Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 3. Approches critiques et méthodologiques

Épistolarité et base de données : l’étude d’une correspondance savante à l’aide des TIC

Yves Moreau

Texte intégral

1Dans les sciences humaines et sociales, l’usage des TIC (Technologies de l’information et de la communication) se généralise. L’évolution de l’informatique et du Web s’oriente vers l’avènement d’un immense réseau de ressources numérisées ou « étiquetées » à l’aide de métadonnées c’est-à-dire d’informations descriptives de ces contenus. Les bases de données constituent l’un des éléments de ce web « 3.0 » en gestation. Le site Calame recense les ressources en sciences humaines et sociales, et répertorie pour l’instant 82 bases de données en Histoire1. Ces dispositifs informatiques permettent une mutualisation et une compilation des informations détenues par chacun au service du plus grand nombre. À partir de notre expérience personnelle, nous pouvons voir comment l’utilisation des bases de données conduit à une modification du travail de l’historien et à une réflexion épistémologique sur les objets mêmes de notre discipline.

1. Le projet de recherche et les sources

  • 2 Voir la préface de son dernier ouvrage Miscellanea eruditae antiquitatis, Lyon, Thomas, Amaulry 16 (...)
  • 3 Sur la définition de la République des Lettres, voir F. WAQUET, « Qu’est-ce que la République des (...)

2Ma thèse consiste à donner l’édition critique de la correspondance de Jacob Spon, médecin protestant lyonnais du xviie siècle. Nous tâchons de montrer que sa foi protestante eut une influence importante dans sa passion pour l’Antiquité et sur sa production intellectuelle. Il fut un des pères de l’archéologie en donnant une définition assez complète de cette science2. Né à Lyon dans une famille protestante d’ascendance allemande, le 2 janvier 1647, il est le fils de Charles Spon (1609- 1684), médecin et philhellène. Jacob Spon débute sa formation au collège de Genève, où il fréquente les fils des familles protestantes les plus illustres de Genève et du royaume de France. Il suit ensuite quelques temps les cours de la Faculté de médecine de Paris, mais surtout les cours privés du doyen Guy Patin, grand ami de son père qui l’héberge à Paris. Il y a probablement rencontré le fils de Guy, Charles Patin, médecin et numismate qui l’oriente dans cette passion. Mais c’est à Montpellier que Spon achève sa formation médicale où il est reçu docteur en 1667 ; et, grâce à l’appui de son père, il est le dernier protestant à être agrégé au collège de médecine de Lyon l’année suivante. Il achève ses humanités à Strasbourg auprès du professeur Jean-Henry Boecler. Il se rend avec Charles Patin en exil dans le Sud de l’Allemagne, puis aux Provinces-Unies pour étudier les cabinets de médailles. Il reste à Lyon jusqu’en 1674, où il pratique la médecine tout en publiant des ouvrages de médecine et d’Antiquité. Son voyage en Italie, en Grèce et au Levant l’éloigne de sa ville natale jusqu’en 1676. Il en donne une relation en 1678 qui devient immédiatement une référence et le consacre définitivement comme un savant réputé de la République des Lettres3. Il s’établit à Lyon et ne quitte la ville que pour quelques voyages d’études, mais publie plusieurs traités médicaux et d’Antiquité. La révocation de l’Édit de Nantes le contraint à l’exil pour Zurich, mais malade et ruiné, il décède à Vevey sur les bords du Léman le 25 décembre 1685 d’une tuberculose.

  • 4 Plusieurs ouvrages dirigés par Mireille Bossis ont abordé la correspondance épistolaire sous de no (...)

3À ce jour, le corpus épistolaire comporte 422 lettres recensées et conservées dans les fonds d’archives et bibliothèques publiques d’Europe : 289 lettres ont été envoyées à Spon par 70 correspondants différents et 133 lettres ont été envoyées par l’antiquaire lyonnais à 27 correspondants différents. La plupart de ces écrits sont déposés au département des manuscrits occidentaux à la Bibliothèque nationale à Paris et au fond ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon. Quelques lettres sont aussi conservées à Genève, Florence, Copenhague et Uppsala. La dispersion géographique des documents conservés donne une idée de l’envergure européenne de la correspondance de Spon : de Londres à Smyrne, de Rome à Leyde, elle est aux dimensions de la République des Lettres, ce réseau d’intellectuels et de savants où l’épistolarité est le principal moyen de communication et d’information4. Cependant, la correspondance conservée est lacunaire et inégale. Parmi ces lettres, 82 ont été écrites par Charles Patin (soit 28 % des lettres reçues par Spon conservées), 43 ont été écrites par l’abbé Nicaise (soit 15 % des lettres reçues par Spon). Quant à notre médecin, parmi les lettres conservées, 68 ont été envoyées à l’abbé Nicaise (soit 51 % des lettres écrites par Spon), 21 à Antonio Magliabechi (16 %) mais aucune à Charles Patin. L’immense majorité des lettres sont écrites en français ; une quarantaine sont rédigées en italien y compris par Spon. Le latin est aussi sollicité par ses correspondants, notamment allemands.

4La correspondance de Jacob Spon contient une grande variété d’informations : bibliographiques avec la présence d’ouvrages médicaux, de controverse religieuse, de piété, d’histoire ; épigraphiques avec des inscriptions grecques, romaines, égyptiennes ; numismatiques avec de très nombreuses références aux monnaies et médailles romaines dont il fait commerce seul ou avec Charles Patin ; biographiques et nécrologiques sur plusieurs savants européens, sur les évènements ayant marqué les esprits comme le siège de Vienne en 1683 ; sur les épidémies décimant la population en Europe, attributions de charges, etc. Les références sur les médailles sont de loin les plus courantes. Par ses activités d’antiquaire, Jacob Spon s’intéresse aux monnaies, inscriptions, et aux ruines romaines qu’il considère comme des témoignages fiables de l’Antiquité. Les traces de transactions sur les médailles et les livres sont très courantes dans la correspondance de Spon. Ces références innombrables seraient perdues ou exploitées a minima sans l’aide d’une base de données. Celle-ci permet désormais d’effectuer une indexation et d’effectuer les croisements entre informations. Leur exploitation s’affine, s’enrichit et s’insère dans des systèmes relationnels insoupçonnés. Ces données tirées de lettres manuscrites permettent ainsi, dans le cadre de la République des Lettres, de suivre les cheminements intellectuels de ses acteurs, d’établir avec précision les interactions entre savants et leur évolution chronologique, de fixer avec certitude la genèse et l’évolution d’une œuvre intellectuelle, etc. Les possibilités sont nombreuses et nécessitent donc la numérisation de ces données.

2. Le projet SyMoGIH

5L’essor des outils informatiques permet à chacun de créer une base de données régie par ses propres codes. Une base de données (ou BD) est un ensemble structuré d’information dont l’organisation est régie par un modèle à l’aide de logiciels informatiques jouant le rôle de système de gestion (SGBD). Actuellement, les bases de données de type relationnel sont les plus utilisées. Celle du projet SyMoGIH sur laquelle nous travaillons utilise ce modèle. Cependant, une base de données ne peut se substituer au texte : elle n’est qu’un outil de travail permettant de mieux comprendre son sens, ses informations, sa finalité.

6Mon entrée dans le projet remonte à décembre 2007. Je fus l’un des premiers utilisateurs à exploiter la base de données créée par Francesco Beretta, chargé de recherche au CNRS, et nommée à l’époque ISA (Intellectual Space Analysis) incluse désormais dans le projet SyMoGIH. Nous avons pu mettre au point la compatibilité d’affichage de la base, fonctionnant sur logiciel Filemaker Pro avec les ordinateurs de type Mac. Depuis, j’alimente régulièrement la base SyMoGIH. J’ai à ce jour entré plus de 3 500 fiches dans un ensemble qui en compte aujourd’hui plus de 200 000.

  • 5 J.-L. PINOL, A ZYSBERG, Le métier d’historien avec un ordinateur, Paris, Nathan, 1995.
  • 6 Voir la page d’accueil, du site du LARHRA, [En ligne] : http ://larhra.ish-lyon.cnrs.fr

7Le projet SyMoGIH (Système modulaire de gestion de l’information historique), est une association de projets de bases de données au sein du LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône Alpes) géré par l’équipe du pôle Méthodes du laboratoire. Certains membres du laboratoire se sont investis très tôt dans l’utilisation des outils informatiques au service de l’histoire comme Jean-Luc Pinol5. Le LARHRA a mis les nouvelles technologies au coeur de sa politique de recherche, faisant de l’informatique un instrument essentiel dans la compréhension d’une histoire sociale centrée sur les acteurs6. Avant SyMoGIH, plusieurs bases coexistaient au sein du laboratoire comme ISA, ImmoLyon sur l’immobilier Lyonnais, SIPPAF sur les patrons d’entreprises français. Les différents acteurs de ces bases ont regroupé leurs données afin de mutualiser leurs ressources et d’éviter les doublons et ont donné naissance à SyMoGIH.

8Le projet SyMoGIH a deux finalités. D’une part, il vise à mettre au point un système de stockage et de partage informatique de données historiques ; d’autre part, il se propose de tirer profit des logiciels existants, si possible gratuits et/ou en libre accès afin d’exploiter et d’analyser les données récoltées en leur appliquant des outils de cartographie (Système d’information géographique ou SIG), dynamique des réseaux, de statistique, d’analyse factorielle.

9La base de données du projet se nomme BHP : Base d’hébergement de projets. Elle compte aujourd’hui une trentaine d’utilisateurs, professeurs, doctorants et chercheurs au CNRS tous membres du LARHRA. Trois administrateurs appartenant au pôle Méthodes du laboratoire se chargent de son bon fonctionnement : Francesco Beretta, Pierre Vernus et Alexandre Giandou. La BHP doit permettre la saisie de tout type d’objet historique, et répondre aux problématiques posées par les utilisateurs. Les données de chaque participant sont entrées vers les types de logiciels que nous venons d’évoquer. Le but est d’acquérir et diffuser un savoir-faire informatique au service de la recherche historique et donc de faire de la base de données un outil de travail pratique et quotidien.

  • 7 Pour une définition de la TEI, voir le site du consortium [En ligne] : http://http://www.teic.org/ (...)

10À terme, l’objectif de la BHP est de permettre l’exploitation sur le web de ces données destinées à la recherche, et plus loin encore l’édition en ligne de documents historiques. Dans cette perspective, chaque information du texte sera liée à sa fiche information via un encodage sous forme de langage XML selon les normes définies par la TEI : Text Encoding initiative7.

  • 8 Le CNRS donne une définition détaillée des « humanités numériques » : [En ligne] : http://http://w (...)

11Le projet SyMoGIH et la BHP s’inscrivent dans le cadre des « digital humanities8 » qui recouvrent un ensemble de méthodes de travail, de métiers, de pratiques utilisant des systèmes permettant l’informatisation des données, au service de la recherche et de l’enseignement, à partir de logiciel en libre accès ou open source. SyMoGIH participe à l’essor des humanités numériques grâce aux outils du web sémantique, c’est-à-dire des logiciels concourant à une création, un traitement et une gestion automatisée des données par le biais de logiciels. Les données générées produisent des ressources et des métadonnées accessibles sur le Web, mais ces données sont entrées selon des normes standardisées, c’est-à-dire un langage ayant un vocabulaire propre.

12La base fonctionne et se gère à partir du logiciel commercial FileMaker Pro. Une évolution vers le logiciel libre sera opérée dès que possible, mais la BHP sera dans un avenir proche accessible à distance par le Web en s’affranchissant de tout logiciel. FileMaker joue le rôle d’interface entre les utilisateurs et la base de données. Ce système de gestion de base de données souple et fonctionnel, permet de gérer et interroger les données de la base. Pour le travail cartographique, SyMoGIH utilise Quantum, un logiciel libre de géocodage. L’extraction de données de BHP est possible par une requête SQL (Structured Query Language) permettant une exploitation statistique des informations. Pour notre thèse, une analyse statistique des lettres chronologique et thématique peut être envisagée. Des formations aux outils informatiques évoqués ci-dessus sont organisées régulièrement pour les membres du Projet. La base de données est conçue sur un modèle relationnel, plus précisément sur l’articulation entité-relation, l’entité étant l’objet, la relation étant l’association entre plusieurs entités.

13La méthode Merise a été adoptée pour concevoir la base de données : cette méthode française d’analyse, de conception et de gestion de projets informatiques fut développée à la fin des années 1970. La BHP s’appuie sur un fichier central d’information (AE) manifesté par la couleur jaune. Ce fichier correspond à la « relation » du système Merise. Il a pour mission de lier entre elles les informations en affichant une partie du contenu de celles-ci.

Graphe 1. Modélisation du 'monde historique'

Graphe 1. Modélisation du 'monde historique'

Fig. 1 : Modélisation de l’Architecture de la base, schéma diffusé avec l’autorisation de Francesco Beretta

14Autour de ce fichier central en gravitent d’autres, faisant office de dictionnaire. Chacun se signale par une couleur différente : le rouge pour les acteurs (Ac) individuels et collectifs (institutionnels) ; le bleu pour les références bibliographiques (Br) comme les ouvrages, les articles, les comptes rendus ; le vert pomme pour objets concrets (MaOb) par exemple une lettre, ou une médaille ; vert pâle pour la localisation (Li) à partir des coordonnées géographiques et des entités administratives. À l’intérieur de ces fichiers, il existe des tables, c’est-à-dire des subdivisions pour décomposer au plus près l’information historique. Par exemple, le fichier Ac se subdivise entre acteurs individuels et institutionnels ; le fichier Br entre bibliographie et objets abstraits (Ob).

Fig. 2 : Un exemple de fichier acteur (Ac) : Jacob Spon

15Chaque information est associée à un code ou identifiant. Il permet une recherche et un échange simplifié des données. Par exemple, Jacob Spon est un acteur, son code est : Actr1436. Lyon sa ville natale est un lieu identifié par le code NaPl1998. Chaque donnée correspond à une fiche ; par exemple, un acteur correspond à une fiche dans le fichier acteur, mais à n fiches AE correspondant à n événements biographiques dans la base. Des dictionnaires communs aux projets utilisant la BHP permettent de saisir les différents types d’information et les « rôles » qui leur sont associés. Chaque fiche peut faire l’objet de remarques de la part d’autres utilisateurs mais ne peut être modifié que par son producteur et l’administrateur en dernier recours. La BHP permet aussi un codage et des notes personnelles.

16Grâce à ces fichiers, l’information entrée par les utilisateurs permet de détailler au plus petit niveau possible l’information, en partant des caractéristiques générales telles que la date. Cette gestion de l’information au détail près conduit à une multiplication des fiches sur la BHP. Au 31 décembre 2010, près de 200 000 fiches ont été créées. 90 000 lieux, 39 000 acteurs individuels, 13 000 acteurs collectifs, 7 500 fiches objets, 6 000 fichiers bibliographie.

3. L’historien face aux logiciels

  • 9 Un « natif numérique » est un individu né entre la fin des années 1970 et le milieu des années 199 (...)

17L’implication personnelle des utilisateurs dans la base semble indispensable à son enrichissement et à son fonctionnement. Pour ceux qui ne sont pas des « digital natives9 », il convient d’appréhender le fonctionnement des outils informatiques et des normes régissant la base de données avant de se lancer dans son exploitation. L’aisance à manipuler les logiciels ne dispense pas d’une réflexion théorique sur la modélisation et l’objet même de l’information à saisir. L’entrée des données dans la base se fait certes de façon individuelle, mais les types d’informations s’élaborent à partir d’un travail collectif où chacun peut participer à sa mesure. Humilité, patience et réflexion sont les vertus de l’utilisateur des bases de données. Chaque utilisateur a signé une charte lors de son entrée dans le projet. Ce document stipule que chaque membre est propriétaire des informations introduites dans la base, mais ne peut pas supprimer les fiches mises en commun lorsqu’il quitte le projet. Tout membre s’engage à communiquer de façon irrévocable ses informations et à travailler collectivement sur le projet, où chacun peut puiser dans les données mises en commun pour produire ses propres travaux.

  • 10 Cette norme a été développée par l’International Council on Archives : le Conseil international de (...)

18À partir de la structure de la BHP constituée de fichiers, chaque type d’information se base sur une modélisation avec l’élaboration d’un schéma logique pour saisir d’un coup d’oeil l’ensemble du type. La modélisation des informations respecte les standards internationaux d’encodage. Par exemple, la norme ICAISDIAH10 est suivie concernant la description des dépôts d’archives. Elle permettra une éventuelle harmonisation des standards entre les bases de données, et, pourquoi pas, un partage. Ces formats « ouverts » autoriseront aussi un enrichissement ou une modification des modèles et des informations par d’autres utilisateurs. La modélisation des objets historiques permet de réfléchir sur la nature des objets eux-mêmes, de leur pertinence, et de leur application.

19La validation des types d’informations est faite collectivement par les membres du projet dans le cadre de réunions régulières organisées par les administrateurs de la base. La réflexion commune aboutit à une quasi heuristique de ces informations où la diversité des projets conduit à la recherche d’une définition commune de l’objet historique. Par exemple, le type « collection » aura une définition différente selon qu’on étudie la collection comme un objet d’art, une série d’archives, etc. Il a donc fallu créer un type d’informations le plus objectif possible convenant au plus grand nombre. Ce travail collégial permet de sortir de problématiques individuelles mais aussi de les exposer comme point de départ à une réflexion collaborative. La validation des types d’information et de relations mises au point par les membres du projet dépend ensuite d’une expérimentation concrète sur la base. Une réunion ultérieure permet de modifier le cas échéant ces types d’information mis à l’épreuve. Nous pourrions résumer la conception collective des types d’informations comme suit :

20discussion modélisation application validation ou modification

21À ce jour, une centaine de types d’informations ont été définis par les utilisateurs, réparties en 21 « classes » c’est-à-dire des catégories regroupant les types en fonction des informations qu’ils désignent. Par exemples, les types « ouvrage imprimé » et « lettre » seront dans la classe « vie intellectuelle », les informations « naissance » et « décès » dans « biographie ». L’essentiel des informations tirées de la correspondance de Jacob Spon entrent naturellement dans ces types déjà créés par les utilisateurs.

  • 11 BnF, ms. fr. 9360, fol. 238.

22La base de données est bâtie sur une interface où chaque information correspond à une page composée de champs différents que l’on doit remplir en fonction de la nature du document. Le temps passé sur la saisie de données varie en fonction de la richesse des informations contenues dans le manuscrit ou l’imprimé, qui, atomisée, conduit à la création de fiches nombreuses. Prenons l’exemple d’une référence bibliographique tirée d’une lettre de Jacob Spon à l’abbé Claude Nicaise du 11 avril 168111. Le médecin lyonnais écrit : « On m’a envoyé d’Italie une feuille d’observation sur la comète par Montanari profess[eur] de Bologne ».

Fig. 3 : Retranscription dans le fichier de l’information tirée de la phrase ci-dessus

23Une fiche a été créée pour cette information, mais il faut renseigner plusieurs autres fiches pour la référence bibliographique citée. Il s’agit d’un placet de l’astronome modénois Geminiano Montanari (1633-1687), Copia di una lettera scritta all’illustrissimo Signore Antonio Magliabechi sopra i moti a le apparenze della cometa, publié chez Malonessi à Bologne en 1680. On devra créer une fiche

24Acteurs pour Montanari, une pour l’imprimeur Malonessi ; une fiche Bibliographie pour l’ouvrage imprimé, une pour le lieu d’impression, Bologne ; et on associera ces informations au Fichier central (AE) où on déterminera la relation à la fiche centrale : Montanari sera défini par la relation « l’auteur », etc. Enfin, il faudra lier cette fiche AE au type d’information « ouvrage imprimé » et à celle créée sur la mention de Spon.

Fig. 4 : Fiche AE de l’ouvrage de Geminiano Montanari

25Chaque information d’un document historique peut et doit trouver sa place dans les types BHP. Le chercheur doit utiliser la base au quotidien, y compris sur les lieux mêmes de ses investigations. Le système étant portatif, on peut entrer ses données en n’étant pas connecté à Internet sur le logiciel FileMaker pro. Celles-ci seront téléchargées sur la base lors dès la première connexion à internet et à la base. Le travail informatique n’exclut cependant pas un travail sur papier, mais la BHP permet de s’exonérer de systèmes de classement papiers fastidieux.

4. Une nouvelle appréhension du texte

26L’appréhension de l’information se modifie : l’on passe d’une approche linéaire du texte à une approche multi-scalaire recoupant différents types d’informations ; elle aboutit à une recontextualisation du texte et de son contenu dans des « couches » informationnelles. Une nouvelle approche herméneutique se fait jour à l’aune des nouvelles informations dégagées et amène à la création de nouvelles fiches sur la base selon les modèles validés par les membres du projet. La grille de lecture du texte est de fait enrichie par les possibles interactions entre différents textes du corpus et à l’intérieur même du texte manuscrit analysé. À toutes les strates du texte, des passerelles s’établissent ; se créent, et il existe réellement un enrichissement mutuel entre les textes et la base de données. Les travaux des utilisateurs sont mis en commun, ce qui accroît les possibilités d’échanges et de découvertes d’informations inédites.

27Chaque information conduit à mener des recherches ou à vérifier celles déjà intégrées à ses travaux et amène à s’interroger sur la place de l’information, prise singulièrement, dans un cadre plus large aux dimensions multiples ; à dégager les interactions et à l’intégrer dans un contexte élargi. Une mise à jour constante du travail critique s’opère, et la réflexion s’enrichit au fur et à mesure de l’entrée des informations et des nouvelles interactions découvertes. On ne doit plus seulement penser en fonction de critique interne et d’herméneutique, mais en fonction de l’information contenue dans le texte, de la façon dont elle sera introduite dans la base ; ce qui conduit à modéliser de nouveaux types d’informations lorsqu’ils ne se trouvent pas dans la base.

28Ces avantages n’excluent pas, toutefois, des limites et des contraintes. D’abord, le travail sur les outils informatiques demande beaucoup de temps et un investissement sur la durée. La saisie des informations nécessite un travail régulier et une bonne organisation : un rythme quotidien et court, une heure par exemple. D’autre part, la granularité extrême de l’information par la multiplication des fiches risque dans certains cas de dissoudre l’essentiel dans le superflu. Il convient donc d’opérer la saisie des données avec discernement, de privilégier la réflexion à la saisie, et l’utile à l’anecdotique pour son projet de recherche.

29L’évolution même de l’informatique et des possibilités offerts par l’essor des digital humanities doivent nous faire prendre conscience de plusieurs facteurs que nous ne maîtrisons pas en tant qu’utilisateurs. La pérennité des données n’est assurée qu’au prix d’un incessant travail de mise à jour des standards informatiques de saisie des données et des supports les conservant et les archivant comme les serveurs. Le manque de solution de stockage et l’obsolescence des supports pourrait conduire à une perte pure et simple des informations saisies. Enfin, l’ouverture des données sur le web dans l’esprit des humanités numériques pourrait conduire à un pillage et à une appropriation indue des données par des personnes extérieures au projet. Les bases de données sont protégées juridiquement par les articles L 112-1 à L 112-4 du Code de la propriété intellectuelle, mais le statut de l’utilisateur-historien, producteur de données, varie selon la période étudiée ; ce qui modifie en conséquence les dispositions légales concernant les données entrées. Le droit d’auteur protège le producteur uniquement si les données entrées sont originales. Or, le sont-elles vraiment lorsqu’elles sont issues de documents anciens et théoriquement libres de droits ?

*

30L’essor des bases de données numériques, même s’il élargit radicalement les possibilités d’exploitation et d’interprétation des sources, ne signifie pas l’avènement d’une méthode de travail unique et d’un outil exclusif ; tout outil informatique ne saurait se substituer à la réflexion et à l’histoire elle-même. Dans le cadre de ma thèse, la base de données du projet SyMoGIH m’a néanmoins facilité les classements et la compréhension des lettres de la correspondance de Jacob Spon et l’exploitation d’un vaste éventail d’informations dans un cadre non pas réduit au texte lui-même mais au corpus épistolaire et au réseau intellectuel dans lequel il s’intègre : la République des Lettres. Le travail collectif et le partage des données nécessaires au projet y ressemble par plusieurs aspects.

Notes

1 [En ligne] : http://calame.ish-lyon.cnrs.fr/

2 Voir la préface de son dernier ouvrage Miscellanea eruditae antiquitatis, Lyon, Thomas, Amaulry 1685.

3 Sur la définition de la République des Lettres, voir F. WAQUET, « Qu’est-ce que la République des Lettres ? Essai de sémantique historique », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1989, 147, p 473-502 ; et le petit manuel de H. BOST et F. WAQUET, La République des Lettres, Paris, Belin-De Boeck, 1997.

4 Plusieurs ouvrages dirigés par Mireille Bossis ont abordé la correspondance épistolaire sous de nombreux angles. Parmi ceux-ci, voir notamment La correspondance (édition fonction signification), Aix-en-Provence, PUP, 1984. Sur l’approche de la correspondance comme objet historique, voir C. DAUPHIN, « Les correspondances comme objet historique. Un travail sur les limites », Société & représentations, 2002, n° 1, p. 43-50. Sur la correspondance et les réseaux épistolaires aux xviie et xviiie siècles, voir P. DIBON, « Les échanges épistolaires dans l’Europe savante du xviie siècle », Revue de synthèse, 1976, n° 81-82, p. 31-50 ; pour une approche numérique de la correspondance, voir P.-Y. BEAUREPAIRE (dir.), La plume et la toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, Artois Presses Université, 2002 ; P.-Y. BEAUREPAIRE, A. McKENNA (dir.), Les Réseaux de correspondance en Europe (xvi xixe s.) : matérialité et représentations, Saint-Étienne, PUSE, 2006 ; P.-Y. Beaurepaire, D. TAURISSON (dir.), Les Ego-documents à l’heure de l’électronique. Nouvelles approches des espaces et réseaux relationnels, Montpellier, Publications de Montpellier III, 2003.

5 J.-L. PINOL, A ZYSBERG, Le métier d’historien avec un ordinateur, Paris, Nathan, 1995.

6 Voir la page d’accueil, du site du LARHRA, [En ligne] : http ://larhra.ish-lyon.cnrs.fr

7 Pour une définition de la TEI, voir le site du consortium [En ligne] : http://http://www.teic.org/index.xml

8 Le CNRS donne une définition détaillée des « humanités numériques » : [En ligne] : http://http://www.digitalhumanities.cnrs.fr/article3.html

9 Un « natif numérique » est un individu né entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1990, ayant grandi dans un environnement numérique composé d’ordinateurs, d’Internet, de téléphones portables, d’appareils photos numériques et les utilisant quotidiennement. On utilise l’expression « Génération Y ».

10 Cette norme a été développée par l’International Council on Archives : le Conseil international des archives.

11 BnF, ms. fr. 9360, fol. 238.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Graphe 1. Modélisation du 'monde historique'
Légende Fig. 1 : Modélisation de l’Architecture de la base, schéma diffusé avec l’autorisation de Francesco Beretta
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 2 : Un exemple de fichier acteur (Ac) : Jacob Spon
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 3 : Retranscription dans le fichier de l’information tirée de la phrase ci-dessus
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Fig. 4 : Fiche AE de l’ouvrage de Geminiano Montanari
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 286k

Auteur

Université Lyon 3

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540