Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 2. Le corpus, réalité archivistique ou construction intellectuelle ?

Personnalités politiques, manuscrits et correspondances dans la France contemporaine

Jean El Gammal

Texte intégral

1Sous ce titre, on peut aborder un champ assez vaste, en partie exploré au titre des publications politiques, dont différentes présentations ont été esquissées ou effectuées, et qui correspond éventuellement à des jalons spécifiques. Rappelons que longtemps, le champ historique a été dominé par des recherches d’histoire politique et diplomatique faisant une large place à l’étude des chartes, traités, correspondances et mémoires. Si modernisés qu’ils soient dans leurs méthodes, les actuels travaux d’histoire politique et des relations internationales ne sont pas coupés de cet héritage. Du reste, si l’histoire contemporaine est de plus en plus largement placée, à première vue, sous le signe de l’imprimé, puis de différentes formes d’images, il existe toute une catégorie d’écrits, moins souvent abordés et peu numérisés, qui relèvent des sources manuscrites au sens traditionnel. On songe en particulier à des documents laissés – avant l’ère électronique dont les débuts sont à l’échelle de l’histoire fort récents – par des hommes politiques, rédigés par eux-mêmes ou confiés à des collaborateurs, et soit véritablement manuscrits, soit dactylographiés. Cet ensemble de sources, inégalement accessible, d’autant que la période prise en considération compte quelque deux siècles, sera ici évoqué succinctement, en termes de méthode, au sens large. Trois aspects seront ici évoqués : les inventaires, les contenus et les usages.

1. Inventaires

2Sur le premier point, il est évidemment exclu de donner ici une vue exhaustive, même en termes de typologie, d’autant que certaines catégories de documents se situent quelque peu en marge du corpus évoqué, celui-ci se limitant essentiellement, pour autant que cette distinction vaille, à la politique intérieure.

  • 1 P. KARILA-COHEN, L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Ren (...)
  • 2 Archives nationales (A.N.) : reclassé dans la série F7.

3Même de ce point de vue, du reste, les rapports destinés à des personnalités ayant accédé à des fonctions ministérielles constituent souvent des manuscrits relevant d’une sorte de genre apparu ou modernisé dans la première moitié du xixe siècle, l’enquête politique1, mais ils suivent souvent une voie administrative, au sens large, qu’ils aient pour auteurs des préfets, des magistrats, des gendarmes ou des policiers. De ces derniers, en particulier, proviennent les notes manuscrites sur les hommes politiques, telles que l’on peut en trouver dans des rapports, notamment dans le Fonds Panthéon des Archives nationales2 ou aux Archives de la Préfecture de Police.

4On s’attachera surtout aux manuscrits émanant de personnalités politiques. Quatre grandes catégories peuvent être évoquées, à l’échelle des inventaires, qui sont d’ailleurs loin d’être complets – pour autant qu’ils puissent l’être – tout spécialement pour la période contemporaine marquée par de constants enrichissements des fonds.

  • 3 Voir surtout l’État sommaire des fonds d’archives privées – Séries AP et AB XIX, Paris, Centre his (...)
  • 4 Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne xixe-xxe siècles, Paris, Klincksieck, 1977, notam (...)
  • 5 Dans la sous-série 26 J ; une partie des archives se trouve en 317 AP.
  • 6 Archives départementales des Vosges : inventaire, 1326 J, établi en 2000.

5Tout d’abord, la série AP des Archives nationales3 et les équivalents, pour des personnalités de notoriété inégale, existant dans les Archives départementales, par exemple dans la série J : on peut citer les nombreuses figures du royalisme en Mayenne étudiées dans sa thèse par Michel Denis4 ou les exemples de Louis Marin en Meurthe-et-Moselle5, de Louis Jacquinot dans la Meuse, ou d’une personnalité moins connue, mais qui a joué un rôle non négligeable dans la région, Jean Vilmain, président du conseil général des Vosges de 1953 à 1976, et plus brièvement président du conseil régional de Lorraine de 1974 à 19766.

  • 7 Tous les catalogues de cette très abondante série N.a.fr. n’ont pas été publiés. Ceux correspondan (...)
  • 8 Joseph Reinach et la République (1856-1921), thèse de 3e cycle, Université Paris XNanterre, 1982, (...)

6Ensuite, viennent les manuscrits politiques conservés à la Bibliothèque nationale, au titre des nouvelles acquisitions françaises7, indiquées à part en raison d’une certaine spécificité, même si la part des hommes politiques est à tout prendre assez limitée, à de notables exceptions près, dont l’un des principaux protagonistes de l’affaire Dreyfus, Joseph Reinach, dont nous avons utilisé la correspondance dans le cadre de notre première thèse8.

  • 9 Si elles offrent une dimension patrimoniale et conservent d’importants manuscrits – voir les volum (...)
  • 10 Où sont conservés les papiers de Waldeck-Rousseau étudiés dans sa thèse par P. SORLIN (Paris, A. C (...)
  • 11 À titre d’exemple, citons le Fonds Michel Debré, riche en manuscrits, au titre notamment de la cor (...)
  • 12 T. TELLIER, par exemple, mentionne ce lieu de recherche dans son livre cité sur Paul Reynaud, p. 8 (...)
  • 13 Auquel une importante biographie a été consacrée par F. LAFON, Paris, Fayard, 2006.
  • 14 Voir [En ligne] : http://www.lours.org

7Signalons, en troisième lieu, les manuscrits conservés par d’autres institutions de mémoire ou lieux de recherche, comme les archives du ministère des Affaires étrangères, celles des Assemblées9, de l’Institut10, la Fondation nationale des sciences politiques11, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine12, ou, de manière moins officielle, l’Ours (Office universitaire de recherche socialiste, installé 12, cité Malesherbes, où l’on trouve des archives, y compris manuscrites, de personnalités comme Guy Mollet13, Marcel Sembat, André Lebey ou Claude Fuzier14).

  • 15 Dans certains cas, la liste des papiers privés utilisés pour une biographie est particulièrement d (...)

8Last but not least, il convient de mentionner les fonds privés conservés par des particuliers15 et des collectionneurs, certains étant d’ailleurs en cours de versement, par donation ou vente. À leur sujet, la notion d’inventaire peut d’ailleurs être initialement très relative. Ce sont les archivistes, voire les chercheurs, qui mettent ces fonds en forme, voire en valeur – ce qui relève d’un des aspects d’un processus étudié plus loin. Il convient auparavant de s’attacher au type de documents que recèlent ces différents fonds.

2. Contenus

9Ils reflètent en partie la diversité des documents politiques, y compris dans leur matérialité, en fonction de la nature des fonds, plus ou moins complets et au sujet desquels on peut pratiquer des distinctions classiques (correspondance active et passive). Mais ce type de diversité, dont tiennent compte notamment les archivistes, n’est pas le seul.

  • 16 M. STEIN, «  Un homme parlait au monde ». Victor Hugo orateur politique (1846-1880), Paris, Champi (...)
  • 17 Celles-ci sont souvent évoquées dans des ouvrages sur les IIIe et IVe Républiques : par exemple P. (...)
  • 18 Voir le livre novateur de F. MONIER, La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales (...)
  • 19 Voir E. PHELIPPEAU, op. cit., notamment un passage de l’introduction intitulé «  Un conservateur.. (...)
  • 20 «  L’électeur écrit », La Dépêche, 20 mars 1933, repris dans Réflexions sur la politique, A. COMPA (...)

10Les critères et les analyses, correspondant à des appréciations divergentes dans certains cas, le plus souvent à l’échelle des individus, renvoient à la variété des idéologies et des cultures politiques, qui, il est vrai, sont souvent évaluées en fonction de discours publiés ou d’attitudes non exprimées par des manuscrits, mais que peuvent éclairer aussi des correspondances ou des notes. Celles-ci rendent aussi compte, pour une part, de parcours parfois contrastés correspondant à des ensembles abondants, manuscrits ou imprimés : que l’on songe par exemple à Victor Hugo, en tant qu’écrivain et homme politique16. Surtout, les traits politiques des manuscrits sont associés à diverses catégories d’écrits. Parmi eux, les correspondances des ministres et des parlementaires17, souvent très volumineuses, incluent des réponses à des doléances18. Certaines personnalités, comme le baron de Mackau, se montrent particulièrement attentives au classement des demandes et articulent correspondance et entretien de réseaux politiques – ce qui explique en partie la longévité de cet homme politique conservateur en tant que parlementaire de l’Orne19. Albert Thibaudet, plus généralement, évoquait d’ailleurs dans un article de 1933 l’intérêt de la correspondance et de son classement : «  La correspondance que reçoit un député donne l’image réelle et vivante d’un arrondissement. Si le parlementaire est ordonné, soigneux ou prudent, il la conserve, la classe, chaque lettre étant accompagnée, dans ses archives, de la copie de la réponse, et, s’il y a lieu, de la copie de la réponse ministérielle : «  Vous avez bien voulu attirer mon attention sur... »20. Il n’est pas certain que ce rituel ait à l’heure actuelle les mêmes caractères, mais le rapport entre électeurs et élus passe toujours par des formes de correspondances, fussent-elles électroniques, que traitent souvent des collaborateurs de parlementaires, à Paris ou dans des permanences électorales.

  • 21 On en trouve quelques exemples intéressants dans A.N., 400 AP : officiellement républicains ou du (...)
  • 22 Voir certains aspects de la correspondance de Joseph Reinach, évoqués dans notre thèse : par exemp (...)
  • 23 Évoqués notamment lors du colloque Barrès de Metz, en mai 2010 ; voir notre étude à paraître : «  (...)
  • 24 Voir B. FULIGNI, Petite anthologie des députés poète. L’Assemblée littéraire, Paris, Gingko, 2010, (...)

11Les correspondances peuvent aussi receler des évocations de manœuvres, des protestations de fidélité21 ou des confidences à des proches ou à des amis politiques, parfois à rebours de l’image que veulent se donner les parlementaires22. Les journaux personnels sont également révélateurs : souvent restés à l’état manuscrit, il arrive qu’ils soient publiés post mortem. L’exemple le plus connu, certes loin de se rapporter uniquement à la politique, est celui des Cahiers de Barrès23. Les brouillons de discours ou de témoignages solennels, ou encore les notes prises à l’occasion de réunions politiques, privées ou publiques, ne se situent pas sur le même plan. On trouve aussi, sur un tout autre registre, des écrits satiriques ou plaisants sur le monde parlementaire. Certains peuvent être consultés à l’état de manuscrit. Ainsi, la «  Chanson des journalistes parlementaires », due au député-poète socialiste des Bouches-du-Rhône Clovis Hugues24.

  • 25 Même s’il n’y est pas directement question de manuscrit, voir le livre d’A. PAGES, J’Accuse : 13 j (...)

12Par ailleurs, il existe des documents qui deviennent politiques, alors qu’ils s’inscrivaient initialement dans un autre champ : l’un des cas les plus célèbres est celui du «  bordereau » de l’affaire Dreyfus, faussement imputé à l’officier, et qui, publié sous forme de fac-similé, par Bernard Lazare, permet d’identifier Esterhazy en novembre 1897 et de relancer l’affaire. Politiques aussi sont des manifestes d’intellectuels, initialement manuscrits, comme la fameuse «  Lettre au président de la République » publiée en janvier 1898 sous le titre «  J’Accuse » par Clemenceau25. On le voit, le contenu des manuscrits politiques ne relève pas uniquement de l’analyse de caractères intrinsèques. Il peut être lié à une dynamique, qui n’est pas seulement tributaire de la chronologie traditionnelle des événements.

3. Usages

  • 26 Respectivement, pour les éditions les plus connues, chez Calmann-Lévy en 1914 et Grasset en 1938. (...)
  • 27 Dont la Correspondance générale est en cours de publication, sous l’égide de la Fondation Napoléon (...)
  • 28 Paris, A. Colin, 1970-1971.
  • 29 Publiés en deux volumes sous la direction de D. PESCHANSKI, Paris, CNRS Éditions, 1993.
  • 30 S. BRODZIAK et J.-N. JEANNENEY (éd.), Paris, Robert Laffont, 2008,
  • 31 Paris, Gallimard, 1984-1990, 6 vol.
  • 32 Parmi les publications les plus récentes, mentionnons J.-L. BARRE (éd.) Lettres, notes et carnets, (...)

13Beaucoup de manuscrits politiques dorment, selon l’expression usitée, dans des cartons et/ou des greniers. Nombre de personnalités politiques, du reste, ne sont pas étudiées d’après leurs manuscrits, mais d’après des écrits publiés. En outre, il est peu de grands épistoliers, ou tout au moins d’épistoliers reconnus, dans cette sphère d’activité. Néanmoins, des correspondances de figures majeures de l’histoire politiques ont été éditées il y a bien des décennies, dont celles de Jules Ferry et de Gambetta26. Ces dernières années, en dehors de figures majeures telles que Napoléon Bonaparte27 ou le général de Gaulle, peu de correspondances de personnalités politiques ont fait l’objet d’un travail de publication ou de réédition de grande ampleur. Les éditions critiques, au sens érudit du terme, sont rares, même si un exemple déjà un peu ancien peut être cité à travers l’édition par Pierre Nora et Jacques Ozouf du Journal d’un septennat de Vincent Auriol28 et si c’est le cas pour les Carnets de Marcel Cachin29 et pour la publication récente de la correspondance de Clemenceau30. Il existe également des éditions ou des inventaires spécifiques, relevant à la fois d’une présentation méthodique et d’une mise en valeur – la dimension manuscrite, il est vrai, n’étant guère soulignée, dans le cas d’anciens chefs de gouvernement, dans le cas des Œuvres complètes de Pierre Mendès France31 ou d’État, dans le cas du général de Gaulle32.

  • 33 Paris, Fayard, 1988.
  • 34 Paris, Fayard, 2001. Les principaux papiers se trouvent à la BnF, nouv. acq. fr., 15992 à 16063 : (...)
  • 35 François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir 1914-1940, nouvelle édition, Paris, Perri (...)
  • 36 A.N. : 189 et 190 AQ.
  • 37 Paris, Perrin, 1998. La même année, il a publié un Dictionnaire biographique et géographique du na (...)
  • 38 Voir G. KAUFFMANN, Edouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 535-534.
  • 39 Il en est bien d’autres, dignes d’intérêt, comme celles d’André Maginot par Marc Sorlot, Metz, Ser (...)
  • 40 Le livre a été publié en 2010 par les dossiers documentaires meusiens. On peut y lire notamment, p (...)

14Par ailleurs, l’utilisation de manuscrits constitue, pour autant que la documentation et l’époque étudiée le permettent, l’un des critères du sérieux, voire de la qualité, de biographies d’hommes politiques, genre toujours en vogue. On peut citer, à titre d’exemples, la biographie classique de Clemenceau due à Jean-Baptiste Duroselle33 ou celle, plus récente, de Poincaré par François Roth34. Mentionnons aussi l’étude de Jean-Noël Jeanneney sur François de Wendel, qui n’est pas exactement une biographie, mais repose sur une masse d’archives considérable35. Concernant les personnalités nationalistes, l’auteur du répertoire des archives de la famille et des entreprises de Wendel36, Bertrand Joly, un des meilleurs connaisseurs des archives d’histoire politique, a consacré une biographie à Paul Déroulède37. Signalons en outre un livre récent sur Edouard Drumont, polémiste antisémite, éphémère député d’Alger de 1898 à 1902, qui repose notamment sur des archives très diversifiées, alors même que Drumont avait ordonné dans son testament la destruction de ses papiers personnels, qui ont effectivement disparu38. Parmi les biographies de figures de l’histoire politique lorraine39, signalons celle d’un défenseur de la République, contrairement au précédent. Elle a pour auteur Jean-Pierre Harbulot : sous le titre Gaston Thiébaut. Le parlementaire meusien qui a dit NON à Pétain. Elle repose sur un vaste ensemble documentaire et reproduit des manuscrits40.

  • 41 F. AUDIGIER, Génération gaulliste. L’Union des Jeunes pour le Progrès - Une école de formation pol (...)
  • 42 J. POZZI, Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d’une famille politique, réseaux (...)

15Si les biographies constituent le genre le plus adapté à la mise en valeur, dans le texte même ou à travers des annexes et illustrations de manuscrits, il convient de souligner que certains travaux de recherche, à l’échelle de formations politiques contemporaines, continuent à recourir à des documents de ce type, au sens strict ou élargi : c’est le cas de la thèse publiée de François Audigier41, ou de celle, à paraître, de Jérôme Pozzi sur les organisations gaullistes42.

  • 43 Au premier chef Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing ; dans une moindre mesure, à l’heure (...)
  • 44 Jules Ferry. Aux sources de la République laïque, Épinal, Conseil général des Vosges, 2005. La par (...)
  • 45 Quelques fac-similés se trouvent dans le catalogue Entre Jaurès et Matisse. Marcel Sembat et Georg (...)
  • 46 Que ce soit à Lille, à Paris ou à Colombey-les-Deux-Églises.
  • 47 Voir notamment J.-M. BERLIERE et F. LIAIGRE, L’Affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification o (...)

16À la limite ou en-dehors du champ universitaire, il existe aussi des mises en valeur ou des éclairages en quelque sorte plus ponctuels, ou concernant différemment le public. Des colloques, d’abord, qui peuvent s’inscrire dans une série, reposent parfois, notamment lorsqu’il s’agit d’anciens chefs d’État43, sur le dépouillement et le traitement de sources originales, y compris manuscrites. De rares expositions relèvent aussi du premier cas de figure. Il n’est pas fréquent que des documents politiques y soient particulièrement mis en valeur. Certains, néanmoins, peuvent être intégrés à un hommage : ainsi, dans le cas de Jules Ferry dans les Vosges44 ou de Marcel Sembat, aux Archives nationales45. Dans leur diversité, ensuite, les commémorations ou les remémorations peuvent permettre de produire ou de présenter des documents, avec des enjeux plus ou moins apparents : le général de Gaulle, par exemple, est évoqué à travers de nombreux dispositifs mémoriels, dans lesquels les traces manuscrites ont leur place46. Le cas échéant des controverses apparaissent, dans le cas de l’évocation de la dernière lettre de Guy Môquet, fusillé à Châteaubriant en 1941, à laquelle le président de la République a voulu conférer une valeur symbolique, au-delà de la personnalité du jeune communiste victime de l’occupant, ce qui a donné lieu à des considérations sur l’usage pédagogique et l’instrumentalisation de ce document47. Plus récemment encore, il a été question des annotations figurant sur un exemplaire du statut des Juifs d’octobre 1940, ce qui a suscité des réflexions supplémentaires sur le rôle de Pétain et l’antisémitisme du régime de Vichy.

  • 48 Voir par exemple Le Monde, 18 décembre 2010, p. 16-17.
  • 49 Du reste, le fait de réunir des manuscrits peut correspondre, par commodité éditoriale ou en fonct (...)
  • 50 Souvent, ce n’est pas le principal lieu de conservation, loin s’en faut : voir la maison de Poinca (...)
  • 51 Lettres et manuscrits. Petits et grands secrets, Paris, Flammarion, 2010.
  • 52 Références relevées lors d’une visite du musée, le 9 octobre 2010.

17Parfois commentés, des documents politiques manuscrits peuvent aussi être exposés. Certains musées, dans leurs salles ou à travers des publications afférentes, contiennent également des textes de ce type. Mentionnons les salles concernant l’histoire de France, dans l’Hôtel de Soubise, cadre prévu pour un projet de musée, quelque peu controversé48 – pour des raisons qui ne tiennent pas à la place des manuscrits, mais d’une orientation relative à ce que d’aucuns nomment un «  roman national »49 – ainsi que des maisons d’hommes politiques disparus où se trouvent parfois des manuscrits50. Signalons aussi une initiative privée : le récent musée des lettres et des manuscrits, boulevard Saint-Germain, qui présente une ample sélection de documents51. La dimension politique, qui n’y est pas privilégiée – les lettres, les arts, voire les sciences, y ayant en revanche une place conséquente –, est surtout présente à travers les documents relatifs à l’histoire des règnes et des guerres, mais quelques pièces intéressantes peuvent être signalées ainsi, notamment une lettre de Gambetta à un général en février 1871, une missive de Thiers à Mac Mahon en date du 16 juin 1871 ; le discours à la jeunesse de Jaurès à Albi le 30 juillet 1903, reconstitué par l’orateur, qui parlait sans notes ; une lettre de Clemenceau datée de Versailles, le 22 février 1878 ; du même, le manuscrit autographe de «  Pour nos soldats » paru dans L’Aurore, le 4 août 1914 ; une lettre de Poincaré à Étienne Lamy, secrétaire perpétuel de l’Académie française, annonçant, après la fin de la guerre, qu’il allait assister de nouveau aux séances ; plusieurs lettres du général de Gaulle...52

18Même s’il est des exceptions, comme celle que nous venons de citer, des usages liés à des circuits commerciaux dans le cas de l’édition, ou encore des ventes d’autographes de personnalités, en général de premier plan et ayant participé à des événements internationaux, le caractère éventuellement lucratif des manuscrits politiques et a fortiori de leur reproduction est limité, du moins en ce qui concerne l’histoire contemporaine. Leur utilisation la plus visible relève d’une dimension publique ou para-publique, à des fins d’illustration ou d’édification. Encore faut-il qu’ils s’y prêtent, et que les mises en évidence ne procèdent pas d’une stratégie de communication trop voyante, à moins que le but recherché ne soit d’éveiller de nouveaux échos.

*

  • 53 Cette thématique du secret correspond aussi à un champ de recherche, qui repose sur l’utilisation (...)

19On a évoqué, dans plusieurs de leurs aspects, des gisements en grande partie inexploités mais aussi partiellement inexploitables, notamment selon les critères actuels, sauf exception, en termes marchands. Pour les plus récents, intervient aussi la difficulté d’accès qui tient en partie aux délais légaux de communication. Par ailleurs, l’archive sonore, l’image, le «  visuel », voire la trace télévisuelle et électronique, concurrencent en quelque sorte les manuscrits. Ils ont avec l’histoire et la mémoire des rapports complexes, entre reflets éphémères et constitution de nouveaux corpus. Il reste que bien des travaux d’histoire récents ou en cours font toujours, nécessairement, une place aux «  sources manuscrites » ou à leurs équivalents. Plus largement, il existe tout un héritage du manuscrit politique, dans la longue durée, et aussi selon l’idée – ou parfois l’illusion – que l’homme politique qui tient la plume révèle ou illustre, même involontairement, certains traits de l’époque dans laquelle il est situé. Il peut aussi exposer, sous le sceau de la confidence et à l’usage de correspondants nécessaires ou choisis, certaines méthodes, même si les données concernant le financement des activités politiques, par exemple, sont souvent peu accessibles. Il arrive – cela dépend aussi de la place qu’il occupe dans le circuit de diffusion des informations confidentielles – que lui soient divulgués sous une forme manuscrite des «  secrets »53 venus des coulisses ou relevant de «  l’envers de l’histoire contemporaine » ou de telle «  ténébreuse affaire ». Ce type de document peut fasciner, mais est destiné, dans la plupart des cas, à demeurer longtemps d’un accès malaisé. Plus généralement, en écrivant, même s’il faut faire la part du plaidoyer pro domo, une personnalité politique éclaire aussi sur certaines facettes de sa personnalité. S’il signe, tout simplement, au bas d’une banale missive, l’autographe demeure, mais parmi d’autres. Qu’il soit politique n’a pas toujours d’importance aux yeux de qui le possède ou le regarde. Si, en son temps, le paraphe a pu avoir significations ou conséquences, c’est plutôt l’apport des textes, dans leur diversité, qui retient l’attention de l’historien.

Notes

1 P. KARILA-COHEN, L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, PUR, 2008.

2 Archives nationales (A.N.) : reclassé dans la série F7.

3 Voir surtout l’État sommaire des fonds d’archives privées – Séries AP et AB XIX, Paris, Centre historique des Archives nationales. Parmi les nombreuses personnalités dont la correspondance est conservée et offre un intérêt particulier, citons Émile Combes (73 AP), Paul Reynaud (74 AP ; voir le livre de Th. TELLIER, Paul Reynaud - Un indépendant en politique, Paris, Fayard, 2005, p. 821), le baron de Mackau (156 AP ; voir E. PHELIPPEAU, L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, 2002), Berryer (223 AP), Raspail (250 AP), les fonds de la maison de France (300 AP) et Napoléon (400 AP), qui contiennent de précieuses correspondances politiques, André Tardieu (324 AP ; voir F. MONNET, Refaire la République. André Tardieu, une dérive réactionnaire [1876-1945], Paris, Fayard, 1993), Étienne Lamy (333 AP), Albert de Mun (378 AP), Joseph Paul-Boncour (424 AP), Alexandre Millerand (470 AP), Jules Moch (484 AP ; voir E. MECHOULAN, Jules Moch, un socialiste dérangeant, Bruxelles, Bruylant, 1999), Émile Ollivier (542 AP), Georges Mandel (544 AP), Edgar Faure (505 AP) et Alexandre Ribot (563 AP).

4 Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne xixe-xxe siècles, Paris, Klincksieck, 1977, notamment p. 563-564. Pour une période plus brève et une autre composante de la France de l’Ouest, voir aussi D. BENSOUSSAN, Combats pour une Bretagne catholique et rurale - Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006, p. 619-620.

5 Dans la sous-série 26 J ; une partie des archives se trouve en 317 AP.

6 Archives départementales des Vosges : inventaire, 1326 J, établi en 2000.

7 Tous les catalogues de cette très abondante série N.a.fr. n’ont pas été publiés. Ceux correspondant aux acquisitions récentes sont consultables à la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, galerie Mazarine. On peut noter la présence d’un Fonds Clemenceau en provenance du musée (28018 1 à 24), des papiers Fernand Labori, le célèbre défenseur de Dreyfus, un temps député (28046 86 à 149), Alfred de Falloux (28125, dont 252-263), Juliette Adam (28140 284 à 301), et du riche fonds Flandin, qui compte 142 boîtes (28201).

8 Joseph Reinach et la République (1856-1921), thèse de 3e cycle, Université Paris XNanterre, 1982, p. 655-661.

9 Si elles offrent une dimension patrimoniale et conservent d’importants manuscrits – voir les volumes réunis sous le titre Le patrimoine du Parlement, Paris, Flohic, 1996 – l’accès en est limité, mais les dossiers ont été utilisés dans le cadre de dictionnaires des parlementaires français (Robert, Bourloton et Cougny, Jolly, série de la Documentation française). Les notices, il est vrai, ne renvoient pas à des fonds d’archives, contrairement à celles du Dictionnaire biographique du mouvement français, dirigé par Jean Maitron, puis Claude Pennetier, qui contient d’intéressantes biographies de parlementaires de gauche et d’extrême gauche, ou aux dictionnaires publiés dans le cadre de l’enquête sur les parlementaires de la Troisième République, dont celui que nous avons dirigé sur la Lorraine (Metz, Serpenoise, 2006).

10 Où sont conservés les papiers de Waldeck-Rousseau étudiés dans sa thèse par P. SORLIN (Paris, A. Colin, 1966). Pour notre part, nous avons utilisé en partie les Archives de l’Institut dans notre étude, «  Les sénateurs inamovibles académiciens », J.-M. MAYEUR et A. CORBIN (dir.), Les immortels du Sénat, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 53- 65.

11 À titre d’exemple, citons le Fonds Michel Debré, riche en manuscrits, au titre notamment de la correspondance : voir l’inventaire, consultable sur http://centre-histoire.Sciencespo. fr/archives/fonds/michel_debré/html

12 T. TELLIER, par exemple, mentionne ce lieu de recherche dans son livre cité sur Paul Reynaud, p. 823.

13 Auquel une importante biographie a été consacrée par F. LAFON, Paris, Fayard, 2006.

14 Voir [En ligne] : http://www.lours.org

15 Dans certains cas, la liste des papiers privés utilisés pour une biographie est particulièrement détaillée : voir Ph. LEVILLAIN, Albert de Mun. Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au ralliement, Rome, École française de Rome, 1983, p. 41-56.

16 M. STEIN, «  Un homme parlait au monde ». Victor Hugo orateur politique (1846-1880), Paris, Champion, 2007, qui ne repose pas directement sur l’étude de manuscrits, mais renvoie notamment à l’édition des Œuvres complètes dirigée par J. SEEBACHER, Paris, Laffont, 1985 : voir le volume Politique, notamment pour Actes et paroles, notices et notes de M. Fizaine, J. Acher et M.-Ch. Bellosta.

17 Celles-ci sont souvent évoquées dans des ouvrages sur les IIIe et IVe Républiques : par exemple P. GUIRAL et G. THUILLIER, La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hachette, 1978, p. 116-118, A. GUERIN, La vie quotidienne au Palais-Bourbon à la fin de la IIIe République, Paris, Hachette, 1978, p. 27-29 et le plus ancien livre de F. MUSELIER, Regards neufs sur le Parlement, Paris, Seuil, 1956, p. 142. En outre, dans un ouvrage de synthèse récent concernant la IIIe République, figure un passage intéressant sur «  l’intervention parlementaire », évoquant les lettres et donnant un exemple, au début du xxe siècle, de «  formulaire préimprimé » : voir Y. BILLARD, Le métier de la politique sous la IIIe République, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, p. 151-155 (document p. 152).

18 Voir le livre novateur de F. MONIER, La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Edouard Daladier (1890-1940), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2007.

19 Voir E. PHELIPPEAU, op. cit., notamment un passage de l’introduction intitulé «  Un conservateur... de vieux papiers », qui n’en souligne pas moins l’ »  intérêt exceptionnel » de l’ensemble. Signalons aussi, à l’échelle locale, un ouvrage plus ancien concernant une personnalité plus connue : J. BOUSQUET-MELOU, Louis Barthou et la circonscription d’Oloron (1889-1914), Paris, Pedone, 1972.

20 «  L’électeur écrit », La Dépêche, 20 mars 1933, repris dans Réflexions sur la politique, A. COMPAGNON (éd.), Paris, Robert Laffont, 2007, p. 658.

21 On en trouve quelques exemples intéressants dans A.N., 400 AP : officiellement républicains ou du moins ralliés au régime, certains élus de tradition bonapartiste entendent se montrer fidèles à leur héritage lorsqu’ils écrivent, par exemple au tournant des xixe et xxe siècles, au prince Victor. Nous citons quelques cas de ce type dans notre thèse, Politique et poids du passé dans la France «  fin de siècle », Limoges, Pulim, 1999, par exemple ceux de Gaston Galpin, député de la Sarthe, p. 250 et d’Achille Fould, des Hautes-Pyrénées, p. 312.

22 Voir certains aspects de la correspondance de Joseph Reinach, évoqués dans notre thèse : par exemple, durant l’été 1907, il écrit à la marquise Arconati-Visconti, lorsqu’il séjourne à Digne, où il a été réélu en 1906 : «  Je m’embête furieusement ici. Mes électeurs m’aiment trop. Mais ils ne m’aiment point, hélas ! pour les mêmes raisons que vous. Cette République de quémandeurs ressemble à l’Empire comme deux gouttes d’eau ... sales » (Fonds Arconati- Visconti, bibliothèque Victor Cousin, Sorbonne, vol. 292, f° 7126 ; cité dans Joseph Reinach et la République, op. cit., p. 516) ; sur Mme Arconati-Visconti, voir l’article riche en citations de G. BAAL, «  Un salon dreyfusard, des lendemains de l’Affaire à la Grande Guerre : la marquise Arconati-Visconti », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1981, p. 433-463, ainsi qu’A. MARTIN-FUGIER, Les salons de la Troisième République. Art, littérature, politique, Paris, Perrin, 2003, p. 235-236.

23 Évoqués notamment lors du colloque Barrès de Metz, en mai 2010 ; voir notre étude à paraître : «  Barrès, les parlementaires et l’histoire ». Plus précisément, l’étude des Cahiers, même sous leur forme publiée (Paris, Plon, 1929-1957, 14 vol.), permet de rendre compte de certains aspects de ce que l’on pourrait appeler la «  forme-manuscrit ». Les tomes 5 à 10, notamment, contiennent l’ébauche d’un Livre du Parlement : voir la seconde partie de J. BECARUD, Maurice Barrès et la Parlement de la Belle Epoque 1906-1914, Paris, Plon, 1987. Signalons de plus la parution d’une réédition des Cahiers, présentée par A. COMPAGNON, Paris, Édition des Équateurs, t. 1, 2010.

24 Voir B. FULIGNI, Petite anthologie des députés poète. L’Assemblée littéraire, Paris, Gingko, 2010, p. 94-98.

25 Même s’il n’y est pas directement question de manuscrit, voir le livre d’A. PAGES, J’Accuse : 13 janvier 1898, Paris, Perrin, 1998.

26 Respectivement, pour les éditions les plus connues, chez Calmann-Lévy en 1914 et Grasset en 1938. D’un point de vue plus général voir R. SANSON, «  Les parlementaires vus par euxmêmes », J.-M. MAYEUR, J.-P. CHALINE et A. CORBIN (dir.), Les parlementaires de la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 347-349.

27 Dont la Correspondance générale est en cours de publication, sous l’égide de la Fondation Napoléon ; introduction générale de J.-O. BOUDON, Paris, Fayard, 2004-2009, 6 vol. parus.

28 Paris, A. Colin, 1970-1971.

29 Publiés en deux volumes sous la direction de D. PESCHANSKI, Paris, CNRS Éditions, 1993.

30 S. BRODZIAK et J.-N. JEANNENEY (éd.), Paris, Robert Laffont, 2008,

31 Paris, Gallimard, 1984-1990, 6 vol.

32 Parmi les publications les plus récentes, mentionnons J.-L. BARRE (éd.) Lettres, notes et carnets, Paris, Robert Laffont, 2010, 2 vol. parus (jusqu’en 1958).

33 Paris, Fayard, 1988.

34 Paris, Fayard, 2001. Les principaux papiers se trouvent à la BnF, nouv. acq. fr., 15992 à 16063 : voir la biographie citée, p. 669-670.

35 François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir 1914-1940, nouvelle édition, Paris, Perrin, 2004 : voir les p. 631-637 à propos des sources d’archives (dont les Cahiers de François de Wendel, qui légua une version dactylographiée à chacun de ses enfants).

36 A.N. : 189 et 190 AQ.

37 Paris, Perrin, 1998. La même année, il a publié un Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français, Paris, Champion, 1998.

38 Voir G. KAUFFMANN, Edouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 535-534.

39 Il en est bien d’autres, dignes d’intérêt, comme celles d’André Maginot par Marc Sorlot, Metz, Serpenoise, 1995 ou du commandant Driant par Daniel David, Thionville, Gérard Klopp, 2006.

40 Le livre a été publié en 2010 par les dossiers documentaires meusiens. On peut y lire notamment, p. 145, un extrait brouillon de la «  motion Badie », qui prélude au vote des «  80 » lors du scrutin du 10 juillet sur les pleins pouvoirs constitutionnels.

41 F. AUDIGIER, Génération gaulliste. L’Union des Jeunes pour le Progrès - Une école de formation politique (1965-1975), Nancy, PUN, 2005.

42 J. POZZI, Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d’une famille politique, réseaux, cultures et conflits, thèse de doctorat, université Nancy 2, 2008 ; voir la liste des sources, t. 4, p. 1092-1121.

43 Au premier chef Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing ; dans une moindre mesure, à l’heure présente, François Mitterrand. Sur un autre registre, signalons la publication récente d’un «  livre-objet » comportant quelques reproductions de manuscrits ou d’annotations : F. LECOEUVRE, F. PAVAUX DRORY, François Mitterrand, Paris, Le Marque Pages, 2010.

44 Jules Ferry. Aux sources de la République laïque, Épinal, Conseil général des Vosges, 2005. La part de l’imprimé, toutefois, y est bien plus importante que celle des autographes.

45 Quelques fac-similés se trouvent dans le catalogue Entre Jaurès et Matisse. Marcel Sembat et Georgette Agutte à la croisée des avant-gardes, Paris, Somogy, 2008. Par exemple, p. 37, un fragment d’une lettre de Rosa Luxemburg (A.N. : 637 AP 173) ; p. 42, une page du manuscrit autographe de Faites un roi sinon faites la paix, p. 52, un extrait des Cahiers noirs (conservés par l’Ours et publiés chez Viviane Hamy en 2007) dans lequel Marcel Sembat raconte, le 16 août 1914, comment il a appris l’assassinat de Jaurès et n’a plus tenu son journal pendant deux semaines, p. 54, deux pages de son agenda du 2e semestre 1914 (A.N. : 637 AP 1).

46 Que ce soit à Lille, à Paris ou à Colombey-les-Deux-Églises.

47 Voir notamment J.-M. BERLIERE et F. LIAIGRE, L’Affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, Paris, Larousse, 2009.

48 Voir par exemple Le Monde, 18 décembre 2010, p. 16-17.

49 Du reste, le fait de réunir des manuscrits peut correspondre, par commodité éditoriale ou en fonction de références culturelles ou politiques, à une présentation de ce type : voir l’ouvrage d’A. CHAULEUR et R. DRUET, De Dagobert à De Gaulle. Écritures de la France, Paris, Dessain et Tolra, 1985.

50 Souvent, ce n’est pas le principal lieu de conservation, loin s’en faut : voir la maison de Poincaré à Sampigny, dans la Meuse.

51 Lettres et manuscrits. Petits et grands secrets, Paris, Flammarion, 2010.

52 Références relevées lors d’une visite du musée, le 9 octobre 2010.

53 Cette thématique du secret correspond aussi à un champ de recherche, qui repose sur l’utilisation de sources inédites, dans le domaine de l’histoire du renseignement : voir par exemple O. FORCADE, La République secrète. Histoire des services spéciaux français de 1918 à 1939, Paris, Nouveau Monde, 2008 et S. LAURENT, Politique de l’ombre. État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fayard, 2009. Ces deux auteurs ont en outre publié : Général Louis Rivet-Carnets du chef des services secrets 1936-1944, Paris, Nouveau Monde, 2010. Sans doute à l’usage d’un large public, signalons aussi la parution d’un recueil : B. FULIGNI (dir.), Dans les archives inédites des services secrets. Un siècle d’histoire et d’espionnage français (1870-1989), Paris, l’Iconoclaste, 2010.

Auteur

Université Nancy 2

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540