Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 2. Le corpus, réalité archivistique ou construction intellectuelle ?

La collection des cours manuscrits d’Ancien régime de l’Université catholique de Louvain

Origines. Caractéristiques. Potentialités

Françoise Hiraux et Françoise Mirguet

Texte intégral

1Les Archives de l’Université catholique de Louvain conservent une collection de cours de l’Université ancienne de Louvain (1425-1797) dont l’ensemble constitue un patrimoine important à la fois par le nombre, la qualité codicologique et, bien évidemment le contenu philosophique, théologique et scientifique des 171 manuscrits qui le composent aujourd’hui.

2Consignant les matières enseignées, ces manuscrits documentent avant tout une histoire des connaissances et de l’enseignement universitaire à Louvain durant une période longue qui a vu l’humanisme médiéval, la Renaissance et l’émergence de la pensée scientifique et philosophique moderne. Mais, ces manuscrits, leurs milliers de pages et souvent une iconographie passionnante ont aussi une dimension très concrète. En analyser tous les aspects, reconstituer les conditions et les modes de leur production et de leur usage, c’est s’engager, de fil en aiguille et par croisement avec d’autres archives – les bâtiments dont Louvain est riche, les témoignages iconographiques, les sources normatives… –, dans l’exploration de la vie universitaire, du quotidien des professeurs et des étudiants durant 350 ans.

3Hier non moins qu’aujourd’hui, l’université n’est pas un monde clos : elle réfléchit une société, une économie, un système politique, un univers culturel. Le monde global, ses besoins et ses désirs infléchissent les critères du vrai au sein de la pensée la plus solitaire comme de l’institution la plus solide, marquent les nécessités et les priorités au nom desquelles une génération enseigne la suivante, façonnent les polarités vers lesquelles se tournent les étudiants et les chercheurs les plus curieux ou les plus ambitieux. Ainsi, les cours, corpus des textes tenus pour essentiels, peuvent-ils se révéler de bons indicateurs des attentes collectives à l’endroit de la formation universitaire et de l’intervention des membres de l’université dans les questions et problèmes du temps.

1. L’enseignement universitaire à Louvain

1.1. L’institution et son histoire

4Au début de l’été 1425, une volonté commune de créer une université à Louvain rassembla le duc de Brabant Jean IV, ses conseillers, le chapitre de Saint-Pierre et les édiles de la Ville. Le 9 décembre, la bulle Sapientie immarcessibilis signifia, sous l’autorité du pape Martin V, la naissance de l’université en lui accordant le droit de délivrer des diplômes. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, Louvain forma la plupart des dignitaires ecclésiastiques, des hauts fonctionnaires, des légistes, des magistrats, des avocats, des médecins des Pays-Bas, des dispositions légales en réservant le bénéfice ou l’exercice à ses diplômés.

5L’Université occupa une place considérable dans la vie de Louvain. À partir du xvie siècle, ses suppôts constituèrent 10 % de la population. Comme ses homologues, elle jouit de privilèges qui en faisaient un corps doté de pouvoirs et de droits. Cependant, la Ville qui lui avait cédé des bâtiments et rémunérait une grande partie des professeurs exerça un certain pouvoir à son endroit au cours des 150 premières années. Ensuite, amoindrie par les déchirements qui aboutirent à la division des Pays-Bas en provinces catholiques continuant de dépendre de l’Espagne et en République des Provinces-Unies protestantes, elle ne s’intéressa plus, par force, qu’à l’arrière-plan financier des réformes de l’enseignement universitaire.

6Ces troubles politiques et religieux paralysèrent l’université dans les années 1580. La reconstruction débuta à la faveur de la restauration générale qui intervint sous le principat des Archiducs Albert et Isabelle. Ensuite, les controverses philosophiques et théologiques autour de la grâce et du libre arbitre et les débats concernant les pouvoirs respectifs de l’Église et de l’État, du pape et des souverains, dominèrent la vie universitaire pendant tout le xviie siècle, y faisant intervenir Rome, les Jésuites, l’État, les professeurs.

  • 1 Loi du 3 brumaire an IV (24 octobre 1797) qui décida la réorganisation générale de l’enseignement (...)

7Durant la seconde moitié du xviiie siècle, le Gouvernement intervint de plus en plus directement dans la vie universitaire. De nombreux décrets de réforme inspirés par la volonté politique de Joseph II de moderniser les cadres de la société et d’unifier les institutions dans ses États touchèrent directement l’Université. Ces mesures heurtèrent le conservatisme de la majeure partie de la communauté universitaire dont l’opposition servit de prétexte à l’Empereur pour promulguer en 1788 un règlement qui ordonnait le transfert à Bruxelles de toutes les facultés mise à part celle de théologie. Plusieurs professeurs réfractaires furent démis. La révolution brabançonne de 1789 sauva provisoirement Louvain. Huit ans plus tard cependant, en octobre 1797, le législateur français1 signifia sa dissolution. Les livres et tout le matériel utilisable furent réquisitionnés en vue d’organiser l’École centrale de Bruxelles.

1.2. Les Facultés, les collèges et les pédagogies

8L’Université de Louvain constituait un studium complet au sens médiéval du terme. La Faculté des arts initiait aux fondements de la philosophie et des sciences naturelles. Cette propédeutique était implicitement le passage obligé pour accéder aux autres facultés et accueillait les trois quarts des étudiants. Jusqu’au xviiie siècle, Aristote y fit autorité ; seules les données de la foi primaient son enseignement. Au xviie siècle, l’enseignement s’ouvrit, par étapes, à la théorie de Copernic et à la pensée de Descartes, tout en observant constamment un souci de prudence dogmatique. Les derniers traités aristotéliciens disparurent des programmes en 1764 au profit de cours de philosophie inspirés de Descartes, de physique moderne et de mathématiques avancées. Une chaire et un laboratoire de physique expérimentale furent en outre créés en 1755.

9Fondé en 1518 à l’instigation d’Érasme et dévolu à l’enseignement du latin, du grec et de l’hébreu, le Collège des Trois Langues fut une pépinière de talents durant plusieurs générations, y compris parmi des étudiants de droit et de médecine tels que le fameux Vésale. Durant tout le xvie siècle, il contribua grandement à la renommée de Louvain.

10La Faculté de médecine ouvrit le 18 octobre 1426 avec un seul professeur. Les études duraient quatre ans, fondées sur l’étude d’Avicenne, de Rhases, d’Hippocrate et de Galien. En 1520, de nouvelles dispositions portèrent à deux le nombre de professeurs ordinaires, imposèrent des dissections dans la mesure où des cadavres seraient mis à leur disposition et établirent que les étudiants de dernière année assistent aux consultations des professeurs. En 1685, on y ajouta la chimie (mais son essor est postérieur à 1756) et la botanique en 1739. Cependant, les premières leçons cliniques, au lit des malades à l’hôpital de Louvain, ne datent que de 1775 et les formations chirurgicale et obstétricale demeurèrent très sommaires. Finalement, la Faculté compta huit professeurs. Elle fut constamment la moins peuplée de l’université, mais le nombre de licenciés progressa nettement à partir de 1680 et surtout au xviiie siècle où la société porta intérêt à la médecine.

11Deux facultés enseignaient respectivement le droit civil et le droit ecclésiastique, tout en rassemblant leurs forces dans le Collegium utriusque iuris dont les statuts furent élaborés en 1431 ou 1432. Les professeurs passaient souvent de l’une à l’autre et la plupart des étudiants obtenaient les grades dans les deux droits. Aux xviie et xviiie siècles, les étudiants juristes dominèrent en nombre ceux des autres facultés. Le droit romain structurait entièrement les matières civiles. Quant à l’enseignement du droit canon, après un parcours et des évolutions que l’on retrouve dans toute l’Europe, il prit au xviiie siècle un tour nettement politique d’affirmation de l’Église nationale vis-à-vis de Rome et de sympathie ou de refus à l’égard des réformes institutionnelles et de société promues par le Gouvernement autrichien.

12La Faculté de théologie compta cinq professeurs au départ, sept en 1546, puis neuf en 1596. La formation y était longue : dix ans à l’origine et finalement sept à partir de 1650, la plupart des étudiants s’en tenant toutefois au baccalauréat. Face à la naissance et à l’extension de la Réforme, Louvain devint le bastion de la lutte politique et religieuse catholique dans les Pays-Bas et le laboratoire de la nouvelle Église tridentine. La parution de l’Augustinus à Louvain en 1640 ouvrit, après une courte latence, 70 années de querelles pro- et anti-jansénistes qui pesèrent sur la vie de la Faculté et de l’Université, provoquant des conflits avec les Jésuites, des interventions de Rome, des déchirements internes, au milieu de méprises et de confusions entre doctrine de la grâce et morale, questions ecclésiales et défense des privilèges particuliers.

Fig. 1 : La pédagogie du Porc en 1650. Dessin aquarellé dans les notes de l’étudiant Jan Wouters (Louvain, M Museum)

13Les étudiants de la Faculté des arts, souvent âgés de 18 à 20 ans, mais parfois de 14 ou 15 seulement, logeaient obligatoirement dans une des quatre pédagogies : le Lis, le Faucon, le Château, le Porc. Il s’agissait d’anciennes maisons privées transformées en institutions d’enseignement dans les années 1440. C’est là que se donnèrent la plupart des leçons de la Faculté des arts tant en raison du manque de place au Vicus – le bâtiment donné par la Ville en 1426 – que de considérations de méthode.

14Des collèges furent fondés dès les premières années de l’Université afin d’assurer la résidence d’un certain nombre d’étudiants des facultés supérieures. Un fondateur achetait ou léguait une maison et constituait un capital pour l’entretien du bâtiment, la rémunération du président et du personnel domestique. Il constituait des bourses à l’octroi desquelles il attachait des conditions. Des abbayes prémontrées et cisterciennes construisirent leur propre collège à l’intention de leurs membres. Des collèges furent également créés comme séminaires dans la foulée des décisions du Concile de Trente et certains accueillaient des catholiques chassés de leur pays par la Réforme. Au moment de sa suppression en 1797, l’Université comptait 44 collèges et 872 fondations y attachées ainsi que 111 bourses volantes. Les présidents des plus grands collèges étaient des personnages puissants dans le paysage louvaniste.

1.3. Des professeurs, des étudiants, un mode d’enseignement

15Les juristes étaient les mieux payés. Mais, pour les professeurs ordinaires, le traitement ne constituait qu’une partie de leurs revenus à côté des droits d’examens et de présidences. Les avis juridiques, la pratique médicale et l’enseignement privé pouvaient également dégager des honoraires appréciables et éloigner durablement les titulaires de leur chaire. Un des privilèges de l’Université le plus âprement défendu accordait à ses membres de jouir de bénéfices ecclésiastiques sans devoir satisfaire à l’obligation de résidence.

16On distinguait les professeurs primaires et les professeurs secondaires, différence à laquelle correspondaient des prestations, des horaires et des traitements spécifiques. Dans les facultés supérieures, le corps enseignant était divisé en deux groupes de professeurs participant ou non au Collège restreint (collegium strictum) composé de quatre à huit maîtres. Les membres de celui-ci dirigeaient la faculté, rendaient un avis sur les nominations et étaient seuls habilités à faire passer les examens et à présider les divers actes académiques – disputes et répétitions solennelles – dont ils retiraient des revenus non négligeables. Ces avantages expliquent que l’accès en était pratiquement verrouillé et qu’un prétendant n’avait guère de chance s’il ne bénéficiait pas d’une protection.

17Lors du schisme religieux de l’Europe, la plupart des professeurs demeurèrent fidèles à Rome et restèrent à l’université. D’autres choisirent le luthéranisme et émigrèrent en Allemagne ; les calvinistes partirent dans les Provinces-Unies et les pays scandinaves. Inversement, des catholiques originaires de pays réformés vinrent enrichir les cadres de Louvain.

18Le reste était affaire de mobilité professionnelle. La Faculté des arts était grande. Beaucoup d’enseignants y commençaient fort jeunes leur carrière, souvent à moins de vingt ans, tout en poursuivant souvent des études dans une faculté supérieure qui leur ouvrait de nouvelles fonctions. Dans les autres facultés, la stabilité fut plus habituelle – sauf au début où les contrats ne dépassaient pas deux ou trois ans. Quelques professeurs de théologie devinrent évêques et quelques juristes furent nommés dans les grands conseils et les cours supérieures de l’État. L’inverse exista aussi : d’anciens titulaires de charges civiles ou ecclésiastiques furent nommés à Louvain. Aucune limite d’âge n’imposait de terme de la carrière. L’obligation initiale du célibat fut abolie pour les professeurs de droit civil et de médecine, mais les détenteurs de chaires financées par les prébendes, étant de droit chanoines, devaient rester célibataires. Les bulles Quoniam per (1427) et A supremo patrefamilias (1443) autorisèrent les membres du clergé séculier d’abord, régulier ensuite, à enseigner la médecine. Les professeurs de la Faculté des arts résidaient obligatoirement dans la pédagogie où ils enseignaient et y étaient co-responsables de la conduite des étudiants. Au cours du temps, se développa une véritable classe universitaire composée des professeurs mais également du personnel administratif dont les membres étaient liés par parenté à la bourgeoisie locale et au patriciat.

19Trente-cinq étudiants s’inscrivirent à Louvain en 1426. Une progression rapide marqua les dix premières années. Le nombre d’étudiants oscilla au xvie siècle entre 1 670 et 2 190 ; au xviie, entre 1 300 et 1 800. La plupart venaient des actuels Belgique et Pays-Bas et du Nord de la France. La sécession des Provinces-Unies tarit presque totalement l’ancienne liaison organique avec les Pays-Bas du Nord. La circulation des hommes et des idées devint suspecte et les autorités espagnoles – comme les autres un peu partout sur le continent – interdirent de fréquenter un studium étranger si bien qu’au début du xviie siècle, l’Université ne comptait plus que 4 % d’étudiants étrangers. Un redressement des inscriptions se dessina peu après 1700. L’apport principal venait des régions les plus peuplées, au semis urbain le plus dense. La majorité des étrangers étaient toujours les catholiques anglais, irlandais et hollandais.

  • 2 Le fait déborde largement le cas louvaniste. L’université en son commencement, à Bologne, à Paris (...)

20Le nombre d’étudiants nobles, d’abord faible, augmenta avec le succès de l’humanisme et l’engouement pour les études de droit2. Ils payaient des droits sensiblement plus élevés que les roturiers. Au xve et au début du xvie siècle, 14 % des inscrits furent déclarés « pauvres » et dispensés du versement de certains droits.

21L’Université exerçait en outre une forte attraction sur les communautés religieuses des Pays-Bas.

22Les étudiants étaient obligatoirement catholiques et devaient l’exprimer dans un serment imposé en 1545. À l’exemple de Paris, la Faculté des arts fut divisée en 1435 en quatre nations : Brabantia, Gallia, Flandria et Hollandia. Cette distinction, de caractère administratif et non géographique, permettait une répartition des emplois et des tâches dans un contexte institutionnel très formalisé. Plus tard, les étudiants se groupèrent en croisant leur provenance et l’orientation de leurs études : congrégation bruxelloise des artiens, étudiants anversois de la Faculté de droit, théologiens originaires des Provinces-Unies... Par ailleurs, la vie en pédagogie suscitait un puissant esprit de corps qui s’exprimait à chaque instant, et dont on retrouve précisément la trace dans les frontispices des notes de cours des étudiants. Vivat porcus ! s’exclame Jean-François Bossart qui réside dans la pédagogie à l’emblème du fameux suidé.

Fig. 2 : Frontispice des notes de cours de Jean-François Bossart, de Chimay, étudiant de la Faculté des arts à la Pédagogie du Porc, 1755- 1756 (Louvain-la-Neuve, Archives de l’UCL, C4)

23Les disputes, licences et autres moments académiques étaient rituellement l’occasion de repas, de libations et de bals. Les distractions de nature intellectuelle étaient rares. La danse et un grand nombre de jeux ou d’activités physiques étaient prohibés. Seuls les étudiants des facultés supérieures pouvaient fréquenter le cabaret, mais les étudiants des Arts étaient les plus turbulents et pratiquaient le bizutage. Par le prisme déformant des réglementations, on a surtout retenu les débordements, les bagarres. Il demeure que la violence qui existait dans la société était aussi présente parmi la communauté universitaire. Il n’y eut, durant tout le parcours de l’Université, que quelques frondes contre les professeurs et les autorités et peu d’actes politiques posés par les étudiants.

24L’enseignement comportait à la fois des cours magistraux et des exercices indispensables pour obtenir les grades. Le latin était la langue de l’enseignement. Les cours s’appelaient parfois dictata, lectura, commentarii. Le nom le plus général était lectio. Le professeur y glosait une proposition puis formulait et résolvait les problèmes et les objections possibles. Les programmes étaient fondés sur les autorités, c’est-à-dire les auteurs dont les théories ou les doctrines, consacrées par le temps, étaient gages de vérité et devaient être enseignées telles quelles. Dès lors, l’enseignant s’effaçait complètement devant son modèle.

  • 3 Étienne Gilson et Jacques Le Goff, dans deux projets différents, ont bien montré l’importance de l (...)

25Les disputes (disputationes), discussions de problèmes exposés au cours, familiarisaient les étudiants avec les subtilités de la dialectique. À la chaire supérieure, un professeur primaire présidait ; à la chaire inférieure, deux étudiants défendaient successivement une thèse ; les autres écoutaient. Une discussion générale s’engageait puis le président concluait le débat en fournissant sa solution (determinatio). Les disputes les plus célèbres et les plus suivies étaient les « quodlibétiques » (quæstiones quodlibeticæ) dans lesquelles l’orateur, donnant la pleine mesure de son talent, était soumis à des questions sur « n’importe quel sujet ». Cette pratique mérite réflexion. Dans les universités de deuxième ou de troisième génération comme le fut Louvain fondée au xve siècle, le bénéfice principal de son exercice fut d’éveiller la vivacité d’esprit des étudiants et d’affiner leur logique d’argumentation au détriment – que nous supposons a posteriori sous l’influence du paradigme scientifique – de la recherche personnelle et de l’esprit critique. Mais il faut se rappeler le saut qualitatif primordial que la quæstio a représenté aux xiie et xiiie siècles. Mettre en question – dans notre langage : mettre en hypothèse –, c’est interroger, chercher, explorer avec les forces de l’intellect humain, par distinction – sinon opposition – avec l’acceptation de la révélation et des dogmes3.

26Des répétitions étaient également organisées pour réviser la matière. Mais, débordant peu à peu les exercices et les répétitions, la pratique des leçons privées, données par des professeurs ou des répétiteurs, se généralisa et finit, au xviiie siècle, par concurrencer l’enseignement dans les Facultés de médecine et de droit.

27En médecine, les dissections avaient lieu aux Halles et intervenaient toutes affaires cessantes lorsqu’une occasion se présentait. En pratique, seuls les corps des condamnés à mort étaient susceptibles d’être livrés à l’étude. La carence était encore plus manifeste pour l’étude de l’anatomie féminine. Dès lors, le plus souvent, les dissections s’opéraient sur des animaux. Lorsque Vésale exécuta des dissections en 1537, cela faisait dix-huit ans qu’une telle opération n’avait plus été pratiquée. Cependant, les cours d’anatomie suscitaient un grand intérêt et il arriva que des personnes extérieures paient un droit d’entrée pour assister à une démonstration. En 1663, la Faculté acheta cinq cadavres embaumés et se dota, en 1744, d’un théâtre anatomique qui lui permit de soutenir la concurrence d’autres universités.

28La Faculté des arts s’opposa à la construction du théâtre anatomique parce qu’elle cherchait à financer ses propres projets de physique expérimentale, tandis que la Faculté de théologie convoitait le même budget aux fins d’améliorer la condition financière de ses docteurs. Finalement, c’est un règlement du Gouvernement qui institua le cabinet de physique expérimentale en 1755. Des démonstrations y avaient lieu durant trois mois à raison de deux cours de deux heures par semaine. Des élèves libres étaient admis. Comme les étudiants, ils s’acquittaient pour cela d’un droit d’entrée.

2. Le cours, ses conditions de production et sa structuration

2.1. Un parti pris d’enseignement

  • 4 Albert D’HAENENS, Que faisaient les étudiants à partir du xve siècle, des textes qu’on leur imposa (...)

29Les cours reposaient structurellement sur le respect des autorités et les examens imposaient la restitution fidèle et parfois littérale, en tout cas fortement conventionnelle et formalisée, d’un certain nombre de textes. L’étude consistait dès lors à mémoriser de façon à pouvoir les connaître et réciter par cœur. Certains, dans ce contexte, ont formulé l’hypothèse que l’assimilation des matières a pu être stimulée par la copie personnelle de ces textes4.

  • 5 A. VAN BELLE, La Faculté des arts de Louvain. Quelques aspects de son organisation au xve siècle, (...)

30Par ailleurs, les étudiants étaient tenus d’apporter aux cours et aux exercices les textes composant la matière qui y serait envisagée5 : ce sont les cahiers que les étudiants tiennent sur leurs genoux dans les scènes d’enseignement dont nous disposons. Parmi tous, le dessin que nous devons à l’un des premiers étudiants louvanistes, l’écossais George Lichton, est particulièrement suggestif. Le professeur, dans sa cathèdre, se réfère au texte d’une autorité, ce que souligne métaphoriquement l’index qu’il pointe vers le lutrin. Les étudiants, assis au-dessous de lui – certaines sources évoquent de la paille répandue à même le sol, d’autres parlent de bancs – suivent à partir de leur copie.

Fig. 3 : Dessin de George Lichton (Aberdeen, University Library, ms 109, 1467, fol. 51)

31Certains étudiants achetaient leurs cours à un devancier ; d’autres les tenaient de leur père ou d’un oncle. La majorité devait se les constituer par copie. L’introduction de l’imprimerie ne changea pas fondamentalement la situation.

  • 6 M. SMEYERS, « De Leuvense boekdrukkunsten de Universiteit, 1473-begin 17de eeuw », Varia Historica (...)
  • 7 V. BRANTS, « Un cours de droit au xviie siècle. Tractatus de reditibus annuis de Gérard de Coursel (...)
  • 8 Ibid., p. 72.
  • 9 K. HEIREMAN, op. cit., p. 150.

32En 1477, le Professeur Jan Block emprunta un traité de rhétorique de Cicéron à la bibliothèque de la Faculté des arts pour le faire dicter6. Valère André dresse dans ses Fasti le portrait d’un professeur de droit du début du xviie siècle en signalant que « tantôt il dictait, tantôt il parlait » (horas continuas, qua dictando qua disserendo)7. En 1707, le juriste Diodore Tulden consacra une partie du discours d’ouverture d’un de ses cours (oratio auspicalis) aux mérites comparés de la dictée et de la parole. Dans le De methodo docendi discendique commodissima de son exposé, il exposa la supériorité du texte imprimé complété par des explications orales par rapport à la dictée8. Si l’on suit Kamiel Heireman, la prise de notes exista également : « Dictare, dicter, ne doit pas être compris dans son sens actuel. Il signifiait aussi donner cours, rédiger des dictata, équivalent à nos cours actuels9. » Une étude des écritures, posées ou cursives, devrait détailler les cas.

2.2. Le travail des étudiants

  • 10 A. D’HAENENS, op. cit. ; M. SMEYERS, « Een collegeschrift van de oude Leuvense Universiteit (1481- (...)

33Dans la majorité des cas, on ignore concrètement comment les étudiants ont constitué leurs notes. Albert d’Haenens, s’appuyant sur une étude de Maurice Smeyers, a tenté une reconstitution10. La transcription comprenait plusieurs opérations : la copie proprement dite ; la correction ; l’indication des paragraphes et le résumé de certains passages dans les marges ; la rédaction des colophons. S’ajoutaient parfois des interventions regardant l’illustration de la matière et l’ornementation des pages.

  • 11 A. D’HAENENS, op. cit., p. 405.

34On ne transcrivait pas toute la matière en une fois, mais progressivement, au fil du déroulement de l’année, et en faisant progresser simultanément plusieurs parties, par exemple le cours du professeur primaire, celui du professeur secondaire et les exercices. Chacune était inscrite sur des cahiers distincts, de trois, cinq ou six feuilles, classés et reliés au terme du cycle d’enseignement. Parfois un colophon identifie un bloc de texte, le date et indique sa place dans l’ensemble11. Ce long travail visait, à l’estime d’Albert d’Haenens, « l’appropriation et l’intégration d’une information, d’une matière que l’on ne pouvait se contenter de lire et de relire seulement à haute voix : pour la ‘retenir’, la ‘comprendre ; il importait qu’on la ‘vît’ bien, qu’elle signifiât clairement par le regard ». La mise en page aurait ainsi contribué à rendre plus familiers les textes que les étudiants avaient à étudier par cœur.

  • 12 Parmi les exemples les plus fameux pour Louvain, on relèvera le Liber de Marcus Fugger de 1546, co (...)

35Après leurs études, les étudiants prêtaient ou vendaient leurs cours. Le plus souvent, ils les conservaient, afin qu’ils témoignent, comme le diplôme, de leur condition universitaire. Au-delà, les manuscrits entraient dans le patrimoine familial au sein duquel ils constituaient un objet de fierté et un repère lignager. Au gré des destinées, certains gagnèrent ensuite les collections privées ou publiques de manuscrits et d’archives. Il se peut aussi que certains manuscrits, véritables objets de luxe chargés d’images et d’ornementations, n’aient pas servi à étudier, leur emploi s’apparentant à celui d’album de souvenirs du temps universitaire, à l’instar des fastueux libri amicorum que l’on retrouve aujourd’hui dans le patrimoine de maintes universités anciennes12.

3. La collection

36Les cours de l’Université ancienne des Archives de l’Université catholique de Louvain appartiennent à la collection C, une dénomination qui fut adoptée en 1962 lorsqu’on spécifia un Département des manuscrits et des archives au sein de la Bibliothèque de l’Université. Après la séparation officielle de l’Université catholique de Louvain et de la Katholieke Universiteit Leuven par la loi du 28 mai 1970, la Commission chargée du partage du patrimoine répartit les manuscrits de la collection entre les deux universités selon l’origine des donateurs.

3.1. La constitution de l’ensemble

  • 13 E. de MOREAU, La bibliothèque de l’Université de Louvain 1636-1914, Louvain, Fonteyn, 1918, p. 50- (...)

37Les cours manuscrits constituent pour l’institution universitaire une archive récente. Ni les archivistes de l’ancienne Université (1425-1797) ni leurs homologues de l’Université catholique au xixe siècle n’eurent la préoccupation systématique de les rassembler. Leur conservation en des mains privées – essentiellement les descendants des étudiants qui les avaient élaborés, des bibliothèques de séminaires et des collèges – leur valut d’échapper à la destruction dans l’incendie du 25 au 26 août 1914 qui anéantit les manuscrits, les imprimés, les archives et le patrimoine réunis aux Halles universitaires. Les liste de quelques manuscrits […] et liste des principales archives de l’ancienne Université qui ont péri […] reconstituées par Édouard de Moreau le confirment, tout en signalant neuf pièces détruites directement liées à l’enseignement13.

  • 14 Selon l’usage classique, il intégra les cours dans la collection générale des manuscrits : L. LECL (...)

38Un gros effort fut consenti dans l’Entre-deux-Guerres afin de créer une collection de cours de l’ancienne Université. Après la destruction de la nouvelle bibliothèque en mai 1940, le chanoine Léopold Leclercq, bibliothécaire adjoint, entreprit de reconstituer une collection avec les manuscrits qui avaient échappé aux flammes et les acquisitions des années 1940 et 1950. Il réalisa la première description de l’ensemble14.

  • 15 A. D’HAENENS, Catalogue..., op. cit., p. II et V.
  • 16 Pour une histoire détaillée de la collection, voir F. MIRGUET, F. HIRAUX, Collection des cours man (...)

39Le catalogue établi en 196415 donne un tableau des entrées et indique que la majorité des 100 cours que comptait alors la collection provenait de dons. Il signale la générosité de directeurs de séminaires et de collèges d’enseignement secondaire qui offrirent à l’Université des cours qui s’étaient retrouvés dans la bibliothèque de leur établissement à la suite de dons et de legs, autant d’indices de l’importance culturelle dont ils bénéficièrent longtemps localement. Mais, ces trente dernières années, pas un seul don n’est intervenu. Les cours qui ont enrichi la collection ont été achetés, principalement en librairie mais aussi auprès de particuliers et d’institutions catholiques. Onze cours ont été joints à la collection à partir du Fonds Spoelberch et du Fonds Schotte, conservés aux Archives de l’UCL. Quatre ont fait l’objet d’échange. Un cours est en dépôt. On manque d’information à propos de trois cours16.

3.2. Les manuscrits

40En 2010, la collection comprenait 171 manuscrits. Il s’agit de notes de cours d’étudiants, parfois illustrées, toutes en latin, concernant l’enseignement à l’Université de Louvain (1425-1797). La plus grande partie regarde la Faculté des arts et ses quatre pédagogies (le Faucon, le Porc, le Lis et le Château). Les Facultés de droit civil et de droit canonique, de médecine et de théologie sont également documentées. La collection comporte aussi des cours privés et des cours de trois collèges d’enseignement secondaire qui dépendaient de l’Université (Collège d’Ath, Collège de Mons et Collège de la Sainte-Trinité). La majorité date du xviiie siècle.

  • 17 E. CLEENEWERCK DE CRAEYENCOUR, La Faculté des arts de Louvain au xviiie siècle. Organisation et fo (...)
  • 18 B. VAN TIGGELEN, « Les réformes dans l’enseignement des sciences à la Faculté des arts de Louvain (...)
  • 19 C. BRUNEEL, « Au cœur des réformes : la Faculté de médecine de Louvain dans le dernier quart du xv (...)

41On y trouve aussi quelques cours imprimés : Elementa arithmeticæ et algebræ, 1782 (C 122, C 153), Geometria elementaria et practica, 1774 (C 170) et 1784 (C 123, C 153), Elementa opticæ et perpectivæ, 1775 (C 134, C 152, C 166), Elementa calendarii ecclesiastici, 1776 (C 152). On signalera à cet égard que si l’on connaît des cours édités par un professeur ou ses héritiers, il manque une étude qui apprécie leur importance. Les manuels imprimés demeurèrent rares. Quelques-uns apparurent à la Faculté des arts en 1775, tandis que se développait un mouvement d’idées en leur faveur17. Deux ans auparavant, un rapport du Chancelier de l’Université, l’abbé de Marci, avait proposé de stimuler l’édition en invitant la Faculté à dépasser la crainte d’être suspectée de rendre les études trop faciles18. En 1787, Ferdinand de Melly suggéra à son tour, dans un rapport sur la Faculté de médecine, d’appuyer l’enseignement sur de bons manuels imprimés19.

Répartition chronologique des manuscrits

Répartition chronologique des manuscrits

Répartition facultaire des manuscrits

Répartition facultaire des manuscrits

Répartition thématique des manuscrits

Répartition thématique des manuscrits

3.3. Des potentialités d’utilisation pour les chercheurs

42Les matières consignées dans les manuscrits de cette large collection et la façon dont les enseignants en ont traité constituent un champ de recherche encore peu exploité, mais riche de potentialités.

43Il s’agit bien entendu d’abord des contenus. Si l’on peut poser – avant une vérification plus sérieuse – qu’Aristote dut être enseigné partout de la même manière, il n’en fut pas de même sur d’autres terrains, plus sensibles et quasiment politiques tels que la question débattue au xve siècle de la prééminence dans l’Église du pape ou des conciles, et plus tard, au milieu des conflits suscités par les positions jansénistes, de celle des rapports de pouvoir entre Rome et les Églises nationales, c’est-à-dire aussi entre l’Église universelle et les États à l’âge des Lumières.

  • 20 C. CHARLE, J. VERGER, Histoire des universités, 2e éd., Paris, PUF, 2007, p. 31-32.

44Nous pensons aussi à l’analyse que ces manuscrits permettent de conduire, et notamment à celle qui concerne la diffusion et la réception des idées nouvelles parmi le monde universitaire et, à la suite, parmi une petite classe de lettrés dont l’historien Jacques Verger a montré toute l’importance sociale nonobstant sa faiblesse numérique20. Pour en donner un exemple, on s’aperçoit ainsi que, vers 1670, certains cours de physique – une matière de la Faculté des arts – exposent les trois systèmes cosmologiques de Ptolémée, de Tycho Brahé et de Copernic et Descartes, ce qui constitua une façon d’introduire la théorie nouvelle sans paraître remettre en question le savoir autorisé. Le mouvement, ponctué par des avances et des moments de cabrement traduits par des interdictions d’enseigner, aboutit finalement à un changement assez énorme : Aristote qui avait dominé l’enseignement universitaire depuis sa fondation tendit, à la fin du siècle, à passer du rang d’autorité à celui de patrimoine, à la fois héritage et témoignage. Il cessait de tout fonder.

Fig. 4 : Le système cosmologique de Copernic et Descartes dans les notes de l’étudiant Jean-Emmanuel Van Parijs du cours de physique de François Graven et Ignace Damas professé à la pédagogie du Lis en 1670-1761 (Louvain-la-Neuve, Archives de l’Université catholique de Louvain, C 6, fol. 24)

45Un paragraphe dans ce manuscrit rappelle que, depuis 1620, les idées condamnées par l’Église « peuvent être discutées dans les écoles à titre d’hypothèse ».

46L’histoire de l’Université de Louvain, de ses professeurs et de ses diplômés, croise, dans les Pays-Bas, plus tard les Pays-Bas méridionaux, l’émergence de la raison d’État, les politiques des administrations successivement bourguignonne, espagnole et autrichienne. Dans l’ordre de la pensée et de la civilisation, l’aventure louvaniste résonne, en sens divers, de la spiritualité de la devotio moderna, du projet humaniste, de la rigueur tridentine, de l’exigence janséniste ; de la découverte des océans et des outre-mer ; des avancées du savoir anatomique humain, des révolutions épistémologiques copernicienne, rationaliste et cartésienne et même empiriste.

3.4. Le cas particulier de l’iconographie

  • 21 Louvain-la-Neuve, Archives de l’UCL, C 165 (1680-1681).

47Certains manuscrits comportent des iconographies de plusieurs genres et de techniques différentes : des dessins, schémas et croquis à la plume, des planches gravées réalisées par des imprimeurs et des planches dessinées à la plume sur le modèle de prototypes gravés. Il arriva en effet que des étudiants s’ingénient à imiter ces gravures à la main. Ainsi dans les notes d’Albert Boone du cours de physique donné par Léger-Charles De Decker à la pédagogie du Château en 1680, trouve-t-on, entre beaucoup d’autres illustrations, un schéma dessiné du Modus quo sit respiratio, réplique mimétique d’une gravure fréquemment utilisée. Caractères d’imprimerie, traits gravés… tout y est repris avec soin, y compris la mention de l’imprimeur supposé, en fait le nom de l’étudiant lui-même : apud Albertum Boone21.

48Nombre de dessins tenaient dans les marges, les bas de page, des plages vides ; mais certains occupèrent des pleines pages. La plupart étaient réalisés à la plume dans la même encre que le texte ou dans une encre de couleur ; une minorité le fut à l’aquarelle. On les attribue le plus souvent à l’étudiant, mais on repère parfois plusieurs mains (S’agit-il de l’intervention d’étudiants amis ?) ou l’œuvre de professionnels.

  • 22 On ne trouve aucun dessin ni gravure scientifiques dans les cours d’éthique et de métaphysique.
  • 23 Selon l’appellation ancienne : Tabula oppositorum ou Arbor Porphyri.

49Dans certaines matières22, surtout la physique et la logique, le texte était généralement doublé de dessins qui devaient faciliter la compréhension : pont aux ânes et carré logique23 en philosophie, figures anatomiques et schémas visualisant l’action des forces en physique... Au passage, il importe de situer correctement la production et le sens d’une partie de ces dessins scientifiques, coupes anatomiques en physique (Faculté des arts) et en médecine et descriptions de manipulations en physique… Ces croquis, figures et schémas n’ont pas été réalisés au cours. Souvent même, ils ne sont la trace, ni directe ni indirecte, d’aucune démonstration dans l’auditoire, le professeur s’en tenant à la description verbale d’une expérience idéale, sorte de ‘cas’ comme on les affectionnait dans la pensée et la discussion anciennes.

Fig. 5 : L’arbre de Porphyre, schéma pratique pour l’exercice de la logique et de la dialectique. Louvain-la-Neuve, Archives de l’UCL, C 24 (1698- 1699), C 86 (1525-1526) et C 18 (1790)

50L’enseignement scolastique repose fondamentalement sur la logique et la dialectique. Nonobstant leurs limites et leur sclérose progressive, celles-ci ont permis aux premiers universitaires d’inventer la « question » (quaestio), cœur et moteur de la recherche scientifique.

  • 24 M. Hayé, L. Blendeff et P. Denique, respectivement présents dans les manuscrits C 165 (1680-1681) (...)
  • 25 Exemples dans le C 4, C 6, C 75, C 175 (planches gravées) et C 165 (dessin d’Albert Boone).

51Les gravures, scientifiques ou ornementales, apparaissent dans les cours au xviie siècle. Les étudiants les acquéraient auprès de libraires-imprimeurs. Elles étaient généralement anonymes. Cependant on connaît Charles Becker, dessinateur et graveur qui eut un atelier à Louvain pendant la deuxième moitié du xviie siècle. Ses planches étaient toujours prisées en 1775. Quelques libraires-imprimeurs, comme Pierre Denique et Michel Hayé, se spécialisèrent dans la vente des vignettes. Certains schémas connurent une grande longévité : celui de la circulation sanguine fut produit, sans modification, par trois imprimeurs successifs24. Toutefois, la réforme des matières de 1764 dans l’enseignement de la Faculté des arts signifia l’abandon de planches qui avaient traversé les générations. C’est le cas, par exemple, du Modus quo sit respiratio, une figure du curriculum cartésien illustrant le De corporibus viventibus de la première partie (pars prima) du cours de physique25.

Fig. 6 : À gauche, schéma de la respiration, dessiné à la plume, dans les notes de l’étudiant de Juste-Henri Grondel du cours de physique des professeurs Hubert Cornet et François-Antoine Graven à la Faculté des arts, Pédagogie du Lis, 1746. À droite, planche gravée présentant le même schéma dans les notes de l’étudiant Jean-Emmanuel Van Parijs du cours de Physique des professeurs François-Antoine Graven et Ignace Damas à la Faculté des arts, Pédagogie du Lis, 1760-1761 (Louvain-la- Neuve, Archives de l’UCL, C 28, fol. 112 et C 6, fol. 229).

52Le corps humain et sa physiologie faisaient partie des matières du cours de physique de la Faculté des arts. Cette pratique s’appuyait sur les textes d’Aristote et son projet de mettre en évidence la réalité et l’autonomie du monde créé, ainsi que la dignité de l’homme, quoi qu’il en soit de leur distinction essentielle d’avec Dieu, leur créateur.

53L’ensemble des cahiers était généralement précédé d’un frontispice, tandis que des titres et des initiales identifiant les parties et les situant par rapport à l’ensemble étaient apportés dans les espaces vierges ménagés entre les phrases, les alinéas, les chapitres et les livres au moment de la copie. Souvent, ces repères étaient tracés dans des couleurs et des caractères différents. Certains même faisaient l’objet d’un travail graphique et pictural : les initiales amplifiées devenaient des arabesques enroulant des motifs en abyme tandis que des encadrements, des rubans, des guirlandes de fleurs et des suites d’animaux magnifiaient les titres.

54L’habitude se prit aussi d’introduire des images, dessins et aquarelles sans rapport avec la matière qui servaient d’embellissement et de personnalisation du manuscrit. Les thèmes sont libres et apparemment non liés à des modèles : scènes de la vie quotidienne étudiante, paysages, éléments urbains de Louvain, figures religieuses, fleurs, animaux, éléments fantasmagoriques… La gravure ornementale apparut également dans les manuscrits de cours au début du xviie siècle. Les frontispices en constituent un type fort en usage. Leur structure tient, d’une part, en un encadrement gravé fait de traits et de figures – parmi lesquelles les emblèmes des pédagogies – et, d’autre part, en un centre vide destiné à l’indication manuscrite du titre, éventuellement complétée par le nom du ou des professeurs, celui de l’étudiant, une date… Parmi les autres vignettes, on retrouve des thèmes ou des styles à la mode et des reprises, plus ou moins modifiées, d’œuvres célèbres. L’étudiant personnalise parfois le frontispice et les gravures par des couleurs et des dessins supplémentaires. Ces dessins, sans rapport avec l’enseignement, ont aussi leur richesse documentaire. Ils nous ménagent un accès vers la réalité psychologique et sociologique de la jeunesse universitaire d’Ancien régime que l’on peine parfois à apercevoir entre la copie des matières sans écart permis et le portrait accusateur des règlements. La population étudiante était jeune, surtout celle des Arts ! Elle rêvait le monde en toute innocence, avant de s’y confronter.

Fig. 7 : Quelques figures de libre imagination : couple en habit de cour (1702-1704) ; artilleur (1770-1771) et scène de chasse (1652-1653) (Louvain-la-Neuve, Archives de l’UCL, C 175, cahier 10 ; C 205, frontispice et C 2, fol. 47)

*

55Depuis un certain temps déjà, l’histoire des universités a résolument dépassé les limites de la commémoration des établissements et transgressé en son large domaine les cloisonnements en sous-spécialités. Les synthèses et les monographies abondent. Les chantiers demeurent cependant ouverts, tant il est vrai que l’actualité nationale, européenne et mondiale appelle une élucidation renouvelée et de long terme du projet et de la réalité universitaires. Les 171 manuscrits de la collection des cours d’Ancien régime conservés aux Archives de l’Université de Louvain s’offrent comme matériaux à ces nouvelles analyses en vertu de deux orientations que nous proposons ici en guise de conclusion.

56La première concerne l’intérêt d’une collection. Le travail historien sait aujourd’hui tout le parti de la série pour conduire une analyse qui fasse droit à la structure comme à l’évolution, sans réduction schématique. La collection CI des Archives de l’UCL n’est pas complète – ce n’est pas de son ordre – mais exceptionnelle riche. Elle autorise toutes les recherches sur l’histoire de l’enseignement et de la pensée universitaires, leur visée et leur objet, leur pratique et leurs effets, du début du xve à la fin du xviiie siècle à Louvain d’abord, mais aussi en Occident par des démarches comparatives.

57Enfin, deuxième et dernier point, chaque item de la collection recèle une valeur intrinsèque parce qu’il est manuscrit, c’est-à-dire fait par la main d’un homme, et témoigne de l’activité d’un individu, étudiant les leçons d’un maître et se coulant dans les pratiques d’un groupe, pédagogie ou faculté. De ses enthousiasmes et de ses goûts. De ses ardeurs et de ses routines. De ses motifs de fierté et parfois de vanité. À l’occasion, de ses amitiés et affinités car il arrive que plusieurs mains composent les cahiers et leurs illustrations. Les signes de l’individualité restent certes rares et discrets, mais ils sont, pour l’essentiel, les seuls dont nous disposions. Les effusions d’un Jean de Meung sont rarissimes et l’époque n’était pas encore venue du récit de soi que l’on découvrira au xixe siècle.

Notes

1 Loi du 3 brumaire an IV (24 octobre 1797) qui décida la réorganisation générale de l’enseignement supérieur dans la République et le décret de l’administration centrale du département de la Dyle du 4 brumaire (25 octobre) qui s’ensuivit.

2 Le fait déborde largement le cas louvaniste. L’université en son commencement, à Bologne, à Paris et à Oxford, rassemble des hommes qui épousent les idéaux urbains et professent leur détestation de l’ordre féodal et de la classe guerrière. Le terme même d’université, rappelons le, signifie la communauté – entendons : la corporation – de maîtres et d’étudiants rassemblés dans une cité, défendant l’exercice de leur « métier » à grand renfort de droits exclusifs d’obligations dans le cadre général des luttes communales. Ni leur profil sociologique ni leur vision du monde ne peuvent attirer les tenants de la noblesse. L’université ensuite évolue : les maîtres, comme les marchands les plus aisés, aspirent au statut et à la vie nobiliaires. D’une façon plus générale encore, l’intellectuel se retire de la ville au profit d’une retraite rurale ou se met au service d’un prince : c’est le moment de la Renaissance et de la définition nouvelle du rôle social de l’intellectuel, sage comme Montaigne ou conseiller comme Machiavel. Une synthèse, étayée par de multiples monographies, dans Jacques LE GOFF, Les intellectuels au Moyen Âge, 2e éd., Paris, Le Seuil, 1985

3 Étienne Gilson et Jacques Le Goff, dans deux projets différents, ont bien montré l’importance de la quaestio : É. GILSON, La philosophie du Moyen Âge, 2e éd. Paris, Payot, 1986, p. 391-399 ; J. LE GOFF, op. cit., p. 100-104. Une étude de cas dans : O. WEIJERS, « L’enseignement du trivium à la Faculté des arts de Paris ; la quaestio », J. HAMESSE (dir.), Manuels, programmes de cours et techniques d’enseignement dans les universités médiévales, Turnhout, Lannoo, 1994, p. 57-74.

4 Albert D’HAENENS, Que faisaient les étudiants à partir du xve siècle, des textes qu’on leur imposait à l’université ? Le non-textuel dans les manuels des étudiants de l’Université de Louvain, J. HAMESSE (dir.), op. cit., p. 404-409.

5 A. VAN BELLE, La Faculté des arts de Louvain. Quelques aspects de son organisation au xve siècle, J. PAQUET, J. IJSEWIJN (dir.), Les universités à la fin du Moyen Âge, actes du Congrès international de Louvain, 26-30 mai 1976, Louvain, Institut d’Études médiévales, 1978, p. 561. E. J.-M. VAN EIJL, « De theologische faculteit te Leuven in de XVde en XVIde eeuw. Organisatie en opleiding », Facultas s. Theologiæ lovaniensis, 1432-1797, Louvain, Universiteit Pers, 1977, p. 112.

6 M. SMEYERS, « De Leuvense boekdrukkunsten de Universiteit, 1473-begin 17de eeuw », Varia Historica brabantica, 1987, vol. VI-VII, p. 319. K. HEIREMAN, De jonge boekdrukkunst en de leuvense Universiteit, dans 550 jaar Universiteit Leuven. 1425-1975. Catalogue de l’exposition au Stedelijk Museum de Louvain du 31 janvier au 25 avril 1976, Louvain, Katholiek Universiteit Leuven et Ceuterick, 1976, p. 149-153.

7 V. BRANTS, « Un cours de droit au xviie siècle. Tractatus de reditibus annuis de Gérard de Courselle (1611) », Bulletin de l’Académie royale des Sciences, Lettres et Beaux-Arts de Belgique, 3e série, 1897, t. 33, p. 71

8 Ibid., p. 72.

9 K. HEIREMAN, op. cit., p. 150.

10 A. D’HAENENS, op. cit. ; M. SMEYERS, « Een collegeschrift van de oude Leuvense Universiteit (1481-1482). Een codicologisch en iconografisch onderzoek. Bijdrage tot de studie van het universitaire onderricht tijdens de middeleeuwen », Arca lovaniensis, 1975, t. 4, p. 243-303.

11 A. D’HAENENS, op. cit., p. 405.

12 Parmi les exemples les plus fameux pour Louvain, on relèvera le Liber de Marcus Fugger de 1546, conservé à la Réserve précieuse des bibliothèques universitaires de l’UCL à Louvain- la-Neuve.

13 E. de MOREAU, La bibliothèque de l’Université de Louvain 1636-1914, Louvain, Fonteyn, 1918, p. 50-114. Pour les neuf documents, voir p. 97-98, n° 109-116.

14 Selon l’usage classique, il intégra les cours dans la collection générale des manuscrits : L. LECLERCQ, Catalogue des manuscrits 1940-1954. Mss A : du xiiie siècle à 1600. Mss B : de 1600 à 1950, dossier dactylographié, Louvain, s.d. [1954]. Historique : A. D’HAENENS, Catalogue des cours manuscrits de l’Université de Louvain. Fonds C., 1425-1834 (n°1 à 100), Louvain, UCL, 1964, p. I-II. C. COPPENS, « Handschriften en catalogisering in Leuven : problemen en verwachtingen », Archives et Bibliothèques de Belgique- Archief- en Bibliotheekwezen in België, 1990, vol. LXI, n° 1-2, p. 56-58.

15 A. D’HAENENS, Catalogue..., op. cit., p. II et V.

16 Pour une histoire détaillée de la collection, voir F. MIRGUET, F. HIRAUX, Collection des cours manuscrits de l’Université de Louvain 1425-1797. Catalogue analytique, Louvain-la- Neuve, Academia Bruylant, 2003, p. 72-79.

17 E. CLEENEWERCK DE CRAEYENCOUR, La Faculté des arts de Louvain au xviiie siècle. Organisation et fonctionnement des institutions, mémoire de licence, Louvain, Faculté de Philosophie et lettres, 1976, p. 316-317.

18 B. VAN TIGGELEN, « Les réformes dans l’enseignement des sciences à la Faculté des arts de Louvain au xviiie siècle, Scientiarum Historia, 1997, vol. 23, p. 55.

19 C. BRUNEEL, « Au cœur des réformes : la Faculté de médecine de Louvain dans le dernier quart du xviiie siècle », C. BRUNEEL, P. SERVAIS (dir.), La formation du médecin : des lumières au laboratoire, actes du colloque du 9 décembre 1988, Louvain-la-Neuve, Faculté de philosophie et lettres, 1989, p. 29.

20 C. CHARLE, J. VERGER, Histoire des universités, 2e éd., Paris, PUF, 2007, p. 31-32.

21 Louvain-la-Neuve, Archives de l’UCL, C 165 (1680-1681).

22 On ne trouve aucun dessin ni gravure scientifiques dans les cours d’éthique et de métaphysique.

23 Selon l’appellation ancienne : Tabula oppositorum ou Arbor Porphyri.

24 M. Hayé, L. Blendeff et P. Denique, respectivement présents dans les manuscrits C 165 (1680-1681) et C 175 (1702-1704) ; C 75 (1738) ; et C 144 (1758), C 6 (1760-1761). La vignette contenue dans le C 165 comporte toutefois la particularité intéressante de compter deux volets mobiles découvrant l’intérieur des ventricules.

25 Exemples dans le C 4, C 6, C 75, C 175 (planches gravées) et C 165 (dessin d’Albert Boone).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : La pédagogie du Porc en 1650. Dessin aquarellé dans les notes de l’étudiant Jan Wouters (Louvain, M Museum)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 2 : Frontispice des notes de cours de Jean-François Bossart, de Chimay, étudiant de la Faculté des arts à la Pédagogie du Porc, 1755- 1756 (Louvain-la-Neuve, Archives de l’UCL, C4)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 3 : Dessin de George Lichton (Aberdeen, University Library, ms 109, 1467, fol. 51)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Répartition chronologique des manuscrits
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Répartition facultaire des manuscrits
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Répartition thématique des manuscrits
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 4 : Le système cosmologique de Copernic et Descartes dans les notes de l’étudiant Jean-Emmanuel Van Parijs du cours de physique de François Graven et Ignace Damas professé à la pédagogie du Lis en 1670-1761 (Louvain-la-Neuve, Archives de l’Université catholique de Louvain, C 6, fol. 24)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 5 : L’arbre de Porphyre, schéma pratique pour l’exercice de la logique et de la dialectique. Louvain-la-Neuve, Archives de l’UCL, C 24 (1698- 1699), C 86 (1525-1526) et C 18 (1790)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Fig. 6 : À gauche, schéma de la respiration, dessiné à la plume, dans les notes de l’étudiant de Juste-Henri Grondel du cours de physique des professeurs Hubert Cornet et François-Antoine Graven à la Faculté des arts, Pédagogie du Lis, 1746. À droite, planche gravée présentant le même schéma dans les notes de l’étudiant Jean-Emmanuel Van Parijs du cours de Physique des professeurs François-Antoine Graven et Ignace Damas à la Faculté des arts, Pédagogie du Lis, 1760-1761 (Louvain-la- Neuve, Archives de l’UCL, C 28, fol. 112 et C 6, fol. 229).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Fig. 7 : Quelques figures de libre imagination : couple en habit de cour (1702-1704) ; artilleur (1770-1771) et scène de chasse (1652-1653) (Louvain-la-Neuve, Archives de l’UCL, C 175, cahier 10 ; C 205, frontispice et C 2, fol. 47)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1268/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

Auteurs

Archives de l’Université catholique de Louvain

Archives de l’Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540