. Dans de nombreux secteurs du bâtiment, d'importants travaux de réfection ont été suspendus en raison du projet de reconstruction de la prison dans un avenir plus ou moins proche. Or cette nouvelle prison ne verra pas le jour dans les toutes prochaines années. Dans l'intervalle, les détenus doivent par conséquent se contenter d'un faible niveau d'entretien des bâtiments. Facteur aggravant à cette situation : le problème de la surpopulation était déjà aigu en 2001-2002 et l'année suivante le nombre de détenus a encore augmenté de plus de 10 %.

33Le bâtiment tout entier nécessite des investissements lourds afin de répondre aux exigences minimales de sécurité et d'hygiène. Le niveau sonore est incroyablement élevé dans la prison en raison des lourdes portes métalliques. Les prisonniers se plaignent amèrement au sujet du manque de normes minimales d'hygiène, en particulier des douches et des toilettes pour les Musulmans. Les problèmes d'approvisionnement en eau et le manque de douches suffisantes ont pour conséquence que les détenus n'ont droit qu'à un maximum de trois douches par semaine. Le principal lieu de culte est également dans un état déplorable. La salle servant aux consultations psychiatriques se situe dans un endroit lugubre du rez-de-chaussée. La cuisine de la prison pose également un problème important car elle est située loin de certaines cellules. Selon son responsable, la température des aliments chute de 16 degrés avant d'atteindre les cellules. En outre, le bâtiment est si vieux et non-conforme aux normes sanitaires que le chef cuisinier a cessé de préparer des desserts dans la cuisine. Ils sont dorénavant achetés dans le commerce puis servis dans des pots.

34L'atmosphère générale de la prison est déprimante. Non seulement les prisonniers mais également les officiers de prison présentent des signes de dépression. Le directeur et son personnel sont logés dans une partie moderne rattachée à la vieille prison. Cette partie de l'établissement est en meilleur état, avec suffisamment de luminosité et moins de problèmes sanitaires.

35En mars 2001 la Prison B accueillait 724 prisonniers, parmi lesquels 67 femmes et 17 jeunes délinquants. Le taux d'occupation était de 151 % de la capacité théorique d'accueil de la prison. Les prisonniers condamnés représentaient 53 % de la population totale et purgeaient des peines d'une durée moyenne de trois mois et demi. Les ressortissants étrangers provenant pour la plupart d'Afrique du Nord ou d'Afrique noire représentaient 19.3 % de l'ensemble des prisonniers.

36Les condamnations relevaient, entre autres, des délits suivants : 47 % pour vol, 20 % pour délit lié aux stupéfiants, 7 % pour agression sexuelle, 6 % pour défaut de visa, 6 % pour délit financier et 2 % pour meurtre.

37Les fidèles présents aux prières du vendredi durant une semaine de novembre 2001 – 43 % d'entre eux étant des étrangers – avaient une moyenne d'âge de 30 ans. La plupart d'entre eux – 83 % – étaient en préventive. Les délits dont ils étaient accusés ou pour lesquels ils avaient été condamnés étaient les suivants : 45 % pour drogue, 21 % pour vol, 17 % pour agression sexuelle, 7 % pour meurtre, 7 % pour résidence illégale et 3 % pour proxénétisme.

3. Le quartier des femmes de la Prison B

38Le quartier des femmes de la Prison B est relativement en bon état. Elles sont bien moins nombreuses que les hommes et jouissent de services et de conditions de vie meilleures que leurs homologues masculins. Les jeunes délinquantes représentaient 2 % de la population féminine alors que le taux de détenues à "haut risque" (principalement des séparatistes basques) s'élevait à 8 % du total. 21 % des détenues purgeaient une peine inférieure à un an, 13 % une peine supérieure à un an et 27 % d'entre elles étaient dans l'attente soit de leur procès, soit de leur jugement.

39La part des étrangers au sein de la prison, étrangers issus de 51 pays différents, s'élevait à 63 % avec seulement 5 % de détenus en provenance d'Afrique du Nord. Par opposition, les prisonniers masculins d'origine nord-africaine de la Prison A représentaient 48 % de la totalité des prisonniers étrangers de cette prison. Par ailleurs, la proportion de détenues de confession Musulmane parmi les étrangères est largement inférieure à celle relevée chez les hommes. Les deux caractéristiques les plus frappantes concernant les étrangères dans le quartier des femmes sont d'une part le nombre élevé de noires-africaines qui représentent environ 14 % des étrangères et d'autre part le nombre assez élevé de détenues issues de plusieurs pays européens. L'Espagne est le pays le plus représenté avec 19 détenues, probablement en raison de la présence de séparatistes basques. La Roumanie quant à elle arrive en deuxième place.

40Les femmes sont non seulement largement minoritaires au sein de la population carcérale française (seulement 3,5 % de la totalité des prisonniers en juillet 2001), mais en plus leurs origines nationales et la structure de leurs délits diffèrent également de ce que l'on constate chez les prisonniers masculins. La confession Musulmane, surreprésentée chez les hommes, est minoritaire chez les femmes. Les délits les plus fréquents contrastent également par rapport à ceux des hommes. Les délits liés à la drogue s'élèvent à 32 % des cas, le vol aggravé et le vol en représente 23 %, le terrorisme 8 % (principalement le terrorisme basque pour ce cas précis), les délits liés à la violation des lois sur l'immigration également 8 %, le meurtre 7 %, le proxénétisme 6% et l'homicide sur mineurs 1 %. Ainsi, les femmes sont 50 % plus nombreuses que les hommes à avoir été condamnées pour des délits sur les stupéfiants mais sont moitié moins nombreuses à l'avoir été pour vol.

4. La Prison C

41La Prison C est l'une des plus grandes d'Europe. Elle a été construite dans les années 70 sur un modèle reposant sur sept blocs séparés appelés "tripales". Chacun de ces blocs, en plus des bâtiments séparés abritant un centre de santé, le quartier des jeunes délinquants et celui des femmes, est placé sous l'autorité d'un directeur adjoint. Les distances entre chaque bâtiment sont très importantes. Bien que la prison n'ait qu'une trentaine d'années, les bâtiments semblent être en mauvais état. Même si elle est bien plus récente que la Prison B, elle reste très éloignée des normes d'une prison décente. A titre d'exemple, il y a également un problème avec les douches, et beaucoup de Musulmans se sont plaints avec insistance auprès de nous de ne pas pouvoir prendre une douche quotidienne. Ils ont droit à une moyenne de trois douches par semaine.

42Les différentes cellules ne sont pas aussi modernes que ce que l'on pourrait attendre d'un bâtiment des années 70, mais elles semblent acceptables et les détenus ne se sont pas plaints à propos des toilettes. Ils ont droit à une promenade quotidienne et leurs conditions de vie sont bien meilleures que celles de leurs homologues de la Prison B.

43Etant donné que la Prison C est composée d'un grand nombre de bâtiments, les directeurs adjoints ont la possibilité de déplacer les prisonniers de l'un à l'autre. Par exemple, des perturbateurs peuvent être transférés vers une unité différente, l'une d'entre elles étant particulièrement prévue pour accueillir des prisonniers difficiles. Les gardiens utilisent fréquemment leur téléphone portable afin de conserver la trace des détenus dans un univers carcéral aussi complexe. On dénombrait plus de 5000 détenus au sein de la Prison C à la suite d'une augmentation de 20 % au cours des deux dernières années.

5. Les conditions de réalisation du travail de terrain

44En France, contrairement aux apparences, un accord conclu avec le sommet de la hiérarchie (en l'occurrence le ministre de la Justice ou Garde des Sceaux), ne garantit pas automatiquement l'accès aux prisons. Il est nécessaire de passer par l'entremise d'une organisation intermédiaire (l'Administration pénitentiaire), de façon officieuse, afin d'avoir accès aux prisons sensibles. Même dans ce cas de figure, des directeurs de prison réticents peuvent opposer leur veto aux chercheurs souhaitant pénétrer dans "leur" prison. Ceci s'est produit pour l'une d'entre elles et a duré pendant environ cinq mois. Dans un autre cas, le chercheur a dû convaincre le directeur qu'il était laïc avant d'être autorisé à entrer. Sur la totalité des établissements, il n'y a eu qu'une prison française dans laquelle les chercheurs ont été les bienvenus. L'attitude de son directeur y fut pour beaucoup : il s'est avéré être d'une grande ouverture d'esprit et moins méfiant au sujet des questions religieuses (en particulier celles ayant trait à l'Islam) que ses homologues dans les autres prisons.

  • 4 Voir Le Caisne (2000) pour davantage de précisions concernant les difficultés méthodologiques et ét (...)

45La situation française s'est avérée diamétralement opposée à celle observée en Grande-Bretagne. Les aumôniers chrétiens n'ont joué aucun rôle pour faciliter nos travaux, et les chercheurs ont dû se passer de leur soutien. Par ailleurs, deux des chercheurs masculins étant Musulmans, cela aurait dû en théorie renforcer la légitimité de leur travail aux yeux des détenus de cette confession. Cependant, paradoxalement, certains d'entre eux ont fait part de soupçons concernant les "véritables" intentions des chercheurs et leur identité ; certains ont été jusqu'à les accuser d'être des agents secrets à la solde des services de sécurité4.

  • 5 En 2000, Dominique Vasseur (2000), médecin à la prison de La Santé située à Paris a écrit un livre (...)

46Approcher des détenus Musulmans n'a pas été simple, loin s'en faut. Pour commencer, il n'existe en France aucune statistique officielle disponible sur les phénomènes ethniques et religieux ; qui plus est, la loi interdit à quiconque de recueillir des renseignements à ce sujet. Les Musulmans eux-mêmes se sont révélés méfiants et beaucoup d'entre eux ont eu des difficultés à comprendre la nature de notre enquête. Certains Musulmans radicaux n'ont pas apprécié notre présence et ont refusé de nous parler : ils nous suspectaient d'appartenir aux services secrets français ou encore au Mossad israélien. D'autres ont refusé de s'exprimer parce qu'ils n'en avaient guère le temps : ils devaient travailler pour gagner leur vie en prison ou bien se rendre en cours. Dans d'autres cas, ils ne souhaitaient ni parler d'eux-mêmes ni de leurs déboires parce que ces expériences étaient trop douloureuses. Dernier point et non des moindres, les autorités pénitentiaires n'ont pas toujours accueilli chaleureusement notre présence. Leurs inquiétudes portaient d'une part sur notre interprétation de la religion (aucun des chercheurs n'était français par naissance) et d'autre part sur l'éventualité que notre rapport sur la situation des prisons5 ne soit trop "critique".

  • 6 Ce terme n'a pas d'équivalent dans la langue anglaise. Il correspond à une attitude de la Républiqu (...)

47Afin de persuader des détenus de participer à nos entretiens, nous avons dû mobiliser diverses approches. Dans un cas, l'imam nous a aidé en parlant aux détenus et en facilitant notre approche par le biais de réunions avec certains d'entre eux. Dans un autre cas, nous avons pu obtenir la liste de détenus participant aux prières collectives auprès de gardiens conciliants sous la responsabilité desquels ces rassemblements avaient lieu ; dans un autre cas, il aurait été bien plus difficile d'obtenir ce document. En outre, le directeur de cette prison en particulier avait accueilli notre enquête d'un bon œil. En revanche, l'imam de cette même prison était peu disposé à coopérer avec nous et c'est seulement à la fin qu'il a accepté de nous aider mais jusqu'à un certain point seulement. Dans la troisième prison, le directeur était au début opposé à notre recherche sur des Musulmans parce qu'il craignait que nous n'ayons des préjugés contre la position officielle de'laïcité'6. Néanmoins, accord de principe pour notre recherche bien que faisant montre d'une certaine réticence. Le protocole sur lequel nous sommes tombés d'accord fut le suivant : nous avons adressé une lettre ouverte aux détenus Musulmans expliquant l'objectif de notre recherche et nous leur avons demandé de nous faire savoir – par le biais d'une lettre aux responsables – s'ils consentaient à nous accorder un entretien. Nous avons reçu quatorze réponses positives, comme nous l'avons précisé précédemment, et nous avons donc par la suite réalisé le même nombre d'entretiens. Afin d'éviter de heurter les susceptibilités religieuses, la lettre envoyée aux prisonniers faisait état de leur "pratique religieuse" sans référence explicite à l'"Islam".

48Les conditions d'entrée dans les prisons au jour le jour ont dépendu des règles régissant chaque établissement. À cet égard également, les modalités variaient d'une prison à l'autre. Dans la Prison A, nos quatorze entretiens ont été bouclés en une semaine. Les responsables connaissaient déjà la chercheuse, Nikola Tietze, car elle avait participé précédemment à d'autres travaux universitaires dans cette prison en collaboration avec les autorités judiciaires. Dans la Prison B, nous avons reçu l'appui du directeur, et dans l'ensemble, en dehors d'un épisode où les gardiens se sont mis en grève, accéder à la prison ne posa aucun problème. Une fois dans les murs, la difficulté consistait à trouver des gardiens qui consentiraient à appeler les prisonniers, ce qui nécessitait parfois de nombreux appels téléphoniques pour les localiser. A de nombreuses reprises, il fut difficile de repérer l'endroit où se trouvaient les prisonniers car ils étaient en classe (certains suivaient des cours dans différentes matières), ou bien à l'hôpital de la prison, dans le gymnase ou encore en route vers l'un de ces endroits. Ce fut une difficulté récurrente dans toutes les prisons. Elle a accaparé une grande partie de notre temps. Parfois, les détenus n'étaient pas disponibles du tout si, par exemple, ils ne pouvaient pas quitter leur classe ou d'autres activités.

49Un autre problème consistait à trouver un moment approprié pour les rencontrer : en effet, alors que l'un était en train de se reposer, les autres pouvaient se trouver à l'hôpital ou encore dans quelque autre lieu. Etant donné que dans certains cas il fallait passer de nombreux appels téléphoniques, certains gardiens se montraient plus coopératifs que d'autres. Difficulté supplémentaire, il s'agissait de trouver un parloir où nous pourrions mener les entretiens. Dans la Prison C, l'une des plus grandes de France, nous avons obtenu ce dont nous avions besoin grâce aux bons offices d'une personne haut placée hiérarchiquement et qui nous a procuré une autorisation valable un an. Ceci nous a permis de nous rendre à la prison chaque fois que nous le souhaitions sans avoir besoin de donner une justification. Toutefois, dans la mesure où cette prison était divisée en un grand nombre de prisons secondaires indépendantes, nous avons dû demander la permission afin de visiter chacune d'elles. Nous avons obtenu cette autorisation grâce à la coopération de la même personne, d'origine nord-africaine et qui, dans une certaine mesure comprenait mieux le cas "spécifique" des détenus nord-africains dont presque tous étaient Musulmans. Dans la Prison C la difficulté tenait au fait que les prisons secondaires étaient toutes différentes les unes des autres et les personnels n'étaient pas toujours disposés de façon égale à nous aider. C'était également dans cette prison que certains gardiens nous ont éconduits pour divers motifs ; nous avons alors fait appel à notre contact bienveillant d'origine nord-africaine afin qu'il résolve ce problème.

50Chaque prison a traité nos requêtes de façon différente. Dans seulement l'une d'entre elles, où le directeur était favorable à nos travaux, nous avons été autorisés à enregistrer les entretiens sur bande magnétique. Ceci nous fut interdit dans les deux autres établissements. La raison formelle invoquée pour ce refus était que, étant donné que certains détenus étaient toujours en attente de leur procès ou de leur jugement, il existait un risque que ces entretiens enregistrés soient utilisés soit à leur bénéfice soit à leur désavantage.

51Nous n'avons pu participer à aucune manifestation religieuse importante comme l'Aïd el-Kebir ou encore les prières collectives du vendredi soit parce que ces prières n'avaient pas lieu – c'était le cas dans deux des trois prisons – soit parce que ces fêtes religieuses n'étaient pas organisées de manière officielle. En outre, l'imam de l'établissement où ces prières avaient effectivement lieu ne souhaitait pas que nous y participions. Dans quelques-unes des prisons secondaires de l'établissement pénitentiaire C, nous avons eu accès à un tableau d'affichage comportant les noms des détenus ; nous avons par conséquent pu identifier les noms Musulmans. En outre, les gardiens nous ont suggéré les noms de quelques détenus pouvant représenter un intérêt pour nos travaux.

52Avoir accès aux prisonniers Musulmans ne signifiait pas pour autant la fin de nos soucis. Encore nous fallait-il justifier notre recherche auprès d'eux et cela pouvait prendre en fonction des prisonniers de quelques minutes à une demi-heure. À de nombreuses reprises, les détenus n'ont pas souhaité répondre à nos questions et certains ont même refusé de venir au parloir. Il existait une certaine forme de communication entre les prisonniers à ce sujet. Dans une des sections de la Prison B, par exemple, après des entretiens avec quelques prisonniers, nous avons eu des difficultés à entrer en contact avec les autres car ils refusaient systématiquement de nous parler. Dans une portion de l'établissement en particulier, nous avons essuyé des refus durant une journée entière, ce qui nous a contraint à abandonner nos projets d'entretien pour cette zone. Le "téléphone arabe" entre les détenus nous profitait parfois ou au contraire nous desservait.

53Après le 11 septembre 2001, la situation est devenue plus difficile et nous avons eu plus de difficultés pour parler aux détenus Musulmans. Il est vrai que nous avions ajouté quelques questions à propos du 11 septembre à la fin des entretiens et c'est peut-être ce qui a rendu méfiants quelques détenus. Néanmoins les raisons de ces difficultés nous ont semblé être plus générales : l'atmosphère dans la prison était devenue plus tendue et les prisonniers semblaient avoir davantage de soupçons au sujet de notre intégrité et de notre impartialité en tant que sociologues. C'était un peu comme s'ils croyaient qu'une personne venant leur rendre visite en prison pour leur poser des questions au sujet de l'Islam ne pouvaient pas adopter une attitude neutre vis-à-vis d'eux. Cet état de fait constituait également une preuve des rapports tendus existant entre les autorités carcérales et les détenus au sujet de l'Islam.

  • 7 Voir Combessie (2001) à propos des problèmes généraux des prisons et les directions prises par les (...)

54Le soupçon n'est pas du tout une chose inhabituelle en prison. Nous avons eu bien des occasions de le constater que ce soit parmi les détenus ou au sein de la direction. Le soupçon est bien évidemment ce qui caractérise les relations sociales dans un environnement clos hermétiquement ou, pour employer les termes de Goffman (1990), dans n'importe quelle "institution totale". Il y est difficile de conserver une attitude neutre. Néanmoins, nous continuons à croire que le soupçon serait moins répandu en prison s'il existait une certaine reconnaissance des droits des détenus. Le refus de leur accorder ces droits, pour eux fondamentaux, renforce leur méfiance. C'est la raison pour laquelle, même dans les "institutions totales", le niveau de méfiance varie selon la manière dont les problèmes des détenus sont abordés7.

  • 8 Dans le cadre de ses relations avec l'État français, l'Islam a été en partie institutionnalisée par (...)

55Le cas des Musulmans dans les prisons françaises illustre cette gradation du soupçon. Des droits religieux élémentaires sont de nos jours plus ou moins reconnus aux catholiques et aux protestants ; en outre, une longue tradition de négociation de ces droits a permis d'aboutir à leur institutionnalisation dans un sens positif. Dans le cas des Musulmans, cependant, il existe un désaccord important et une forte méfiance mutuelle au sujet de la nature et de l'ampleur de ces droits8. Les établissements pénitentiaires craignent que le fait de reconnaître des droits aux prisonniers ne les encourage à formuler de nouvelles revendications quant à leur religion. La tendance dominante consiste donc à adopter une ligne de conduite très stricte et de refuser quelque "concession" que ce soit aux détenus. Cette ligne de conduite, bien évidemment, a peu de points communs avec la réelle signification du terme "laïcité". Elle reflète simplement ce que l'on pourrait qualifier de mésentente mutuelle. Le meilleur moyen qu'ont trouvé les directeurs de prison pour gérer ce volet religieux, c'est de l'ignorer – jusqu'au moment où des prisonniers affichent leur penchant pour un Islam radical. Cette situation oblige alors la direction à imposer un contrôle plus restrictif et des punitions plus sévères vis-à-vis de ceux qui perturbent le statu quo au sein des prisons. Cela n'empêche cependant pas les détenus Musulmans de devenir de plus en plus "religieux". L'afflux de jeunes issus des banlieues défavorisées et la présence – statistiquement insignifiante mais signicative d'un point de vue anthropologique – de radicaux de l'Islam ont contribué à la "renaissance de l'Islam" dans les prisons. Le fait que l'Islam se soit hissé au cours de la dernière décennie au rang d'une des principales religions dans les prisons et parfois même en tant que "la" religion ne peut plus être ignoré (Khosrokhavar, 2004). Dans de nombreux établissements pénitentiaires, le refus de reconnaître l'Islam continue d'exister.

56En dehors de la prison, cependant, une nouvelle dynamique a émergé et l'État français fait montre d'un changement d'attitude envers l'Islam. Les élites politiques se montrent de plus en plus soucieuses de trouver une façon de rattacher l'Islam aux institutions publiques. Contrairement à ce que l'on pouvait constater il y a dix ans, ces élites sont de plus en plus disposées à reconnaître la présence de l'Islam en France. Elles souhaitent que les institutions Islamiques se regroupent et prouvent ainsi leur capacité à dialoguer d'une seule voix avec les principales institutions de la République. Mais les prisons restent à la traîne, contrairement à ce que l'on observe en Angleterre et au pays de Galles. En dépit du nombre élevé de Musulmans emprisonnés, il n'existe cependant aucun signal clair montrant que l'on se dirige vers une reconnaissance de cette religion.

57La défiance des détenus Musulmans était flagrante lorsque nous avons tenté d'entrer en contact avec eux. Nombreux étaient ceux qui rechignaient à répondre à nos questions en début d'entretien. Nous avons dû leur expliquer longuement le but de notre recherche, les comparaisons que nous allions opérer (l'Islam en prison en France, en Angleterre et au pays de Galles), les objectifs et le caractère strictement intellectuel de nos travaux. Nous avons dû réaffirmer – probablement sans grand succès – que nous que nous ne travaillions pas pour les services secrets français. L'un de nos chercheurs, un étudiant français d'origine algérienne et préparant une thèse de doctorat, a été accusé d'être "un Arabe de service" œuvrant pour les services secrets français dans les banlieues défavorisées.

58En dépit d'une autorisation officielle pour nos travaux et de l'appui d'un haut fonctionnaire, certaines personnes nous ont ignorés. D'autres, principalement les responsable du greffe, le lieu où les dossiers des prisonniers sont centralisés, nous avaient promis leur aide mais n'ont rien fait en dépit de nos demandes répétées pour avoir accès aux statistiques portant sur la religion en fonction des noms des détenus.

59Les gardiens de prison n'étaient généralement pas intéressés par nos recherches ; certains étaient même mal à l'aise et n'étaient pas certains qu'il était judicieux d'enquêter sur un sujet aussi "sensible". Certains d'entre eux nous suspectaient d'être secrètement des sympathisants des Musulmans préoccupés par la défense de leurs points de vue contre celui de l'institution. Ce qui posait problème, c'était qu'ils prenaient en quelque sorte leurs distances vis-à-vis de l'institution pour laquelle ils travaillaient. Certains d'entre eux avaient des points de vue plutôt cyniques et ils se demandaient s'ils pouvaient parler en toute liberté des détenus avec nous : n'allions-nous pas informer les autorités au sujet de présumés manquements à la discipline ou encore de leurs préjugés vis-à-vis des détenus Musulmans ? Dans un système où les règles ne sont pas toujours appliquées à la lettre et où le sentiment de méfiance vis-à-vis de l'appareil administratif est assez grand, le meilleur moyen de se protéger consiste à éviter au maximum de s'impliquer et à garder ses distances. De nos jours les Musulmans posent un véritable problème aux gardiens de prison moins pour ce qu'ils font que pour ce qu'ils représentent : une menace pour le statu quo, menace qui a débuté quand des jeunes des banlieues défavorisées ont commencé à arriver en prison, quand ce que l'on a appelé la renaissance de l'Islam a remis en question les normes de la laïcité et quand les Musulmans radicaux ont été de plus en plus présents dans les prisons françaises dans la première moitié des années 90.

60En résumé, les prisonniers se sont avérés plus que méfiants, du moins au début. Certains s'étaient imaginés que nous travaillions pour le tribunal et, comme ils n'avaient pas encore été jugés ou condamnés, ils ne souhaitaient pas nous révéler des éléments qui, pensaient-ils, auraient pu être utilisés contre eux. D'autres s'inquiétaient que nous puissions essayer d'identifier leurs complices de façon à les dénoncer au procureur. D'autres encore s'attendaient à ce que nous leur servions d'intermédiaire avec le système judiciaire : un Brésilien croyait que nous pourrions intervenir en son nom afin de faciliter la communication avec sa famille ; un Beur (un "Arabe" en argot) pensait que nous pourrions lui faciliter l'obtention de la grâce présidentielle (de nombreuses catégories de détenus bénéficient d'une certaine forme de clémence tous les cinq ans à l'occasion des élections présidentielles). Un Irakien kurde qui avait été arrêté alors qu'il essayait de franchir la frontière pour se rendre au Royaume-Uni s'était imaginé que Khosrokhavar, en tant qu'Iranien, pourrait l'aider à obtenir un visa de la République Islamique d'Iran de sorte que les autorités françaises ne le considèreraient plus comme un immigré en situation illégale. Dans beaucoup de cas, notre qualité de chercheurs ne nous permettait pas de répondre favorablement aux espoirs et aux projets des détenus, et cela a été à l'origine d'un certain nombre de malentendus ou de mauvaises interprétations dont nous avons peiné à venir à bout.

61La durée des entretiens que nous avons menés avec 158 détenus dans les prisons françaises variait entre une heure et une heure et demie. À trois occasions, l'entretien a eu lieu en dialecte arabe parce que les prisonniers concernés venaient d'arriver d'Afrique du Nord. Dans deux autres cas les entretiens se sont déroulés dans un espagnol rudimentaire parce que l'un des détenus était un résident libanais d'un pays d'Amérique latine, et l'autre était une Bolivienne convertie à l'Islam. Il y a également eu un entretien en perse avec un Kurde qui souhaitait obtenir l'asile politique en Angleterre mais avait été arrêté en France. En outre, deux entretiens ont eu lieu en anglais avec un détenu pakistanais et un Noir africain s'exprimant dans cette langue. Dans tous les autres cas, les entretiens ont été menés en français. Pour terminer, 28 entretiens ont eu lieu avec des gardiens et des responsables.

B. L'Angleterre et le pays de Galles

62Pendant ce temps, le processus d'obtention d'une autorisation officielle pour effectuer des recherches au sein des prisons d'Angleterre et du Pays de Galles s'avérait beaucoup plus lent et plus compliqué. Il nous a fallu quatre mois pour obtenir une réponse du directeur général des établissements pénitentiaires de l'Angleterre et du pays de Galles (Prison Service of England and Wales) et convaincre ses subordonnés que notre projet était réalisable et judicieux. Nous pouvions simplement émettre l'hypothèse qu'une des raisons pour lesquelles le projet était considéré comme exceptionnellement sensible tenait aux conclusions des travaux de Beckford et de Gilliat (1998) sur les relations entre l'Église anglicane et d'autres cultes en univers carcéral, travaux qui avaient mis dans l'embarras l'aumônerie des prisons. Néanmoins, ces négociations prolongées ont présenté un avantage : elles nous ont permis de bénéficier des conseils pratiques et méthodologiques de différents fonctionnaires de l'administration pénitentiaire.

63Après avoir obtenu un accord de principe auprès des autorités compétentes de l'administration pénitentiaire, accord émanant de hauts fonctionnaires, il nous fallait encore négocier notre accès à trois établissements en particulier. Le choix des prisons pour nos travaux de terrain devait prendre en compte de nombreux facteurs : nombre de détenus Musulmans, taux de renouvellement, facilité d'accès pour le chercheur, niveau de sécurité,.... Les fonctionnaires du siège de l'administration pénitentiaire de Londres nous ont suggéré trois établissements susceptibles de répondre à nos critères. Nous avons accepté deux de ces suggestions et avons choisi nous-mêmes une troisième prison afin d'avoir une palette plus large des types d'établissement où nous serions amenés à étudier la façon dont sont traités les Musulmans. C'est seulement à un stade ultérieur du projet que nous avons également négocié l'accès à deux prisons pour femmes et, enfin, à trois établissements pour hommes employant un aumônier Musulman à temps plein.

1. La Prison 1

  • 9 §14(2) Prison Act 1952 : les bâtiments accueillant des détenus doivent être "certifiés" par un insp (...)

64La Prison 1 est une prison de proximité construite au milieu du dix-neuvième siècle et située près du centre d'une ville dans les Midlands (comtés du centre de l'Angleterre, ndt). La prison dessert deux cours d'assises et de nombreux tribunaux d'instance de la région. Elle abrite une population masculine et adulte et, à l'époque de nos recherches de terrain, la capacité théorique d'accueil de l'établissement (CNA : Certified Normal Accomodation = Capacité Normale Certifiée) était de 734 détenus.9 L'effectif moyen réel, communément appelé "la liste" (the Roll en anglais), s'élevait à environ 1 100 en 2001 (Leech et Cheney, 2001). Cependant, la liste comportait environ 850 noms.

65La catégorie officielle à laquelle appartient la prison est du type "prison locale pour hommes" (Male Local) et "Formation" (Training). En ce qui concerne le logement et les équipements, la prison se compose de six blocs de cellules et d'un centre dédié aux soins médicaux. Depuis 1985 ont été réalisées diverses extensions et rénovations. À l'époque où ont été menées nos recherches, une première aile servait à héberger les détenus condamnés et à accueillir les nouveaux détenus. Une deuxième aile était destinée uniquement à recevoir des prisonniers condamnés ; une troisième abritait des détenus en préventive ; une quatrième aile servait à loger des prisonniers placés en isolement ou ayant des difficultés d'adaptation à la vie carcérale tandis que les deux dernières ailes abritaient les prisonniers condamnés à de longues peines.

66Dans cet établissement, toutes les cellules sont équipées d'un lavabo alimenté en eau froide et chaude, d'un interrupteur pour la lumière ainsi que d'un système de toilettes pour la nuit. Des téléviseurs sont installés dans les ailes 5 et 6 à l'endroit où se trouvent des prises électriques. Des téléphones à carte sont accessibles sur tous les paliers. La prison supervise un certain nombre de programmes dont voici une liste non exhaustive : information sur la libération sous caution, conseils relatifs à la toxicomanie, contrôles anti-drogue obligatoires (Mandatory Drug Testing, MDT), gardiens référents (Personal Officer Scheme) et partage du travail en prison (Shared Working in Prison, SWIP). La cantine comporte 150 rangées et ce sont des ouvriers qualifiés qui y travaillent. Pour quatre des six ailes du bâtiment, il est proposé un système de présélection des menus tandis que les détenus des deux dernières ailes ont accès à un menu à choix multiples. De la nourriture halal est proposée à chaque repas.

67La cellule éducation organise des cours d'informatique, de calcul, de préparation à un diplôme d'aptitude professionnelle en restauration, diverses formations professionnelles et des séances d'alphabétisation cinquante semaines par an. Les quatre enseignants à temps plein et partiel sont recrutés auprès d'un établissement situé à proximité et proposant des formations post-scolaires.

68L'aumônerie emploie un aumônier anglican à temps plein, un aumônier catholique à temps plein également, un aumônier méthodiste à temps partiel et des aumôniers vacataires parmi lesquels un imam. L'imam donne des cours d'arabe le lundi, rend visite aux prisonniers Musulmans placés en isolement le mercredi et anime les prières collectives un vendredi sur deux. Un second imam dirige les prières les autres vendredis.

69La prison est également dotée d'un gymnase, d'équipements sportifs et d'une bibliothèque qui est ouverte sept jours sur sept. La bibliothèque comporte des ouvrages de la littérature ourdou et arabe. Les détenus peuvent faire acte de candidature pour des emplois dans les cuisines, la blanchisserie, les entrepôts, les ateliers textiles ou encore pour le nettoyage ou travailler à l'office. L'infirmerie de la prison emploie deux médecins à plein temps, un troisième à temps partiel – ils sont épaulés par deux remplaçants – et 31 autres personnes dont des infirmiers (ères). Il y a 30 lits dans cette infirmerie. Un dentiste se rend sur place deux fois par semaine. En outre, un opticien et un pédicure effectuent des visites hebdomadaires.

2. La Prison 2

70Au début de son fonctionnement, au milieu des années 80, la Prison 2 était un établissement pour jeunes délinquants mais elle est rapidement devenue une prison pour adultes de catégorie C, prison qui propose des formations aux détenus en vue de leur réhabilitation. Elle a été construite sur une ancienne base militaire aux abords d'un petit village dans l'arrière-pays rural de Londres. Sa capacité d'accueil théorique est de 745 prisonniers répartis dans les sept ailes. Quatre de ces ailes sont construites selon un modèle identique et abritent chacune 112 prisonniers. Deux autres ailes, hébergeant 264 détenus, sont réservées à ceux qui ont obtenu une amélioration de leur statut et une annexe accueille 36 détenus jouissant d'une cellule individuelle. Les prisonniers hébergés possèdent leur propre clef de cellule et se partagent l'usage d'un bloc sanitaire. Deux des ailes sont dites "sans drogue". Tous les prisonniers débutent leur séjour selon le régime standard et peuvent accéder à un régime plus souple si leur comportement et leur niveau de sécurité justifient une amélioration de leurs conditions de détention.

71Toutes les ailes sont équipées de blocs sanitaires avec bain et douche et dans toutes les cellules se trouvent des prises pour la télévision et la radio ; néanmoins, les prisonniers de régime standard n'ont pas de prise électrique dans leur cellule. La cantine est équipée de 200 rangées, et certains prisonniers provenant des ailes "sans drogue" ont un accès limité à des cuisines communes où ils peuvent préparer leurs propres repas.

72La prison est équipée d'un centre de formation à la carte et plus de 100 détenus sont inscrits à des cours. Parmi les ateliers proposés, il y a le travail des métaux, l'assemblage de petites pièces et la saisie de données sur ordinateur. Le taux d'emploi des détenus était supérieur à 90 % à l'époque où ont été menées nos recherches.

73La prison est dotée d'une unité d'isolement de 20 cellules avec sanitaires, une cellule non meublée et deux cellules entièrement nues. Il n'y a pas de médecin employé à plein temps, ni d'équipements hospitaliers. Cependant le gymnase, un bâtiment moderne, est bien équipé, et la prison a des terrains de sports de plein air ; les détenus peuvent notamment jouer au cricket.

74L'aumônerie était en pleine restructuration à l'époque de nos recherches. Au début de nos travaux, fin 2001, un aumônier auxiliaire de l'Église Libre ("Free Church") était temporairement responsable de l'aumônerie parce que les aumôniers anglican et catholique avaient quitté leur poste. Il n'y avait eu aucun imam pendant plus de six mois mais, par mesure d'urgence, un membre du Conseil des Visiteurs de prison ("Board of Visitors") s'était porté volontaire pour faire fonction d'imam de façon temporaire. Un imam auxiliaire et un aumônier anglican ont été nommés, tous deux à plein temps, alors que notre enquête était en cours. En outre, des femmes de confession méthodiste et catholique et ayant le titre d'aumôniers auxiliaires ont été également engagées mais à temps partiel. Des représentants de diverses confessions (sikh, bouddhiste, témoins de Jéhovah ou encore de l'Armée du Salut) effectuaient également chaque mois plusieurs heures de visite.

75L'aumônerie est située dans un bâtiment spécialement conçu pour la pratique des différents cultes ; les Musulmans utilisent une grande salle multiconfessionnelle pour leurs prières en commun et pour y célébrer leurs fêtes. Des textes Islamiques et des objets religieux sont regroupés dans une salle polyvalente ; par ailleurs, des points d'eau destinés aux ablutions sont à disposition des détenus dans le hall d'entrée du bâtiment.

3. La Prison 3

76La Prison 3 est une prison de type haute sécurité et pratiquant l'éloignement des individus de leur lieu de résidence. Elle a ouvert ses portes vers la fin des années 80 sur l'emplacement d'une ancienne base militaire du nord de l'Angleterre. Elle fonctionne dorénavant sous l'égide du conseil d'administration des prisons de haute sécurité ("Directorate of High Security Prisons"). La prison sert également de centre d'évaluation pour le programme relatif au suivi des délinquants sexuels ("Sec Offender Treatment Programme"). Sa capacité d'accueil théorique est de 602 détenus et un effectif de 575. En ce qui concerne l'hébergement et les équipements, la prison comporte sept ailes et une unité d'isolement. Il existe deux programmes distincts d'hébergement et de fonctionnement : le premier, le principal ("Main"), concerne les prisonniers dits de haute sécurité et le second les détenus fragiles et de haute sécurité (les "VPs = Vulnerable Prisoners"). Tous les prisonniers appartiennent aux catégories A ou B et purgent des peines de plus de quatre ans.

77Toutes les cellules sont individuelles et sont équipés d'installations sanitaires et électriques complètes. Les prisonniers ont accès aux services et équipements suivants : suivi de peine, conseils aux toxicomanes, dépistages antidrogue obligatoires, système de téléphones à code confidentiel, programme de gardien référent (Personal Officer Scheme) ; au sein de leur aile ils ont également la possibilité d'utiliser des cuisinières ou des bouilloires et de regarder la télévision dans une salle commune ou dans leur propre cellule. En outre, il existe au rez-de-chaussée un centre d'accueil pour les visiteurs bien conçu ; son personnel organise une fois par mois des rencontres "père et fils" sur le terrain de sports. La prison est également dotée d'un gymnase bien équipé et d'installations de football, volley-ball, basket-ball, badminton et hockey.

78Les prestations éducatives, sous-traitées à un établissement local d'enseignement postscolaire, sont les suivantes : cours de cuisine, de travail du bois, d'informatique, de technologie liée aux travaux manuels, de commerce, de création littéraire, de technologie alimentaire, de langues étrangères, de connaissances élémentaires (alphabétisation et calcul) et d'anglais pour étrangers (ESOL = English for Speakers of Other Languages) ; les détenus peuvent également suivre un stage de pré-libération et des cours dispensés par l'Open University (téléenseignement universitaire). Parmi les ateliers manuels citons la maçonnerie, la plomberie, la peinture, la décoration d'intérieur ainsi que la restauration.

79En ce qui concerne les équipements destinés aux soins médicaux, le cadre de santé principal de la prison est épaulé par un médecin généraliste local, un fonctionnaire cadre principal de santé, deux fonctionnaires supérieurs de santé et 14 fonctionnaires de santé. Le centre de soins dispose de 10 lits d'hospitalisation et d'un cabinet de consultation qui ouvre l'après-midi du lundi au vendredi. Un service de kinésithérapie et de radiographie est également assuré sur la base d'une fois par semaine. Un dentiste et un psychiatre effectuent des consultations deux fois par semaine tandis qu'un opticien, un chiropracteur et un conseiller spécialiste des questions relatives au SIDA interviennent tous les quinze jours. Le personnel de restauration a joué un rôle pilote dans la normalisation du processus de préparation de la nourriture pour les détenus Musulmans. (Botterhill & Gora, 2000).

80L'aumônerie emploie un aumônier anglican à temps plein et deux à temps partiel ainsi qu'un aumônier catholique, un aumônier méthodiste, un imam et un aumônier pentecôtiste, tous les quatre à temps partiel. La prison reçoit également les visites de représentants bouddhistes, hindous et juifs et également de témoins de Jéhovah. En plus de son rôle d'animateur des prières collectives du vendredi, l'imam donne des cours d'arabe le mercredi pour les prisonniers du secteur "détenus vulnérables" (VP) et le vendredi après-midi pour ceux du bloc principal.

4. Les prisons pour femmes

81Nous avons effectué des entretiens avec un petit nombre d'aumôniers, de directeurs, de détenues ainsi qu'un conseiller Musulman dans deux établissements pour femmes. Le premier, la Prison 4, est un grand centre de détention rénové se situant à proximité du centre d'une ville importante. Cette prison dessert de nombreux tribunaux particulièrement actifs et accueille un peu plus de 500 détenues soit condamnées soit en détention préventive et également un grand nombre de leurs enfants en bas âge. Elle est dotée de jardins spacieux et est bien équipée mais elle s'est trouvée au centre des polémiques ces dernières années au sujet de son état de propreté et des conditions d'accouchement. Les détenues ont peu d'opportunités de travail et le taux de renouvellement de la population carcérale est élevé.

82L'aumônerie possède ses propres équipements parmi lesquels une grande chapelle chrétienne à l'intérieur des murs de la prison ainsi qu'une salle destinée à la pratique de toutes les confessions. Deux aumôniers anglicans et un aumônier catholique (une femme) y interviennent à plein temps tandis qu'un aumônier de l'Église Libre y exerce à temps partiel. D'autres aumôniers y interviennent également de façon ponctuelle. Plus d'une douzaine de bénévoles travaillaient également dans l'aumônerie à l'époque de notre enquête. Par contre, il n'y avait aucun imam lors de notre visite, mais une femme Musulmane disposant d'une expérience professionnelle en tant qu'enseignante rendait visite aux détenues Musulmanes à raison de six heures par semaine pour des discussions de groupe et des consultations personnelles. Elle nous a confirmé que la certification halal de la nourriture était authentique.

83Le deuxième établissement pour femmes de notre échantillon, la Prison 5, est situé à la campagne ; il s'agit d'un vieux manoir qui a été à la hâte transformé en prison pour femmes et jeunes délinquants au milieu des années 90 en réponse à un accroissement du nombre de femmes condamnées à des peines de prison. Environ 200 détenues, dont cinq seulement figuraient sur les registres en tant que Musulmanes lors de notre visite, vivent dans le bâtiment principal ou dans les annexes. Elles ont la possibilité d'effectuer des travaux de jardinage ou d'horticulture.

84L'aumônerie est composée d'un aumônier anglican à temps partiel, d'un aumônier catholique à temps partiel également et de plusieurs aumôniers intervenant ponctuellement ; ils passent au total 73 heures par semaine au sein de la prison. La sœur Musulmane qui avait rendu visite à des détenues pendant plusieurs années n'avait pas été remplacée alors qu'elle était toujours en congé de maternité prolongé. Le petit nombre de détenues Musulmanes se réunissaient durant une heure le vendredi mais étaient dans l'incertitude quant à d'éventuelles dispositions pour la célébration du ramadan et de l'Eid ul Fitr. Il avait été demandé au responsable des activités de se renseigner au sujet des dispositions à prendre auprès du conseiller Musulman de l'administration pénitentiaire (Muslim Advisor to the Prison Service).

5. Les conditions de réalisation du travail de terrain

85Étant donné que nous souhaitions que le chercheur passe de larges plages horaires, réparties sur trois mois, à échanger avec des détenus, le personnel, les équipes de direction et des volontaires dans chacune des prisons anglaises, nous pensions que les négociations en vue d'un accès au sein des prisons seraient difficiles. C'est la raison pour laquelle nous avons été agréablement surpris en constatant que les autorités nous créaient en fin de compte très peu de difficultés. En fait, deux des directeurs en poste se sont avérés suffisamment intéressés par notre recherche pour poser beaucoup de questions et pour rendre accessibles la plupart des équipements auxquels nous souhaitions avoir accès. Le processus d'obtention de l'habilitation pour le chercheur devant accomplir la majorité des enquêtes de terrain fut très simple, quoique plus long dans le cas de la prison de haute sécurité.

86Il est particulièrement significatif de constater que ce sont les aumôniers de l'église anglicane qui nous ont aidés à planifier des réunions avec les directeurs et que ces mêmes directeurs étaient heureux de pouvoir "rattacher" notre projet à leurs aumôneries respectives. Ils semblaient trouver tout à fait normal que les aumôniers chrétiens soient responsables pour tout ce qui avait trait à la religion. Aucun des directeurs ou des aumôniers n'a jamais suggéré qu'il fallait que nous obtenions l'approbation de quelque représentant des visiteurs Musulmans ou encore des comités d'aumôneries. L'hypothèse selon laquelle ce sont les aumôniers chrétiens qui assument la plus grande part de responsabilités pour les questions religieuses a pu être vérifiée à maintes reprises lors des premières étapes de notre processus de recherche. En effet, un seul membre d'une équipe d'aumônerie – un catholique – a exprimé quelque réticence à coopérer avec le chercheur : il estimait que le projet devait plutôt être sous la responsabilité de Musulmans plutôt que de chrétiens.

87Dans nos trois prisons anglaises, même si certains gardiens et quelques détenus éprouvaient peu d'intérêt pour nos recherches, très peu d'objections de principe ont été formulées à l'idée de discuter de la religion et de l'Islam. Cela est dû partiellement au fait que le chercheur a eu la possibilité de rencontrer la plupart des détenus Musulmans lors des prières du vendredi et a pu présenter à un groupe les objectifs et les méthodes de notre projet. Le fait que les visiteurs Musulmans approuvent les travaux du chercheur dans chacune des prisons a également contribué à apaiser des craintes potentielles. Manifestement, rien ne montrait que les détenus suspectaient le chercheur d'être un agent sous couverture de l'administration pénitentiaire ou du gouvernement britannique. Au contraire, certains d'entre eux sont allés jusqu'à imaginer que le chercheur, en tant que camarade Musulman, pourrait plaider en leur faveur pour, par exemple, leurs réclamations ou encore leurs demandes de libération conditionnelle.

88La conduite des entretiens et l'observation des établissements pénitentiaires ont été sujettes à beaucoup d'obstacles et à des déceptions parfois prévisibles et d'autres fois imprévisibles. Dans certains cas, ce sont les questions de sécurité qui nous ont posé problème pour rencontrer nos interlocuteurs aux heures convenues. Dans d'autres, des problèmes de communication ou des imprévus étaient à l'origine des problèmes. Toutefois, nous n'avons pas eu l'impression que les gardiens ou les équipes de direction cherchaient délibérément à entraver notre enquête.

89Pour les directeurs des prisons, il était évident que les aumôniers prendraient la responsabilité d'escorter les chercheurs à l'intérieur de leurs établissements et qu'ils les accueilleraient au sein de leurs aumôneries. De fait, ce procédé était certainement utile et commode mais il nous faisait courir le risque de donner à des détenus l'impression que les chrétiens avaient d'une façon ou d'une autre commandité notre projet. Une telle impression aurait été particulièrement compréhensible dans la Prison 1 où le chercheur a passé sa première semaine à suivre à la trace l'aumônier anglican lors de toutes les activités quotidiennes de ce dernier. Le chercheur a pu effacer cette impression en expliquant aux détenus Musulmans qu'il était un Musulman anglais parlant ourdou, que le financement du projet émanait du Conseil pour la Recherche Économique et Sociale (ESRC = Economie and Social Research Council), qu'il avait reçu l'appui du visiteur Musulman et que les objectifs de l'enquête n'étaient pas du tout religieux mais purement universitaires. Il n'en reste pas moins que dans deux des trois prisons où des travaux sur le terrain ont été effectués, les chercheurs dépendaient des membres de l'équipe d'aumônerie que ce soit pour entrer ou sortir des établissements. Cela s'est avéré pesant et a fait perdre du temps à toutes les personnes concernées. Deux incidents qui se sont produits dans la Prison 1 ont souligné les inconvénients d'une telle dépendance vis-à-vis du personnel de l'aumônerie : une fois une personne a refusé de rencontrer le chercheur comme le lui avait demandé le gardien responsable de l'entrée ; le chercheur, après environ une heure d'attente dans le secteur de l'accueil, a dû renoncer à sa visite ; une autre fois, l'un des membres de l'équipe de l'aumônerie a refusé d'accompagner le chercheur à l'intérieur de la prison car elle ne souhaitait pas laisser ses locaux sans surveillance. À nouveau, la visite a dû être annulée. Cette dépendance du chercheur vis-à-vis du personnel de l'aumônerie explique également pourquoi notre chercheur se retrouva enfermé pendant plus d'une heure à l'intérieur de l'aumônerie un jour où aucun membre de l'équipe n'était disponible. Même les portes coupe-feu étaient verrouillées.

90S'il est vrai que la dépendance de notre chercheur vis-à-vis du personnel de l'aumônerie présentait certains inconvénients, il en allait de même avec le fait d'être associé trop étroitement avec les intérêts des détenus Musulmans. Il lui a fallu longuement dialoguer pour minimiser la portée de sa formation et de ses qualifications en tant qu'avocat de peur que certains détenus ne lui demandent de défendre leurs intérêts. Alors qu'il ne cachait pas sa foi de Musulman pratiquant, il souhaitait que les détenus le perçoivent comme une personne agissant indépendamment de leur aumônier. Il s'est pourtant parfois retrouvé dans des situations qui auraient pu remettre en jeu cette indépendance et son statut d'universitaire. Cela s'est produit lorsque des visiteurs Musulmans ont attiré l'attention des détenus sur sa formation de juriste afin de solliciter leur coopération pour l'enquête ou encore lorsqu'ils l'ont sollicité pour des traductions de versets du Coran lors des prières de jummah.

91Dans la troisième prison britannique, cependant, le chercheur jouissait du privilège et de la responsabilité de retirer son trousseau de clefs lors de chacune de ses visites. Ceci signifiait que, après avoir reçu une formation destinée à assurer sa sécurité personnelle, il avait eu la possibilité de retirer un jeu de clefs à l'entrée et avait pu par conséquent se déplacer au sein des espaces publics de la prison sans escorte et sans dépendre de l'aide des aumôniers. Les avantages de cette liberté de mouvement étaient bien supérieurs au risque que les détenus ne le confondent avec un des membres du personnel et qu'ils ne le prennent pour cible. Bien entendu, il ne disposait pas des clefs ouvrant les cellules individuelles. Signalons également que c'est seulement dans cette prison que le chercheur a pu réaliser des enregistrements de ses conversations avec les prisonniers, les gardiens, les aumôniers, les visiteurs religieux ainsi que les membres du personnel administratif.

92Informer les détenus Musulmans du contenu de notre projet de recherche, les inviter à y participer fut relativement simple dans les prisons anglaises. Encore une fois, cette facilité de communication était due en grande partie à deux facteurs. D'une part, les aumôniers et les visiteurs religieux étaient disposés à annoncer la tenue de ce projet et à encourager les détenus à coopérer avec le chercheur. D'autre part, les rassemblements hebdomadaires des Musulmans pour les prières de jummah représentaient une excellente opportunité pour le chercheur de se présenter, d'expliquer le projet, de répondre aux questions et de demander aux détenus de se porter volontaires pour des entretiens. Les visiteurs religieux nous ont également facilité la tâche en montrant leur adhésion à nos travaux. D'autres rassemblements, par exemple lors des cours d'arabe ou encore à l'occasion des fêtes de l'Eid, ont été l'occasion pour le chercheur de rencontrer une proportion importante de détenus Musulmans.

  • 10 Le chercheur a reçu une autorisation officielle d'utiliser un magnétophone dans la Prison 1 seuleme (...)

93L'échantillon de détenus auprès de qui nous avons mené des entretiens dans les trois prisons anglaises a été tiré au sort à partir de ceux qui nous avaient donné leur accord après les prières du vendredi et également à partir de la liste informatisée des détenus (LIDS = Local Inmate Data System), laquelle signale la religion de chacun des prisonniers. Toutes les personnes interviewées ont donné leur consentement pour ces entretiens une fois briefés sur la portée des questions, les résultats attendus de nos travaux et la promesse de préserver leur anonymat dans les limites imposées par les considérations de sécurité10 (Jupp, 1989 ; Jupp, Davies et Francis, 2000). Les entretiens, d'une durée moyenne d'une heure, ont concerné 68 détenus masculins Musulmans dans des endroits variés mais le plus fréquemment dans des bureaux ou d'autres pièces situés au sein des aumôneries. Notre questionnement suivait un fil directeur mais il était suffisamment flexible pour aborder des aspects auxquels nous n'avions pas pensé et qui nous paraissaient prometteurs. L'anglais a été le vecteur de communication dans la quasi-totalité des entretiens ; nous n'avons eu recours à une autre langue que dans cinq cas lorsque les détenus préféraient s'exprimer en ourdou ou dans un mélange d'ourdou et d'anglais. Il n'était pas rare que des entrevues soient suspendues puis reprises quand les gardiens appelaient les détenus pour les repas, l'appel, les activités sportives ou encore les visites.

94À ces entretiens se sont ajoutées 67 entrevues avec des directeurs, des fonctionnaires chargés des relations interraciales (Race Relations officers), des gardiens, des aumôniers et des responsables de la restauration dans chacune des prisons. Le chercheur a pris des notes à l'occasion de ces entretiens dans deux des trois prisons britanniques ; le questionnaire avait été préparé à l'avance, mais il pouvait s'en écarter et aborder d'autres sujets si nécessaire10. Dans la troisième prison, les entrevues ont été enregistrées puis retranscrites à des fins d'analyse. Toutes les notes et transcriptions ont été ensuite codées afin d'être exploitées à l'aide du logiciel Atlas-ti.

95Les notes de terrain du chercheur, rédigées pendant et après chaque visite quotidienne dans les établissements, ont fourni des indications contextuelles ainsi que la "couleur locale", éléments pris en compte à l'occasion de l'analyse des données recueillies lors des entretiens. Ses observations se rapportaient à des incidents du quotidien, des conversations et des interactions que ce soit dans les différents secteurs des établissements ou au sein des aumôneries. Il était en contact permanent avec des gardiens à différents niveaux. En outre, il était présent pendant le Ramadan dans une prison et il a également participé aux fêtes de l'Eid. D'autres renseignements ont pu être collectés lors d'un rendez-vous avec des responsables Musulmans dans une grande mosquée située en milieu urbain, lors d'une réunion régionale des aumôniers et à l'occasion d'une conférence en Suède sur le traitement des Musulmans en prison. Pour terminer, J. Beckford s'est rendu dans trois autres prisons et a eu de longs entretiens téléphoniques avec six des treize imams qui exerçaient à plein temps en tant qu'aumôniers Musulmans au printemps 2004.

96Nous avions l'intention de demander aux prisonniers Musulmans de rédiger un récit sur leur expérience en milieu carcéral afin de disposer d'une trace écrite évoquant leur traitement. Cependant, leur réaction face à cette éventualité fut si peu enthousiaste que nous avons décidé d'abandonner ce volet de notre projet. Il est vrai que nous nous étions probablement montrés trop optimistes quant au niveau d'instruction des détenus et de leur maîtrise de l'anglais écrit, mais ils étaient également peu disposés à prendre le risque de rédiger des documents sur lesquels ils n'exerceraient ultérieurement aucun contrôle. Ce fut notre seul échec parmi tous nos efforts pour remplir les objectifs du projet.

97Nous avons également rassemblé des renseignements sur les détenues Musulmanes en Angleterre et au pays de Galles mais d'une manière différente et moins approfondie. Avec l'aide du conseiller Musulman auprès de l'administration pénitentiaire (Muslim Advisor to the Prison Service), nous avons choisi deux établissements dans lesquels le nombre de femmes Musulmanes était suffisamment significatif. J. Beckford et D. Joly ont alors passé plusieurs heures en entretiens informels avec des détenues, des aumôniers, un visiteur religieux, un directeur et des membres du personnel de ces établissements ; ils ont également animé des discussions de groupe ayant pour thème le traitement des femmes Musulmanes. Les notes qu'ils ont prises servent de base aux remarques concernant les détenues Musulmanes qui figurent dans le présent ouvrage. Il est évident que l'expérience des femmes détenues en ce qui concerne la pratique de l'Islam diffère à bien des égards de celle des hommes et qu'elle devrait faire l'objet d'une enquête séparée.

98Le dernier point que nous devons aborder en ce qui concerne l'accueil reçu par nos travaux au niveau de chacune des prisons dans les deux pays souligne l'importance d'une analyse inter-pays. Les contrastes importants relevés entre les prisons françaises et celles d'Angleterre et du pays de Galles en en ce qui concerne la façon dont notre projet a été accueilli par le personnel carcéral et les détenus Musulmans sont révélateurs d'une palette bien plus large de différences. Le projet a été accueilli avec force soupçons en France alors que, en général, il a reçu un accueil favorable en Angleterre et au pays de Galles, ce qui constitue le signe d'une volonté de développer les politiques d'égalité des chances et du respect de la diversité. Ces différences ne sont pas accidentelles ou superficielles. Elles sont au cœur des contrastes entre les deux pays en ce qui concerne (a) la place accordée à la religion dans les institutions publiques, (b) la priorité accordée aux politiques et aux pratiques qui encouragent la diversité religieuse et ethnique, et (c) la conception de la citoyenneté et de la société civile. Les chapitres suivants permettront d'analyser en détail ces différences.

IV. La loi et les systèmes de justice criminelle

99La France et le Royaume-Uni ont des systèmes très différents en matière de droit pénal et de droit civil et cela malgré le fait que, en tant qu'États-membres de l'UE, les deux pays doivent harmoniser leurs lois avec la Convention Européenne des Droits de l'Homme et d'autres accords internationaux. Le système légal français suit largement la tradition du droit civil issu du droit romain, tandis que la loi anglaise et écossaise est principalement issue de la tradition du droit coutumier. Ces différences ont des impacts importants sur les institutions et les pratiques en matière de justice criminelle, y compris dans les prisons.

100Les lois françaises sont présentées sous forme de codes ou d'ensembles d'articles de loi faisant autorité et tout est régi par des principes légaux cohérents. La définition des droits est une pièce centrale de ce système. Les juges sont formés dès le début de leur carrière à l'interprétation de ces codes. Par contraste, en Angleterre et au pays de Galles, le droit coutumier représente (a) une accumulation de décisions faisant jurisprudence (ce sont les décisions des tribunaux) et (b) les actes du parlement. La prise en compte des droits constitue seulement une fraction d'un souci plus large de rechercher de façon relativement pragmatique comment réparer les dommages ou les torts. La plupart des juges sont nommés à la suite d'une carrière brillante d'avocat ou, de façon moins fréquente, d'homme de loi.

101Les cadres juridiques de la France et du Royaume-Uni sont donc dissemblables. Ces cadres juridiques ont des répercussions sur quelques aspects clefs des prisons. En premier lieu, comme le montre le tableau 1, les tribunaux français prononcent un plus petit nombre de peines de prison que leurs homologues d'Angleterre et du pays de Galles. En outre la durée moyenne des peines est plus courte en France comme le laisse apparaître le tableau 2. En conséquence, le taux d'incarcération pour 100 000 personnes s'élevait à 85 en France contre 139 en Angleterre et au pays de Galles en 2001.

TABLEAU 1 – Population des prisons par type de peine, France, Angleterre et Pays de Galles, milieu-2002

TABLEAU 1 – Population des prisons par type de peine, France, Angleterre et Pays de Galles, milieu-2002

Sources :
(1) Chiffres-clés de la justice. Direction de l'Administration générale et de l'Équipement. Octobre 2002. Online at : www.justice.gouv.fr/chiffres/penit02.htm.
(2) Average population in custody in 2002. Adapted from
Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics.

TABLEAU 2 - Durée de la condamnation, tous délits, France, Angleterre et Pays de Galles, milieu-2002

TABLEAU 2 - Durée de la condamnation, tous délits, France, Angleterre et Pays de Galles, milieu-2002

Sources :
(1) Chiffres-clés de la justice.
Direction de l'Administration générale et de l'Équipement. Octobre 2002. Online at : www.justice.gouv.fr/chiffres/penit02.htm.
(2) Adapted from
Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics.

102En second lieu, les questions concernant l'organisation des peines des prisonniers dans les prisons françaises sont gérées par des juges particulièrement désignés, les Juges d'Application des Peines (ce sont des juges rattachés aux prisons qui conseillent les directeurs de ces établissements quant au traitement des détenus ; ils prennent également des décisions relatives à la libération conditionnelle et aux autorisations de sortie). Ils réceptionnent aussi les demandes et plaintes écrites des prisonniers pour toute affaire relevant de leur juridiction. La Commission d'Application des Peines (un petit groupe dont le rôle est de conseiller les Juges d'Application des Peines) les épaule au niveau de chaque établissement. Certaines de leurs décisions peuvent être désavouées par le Procureur de la République et être remises en question par les détenus eux-mêmes. Les décisions relatives aux prisonniers placés en détention préventive restent quant à elles du ressort des Juges d'Instruction ayant instruit l'affaire.

103La situation en Angleterre et au pays de Galles est très clairement différente dans la mesure où les juges ne participent pratiquement pas ni à l'organisation de la peine ni à tout ce qui touche la façon dont les prisonniers purgent concrètement cette peine. Les questions relatives à la libération conditionnelle, aux remises de peine, aux plaintes et à la discipline sont du ressort des directeurs et/ou d'organismes statutaires comme les Independent Monitoring Boards (conseils de surveillance indépendants), le Parole Board (commission de libération conditionnelle) et le Prison Ombudsman (le médiateur pénitentiaire). Néanmoins, dans des circonstances exceptionnelles, les prisonniers peuvent contester des décisions administratives par le biais d'une action judiciaire.

104Dans le cadre de notre enquête, nous avons pu constater de manière significative que les procédures de dépôt de plainte que ce soit en France, en Angleterre ou au pays de Galles, émanent principalement de détenus agissant pour une affaire les concernant directement. Il n'existe pas, dans aucun de ces pays, un système destiné à recueillir et a fortiori examiner des plaintes collectives ou des recours collectifs (class actions). Il est par conséquent peu probable que les détenus Musulmans, en tant que collectivité, parviennent à faire examiner une plainte concernant par exemple des discriminations visant leur communauté. Par ailleurs, il n'est pas certain qu'une plainte déposée par un détenu mulsuman concernant la liberté de pratiquer l'Islam, plainte dont l'issue lui aurait été favorable, bénéficie par ricochet aux autres prisonniers Musulmans. Que ce soit en France, en Angleterre ou au pays de Galles, les procédures de dépôt de plainte ne sont recevables que si elles émanent d'individus (Vagg, 1994).

  • 11 Voir : http ://www.homeoffice.gov.uk/justice/prisons/inspprisons/index.html

105Il est également utile de préciser que les systèmes d'inspection des prisons diffèrent également entre ces pays. Depuis 1979, l'organisme d'inspection pour l'Angleterre et le pays de Galles (Her Majesty's Inspectorate of Prison, le HMIP)11 fonctionne en tant qu'entité indépendante de surveillance et d'enquête en ce qui concerne tous les aspects de la vie en prison ; elle se fonde principalement sur des inspections programmées et non-programmées. Les inspecteurs en chef qui se sont succédé ont aussi adressé des recommandations au Home Office (le ministère de l'Intérieur), recommandations couvrant de nombreuses questions. En outre, le HMIP a effectué des bilans thématiques sur des aspects divers de la vie carcérale : les problèmes rencontrés par les femmes en prison, la santé des prisonniers, les jeunes détenus, le suicide, les prisonniers n'ayant pas encore reçu de condamnation et les Close Supervision Centres (les centres de surveillance rapprochée).

106Entre août 2001 et août 2002, le HMIP constitué de 28 inspecteurs, 2 inspecteurs à temps partiel et 15 auxiliaires a effectué des inspections dans 62 prisons et centres pour immigrés. Pendant la même période, l'inspection a publié 64 rapports et bilans thématiques. Un des points centraux abordés dans la majorité des rapports récents concerne la façon de s'assurer qu'un établissement pénitentiaire est "sain". Une prison "saine" est décrite comme étant un lieu où "les prisonniers sont en sécurité, sont traités avec respect, ont un accès suffisant à des activités utiles et sont préparés à une réinsertion" (HM Chief Inspector of Prisons, 2002 : 11). Il ressort clairement de la lecture des rapports d'inspection et des déclarations publiques de Sir David Ramsbothan qui a été inspecteur en chef des prisons d'Angleterre et du pays de Galles de 1995 à 2001, que ce dernier considérait la religion comme un élément contribuant à rendre les prisons saines. En outre, les rapports d'inspection ont fréquemment recommandé que soient mis en place des arrangements permettant la pratique des différents cultes au sein des aumôneries des prisons.

107Par comparaison, le système d'inspection des prisons en France est moins indépendant qu'en Angleterre et au pays de Galles et bénéficie d'une dotation humaine et financière moindre. L'Inspection des Services Pénitentiaires (ISP) est un service de l'Administration Pénitentiaire et partage la responsabilité des inspections carcérales avec l'Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS), laquelle se préoccupe de la santé des prisonniers et de l'hygiène des prisons. Les travaux d'inspection peuvent être classés en deux grandes catégories. L'une recouvre la surveillance de routine des procédures administratives et des ressources ; l'autre concerne les enquêtes sur des incidents à caractère occasionnel ou les troubles importants. Par ailleurs, les inspecteurs publient des études sur des questions traitées de façon thématique ainsi que sur les politiques mises en œuvre. Le nombre de rapports publiés annuellement est similaire à celui produit par le HMIP, structure beaucoup plus importante, mais bon nombre des études et rapports français reposent sur de très brèves inspections menées par seulement un ou deux inspecteurs (Vagg, 1991 : 159).

108Comme nous le montrerons dans le chapitre 5, la question des relations interraciales au sein des prisons anglaises et galloises a également fait l'objet de plusieurs enquêtes officielles ; parmi celles-ci figurent les rapports très attendus publié s par la Commission for Racial Equality (Commission pour l'Égalité des Races, CRE, 2003a, 2003b) ainsi qu'un rapport interne sur le même sujet (Race Equality Advisor, 2000).

V. Les populations carcérales

109Le nombre de détenus au sein des prisons françaises a atteint un pic d'environ 55 000 en 1996 puis a régulièrement décru pour atteindre 49 718 en juillet 2001 pour ensuite augmenter à nouveau jusqu'à atteindre 56 385 au milieu de l'année 2002 puis 60 963 à la fin du premier semestre de 2003. La baisse des effectifs peut être en grande partie attribuée à la réduction du nombre des détenus en préventive. La population carcérale anglaise et galloise, quant à elle, avait augmenté régulièrement depuis les années 80 pour atteindre 70 014 en 2002 (voir le Tableau 2). Par la suite, ce nombre a continué à augmenter : il était d'environ 74 000 à la fin de l'année 200312. Cependant, les différences entre les pays quant à la taille de la population carcérale ne se reflètent pas directement dans leur nombre respectif d'établissements pénitentiaires. En effet, la France comptait 185 prisons en 2003 alors que l'Angleterre et le pays de Galles n'en recensaient que 140. Néanmoins, la suroccupation des cellules est une des caractéristiques aux prisons de ces pays (voir le Tableau 3). D'autre part, en juin 2002 l'Angleterre et le pays de Galles possédaient le taux d'emprisonnement le plus important en Europe : 137 pour 100 000 individus contre 87 pour 100 000 en France.

110En raison de la difficulté d'établir une équivalence entre les définitions des délits criminels des deux pays, nous n'essaierons pas de faire des comparaisons directes entre les modèles de comportements délictueux pour lesquels les détenus ont été emprisonnés. Les tableaux 4 et 5 se contentent de faire état des statistiques officielles.

TABLEAU 3 – Taux d'occupation par 100 places de prison et taux d'emprisonnement par 100 000 personnes, France, Angleterre et Pays de Galles, 2002

TABLEAU 3 – Taux d'occupation par 100 places de prison et taux d'emprisonnement par 100 000 personnes, France, Angleterre et Pays de Galles, 2002

Sources : Prison Statistics England and Wales 2002. National Statistics Cm 5996. Table 1.19 ; Chiffres-clés de la Justice. L'Administration pénitentiaire. 1 avril 2003.

TABLEAU 4 – Prisonniers condamnés par groupe de délit, France, 2003

TABLEAU 4 – Prisonniers condamnés par groupe de délit, France, 2003

Source : Chiffres-clés de la Justice. L'Administration pénitentiaire. 1 avril 2003.

TABLEAU 5 - Prisonniers adultes condamnés par type de délit, Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002

TABLEAU 5 - Prisonniers adultes condamnés par type de délit, Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002

Source : Adapted from Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics Cm 5996. Table 1.5.

  • 13 Les Chiffres Clés de l'Administration Pénitentiaire, Paris : Ministère de la Justice, novembre 2003 (...)
  • 14 Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics, Cm 5996, Table 2.2.

111D'autres différences entre les deux systèmes carcéraux et leurs structures respectives de justice criminelle tendent à apparaître lorque l'on prend en compte les types de détention. Le Tableau 1 montre que les prisons françaises avaient en leur sein en 2002 une proportion bien plus élevée de prisonniers en détention préventive (33 %) que leurs homologues anglais et gallois (18 %). Le nombre moyen de jours de détention préventive s'établissait pour la France en 2002 à 115 jours13 contre 43 en Angleterre et au pays de Galles14. En outre, le pourcentage de prisonniers purgeant en France des peines inférieures à un an (34 %) est plus de deux fois supérieur à celui enregistré en Angleterre et au pays de Galles (14 %) (voir le Tableau 2).

112En prenant en compte les légères nuances quant à la définition des classes d'âge existant entre la France et l'Angleterre/pays de Galles, les tableaux 6 et 7 montrent qu'il existe deux différences principales. D'une part, les individus ayant moins de 25 ans sont surreprésentés dans les deux systèmes carcéraux ; toutefois cette surreprésentation est légèrement moindre en France. L'indice de surreprésentation des prisonniers âgés de moins de 25 ans est de 2,66 en Angleterre et au pays de Galles contre 2,14 pour les détenus français. D'autre part, les prisons françaises avaient en leur sein un nombre de détenus âgés de plus de 40 ans supérieur de 7,4 % à celui relevé au sein des établissements britanniques.

TABLEAU 6 - Prisonniers condamnés par âge, France 2003, Angleterre et Pays de Galles 2002

TABLEAU 6 - Prisonniers condamnés par âge, France 2003, Angleterre et Pays de Galles 2002

Sources :
(1) Chiffres-clés de la Justice. L'Administration pénitentiaire. 1 avril 2003.
(2) Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 1.9.

TABLEAU 7 - Comparaison des groupes d'âge dans la population générale et en prison Angleterre, Pays de Galles et France

TABLEAU 7 - Comparaison des groupes d'âge dans la population générale et en prison Angleterre, Pays de Galles et France

Sources :
(1) Census 2001, England and Wales.
(2) Prison Statistics, England and Wales 2002.
National Statistics. Cm 5996. Table 1.9.
(3) Chiffres-clés de la justice, l'administration pénitentiaire. 1 avril 2003.
(4) INSEE Recensement de la population 1999.

  • 15 Il vaut la peine de préciser, d'un point de vue historique, que les femmes représentaient 17,1 % de (...)

113Les femmes représentaient 3,73 % de la population carcérale française en 2003 et 6 % de celle de l'Angleterre et du pays de Galles15. Le taux de femmes incarcérées augmente régulièrement au Royaume-Uni depuis 1968 et s'explique principalement par l'augmentation du nombre des délits en rapport avec la drogue. De fait, en 2002, 40 % des femmes détenues en Angleterre et au pays de Galles purgeaient des peines relatives à des délits concernant les stupéfiants contre 16 % chez les hommes. Notons également que les étrangères représentent environ deux tiers des femmes détenues dans les prisons anglaises.

114L'appartenance ethnique est un concept connu pour être particulièrement délicat. L'Administration Pénitentiaire française semble ne tenir aucun compte de l'appartenance ethnique des prisonniers – elle n'enregistre que la nationalité du détenu ainsi que celle de ses parents – tandis qu'en Angleterre et au pays de Galles il s'agit d'un aspect important que ce soit pour le contrôle, les pratiques ou encore la vie quotidienne des détenus. Le tableau 8 montre comment la population carcérale se répartit au sein des différentes catégories ethniques définies par le Prison Service. Ces chiffres appellent deux commentaires. Tout d'abord, les Musulmans sont répartis de façon inégale entre les différentes catégories ethniques – mais peut-être pas de façon aussi inégale que leur image publique aurait pu le suggérer, ce qui apparaît de façon évidente dans le tableau 9. Les femmes issues d'Asie du Sud sont particulièrement sous-représentées. En second lieu, il conviendrait d'établir un distinguo entre les détenus qui ont leur résidence habituelle au Royaume -Uni et ceux pour lesquels ce n'est pas le cas. Si l'on se reporte aux chiffres relatifs à la nationalité afin de tenter de prendre en compte cette distinction, il apparaît que, parmi les détenus étrangers, 26 % sont des blancs, 50 % des noirs, 7 % des ressortissants provenant du sud de l'Asie et 17 % des Chinois et des ressortissants issus d'autres catégories ethniques. Si l'on analyse séparément les chiffres relatifs aux femmes étrangères, on constate que 17 % d'entre elles sont des blanches, 71 % des noires, 1,8 % sont issues d'Asie du Sud et 10 % sont chinoises ou appartiennent à d'autres groupes ethniques.

TABLEAU 8 - Population en prison selon l'ethnicité, Angleterre et Pays de Galles, 30 juin 2002

TABLEAU 8 - Population en prison selon l'ethnicité, Angleterre et Pays de Galles, 30 juin 2002

Source : Adapted from Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 6.1.

115En d'autres termes, il existe des différences importantes entre les hommes et les femmes pour ce qui est des détenus d'origine étrangère. Il apparaît également des différences importantes si l'on examine les délits pour lesquels ces détenus ont été placés en détention : 83,5 % des femmes détenues d'origine étrangère ont été condamnées pour des questions de drogue contre 28 S pour les femmes ayant la nationalité britannique et 48 % pour les hommes de nationalité étrangère.

TABLEAU 9 - Genre et ethnicité des prisonniers Musulmans, Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002

TABLEAU 9 - Genre et ethnicité des prisonniers Musulmans, Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002

Source : Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996.Table 7.4.

TABLEAU 10 - Les groupes ethniques parmi les nationaux étrangers en prison, comparaison avec la population générale de l'Angleterre et du Pays de Galles

TABLEAU 10 - Les groupes ethniques parmi les nationaux étrangers en prison, comparaison avec la population générale de l'Angleterre et du Pays de Galles

Sources :
(1) Prison Statistics England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 6.3.
(2) Census of England & Wales, 2001.

116Alors que les citoyens français dont le père est né en Afrique du Nord représentent 5,8 % de la population française, leur taux de représentation au sein des prisons françaises est cinq fois supérieur, soit 30 %. Les détenus dont la mère est née en Afrique du Nord représentent 22,2 % de la population carcérale mais seulement 5 % de la population française. Dans les deux cas, les détenus ayant des parents nord-africains (leur père, leur mère ou encore les deux) sont proportionnellement beaucoup plus nombreux dans les prisons qu'au sein de la société française dans sa globalité. Ces chiffres semblent confirmer une opinion très répandue selon laquelle la proportion de Musulmans dans les prisons françaises est bien plus importante qu'elle ne l'est dans la société française prise dans sa totalité.

117L'hypothèse selon laquelle les Maghrébins (les personnes d'origine nord-africaine) sont les seuls Musulmans vivant en France est bien entendu erronée mais compte tenu du manque de chiffres relatifs à la proportion de Musulmans en France les chiffres relatifs aux Maghrébins peuvent tenir lieu d'indicateur fiable de la surreprésentation des Musulmans au sein de la population carcérale française. En outre, ces chiffres confirment les rapports de l'Administration Pénitentiaire et plus particulièrement ceux des personnels des prisons selon lesquels il existe une proportion importante de détenus de confession Musulmane dans les prisons.

  • 16 Voir le tableau 1.03 de Les Chiffres Clés de l'Administration Pénitentiaire, Paris : Ministère de l (...)

118Ce serait cependant faire fausse route que de déduire de ces statistiques que l'Islam en tant que tel – ou tout du moins une origine Musulmane – est la seule et unique cause de cette surreprésentation. Les statistiques des prisons françaises montrent que la classe sociale constitue également un facteur important pour ce qui est de l'emprisonnement. Les individus dont le père est issu de la classe ouvrière sont proportionnellement beaucoup plus nombreux dans les prisons que ne le sont les enfants de cadres supérieurs. Les prisonniers dont le père est ou était cadre représentent 6,6 % de la population carcérale, ils correspondent à 7,9 % des "familles ordinaires" françaises. Cela signifie qu'il y a proportionnellement moins d'individus incarcérés issus des classes moyennes et moyenne supérieure qu'il n'y en a dans la société française prise dans sa globalité. Cette différence serait sans doute encore plus importante si les délits sexuels (la pédophilie et la délinquance sexuelle à l'égard des femmes) n'étaient pas, contrairement à ce qui se pratiquait dans le passé, pris autant au sérieux. Environ 47,2 % des détenus ont un père issu de la classe ouvrière alors que cette origine sociale ne concerne que 32,4 % de la population française globale16. En d'autres termes, le fait d'appartenir aux classes inférieures accroît le risque de se retrouver en prison. En dépit d'une criminalisation récente de la pédophilie, du harcélement sexuel et des délits financiers (crimes pour lesquels de nombreux individus issus des classes moyenne et supérieure sont condamnés), force est de constater que l'origine sociale demeure un facteur important.

119Pourtant, le pourcentage de détenus Musulmans au sein des prisons françaises est significativement plus élevé que le chiffre auquel on pourrait s'attendre si l'origine sociale des parents était prise en compte chez les individus d'origine nord-africaine. D'autres facteurs comme le fait d'habiter une banlieue défavorisée (Marpsat & Laurent, 1997), les préjugés sociaux à l'égard des immigrants en provenance d'Afrique du Nord ou encore la présence de réseaux criminels au sein de ces banlieues contribuent à augmenter la proportion d'individus d'origine nord-africaine parmi les détenus. Le rapport NACRO (2000 : 3) "Race and Prisons" concernant l'Angleterre et le pays de Galles vient également confirmer l'hypothèse selon laquelle la surreprésentation des noirs et des individus appartenant à d'autres minorités ethniques dans la population carcérale reflète des handicaps systématiques liés au "chômage, à la pauvreté, au fait d'être sans-abri ou d'avoir un niveau moindre d'éducation", handicaps que vient encore aggraver la discrimination raciale.

120Il est beaucoup plus aisé de connaître l'orientation religieuse des détenus en Angleterre car, en raison de l'absence de séparation constitutionnelle entre la religion et l'État, il n'existe aucun obstacle juridique à la collecte de statistiques officielles relatives à la religion. C'est donc tout naturellement que le système carcéral recueille des données détaillées quant à la religion des détenus et ce depuis de nombreuses années. Autrefois ces renseignements étaient recueillis par les aumôniers chrétiens une fois par an lors d'une journée prédéterminée ; cependant, depuis 1999, les données sur la confession des détenus sont enregistrées dans le Local Inmate Data System (système local de renseignements sur les prisonniers) de chaque prison puis adressées aux bureaux centraux du Prison Service. Ce changement de pratique permet sans doute d'avoir des statistiques plus étoffées mais ce système ne permet pas de conserver la trace du changement de catégorie religieuse d'un détenu. Ces chiffres ne peuvent par conséquent pas servir de source fiable pour évaluer le nombre de conversions, de passages, d'une religion à une autre.

121Au moment de leur entrée en prison, tous les prisonniers ont la possibilité de déclarer leur appartenance ou leur rattachement à l'une des communautés religieuses au nombre de quarante environ. Cependant, comme le Tableau 11 le montre clairement, la catégorie "sans religion" correspond dorénavant au deuxième groupe le plus important du point de vue du nombre de détenus. Cette catégorie "sans religion" connaît une augmentation plus rapide que toutes les autres depuis les années 70. Elle a augmenté de 182 % entre 1993 et 2001, surpassant de loin le taux de croissance de la population carcérale durant la même période. Il ne faut néanmoins pas perdre de vue que six autres caractéristiques de la répartition des détenus au sein des communautés religieuses présentent un intérêt tout aussi intéressant et pertinent pour notre enquête.

TABLEAU 11 - Appartenance religieuse des prisonniers, 30 juin 2002, comparaison avec l'identité religieuse de a population de l'Angleterre et du Pays de Galles

TABLEAU 11 - Appartenance religieuse des prisonniers, 30 juin 2002, comparaison avec l'identité religieuse de a population de l'Angleterre et du Pays de Galles

Sources :
(1) Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 7.1.
(2) Census of England and Wales 2001.

122Tout d'abord les chrétiens constituent toujours, et de loin, le groupe le plus important avec 58 % de la population carcérale. Les anglicans, la catégorie la plus importante chez les chrétiens, sont deux fois plus nombreux que les catholiques qui eux occupent la deuxième place par le nombre de fidèles. Les autres communautés chrétiennes occupent comparativement une place réduite. Notons également que la part des détenus se déclarant chrétiens diminue depuis plusieurs décennies.

123Deuxièmement, le nombre de détenus enregistrés dans les catégories hindou et sikh connaît une augmentation lente depuis de nombreuses années mais stagne à un niveau relativement bas et peine à suivre le taux de croissance de la population carcérale. Par contraste, les bouddhistes ont vu leur nombre augmenter de 174 % entre 1993 et 2001 ; il faut certes reconnaître que leur nombre était, au départ, particulièrement peu important. Seule la part des Musulmans parmi les détenus connaît un taux de croissance conséquent et en augmentation. En effet, bien qu'ils ne représentent que 8 % des prisonniers, l'Islam est la religion déclarée de 77 % de la totalité des détenus ne se rattachant pas à la communauté chrétienne. Seules les catégories "bouddhiste" et "sans religion" enregistrent des taux de croissance supérieurs ; le nombre de détenus Musulmans a en effet augmenté de 140 % entre 1993 et 2001, période durant laquelle la population carcérale n'a crû comparativement que de 58 %. Durant la même période, le nombre de détenus juifs a chuté de 24 %.

124Troisièmement, les caractéristiques de la répartition des détenus d'Angleterre et du pays de Galles au sein des différentes communautés religieuses diffèrent de celles constatées dans la population globale de ces pays. Comme le montre le Tableau 11 qui se base sur les réponses données à la question facultative "Quelle est votre religion ?" lors du recensement de 2001, la part des chrétiens au sein de la population entière est nettement supérieure avec 71,7 % à celle relevée parmi les détenus ; quant aux Musulmans et aux personnes se déclarant "sans religion", leur part, avec respectivement 3 % et 14,8 %, est moindre que celle constatée au niveau de la population carcérale. De ce point de vue, parmi beaucoup d'autres, les détenus ne sont pas représentatifs de la population globale du pays dans lequel ils sont incarcérés.

125Quatrièmement, la part des femmes détenues à avoir déclaré ne pas avoir de religion est inférieure à celle constatée chez les hommes (28 % contre 31 % ; par contre, chez les femmes, la part des chrétiennes est supérieure avec 70 %. La probabilité d'avoir une appartenance religieuse s'accroît avec l'âge aussi bien chez les femmes que chez les hommes. Parmi les détenus dont l'âge est compris entre 15 et 17 ans, ceux qui déclarent ne pas avoir de religion constituent 59 % de cette classe d'âge tandis que ce taux descend à seulement 15 % chez les prisonniers âgés de soixante ans et plus.

126Cinquième point, la relation qui existe entre religion et appartenance ethnique apparaît de façon relativement claire. Le tableau 12 montre que les détenus blancs sont majoritairement chrétiens (63 %) et qu'ils affichent le plus fort pourcentage d'individus "sans religion" (34 %) parmi toutes les catégories ethniques. La plupart des détenus noirs sont chrétiens (54 %), 27 % d'entre eux déclarent ne pas avoir de religion et 16 % être Musulmans. Les individus d'origine sud-asiatique sont majoritairement Musulmans (73 %) et seulement 3 % d'entre eux déclarent ne pas avoir de religion. L'Islam est également la religion la plus largement revendiquée chez les détenus chinois ou ayant pour origine un autre pays asiatique. Par ailleurs c'est la religion où la diversité ethnique est la plus forte.

  • 17 Les principaux groupes ethniques ont été divisés en sous-catégories comme, par exemple, "pakistanai (...)

127Selon le tableau 9, la catégorie Musulmane révèle des disparités supplémentaires en fonction du sexe. D'une part, la proportion de femmes blanches parmi les Musulmanes est proche du double de celle des hommes blancs parmi les Musulmans et, d'autre part, la proportion d'hommes Musulmans et pakistanais était en 2001 près de deux fois plus importante que celle des femmes Musulmanes et pakistanaises17. Tous ces chiffres montrent que les prisons anglaises et galloises présentent une grande diversité quant à la religion déclarée par leurs détenus et que, pour ce qui est de la majorité des prisonniers, il y a un lien clair entre type de religion, absence de religion et appartenance ethnique.

TABLEAU 12 - Appartenance religieuse des prisonniers et groupe ethnique Prisoners' Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002

TABLEAU 12 - Appartenance religieuse des prisonniers et groupe ethnique Prisoners' Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002

Source : Adapted from Prison Statistics, England and Wales 2001. National Statistics. Cm 5996. Table 7.3.

128Pour terminer, il convient de signaler qu'il est difficile de procéder à des associations entre religion et durée de peine, particulièrement si l'on prend en compte les facteurs âge et type de délit. En outre, en raison du petit nombre de détenus présentant certaines combinaisons particulières de religion et de durée de peine, il serait peu prudent d'accorder une trop grande importance aux chiffres du tableau 13. Il est néanmoins intéressant de relever certains écarts par rapport à la durée de peine moyenne de la population carcérale prise dans sa globalité. À titre d'exemple, 42 % des détenus bouddhistes purgeaient des peines supérieures à dix ans en 2001 alors que seulement 12 % de la totalité des prisonniers (et seulement 9 % de ceux ayant déclaré ne pas avoir de religion) purgeaient des peines aussi longues. A l'autre extrémité, seulement 5 % des bouddhistes purgeaient des peines inférieures à 12 mois tandis que 20 % de tous les prisonniers et 26 % des détenus sans religion faisaient partie de cette catégorie.

TABLEAU 13 - Pourcentage de prisonniers condamnés par religion et durée de la peine Angleterre et Pays de Galles, Septembre 1999

TABLEAU 13 - Pourcentage de prisonniers condamnés par religion et durée de la peine Angleterre et Pays de Galles, Septembre 1999

Source : adapted from F. Guessous, N. Hooper and U. Moorthy 2000.

129La répartition des durées de peine en fonction de la religion fait apparaître deux pics pour les détenus ayant déclaré avoir une religion (hormis les bouddhistes) : le premier va de 1,5 à 3 ans et le second de 5 à 10 ans. Pour les bouddhistes, les deux pics concernent les peines comprises entre 5 et 10 ans et la prison à vie. Une nouvelle fois, le contraste le plus fort par rapport aux chiffres globaux concerne les détenus ayant déclaré ne pas avoir de religion ; en effet, la majorité d'entre eux purgent des peines soit inférieures à 6 mois soit comprises entre 1,5 et trois ans.

VI. Structure du livre

130Les équipes d'enquêteurs de chaque pays ont tout d'abord exploité leurs propres entretiens, observations de terrain et pièces documentaires avant de rédiger une ébauche d'analyse des thèmes retenus. Ils se sont également échangés leurs écrits respectifs avant de discuter de la façon dont ils pourraient les intégrer dans un texte commun. Après un délai supplémentaire de réflexion ainsi qu'un temps de discussion, Jim Beckford a amendé le texte et en a uniformisé le style de présentation.

131Toutefois, cet ouvrage s'efforce de ne pas aplanir les différences importantes qui existent entre les matériaux récoltés dans chacun des pays. En fait, notre objectif a été de conserver autant que possible la "couleur locale" et de n'insister sur les points de convergence entre les pays que lorsque cela se justifiait pleinement. C'est la raison pour laquelle le traitement de certaines questions occupe plus ou moins de place en fonction du pays étudié.

132Le cadre conceptuel et théorique du livre est présenté au chapitre 2. Les notions-clefs en sont la "race", l'appartenance ethnique et la religion mais le raisonnement insiste sur le fait que ces concepts ont eu tendance à évoluer de façon très différente de chaque côté de la Manche. Alors que les statistiques officielles, les chercheurs et les hommes politiques de Grande- Bretagne utilisent pleinement ces notions dans une démarche de compréhension et d'action par rapport aux caractéristiques de l'immigration et de l'installation des étrangers, cette pratique est moins répandue en France. Il n'en est pas moins vrai que les questions relatives à l'identité des Musulmans et aux opportunités se présentant dans leur vie – particulièrement en ce qui concerne les jeunes Musulmans issus de milieux défavorisés – suscitent un grand intérêt dans les deux pays. C'est la raison pour laquelle la façon dont les Musulmans sont répartis entre différentes catégories au sein des établissements pénitentiaires est un point de réflexion central non seulement de ce chapitre mais aussi du livre tout entier. Le chapitre se termine par une réflexion de nature philosophique sur la portée théorique et politique des différents discours qui s'opposent au sujet des minorités, des communautés et du multiculturalisme.

133Le chapitre 3 fait glisser le raisonnement du point de vue théorique vers l'empirisme. Il présente les principales caractéristiques des contextes politiques, sociaux et religieux en France ainsi qu'en Angleterre et au pays de Galles, contextes dans lesquels cette étude sur les détenus Musulmans a été réalisée. Les particularités les plus frappantes du contexte britannique concernent les relations entre Église et État, les différences entre les communautés Musulmanes, les problèmes de racisme et d"'Islamophobie", le défi représenté par l'extrémisme Musulman et les nombreuses difficultés liées aux prisons. Le contexte français est quant à lui dominé par le terme laïcité, une forme de républicanisme séculier omniprésent dans les écoles et autres institutions publiques. La laïcité façonne non seulement la perception de l'importante minorité Musulmane de France mais également les politiques et stratégies mises en œuvre afin de gérer la diversité ethnoreligieuse du pays. Toutefois ce chapitre tend à montrer que la notion de laïcité s'applique de façon ambiguë au sein des prisons françaises et que, couplée à d'autres aspects des centres de détention, elle est à l'origine de problèmes spécifiques pour les détenus Musulmans. C'est la raison pour laquelle la part accordée dans le livre au traitement des prisonniers Musulmans n'est pas la même pour la France et la Grande-Bretagne.

134L'importance de certains des contrastes existant entre les stratégies françaises et britanniques vis à vis du traitement des détenus Musulmans apparaît clairement dans le chapitre 4. Ce dernier commence par montrer que depuis plus d'un siècle les prisons britanniques ont été largement dotées en locaux à finalité religieuse à l'intention des détenus. Il apparaît cependant tout aussi clairement que l'adaptation à la montée en puissance du nombre de détenus Musulmans depuis les années 70 a tout d'abord été lente. Il n'en reste pas moins que des changements récents et rapides quant à l'organisation des aumôneries ont facilité – et probablement contribué à réorganiser la pratique de l'Islam dans les prisons britanniques dans le cadre d'une campagne plus large visant à combattre le racisme et à promouvoir les valeurs liées à la "diversité". Par contraste, la pratique de l'Islam en France est gênée en partie par les faibles moyens alloués au domaine religieux et en partie également par l'exclusion ou la marginalisation des imams – relativement peu nombreux – autorisés à rendre visite aux prisonniers. Il en résulte des niveaux élevés de mécontentement et d'aliénation chez les détenus Musulmans et, en l'absence d'imams, ces derniers ont de nombreuses occasions de cultiver des points de vue "extrémistes".

135Étant donné que la plupart des détenus Musulmans appartiennent à des minorités ethniques visibles et que beaucoup d'entre eux sont des ressortissants étrangers, le chapitre 5 cherche à déterminer à quel point leur traitement en univers carcéral fournit les preuves d'une discrimination basée sur la "race" ou l'appartenance ethnique. À nouveau, il apparaît que les lois britanniques ainsi que les politiques mises en œuvre dans les prisons de Grande-Bretagne ont pour but d'identifier et de protéger les minorités clairement repérées, minorités parmi lesquelles l'on retrouve les Musulmans. Néanmoins, les détenus Musulmans continuent à affirmer qu'ils sont toujours victimes de discrimination raciale et ceci en dépit du fait que les gardiens de prison nient que le racisme manifeste soit couramment répandu au sein des établissements où ils exercent. Les prisonniers Musulmans incarcérés dans les prisons françaises prétendent également que les gardiens les traitent systématiquement de façon raciste et que l'Islam est fréquemment la cible d'attaques de leur part. Comme il n'existe pas de cadre administratif ou de politiques bien définies visant à protéger les Musulmans ou les minorités ethniques, les prisonniers n'ont qu'une confiance très limitée dans les procédures d'enquête concernant les plaintes pour racisme. Les accusations récurrentes de racisme anti-Musulman dans les prisons des deux pays nous amènent à nous interroger sur la façon dont leur administration pénitentiaire respective réagit face à ce problème.

136Le chapitre 6 étudie la vie quotidienne des détenus Musulmans et cherche à déterminer en particulier jusqu'à quel point la vie carcérale façonne leur identité en tant que Musulmans. Dans le cas de l'Angleterre et du pays de Galles, la classification des détenus élaborée par le Prison Service vient se substituer à une répartition en catégories qui leur serait propre. Les détenus sont particulièrement attentifs aux aspects suivants : respect des exemplaires du Coran, de la nourriture halal, propreté physique et pudeur. En France, les modèles que sont l'universalisme et la laïcité interdisent la reconnaissance des minorités ethniques dans la sphère publique. Cependant, force est de constater que les préjugés vis-à-vis des Nord-Africains et des Musulmans dominent le contexte carcéral général. Les détenus Musulmans ont, de leur côté, développé une identité forte en tant que groupe, celui des jeunes issus des banlieues difficiles. Ils se tournent vers leur propre interprétation de l'Islam que ce soit pour être guidés ou pour trouver du réconfort face à leur condition ; ils cherchent également à effacer la honte dont ils souffrent par le biais d'un Islam radical.

137Le chapitre 7 cherche à savoir principalement si la présence d'imams Musulmans ou d'aumôniers a un impact important sur l'auto-identification des prisonniers en tant que Musulmans, sur leurs pratiques religieuses ou encore sur l'attitude du personnel vis-à-vis de l'Islam. Les prisons anglaises et galloises ont peu à peu créé des espaces destinés à des imams à temps plein ou à temps partiel au sein des équipes d'aumônerie qui étaient déjà en place. Cependant, il continue à exister des interrogations quant au degré d'intégration de ces imams dans toutes les fonctions. Il apparaît que les détenus Musulmans apprécient beaucoup leurs imams. La présence d'imams à temps plein dans un nombre croissant de prisons commence à influencer non seulement le fonctionnement des aumôneries mais également les programmes visant à développer la diversité et à combattre les comportements délictueux. La situation en France est nettement différente dans la mesure où le nombre d'imams se rendant dans les prisons est faible comparativement à celui des détenus Musulmans ; en outre, les prisons françaises n'ont jamais abrité en leur sein de grosses structures destinées aux aumôneries. Cela a pour conséquence que les prisonniers Musulmans éprouvent des difficultés à remplir leurs obligations religieuses minimales en ce qui concerne leur nourriture, la propreté corporelle et les prières. Ils nient le fait que leur religion soit respectée. Certains d'entre trouvent un réconfort auprès d'autres détenus qui délivrent un message politico-religieux radical et qui assument de façon informelle des fonctions de chef.

138En conclusion, nous avons rassemblé les multiples différences répertoriées par le livre entre le traitement des détenus Musulmans dans les prisons françaises et celui observé au sein des établissements pénitentiaires anglais et gallois. Il s'agit de resituer ces différences dans un contexte de facteurs politiques, légaux, historiques et religieux, facteurs qui ont façonné la perception des minorités dans chacun de ces pays ainsi que les réponses que ces derniers ont apportées en terme de politiques, de stratégies et de pratiques. Les recommandations qui figurent dans ce chapitre prennent en compte ces différences tout en insistant sur l'importance de revoir certains aspects de la situation actuelle. L'argument final est le suivant : étant donné que la population Musulmane en Europe est importante et en expansion – que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur des prisons -, il est capital de trouver un moyen de réconcilier le droit à la différence avec le droit à l'égalité.

139La signification des nombreux termes arabes, urdu et anglais qui figurent dans le texte est donnée en français entre parenthèses. Le Glossaire fournit une liste de ces termes et aussi, dans certains cas, une explication plus approfondie de leur signification.

Notes

1 J. Beckford souhaite remercier chaleureusement le Leverhulme Trust pour son généreux soutien lors de l'étude précédente.

2 Nous remercions le Conseil pour la recherche économique et sociale pour avoir financé notre projet intitulé "les Musulmans en prison, un défi européen".

3 Les quatre composantes principales du Royaume Uni sont l'Ecosse, l'Irlande du Nord, le pays de Galles et l'Angleterre. Pour les questions juridiques et administratives, le pays de Galles est associé à l'Angleterre. C'est le cas pour les prisons. Le Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles est distinct des administrations pénitentiaires écossaise et d'Irlande du Nord. Pour des questions de style, nous utilisons parfois le terme 'Grande Bretagné' à la place de 'Angleterre et pays de Galles'.

4 Voir Le Caisne (2000) pour davantage de précisions concernant les difficultés méthodologiques et éthiques que posent les enquêtes au sein des prisons françaises.

5 En 2000, Dominique Vasseur (2000), médecin à la prison de La Santé située à Paris a écrit un livre très critique sur les conditions de santé et d'hygiène des détenus. Ce livre a créé un tollé au sein des autorités carcérales qui estimaient que le point de vue était partial et ne prenait pas suffisamment de distance par rapport aux attitudes et aux déclarations des détenus. Elles ont également accusé le livre de ne pas avoir pris en compte les progrès réalisés en ce qui concerne les conditions de détention dans cette vieille prison. Ceci a rendu certains directeurs peu enclins à laisser entrer des chercheurs qui pourraient s'avérer très critiques ou partiaux.

6 Ce terme n'a pas d'équivalent dans la langue anglaise. Il correspond à une attitude de la République française qui reste neutre vis-à-vis de la religion et qui exclut la religion de la sphère publique en France. L'aspect moral de la laïcité est particulièrement présent au sein des écoles publiques. Voir Chapitre 3.

7 Voir Combessie (2001) à propos des problèmes généraux des prisons et les directions prises par les recherches en milieu carcéral.

8 Dans le cadre de ses relations avec l'État français, l'Islam a été en partie institutionnalisée par la création d'une institution de type consistoire, "le Conseil Français du Culte Musulman", en décembre 2002 sous l'égide de Nicolas Sarkozy, le Ministre de l'Intérieur. Mais cette nouvelle institution Musulmane n'a pas montré de façon convaincante qu'elle était capable de résoudre les problèmes concrets des Musulmans français.

9 §14(2) Prison Act 1952 : les bâtiments accueillant des détenus doivent être "certifiés" par un inspecteur comme étant conforme à leur destination. Le CNA est le nombre maximum de détenus que peut accueillir un établissement spécifique.

10 Le chercheur a reçu une autorisation officielle d'utiliser un magnétophone dans la Prison 1 seulement durant la dernière semaine de son enquête de terrain qui a, au total, duré trois mois. Il a fallu près de trois mois pour que sa requête soit traitée par l'administration locale.

11 Voir : http ://www.homeoffice.gov.uk/justice/prisons/inspprisons/index.html

12 Home Office. Prison Population Brief. Novembre 2003. consultable en ligne http://www.homeoffice.gov.uk/rds/pdfs2/prisnov03.pdf [consulté le 30.3.04].

13 Les Chiffres Clés de l'Administration Pénitentiaire, Paris : Ministère de la Justice, novembre 2003 : 30.

14 Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics, Cm 5996, Table 2.2.

15 Il vaut la peine de préciser, d'un point de vue historique, que les femmes représentaient 17,1 % de la population carcérale en 1900.

16 Voir le tableau 1.03 de Les Chiffres Clés de l'Administration Pénitentiaire, Paris : Ministère de la Justice, novembre 2001 qui montre que le facteur "classe" joue un rôle important dans tous les groupes d'âge mais particulièrement pour la tranche d'âge comprise entre 18 et 24 ans, tranche d'âge où le taux d'incarcération est supérieur à celui des autres groupes d'âge.

17 Les principaux groupes ethniques ont été divisés en sous-catégories comme, par exemple, "pakistanais" dans les éditions antérieures à 2002 de Prison Statistics.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1 – Population des prisons par type de peine, France, Angleterre et Pays de Galles, milieu-2002
Légende Sources :(1) Chiffres-clés de la justice. Direction de l'Administration générale et de l'Équipement. Octobre 2002. Online at : www.justice.gouv.fr/chiffres/penit02.htm.(2) Average population in custody in 2002. Adapted from Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU 2 - Durée de la condamnation, tous délits, France, Angleterre et Pays de Galles, milieu-2002
Légende Sources :(1) Chiffres-clés de la justice. Direction de l'Administration générale et de l'Équipement. Octobre 2002. Online at : www.justice.gouv.fr/chiffres/penit02.htm.(2) Adapted from Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU 3 – Taux d'occupation par 100 places de prison et taux d'emprisonnement par 100 000 personnes, France, Angleterre et Pays de Galles, 2002
Légende Sources : Prison Statistics England and Wales 2002. National Statistics Cm 5996. Table 1.19 ; Chiffres-clés de la Justice. L'Administration pénitentiaire. 1 avril 2003.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU 4 – Prisonniers condamnés par groupe de délit, France, 2003
Légende Source : Chiffres-clés de la Justice. L'Administration pénitentiaire. 1 avril 2003.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre TABLEAU 5 - Prisonniers adultes condamnés par type de délit, Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002
Légende Source : Adapted from Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics Cm 5996. Table 1.5.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre TABLEAU 6 - Prisonniers condamnés par âge, France 2003, Angleterre et Pays de Galles 2002
Légende Sources :(1) Chiffres-clés de la Justice. L'Administration pénitentiaire. 1 avril 2003.(2) Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 1.9.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre TABLEAU 7 - Comparaison des groupes d'âge dans la population générale et en prison Angleterre, Pays de Galles et France
Légende Sources :(1) Census 2001, England and Wales.(2) Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 1.9.(3) Chiffres-clés de la justice, l'administration pénitentiaire. 1 avril 2003.(4) INSEE Recensement de la population 1999.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre TABLEAU 8 - Population en prison selon l'ethnicité, Angleterre et Pays de Galles, 30 juin 2002
Légende Source : Adapted from Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 6.1.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU 9 - Genre et ethnicité des prisonniers Musulmans, Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002
Légende Source : Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996.Table 7.4.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre TABLEAU 10 - Les groupes ethniques parmi les nationaux étrangers en prison, comparaison avec la population générale de l'Angleterre et du Pays de Galles
Légende Sources :(1) Prison Statistics England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 6.3.(2) Census of England & Wales, 2001.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 11 - Appartenance religieuse des prisonniers, 30 juin 2002, comparaison avec l'identité religieuse de a population de l'Angleterre et du Pays de Galles
Légende Sources :(1) Prison Statistics, England and Wales 2002. National Statistics. Cm 5996. Table 7.1.(2) Census of England and Wales 2001.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre TABLEAU 12 - Appartenance religieuse des prisonniers et groupe ethnique Prisoners' Angleterre et Pays de Galles, 30 Juin 2002
Légende Source : Adapted from Prison Statistics, England and Wales 2001. National Statistics. Cm 5996. Table 7.3.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU 13 - Pourcentage de prisonniers condamnés par religion et durée de la peine Angleterre et Pays de Galles, Septembre 1999
Légende Source : adapted from F. Guessous, N. Hooper and U. Moorthy 2000.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1480/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540