Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le bonheur aujourd’hui

 | 
Caroline Guibet-Lafaye

Jouir du bonheur ou le penser ?

Texte intégral

  • 1 Emmanuel Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1985 (...)

1« Malheureusement, le concept du bonheur est un concept si indéterminé, que, malgré le désir qu’a tout homme d’arriver à être heureux, personne ne peut jamais dire en termes précis et cohérents ce que véritablement il désire et veut »1.

2L’agir de la plupart des hommes rend manifeste le fait que le bonheur est pour chacun la chose la plus désirable de toutes, la fin de toutes les actions, ce que traduit la philosophie grecque de l’action en soulignant que le bonheur est la seule chose pour laquelle on n’a pas besoin de demander d’autre raison. Cette quête du bonheur anime les hommes depuis des siècles tout de même que le bonheur est objet de réflexion depuis des Millénaires. Quel questionnement peut donc aujourd’hui renouveler la pensée du bonheur ? Que peut ajouter la pensée contemporaine aux sagesses de l’Antiquité dans le domaine ? Le bonheur se vit-il aujourd’hui différemment de ce que l’on se représentait autrefois ? La pensée du bonheur est-elle tributaire du contexte historique et social des personnes qui le vivent ?

  • 2 Gilles Lipovetsky, Le bonheur paradoxal, Paris, Gallimard, 2006.

3Bien que tous le recherchent, chacun le trouve en accomplissant des choses différentes. Telle est la conclusion qui s’impose aujourd’hui avec d’autant plus d’évidence que nos sociétés et notre temps se sont orientés vers une approche libérale du bien et de la vie bonne : les agents nourrissent chacun des conceptions du bien propres dont ils poursuivent individuellement et indépendamment la réalisation. Les individus sont responsables de définir pour eux-mêmes ce qui est bon et la vie bonne est devenue une affaire de libre choix individuel. Pour cette raison, la notion même de bonheur a perdu, aux yeux de bien des contemporains, toute substance et tend à se dissoudre dans les plaisirs de la consommation. Ainsi Gilles Lipovetsky constate, dans Le bonheur paradoxal 2, que « les satisfactions vécues sont plus nombreuses que jamais. Mais la joie de vivre piétine ; le bonheur semble toujours aussi inaccessible alors que nous avons, au moins en apparence, davantage d’occasions d’en cueillir les fruits. […] Le bonheur a été transformé en une gamme infinie de produits et services à consommer et à posséder ».

  • 3 Il existe plusieurs formes d’utilitarisme. Dans sa forme classique, que l’on trouve notamment chez (...)
  • 4 L’utilité est la capacité pour un bien de servir à nos jouissances. Elle mesure la satisfaction pou (...)
  • 5 Du grec hedonê, le terme désigne les conceptions et théories du plaisir défendues à l’origine par A (...)

4Face à la diversité des biens qui se présentent à nous, nous n’avons pas une notion claire et bien définie de l’importance de ces derniers. Dans ce contexte libéral, les doctrines morales paraissent avoir perdu toute légitimité pour déterminer ce que nous pouvons dire être « important » et ce qui ne l’est pas. On ne sait plus ce qu’est le bonheur (il n’est plus ni moralité ni vertu) parce que la pensée contemporaine re­fuse de valoriser telle conception du bien plutôt que telle autre. On assiste aujourd’hui à une dissolution de la notion de bonheur. Les conceptions antiques du bonheur, fondée sur la vertu ou associé à l’activité intellectuelle, comme celle de Platon ou d’Aristote, sont tombées dans un complet oubli voire dans un large discrédit. Le plus souvent et sans le savoir, nous sommes utilitaristes. En effet l’utilitarisme, dans la variété de ses versions3, affirme sans ambiguïté aucune qu’une seule chose est importante : le bonheur humain, le plaisir et la réduction de la souffrance, les préférences effectives. Ce courant répond, à la question de la vie bonne, de la vie heureuse et à la recherche de critères à partir desquels mesurer la réussite ou l’échec d’une vie, par le plaisir ou l’utilité4. Dans cette perspective, le plaisir est la seule fin, dont la poursuite nous porte à concevoir des projets rationnels. Il est le seul bien intrinsèque. Que pouvons-nous en effet objecter à l’idée que la conduite rationnelle, consciente ou non consciente, est commandée par un ensemble d’activités conçues pour maximiser le solde net de sentiments agréables – comme le suggère l’hédonisme psychologique5?

  • 6 Charles Taylor, La liberté des Modernes, Paris, PUF, 1997, p. 290.

5Quoique notre mode de vie soit utilitariste, nous ne nierons pas que nous ne poursuivons pas simplement des fins (i.e. des objectifs) qui nous procurent des sentiments agréables mais également des biens de vie plus élevés que certains appellent « biens constitutifs »6, c’est-à-dire des biens qui engagent notre nature même, notre position dans le monde. Devant la pluralité des biens, quelle que soit leur importance respective, il nous faut choisir. Vivre selon des fins que nous avons choisies implique une comparaison entre les biens qui s’offrent à nous et qui seraient susceptibles de faire notre bonheur. La difficulté est alors – si tant est que cela soit possible – de les classer et/ou d’attribuer une priorité à l’un que l’autre n’aura pas. En somme, la vie nous impose d’intégrer ces fins, dans leur diversité, à la trame même de notre existence. Or l’identification de ces fins, c’est-à-dire des composants de tout projet de vie, et leur unification sont redoutables. Dans une perspective utilitariste et hédoniste, la difficulté est moindre puisque chacun vise à maximiser la somme des expériences plaisantes. Dans cette recherche hédoniste, le moi se réalise et accomplit son unité.

6La capacité de formuler une conception du bien et de choisir des fins fait de l’agent une personnalité morale. Celle-ci se réalise à travers un projet rationnel de vie. En raison de ses choix, la personne morale est portée à préférer et privilégier les conditions, qui lui permettent de construire un mode de vie exprimant aussi pleinement que possible sa nature d’être rationnel, libre et égal aux autres. La façon dont le moi et la réalisation de l’unité du moi adviennent ici passent par des modalités qui ne sont plus exclusivement celles que propose l’hédonisme. L’unité de la personne se révèle dans la cohérence de son projet.

  • 7 Platon, Gorgias, 506 b -508 c.

7Dès lors, la satisfaction éprouvée à l’égard des événements de la vie, des obstacles surmontés et des expériences vécues aussi bien qu’à l’égard des décisions de sa propre existence ne résulte pas seulement du fait que ce qui est vécu est plaisant ou produit un sentiment de plaisir. La satisfaction n’est pas seulement immédiate mais comporte aussi un facteur de réflexion consciente et d’appréciation de la vie comme un tout cohérent. Les individus sont loin d’être simplement des réceptacles où les plaisirs et les peines sont versés. Chacun se sert de ces plaisirs et de ces peines pour former une réalité de bonheur qui lui est propre. Ainsi la question de la vie heureuse se déploie et trouve son sens dans une exigence d’unification de l’existence. Par conséquent, le bonheur – pas plus que le souverain bien – n’est seulement une somme de biens particuliers. Il répond à une façon spécifique de se servir des biens de la vie. La réflexion sur le bien final, vers lequel se porte l’existence et qui lui confère son unité, oriente la façon dont se réaliseront des biens concurrents au sein d’une vie. En ce sens, le bonheur se tient dans une forme de délibération et d’unification réflexive que l’agent confère à sa propre existence. Ce serait une erreur de croire que la réussite de la vie est extérieure à l’état de l’agent. Comme le suggèrent certains – les philosophes de l’Antiquité notamment – le but de la vie humaine n’est pas d’avoir fait telle ou telle chose mais plutôt d’avoir instauré en son âme l’ordre qui lui est propre et d’être devenu telle ou telle personne7.

8La réflexion, menée par l’individu afin de produire une unification de son existence, vise à saisir et/ou à constituer le sens de sa vie, en d’autres termes un schème de compréhension unifié, susceptible d’être appliqué à son propre existence, dans la durée. Cette recherche d’unification n’implique aucune substantialisation de l’existence ni la référence à un modèle de vie digne d’être vécue. Très simplement, l’existence présente « un sens », lorsqu’elle paraît réaliser un bien : les projets de l’agent manifestent un lien minimal entre eux. L’existence perd l’aspect d’un ensemble incohérent ou d’une succession rhapsodique mais forme un tout que la délibération réflexive tend sans cesse à unifier. Il est vrai que cette capacité unificatrice de la rationalité est souvent décalée par rapport au vécu moral de l’agent concerné, c’est pourquoi la vie heureuse a souvent été envisagée comme une question ne pouvant trouver de réponse qu’au terme de l’existence.

1. Bonheur de l’instant et vie heureuse

  • 8 Élisabeth Couzon et Françoise Dorn, Petit manuel du bonheur au féminin, Paris, InterEditions, 2006. (...)

9Deux aspects, deux expériences au moins du bonheur doivent être distinguées : l’une, faite d’accomplissement(s), et l’autre faite exclusivement de la satisfaction de désirs immédiats. Cette distinction s’opère sur l’horizon d’une partition entre des désirs et des satisfactions de premier ordre, d’un côté, et, d’un autre côté, du ou des dé­sirs relatifs au bien final et global que nous souhaitons poursuivre au sein de notre vie entière. D’un côté, le bonheur s’éprouverait dans la satisfaction immédiate, c’est-à-dire dans l’instant. Ainsi, on parviendrait à une définition du bonheur consistant à dire que l’on est heureux lorsque l’on ne désire rien d’autre que ce que l’on a ou que l’on vit, à l’instant où on le vit. Placé face à un paysage sublime et à cet instant précis, je ne désire rien d’autre que ce que m’offre cette contemplation, rien d’autre que ce que j’ai. On considère fréquemment que l’une des « recettes » ou des « clés du bonheur » serait, précisément, de savoir « se réjouir de petits bonheurs » voire de s’en contenter8. Pourtant, certains diront que ces expériences brèves n’ont que peu à voir avec le bonheur. On peut être euphorique à certaines occasions tout en étant insatisfait de sa vie. En effet, le bonheur s’envisage et se pense en rapport à l’existence

10– dont on voudrait qu’il en soit une caractéristique –, dans son extension et dans sa durée. Notre préoccupation est bien d’avoir une vie heureuse ou que notre vie nous rende heureux. Si nous récusons que tel moment de bonheur soit le tout du bonheur, c’est parce que nous considérons que le bonheur, pour être digne de ce nom, concerne et dépend d’aspects essentiels de l’existence (la vie affective et familiale, la situation professionnelle et la carrière, la reconnaissance sociale, etc.). Nous songeons alors à ces « grands bonheurs », à ces sources réelles de satisfaction que nous avons connues en nous mariant, à la naissance d’un enfant ou d’un petit enfant, en remportant une victoire sportive. Ces grands moments sont sans commune mesure avec les « petits bonheurs » de la vie quotidienne (un rayon de soleil, le sourire d’un enfant, une lecture captivante). La satisfaction est celle que suscite la vie en général et ne tient pas exclusivement au fait de rencontrer l’objet de son désir. Nous considérons communément que ce qui, au-delà de la satisfaction de l’instant, nous fait dire que nous sommes heureux, c’est la nature du rapport que nous avons à notre propre existence comme à un tout, comme quelque chose qui fait sens et qui a un sens.

11Dès lors et du fait même de la distinction entre ces deux formes de bonheur, c’est-à-dire en raison de la dimension évaluative que comporte toute interprétation du bonheur, envisagé dans la durée (i.e. rapportée à la vie en général et non au plaisir de l’instant), il est possible de se représenter sa vie comme heureuse alors même que les éléments de satisfaction y sont rares et que certains désirs sont frustrés. Le bonheur, au même titre que le souverain bien, ne consiste pas dans une somme de biens particuliers. La distinction entre ces deux dimensions du bonheur a notamment pour conséquence que l’on peut avoir été heureux au cours de sa vie, à certaines occasions sans pour autant avoir eu une vie heureuse. Un tel a pu être le plus heureux des hommes le jour de la naissance de son premier enfant tout en ayant subi, par la suite, une vie de misère et de souffrances. Qu’est-ce alors qu’une vie heureuse ?

2. Une vie heureuse est-ce une vie réussie ?

12L’idéologie propre à notre temps fait du « projet », qui se décline sous la forme du projet de vie, une dimension centrale de l’existence. Le bonheur résulte du fait de réaliser un projet de vie : on projette de fonder une famille, de faire le tour du monde à la voile et en solitaire, d’écrire le roman de sa vie. On échafaude des plans de carrière. La réalisation de tel ou tel projet justifie et dissout, à l’occasion, les difficultés du quotidien que sa mise en œuvre soulève inévitablement, les frustrations et insatis­factions mineures de la vie.

  • 9 John Rawls, Théorie de la justice, p. 450.

13L’importance conférée à cette notion tient au fait que le projet rationnel d’une personne détermine son bien, au sens où être un bon X pour K, c’est avoir les propriétés qu’il est rationnel que K recherche dans un X, étant donné ses intérêts et ses objectifs. Une personne est heureuse lorsqu’elle est en train de réaliser, avec plus ou moins de succès, un projet rationnel de vie, conçu dans des conditions, plus ou moins, favorables et quand elle a relativement confiance dans les possibilités d’atteindre ses objectifs9. Le bonheur est alors un sentiment de satisfaction éprouvé à l’égard de sa propre vie, en son intégralité, ce sentiment de satisfaction étant rapporté aux désirs et aux projets que la personne nourrit. Le bonheur se laisse ainsi expérimenter comme un mixte de succès absolu et de succès relativement à un but ou dans un contexte multidimensionnel. Le bonheur survient dans l’existence alors conçue comme un accomplissement maîtrisé.

  • 10 Peterson, Park & Seligman, 2005; Ryan & Deci, 2001 ; Sheldon, Ryan, Deci & Kasser, 2004.

14Cette maîtrise se révèle dans la détermination qu’exercent les désirs les plus élevés sur le cours de la vie et dans l’emprise qu’y ont les projets fondamentaux de la personne. L’accomplissement maîtrisé de l’existence nourrit une satisfaction intrinsèque que procure la réalisation de buts auxquels on croit. L’économie elle-même reconnaît une importance supérieure à cette dimension. Les psychologues y insistent également et attirent l’attention sur la différence entre satisfaction « intrinsèque » et satisfaction « extrinsèque ». Ils soulignent que l’épanouissement passe par la réalisa­tion d’objectifs qu’on se fixe à soi-même, par des activités dont les buts sont reconnus et qui permettent le développement personnel et la réalisation de soi10. Certaines études empiriques viennent confirmer le fait que réaliser des objectifs que l’on s’est soi-même fixés – qui ont donc une valeur « intrinsèque » – rend plus heureux3.

  • 11 Voir Peterson et al., 2005 ; Sheldon et al., 2004. 4 John Rawls, Théorie de la justice, p. 453.
  • 12 Voir John Rawls, Théorie de la justice, p. 455.

15La possibilité du bonheur est alors éminemment liée aux conditions du choix rationnel car celles-ci permettront d’évaluer la pertinence des éléments qu’une personne juge déterminants, dans sa situation, pour parvenir au bonheur, i.e. pour réaliser son projet de vie. Dès lors, le bonheur d’une personne est fonction de la proportion de la réalisation des objectifs qu’elle s’est donnés, de la mesure selon laquelle ses projets sont réalisés. Or l’application du principe d’inclusivité tend à augmenter cette proportion et par conséquent le bonheur de la dite personne car ce principe pose qu’un projet à court terme doit être préféré à un autre, si sa réalisation permet d’atteindre tous les objectifs visés par l’autre projet, plus un ou plusieurs objectifs supplémentaires11. La satisfaction des personnes à l’égard de leur propre existence et des accomplissements qu’elles mènent tient à un principe que l’on pourrait qualifier d’aristotélicien12. Il pose que, toutes choses égales par ailleurs, les êtres hu­mains aiment exercer leurs talents (innés ou acquis). Plus ces talents se développent et plus ils sont complexes, plus grande est la satisfaction qu’ils procurent. Cette corrélation pousse les individus à préférer le projet à long terme le plus complet, parce que son exécution implique probablement une combinaison plus complexe de talents. Ils ont le désir de réaliser le système de fins le plus large et qui met en jeu les talents les plus finement développés.

  • 13 Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 6, 1098 à 18.

16Cette interprétation du rôle de la réussite du projet rationnel dans le degré de satisfaction qu’une personne éprouve, à l’égard de sa propre existence, est fortement liée à une détermination de la vie bonne faisant consister cette dernière dans la valeur intrinsèque qu’elle possède, en termes d’accomplissement personnel. Si l’on juge, comme Aristote le suggère, qu’une vie bonne possède la valeur inhérente d’un ac­complissement maîtrisé13, dans ce cas, on considère que la valeur d’une vie bien vécue ne dépend que de la vie elle-même et ne procède d’aucune circonstance antérieure ou extérieure à cette vie.

  • 14 Dans ce cas, l’accomplissement maîtrisé d’une vie est inhérent à la vie même de la personne qui la (...)

17Une conception distincte de la vie bonne consisterait à dire que la valeur d’une vie se mesure à partir de ce qui en résulte, c’est-à-dire à partir de ses conséquences pour le reste du monde et relativement à la valeur objective de ce dernier. Dans un modèle conséquentialiste, une vie plus ou moins de valeur, non parce qu’il serait in­trinsèquement meilleur de vivre de telle façon plutôt que de telle autre, mais parce que vivre d’une certaine façon peut produire des conséquences que l’on juge meilleures. Cette interprétation de la vie bonne ne nie toutefois pas que les individus aient des intérêts critiques et que leurs vies puissent être plus ou moins bonnes en fonction du degré de satisfaction de ces intérêts. Dans ce cas, la valeur d’une vie est liée à la différence que cette vie a pu produire dans celle d’autres personnes, dans le domaine de l’art, de la connaissance ou de l’aide humanitaire. Si une vie heureuse est une vie réussie, en ce sens, alors on doit pouvoir penser que Nelson Mandela, en dépit des années de prison qu’il a subies, a eu une vie heureuse. Lorsque la valeur éthique d’une vie – sa réussite au sens critique – dépend de et se trouve mesurée par la valeur objective de ses conséquences pour le reste du monde, les vies ne se révèlent bonnes qu’en vertu de l’impact ou de l’influence qu’elles ont sur la valeur ob­jective de l’état des choses, ce qui n’est pas le cas lorsque l’on considère qu’une vie bonne consiste en un accomplissement maîtrisé14.

  • 15 John Rawls, Théorie de la justice, p. 125.

18Toutefois on peut être sceptique quant à la détermination de ce qu’il faut entendre par « vie réussie » y compris en un sens critique. Alors même qu’il est possible d’établir un critère publiquement reconnu, objectif et commun, acceptable par des individus raisonnables, pour comparer les situations respectives des personnes, en fonction de ce dont elles ont toutes normalement besoin pour réaliser leurs projets de vie, il ne peut, en revanche, y avoir un accord du même genre sur un critère du bonheur défini, par exemple, par le succès rencontré par les hommes, dans la réalisation de leurs projets rationnels, sur la valeur intrinsèque de ces projets15ou le degré d’accomplissement (maîtrisé) de l’existence auxquels ils sont parvenus.

Notes

1 Emmanuel Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1985, tome II, p. 281.

2 Gilles Lipovetsky, Le bonheur paradoxal, Paris, Gallimard, 2006.

3 Il existe plusieurs formes d’utilitarisme. Dans sa forme classique, que l’on trouve notamment chez Henri Sidgwick, l’utilitarisme établit qu’une société est bien ordonnée et, par là même, juste, quand ses institutions majeures sont organisées de manière à réaliser la plus grande somme totale de satisfaction pour l’ensemble des individus qui en font partie. L’utilitarisme classique interprète le bien-être collectif comme la somme des niveaux de bien-être des individus constituant la collectivité considérée. L’utilitarisme « moyen » l’interprète comme le niveau moyen de bien-être de ces mêmes individus.

4 L’utilité est la capacité pour un bien de servir à nos jouissances. Elle mesure la satisfaction pour un individu résultant de la possession de certaines quantités de biens, indépendamment de la valeur marchande de ces derniers. Dans l’interprétation hédoniste de Jeremy Bentham, l’utilité se pense en termes de plaisir et de peine. Dans la plupart des versions contemporaines de l’utilitarisme, l’utilité est l’indicateur de satisfaction des préférences d’une personne, que cette satisfaction donne ou non-lieu à une expérience de plaisir.

5 Du grec hedonê, le terme désigne les conceptions et théories du plaisir défendues à l’origine par Aristippe, Eudoxe et Épicure et dont on trouve des héritiers jusqu’à nos jours. On distingue plusieurs types d’hédonisme : l’hédonisme psychologique, qui voit dans le plaisir le moteur de l’action, l’hédonisme axiologique pour lequel le plaisir est la principale source de valeur, l’hédonisme quantitatif et qualitatif, et l’hédonisme normatif qui prescrit un comportement déterminé guidé par la recherche du plaisir.

6 Charles Taylor, La liberté des Modernes, Paris, PUF, 1997, p. 290.

7 Platon, Gorgias, 506 b -508 c.

8 Élisabeth Couzon et Françoise Dorn, Petit manuel du bonheur au féminin, Paris, InterEditions, 2006. Quelques recettes du bonheur proposées par les auteurs : « soyez pleine de tendresse et d’attention avec vous-même, lâchez la culpabilité et l’insatisfaction pour penser positivement, mettez de l’amour dans ce que vous faites, contemplez la nature et entrez dans la plénitude de l’instant, agissez et mettez en œuvre ce que vous souhaitez vraiment... ».

9 John Rawls, Théorie de la justice, p. 450.

10 Peterson, Park & Seligman, 2005; Ryan & Deci, 2001 ; Sheldon, Ryan, Deci & Kasser, 2004.

11 Voir Peterson et al., 2005 ; Sheldon et al., 2004. 4 John Rawls, Théorie de la justice, p. 453.

12 Voir John Rawls, Théorie de la justice, p. 455.

13 Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 6, 1098 à 18.

14 Dans ce cas, l’accomplissement maîtrisé d’une vie est inhérent à la vie même de la personne qui la mène comme en témoigne notre admiration pour les personnes ayant escaladé l’Éverest, en ne répondant qu’à une nécessité dictée par le simple désir de le faire.

15 John Rawls, Théorie de la justice, p. 125.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540