Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dépression, démence

 | 
Cécile Bolly
, 
Jean-Marie Degryse
, 
Carl Vanwelde

Introduction. Rue d’Ulm 45

Texte intégral

Par un coup
par le son d’un caillou
par le son d’un bambou
j’ai tout oublié
j’en ai fi ni
avec toute l’intelligence
qui emplissait mon cerveau.
Kyogen
(forme comique du théâtre japonais traditionnel)

  • 1 Roger Pol Droit, Le bicentenaire de l’école normale supérieure. Portrait d’Althusser, le caïman pa (...)
  • 2 Philosophe français (1918-1990) considéré comme un acteur majeur du courant structuraliste des ann (...)

1Un jour de 1986, dit-on1, un homme à l’air égaré s’est présenté rue d’Ulm. Tous les habitués du lieu reconnurent la silhouette de ce revenant qui demandait où avaient lieu ses cours, ne suscitant d’autre réponse qu’un silence gêné. L’homme n’insista pas et finit par s’en aller, aussi brusquement qu’il était venu. Le décès de Louis Althusser2deux ans plus tard passera presque inaperçu : dément profond, il était déjà mort aux yeux du monde. On n’avait pas revu le philosophe à l’École normale supérieure depuis six ans. Exactement depuis le matin du 16 novembre 1980, où il avait dit au docteur Pierre Etienne, le médecin résidant sur place :« Pierre, viens voir, je crois que j’ai tué Hélène. » Juge-t-on une souffrance ? Celle d’Althusser durera dix ans de phases dépressives et de rémissions fugaces, débouchant sur sa désintégration mentale qu’il pressentait lorsqu’il écrivait en 1978 à l’un de ses premiers maîtres, Jean Guitton : « Mon univers de pensée est aboli. Je ne puis plus penser. »

Un oubli au double visage

  • 3 Dans la mythologie romaine, Janus est représenté comme un dieu à une tête mais présentant deux vis (...)

2Dépression et démence ne seraient-elles qu’une seule maladie, comme le double visage de Janus3qu’Ovide identifiait au Chaos ? L’image emblématique du dépressif sombrant dans la folie, ou son inverse tout autant décrit, fut exacerbée dans le cas d’Althusser par un procès retentissant où le philosophe, engagé politiquement dans le débat idéologique des vingt glorieuses, fut jugé irresponsable de ses actes. Dans le domaine artistique, littérature et cinéma ont fréquemment illustré les liens intimes unissant ces deux affections, y compris dans la propre existence de ses auteurs et acteurs. Les craintes prémonitoires d’une Marilyn Monroe dépressive, minée par des nuits d’insomnie et d’angoisses, hantée par l’image de sa propre mère démente font comme un écho à cette confidence en demi-teinte :« J’ai une mémoire merveilleuse quand il s’agit d’oublier. » Longtemps présentées comme un diagnostic différentiel à envisager lors de troubles mnésiques débutants, ces deux affections intriquées œ la démence et la dépression œ ne se limitent néanmoins pas à la sphère psychiatrique ou à quelques monstres sacrés, mais demeurent une énigme pour le corps médical confronté au déclin de la personne âgée qui se coupe progressivement du monde.

Une prévalence intriquée

  • 4 B Vellas, S Gauthier, H Allain, S Andrieu, Consensus sur la démence de type Alzheimer au stade sév (...)
  • 5 PL Loney, LW Chambers, KJ Bennett, JG Roberts, Les maladies chroniques au Canada, Agence de la san (...)
  • 6 Saba Moussavi, SomnathChatterji, Emese Verdes, Ajay Tandon, Vikram Patel, BedirhanUstun, Depressio (...)

3Ces deux pathologies également redoutées par le grand public présentent une prévalence similaire dans nos contrées : entre 7,5 % en France4, 8 % en Italie et 9 % en Belgique ou aux Pays-Bas5 pour la démence chez des sujets âgés de 65 ans et plus ; entre 6,2 et 8,3 % pour la dépression en Belgique selon que l’on observe la population des 64-75 ans ou des 75 et plus6. L’estimation du nombre de cas de démence peut toutefois fort varier selon les études en raison de la difficulté de son diagnostic au stade précoce. En ce qui concerne la prévalence des symptômes dépressifs dans la même population, si une moindre variabilité liée au vieillissement est manifeste, ils n’en occupent pas moins une place importante par leur fréquence et leurs conséquences sur la perte d’autonomie et l’institutionnalisation. Ces chiffres, et les hypothèses qui en découlent au plan étiopathogénique sur les liens unissant ces deux affections, feront partie de notre réflexion. Si se confirme en effet l’hypothèse que dépression et démence atteignent souvent ensemble la personne âgée, une question demeure à ce stade sans réponse : pourquoi cette simultanéité, liée à quels facteurs ? Est-elle le fait du simple hasard, d’une survenue fortuite, ou faut-il invoquer l’existence d’un facteur étiopathogénique commun, l’athérosclérose par exemple, provoquant l’apparition des deux affections de manière concomitante ? Une troisième hypothèse étant celle d’un facteur causal qui relierait les deux affections, l’apparition de l’une amenant l’autre. Cette piste, d’inspiration plus clinique, ne manque pas d’arguments mais doit être nuancée.

Le hasard fait-il bien les choses ?

4Démence et dépression représentent incontestablement un couple éminemment trompeur, égarant le diagnostic, dont l’étiopathogénie demeure incertaine à plus d’un égard, se dissimulant l’une derrière l’autre avec rouerie pour mieux se dérober au dépistage précoce. Tel est bien le débat : ne sont-elles que deux amies faisant route commune de manière fortuite, ou deux sœurs siamoises issues d’une pathologie organique unique préexistante, ou encore un couple mère-fille dont l’apparition presque simultanée est due à un facteur causal, l’une engendrant l’autre ? Les arguments pour chacune de ces hypothèses seront avancés avec toutes les précautions d’usage, sans prétendre imposer au lecteur une réponse univoque à la fin du parcours.

5Que retenir ?

  • Symptômes dépressifs et déclin cognitif sont fréquents chez la personne âgée.
  • Leur association est fréquente également.
  • Trois hypothèses sont avancées pour expliquer cette corrélation : 1. Le simple hasard ; 2. Une étiopathogénie commune, l’athérosclérose par exemple ; 3. Une filiation entre les deux tableaux, l’un étant la conséquence de l’autre, sans aucun facteur pathogène commun.

6Questions

  • Existe-t-il des symptômes d’entrée clairement identifiables pour différencier la démence et la dépression en phase initiale ?
  • Comment, dans cette phase initiale, les distinguer d’un simple vieillissement ?

Notes

1 Roger Pol Droit, Le bicentenaire de l’école normale supérieure. Portrait d’Althusser, le caïman parfait, Le Monde, 20.10.94

2 Philosophe français (1918-1990) considéré comme un acteur majeur du courant structuraliste des années 1960 avec Claude Lévi-Strauss, Jacques Lacan, Michel Foucault.

3 Dans la mythologie romaine, Janus est représenté comme un dieu à une tête mais présentant deux visages opposés.

4 B Vellas, S Gauthier, H Allain, S Andrieu, Consensus sur la démence de type Alzheimer au stade sévère, Revue de Gériatrie, Tome 30, N°9, novembre 2005, p. 628.

5 PL Loney, LW Chambers, KJ Bennett, JG Roberts, Les maladies chroniques au Canada, Agence de la santé publique du Canada, Volume 19, No 4-2000.

6 Saba Moussavi, SomnathChatterji, Emese Verdes, Ajay Tandon, Vikram Patel, BedirhanUstun, Depression, chronic diseases, and decrements in health: results from the World Health Surveys The Lancet -Vol. 370, Issue 9590, 8 September 2007, Pages 851-858.

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540