Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 3. Approches critiques et méthodologiques

Les actes des synodes des Églises réformées de France au xviie siècle : édition imprimée ou numérique ?1

Yves Krumenacker

Texte intégral

  • 1 Je remercie Francesco Berretta pour sa relecture attentive et ses corrections apportées à ce texte

1En 2007 a été créé un Plan pluri-formation, c’est-à-dire une action contractualisée avec le Ministère de la Recherche dans le cadre d’un contrat quadriennal « recherche », ayant pour but de fédérer la recherche française dans le domaine de l’histoire des protestantismes dans l’espace européen. Il a été dénommé EPEE (Études sur les protestantismes dans l’espace européen). Porté par l’Université de Pau, dirigé par Philippe Chareyre, professeur de cette université, il réunit des équipes de recherche de plus d’une dizaine d’universités françaises, avec des collaborations avec des chercheurs d’universités étrangères, notamment suisses, anglaises et américaines. Parmi ses objectifs, il y a la publication d’un corpus de textes des xvie-xviiie siècles concernant les Églises réformées de France ou du Refuge. Dans cette optique, un accord a été signé avec les éditions Droz (Genève) en octobre 2008 pour la création, au sein de la collection « Travaux d’Humanisme et Renaissance », d’une sous-série intitulée « Archives des Églises réformées ».

2Parmi les textes à publier, il a été très vite décidé qu’en feraient partie les actes des synodes provinciaux des Églises réformées de France (xvie-xviiie siècles), l’édition étant placée sous la direction de Didier Boisson, de l’Université d’Angers, et de moi-même. Après la vérification de l’état des sources, une répartition de ces synodes entre différents chercheurs a été décidée. J’ai, pour ma part, la charge de l’édition des actes des synodes des provinces de Bourgogne et de Vivarais. Cette communication a pour but de présenter ces documents, d’expliquer leur intérêt et, à partir de là, de réfléchir au mode d’édition à privilégier.

1. Les actes des synodes provinciaux

  • 2 Sur toute cette histoire, voir Y. KRUMENACKER, « La formation des provinces synodales protestantes (...)
  • 3 D. BOISSON, H. DAUSSY, Les Protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, p. 175.

3Alors que les premières communautés réformées se structurent, en France, dans les années 1540, des Églises se « dressent » selon le modèle genevois à partir de 1555 et un premier synode national est réuni, à Paris, en mai 1559, où il est fait état de synodes provinciaux2. Le découpage des provinces est censé suivre celui des gouvernements mais la non-adéquation de la carte des gouvernements à celle des Églises réformées fait que les limites des gouvernements ne coïncident que rarement avec celles des provinces synodales. Celles-ci évoluent d’ailleurs constamment (fig. 1). Leur nombre passe de huit, en 1563, à seize en 1572, dix-huit en 1579, quinze en 1598, quatorze en 1601, quinze en 1602, seize de 1614 à la Révocation ; au xviiie siècle, les provinces se reconstituent dans la clandestinité et on en compte jusqu’à treize, à partir de 1763. Elles évoluent également dans leurs limites, les conflits entre provinces pour s’attribuer telle ou telle Église étant particulièrement fréquents. Pour les besoins de l’édition, des choix arbitraires devront donc être faits, avec un regroupement reprenant les seize provinces de 1614 : Île-de-France- Champagne-Picardie, Normandie, Bretagne, Anjou-Touraine-Maine, Orléanais- Berry, Bourgogne, Poitou, Saintonge-Aunis-Angoumois, Basse-Guyenne, Béarn, Haute-Guyenne-Haut-Languedoc, Bas-Languedoc, Cévennes, Vivarais, Provence, Dauphiné. La France protestante est ainsi découpée en provinces de taille inégale, plus ou moins calquées sur la densité des Églises, avec toutefois des disparités importantes puisque la Bretagne ne compte, vers 1660-1670, qu’environ 6 000 réformés, alors que la Basse-Guyenne en a 97 0003.

Fig. 1 : Églises et synodes provinciaux en France au xviie siècle

  • 4 E. HUGUES, Les Synodes du Désert, actes et règlements des Synodes nationaux et provinciaux tenus au (...)

4Les Églises composant les provinces synodales devaient se réunir régulièrement, en principe deux fois par an. En réalité, la plupart du temps, les réunions n’ont lieu qu’une fois par an, voire une fois tous les deux ans, ou même moins. Des actes sont rédigés, dont une partie assez importante est conservée. Dans la majorité des provinces, on n’en trouve qu’à partir de la fin du xvie siècle, les guerres de religion ayant auparavant empêché la réunion des synodes provinciaux. Dans certains cas, il existe des actes de synodes des années 1560 ; mais une édition des premiers textes émanant des Églises réformées étant en cours, ils y seront inclus, car cela permettra d’offrir un corpus cohérent sur le plan chronologique et parce que le découpage des provinces est très différent de celui du xviie siècle, ce qui aurait posé des problèmes pour les intégrer dans la collection. Dans le cas des provinces dont j’ai la charge, le premier synode du Vivarais date de 1596 ; le premier synode connu de Bourgogne est de 1601, mais nous n’avons pas d’acte avant 1603. Quant au terminus ad quem, il se situe à la Révocation. En Vivarais, le dernier synode est de 1681, en Bourgogne de 1682, date qui est généralement celle du dernier synode dans la plupart des provinces. Une reprise a lieu à partir de 1715 – mais pas en Bourgogne, où il n’y aura pas de synode au xviiie siècle ; ces synodes du xviiie siècle ne sont pas traités pour l’instant, car ils ont déjà fait l’objet d’une édition il y a plus de cent ans4, très incomplète, mais qui a le mérite d’exister.

5Ces actes sont évidemment dispersés dans différents dépôts d’archives, en France ou à l’étranger : à Blois (Bibliothèque de l’abbé Grégoire), à la Bibliothèque Sainte- Geneviève, dans certaines Archives départementales, au Musée du Désert, à la Bibliothèque de Genève, à la Bodleian Library, etc. Mais l’essentiel se trouve à la Société d’histoire du protestantisme français, à Paris, où des actes ont été déposés, souvent au xixe siècle, et surtout aux Archives nationales, dans la série TT, à la suite de la confiscation des biens, et donc aussi des archives, des consistoires à la révocation de l’édit de Nantes. Suivant les provinces, des cas très différents peuvent se présenter. Ainsi, alors que chaque église devait en théorie posséder une copie des articles décidés en synode, en Anjou-Touraine-Maine, il ne reste plus, à chaque fois, qu’une copie de chaque synode, et quelquefois seulement des extraits d’un synode. En revanche, en Bourgogne, en 1634 et, très souvent à partir de 1649, plusieurs copies du même synode ont subsisté, qui ne sont pas identiques (fig. 2). Le sommet est atteint avec le synode de 1682, dont nous avons cinq copies aux Archives nationales, deux à Genève, une à la Société de l’histoire du protestantisme français. Et, comme le commissaire catholique du roi n’a pas voulu ratifier les actes rédigés par le secrétaire, sa version est assez différente des autres, qui ne présentent que des variantes de forme ou, quelquefois, des précisions supplémentaires (sur des personnes, par exemple). Ajoutons à cela que, pour la Bourgogne comme pour toutes les autres provinces, un érudit de la fin du xixe siècle, le pasteur Auzière, a réalisé une copie manuscrite de tous les synodes, déposée à la Société d’histoire du protestantisme français, d’autant plus précieuse que certains des documents qu’il a consultés sont aujourd’hui détériorés (fig. 3). Il faut aussi tenir compte des synodes dont on connaît l’existence, mais pour lesquels les actes ont disparu (plus d’une dizaine, dans le cas de la Bourgogne) ; on ne peut évidemment les publier, mais ne faut-il pas indiquer ce qu’on sait d’eux : la date de réunion, les sujets traités, les participants ?

Fig. 2 : Début du synode provincial de Bourgogne de 1603 (Bibliothèque de Genève, ms. fr. 417, f° 50)

Fig. 3 : Début du synode de 1603 d’après la copie Auzière (Bibliothèque du protestantisme français, ms. 527-1, f° 1)

6Comment se déroulent les synodes ? On peut, grossièrement, dégager trois parties. Tout d’abord, les préliminaires : invocation du nom de Dieu et prière, accueil des délégués et vérification de leurs lettres d’envoi, élection du modérateur, de son adjoint, d’un ou deux secrétaires, excuses ou censures des Églises non représentées, lecture de la Confession de Foi et, quelquefois, de la Discipline, avec les questions/ réponses s’y rapportant. À partir de 1623, un commissaire du roi protestant doit être présent aux synodes, il doit aussi y en avoir un catholique à partir de 1675 ; ils font des interventions, auxquelles il est répondu, en ouverture du synode, et les documents officiels dont ils sont porteurs sont lus et retranscrits dans les actes. Viennent ensuite les délibérations du synode proprement dites. Elles sont généralement divisées, de manière plus ou moins explicite, en faits généraux, faits particuliers, observations sur les autres synodes, distribution [= répartition] des ministres, appellations [= appels sur des jugements rendus précédemment], décisions concernant les écoles, les collèges, les Académies, les proposants, l’état des comptes, etc. Les synodes se terminent par des censures, la désignation du lieu du synode suivant, la désignation de ministres et d’anciens à envoyer au prochain synode national, la mise au net, la lecture et la signature des actes, une action de grâce.

2. Une source fondamentale pour l’histoire du protestantisme

7Cette présentation rapide des actes permet de deviner l’intérêt de leur contenu. Les provinces synodales constituent, au sein de l’organisation des Églises réformées de France, un échelon intermédiaire entre les synodes nationaux d’une part, les colloques et les consistoires d’autre part.

  • 5 J. AYMON, Tous les Synodes nationaux des Églises réformées de France…, La Haye, Charles Delo, 1710 (...)

8Au sommet se trouvent donc les synodes nationaux, convoqués en moyenne tous les trois ans jusqu’en 1637, puis seulement en 1645 et en 1660. Ce sont eux qui sont en premier lieu chargés de la révision de la discipline et de la confession de foi des Églises réformées et, de manière générale, de toutes les affaires regardant l’ensemble des Églises ; ils servent aussi de tribunal d’appel pour les affaires jugées en synode provincial. Ce sont donc des lieux privilégiés pour étudier le fonctionnement général des Églises, les débats théologiques internes, les rapports avec la monarchie. Leurs actes ont été édités au xviiie siècle5 et une réédition critique est en cours d’élaboration, également dans le cadre du programme du PPF EPEE, sous la direction de Bernard Roussel.

  • 6 I. D’HUISSEAU, La Discipline des Églises Réformées de France, Genève et Saumur, Isaac Desbordes, 1 (...)

9En dessous des provinces synodales se trouvent les colloques, réunissant des Églises voisines. Il s’agit de circonscriptions mal connues parce que très peu de leurs actes ont été conservés et qu’on n’a même que rarement des mentions de leur tenue, au point qu’on peut se demander s’ils se réunissent aussi régulièrement que le voudrait la Discipline, deux à quatre fois l’an. Ils s’intéressent aux problèmes et aux différents entre les Églises, et surtout à « l’étendue des lieux dans lesquels chaque Ministre pourra exercer son Ministère »6. Ils servent aussi de tribunal d’appel pour ce qui est jugé en consistoire.

10Les consistoires sont beaucoup plus importants, ils réunissent, au sein de chaque Églises, les pasteurs et six à vingt anciens, souvent issus de l’élite sociale du lieu. Ils sont chargés des finances de l’Église : paiement du pasteur, du maître d’école, assistance des pauvres. Ils jouent surtout le rôle de tribunal des mœurs, les anciens étant chargés de veiller au respect de la discipline. À ce titre, ce sont des sources incomparables pour qui veut étudier l’enrégimentement social, mais aussi le degré de conformité aux nouvelles normes définies par la Réforme protestante, et donc l’effet de la confessionnalisation sur les pratiques. Les consistoires sanctionnent aussi les déviances par rapport à la confession de foi, ce qui permet de retrouver la problématique de la confessionnalisation. En choisissant ou non de punir les fidèles qui ne respectent pas ce qui est prescrit, ils interprètent ainsi les normes. On voit leur importance pour l’histoire du protestantisme. Peu de registres de consistoires ont été publiés, mais un groupe de recherches sur l’histoire des consistoires existe et il organise très régulièrement des colloques.

11Les synodes provinciaux se trouvent donc entre les consistoires et colloques d’une part, les synodes nationaux d’autre part. Ils constituent peut-être l’élément clé de l’organisation des Églises réformées. Les synodes nationaux, en effet, ne traitent que de thèmes assez généraux et ils se réunissent finalement assez peu souvent. Avec les colloques et les consistoires, nous sommes vraiment dans les affaires très locales et les étudier relève presque de la microstoria, avec tout l’intérêt, mais aussi les limites que cela entraîne. Avec les synodes provinciaux, nous voyons mieux les problèmes auxquels sont confrontés un nombre assez important d’Églises.

12Les thèmes les plus souvent abordés concernent l’organisation des Églises. C’est en effet là qu’on examine les « proposants » (les aspirants au ministère), qu’on nomme les pasteurs dans les différentes Églises, qu’on se préoccupe des établissements d’enseignement, écoles, collèges ou académies, surtout que l’on répartit l’argent de la province, qui provient en partie de la monarchie, entre les Églises. On règle également les différends entre les Églises, sur des questions d’argent, de délimitations des territoires, de pasteurs (il n’est pas rare que plusieurs Églises réclament le même pasteur, qu’une Église se plaigne de son pasteur, ou inversement). Les pasteurs sont souvent l’objet de discussions, en dehors de ce qui vient déjà d’être évoqué, à propos de leur formation, des exigences à avoir envers eux, mais aussi souvent de leur conduite. Les synodes provinciaux se chargent aussi de négocier les écarts, concernant la confession de foi et surtout la discipline, entre les grands principes déterminés par les synodes nationaux, et l’application locale, en cherchant à édicter des règles communes à l’ensemble d’une province, et en les proposant ensuite au synode national. On peut ainsi suivre de longues discussions sur la forme des baptêmes et surtout des mariages : les Églises réformées ayant refusé la législation très complexe mais aussi très approfondie du droit canon, il est nécessaire d’apporter des réponses à tous les cas particuliers… réponses d’ailleurs souvent très proches de celles de l’Église catholique ! On trouve aussi quelques allusions, mais souvent moins qu’on ne le souhaiterait, aux relations avec les catholiques ou avec leur Église. Les superstitions, les fêtes, les danses, les cérémonies diverses, dont les enterrements, font l’objet de développements souvent assez importants. Certes, il en est autant question dans les registres de consistoire, avec des détails généralement beaucoup plus concrets. Mais là, il s’agit d’établir une position commune, et non de tenter de régler la situation au coup par coup.

  • 7 Les plus importantes sont A. PUJOL, Recueil des Reglemens, faits par les synodes provinciaux du Ha (...)

13On voit la richesse de la source. Il y a plus d’un siècle, Paul de Felice avait écrit une somme en quatre tomes sur Les Protestants d’Autrefois. Vie intérieure des Églises. Mœurs et usages. Les actes des synodes provinciaux, qu’il avait vus, sont une de ses principales sources, notamment pour le tome 3, consacré aux « conseils ecclésiastiques ». Mais les synodes lui ont fourni une matière abondante également pour parler du culte, des pasteurs, de l’éducation. Aujourd’hui, les historiens ont élargi leurs interrogations aux questions d’acculturation, de vie quotidienne, de coexistence/confrontation avec l’autre, avec de nouvelles méthodes et en recherchant de nouvelles sources. Dans cet esprit, les registres de consistoire ont été beaucoup sollicités, mais les actes des synodes provinciaux, pourraient jouer un rôle important dans ce renouvellement des sources de l’histoire du protestantisme. Curieusement, concernant les xvie et xviie siècles, ils n’ont jamais été publiés, à quelques exceptions près7, contrairement à ceux du xviiie, comme nous l’avons déjà mentionné. Il semble donc opportun de le faire à présent.

3. Quel type d’édition ?

14La solution traditionnelle, négociée avec les éditions Droz, consiste en une édition critique papier, comprenant une introduction sur l’histoire religieuse de la province dont on édite les actes des synodes, puis une présentation de l’institution synodale, des sources, de l’apport pour l’histoire du protestantisme ; ensuite les actes eux-mêmes, transcrits avec l’orthographe de l’époque, indication des variantes quand il y a plusieurs copies, un appareil de notes érudites identifiant les personnages et les lieux et éclairant sommairement les questions discutées, quand c’est nécessaire (fig. 4). Plusieurs cartes des Églises, à des moments différents, l’état des sources et la bibliographie, des index des personnes, des lieux et des thèmes complètent l’ensemble.

Fig. 4 : Début de l’édition critique du synode de 1603

Fig. 4 : Début de l’édition critique du synode de 1603
  • 8 Voir dans ce volume la contribution d’Yves Moreau sur ces outils.

15Très vite, il est apparu qu’une autre solution était possible. Mon laboratoire de re cherches (LARHRA), en effet, s’est doté d’un pôle « méthodes », dirigé actuellement par Francesco Beretta, dont le rôle est, entre autres, de mettre à disposition des chercheurs des instruments techniques permettant de développer leurs travaux ; il met en particulier l’accent sur l’utilisation de l’informatique en histoire. Dans ce cadre, il développe un système modulaire de gestion de l’information historique (SyMoGIH) et il encourage l’édition de textes selon le format XML proposé par la Text Encoding Initiative (TEI)8.

16La première étape de SyMoGIH9 a consisté dans un effort de modélisation de l’information historique, fondement indispensable de la mise en place d’un système de bases de données permettant de recueillir tout type d’information et de fonder le travail collaboratif. Sans entrer dans le détail du système, on peut indiquer que de très nombreuses données ont déjà été rentrées dans une grande base de données mise en place au LARHRA et que certaines intéressent de près notre corpus. Il en est ainsi de toutes les informations collectées par Yves Moreau à partir de la correspondance de Spon, mais aussi des registres BMS de l’Église protestante de Lyon pour le xviie siècle ainsi que, plus généralement, des données provenant d’un certain nombre de notaires lyonnais. Ajoutons qu’un gazetteer, c’est-à-dire un dictionnaire de lieux a été mis en place qui permet de classer et de géolocaliser tout lieu auquel seront associées une ou plusieurs informations. D’autre part, le LARHRA héberge depuis peu la base de données du Refuge huguenot10 qui a pour vocation de recueillir toutes les informations sur les quelque 180 000 huguenots qui ont fui la France à la suite de la révocation de l’édit de Nantes. Elle n’est pour l’instant pas exhaustive, et ne le sera évidemment sans doute jamais, bien qu’elle s’accroisse continuellement, mais une recherche simple à partir de la requête : « province d’origine Bourgogne » donne 4516 résultats ; la requête « localité d’origine Lyon » donne 368 résultats (au 25 octobre 2010). À terme, on peut espérer que ces données seront intégrées de manière plus étroite dans le projet SyMoGIH.

17La TEI, d’autre part, a pour but, en utilisant le langage XML et un système de balises prédéfinies, de produire un système d’encodage qui ajoute au contenu du texte des indications concernant sa structuration, sa forme et sa sémantique. Quand on souhaite réaliser une édition numérique d’un texte, on peut utiliser le langage HTML, le plus courant, qui permet de produire des sites web et de créer des hyperliens. Le format XML permet d’aller beaucoup plus loin dans la description de la structuration du texte. Il est ainsi possible d’identifier la forme du texte : paragraphe, titres, sous-titres, notes, annotations marginales, signatures, listes, etc., avec leur emplacement précis sur la page, mais aussi d’indiquer toutes les variantes, d’insérer des éléments illustrés (ou des photographies de l’original) et, de plus, d’ajouter une couche sémantique au texte, en identifiant les lieux, les personnages, les thèmes qui y figurent. On peut à cette fin utiliser les identifiants d’acteurs, lieux, etc. présents dans une base de données telle que celle qui a été décrite précédemment, ce qui permet des indexations automatiques et des renvois. Le balisage XML ne se soucie en revanche pas de la présentation finale du document obtenu, qui pourra se faire à travers différents formats de sortie.

18La TEI, issue vers la fin des années 1980 de la communauté anglo-saxonne des humanités numériques, cherche à uniformiser autant que possible le codage des documents en XML, afin de faciliter leur échange et leur exploitation. Le format TEI est de plus en plus utilisé, notamment par le Centre d’études supérieures de la Renaissance de l’Université de Tours avec ses Bibliothèques virtuelles humanistes11 ou par l’École nationale des chartes pour ses publications en ligne12. Je n’entrerai pas dans les aspects techniques de la TEI13, me contentant d’indiquer la procédure suivie pour l’encodage des synodes provinciaux de Bourgogne et l’intérêt de ce travail. Si on souhaite utiliser le format TEI pour produire la version numérique d’un texte, il est tout d’abord nécessaire de produire un schéma XML/TEI d’encodage du texte, c’est-à-dire de définir les parties du texte que l’on veut coder et de choisir pour cela les balises les plus appropriées (à l’heure actuelle, XML propose plus de 500 balises). Il s’agit d’un travail à part entière de compréhension et d’interprétation du document, nécessitant une bonne connaissance du langage XML. Cette phase a été réalisée, dans le cas qui nous intéresse, par Emily Borgeaud, dans le cadre d’un stage de trois mois pour l’obtention du master « Nouvelles technologies appliquées à l’histoire » de l’École nationale des chartes14.

19Le choix a été fait d’utiliser une structure de type TeiCorpus, c’est-à-dire de considérer l’ensemble des actes des synodes de Bourgogne comme un corpus unique de textes ayant chacun son identité. Ainsi, l’élément TeiCorpus permet de mutualiser l’introduction, la bibliographie, les index, ainsi que les notes « historiques » ; une distinction est en effet faite entre les notes d’apparat critique, portant sur le texte lui-même (lacunes, variantes, état du manuscrit, etc.) et propres à chaque synode, et les notes historiques, portant sur le contexte, et qui peuvent être mutualisées dans la mesure où elles sont souvent susceptibles de s’appliquer à plusieurs synodes. Chaque synode est ensuite encodé dans un TEI distinct.

  • 15 Ibid.

20Il s’agit ensuite de procéder à toute une série de balisages15. Un balisage structurel, d’abord, afin de rendre compte de l’organisation interne du texte et de ses principaux éléments. On distingue ainsi les textes unitaires (l’édition prend en compte les seuls actes) et les textes composites (les actes sont accompagnés de pièces complémentaires, comme des lettres d’envoi, des attestations, etc.) On distingue ensuite les invocations, les préambules, les articles, les listes des Églises ou des participants, etc. Chaque paragraphe, groupe de paragraphe ou éventuellement portion de paragraphe est ainsi caractérisée. On indique également les passages enchâssés dans le corps du texte et recopiés d’autres éléments (par exemple les permissions et les brevets du roi).

21Il convient ensuite de baliser les autres éléments apparaissant sur le manuscrit : titres, subdivisions, annotations marginales, signatures. Par ailleurs, les interventions éditoriales doivent faire l’objet d’un balisage soigneux : tableau de la tradition, c’est-à-dire liste de tous les témoins, les manuscrits du même texte ; apparat critique (variantes, lacunes, notes diverses) ; notes historiques ; autres interventions (indication des folios ou des pages dans le manuscrit considéré comme le témoin de référence, numérotation des articles quand elle n’est pas dans le texte lui-même). Enfin, à chaque référence bibliographique de la liste finale est jointe une balise permettant un renvoi dans le corps des notes ; un balisage sémantique est également opéré, correspondant en gros aux renvois d’un index. Sont ainsi balisés des noms de personnes, de lieux, des événements, des dates, des thèmes, éventuellement des expressions, etc., qu’il s’agisse de mots ou de phrases entières ou de paragraphes. À partir de là, on peut réaliser des index et on met en place des liens vers le corps du texte.

22La fig. 5 montre ce que donne l’encodage d’un texte, de manière très simplifiée. Les notes ne sont en effet pas prises en compte et le balisage sémantique n’est pas encore effectué.

23J’ai évoqué plus haut le projet SyMoGIH. Il est du plus grand intérêt que les identifiants de la base de données commune mise en place au LARHRA soient utilisés en tant qu’attributs dans les balises opportunes du schéma TEI, car cela permet de récupérer et de croiser de l’information, du texte vers la base et inversement. L’édition numérique des synodes permettrait ainsi de renvoyer, dans de nombreux cas, à l’information stockée dans SyMoGIH par d’autres utilisateurs, à partir de sources complètement différentes, quelquefois attendues (les registres BMS ou la base du refuge), d’autres fois beaucoup moins (des sources notariales, des correspondances érudites, etc.). Inversement, toutes les informations fournies par les synodes enrichissent les notices fournies par la base et peuvent être utilisées par d’autres chercheurs, travaillant quelquefois dans des domaines très différents.

24Quel est l’intérêt de réaliser une telle édition numérique, d’autant que, tant qu’on n’est pas très familier du langage XML, cela demande du temps, bien plus que pour une édition papier, ne serait-ce que pour se former (ou faire faire le travail de réalisation du schéma, qui peut prendre plusieurs mois), puis pour prendre l’habitude de transcrire les textes directement dans ce langage ? On voit, à travers la description, même très sommaire, des procédures à respecter, qu’une rigueur extrême est nécessaire dans le travail d’édition. Certes, elle est aussi souhaitable pour une édition papier. Mais une publication est possible même quand le travail est mal fait. En revanche, un schéma TEI mal fait ne sera pas validé, et la publication sera rendue impossible. Cela oblige à une lecture plus attentive, voire à une connaissance plus approfondie du texte. En effet, le codage impose de regarder de très près tous les éléments du texte, et ainsi de l’annoter et de l’indexer avec davantage de précision, mais aussi de se poser des questions sur lesquelles on aurait facilement glissé normalement, mais qu’il faut résoudre pour savoir quelle balise poser : quelle est la valeur de telle annotation ? ce nouveau paragraphe correspond-il à un nouvel article ? etc.

25Le format XML-TEI pouvant ensuite, grâce à des programmes adaptés (mais qu’il faut créer, eux aussi !), générer différentes sorties, il peut donner lieu à une édition papier, les différents éléments mis en évidence dans le balisage ressortant avec la mise en page définie par le programme, placés à l’endroit voulu, masqués éventuellement si certains semblent peu utiles. C’est ce qui se fera pour la version destinée aux éditions Droz. Mais on devine que l’édition sera particulièrement soignée. D’autres sorties sont possibles, sous format électronique, permettant de repérer plus ou moins de choses, permettant surtout une circulation entre les différents textes, entre les textes et les bases de données, générant également des cartes, dynamiques si on le souhaite. On peut imaginer que le schéma TEI-Synodes s’applique aussi aux synodes des autres provinces de France : il suffit de convaincre ceux qui sont en charge des diverses éditions de se lancer dans cette aventure ! Les possibilités de circulation deviennent alors immenses, et s’accroissent d’autant plus que des croisements avec des bases de données très diverses pourront s’effectuer. Les possibilités techniques ne font pas tout le travail de l’historien, elles comptent certainement beaucoup moins que le questionnement mis en œuvre. Mais, par tout ce que permettent les éditions numériques, le travail sur les sources peut être facilité, des questions peuvent être posées qui trouveront des réponses rigoureuses alors qu’auparavant elles seraient restées en partie insolubles, l’accès à des informations collectées de manière collaborative, grâce à SyMoGIH, permettent d’en savoir plus sur les personnages, les lieux, les évènements. Le travail historique n’est pas facilité, mais il prend une autre dimension. En cela, le choix d’éditions numériques me semble devoir être tenté.

Notes

1 Je remercie Francesco Berretta pour sa relecture attentive et ses corrections apportées à ce texte.

2 Sur toute cette histoire, voir Y. KRUMENACKER, « La formation des provinces synodales protestantes dans la France moderne », S. RAU, G. SCHWERHOFF (dir.), Topographien des Sakralen. Religion und Raumordnung in der Vormoderne, München-Hamburg, Dölling und Galitz Verlag, 2008, p. 120-133.

3 D. BOISSON, H. DAUSSY, Les Protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, p. 175.

4 E. HUGUES, Les Synodes du Désert, actes et règlements des Synodes nationaux et provinciaux tenus au Désert de France de l’an 1715 à l’an 1793, Paris, Fischbacher, 1886.

5 J. AYMON, Tous les Synodes nationaux des Églises réformées de France…, La Haye, Charles Delo, 1710, 2 vol.

6 I. D’HUISSEAU, La Discipline des Églises Réformées de France, Genève et Saumur, Isaac Desbordes, 1667, p. 250.

7 Les plus importantes sont A. PUJOL, Recueil des Reglemens, faits par les synodes provinciaux du Haut-Languedoc et Haute-Guyenne, Castres, chez Raymond Barcouda, 1679, et P. BOLLE, Le Protestant dauphinois et la république des synodes à la veille de la Révocation, Lyon, La Manufacture, 1983, qui publie trois synodes du Dauphiné. On peut trouver d’autres actes de synodes dans des revues.

8 Voir dans ce volume la contribution d’Yves Moreau sur ces outils.

9 [En ligne] : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/Pole_Methodes/SyMoGIH_fr.php (consulté le 25 octobre 2010).

10 [En ligne] : http://http://www.refuge-huguenot.fr/

11 [En ligne] : http://http://www.bvh.univ-tours.fr

12 [En ligne] : http://http://www.enc.sorbonne.fr/editions-en-ligne.html. Une liste complète des projets utilisant la TEI se trouve sur http://http://www.tei-c.org/Activities/Projects/

13 Pour une initiation, on peut se référer au site de la TEI : [En ligne] : http://http://www.teic. org/release/doc/tei-p5-doc/fr/html/ et au manuel d’encodage produit par le CESR, disponible sur demande sur le site http://http://www.bvh.univ-tours.fr/XML-TEI/index.asp

14 Tout ce qui suit provient du mémoire de fin d’études d’E. BORGEAUD, TEI, le chercheur et l’encodeur. Réalisation d’un schéma XML/TEI pour l’encodage [d’une édition] des actes des synodes des Églises réformées de la province de Bourgogne au xviie siècle, Paris, École nationale des chartes, 2010.

15 Ibid.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Églises et synodes provinciaux en France au xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Légende Fig. 2 : Début du synode provincial de Bourgogne de 1603 (Bibliothèque de Genève, ms. fr. 417, f° 50)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Légende Fig. 3 : Début du synode de 1603 d’après la copie Auzière (Bibliothèque du protestantisme français, ms. 527-1, f° 1)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Titre Fig. 4 : Début de l’édition critique du synode de 1603
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1280/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Légende Fig. 5 : Encodage du début du synode de 1603
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1280/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1280/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

Auteur

Institut universitaire de France ; Université Lyon 3

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540