Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 3. Approches critiques et méthodologiques

Les Carnets et souvenirs de combattants de la Grande Guerre

Autour de trois publications récentes

Jean-Noël Grandhomme

Texte intégral

1Ces dernières années ont vu un développement du recours aux archives privées dans la compréhension des événements historiques. Nous prendrons ici des exemples ayant trait au premier conflit mondial, dans l’étude duquel ce type de sources suscite un intérêt qui ne se dément pas, bien au contraire. La vigueur de la recherche et le rythme soutenu des publications de documents en témoignent. Longtemps délaissés au profit des fonds institutionnels ou des témoignages de personnalités en vue, les lettres, carnets, souvenirs, photographies laissés par les anciens combattants à leurs descendants se révèlent aujourd’hui des outils irremplaçables pour restituer l’atmosphère d’une époque. Or, dans un siècle où l’instruction a fait des progrès considérables, nombreux sont les acteurs, les témoins, qui ont « quelque chose à dire » et sont capables de s’exprimer, d’une manière ou d’une autre.

  • 1 J. J. WEBER, Sur les pentes du Golgotha. Un prêtre dans les tranchées, Strasbourg, La Nuée bleue, (...)
  • 2 P. WALINE, Avec les crapouillots. Souvenirs d’un officier d’artillerie de tranchées, PUS, 2009.
  • 3 A. GRAPPE, Testament du dernier poilu d’Alsace. Du Haut-Doubs à Strasbourg, un destin dans le sièc (...)

2Notre réflexion s’appuiera sur trois cas précis sur lesquels nous avons eu l’occasion de travailler : les carnets de Mgr Jean Julien Weber (1888-1981), évêque de Strasbourg, prêtre officier dans l’armée française, document brut, écrit à chaud entre 1916 et 19191 ; ensuite, les souvenirs du lieutenant Pierre Waline (1894-1980), officier des crapouillots, plus tard normalien, agrégé d’histoire et président du Bureau international du Travail ; auxquels s’ajoutent ceux de son frère cadet Marcel (1900-1982), adolescent qui décrit la vie des civils dans Épernay bombardé2. Troisièmement, les souvenirs du sergent André Grappe (1898-2001), publiés lorsque l’auteur venait d’atteindre ses cent-un ans3, document forcément remanié, réinterprété à la lumière des événements postérieurs, mais par le témoin lui-même (devenu professeur agrégé de philosophie), ce qui en fait tout l’intérêt.

1. L’autobiographie en tant que genre historique

  • 4 G. BACCONNIER, A. MINET, L. SOLER, « Quarante millions de témoins », G. CANINI (dir.), Mémoires de (...)
  • 5 P. LEJEUNE, Pour l’autobiographie. Chroniques, Paris, Seuil, 1998, p. 7.

3Avant de nous intéresser à l’étude de ces cas particuliers, interrogeons-nous sur ce genre historique qu’est l’autobiographie. Aujourd’hui reconnu par une partie au moins de la communauté scientifique, il continue cependant de susciter des réticences de la part de nombre de chercheurs. On a pu parler à propos des Mémoires des combattants de la Grande Guerre de matériaux longtemps « refoulés du territoire de l’historien »4, ce qui est sans doute excessif, mais ils sont en tout cas bien souvent regardés avec condescendance par beaucoup d’universitaires qui les jugent tout juste bons à alimenter les bulletins de Sociétés savantes ou les revues d’histoire locale. « Souvent l’autobiographie inquiète, explique Philippe Lejeune, professeur de littérature, fondateur de l’APA (Association pour l’autobiographie). Ce n’est pas de l’art, dit-on. C’est l’écriture mise à la portée de n’importe qui. Le niveau baisse ! En somme, c’est la décadence. Et puis ce n’est pas bien de parler de soi. Et croire qu’on puisse dire vrai, quelle naïveté… » Le créateur, à La Grenette (médiathèque d’Ambérieu-en-Bugey, dans l’Ain), des premières archives autobiographiques de France se défend : « [L’autobiographie] n’est pas vraiment cela. Elle est partage. Elle est recherche – la fiction n’a pas le monopole de l’art. Elle est même inquiétude. Et tant de textes autobiographiques sont en souffrance. On peut aider chacun d’eux à trouver quelques lecteurs. Ils participeront demain à la mémoire de notre société. »5 L’autobiographie est « partage ». Elle participe à la construction de la mémoire de l’ensemble des Français. Nous retiendrons pour notre part ces heureuses formules.

  • 6 G. CANINI, « Le Témoignage de Norton-Cru à Jules Romains », G. CANINI, Mémoires, op. cit., p. 9.

4S’il est exact qu’ » aucun conflit n’a suscité autant de récits des témoins eux-mêmes »6, la publication des « souvenirs de guerre » du premier conflit mondial s’est faite sur la durée, en plusieurs vagues. C’est le cas pour la France mais aussi pour l’étranger. Dès les années 1920 – et même déjà pendant la guerre – des dizaines de récits sont publiés par des combattants déjà célèbres dans le monde littéraire, par d’autres qui le devinrent et par beaucoup, enfin, dont ce fut le seul livre. Dans cette littérature, on trouve de tout : de rares témoignages exceptionnels, quelques récits poignants (non pas toujours complètement véridiques), des épopées romancées de qualité inégale, mais aussi des affabulations, des vantardises et des mensonges.

  • 7 J. NORTON-CRU, Témoins, Paris, Les Étincelles, 1929, repris en 1930 sous une forme réduite : Du Té (...)
  • 8 G. CANINI, Mémoires, op. cit., p. 12.
  • 9 N’est « poilu » que celui qui n’a pas dépassé le grade de capitaine : « Pour connaître la guerre, (...)
  • 10 J. NORTON-CRU, op. cit., p. 399.

5De cet ensemble se détachent les ouvrages de Maurice Genevoix (Ceux de 14), Jacques Meyer (La Biffe), Jean Galtier-Boissière (La Fleur au fusil, Un hiver à Souchez), Roland Dorgelès (Les Croix de bois), Henri Barbusse (Le Feu) ou encore La Guerre vue par les combattants allemands d’Albert Pingaud, pour ne citer que les plus connus. Mais un gros succès d’édition n’est pas forcément le gage de l’authenticité du témoignage, bien au contraire : le récit retravaillé est plus passionnant et plus plaisant à lire que le document brut. Jean Norton-Cru (1879-1949)7 nous a laissé en 1929 « un incomparable et irremplaçable outil de travail »8. Censeur impitoyable des « faux témoins » (de bonne comme de mauvaise foi), cet officier de réserve français, qui enseigne alors dans une université américaine, passe au crible des centaines d’ouvrages et définit les critères de la « bonne autobiographie » du poilu9. « Quand on est combattant, il ne faut pas écrire de roman de guerre, il faut toujours donner des souvenirs réels »10. Salué par les uns – dont doivent être encore de nos jours les chercheurs scientifiques, avec quelques nuances – vivement critiqué par d’autres, notamment par ceux dont les œuvres n’ont pas trouvé grâce à ses yeux, l’ouvrage de Norton-Cru marque un premier coup d’arrêt de la production française des souvenirs. Vétéran doublé d’un idéaliste épris de vérité, il entend lutter pour que l’on montre « la guerre comme elle est vraiment ». « Bien que je ne sois pas pacifiste, écrit-il, je suis persuadé que si les gens savaient ce que je sais de la guerre, ils ne seraient pas tentés d’entreprendre ce type d’aventure ». D’emblée il élimine impitoyablement tous ceux qui, à ses yeux, ne furent pas des « vrais combattants » (séjour trop court aux tranchées ou trop loin du feu), démasquant même de véritables faussaires. Mais il n’en reste pas là et vilipende les authentiques soldats qui entremêlent leurs souvenirs et des inventions de leur cru, ou qui simplement travestissent la réalité par des effets de style ou des artifices littéraires.

6« Ce que refuse Norton-Cru, explique Frédéric Rousseau, auteur en 2003 du Procès des témoins de la Grande Guerre - L’Affaire Norton Cru (Seuil), c’est la mise en scène fictionnelle de l’expérience de guerre » : car elle éloigne le lecteur de la vérité. Les plus grands échouent à ce véritable « examen de passage », alors que des récits obscurs se voient hisser au rang de chefs-d’œuvre réalistes. De cette manière, on le comprend aisément, Norton-Cru s’attire la haine inexpiable de beaucoup de « recalés » ou de leurs lecteurs inconditionnels. Barbusse d’abord (avec une véritable méchanceté), puis Dorgelès et ses amis, donnent le signal de la contre-offensive. D’autres écrivains, comme Joseph Jolinon, se lancent dans un débat plus constructif. Beaucoup d’historiens, toutefois, volent au secours du « censeur ».

7Mais le Procès des témoins de la Grande Guerre ne retrace pas seulement l’histoire des infortunes de Norton-Cru – dont F. Rousseau reconnaît l’immense apport à l’historiographie du premier conflit mondial : tout en concédant qu’il fut parfois (un peu) trop sévère vis-à-vis des témoins –, l’universitaire cherche à tirer les enseignements actuels de cette « affaire ». Depuis le milieu des années 1980, une certaine école historique, dite de l’Historial de Péronne, s’est insurgée, selon lui, contre la « dictature du témoignage », en venant presque à souhaiter la disparition des derniers survivants de 14-18 pour pouvoir – enfin – entamer de véritables recherches sur la Grande Guerre, devenue un « objet froid ». F. Rousseau conteste les conclusions de cette école. « Comment écrire l’histoire tragique du xxe siècle ? », se demande- t-il. « Est-ce en soupçonnant le témoignage ou en se mettant à son écoute ? Quelle vérité l’historien détient-il par rapport au témoin ? » Cet ouvrage est apparu comme une nouvelle étape de la réflexion de F. Rousseau, entamée avec La Guerre censurée en 1999 et poursuivie avec 14-18. Le Cri d’une génération en 2001. La question fondamentale demeure toujours la même : pourquoi les combattants de 1914-1918 ont-ils « tenu » ? Au « consentement patriotique » de l’Historial de Péronne (Annette Becker, Stéphane Audoin-Rouzeau), F. Rousseau privilégie un « faisceau de facteurs », que ses témoins lui servent à discerner.

  • 11 Saint-Cloud, Soteca-14/18 éditions, 2005.

8De son côté François Cochet, dans Survivre au front 1914-1918. Les Poilus entre contrainte et consentement11, se demande « comment rendre intelligibles des actes et des comportements aujourd’hui incompréhensibles pour notre société ». Lassé, comme beaucoup, par les affrontements parfois pénibles qui ont opposé les historiens des deux bords, il nous propose une « troisième voix » pour expliquer le comportement des poilus. Il se situe résolument – à contre-courant de la tendance actuelle – dans une perspective uniquement française, et ne s’interdit ni de puiser des éléments de réflexion dans les ouvrages publiés par l’une ou l’autre école, ni, bien sûr, de revenir aux sources. En effet, fait-il fort justement remarquer, les historiens d’aujourd’hui – et bien davantage le grand public, sans parler des écrivains et des cinéastes –, ont tendance à projeter dans la Grande Guerre « les modèles sociaux et les comportements de notre époque présente. D’ailleurs, dans ces temps de repentance, l’anachronisme fleurit de partout ». L’auteur regrette par exemple la vision souvent communautariste ou compartimentée d’un conflit qui fut avant tout, en son temps, un grand moment d’unité nationale et une grande aventure collective. C’est pourquoi il entend « incarner » son propos en multipliant les exemples, loin du discours purement intellectualisé qu’affectionnent certains chercheurs.

9Cet ouvrage réussit le tour de force d’une vaste et habile combinaison des deux théories, tout en proposant des pistes de réflexion originales. Bien évidemment, il y a contrainte lorsque l’on parle d’une armée hiérarchisée, disciplinée, avec ses règlements, ses punitions, qui peuvent aller jusqu’à la peine de mort, mais F. Cochet a l’immense mérite d’élargir le débat : n’est-ce pas la société d’avant-guerre tout entière, cette République qui a imposé ses valeurs après avoir triomphé de haute lutte de la « réaction » qui enserre ses citoyens dans tout un maillage d’attitudes obligatoires, depuis l’école, dont le service militaire n’est que l’aspect le plus visible ? D’un autre côté, l’auteur ne néglige pas quelques apports de l’Historial, mais il relativise nettement la notion de « culture de guerre », en évoquant notamment les différents « rythmes » du conflit : un « embusqué peut se retrouver face à la mort par suite d’un enchaînement de circonstances, des « zones de paix intellectuelles », nombreuses, existent : le repos, la permission, la messe ou même les longues périodes d’ennui dans les tranchées d’un secteur tranquille. Il faut privilégier une « description évolutive de la guerre et non une lecture rigide et équivoque ». En admettant qu’il ait survécu jusque-là, le soldat mobilisé le 2 août 1914 n’est plus dans le même état d’esprit le 11 novembre 1918. Nous sommes bien dans le domaine des sciences humaines et non des sciences « dures ». Les « caractéristiques » et les « propriétés » d’un être humain ne sont pas aussi exactes et intangibles que celles d’un métal ou d’une roche.

10Faisant preuve d’humilité, F. Cochet ne prétend pas – à la différence de certains de ses collègues – construire un système de compréhension globale du premier conflit mondial. Pour preuve, il nous livre une conclusion en forme de questions, « d’éloge de la complexité » et donc de refus des simplifications abusives. Cet ouvrage est venu à point nommé pour apaiser des querelles qui apparurent soudain, grâce à lui, d’un autre âge.

2. L’évolution récente des publications de sources

11Le débat autour de Norton-Cru et du témoignage a rebondi dans les années 2000 à la suite d’une lente évolution. Deux décennies plus tôt, en effet, 1914-1918 n’intéressait plus grand monde, et cela depuis longtemps déjà. La Seconde Guerre mondiale constitue un grand moment de déclin du genre des « souvenirs de poilus ». Durant les vingt années qui suivent, ce sont les récits des combattants du nouveau conflit qui passionnent les lecteurs. Les poilus semblent déjà lointains. La veine, cependant, ne s’est jamais tarie entièrement. 1959 est l’année d’édition de la remarquable Vie et mort des Français, 1914-1918 de Jacques Meyer, André Ducasse et Gabriel Perreux, écrite en grande partie grâce à des témoignages de combattants (à commencer par ceux des auteurs eux-mêmes). En 1966 paraît Grenadou, paysan français (d’Ephraïm Grenadou et Alain Prévost), récit tout simple d’un représentant de la catégorie sociale la plus touchée par la guerre. On peut encore signaler, dans la première moitié des années 1970, un certain nombre de récits qui parfois sortent des sentiers battus de Meuse ou de Champagne comme les Souvenirs de la guerre en Orient (1970) de Jérôme Carcopino, qui décrivent la vie à Salonique, ou Les Souvenirs d’un aérostier de la Grande Guerre (1975), de Joannis Corneloup, qui entraîne le lecteur jusqu’en Roumanie et dans le Caucase.

  • 12 Réédition de 1997, p. 9.

12En 1978 le genre est relancé avec la publication de ce qui est devenu un classique : les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, récit d’un soldat chrétien et socialiste, découvert par la fédération des Œuvres laïques de l’Aude. Désormais, et ce fut de plus en plus le cas, les survivants qui publient eux-mêmes sont rares. Ce sont des historiens qui prennent en charge l’édition de textes laissés par des témoins disparus, rédigent une introduction et ajoutent des notes. Dans sa présentation, Rémy Cazals, animateur de la collection « La Mémoire de 14-18 en Languedoc » se demande : « Avons-nous encore besoin de témoins ? On sait déjà que l’infanterie était surtout de la chair à canon, que les poilus vivaient dans la boue, parmi les rats et les poux, que les attaques ordonnées par Joffre en 1915 étaient criminelles (lancer, sans préparation d’artillerie, les fantassins au-devant des mitrailleuses), que des fraternisations entre Français et Allemands se produisirent sur le front, qu’éclatèrent des mutineries en 1917, etc. C’est vrai, mais avec les récits de Barthas, nous y sommes ! »12.

13Ce beau concentré de clichés et d’a priori nous paraît exactement contraire à la démarche de l’historien, telle que l’a expliquée Fustel de Coulanges. Au lieu de partir du document pour en tirer des enseignements, l’auteur s’en sert pour accréditer des idées préconçues. À la page suivante arrive d’ailleurs l’attendue dénonciation de l’officier, « détesté à cause de son attitude hautaine et des brimades qu’il fait subir aux soldats », opposé aux braves poilus issus des masses populaires, en d’autres termes au « bon sauvage ». Nous voilà en pleine lutte des classes. Force est de constater qu’une telle approche est aujourd’hui bien dépassée. Non pas tant – nous devons bien nous faire comprendre – parce que l’idéologie à laquelle il se réfère est plutôt passée de mode, mais parce que toute conclusion qui ne se fonde pas sur l’examen du document lui-même doit être bannie.

  • 13 Par exemple : P. VOIVENEL, À Verdun avec la 67e DR, Nancy, PUN, Nancy, 1991.
  • 14 Strasbourg, La Nuée bleue, 1994.
  • 15 Biarritz, J & D éditions, 1996.
  • 16 Morlaix, Skol Vreizh, 1993.
  • 17 Le journal (Diario de guerra, 1915-1919) de Paolo Caccia Dominioni (1896-1992), par exemple, publi (...)

14Dans les années 1980, ce que nous appelons « l’école de Verdun », inspirée par Gérard Canini, professeur au lycée de cette ville-symbole (hélas mort trop tôt), imprime un souffle nouveau à la publication des Mémoires de guerre. À la réédition des Carnets d’un fantassin de Charles Delvert (1981), à laquelle il préside, succède le lancement d’une collection, aux Presses universitaires de Nancy, où sont publiés plusieurs autres Souvenirs et carnets inédits13. Un colloque intitulé Mémoires de la Grande Guerre. Témoins et témoignages est également organisé à Verdun les 12, 13 et 14 juin 1986. À cette époque plusieurs initiatives régionales doivent aussi être saluées, comme la publication des Cahiers d’un survivant, retraçant l’itinéraire de l’Alsacien Dominique Richert14, 1914-1919. Carnets de route d’un artilleur, du Béarnais J.-E. Tucoo-Chala15, Un Breton chez les bolcheviks. Carnet, Moscou 1917- 1918. Karnet hent Jakes Ar C’hann, édition bilingue de la guerre de Jacques Le Cann16. Les publications se multiplient aussi à l’étranger, notamment en Europe de l’Est, où l’on redécouvre des textes mis sous le boisseau, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Italie17.

  • 18 J.-P. GENO, Y. LAPLUME, Paroles de poilus. Lettres et carnets du front (1914-1918), Paris, Librio/ (...)

15Enfin, après avoir laissé passer le flot des publications qui a accompagné la commémoration de la Libération (1994-1995), les ouvrages qui concernent la Première Guerre mondiale opèrent, à la grande surprise de beaucoup d’éditeurs, un retour en force sur le marché du livre à la fin des années 1990. Il faut signaler en 1998 le succès phénoménal de deux ouvrages concernant la correspondance des soldats18. La période semble fasciner par sa violence, par son caractère à la fois lointain et si proche de nous. On exploite donc beaucoup aujourd’hui les fonds privés laissés par des anciens combattants maintenant tous décédés, on publie leurs lettres, on s’interroge sur leur état d’esprit. Des dizaines de livres, d’un intérêt variable, mais souvent grand, ont paru dans les années 2000 et 2010.

3. Une guerre « humanisée » ?

  • 19 G. BACCONNIER, op. cit., p. 142.
  • 20 S. CAUCANAS, « Archives de 1914-1918 », Traces de 14-18, Carcassonne, Les Audois, 1997, p. 17.

16À Gérard Bacconnier et à ses collègues de « l’école de Verdun », les témoignages de première main que constituent les autobiographies des combattants de la Grande Guerre apparaissent « comme un matériau inédit à parcourir et interroger, pour confronter à ce récit vivant des morts et des survivants de la guerre de 1914, l’idée parfois abstraite que l’histoire officielle donne de ce conflit, le balisant de dates et de batailles, de causes et de conséquences, mais ignorant les traces du vécu dans la chair et l’esprit des participants »19. Et, en effet, le témoignage permet de retrouver le combattant au milieu d’épisodes certes déjà bien connus (encore que tous les fronts, notamment extérieurs, n’aient pas jusqu’ici été étudiés avec la même rigueur), avec ses impressions, ses sentiments et, à travers eux, un peu de « l’atmosphère » du temps. Le témoignage constitue alors une source inappréciable, indispensable pour éviter à l’historien de se transformer en un analyste froid et distant, complètement coupé de la réalité charnelle de l’événement. L’histoire est une discipline scientifique, certes, mais elle comporte aussi des aspects « littéraires » (au sens sérieux et noble du terme) et cette « humanisation » du récit est indispensable. « L’histoire de la Première Guerre mondiale, affirme Sylvie Caucanas, directrice des Archives départementales de l’Aude, ne saurait s’écrire en exploitant uniquement des documents d’origine administrative ou militaire, des rapports, des directives politiques ou économiques, des télégrammes. Il faut pouvoir se représenter les hommes dans le conflit, leur aspect extérieur, leurs sentiments, leurs croyances, leurs idées. Il faut pouvoir les faire revivre et dans ce but faire appel à d’autres types de sources, notamment aux témoignages directs des acteurs »20. Ces lettres, ces recueils de souvenirs, ces carnets tenus au jour le jour, ces interviews constituent donc autant de témoignages humains qui ont pour ambition d’éclairer d’en bas le récit parfois fastidieux de ces chocs de titans des Première et Deuxième Guerres mondiales, de ces conflagrations mécaniques dans lesquelles l’individu – c’est du moins ce qu’en a retenu l’imaginaire collectif – se vit écrasé par le matériel et utilisé lui-même comme une matière première.

3.1. Un prêtre dans les tranchées

17D’où proviennent les documents ainsi proposés au grand public ? Si les archives publiques (Services historiques de la Défense - Archives nationales - Archives du Quai d’Orsay (La Courneuve) - Archives départementales et municipales) renferment encore de nombreux trésors – notamment dans leurs fonds dits « privés », c’est-à-dire constitués à partir de dons – les archives véritablement privées sont plus riches encore. Ces fonds appartiennent soit à des particuliers – il est alors parfois très difficile d’en connaître l’existence – soit à des institutions (associations par exemple). Les congrégations religieuses, notamment, possèdent souvent des documents très précieux et fort intéressants. C’est le cas des cahiers de Jean Julien Weber publiés en 2001 sous le titre Sur les pentes du Golgotha. Un Prêtre dans les tranchées.

18Ces cahiers ont été écrits par un jeune prêtre alsacien (mais de nationalité française), pendant les périodes de convalescence qui suivirent ses blessures ou ses maladies. L’auteur s’est inspiré de carnets tenus au jour le jour, qui ont aujourd’hui disparu, sauf un, conservé aux Archives de l’archevêché de Strasbourg (mais il ne comporte que les états des effectifs des sections qui furent sous ses ordres, avec les nom, classe et lieu d’origine de chacun de ses poilus). Les Cahiers sont au nombre de cinq, couverts d’une écriture régulière, généralement lisible, sauf quelques rares exceptions. Il ne s’agit pas de mémoires de guerre à proprement parler, mais bien plutôt d’un carnet de route à peine rédigé. On y chercherait en vain de longues digressions. Ce n’est pas un miroir de l’âme de l’abbé Weber, mais le journal quotidien d’un officier consciencieux, en même temps que prêtre toujours. Comme il l’indique dans sa préface, ces lignes n’étaient destinées au départ qu’à un public familial. Mais, peu avant sa mort, il avait fait part à Gérard Bihler, président de la Société d’histoire de Lutterbach (son village natal, dans le Haut-Rhin), de son désir de les faire publier un jour, « mais remaniées ». Il n’en a pas eu le temps. Seul le récit de l’entrée en Alsace de son régiment, le 21e d’infanterie, en août 1914, a été publié partiellement dans le journal catholique L’Ami du peuple en août 1961, puis dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace et en intégralité dans Le Rhin français à partir du 21 août 1964, pour le cinquantième anniversaire de la déclaration de guerre.

19Mgr Weber a légué ses cahiers, comme d’autres souvenirs, aux Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé, chez qui il s’était retiré. Cette congrégation alsacienne les a pieusement conservés et une religieuse en a fait une transcription dactylographiée. En 1996, l’archiviste, Sœur Antonia, fait appel au professeur Rapp, médiéviste et historien de l’Église bien connu, afin d’obtenir son appréciation sur le texte. Francis Rapp nous alors confié le document, comme son ancien étudiant devenu son jeune collègue de l’université de Strasbourg. Sœur Christiane, supérieure générale de la congrégation et Sœur Fides, la nouvelle archiviste, se montrent très intéressées par cette démarche. C’est grâce à elles que ce qui n’était qu’un projet prend forme. Un grand éditeur régional s’enthousiasme aussitôt. La famille de Mgr Weber n’élève aucune objection, bien au contraire. L’archevêque de Strasbourg, Mgr Doré, Sulpicien comme son prédécesseur, accepte de rédiger une préface. Si les aumôniers ont déjà fait l’objet de plusieurs études, les prêtres combattants sont encore des inconnus, ce qui confère un intérêt supplémentaire aux Cahiers.

20Un tel document ne doit pas être diffusé sans appareil critique, sous peine de dérouter le lecteur, qui ne possède pas les informations qui lui permettront d’en faire une lecture agréable et instructive. S’ils se veulent accessibles au plus grand nombre, les Cahiers ne sont cependant pas une caricature du manuscrit original. Nous avons tenu à faire preuve de rigueur dans leur présentation. Le travail scientifique a d’abord consisté à établir le texte. Pour conférer plus de dynamisme et de clarté au récit, nous avons omis les passages les plus techniques (plans détaillés des attaques, description des secteurs, états d’effectifs, etc.) que l’on pourra retrouver dans le manuscrit original, conservé aux Archives des Sœurs de Ribeauvillé. La plupart des notes portées par Jean Julien Weber lui-même, en 1919 semble-t-il, ont été maintenues. Nous avons corrigé de très rares fautes de syntaxe, sans jamais altérer le sens du texte. Il a aussi fallu vérifier, à l’aide de cartes d’état-major et du Dictionnaire des communes, l’orthographe exacte des noms de lieux. La tâche s’est avérée plus difficile, parfois plus aléatoire, pour les noms de personnes. Nous avons pu nous aider de l’Historique du 21e d’infanterie et surtout du Journal des marches et des opérations (JMO) du régiment, qui ne couvre malheureusement que la période d’août 1914 à décembre 1916.

21Conservés au Service historique de la défense (SHD) à Vincennes – et désormais mis en ligne –, ces documents nous ont aussi permis de contrôler l’exactitude des souvenirs du capitaine Jean Julien Weber. Si l’Historique est un court document quelque peu littéraire, au style lyrique et grandiloquent, qui résume les faits d’armes d’un régiment au cours de la campagne, le JMO, écrit au jour le jour par un officier désigné à cet effet, tient un compte exact, bien que lapidaire, des déplacements, cantonnements, combats, périodes de repos, décorations du régiment ou des hommes qui le composent. Force est de constater qu’il recoupe point par point le récit des Cahiers, sauf dans d’infimes détails. Nous signalons en note ces quelques variantes et nous apportons des compléments et des éclaircissements. Les Archives des Sœurs de Ribeauvillé, celles de la compagnie de Saint-Sulpice, de l’archevêché de Strasbourg et les documents confiés par la famille de l’ancien évêque de Strasbourg nous ont été également fort utiles. Nous avons notamment puisé dans les articles inédits écrits par Jean Julien Weber et ses confrères dans Le Faisceau, organe de liaison des Sulpiciens aux armées.

  • 21 Le délai légal de consultation est de cent-vingt ans après la naissance de l’officier, soit, dans (...)

22Son dossier personnel d’officier, que nous avons pu consulter au SHD grâce à une autorisation exceptionnelle21, constitue un autre élément fort intéressant pour connaître sa personnalité. On y trouve en effet les appréciations de ses supérieurs à divers moments de sa carrière militaire. Nous confrontons à plusieurs reprises en note ces sources complémentaires avec le texte des cahiers.

  • 22 T. IONESCU, Souvenirs, Paris, Payot, 1919, p. 1.

23« L’histoire définitive de la Première Guerre mondiale ne peut pas être écrite par les contemporains, affirmait l’homme roumain d’État Take Ionescu. Pour bien voir, il faut la distance dans le temps, puisque la distance dans l’espace est inconcevable lorsqu’il s’agit d’une catastrophe qui s’est abattue sur tout le globe. Mais, tout contemporain qui a eu le privilège de connaître personnellement une partie, quelque minime qu’elle fût, de ce qui s’est passé dans les coulisses, doit faire sa déposition devant le tribunal de la conscience universelle »22. Les cahiers de Jean Julien Weber participent de cette œuvre. La somme des expériences individuelles affine notre connaissance de l’événement et permet de l’appréhender, petit à petit, dans sa globalité.

3.2. Un étudiant dans les tranchées : les Souvenirs de Pierre Waline

  • 23 Les sources sont extrêmement abondantes car écrire est un acte naturel dans ce monde. Ont ainsi ét (...)

24Comme la publication des cahiers du prêtre alsacien, celle des souvenirs de Pierre Waline s’inscrit dans la droite ligne de celle de plusieurs carnets de guerre et de mémoires d’intellectuels français qui ont participé à la Grande Guerre23. La vision d’une guerre compartimentée, « vue d’en haut » ou « vue d’en bas », était parfaitement artificielle, nous l’avons dit. L’officier de tranchée – souvent issu des couches supérieures de la société, mais non pas toujours – partageait en effet en tous points l’existence de ses hommes. Ces Souvenirs en offrent une nouvelle illustration, pour qui en doutait encore.

25Véritable hécatombe de l’intelligence – Pierre Waline égraine d’ailleurs la litanie des camarades tombés à ses côtés, l’élite des meilleurs espoirs du pays –, le premier conflit mondial a avalé deux générations d’étudiants, de professeurs, de poètes, d’artistes et de « savants », comme on disait à l’époque. Elle en a rendu une bonne partie – parfois plus ou moins cabossés –, mais en a digéré beaucoup d’autres, et non des moindres : Charles Péguy, Charles de Foucauld, Ernest Psichari, Henri Alain- Fournier, Louis Mallet, Louis Pergaud, Guillaume Apollinaire ou encore Émile Driant. Pierre Waline est donc d’abord un survivant. C’est à ce titre que, soixante ans après la fin de la guerre, il a tenu à apporter sa pierre à l’édifice toujours en construction de la mémoire. Un témoignage parmi tant d’autres ? Pas tout à fait, car il se distingue à plusieurs titres des autres documents du même type.

26À sa lecture, la première surprise vient de la qualité de l’écriture. Témoin exceptionnel, Pierre Waline l’est d’abord par ses talents littéraires, par son style limpide et pourtant recherché, qui décrit au plus près le réel, sans fioritures, mais d’une plume élégante ; puis il l’est par son degré d’analyse et de réflexion. Mais, à la différence de quelques autres, c’est aussi un homme éminemment pratique, que sa carrière professionnelle inattendue a en grande partie éloigné des chaires, des amphithéâtres et des dépôts d’archives auxquels il semblait destiné pour le plonger dans le monde de l’entreprise et des rapports sociaux. Sa vision de la guerre n’est donc pas une construction théorique. Comment pourrait-elle l’être d’ailleurs ? La guerre n’a-t-elle pas marqué de manière indélébile tous ceux qui l’ont « faite » en première ligne ? Et pourtant, Pierre Waline ne tombe jamais dans le dolorisme, ni la « victimisation », il sait rester sobre. Les faits parlent d’eux-mêmes. Son approche de la réalité n’en est pas pour autant idéalisée. Cet historien, ce narrateur hors pair, ne nous livre ici ni un manuel de la guerre de tranchée, ni un morceau de littérature pure. Bien que chaque mot soit pesé, il décrit une réalité vécue.

27L’autre originalité de ce récit réside dans le parcours de l’auteur, dans cette plongée dans l’univers peu connu de l’artillerie de tranchée. Sans doute le terme de « crapouillot » est-il familier à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la Première Guerre mondiale, mais rares sont les études détaillées sur le sujet, surtout dans la période récente, et plus rares encore les témoignages. Avec Pierre Waline nous assistons, en l’espace de moins de quatre ans, à la naissance, au développement et enfin à la mort d’une éphémère arme nouvelle. Celle-ci naît dans l’improvisation, dans la débrouillardise, qualité bien française, semble-t-il. Elle se dote de son – modeste – Saint-Cyr, ou plutôt de son Polytechnique : les cours de perfectionnement de Bengysur- Craon (Cher). Elle hésite, tâtonne, puis se forge, en partie empiriquement, une doctrine d’emploi. Elle connaît son heure de gloire, car devenue un élément indispensable dans la guerre de taupes, lorsque le front demeure désespérément figé, malgré les coups de boutoirs des uns et des autres (en Artois, en Champagne, à Verdun, sur la Somme, sur le Chemin des Dames). Par un effet quasi-mécanique, elle décline rapidement lorsque reprend en 1918 la guerre de mouvement. Peu importe finalement : à ce moment le nom de « crapouillot », connu de tous les poilus, est entré dans la légende.

28L’auteur de ces souvenirs était l’oncle et le parrain du juriste Jean Waline, ancien président de l’Université de Strasbourg III, et c’est à ce neveu et filleul que l’on doit l’initiative de cette publication. Grâce à cette marque de piété familiale, le grand public a désormais accès à un texte qui méritait assurément de sortir du seul cercle des parents et amis de l’ancien officier de crapouillots. Sentant peut-être sa fin approcher, Pierre Waline a voulu laisser une trace de ces presque cinq années toutes particulières de sa vie. Son récit, achevé à peine plus d’un an avant sa mort, s’appuie sur des carnets tenus au jour le jour (auxquels l’auteur fait allusion en janvier 1916, pour déplorer que la première version en ait disparu dans un incendie), qui ne sont toutefois pas parvenus jusqu’à nous.

29Fils d’un pharmacien, Pierre Edouard Waline est né le 14 juin 1894 à Épernay, dans la Marne. Ses études se déroulent brillamment au collège municipal de sa ville natale. Après son baccalauréat, il entre en hypokhâgne au prestigieux lycée Louis-le- Grand à Paris. Pierre Waline est un enfant de cette terre de Champagne, couloir des invasions, qui, plus de mille quatre cents avant la Grande Guerre avait été le théâtre, sur les Champs catalauniques, de la lutte non moins gigantesque d’Attila le Hun et d’Aétius, le « dernier des Romains », allié aux Francs et aux Goths. Dans ces marches de l’Est, l’entrée en guerre, en août 1914, s’effectue dans une atmosphère de tension et de gravité, qui n’exclut pas l’enthousiasme délirant de quelques-uns. On sait mieux qu’ailleurs ce que signifie un conflit armé. Pierre Waline décrit surtout la formidable montée en puissance de l’armée française, la mobilisation graduelle d’une machine logistique qui n’en est pourtant encore qu’à ses balbutiements au regard de ce qu’elle est devenue quatre ans plus tard. Dans cette atmosphère de réquisitions (en attendant les chevaux d’Argentine et du Canada, que Pierre Waline a été chargé de dresser), d’appel à toutes les bonnes volontés, circulent sans discontinuer des trains chargés de soldats (qui arrivent presque tous à l’heure) et se développe une épidémie d’espionnite : on évacue les étrangers, on arrête les personnes qui s’expriment avec un accent jugé « allemand » : les Alsaciens par exemple.

  • 24 Pour sa carrière militaire : SHD - dpt Terre, Vincennes, Dossier personnel 8 Ye 57 038.
  • 25 Artillerie de corps du 8e corps d’armée, le 37e d’artillerie a été mobilisé à Bourges le 2 août 19 (...)

30Bien qu’il ait obtenu un sursis « pour continuation d’études » (en vertu de l’article 21 de la loi militaire du 21 mars 1905), Pierre Waline demande à servir sur le champ24. Entraîné par la fougue de ses vingt ans, il ne conçoit pas de rester à l’arrière pendant que ses aînés se battent. Son engagement immédiat ayant été refusé, car il menaçait de désorganiser la belle mécanique, il est finalement versé dans la « garde civique », armée d’opérette où il apprend au moins à se lever tôt. Le 3 septembre 1914, enfin ! – de son propre point de vue –, il est incorporé comme canonnier de 2e classe au 61e régiment d’artillerie à Rennes. Après des mois de « classes » plutôt tranquilles, il piaffe plus que jamais d’impatience d’en découdre. « Comment aurais-je pu, écrit-il, m’éterniser dans un métier d’instructeur, mais aussi de pion et de comptable, alors qu’on se battait dans les plaines de Champagne, tout près de chez moi ? » Promu brigadier en janvier 1915, puis maréchal des logis en février, il a la « chance » en mai de convoyer des chevaux à l’arrière du front. C’est la première fois qu’il s’approche aussi près des tranchées. Envoyé à Bourges le 20 août pour s’initier au maniement des obusiers de tranchée, il passe en septembre à une batterie de 58 millimètres du 37e d’artillerie de campagne25. Désigné quelques jours plus tard pour le front de l’Argonne, le voilà affecté à une arme nouvelle, les crapouillots. Et c’est bientôt le baptême du feu.

31Le jeune sous-officier est presque aussitôt confronté à la grande offensive de Champagne – « une tragédie », dit-il –, lancée le 25 septembre par le commandant en chef, le général Joffre, dans l’espoir insensé de percer les lignes allemandes. « On dirait la fin du monde », commente-t-il, avant d’ajouter : « Je connais maintenant les misères de la guerre ». Comme la guerre de positions reprend après ce sanglant échec, les crapouillots s’avèrent de plus en plus utiles. Un véritable esprit de corps lie désormais les servants de cette arme qui reçoit également son insigne distinctif. Dans cette vie quotidienne rythmée par le transport des énormes bombes dans les étroits boyaux, les tirs et les ripostes ennemies, les anecdotes cocasses, les parties de bridge, les discussions métaphysiques, la lecture du Communiqué et du courrier alternent avec les moments dramatiques, comme lorsque dix hommes sont tués tout près de la batterie par deux obus de 105 allemands, qu’un camarade est rattrapé par la mort jusque sur les feuillées (toilettes de campagne) ou que les cadavres pourrissent pendant des mois entre les lignes, passant du blanc au brun, puis au gris, pour finir par ne plus faire qu’un avec le sol de France. Dans ces moments difficiles, la force que donne un office religieux juste avant un coup de main dans les lignes adverses est irremplaçable, affirme Pierre Waline. Ce monde cruel connaît cependant aussi parfois des « usages » – qu’une certaine historiographie a voulu ériger en un phénomène général et récurrent : les « fraternisations » –, mais éphémères et révisables à tout moment : les longues périodes où, par accord tacite, personne ne tire ; celles où les uns et les autres sortent de la tranchée pour se dégourdir les jambes, celles même où l’on peut enfin aller chercher ses morts. « Des deux côtés, les yeux voient, mais les fusils restent muets, écrit Pierre Waline. Chacun se demande si l’adversaire rompra le premier cette trêve de misère. » À d’autres moments, l’atmosphère est complètement différente, la compassion n’est plus de mise : « Nous souffrons, mais notre consolation est de savoir que les Boches souffrent encore davantage », écrit le sous-officier de tranchée ; car il sait que les Allemands, enterrés dans un ravin, vivent dans une humidité encore plus prononcée que celle des Français.

32Sur les arrières des tranchées, le jeune homme traverse des villages dévastés, où les maisons à moitié effondrées ont été soigneusement pillées. Les modestes biens des habitants de Vienne-le-Château servent ainsi à meubler les abris des poilus. Cette région festonnée de l’Argonne est le royaume du tir courbe, avec des objectifs à dix ou quinze mètres seulement parfois. Les oreilles pleines de bourdonnements à cause de l’effroyable bruit de leurs engins et de ceux de l’ennemi, les artilleurs de tranchées bénéficient parfois d’un « camouflage naturel », celui qu’apportent la boue et la neige, mais l’humidité complique terriblement leur travail : le crapouillot, contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, n’aime guère l’eau. Les accidents sont fréquents : membres écrasés, brûlures, voire même éclatement prématuré et mortel d’une bombe. Les rats, que l’auteur qualifie d’ » ignobles bêtes », en revanche, ne craignent pas les intempéries et n’ont pas conscience de la lutte qui est menée autour d’eux. Les artilleurs les chassent à coups de matraque et de revolver ! En dehors de leur mission de soutien de l’infanterie, dont ils partagent le sort presque en tout, il leur arrive aussi de livrer quelques duels « perso » avec la batterie d’en face.

33Si l’on reconnaît le degré de dangerosité des projectiles ennemis au bruit qu’ils font, il n’est cependant pas toujours possible de les éviter. Blessé le 8 février 1916 au sein gauche par un éclat d’obus qui menace même le poumon, Pierre Waline est évacué sur l’hôpital de Sainte-Menehould, puis sur Moulins (Allier), et il bénéficie ensuite d’une longue convalescence dans le Tarn. L’homme de l’Est s’emporte contre la nonchalance des Méridionaux ; il s’agace de leur accent : « Du peinn, du veinn, le matéinn ». « À Castres, comme on est loin du front ! », s’exclame-t-il. Par contraste, il ne peut qu’admirer le sens de la discipline des prisonniers allemands qu’il côtoie. Ainsi qu’il transparaît dans les récits de nombreux autres poilus, il se dit alors profondément choqué par le spectacle que lui offre l’intérieur, où il lui semble que partout paradent des « embusqués ». Mais il admire aussi le dévouement de tant de bénévoles qui prennent soin des éclopés et des malades ; il s’intéresse à la fabrication des mortiers de 58 à l’arsenal de Castres : les ouvriers du Sud apportent une contribution essentielle à l’effort de guerre. Sa vision du Midi évolue.

34L’appel du front retentit vite : Pierre Waline ne veut pas être assimilé aux tristes personnages qui cherchent à éviter le danger. Il lui tarde de retrouver ses camarades des crapouillots. Une première demande, en avril, pour suivre les cours d’élèves officiers n’aboutit pas car le centre de Bengy refuse du monde. Ce n’est que partie remise. En attendant, Pierre Waline achève sa convalescence dans sa famille à Épernay, où il lui arrive un incident typique du décalage entre la vie de l’arrière et celle de l’avant : il est rappelé vertement à l’ordre par un adjudant qu’il n’a pas salué, « un citoyen qui sans doute n’a jamais mis le pied dans une tranchée ». Finalement envoyé à Bengy en juin, il apprend à se servir d’un nouveau matériel et se fait de nouveaux camarades. Promu sous-lieutenant d’active à titre temporaire en juillet, il quitte bientôt le centre d’instruction avec les meilleures notes du capitaine Schneider : « Très intelligent, a tout ce qu’il faut pour devenir un bon officier ».

35De retour sur le front, il assiste en février 1917 au retrait stratégique des troupes allemandes ordonné par le général Ludendorff, quartier-maître général des armées allemandes, pour mieux contrer l’offensive que les Alliés préparent pour le printemps. En avril et en mai sa batterie participe à la bataille des Monts en marge de celle du Chemin des Dames. En juin, Pierre Waline suit des expériences d’artillerie au camp de Mailly devant les plus hautes autorités de la nation et de l’armée. « Jeune officier très instruit, confirme à cette époque le chef d’escadron Popot, commandant de l’ATA 2, aime la critique et s’en sert intelligemment ; d’un excellent esprit militaire, a de l’étoffe ; est actuellement adjoint au commandant du groupe. Serait mieux à sa place dans une batterie de la réserve générale d’artillerie lourde (RGAL), où il serait à même de donner la mesure de ses moyens ».

36Au printemps de 1918 Pierre Waline affronte les « coups de boutoir » de Ludendorff. Promu au grade de lieutenant à titre temporaire le 31 août (puis à titre définitif le 19 décembre), il sert au cours de l’été sur le front d’Alsace, cette région que tout jeune Français connaît depuis l’enfance. Même si le mythe de la Revanche s’est quelque peu noyé dans les difficultés quotidiennes de la guerre, ce n’est pas sans émotion que le jeune officier observe à la jumelle depuis les sommets des Vosges la vie de ces habitants des villages et des hameaux « d’en face », si proches du front. C’est un front où les artilleurs sont priés de prendre d’inhabituelles précautions pour respecter les biens et les personnes : on ne peut en effet courir le risque de provoquer des massacres de civils alsaciens sous les obus français, ou la destruction du patrimoine historique de la « Province perdue » : les conséquences politiques en seraient désastreuses. L’Alsace, écrit Pierre Waline dans ses Souvenirs, « évoquait [...] pour nous tous les espoirs de notre génération et de celles qui l’avaient précédée depuis notre cruelle défaite de 1870 ». Le long de la « ligne bleue des Vosges » il expérimente aussi les conditions toutes spéciales de la guerre de montagne. Et bientôt au conflit s’ajoute une nouvelle calamité, la grippe espagnole.

37L’offensive de la reconquête, le crapouillot la mène à travers les forêts de l’Argonne, contre des Allemands qu’il s’agit de « déloger » à coup d’obus car ils s’accrochent au terrain. Dans cette lutte toujours aussi âpre malgré l’espoir nourri par tous d’une fin prochaine, Pierre Waline parcourt des paysages ruinés : par les combats, au cours desquels le fer et le feu s’abattent parfois au hasard, mais aussi bien souvent par la volonté délibérée de l’ennemi, qui pratique en se retirant une véritable politique de terre brûlée. Partout les poilus croisent des souvenirs de famille éparpillés à tous vents et livrés aux intempéries (photographies, jouets, objets de la vie courante). Les biens accumulés pendant une génération ou davantage prennent la route de l’Allemagne, quand ils ne finissent pas dans le sac de soldats « libérateurs » indélicats. Pierre Waline lui-même trouve dans un état lamentable la petite ville de Vouziers, dans les Ardennes, patrie de ses grands-parents maternels. Au pied des églises et des maisons démolies, les Français découvrent au surplus des populations misérables, fragilisées par l’effet conjugué des affres de l’occupation, des opérations militaires et du redoutable blocus qui affame véritablement les Empires centraux en cette fin d’année 1918 (parce que la guerre sous-marine à outrance n’a pas réussi à en venir à bout). Dans ces circonstances, Pierre Waline continue à donner toute satisfaction à ses supérieurs. « Commandant de batterie de tranchée d’un dévouement absolu, écrit l’un d’eux à la veille de l’Armistice. Ne craint pas les difficultés ».

38Après le 11 novembre il revient dans cette Alsace dont, comme André Grappe, il découvre – ou parfois redécouvre, car il était déjà venu avant-guerre – avec jubilation les curiosités artistiques et naturelles. Mais la République a un pressant besoin de savants. Toujours sous l’uniforme, il est donc détaché le 1er juin 1919 au centre d’études de Strasbourg, « ville symbole de mes rêves de jeunesse », confie-t-il. Ce centre, comme celui de Nancy, doit permettre aux « khâgneux » retardés dans leurs études par la guerre, de combler leurs lacunes auprès des meilleurs professeurs avant de passer – et ce n’est que justice – un concours d’entrée à l’école normale supérieure « spécial », c’est-à-dire adapté à leur cas. Le temps de la guerre est – provisoirement – terminé : le 30 septembre Pierre Waline est mis en congé illimité (c’est-à-dire démobilisé) et il déclare qu’il se retire à Épernay. Il termine le conflit avec la croix de guerre avec palme, une étoile de bronze et une étoile de vermeil.

39L’intérêt de la publication des souvenirs de Pierre Waline a été renforcé par la découverte de ceux de son frère, ce qui a permis une mise en regard des deux textes dans une configuration inédite à notre connaissance.

3.3. À Épernay, ville du front. Souvenirs d’un adolescent, Marcel Waline

40Le cadet de Pierre Waline, Marcel (Épernay, 1900 - Paris, 1982), a en effet écrit, pour le seul cercle familial, un long récit qui éclaire celui de son frère. Nous publions dans le même volume ce qui concerne la Première Guerre mondiale. Pour les historiens, formés dans le culte du « croisement des sources », deux textes qui retracent une histoire en partie commune : vue, d’un côté, sous l’angle d’un soldat et, de l’autre, du point de vue d’un civil, apparaissent comme particulièrement intéressants, surtout si on les compare à d’autres documents encore (Journaux de marche, Historiques régimentaires, monographies et études).

  • 26 P. WALINE, op. cit., « Souvenirs d’un adolescent… », p. I.

41« Pourquoi j’écris ces souvenirs ? se demande Marcel Waline dans son avant-propos. D’abord par piété filiale : je veux que mes enfants, mes petits-enfants, et si possible leurs descendants, sachent ce qu’étaient mes parents. À une époque où toutes les valeurs traditionnelles sont contestées, ils pourront voir que la vie familiale, telle qu’elle était comprise et pratiquée par les parents et les enfants, dans le premier quart du xxe siècle, n’était pas du tout ‘‘aliénante’’, comme disent aujourd’hui ceux qui se déclarent eux-mêmes aliénés, qu’elle était même enrichissante, et en tout cas n’était pas sans un certain charme. Ensuite, parce que j’ai vécu mes premières années dans un monde qui n’a guère de ressemblances avec celui de maintenant ; j’ai vu les premiers avions ; j’ai vu deux guerres épouvantables ; j’ai connu nombre de personnages plus ou moins historiques, et surtout le général De Gaulle, aux côtés de qui j’ai siégé trois ans. Il me semble que ce que j’ai eu tantôt le malheur, tantôt la chance de voir, je dois porter témoignage »26.

  • 27 Ibid., p. 30.

42À la veille de la Grande Guerre, Épernay compte 22 000 habitants et a pour maire Maurice Pol Roger. Le champagne est bien sûr sa principale – mais non pas unique – activité. Le récit de Marcel Waline nous plonge dans le quotidien d’une ville de garnison habituée à la présence des militaires dès le temps de paix, qui se trouve à plusieurs reprises près du front et subit même une éphémère occupation allemande. « On avait l’idée qu’il fallait bien que cela arrive tôt ou tard (n’oublions pas que nous sommes dans l’Est) et qu’enfin les dés étaient jetés »27, écrit-il, comme résigné à l’image de la population de ces régions, qui ne manifeste qu’une crainte diffuse à l’égard des événements en cours : tout cela irait si vite. Cette conviction rappelée depuis lors dans tant d’ouvrages, au point de se muer en lieu-commun : « Ils croyaient revenir pour les vendanges », prend ici un sens littéral, dans le vignoble de Champagne. Imprévoyance, insouciance, exaltation parfois (mais rarement), l’entrée en guerre s’effectue dans l’ignorance la plus complète des conditions d’une guerre moderne. C’est aussi le temps des rumeurs les plus folles (les « canards ») et de l’espionnite, comme le signale aussi Pierre Waline, ou encore celui de la formation de gardes civiques au sein desquelles certains citoyens – assurés du fait de leur âge de ne pas partir pour le « vrai » front – manifestent un zèle parfois exagéré. Après l’euphorie des commencements, les premières mauvaises nouvelles transpirent, en dépit des communiqués rassurants, voire triomphalistes. Que font, je vous prie, à Épernay ces troupes du 7e corps censées être en route vers Strasbourg ? Tout ne se déroulerait-il pas selon les prévisions du Plan XVII, qui devait conduire la France à une rapide victoire au moyen d’une offensive de grand style ? La guerre imaginée, idéalisée, se mue petit à petit en un phénomène concret. Les malheurs de la guerre s’abattent sur les populations : Marcel Waline voit d’abord arriver les évacués des grandes places fortes – les « bouches inutiles » comme on disait à l’époque –, tels ces vieillards de l’hospice de Toul ; puis viennent une foule de réfugiés, en premier lieu des Wallons, suivis par des Ardennais. Le bruit des atrocités commises par les soldats allemands a provoqué un mouvement de panique et les civils apeurés s’installent où ils le peuvent. Après les civils viennent les militaires, ceux d’une armée française sévèrement défaite au cours des batailles des frontières (du 20 au 23 août). Enfin arrivent les Allemands, que Marcel Waline, qui n’a pas encore quatorze ans, voit de très près, ce qui lui donne l’occasion de faire usage de ses récents acquis linguistiques scolaires. Décidément, en Champagne comme en Lorraine, dans le Nord ou en Picardie, c’est 1870 qui semble se répéter. Mais à Épernay l’occupation ne dure que quelques jours, le temps que les Allemands, battus sur la Marne, se retranchent un peu plus au nord.

43Pour le jeune témoin, la scolarité se poursuit « au son du canon » car la ville n’est guère éloignée de ce front qui vient de se stabiliser pour trois ans et demi à trentecinq kilomètres environ de là, en direction de Reims. Les nouvelles de la guerre ont à la fois pour lui la forme impersonnelle de la presse (Marcel Waline est, à l’époque, un fervent lecteur de L’Action française, ce dont il semble s’étonner, bien plus tard, au moment où il écrit ses Souvenirs car il professe alors des opinions politiques bien plus modérées) et des communiqués, mais elles s’incarnent aussi dans les lettres du grand frère, Pierre, dont il s’efforce de suivre les péripéties. Héros, ce frère manque d’ailleurs de peu de se transformer en martyr. Saisie d’une folle inquiétude à l’annonce de la blessure du cher soldat, la famille est toutefois bien vite rassurée par un mot de la main de l’intéressé. Elle se console finalement en se disant que cette « bonne blessure » lui a évité l’enfer de Verdun. Le cousin Victor n’a pas cette chance. Sa mort a marqué les Waline et Marcel raconte une histoire identique à celle de Pierre : la quête angoissée de nouvelles et la douleur de l’oncle Léon les émeuvent encore des décennies plus tard. Pour le reste, Marcel Waline essaie toujours de relier les événements militaires et politiques généraux à des réalités locales, par exemple la révolution russe aux opinions de son professeur du collège, qui ne fait pas mystère de ses sympathies socialistes. Il s’intéresse aux opérations et décrit en détail la bataille du Chemin des Dames, qui se déroule à quelques dizaines de kilomètres de chez lui.

44À partir de ce printemps de 1917, raconte-t-il, Épernay est de plus en plus la victime d’attaques aériennes, et les Waline se réfugient, la nuit, dans le cabanon de leur jardin. De là, le jeune Marcel assiste à une version contemporaine de la lutte classique de l’épée et du bouclier, en l’occurrence au combat que livre, dans un vacarme assourdissant, la DCA (défense contre aéronefs) aux avions ennemis dans la lumière blanche de puissants projecteurs. C’est au cours de l’un de ces bombardements de terreur qu’est tué le bon curé Mortas, dont parle aussi Pierre Waline. Cette irruption de la guerre dans les villes, et notamment les ravages de la « grosse Bertha » dans Paris, convainquent les parents de Marcel Waline de ne pas laisser partir leur dernier fils au loin. Curieusement – mais il faut se rappeler qu’ils n’ont que deux enfants et que le deuxième est aux armées, exposé tous les jours à la mort – ils obligent Marcel à faire son droit par correspondance. Sa chambre sera son amphithéâtre ! Morne perspective, qui ne dure qu’un temps : l’invasion allemande, en mai 1918, au moment du troisième « coup de boutoir » du général Ludendorff, pousse le pharmacien Waline à envoyer sa femme et son fils cadet à Dijon, où ce dernier obtient sa première année de droit. Sa ville natale est finalement sauvée, mais à quel prix ! Sa population est réduite à moins de 10 % de celle d’avant-guerre, avec seulement 2 000 habitants. Au retour à Épernay, un spectacle de désolation s’offre aux yeux du jeune étudiant : les destructions ont été terribles au cours de la quatrième bataille de Champagne (15-18 juillet) et de la deuxième bataille de la Marne, qui marque la reprise de l’initiative par les Alliés. C’est dans une maison fort abîmée, mais encore à peu près debout, que les Waline attendent l’arrivée de l’automne et de l’Armistice, qui surprend Marcel à Dijon, où il est revenu chercher le violoncelle de son grand musicien de père...

  • 28 Ibid., p. 72.
  • 29 Témoignage de Jean WALINE, 27 juin 2008.

45En 1920 Marcel Waline obtient sa licence à la Faculté de droit de Paris, qu’il a enfin pu intégrer. « Au cours de cette année 1920, précise-t-il, le président Poincaré étant venu remettre la croix de guerre à la ville d’Épernay, accompagné du ministre Louis Barthou et du maréchal Pétain, mon père nous dit au retour de la réception à l’Hôtel de Ville, qu’il avait apprécié l’humour de Barthou, mais qu’en revanche le maréchal lui avait fait mauvaise impression. Mon père était un homme de bon jugement »28. Le 4 octobre 1920, Marcel Waline est incorporé pour son service militaire au 162e régiment d’infanterie à Thionville, qu’il quitte deux ans plus tard pour continuer ses études, toujours à la faculté de droit de Paris, et aussi à l’école libre des sciences politiques. C’est le début d’une grande carrière de juriste. Avec Josette Wonner, qu’il a épousée à Thionville le 13 février 1931, Marcel Waline a eu sept enfants. C’est son épouse qui le pousse à écrire ses Souvenirs. D’abord réticent, il se prend finalement au jeu et rédige plusieurs centaines de pages, servi par une mémoire étonnante29. Malheureusement, la mort l’empêche d’achever son travail, qui se termine sur la fin de la IVe République.

46D’autres anciens de 1914-1918 sont « arrivés » jusqu’à la Ve. Leur longévité a donné lieu à quelques publications originales, dont fait assurément partie l’ouvrage d’André Grappe.

3.4. Le Testament du dernier poilu d’Alsace

47L’autobiographie suscite l’intérêt car chaque récit est d’abord celui d’une vie d’homme. Tel est aussi le cas des souvenirs publiés en 1999 par l’ultime vétéran de l’armée française de 1914-1918 encore vivant en Alsace. Et c’est l’une des grandes originalités de l’histoire « contemporaine », nous pouvons encore interroger directement quelques-uns de ces acteurs, même si nous y pensons souvent un peu tard ! Avec André Grappe, les poilus des photographies jaunies retrouvent une voix. L’histoire de la Grande Guerre redevient vivante, avant de se figer de nouveau, cette fois à jamais. Son récit commence par son enfance pour s’achever avec son arrivée à Strasbourg libéré, au début de 1919. Que d’humanité en effet dans l’existence insouciante que mène André Grappe, jeune collégien, alors qu’à quelques dizaines de kilomètres de Pontarlier (Doubs) souffrent et meurent les poilus (et leurs adversaires) et que tant de familles autour de lui sont en deuil. Il en éprouve d’ailleurs un peu de honte. Mais comment en vouloir à ses seize ans ? Toute la première partie de son récit nous décrit la vie à l’arrière, faite bien plus de « normalité » que d’ » exception » en ces années de guerre.

48Pendant ses classes au 23e régiment d’infanterie, combien sonnent « vrais » les petits détails de l’existence militaire. Même en temps de guerre, on resquille, on s’octroie des « fausses perms », on se fait « porter pâle » pour éviter les corvées et, en conséquence, on « va au trou ». Le conflit n’a pas entraîné l’apparition d’une génération spontanée de soldats modèles. Notre vision stéréotypée de la guerre nous conduit à nous étonner de ces longs moments d’inaction qui s’écoulent pour André Grappe quand il séjourne au camp 4/5 en Champagne en juin et juillet 1918, des permissions et des longs congés de convalescence, des temps de repos, des missions qui ne manquent pas toujours d’agrément (en témoigne l’excursion de notre témoin à Paris, pour raison de service). C’était cela aussi, la guerre. Les poilus n’ont pas passé quatre ans pleins sur le rebord de la tranchée, l’œil rivé au périscope. Combien auraient tenu s’il en avait été réellement ainsi ?

49Certes, tous ceux qui ont survécu ont été chanceux, mais la Fortune a particulièrement souri à André Grappe, comme il l’admet bien volontiers lui-même. Dans tous les lieux ou presque où il est passé, il a trouvé un membre de sa famille, un officier ou un sous-officier prêt à lui faciliter la vie quotidienne. Cela n’est pas toujours allé sans contreparties. C’est ainsi qu’on le voit donner des leçons de latin à son capitaine, au dépôt ! N’est-ce pas là encore un épisode insolite et inattendu dans la guerre ? Et que dire de l’image omniprésente de sa fiancée, à laquelle toute l’existence du poilu semble subordonnée puisqu’elle le conduit à demander à revenir le plus vite possible au front après sa blessure et sa convalescence, parce qu’il sera ainsi plus proche d’elle et il pourra, il le pense, voler quelques heures de temps à autre pour aller la voir ! Amour et inconscience se marient dans la folie de la jeunesse. Mais la guerre n’est finalement pas si lointaine, et c’est peut-être à cause d’elle qu’André Grappe songe tant à profiter, très sagement d’ailleurs, de la vie.

  • 30 C. DELVERT, op. cit., p. 640.

50Autour de lui, les hommes restent des hommes, avec leurs traits d’héroïsme, mais aussi avec leurs côtés mesquins et leurs bassesses. Certains surgissent de la tranchée avec fougue ; d’autres espèrent la bonne blessure, « car il n’y a pas d’égalité devant la peur de la mort »30 ; d’autres encore sont heureux de voir les Allemands s’enfuir plutôt que de devoir les massacrer. La frontière entre le « héros » et le « traître » est parfois presque impalpable, comme dans le cas des cousins Lacroix, qui désertent subitement après avoir montré un courage admirable au feu. Ils ont « craqué » : ils ne sont pas encore des machines.

51La Patrie n’est pas absente du récit, mais elle semble s’estomper au profit de la petite patrie, du Haut-Doubs qui a vu naître André Grappe et a vu naître aussi, c’est très important, sa fiancée. On note également cet attachement aux racines, à la famille chez Louis Barthas ou Dominique Richert. André Grappe est heureux de rencontrer, au hasard des affectations, « des gens de son coin ». Bien sûr, on retrouve aussi les poux, les rats, la pluie, la boue, la promiscuité avec les cadavres des camarades. Mais nous retenons aussi l’image des coquelicots en fleur dans les champs où va se dérouler la seconde bataille de la Marne en juillet 1918, image qui n’a pas quitté la mémoire d’André Grappe jusqu’à son dernier souffle. La Grande Guerre de notre témoin, c’est enfin cette vision « décalée » du 11 novembre, à la fois pour lui, le soldat, qui, au cours d’une marche harassante, attend avec impatience le signal de la pause, sur lequel se concentrent toutes ses pensées, et semble bien se moquer du reste sur le moment ; et pour certains civils, rattrapés par le plus cruel des deuils quelques heures avant la sonnerie du clairon et qui pleurent alors que la foule envahit les rues de Paris et que les cloches sonnent à toute volée. Tels sont les éléments qui composent les Souvenirs de la Grande Guerre, récit au style alerte, truffé de références littéraires et d’anecdotes instructives. Ils sont la preuve que même le millième témoignage sur la Grande Guerre peut encore nous apprendre quelque chose.

  • 31 Un vétéran australien du même âge qu’André Grappe, Éric Kingsley Abraham, a lui aussi publié ses s (...)

52Le texte publié par André Grappe est le fruit de la synthèse de plusieurs sources convergentes. Le plus extraordinaire dans cette aventure éditoriale réside dans la collaboration du témoin lui-même, plus de quatre-vingts ans après les événements. Agrégé de philosophie, ami de Jean Guitton, André Grappe a mis à profit son exceptionnelle longévité pour superviser ce travail. Il s’agit à notre connaissance du dernier témoignage sur la Grande Guerre publié du vivant de l’auteur31. L’ancien poilu ne s’est pas lancé dans la rédaction de ses Mémoires, à cent ans passés, uniquement en se fondant sur ses souvenirs. Il s’est servi d’un certain nombre d’écrits composés à différents moments de sa vie. La plupart de ces textes sont restés inédits jusqu’à ce jour. Quelques-uns seulement ont fait l’objet d’une publication et d’une diffusion restreinte. L’auteur a d’abord évoqué sa jeunesse sous l’uniforme dans deux articles publiés par L’Université combattante, revue de l’association des Anciens combattants de l’enseignement supérieur public et de l’enseignement public du second degré, dont le siège se trouve à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. André Grappe en est membre comme le furent en leur temps Jules Isaac ou René Cassin. Ces premiers Souvenirs de guerre, parus en trois époques entre novembre 1952 et mai 1953, font avec beaucoup de rigueur le récit des principaux faits qui ont marqué l’auteur lors de ses classes et de ses séjours sur le front. Le second article, « Les Combattants de moins de vingt ans et les derniers mois de la Grande Guerre », date de janvier 1991. Il reprend quelques épisodes de la seconde bataille de la Marne (juillet 1918) et propose une intéressante réflexion sur les honneurs tardifs accordés au « poilu ordinaire ». Mais il n’est pas exempt d’erreurs, notamment en ce qui concerne les noms de personnes. La mémoire d’André Grappe serait-elle devenue défectueuse à l’orée des années 1990 ou faut-il attribuer ces imperfections à des coquilles d’éditeur ?

53Le vétéran nous a aussi confié des sources inédites, de loin les plus riches et les plus nombreuses. Ses écrits du front – il travaillait même avec le masque à gaz sur le nez, révèle-t-il – ont malheureusement disparu, notamment un roman pour une part autobiographique, mais il nous reste une partie du courrier envoyé à ses parents, source primaire qui n’a évidemment jamais été retravaillée. Elle consiste en des lettres et cartes postales dont la rédaction s’échelonne d’avril 1917 à octobre 1919.

54Après le décès de son épouse en 1981, peut-être hanté lui-même par la crainte de disparaître sans transmettre à ses enfants et petits-enfants la mémoire familiale, André Grappe a entrepris d’écrire une autobiographie manuscrite, en puisant dans les tréfonds de sa mémoire et en utilisant aussi des textes antérieurs (ses Souvenirs de collège, par exemple, écrits dès 1962). Le premier carnet, rédigé entre le 23 janvier et le 8 mars 1983, comporte 409 pages et couvre la période 1898-1919. Il constitue notre source principale pour toute l’enfance de l’auteur. Le 9 novembre 1995, André Grappe décide de faire dactylographier, sous le titre : Mes Souvenirs de la Grande Guerre, un morceau choisi de son autobiographie pour les années 1914-1919. Le texte original y est repris presque mot pour mot, mais il y ajoute une introduction et une conclusion. Cette version constitue la base du texte publié ensuite. Elle a été enrichie des quelques épisodes racontés dans l’article de 1952-1953 que l’on n’y retrouvait pas et surtout d’anecdotes distillées par André Grappe au fil de nos entretiens, à commencer par le premier, le 12 mars 1995, et dans les deux entretiens qu’il a accordés à la télévision, en novembre 1995 à Christine Bredin et en novembre 1998 à Yvonne Roehrig, journalistes à France 3 Alsace.

  • 32 P. TUFFRAU, Quatre années sur le front. Carnet d’un combattant, Paris, Imago, 1998.
  • 33 Verdun, 1993, 10e édition.

55Nul doute que les chercheurs qui ont, pour prendre un exemple, publié en 1998 les carnets de Paul Tuffrau32 auraient aimé pouvoir lui demander des précisions, lui en faire dire davantage sur telle ou telle question, « ressentir » le récit à son contact. Cette possibilité, nous l’avions, même s’il fallait tenir compte du grand âge de M. Grappe et de sa pudeur parfois excessive. Nous n’étions pas habités par la hantise absolue du « non dit ». Ce qui n’était pas écrit pouvait être obtenu tout de même par des questions complémentaires. Ce travail nous a apporté des éléments nouveaux parce que certaines anecdotes ne viennent qu’à l’oral, et on le comprend (nous pensons à ce jour où André Grappe nous a révélé, au détour d’une phrase, que les poilus utilisaient des ossements humains comme portemanteaux dans les tranchées de Champagne). André Grappe lui-même a constitué pour nous, et cela n’a aucun sens péjoratif, une « source », mais une source vivante. Son grand âge fait que le chercheur ne l’a pas interrogé comme l’aurait fait dans les années cinquante Jacques- Henri Lefebvre, l’auteur de Verdun. La plus grande bataille de l’histoire racontée par les survivants33. Une nouvelle méthode, de nouveaux thèmes ont été « expérimentés » avec lui. Nous nous empressons de dire qu’il s’y est prêté de bonne grâce et que cela s’est fait sans difficulté. Car, au-delà d’un travail d’historien, la préparation de ce livre a été une formidable aventure humaine. Et si nous avons beaucoup reçu de ce « dernier poilu d’Alsace », nous voulons croire qu’il a été pour sa part très heureux de « se donner » lui-même à ce qu’on appelle, en utilisant une expression aujourd’hui galvaudée, « les générations futures ».

56« Il est important de se souvenir de la guerre de 1914-1918, nous disait André Grappe lors de notre première rencontre, parce qu’elle a été terrible. La France ne s’est jamais relevée de cette guerre ». S’il n’aime pas se mettre en avant et a longtemps hésité à s’engager dans la voie de la publication de ses Souvenirs, les multiples brochures qu’il a écrites sont la preuve de son désir de transmettre, au moins dans le cercle familial, la mémoire dont il est le dépositaire. L’ouvrage de 1999 ne constitue que l’étape suivante de cette même démarche : « Il se peut, écrivait-il dès 1996 dans la préface de ses Souvenirs laissés par la Seconde Guerre mondiale, que mes petits-enfants prennent plus tard intérêt à la lecture de ces souvenirs dès l’instant qu’ils concernent leurs ancêtres directs, comme j’ai pris moi-même, étant enfant, grand intérêt au récit que m’a fait mon grand-père, Joseph Grappe, de sa participation à la pacification de la Kabylie après la conquête (momentanée…) de l’Algérie ». Grâce à « l’ancien », comme dans la culture orale des veillées paysannes d’autrefois, l’histoire de la famille se pérennise. C’est ainsi que l’on raconte encore, en Alsace et en Lorraine, des anecdotes relatives à l’invasion des alliés (Russes, Autrichiens et Prussiens) en 1814. Lorsqu’il a solennellement fêté son centième anniversaire en octobre 1998, le patriarche qu’il est devenu a commenté la projection de cent-quatre diapositives qui retraçaient sa vie. Il a aussi accepté par deux fois de témoigner en dehors de la sphère familiale, devant un public de jeunes gens. Le 29 mai 1997, il est retourné dans son ancien lycée, Kléber, pour évoquer la guerre 1914-1918 devant les élèves d’une classe bilingue franco-allemande. À l’issue de son intervention, l’un d’entre eux, d’origine allemande, lui a demandé ce qu’il pensait des solides liens qui unissaient désormais les deux peuples. André Grappe lui a répondu qu’il y applaudissait comme Déroulède lui-même y applaudissait dans son testament poétique. Il est donc évident que pour lui ce type d’exposé doit avoir une vertu pédagogique. Le 8 décembre 1998 il donne à l’Université de Strasbourg une autre conférence devant plus de 150 étudiants et trois professeurs, captivés d’entendre raconter l’histoire comme sans doute ils ne l’ont jamais entendu enseigner. À la suite de cette intervention, il reçoit de l’une des étudiantes présentes, une Champenoise, une carte postale qu’elle a postée de Tours-sur-Marne le jour de son vingtième anniversaire (30 décembre 1998). Elle a tenu à le fêter à l’endroit même où le vieux poilu avait fêté le sien quatre-vingts ans plus tôt. Une telle anecdote prouve la force du témoignage direct.

57La nécessité de confronter les sources fournies par André Grappe entre elles s’est doublée d’une mise en regard avec des sources extérieures. Ce fut tout d’abord le dossier matricule du sergent Grappe, déposé depuis 1990 (c’est-à-dire quatre-vingt-douze ans après la naissance de l’intéressé, s’il n’est pas officier), aux archives de son département de naissance, le Doubs. Il s’agissait de vérifier les dates d’incorporation, les passages aux grades successifs, les numéros des régiments. Nous n’avons constaté aucune différence entre les informations fournies par André Grappe et celles ainsi recueillies. Pareillement, grâce à leurs dossiers personnels, nous avons été en mesure de doter les officiers cités par notre poilu dans son récit d’une notice biographique. Les dossiers des officiers sont conservés au SHD. En revanche, il n’a pas été possible de recueillir des renseignements sur les soldats et sous-officiers. Il aurait fallu connaître leurs dates et lieux de naissance ainsi que, pour plus de sûreté, leurs prénoms. Mais qui s’appelle par son prénom à l’armée ? André Grappe ne possédait pas, bien évidemment, tous ces renseignements. Par la force des choses, les plus humbles des combattants sont donc restés quelque peu dans l’ombre. André Grappe a successivement fait partie pendant la Grande Guerre des 23e et 158e régiments d’infanterie, dont nous avons pu consulter les Historiques et les JMO. À part quelques détails inévitables, cela nous a permis de confirmer la fraîcheur des souvenirs de notre témoin et de mieux comprendre les motifs et le déroulement des combats auxquels André Grappe fut mêlé.

58Le cas des souvenirs d’André Grappe nous a confirmé l’intérêt des fonds privés pour la connaissance de l’événement historique et nous a montré comment le recours à l’enquête orale pouvait apporter des compléments fort intéressants au récit.

*

59Trois exemples, donc : la publication d’un témoignage inédit écrit sur le moment ou presque, dont l’auteur est décédé ; la publication de deux témoignages inédits écrits après coup, dont les auteurs sont décédés ; enfin la publication d’un témoignage écrit inédit, du vivant et en collaboration avec l’auteur. Ils pourraient constituer les titres des chapitres d’une typologie des archives privées de l’histoire du premier conflit mondial.

  • 34 P. AUSSARESSES, Services spéciaux. Algérie, 1955-1957, Paris, Perrin, 2001.

60Il va sans dire que cette grille d’analyse peut aussi – et elle l’est déjà – être étendue aux vétérans des autres conflits où ont été engagés des soldats français : Seconde Guerre mondiale, Indochine, Corée, Algérie, Liban, Tchad, Golfe, Bosnie, Kosovo, Afghanistan, Côte-d’Ivoire, Libye, etc. Les événements d’Algérie (1954- 1962), dont l’interprétation défraie périodiquement la chronique sont pour l’instant en grande partie connus grâce aux témoignages. La polémique déclenchée en 2001 par la publication des souvenirs du général Aussaresses34 est forcément entretenue par les interviews accordées par l’auteur et les articles et déclarations de ses contradicteurs. Lorsque le témoin et/ ou l’acteur de l’histoire racontent, ils se racontent. La vérité des uns n’est pas nécessairement celle des autres. C’est par un patient travail de confrontation des sources orales, privées et officielles – si elles sont accessibles –, que l’historien se forge une opinion et acquiert des semblants de certitudes (parfois remises en cause par de nouveaux documents d’ailleurs). Dans cette quête, jamais complètement achevée, de la « vérité historique », le chercheur serait bien mal avisé de se priver de l’une ou l’autre des sources, même imparfaites, qui s’offrent à lui.

Notes

1 J. J. WEBER, Sur les pentes du Golgotha. Un prêtre dans les tranchées, Strasbourg, La Nuée bleue, 2001.

2 P. WALINE, Avec les crapouillots. Souvenirs d’un officier d’artillerie de tranchées, PUS, 2009.

3 A. GRAPPE, Testament du dernier poilu d’Alsace. Du Haut-Doubs à Strasbourg, un destin dans le siècle, Strasbourg, PUS, 1999.

4 G. BACCONNIER, A. MINET, L. SOLER, « Quarante millions de témoins », G. CANINI (dir.), Mémoires de la Grande Guerre. Témoins et témoignages, Nancy, PUN, 1989, p. 143.

5 P. LEJEUNE, Pour l’autobiographie. Chroniques, Paris, Seuil, 1998, p. 7.

6 G. CANINI, « Le Témoignage de Norton-Cru à Jules Romains », G. CANINI, Mémoires, op. cit., p. 9.

7 J. NORTON-CRU, Témoins, Paris, Les Étincelles, 1929, repris en 1930 sous une forme réduite : Du Témoignage.

8 G. CANINI, Mémoires, op. cit., p. 12.

9 N’est « poilu » que celui qui n’a pas dépassé le grade de capitaine : « Pour connaître la guerre, il faut l’avoir vécue comme commandant de compagnie au maximum » (Capitaine RIMBAULT, Propos d’un marmité, cité par C. DELVERT, « L’Histoire de la Guerre par les témoins », Revue des Deux Mondes, t. LIV, 1929 (1), p. 633-634).

10 J. NORTON-CRU, op. cit., p. 399.

11 Saint-Cloud, Soteca-14/18 éditions, 2005.

12 Réédition de 1997, p. 9.

13 Par exemple : P. VOIVENEL, À Verdun avec la 67e DR, Nancy, PUN, Nancy, 1991.

14 Strasbourg, La Nuée bleue, 1994.

15 Biarritz, J & D éditions, 1996.

16 Morlaix, Skol Vreizh, 1993.

17 Le journal (Diario de guerra, 1915-1919) de Paolo Caccia Dominioni (1896-1992), par exemple, publié dans le cadre d’une collection de témoignages à Milan en 1993, rééd. chez Mursia editore en 2008.

18 J.-P. GENO, Y. LAPLUME, Paroles de poilus. Lettres et carnets du front (1914-1918), Paris, Librio/ Radio France ; J. NICOT, Les Poilus ont la parole. Lettres du front, 1917-1918, Bruxelles, Complexe.

19 G. BACCONNIER, op. cit., p. 142.

20 S. CAUCANAS, « Archives de 1914-1918 », Traces de 14-18, Carcassonne, Les Audois, 1997, p. 17.

21 Le délai légal de consultation est de cent-vingt ans après la naissance de l’officier, soit, dans le cas de Jean Julien Weber, 2008, et nous étions en 2000.

22 T. IONESCU, Souvenirs, Paris, Payot, 1919, p. 1.

23 Les sources sont extrêmement abondantes car écrire est un acte naturel dans ce monde. Ont ainsi été éditées, entre autres, les « œuvres » d’un ingénieur de l’école Centrale : R. STERN, Petite chronique d’une Grande Guerre. Journal d’un capitaine du service automobile de l’armée, 1914-1918, N. STERN (éd.), Paris, L’Harmattan, 2003 et d’un futur ingénieur : Robert Tonnier, élève au lycée Louis-le-Grand, engagé volontaire en 1915, R. de CROZES (éd.), Paris, L’Harmattan, 2001 ; d’un instituteur : 1914-1918. La Grande Guerre d’Olivier Guilleux, E. KOCHER-MARBOEUF (éd.), La Crèche, Geste éditions, 2003 ; d’un prêtre : A. POUSSE, Une soutane sous la mitraille. Carnets de la Grande Guerre d’un curé de campagne, Jaignes, La Chasse au Snark, 2000 ; d’un ethnologue : Un Ethnologue dans les tranchées, août 1914-avril 1915. Lettres de Robert Hertz à sa femme Alice, A. RILEY et P. BESNARD (éd.), Paris, CNRS éditions, 2002 ; d’un médecin : L. JOUHAUD, Souvenirs de la Grande Guerre, Limoges, PUL, 2005 ; d’un imprimeur et libraire : E. REPESSE, Caporal infirmier au 147e RI de Sedan (Ardennes). Témoignage 1914-1918, Joué-lès-Tours, Art & Tradition, 2004 ; du médecin et homme de lettres : G. (et de son épouse B.) DUHAMEL, Correspondance de guerre 1914-1919, Paris, Honoré Champion, 2007-2008 ; d’un historien : J. ISAAC, Un Historien dans la Grande Guerre, lettres et carnets 1914-1917, Paris, Armand Colin, 2004 ; des écrivains : P. LOTI, Soldats bleus. Journal intime 1914-1918, A. QUELLAVILLEGER et B. VERCIER (éd.) Paris, 1998, R. DORGELES, Je t’écris de la tranchée, Paris, Albin Michel, 2003 ; et de l’auteur de La Guerre des boutons : Les tranchées de Louis Pergaud, B. PICCOLI (éd.), Verdun, Connaissance de la Meuse, 2006. Cette liste est loin d’être exhaustive.

24 Pour sa carrière militaire : SHD - dpt Terre, Vincennes, Dossier personnel 8 Ye 57 038.

25 Artillerie de corps du 8e corps d’armée, le 37e d’artillerie a été mobilisé à Bourges le 2 août 1914 (Historique du 37e régiment d’artillerie, SHD (T), Ag 2882).

26 P. WALINE, op. cit., « Souvenirs d’un adolescent… », p. I.

27 Ibid., p. 30.

28 Ibid., p. 72.

29 Témoignage de Jean WALINE, 27 juin 2008.

30 C. DELVERT, op. cit., p. 640.

31 Un vétéran australien du même âge qu’André Grappe, Éric Kingsley Abraham, a lui aussi publié ses souvenirs en 1999, avec la collaboration de Glenn Farne Sang, sous le titre A Dungaree Digger.

32 P. TUFFRAU, Quatre années sur le front. Carnet d’un combattant, Paris, Imago, 1998.

33 Verdun, 1993, 10e édition.

34 P. AUSSARESSES, Services spéciaux. Algérie, 1955-1957, Paris, Perrin, 2001.

Auteur

Université de Strasbourg / Mémorial de Verdun

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540