Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 4. Signaler les manuscrits

La numérisation des manuscrits médiévaux à la Bibliothèque nationale de France : programmes et état des pratiques

Charlotte Denoël

Texte intégral

1Depuis quelques années, la Bibliothèque nationale de France a lancé un vaste chantier de numérisation des manuscrits, médiévaux comme modernes. Ce chantier, qui concerne plusieurs dizaines de milliers de documents, s’inscrit dans les pratiques de conservation et de valorisation de l’établissement. Il s’agit de rendre service à la communauté des chercheurs comme de toucher le grand public. Apparue dans les années 1990, la numérisation a coexisté pendant un temps avec d’autres procédés de reproduction comme le microfilmage ; à présent, elle est devenue le seul moyen de reproduire un document dans son intégralité, en couleur comme en noir et blanc. Son avantage est qu’elle permet un accès distant aux collections, ainsi que des zooms de très haute qualité sur les documents. De fait, depuis quelques années, la numérisation a explosé quantitativement, atteignant des dimensions industrielles.

2Pour bien comprendre comment la Bibliothèque nationale de France s’est dirigée vers le tout numérique, en particulier pour les manuscrits médiévaux, il convient de faire un bref rappel de la richesse des collections conservées et des outils qui permettent de les visualiser, en dehors de Gallica.

1. Des collections d’une grande richesse et d’une grande diversité

3Le département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France conserve des collections de manuscrits occidentaux et orientaux encyclopédiques, couvrant tous les domaines du savoir et toutes les époques, de l’Antiquité au xxie siècle : littératures orientales, religions d’Orient et d’Occident, fragments de manuscrits de la Mer Morte, Papyri égyptiens, manuscrits des empereurs carolingiens, chansons de geste, romans arthuriens, langues romanes, « cabinet des titres » renfermant des collections généalogiques et des armoriaux, manuscrits littéraires (Montaigne, Pascal, Casanova, Diderot, Apollinaire, Proust, Colette, Sartre, Artaud, Guyotat, etc.)…

4De nature très variée, les formes et les supports de ces documents reflètent l’histoire du livre en Orient et en Occident. On trouve aussi bien des codices que des rouleaux ou des tablettes de bois ou de cire, et les supports vont du papyrus au papier en passant par les fragments d’os et le parchemin, pour ne citer que ces quelques exemples.

5Les collections sont organisées en fonds selon leur langue (grec, latin, français et autres langues d’Europe, arabe, copte, éthiopien, hébreu, persan, turc, langues du Proche et Moyen Orient, chinois, japonais, tibétain, sanscrit, langues de l’Inde, vietnamien, etc.) ou selon leur contenu (Bibliophiles, Érudits, Collections généalogiques, Provinces françaises, Fonds maçonnique, Archives de la Bibliothèque, etc.). Quelques chiffres permettent d’apprécier l’importance des collections conservées au département des manuscrits : elles représentent 22 km de rayonnages, 140 000 manuscrits reliés à l’Occident et 7 000 cartons d’archives ; 250 documents à l’Orient (dont 45 000 manuscrits, estampages et livrets xylographiques et 100 000 ouvrages documentaires).

2. Les ressources numériques existantes

6En-dehors de Gallica et de la numérisation proprement dite, différents outils permettent d’exploiter ces collections :

Mandragore : http://mandragore.bnf.fr

7Cette base iconographique gérée par le département des manuscrits compte plus de 160 000 notices analysant des œuvres conservées au département des manuscrits et à la bibliothèque de l’Arsenal. Il s’agit de manuscrits enluminés couvrant une période très large, de l’Égypte pharaonique à l’époque contemporaine, représentatifs de la richesse des collections manuscrites du département et de l’Arsenal. Les enluminures sont indexées très précisément et les œuvres situées dans leur contexte de production, lieu, date, artiste, etc. Actuellement, plus de 72 000 images numérisées accompagnent les notices. La plupart proviennent de reproductions argentiques sous forme d’ektachromes en couleur, qui ont été scannés ; les autres, plus récentes, ont été obtenues par numérisation directe sur l’original. Il est possible de faire une recherche précise par l’index des œuvres ou par l’index iconographique (thésaurus de descripteurs).

La banque d’images : http://images.bnf.fr

8Le département de la reproduction possède une banque d’images numérisées en ligne, qui s’est constituée au fil du temps à partir des collections d’images argentiques numérisées, puis, depuis quelques années, des images numérisées directement sur l’original. Chaque image est référencée par sa cote et son numéro de feuillet pour les manuscrits. La recherche par légende ou descripteur demeure en revanche aléatoire, les images n’étant pas indexées systématiquement.

Les expositions virtuelles : http://expositions.bnf.fr

9Chaque fois que la Bibliothèque nationale de France organise une exposition, les services du multimédia et de l’action pédagogique réalisent un dossier en ligne sur cette exposition, avec des images numériques des documents exposés, des livres à feuilleter et de nombreuses fiches pédagogiques. Pour les manuscrits, la thématique « Galerie du livre et de la littérature » rassemble un certain nombre d’expositions virtuelles en rapport avec ce type de documents, comme la légende du roi Arthur ou les Trésors carolingiens.

3. Les programmes de numérisation de manuscrits et les partenariats en cours

10Parallèlement à ces outils, la Bibliothèque nationale de France mène à bien de nombreux programmes de numérisation intégrale de manuscrits, seule ou en partenariat avec d’autres institutions.

11La BnF a initié un certain nombre de partenariats ces dernières années avec des institutions de recherche à l’échelle nationale ou internationale pour numériser des ensembles cohérents de manuscrits dans le cadre d’un travail scientifique ou de conservation. Pour le département des manuscrits, l’enjeu est de faciliter la coopération entre monde universitaire et monde des bibliothèques en multipliant les passerelles. Dans le cadre de ces accords nationaux ou internationaux, plusieurs projets sont en œuvre. On citera notamment :

Dunhuang, la route de la soie : http://idp.bnf.fr/​idp.a4d

12Créé à la British Library en 199 », ce projet collaboratif international de numérisation vise à rendre accessible gratuitement sur le web les informations et les images de tous les manuscrits, peintures et objets d’art provenant de Dunhuang – un ensemble de grottes rupestres en Chine occidentale où furent découverts, en 1900, 40 000 manuscrits, imprimés et peintures –, ainsi que d’autres sites archéologiques jalonnant la route orientale de la Soie. Les documents s’échelonnent entre le Ier siècle avant notre ère et le xve siècle. Financé par un ensemble de mécènes et par l’Europe, le projet concerne plusieurs milliers de documents, dont une partie conservés à la BnF, dans le fonds Pelliot chinois. Ce fonds doit son nom au jeune sinologue français qui, au début du xxe siècle, rapporta à la BnF 30 000 documents de la grotte aux manuscrits. Il a été intégralement numérisé et est consultable à la fois sur Gallica et sur le site de l’International Dunhuang Project.

IDA-Optima : numérisation des manuscrits de Flaubert en collaboration avec l’ITEM

13Piloté par l’ITEM et financé par l’ANR, ce projet a pour objectif de numériser les grands corpus de manuscrits littéraires (Flaubert, Proust et Valéry) et de transcrire ensuite les brouillons autographes pour analyser la genèse des œuvres. La BnF s’est engagée dans le projet et a numérisé 15 000 images issues de ses fonds de manuscrits littéraires.

Roman de la Rose en partenariat avec la John Hopkins University : http://romandelarose.org/​App.html?locale=fr#home

14En collaboration avec la John Hopkins University, la BnF participe à la création d’une bibliothèque virtuelle des manuscrits du Roman de la Rose, dont le nombre s’élève à 300 environ dans le monde. La numérisation a pu être réalisée grâce au soutien de la fondation Mellon. À la BnF, environ 150 manuscrits ont été numérisés.

Manno

15Piloté par l’EPHE et financé par l’ANR, MANNO est un projet de numérisation et de catalogage de manuscrits contenant des notations musicales. La BnF a reçu des subventions pour numériser ses manuscrits ou, lorsque la qualité était suffisante, ses microfilms. La numérisation, qui concerne 30 000 images, est actuellement en train de s’achever.

Europeana regia : http://www.europeanaregia.eu/​

16Financé à hauteur de 50 % par la Commission européenne, Europeana Regia a pour but de reconstituer en une bibliothèque virtuelle l’essentiel des documents royaux européens, du Moyen Âge à la Renaissance. Ce projet, entamé en 2010, permettra aux chercheurs ainsi qu’au grand public d’accéder à ces documents rares et précieux à l’horizon 2012 sur des plateformes telles que Gallica, Belgica, Manuscripta Medievalia et Europeana, ainsi que sur le site spécifiquement dédié au projet.

17Piloté par la BnF, Europeana Regia réunit cinq bibliothèques européennes et concerne quelque 900 manuscrits témoins de l’histoire politique, culturelle et artistique de l’Europe. Ce projet est axé sur trois ensembles aujourd’hui dispersés en Europe : les manuscrits carolingiens (425 documents) ; les manuscrits de la librairie du Louvre à l’époque de Charles V et de Charles VI (167 documents) ; enfin la bibliothèque des rois aragonais de Naples (285 documents). Plusieurs actions complémentaires sont envisagées, telles que la définition de processus communs aux partenaires (numérisation, organisation des métadonnées, multilinguisme), la constitution des métadonnées (catalogage, indexation) et la numérisation proprement dite. Un site web dédié au projet a été récemment mis en ligne. À terme, il permettra d’accéder aux manuscrits numérisés via les plateformes qui les hébergent, ainsi qu’aux métadonnées multilingues décrivant ceux-ci. Surtout, il sera possible de naviguer au sein des différentes collections via une recherche multicritères. À la BnF, près de 400 manuscrits sont en cours de numérisation ou vont l’être prochainement dans le cadre de cette opération.

18Enfin, grâce au mécénat de Total, la BnF numérise actuellement un ensemble de manuscrits arabes, persans et turcs. 78 000 images ont été numérisées en 2010.

19Parallèlement à ces projets d’envergure internationale, la BnF gère des opérations internes pour la numérisation de ses fonds manuscrits.

  • Trésors : manuscrits de la Grande réserve, manuscrits très précieux ne faisant pas partie de la Grande Réserve, manuscrits littéraires, acquisitions remarquables.

  • Mandragore : manuscrits abondamment illustrés destinés à alimenter la base Mandragore.

  • Urgences conservation : manuscrits en mauvais état ou difficiles à manipuler (grands formats, matériau dégradable, reliures fragiles...), manuscrits prêtés pour une exposition, manuscrits déreliés en vue d’une restauration, manuscrits fragiles fréquemment demandés par les lecteurs comme les chansonniers, les manuscrits de Pétrarque ou les armoriaux, etc.

  • Manuscrits coréens : à la suite de la décision du Président de la République de restituer sous forme d’un prêt renouvelable les manuscrits coréens à la Corée du Sud, la BnF a entrepris de numériser dans ses ateliers l’ensemble du fonds coréen avant son départ.

20Parmi les projets en cours, il faut aussi citer :

  • Charmed : numérisation de chartes médiévales antérieures au xiiie siècle, projet Equipex déposé en septembre 2010.

  • Biblissima : numérisation et valorisation de bibliothèques médiévales, projet Equipex déposé en septembre 2010.

21Tous ces programmes s’inscrivent dans les trois grands axes de numérisation développés par la BnF, à savoir le patrimoine national, les programmes à vocation internationale et les corpus d’œuvres et de documents consacrés à l’Europe.

4. La chaîne de numérisation

22Sur le plan technique et logistique, la numérisation proprement dite recouvre un certain nombre d’étapes plus ou moins complexes qui aboutissent à la fourniture d’un document numérique.

23Trois types d’ateliers travaillent pour la BnF. D’abord, ceux de l’institution, dédiés à différents projets (l’atelier Richelieu [DSC] travaille pour les opérations Trésors, Mandragore, Coréens, etc. ; celui de Sablé-sur-Sarthe, pour Urgences conservation, Mandragore, manuscrits. littéraires, etc. : il génère des clichés à 75 % en couleur, à 25 % en niveaux de gris ; enfin, celui de Bussy Saint-Georges traite les collections délocalisées pour la durée des travaux, collections historiques : érudits, provinces, séries généalogiques, etc.). Ensuite, des prestataires installés dans les locaux de la BnF ou à l’extérieur dans le cadre de marchés publics, tels CICL, DPCI, Jouve et actuellement Azentis. Ils traitent essentiellement les programmes extérieurs : Total, Manno, Europeana regia. Dans les locaux de la BnF, Safig numérise des usuels et des fac-similés en mauvais état ou très consultés ; Hermann & Kramer, des bobines de microfilms. À titre d’exemple, en 2010, 450 000 images, pour les Nouvelles Acquisitions françaises ont été traitées. En troisième lieu, la BnF dispose d’un département de la reproduction, qui effectue des reproductions numériques intégrales ou partielles de manuscrits pour des commandes clients. Celles-ci peuvent être récupérées pour alimenter Gallica ou Mandragore.

24En termes de résultats, les chiffres de 2009 peuvent donner une idée de la production de fichiers numériques pour les fonds manuscrits : 66 400 images ont été produites, dont :

Note 1 : Chiffres arrêtés fin novembre 2010.

25Il existe plusieurs types de machines pour la numérisation. Celles-ci ont recours à deux grandes techniques qui présentent chacune leurs avantages et inconvénients.

26La photographie numérique est obtenue au moyen d’un dos digital à 22 millions de pixels associé à une chambre photographique traditionnelle ou à un appareil intégré. Sa résolution est très élevée. Ce procédé est employé pour les documents de petite ou de moyenne taille (maximum : 30 x 45 cm). Ses avantages sont une configuration plus souple et adaptable en fonction de l’objet, un meilleur rendu des couleurs et de la brillance de l’or, notamment dans les enluminures médiévales. Elle présente néanmoins quelques inconvénients : très complexe à régler, elle nécessite un photographe hautement qualifié ; par ailleurs, elle ne permet de photographier que des documents d’un format réduit.

27La numérisation par balayage emploie pour sa part la même technologie que le scanner. Les numériseurs à balayage regroupent dans une même structure un porte-modèle, un appareil de prise de vue et un dispositif d’éclairage. Le document est disposé sous une vitre dans le porte-modèle. Des capteurs balayent celui-ci et reconstituent l’image pixel par pixel. Il y a plusieurs types de machines en fonction du format et de l’éclairage : A0, A1, A2..., éclairage latéral (meilleur rendu des ors) ou zénithal (évite les zones d’ombres). Pour les manuscrits qui ne s’ouvrent pas à plat, on utilise un porte-modèle ou un berceau en forme de V qui s’adapte à l’angle d’ouverture indiqué dans le bordereau de préparation et qui préserve le dos de l’ouvrage. Les feuillets sont tournés manuellement par l’opérateur. On fait d’abord tous les rectos puis tous les versos. Les avantages de ce procédé sont multiples : grande simplicité d’utilisation, peu de réglages, bon rendement, très haute définition même en grand format (la seule limite étant la taille de l’appareil), images très uniformes, possibilité de confier la numérisation à un personnel moins qualifié s’il est bien formé au départ, préservation du document grâce au plateau réglable... Comme la photographie numérique, cette technique présente également quelques inconvénients : moins de souplesse dans la réalisation des images, prises de vue tributaires du porte-modèle intégré (vitre…), vitesse lente, très grands formats non adaptés aux petits modèles d’appareils, qualité pas toujours optimale de l’équipement possédé par le prestataire...

28Les images produites présentent des caractéristiques bien définies, variables selon l’usage souhaité des fichiers : un mode colorimétrique (couleur ou gammes de gris), une résolution (300 dpi ou 600 dpi pour les formats inférieurs à A6) ; un format d’archivage : TIFF monopage non compressé V6 ; un format de diffusion, généralement le JPEG. Des métadonnées sont associées aux fichiers, pour l’identification du document, par le biais du standard METS, utilisé par la Bibliothèque du Congrès pour encoder les métadonnées descriptives (bibliographie), administratives (conditions de production) et de structure (informations sur les fichiers images) des documents numériques. Ce standard a été adopté en 2009 par la BnF, dans le cadre de la mise en place du système d’archivage numérique SPAR et en remplacement du schéma XML refNum propre à l’établissement.

29Les procédures sont définies dans un cahier des charges. On y trouve en particulier les consignes générales de numérisation (règles de prises de vues, mires de contrôle, calibrage et calcul du profil colorimétrique) et de fourniture des fichiers (support de livraison, enregistrement, nommage des répertoires et fichiers). Des documents préalables (bordereaux de transfert et fiches d’accompagnement, électroniques et papier) donnent les consignes pour la numérisation et l’établissement des métadonnées : particularités du manuscrit, conditions de manipulation, angle d’ouverture, erreurs éventuelles de foliotation, feuillets manquants, présence de feuillets à déplier, prises de vue de détail, concordance n° image/n° feuillet, etc. Des règles de production sont spécifiées : enregistrement et support de livraison, nommage des répertoires et des fichiers. En phase de post-production, a lieu un contrôle-qualité des images, identique pour les ateliers internes et externes. Cela consiste en un contrôle automatique sur la structure du document et un contrôle visuel par échantillon de la qualité des images, en utilisant une application développée par la BnF sur le logiciel NUM-G026). La validation ou le rejet des images dépend de la conformité des fichiers RefNum et des caractéristiques techniques des images TIFF, cadrage, luminosité, rendu des ors et des couleurs, netteté, absence du reflet de la vitre... Le contrôle s’effectue à la lumière du jour, l’original en main. En cas de rejet, les documents concernés sont signalés au prestataire dans un bordereau électronique puis relivrés.

30L’accès aux images impose une étape supplémentaire. Les manuscrits sont considérés comme des lots d’images fixes. Ils reçoivent un identifiant unique IFN (ex : IFN06000000). Ces documents IFN sont organisés sur les supports de livraison en lot répertoire signalant la provenance. Ensuite, une fois validées, les images sont visibles sur le réseau interne via leur URL ARK.

31Pour que les manuscrits puissent être mis en ligne sur Gallica, ils doivent avoir une notice bibliographique dans le catalogue BnF archives et manuscrits, en EAD. Si celle-ci n’existe pas, elle est créée. La notice est ensuite formatée à l’aide de tables de concordance, le « mapping » en Dublin Core. Cette opération faite, elle est versée dans ce format dans l’entrepôt OAI-NUM, qui constitue le catalogue des ressources numériques de la BnF, puis récupérée dans Gallica. Les métadonnées et l’identifiant numérique du document deviennent alors accessibles par le moteur de recherche Gallica. La consultation des documents s’effectue via cette bibliothèque numérique. Depuis peu de temps, il est possible de visualiser les manuscrits par feuilletage et de faire un zoom par tuilage. Ce dernier procédé, qui consiste dans le découpage d’un grand fichier numérique en un ensemble de petits éléments, les « tuiles », permet d’avoir un très bon niveau de détail.

32En-dehors de Gallica, il existe d’autres points d’accès aux manuscrits numérisés :

  • Le catalogue BnF Archives et manuscrits : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/​

  • Portail national des manuscrits enluminés : http://www.manuscritsenlumines.fr/​

  • Portail européen Europeana Regia : http://www.europeanaregia.eu

33Afin de pouvoir multiplier les points d’accès aux documents numériques et toucher ainsi un plus large public, la BnF emploie le protocole OAI-PMH qui permet d’échanger sur internet les métadonnées entre institutions. Au-delà de ces évolutions technologiques rendues nécessaires par l’augmentation exponentielle de l’offre web concernant les documents numériques, l’un des enjeux pour la BnF est de développer en collaboration avec le monde universitaire et celui de la recherche des outils adéquats pour exploiter les nouvelles ressources numériques. Au niveau du département des manuscrits, une réflexion a été engagée sur la structure et l’indexation des notices en EAD, qu’il convient d’adapter au moteur de recherche de Gallica afin de permettre une meilleure interrogation et une meilleure navigation au sein des documents numériques. Il s’agit d’un travail de mise en forme de longue haleine, qu’il est indispensable de mener à bien dans les années qui viennent si l’on veut rendre accessible à un large public les documents numérisés.

Table des illustrations

Légende Note 1 : Chiffres arrêtés fin novembre 2010.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, service médiéval

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540