Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dépression, démence

 | 
Cécile Bolly
, 
Jean-Marie Degryse
, 
Carl Vanwelde

Raymond

Texte intégral

Autrefois, à Rome, on allait au zoo voir un chimpanzé. Un jour de désespoir, le singe a pris un seau d’eau et se l’est renversé sur la tête. L’eau dégoulinait sur ses yeux malheureux... Mon frère a maintenant ce regard du chimpanzé. Il est comme lui. Il ne comprend pas. Il n’aura jamais de réponse. Moi non plus.
Nadine Trintignant,
Ton chapeau au vestiaire

Récit du médecin

1Il arrive un jour où le peintre dépose son pinceau. J’interroge Raymond du regard en pénétrant dans son coquet appartement, lui proposant comme de coutume qu’il me fasse découvrir sa dernière Œuvre. Une consultation à son domicile est depuis vingt-cinq ans un bonheur répété, suscitant l’émerveillement devant les couleurs chatoyantes qu’il marie mieux que personne, la flamme des regards qui s’entrechoquent ou la brume de berges marines aux contours estompés. Ce matin, la brume est dans son regard : sa mémoire le lâche et cela le trouble. Sa sérénité a fait place à une inquiétude permanente qui lui ronge les nuits et rend ses doigts incertains. Discerner et mélanger les couleurs est devenu un calvaire, tout comme étendre le bleu du ciel sur une toile inondée de soleil.

2Sans un mot il me mène vers une peinture que je ne reconnais guère, croquis instantané d’une brocante qui détaille sa dérisoire richesse. Au centre de l’échoppe un buste de Marianne contemple un invraisemblable bric-à-brac d’ustensiles rouillés d’un autre âge, en attente d’un acquéreur. Du vrai vieux, chargé de souvenirs, sans valeur aucune, d’une propreté douteuse pour collectionneur pas trop regardant. Le regard de la Marianne de plâtre paraît s’attarder et une onde de tristesse l’envahir. J’observe Raymond du coin de l’Œil, remarque le tremblement involontaire qui secoue sa main, le clignement accéléré des paupières qui se plissent. « Vous demandiez à voir mon dernier tableau ? Ce sera le dernier. » Je m’enquiers du titre. Son épouse hésite, puis dans un souffle, lâche : « Où vais-je aboutir ? » Acte manqué ou message subliminal, l’allusion est transparente. Qu’il ait placé cette question métaphysique et éternelle dans la bouche de Marianne surplombant son misérable royaume, annonce le point final mis à son art. La sortie des artistes recèle souvent une part de grandeur.

Le dossier médical, une autre biographie

3Le court récit de Raymond aurait pu s’arrêter là, il possède sa cohérence sans qu’apparaisse la nécessité du drame. Raccrochant ses pinceaux, il aurait pu s’éteindre doucement durant une nuit, adieu l’artiste. Il ne connut pas cette chance.

4Sa longue descente aux enfers a commencé par une chute durant la nuit, en se rendant aux toilettes. Son épouse a entendu un bruit sourd et l’a retrouvé à terre, le pantalon de pyjama souillé d’urine. Il se plaint de mal à la tête et d’une méforme générale. Il n’y a pas eu d’épisode similaire précédemment mais l’impression d’ébriété est permanente depuis plusieurs semaines, accompagnée de somnolence diurne (« je m’endormirais là où je suis, même en pleine journée. ») Il ne présente aucun signe clinique inquiétant et l’examen neurologique est normal. Le patient apparaît bradypsychique, s’exprimant avec lenteur comme si chaque mot lui collait à la langue. Les hypothèses d’un accident vasculaire transitoire ou d’une crise épileptiforme ne peuvent ni l’une ni l’autre être exclues à ce stade.

5Son passé médical relève une ischémie cérébrale transitoire, marquée par une éclipse ayant débouché sur une endartérectomie carotidienne. La persistance de troubles de l’évocation des mots et une élocution laborieuse, l’ont handicapé dans ses contacts sociaux. Une cataracte bilatérale avec des taies de cornée a progressivement obscurci sa vision. Son ouïe a baissé, le privant des nouvelles du monde. Sont apparus ensuite les premiers troubles de la mémoire et de la concentration, soigneusement dissimulés avec la complicité de son épouse. Le patient se décrit en ce moment comme extrêmement déprimé, n’ayant aucune envie de faire quoi que ce soit, sans élan vital et ayant abandonné progressivement l’ensemble de ses activités de loisirs. Il ne pleure pas, n’a pas d’idée suicidaire. Sa conscience est intacte, il est bien orienté dans le temps et dans l’espace, et se révèle brillant au Mini Mental State Examination (MMSE) avec un score de 28/30. L’examen neurologique réalisé est normal, mais la marche est modérément perturbée, avec une certaine augmentation de la base de sustentation. S’il n’y avait quelques indices et antécédents neurologiques mineurs, on évoquerait volontiers une hypothèse mélancolique liée aux deuils de petits bonheurs successifs.

6Il présente le symptôme de l’agenda, que Nadine Trintignant a observé avec finesse chez son frère, atteint d’une démence d’Alzheimer, en découvrant après son décès le minuscule carnet où il notait ses activités quotidiennes. Une multitude de mots et de courtes notes, biffées, soulignées, fléchées comme pour ficeler les souvenirs qui s’évadent. Une page où sont écrits, l’un au-dessous de l’autre : « dirigeant et dirigan ». Les deux sont barrés. Le nom de la rue où on habite, le numéro de code et la mention « escalier gauche, dernier étage. » Ce symptôme de l’agenda vaut dans certains cas bien des examens complémentaires.

7Raymond se prête avec complaisance à une tomodensitométrie cérébrale, dont les conclusions assombrissent l’hypothèse minimaliste initiale. Une atrophie corticosous-corticale est bien visible, avec des séquelles d’infarctus cérébraux au niveau des noyaux gris centraux et des lobes temporaux gauches, sur un fond de lacunes punctiformes multiples. Le carrousel diagnostique tourne, la perception globale des symptômes déficitaires se précise : il est noté au dossier médical « un état multilacunaire clinique et radiologique, sans argument clinique pour une démence dégénérative à ce stade, accompagné d’un syndrome dépressif à traiter par un antidépresseur de type SSRI. »

8Le patient est informé du diagnostic, et son état n’évolue guère durant quelques semaines. Apparaissent ensuite progressivement une rigidité de la démarche et un tremblement permanent involontaire des deux mains, la fatigue et la somnolence diurne s’accentuent, de même que les symptômes ébrieux qui le gênent lors des promenades quotidiennes (« je crains que les voisins imaginent que j’ai bu en me voyant tituber. ») Effets secondaires iatrogènes liés à la prise des SSRI, parkinsonisme vasculaire ou dégénératif ? Causes ou conséquences, ces nouveaux symptômes intriqués n’améliorent guère son appétit de vivre. Il passe des moments de plus en plus longs dans de longues rêveries silencieuses, n’envisage l’avenir qu’en termes pessimistes. Il vend sa voiture, rentre son permis de conduire, vend quelques-unes de ses peintures et donne ses pinceaux. Il ne sort plus qu’accompagné et se décrit comme complètement dédoublé : émerveillé par la beauté du monde par moments, écrasé par une tonne d’air sur les épaules l’heure suivante.

Récit du patient

9« Lorsque je suis dans mon fauteuil, assis devant la télévision, j’ai à nouveau 20 ans. Je me réjouis du temps qu’il fait dehors, de la beauté des programmes télévisés et des images du monde, je fais des projets en permanence. Quand je me lève pour effectuer une tâche quotidienne banale, aller aux toilettes, me chercher un verre d’eau, aider à la vaisselle, j’ai cent ans et n’ai qu’une hâte : me rasseoir ou me coucher. L’interrogation apeurée et prémonitoire de Marianne « Où vais-je aboutir ? », ma dernière toile, ne me lâche plus guère. »

Récit de l’épouse

10« J’ai vécu une vie au paradis, je suis en enfer. Il était tendre et amoureux, il est devenu jaloux et soupçonneux, me surveille sans cesse, s’enquiert des personnes rencontré en rue quand je le délaisse un moment. Il parle de suicide, évoque sa cécité future, ses troubles d’audition et de compréhension. Il répète sans cesse les mêmes phrases, me redemande inlassablement les mêmes explications. Il confond les jours de la semaine, oublie les titres des informations télévisées qu’il suit pourtant journellement sans en rater une. Soudain, pour des raisons inexpliquées, il est à nouveau présent comme avant, joyeux, prévenant, enthousiaste, évoque la peinture et les amis, puis s’enfonce à nouveau. Ces périodes se font de plus en plus rares, de plus en plus brèves. La nuit il se réveille en sursaut, parfois en sueur, criant qu’il est cocu et qu’on tente de se débarrasser de lui. Son regard vide s’emplit d’une angoisse teintée de haine qui me terrorise : est-il à ce point triste ou devient-il fou ? »

11Que retenir ?

  • Les symptômes d’entrée du déclin cognitif et de la dépression sont ubiquitaires, parfois contradictoires, et présentent une chronologie déroutante.
  • Les symptômes organiques liés au simple vieillissement brouillent le tableau clinique et peuvent entraîner une tristesse liée aux pertes successives.
  • Certaines observations cliniques comme le symptôme de l’agenda, ou les ADL (Activities of Daily Living) comme on le verra plus loin, valent parfois bien des examens complémentaires.

12Questions

  • Quelle est la démarche clinique pour établir un diagnostic de démence ou de dépression chez la personne âgée ?
  • Existe-t-il des marqueurs spécifiques ?
  • Quelles investigations techniques réaliser ?

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540