Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 3. Approches critiques et méthodologiques

De l’utilité des écrits du for privé pour analyser les sentiments de l’intime

Le cas de l’amitié

Aurélie Prévost

Texte intégral

  • 1 Les chercheurs étrangers ont élaboré une autre typologie. Les Selbstzeugnisse rassemblent les écri (...)
  • 2 L’autobiographie est un « récit rétrospectif en prose que quelqu’un fait de sa propre existence, q (...)
  • 3 M. FOISIL, « L’écriture du for privé », Ph. ARIES, G. DUBY (dir.), Histoire de la vie privée, t. 3 (...)

1Madeleine Foisil propose d’inclure dans les écrits du for privé1, sans en définir le concept, les Mémoires, les journaux, les livres de raison et aussi les journaux de docteur comme celui de Jean Héroard (1551-1628), médecin ordinaire du dauphin et du roi Louis XIII. En revanche, la correspondance est omise. Ces sources sont privilégiées pour qui veut étudier la notion d’espace privé, la familiarité, la famille et le corps. Son étude du journal de sire de Gouberville a marqué un jalon primordial. Sans prendre en compte ici les autobiographies, qui n’apparaissent selon la chronologie proposée par Philippe Lejeune qu’à partir de 1782, année de publication des Confessions de Jean-Jacques Rousseau2, qu’en est-il de l’intime dans les écrits du for privé entre la seconde moitié du xvie siècle et la fin du xviie siècle ? Entendons la notion d’intimité non pas comme ce qui est « tout à fait privé », ce qui relèverait d’une définition plus du xviiie siècle, mais comme « ce qui relève de soi et ce qui engage personnellement l’individu3 ».

  • 4 À savoir affectueux.

2L’amitié dont il est ici question est un lien dilectif4, traduisant une relation volontaire et affective entre deux personnes du même sexe, à savoir entre deux hommes, sans qu’il s’agisse d’une relation homosexuelle. Aucun groupe social n’en est exclu. L’amitié-dyade côtoie l’amitié vécue sur un mode plus large et plus lâche, mais toutes deux touchent le cœur des gens dans leur for intérieur.

3La façon d’appréhender le thème doit beaucoup au renouveau historiographique intervenu ces dernières décennies sur l’histoire des concepts et l’histoire du discours. Dès les années 1970, l’histoire politique est revivifiée ; le langage et le discours deviennent des objets d’étude notamment pour l’École de Cambridge représentée par John G.A. Pocock (Machiavellian moment, 1975) et Quentin Skinner (Foundations of modern political thought, 1978). L’Allemagne a également apporté sa pierre à l’édifice grâce aux travaux de Reinhart Koselleck (Vergangene Zukunft, 1979) et la Begriffsgeschichte. La présente étude se propose de prendre pour base l’analyse du vocabulaire et la mention d’ « ami » et d’ « amitié ». Ce postulat méthodologique présenté, comment les écrits du for privé peuvent-ils nous être utiles et offrir un angle pertinent pour analyser l’amitié ? Au-delà des qualités intrinsèques conférées à l’amitié et à l’ami, on peut tenter une approche qualitative sur l’amitié large et une approche quantitative sur l’amitié-dyade.

1. Qualités de la source

4Les dictionnaires, traités et autres écrits philosophiques ont une valeur prescriptive forte. Tout comme d’ailleurs les sources religieuses, quoique les sermons de prédicateurs offrent la possibilité d’étudier en ombre chinoise les actions de leurs contemporains. La littérature remplit souvent un projet d’édification et de morale. Enfin, le théâtre est vu comme une voie médiane, qui offre une mise en scène des antagonismes en jouant à la fois sur le registre prescriptif et sur la réalité des mœurs. Quant aux actes notariés, l’aridité relative aux sentiments de ce type de source a été maintes fois pointée du doigt. En revanche, ces sources ne peuvent être écartées et les historiens des sensibilités ont très vite combiné leurs études à celle des écrits du for privé, offrant ainsi des éclairages pertinents. Toutefois, les écrits du for privé ne sont pas détachés de toute valeur prescriptive et ne sont pas des documents purs. Le témoignage possède une valeur historique, qui nous enjoint de vérifier et d’authentifier, comme pour toute autre source, en évitant de se laisser porter par l’émotion. De plus, l’écriture est un acte social réalisé en référence aux autres et répondant aux injonctions de l’époque. L’auteur n’est pas complètement maître de son écrit parfois appelé à circuler au-delà de la sphère domestique. Même le plus humble a des références. La façon d’écrire et de penser est toujours liée à la valeur prescriptive. L’écrit du for privé est une interface entre ces points de tension. Les écrits du for privé sont protéiformes et il s’agit de savoir vers lesquels se tourner pour trouver ce que l’on cherche. Les auteurs donnent souvent un titre à leur écrit que les historiens catégorisent en quelques grands types, notamment le livre de raison et les Mémoires.

  • 5 M. FOISIL, op. cit., p. 319-359.
  • 6 M. CASSAN, « Livres de raison, invention historiographique, usages historiques »,
  • 7 R. MORDENTI, « Les Livres de famille en Italie », Annales ESC, juillet - août 2004, n° 4, p. 785-8 (...)
  • 8 S. MOUYSSET, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, xve-xixe siè (...)
  • 9 S. MOUYSSET, « Livres de raison et construction des réseaux sociaux : l’exemple du Sud- Ouest de l (...)

5Le livre de raison est un texte mémoriel et pluri-générationnel, tenu le plus souvent par des roturiers provinciaux, des marchands, des clercs et des magistrats, rarement par des artisans. De façon générale, les livres de famille sont rédigés par des hommes qui cherchent à conserver la mémoire de leur parentèle. Transmis à l’héritier masculin, le livre de raison est gardé au sein du foyer et n’est pas destiné à être publié. Rédigé avec régularité, il divise « la durée et l’action en une suite d’instants immédiats dont l’unité maximale est la journée écoulée »5 et double le registre paroissial avec les baptêmes des enfants soigneusement notés. Les parents et l’épouse y apparaissent au moment des naissances, des maladies et des décès. Le livre de raison fait également office de livre de comptes. « Tout ce qui modifie le cours ordinaire des choses de la famille »6 est consigné dans de brèves notices, conférant un caractère de patchwork à l’ensemble. L’auteur ne s’y confie pas car le livre de raison ne renferme pas l’écriture du soi mais celle d’un soi collectif7. Tout ce qui pourrait entacher la réputation, comme la haine, les échecs ou les déviances, est absent. La vie semble s’écouler dans les livres de raison comme un « long fleuve tranquille 8 ». Ce n’est pas la co-résidence ou la parenté qui est perçue mais le réseau social de l’auteur, à savoir les personnes avec qui les liens sont entretenus de « manière régulière par ego avec un certain nombre de personnes, qu’ils soient parents, alliés ou amis »9, autrement dit l’ « entourage ». En effet, en dehors des proches, l’auteur entretient des relations de voisinage, professionnelles ou paroissiales et fait également des rencontres plus fortuites. Naturellement, l’absence de relations n’apparaît pas. Y déceler la moindre tendresse est assez difficile. La sécheresse de cette source a été maintes fois soulignée. Toutefois, l’absence d’amitié dans les livres de raison est en soi une information. Silence et présence, sécheresse et tendresse sont des renseignements, dont il s’agit de savoir tirer profit.

6Les Mémoires relèvent d’une pratique masculine aux xvie et xviie siècles, importante dans la noblesse d’épée. Le mémorialiste rédige rétrospectivement, pour ceux qu’il apprécie, et non pour sa famille, un récit où se mêlent l’essentiel et l’anecdote. Bien souvent, l’auteur a connu ou connaît la disgrâce, l’exil, la prison et a traversé de pénibles épreuves. L’auteur se justifie et rétablit la vérité. Pour conforter la véracité de ses propos, le mémorialiste nomme les protagonistes des affaires en question et adjoint à son texte des documents. La raison de ses ennuis est toujours mise en exergue. Il dénonce l’ingratitude et la fourberie. La leçon tirée est amère. Tout est vu à travers son regard et son jugement, bien qu’il ne parle pas de lui directement. Certains mémorialistes rédigent en guise d’aide-mémoire pour leurs vieux jours. Témoignage d’une vie riche, les Mémoires, qui possèdent des qualités littéraires indéniables, ne sont jamais publiés immédiatement afin de ne pas compromettre leurs contemporains. Quel rôle et quel poids a l’amitié pour ces hommes que la vie n’a pas épargnés et qui se sont sentis trahis et abandonnés par ceux qui auraient dû les aider ?

7Livres de voyages, journaux de campagne sont d’autres formes possibles. Les livres de raison sont vraiment à part, tenant plus de l’énumération aride que de la narration sensible. De multiples raisons peuvent pousser l’auteur à prendre la plume : remercier Dieu, affermir sa foi, perpétuer la mémoire familiale, justifier ses actions. Les circonstances de la rédaction ou de la circulation du texte peuvent donner parfois quelques éléments de réponse. La diversité des temporalités entre également en jeu entre aléas de la mémoire et évolution de l’appréciation des faits.

8Les écrits du for privé sont fort nombreux mais ne sont pas nécessairement très riches pour qui veut les exploiter du point de vue des sentiments. Les « grands » noms sont très connus et peu nombreux : Jean Héroard, Jean Marteilhe, Isaac Dumont de Bostaquet ou le lorrain Dom Loupvent. De plus, comme notre « entrée » est le vocabulaire employé, on se trouve devant la nécessité absolue de disposer d’une bonne transcription. Le xixe siècle a donné lieu à une multitude de publications, dont l’intérêt est pour nous limité. Au-delà du problème de l’historicité des interrogations, ces auteurs, s’ils publient bien le résultat de leur recherche, ne citent que les extraits jugés à l’époque digne d’intérêt, à savoir ceux liés à l’histoire de la famille et à la démographie. Bien souvent, les références d’archives ne sont pas fournies. Plus gênant, certaines éditions modernes se permettent de modifier le texte, sous prétexte que les répétitions pourraient fatiguer le lecteur ; seules quelques lignes en préambule l’indiquent. Enfin, le texte est parfois tronqué mais aucun appareil de notes ne vient indiquer au lecteur plus soucieux de véracité les changements apportés.

9Comment ces écrits du for privé peuvent-ils se distinguer des autres sources et être d’un secours particulier pour l’historien du sensible ? Comment ces hommes ont-ils écrit ou tu leurs sentiments ? Les amis, personnages du for privé, ont-ils « droit de cité » dans ces documents ?

2. Du bon usage des écrits du for privé

  • 10 S. DE LAVERNY, Les domestiques commensaux du roi de France au xviie siècle, Paris, Presses de l’Un (...)

10Les écrits du for privé déroutent par leur aspect protéiforme et la diversité des informations relevées en leur sein. La méfiance est de rigueur quant aux titres donnés par leurs auteurs, et aux typologies simplistes. Deux « journaux » peuvent porter leur intérêt sur des thèmes tout à fait différents. Pour contrebalancer l’inexactitude de la typologie qui « force » à désigner sous un terme fixe et définitif ce qui n’est bien souvent qu’un « patchwork », le type de classement mis au point par Sophie de Laverny semble être un bon compromis. Les mémoires des commensaux sont classés par ses soins d’après leur contenu10. Les journaux historiques sont de nature plus journalistique que les journaux mixtes, qui développent la narration d’un point de vue plus humain, avec des anecdotes et des réflexions générales.

  • 11 A. PREVOST, L’amitié aux xvie et xviie siècles en France. Normes, réalités et représentations, thè (...)

11Selon sa typologie, les journaux historiques consacrés aux actes des autres sont majoritaires et concernent plus de 40 % de notre corpus rassemblé dans le cadre de notre thèse11, suivis de ceux portant sur les actes de l’auteur à 29,41 %. Les sources au contenu mixte, personnel et historique ou documentaire, sont numériquement moins importantes.

12La physionomie du corpus des auteurs particulièrement intéressés par la question de l’amitié est bien différente de celle du corpus général. Certaines sources sont donc plus propices aux manifestations d’amitié. Les journaux historiques mettant en scène les actes de l’auteur sont majoritaires avec 54,55 % de l’ensemble. Les journaux chroniques des actes des autres sont deux fois moins présents que dans le corpus des 34 auteurs. Les amis n’apparaissent que via les actes de l’auteur et pour ainsi dire jamais pour eux-mêmes. De plus, l’amitié tient une plus grande place dans les textes contemporains aux faits (54,55 %) que dans les écrits rétrospectifs (45,45 %).

2.1. L’amitié-dyade en recherche quantitative

13L’étude de ces 34 textes a permis d’apercevoir la plus grande sensibilité de certains auteurs quant à la question de l’amitié. Deux auteurs proposent une définition de l’amitié : Marie Du Bois (1601-1679) et Alexandre Dubois (1686-1739). Six possèdent un ami intime : Nicolas Versoris (première moitié xvie siècle), Jean Le Coullon (1525- ?), Louis de Pontis (1634- 1698), Pierre-Thomas du Fossé abbé de Choisy (1644-1724), Claude de Forbin (1656-1733) et Robert Challe (1659-1721). Gilles de Gouberville (1521-1578) et Jean Marteilhe (1684-1777) mettent en scène un tiers très proche mais sans jamais le dénommer « ami ». Un seul, dom Loupvent (v.1490- ?) présente un exemple d’amitié célèbre, celle d’Élisabeth et de Marie. Mais quasiment tous font part de leur expérience de l’amitié, comme Pierre Prion.

14Les hommes nés dans les années 1551-1600 se sont détournés de l’amitié. En revanche, la notion devient très importante pour ceux venus au monde après 1650. Les années 1551-1651 sont véritablement une période où l’amitié occupe peu les esprits de ces hommes, alors âgés de 25 ans. L’interrogation sur l’amitié est surtout le fait d’hommes en majorité morts au xviiie siècle. Cette chronologie est corroborée par l’iconographie.

  • 12 S. BEAUVALET, La démographie à l’époque moderne, Paris, Belin, 1999, p. 118.

15La vie maritale n’est pas propice à l’expression de l’amitié. Les célibataires sont surreprésentés dans ce corpus, car le célibat définitif s’élève en moyenne pour les années 1660-1664 à 3,9 %12. Est-ce notre corpus qui distord la réalité ou les célibataires sont-ils plus enclins, à défaut de transmettre la vie, de témoigner de leur existence en rédigeant et de léguer un patrimoine écrit ? L’absence de charge de famille leur laisse-t-elle plus de temps pour se raconter ? L’amitié prend plus de place dans leur vie ou du moins dans leur écrit. Trois célibataires du corpus restreint sont des membres du clergé (27,27 %). La proportion est plus basse dans le corpus général (20,59 %). Les prêtres catholiques sont-ils plus sensibilisés à la question de l’amitié, fort proche de la notion de charité ?

2.2. L’amitié en recherche qualitative

16La question de la mort de l’ami est absolument primordiale car si le temps de l’amitié n’est point éternel, l’amitié se doit de l’être. La mort scelle, achève et parachève toute histoire d’amitié. La mort ou plus exactement l’agonie est le moment fatidique de la préscience de la prochaine rencontre avec Dieu et c’est dans la mort que l’on reconnaît l’ami ; les enjeux sociaux sont très forts. Mais l’amitié avec un protestant est-elle possible ? Comment un catholique, en l’occurrence Marie du Bois, vit-il une amitié-large avec un protestant dans son for intérieur ?

  • 13 M. DU BOIS, Moi, Marie Du Bois, gentilhomme vendômois valet de chambre de Louis XIV, Rennes, Apogé (...)

17Quelques éléments de réponses surgissent de l’ « espèce de journal » tenu par Marie Du Bois (1601-1679), valet de chambre de Louis XIII puis de Louis XIV (1634- 1671), partageant son temps entre son service à la cour et de longs séjours sur ses terres de Couture. Des deux grands registres qui constituaient ce journal, seul le second a été conservé. Il couvre les années 1647-1671 avec quelques retours sur le passé. Il s’agit d’un écrit fascinant car il est précis et concret. Marie Du Bois utilise très souvent le discours direct, ouvrant les guillemets et restituant les dialogues. Il est au centre de ses notes, évoquant presque jour après jour en certaines périodes, surtout lorsqu’il est à la cour, ses activités, ses rencontres et ses déplacements. Dans la nuit du 6 au 7 janvier 1649, sa mère est à l’agonie : « Cette bonne femme consolait tout le monde et faisait voir la satisfaction de son esprit, comme si elle eût déjà commencé de jouir des délices célestes. Or je voyais que de temps en temps elle était comme dans une douce agonie, ce qui m’obligeait à lui dire toutes les belles choses qu’il m’était possible pour la clouer de toutes mes forces à Dieu. […] Je l’allais ainsi entretenant, voyant qu’elle prenait plaisir à m’entendre, en s’en lassant nullement. Et il me souvient qu’en suite de ce discours, je lui disais : “Quelle obligation pensez-vous que j’aie à Dieu de m’avoir fait naître de père et mère bons catholiques, et à vous ma bonne mère, de m’avoir instruit dans la crainte de Dieu et qui m’avez fait sucer avec le lait les saints commandements de la vraie Église ? C’est une obligation que je vous ai si grande que je n’ai pas de parole pour vous la bien expliquer, puisqu’elle me donne à moi et aux miens la grâce de Dieu en ce monde et en l’autre la vie éternelle.” Il faut que je dise, en ce rencontre, à ma postérité que je leur défens absolument de jamais contracter aucune amitié, ni faire aucune alliance, pour quelque cause ni raison qui puisse être, avec aucun hérétique ni impie, sachant bien que ce sont les vrais ennemis de Jésus et de la sainte Église catholique, apostolique et romaine, qui est notre salut, et, sans lequel Jésus et sa sainte Église, il est du tout impossible d’arriver au royaume de Dieu. […] »13. Marie Du Bois narre l’agonie de sa mère et en profite pour signaler à sa descendance l’interdiction formelle de lier un quelconque lien d’amitié avec un hérétique au risque d’aller en Enfer.

  • 14 Ibid., p. 77.
  • 15 Ibid., p. 121-123.

18Pourtant, quatre mois plus tard, « Étant à Amiens, j’appris que M. Martin, cidevant ministre à Montoire, s’était converti, sa femme et ses enfants, ce qui me tira des larmes de joie. Dieu me donna la pensée de faire quelque chose pour lui, de sorte que j’obtins, avec grande facilité, de la reine un brevet d’une pension de six cent livres, que j’apportai à Paris à M. Arnoul, son cousin germain, qui la fit ensuite expédier, et dont le cher ami, M. Martin, est servi. Je loue Dieu de tout mon cœur de ce qu’il se voulut servir de moi en cela. […] 14 ». Le voici donc donnant le nom d’ami à un converti de fraîche date. Grâce à cette courte mention, on sait que Marie De Bois entretenait des relations avec Monsieur Martin et qu’il cherchait à le convertir. C’est chose faite. Le nommait-il déjà ami auparavant ? On peut le supposer. Mais si un certain doute est permis avec Monsieur Martin, ce n’est pas le cas de sa relation entretenue avec son voisin. En effet, en avril 1661, Marie Du Bois affirme à l’occasion de la maladie de son voisin Georges Ridouet, seigneur de Sancé et de la Denisière en Couture : « […] que je lui devais en ce rencontre, à la réserve toujours de la religion. […] Le troisième jour de sa maladie, je le fus voir. Entrant dans sa chambre, il me tendit la main et me dit : “Mon ami, je suis malade.” Après les civilités rendues, je le considérai, et, connaissant dans son pouls et à son visage qu’effectivement il était mal, je lui dis : “Si vous me vouliez croire, vous enverriez quérir un médecin, mais, bien plus, je vous assure que Dieu vous donnera autant de lumières que vous en avez besoin pour votre salut ; ne les refusez pas ; servez-vous de la grâce, je vous en prie.” Il me dit : “Ainsi ferais-je.” Et alors il commença comme un acte de contrition. Il était fort observé par Mme de Sancé et sa femme de chambre, nommée Suzanne, toutes deux dans une opinâtreté horrible de l’hérésie. Le lendemain, j’appris sa maladie et ce qui s’était passé à M. de Girardet et le priai de pousser à la roue. Mais ni lui, ni moi [ne] retrouvâmes plus le lieu de lui pouvoir parler. Même, la dernière fois que je fus à la Denisière, Mme de Sancé me fit connaître qu’elle n’approuvait pas que je le visse. Et aussitôt, il se mit entre les mains d’un ministre, nommé Lerpinière, ce qui m’obligea de n’y plus retourner du tout, sachant bien qu’il ne nous est pas permis sans péril de nous mêler avec ces malheureux- là. Ce ministre lui fit amener tous ses enfants, qui étaient, comme je crois, au nombre de huit. Il leur parla de cette sorte : “Mes enfants, je vous donne ma bénédiction, à condition que vous vivrez et mourrez dans ma religion ; et, si vous la changez, je veux aussi que ma bénédiction se change sur vous en malédiction.” Ces paroles me donnèrent de l’horreur, et cette pensée ne peut aussi venir que de l’enfer. Il mourut dans ce désordre. Le voyant mort, ils se trouvèrent embarrassés de ce malheureux corps et conclurent de l’enterrer dans une cave qui est dans le jardin, que le défunt avait fait faire pour ses enfants. Néanmoins, M. le marquis de Cogners, son cousin germain, dit à Mme de Sancé qu’il croyait que feu son cousin l’avait fait faire pour y faire sa sépulture (autant que celle) de sa famille. À quoi Mme de Sancé s’opposa, disant qu’elle n’oserait pas y rentrer après. Et [elle] pria qu’il fut mené à Montoire dans leur cimetière, ce qui fut fait. Le mercredi 27 avril, il fit assez beau le matin. Sur les dix à onze heures du matin, dans le moment que six hommes prirent le corps dans sa chambre pour le porter dans le carrosse qui était dans la cour, le ciel se couvrit, et [il] s’éleva une tempête si noire et si furieuse de grêle, de pluie et de vent, que ceux qui le portaient ne voyaient goutte ? et elle leur arracha ce malheureux corps des mains et le jeta dans la bourbe. Ils le ramassèrent comme ils purent et le mirent dans le carrosse. […] Ils passèrent par le chemin de La Chartre à Montoire. J’étais à la fenêtre de ma chambre ; je les vis passer avec double déplaisir, car dans cet instant le grêle hacha mes arbres, où j’eux beaucoup de regret. Ce temps désespéré les accompagna jusqu’à Montoire, arrachant et désespérant les arbres, par où ils passaient. Étant arrivé proche de leur cimetière, l’on sortit ce corps du carrosse pour le porter en terre. La tempête l’arracha encore une fois des mains de ceux qui le portaient, et le bouleversa au point que le corps sortit quasi du cercueil. Il se trouva à cet enterrement quasi tous les enfants de Montoire, qui faisaient un grand bruit. Et, tout devant le marquis de Cogners et le peu de huguenots qui l’avaient accompagné, ces enfants firent leurs ordures sur cette fosse, et ceux qui n’en avaient pas envie allaient quérir de la bourbe qu’ils jetaient sur sa fosse. Dieu fit bien voir par toutes ces marques que ce malheureux homme-là était mort dans sa disgrâce et que les hérétiques sont ses vrais ennemis »15. Il s’agit d’une amitié contractée avec un protestant qui, au moment de son trépas, amène Marie Du Bois, bon catholique, à tenter d’assurer le salut de l’âme de son voisin et ami. Son échec est amer, la faute de l’entourage qui isole le mourant de la bonne parole est soulignée tout comme l’entêtement du mourant. Les Cieux se déchaînent, les protestants sont punis. Marie Du Bois apparaît dans son écrit comme un homme pieux, fidèle au dogme catholique qui œuvre pour la conversion des protestants et les en félicite. Contrairement à ce qu’il enjoint à ses enfants, il a tissé des liens d’amitié avec des protestants. La tension est forte entre ce que la morale chrétienne veut, ce qu’elle induit en termes de comportement et ce que les pratiques sociales impliquent. La mort cristallise les tensions et « oblige » à faire correspondre devant l’urgence, sa piété et son action. Les liens de sociabilité prévalent donc sur le sentiment religieux. On se dit être de bons amis, la question religieuse n’intervient qu’à l’article de la mort. C’est d’ailleurs à la mort, la sienne, celle de la mère, celle de l’ami, qu’on se plaît à réaffirmer son appartenance au dogme. À la mort de l’ami, on réaffirme sa catholicité. N’est-ce pas ce que fait Montaigne dans la lettre écrite à son père relative à la mort de La Boétie ?

*

19Cette présentation permet de mesurer en partie la difficulté d’étudier les écrits du for privé. Le travail « sur l’humain » empêche une stricte et rigoureuse classification, qui n’est pas en soi souhaitable. Cette source ne nous permet guère d’aborder l’amitié avant le milieu du xvie siècle mais elle est riche, quoique coûteuse en temps. On doit éviter de partir à la recherche du « beau » document et se laisser guider par les auteurs. Approcher le sentiment de l’individu et la mise en pratique de l’amitié-dyade est une véritable « chasse à l’indice » à travers une source qui n’est pas constituée en soi par l’auteur comme une présentation de l’ami ou du réseau amical. Malgré tout, les écrits du for privé permettent bien d’appréhender l’intime et la façon dont les hommes vivent en leur for intérieur les enjeux de leur siècle et comment ils résolvent leurs contradictions.

Notes

1 Les chercheurs étrangers ont élaboré une autre typologie. Les Selbstzeugnisse rassemblent les écrits où l’auteur se livre consciemment : c’est-à-dire des autobiographies, des Mémoires, des journaux et autres cahiers intimes, des livres de famille, des livres de raison, des livres de comptes, des chroniques, un certain type de lettres, des récits de voyages et des journaux religieux. Néologisme créé par le néerlandais Jacob Presser dans les années 1960, l’egodocument est une extension du concept de Selbstzeugnisse. Il regroupe « toutes sources dans lesquelles l’individu donne des renseignements sur lui-même, que cette expression soit un geste volontaire ou qu’elle soit conditionnée, au contraire, par d’autres circonstances »1. Sont considérés comme tels les journaux, les Mémoires, les diaries, les cahiers spirituels, les chroniques familiales, les correspondances, les récits de voyage, les récits autobiographiques, mais aussi les interrogatoires, les procès, les testaments et les registres paroissiaux. L’egodocument expose des expériences vécues par la personne qui rédige ou qui en est le sujet principal.

2 L’autobiographie est un « récit rétrospectif en prose que quelqu’un fait de sa propre existence, quand il met l’accent principal sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité ». Ph. LEJEUNE, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, rééd. 2003, p. 10.

3 M. FOISIL, « L’écriture du for privé », Ph. ARIES, G. DUBY (dir.), Histoire de la vie privée, t. 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Éditions du Seuil, 1985, rééd. 1999, p. 319- 359.

4 À savoir affectueux.

5 M. FOISIL, op. cit., p. 319-359.

6 M. CASSAN, « Livres de raison, invention historiographique, usages historiques »,

J.-P. BARDET, F.-J. RUGGIU (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du xvie au xviiie siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 15-29.

7 R. MORDENTI, « Les Livres de famille en Italie », Annales ESC, juillet - août 2004, n° 4, p. 785-804.

8 S. MOUYSSET, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, xve-xixe siècle), Rennes, PUR, 2007, p. 202.

9 S. MOUYSSET, « Livres de raison et construction des réseaux sociaux : l’exemple du Sud- Ouest de la France à l’époque moderne », J.-Y. BEAUREPAIRE, D. TAURISSON (dir.), Les ego-documents à l’heure de l’électronique. Nouvelles approches des espaces et réseaux relationnels, Montpellier, PUM, 2003, p. 266.

10 S. DE LAVERNY, Les domestiques commensaux du roi de France au xviie siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2002, p. 385. L’auteur a également la catégorie journaux mixtes (personnel + historique + documentaire).

11 A. PREVOST, L’amitié aux xvie et xviie siècles en France. Normes, réalités et représentations, thèse de doctorat, Université Lyon 2, 2011, 2 vol.

12 S. BEAUVALET, La démographie à l’époque moderne, Paris, Belin, 1999, p. 118.

13 M. DU BOIS, Moi, Marie Du Bois, gentilhomme vendômois valet de chambre de Louis XIV, Rennes, Apogée, 1994, p. 71-72.

14 Ibid., p. 77.

15 Ibid., p. 121-123.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

Auteur

Université Lyon 2

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540