Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 2. Le corpus, réalité archivistique ou construction intellectuelle ?

Les inventaires anciens de bibliothèques médiévales françaises

Bilan des travaux et perspectives1

Monique Peyrafort-Huin et Anne-Marie Turcan-Verkerk

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend, pour les éléments antérieurs à 2006, notre présentation des projets de l’équipe (...)

1L’équipe de « Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique » de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) a lancé depuis 2006 le programme « BMF. Bibliothèques médiévales de France », dont l’ambition est de mettre à la disposition des chercheurs et du public l’ensemble des sources permettant de reconstituer les collections de manuscrits de la France médiévale et d’Ancien Régime. Ce n’est pas une idée nouvelle : cet objectif est à l’origine même de la section de Codicologie de l’IRHT et de sa documentation unique au monde, alimentée sans solution de continuité depuis plus de soixante ans.

  • 2 J. VIELLIARD et M.-Th. VERNET-BOUCREL, « La recherche des manuscrits latins », Mémorial des Études (...)

2Dès 1943, Jeanne Vielliard présentait, dans un article cosigné avec Marie-Thérèse Vernet-Boucrel2, les grandes lignes de ce qui allait constituer la colonne vertébrale de la documentation accumulée à la section de Codicologie : un fichier regroupant les noms des copistes, des grands scriptoria et des possesseurs, personnes privées ou morales, qui avaient assuré la transmission des manuscrits depuis leur copie jusqu’à leur entrée dans les collections publiques. Les inventaires de bibliothèques anciennes n’étaient pas oubliés : ils faisaient l’objet de fiches décrivant les sources, avec l’indication des éditions éventuelles. Plus de soixante ans ont passé depuis que Jeanne Viellliard a tracé cette feuille de route. Entre-temps, d’autres pays européens ont édité les inventaires médiévaux de leurs bibliothèques : certains projets se poursuivent en-dehors du corpus (Allemagne), certains corpus sont achevés (Autriche, Suisse) ou près de l’être (Royaume Uni, Belgique), mais la France n’a pas encore de véritable corpus permettant des recherches transversales et systématiques. Les mutations technologiques des dernières années ouvrent maintenant de nouvelles perspectives et peuvent faire de ce retard une chance à saisir : s’appuyer sur une solide tradition et une ample documentation tout en utilisant les moyens les plus modernes pour en explorer et en enrichir le contenu. Après avoir fait un rapide historique des travaux de l’IRHT sur les bibliothèques anciennes, on exposera ici les réalisations et les projets de l’équipe BMF.

1. Le programme dessiné dès 1943 et ses prolongements

  • 3 J. MONFRIN, « Les études sur les bibliothèques médiévales à l’Institut de recherche et d’histoire (...)
  • 4 A. VERNET, « Études et travaux sur les bibliothèques médiévales (1937-1947) », Revue d’histoire de (...)

3Déjà en 1943, Jeanne Vielliard et Marie-Thérèse Vernet-Boucrel étaient conscientes de la nécessité de lancer un programme d’édition des inventaires anciens : « Il serait souhaitable qu’un Corpus des catalogues de bibliothèques médiévales, améliorant les éditions anciennes et donnant les textes restés inédits, fût réalisé pour chaque pays » écrivaient-elles. Au lendemain de la guerre, le même souhait était exprimé par Jacques Monfrin, soucieux de « publier un certain nombre de catalogues de bibliothèques anciennes ; ainsi sera constitué peu à peu un corpus des Catalogues de bibliothèques médiévales françaises, analogue à celui des Académies allemandes et autrichiennes »3. L’année suivante, André Vernet se plaçait dans une perspective plus documentaire : « rassembler les catalogues éparpillés au hasard des périodiques qui les ont accueillis, des thèses, des mémoires qui les ont publiés en pièces justificatives serait rendre un immense service aux chercheurs. On pourrait concevoir ce corpus sur le même plan que le répertoire des manuscrits dont il serait en quelque sorte l’aboutissant. Les articles comprendraient le texte de tous les catalogues et inventaires existants »4 ; ce programme fut de fait développé par la section de Codicologie, dont il prit bientôt la tête.

4Les grands axes de travail étaient donc tracés dès le lendemain des années de guerre. Quels en ont été les résultats ?

1.1. La documentation

  • 5 A. BONDEELLE-SOUCHIER, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale. Répertoire des abbaye (...)

5D’abord, la constitution d’un outil documentaire de première importance. Il s’agit du grand fichier des possesseurs, aujourd’hui riche de quelque 350 000 fiches concernant les collections de manuscrits de l’ensemble de l’Europe médiévale, et, pour l’époque moderne, du monde entier. À la fin des années 1980 a été donnée à la section la documentation personnelle d’André Vernet sur les collections de manuscrits de la France médiévale et d’Ancien Régime : il s’agit de 1 700 boîtes environ, contenant plus de 250 000 fiches. Enfin, la section a mené systématiquement la collecte d’une importante documentation formée de reproductions d’éditions d’inventaires et de photographies des sources originales. Ces travaux ont donné lieu à des publications extrêmement précieuses par leur richesse et leur acribie : les répertoires d’Anne Bondéelle sur les bibliothèques cisterciennes et prémontrées de France5.

1.2. Le premier répertoire

  • 6 A.-M. GENEVOIS, J.-F. GENEST, « Pour un traitement automatique des inventaires anciens de manuscri (...)
  • 7 A. VERNET, A.-M. GENEVOIS, J.-F. GENEST, « Pour un traitement automatique des inventaires anciens (...)

6La première urgence, pour préparer un corpus des inventaires médiévaux de France, était de recenser les sources conservées. Les objectifs proclamés à l’origine du projet étaient ambitieux : dans la première annonce du projet, en 19736, il était prévu que l’exploitation par ordinateur, révolutionnaire à l’époque, inclurait « la transcription du document ancien à l’intérieur d’un cadre simple » ; cette transcription s’accompagnerait d’un marquage de certains éléments, tels que la date du document, le possesseur de la collection, la cote et éventuellement l’incipit-repère, sans oublier les auteurs et les œuvres. Ce qui revenait tout simplement à exploiter le cœur même de chaque document. Cet article était marqué du sceau d’un bel optimisme. Mais, dès 19747, devant l’ampleur du travail, et sans doute devant les problèmes que pose l’exploitation de ces documents, la publication des sources répertoriées était renvoyée à un tome ultérieur et ne demeurait plus que la partie du projet qui allait aboutir à la publication en 1987 des BMMF : Bibliothèques de manuscrits médiévaux en France, par Annie Genevois, Jean-François Genest et Anne Chalandon, avec la collaboration de Marie-José Beaud et Agnès Guillaumont (Paris, 1987).

7Ce répertoire consacré aux inventaires de bibliothèques anciennes a été constitué à partir de la documentation de la section. C’est un répertoire de sources, signalant toutes les listes de livres médiévaux, c’est-à-dire de manuscrits médiévaux possédés par un individu ou une communauté, que ces listes aient été éditées ou non. Il ne s’agit donc pas d’une bibliographie, même si la recherche des éditions relève de cette discipline, mais d’un instrument de recherche qui a pour objectif de découvrir, collecter, critiquer des documents originaux. Dans ce répertoire, comme dans le fichier de la section, la clé d’accès au document est la personne (physique ou morale) du possesseur : le répertoire est classé par noms de possesseurs, une série d’index typologiques permettant de caractériser grossièrement tous les acteurs de l’histoire du livre manuscrit du point de vue socioprofessionnel et religieux.

  • 8 Voir Ch. CHAPELIER, « Inventaires ecclésiastiques. Collégiale de Saint-Dié, chapitres nobles des V (...)

8Ce répertoire ne prend pas en compte toute la documentation réunie par la section. Au plan géographique, il se limite aux frontières de la France actuelle : il englobe donc des aires géographiques longtemps restées en dehors des frontières du royaume de France, comme Avignon ou la Savoie, mais exclut, par exemple, les terres et cités flamandes aujourd’hui situées en Belgique. Au plan chronologique, tout possesseur français de manuscrits médiévaux est pris en compte, qu’il ait vécu à l’époque médiévale ou à l’époque moderne, c’est-à-dire jusqu’à la Révolution, et, parfois, au delà. De même, est pris en considération tout document, qu’il ait été rédigé à l’époque médiévale ou moderne. Ce parti n’est évidemment pas sans conséquence sur le nombre de documents à traiter. Nombre de bibliothèques médiévales ne sont connues que par des documents modernes : ainsi, ce que l’on sait du fonds de la très ancienne abbaye bénédictine de Saint-Mihiel est exclusivement tiré de documents mauristes, vannistes ou révolutionnaires. La présence à Poussay, ancienne abbaye bénédictine des Vosges, d’un précieux Évangéliaire du xe siècle (celui donné à la communauté par Léon IX en 1049 ?) n’est plus attestée que par un inventaire révolutionnaire8. L’exemple des bibliothèques cisterciennes connues est particulièrement éloquent : deux-tiers des inventaires repérés sont postérieurs au Moyen Âge, 40 des 60 bibliothèques cisterciennes pour lesquelles on connaît un ou plusieurs inventaires ne sont connues que grâce à des documents modernes.

  • 9 Il s’agit de la date des documents conservés, et non pas de celle des inventaires, qui peuvent êtr (...)

Répartition chronologique des sources9 transmettant des inventaires de bibliothèques d’abbayes cisterciennes d’hommes en France

Répartition chronologique des sources9 transmettant des inventaires de bibliothèques d’abbayes cisterciennes d’hommes en France

9Le répertoire de 1987 recense environ 2 000 documents sous 1 938 entrées. Le terme d’« inventaire » recouvre dans ce répertoire des documents de nature extrêmement différente : non pas seulement des catalogues ou inventaires de bibliothèques, mais aussi des testaments, des inventaires après décès, des quittances, des listes de prêts, de dons, de lectures, des notes d’érudits ainsi que toutes les listes ou mentions transmises dans des documents de nature très diverse (tels les obituaires, les registres de décisions capitulaires, les chroniques ou récits de voyages, les comptes), et même ce que l’on pourrait appeler des « non-listes », c’est-à-dire des documents mentionnant la présence de manuscrits, mais sans en préciser les titres. Une acception donc assez large qui permet souvent de mesurer le degré de diffusion de la culture écrite à une époque ou dans un milieu donnés, à défaut de pouvoir toujours préciser le contenu d’une bibliothèque.

10Parallèlement, l’équipe d’André Vernet veillait à la mise en valeur intellectuelle de cet ensemble documentaire, en ouvrant nombre de perspectives historiques grâce au premier volume, sous sa direction, de l’Histoire des bibliothèques françaises : Les bibliothèques médiévales du vie siècle à 1530 (Paris, 1989).

1.3. Les éditions

  • 10 A. VERNET, avec la collab. de J.-F. GENEST et de l’IRHT, La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux (...)
  • 11 M. PEYRAFORT-HUIN, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (xiie-xixe siècles). Histoire (...)
  • 12 D. NEBBIAI, La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Marseille (xie-xve siècle), Paris, CNRS Éd (...)
  • 13 Édition à paraître, par † Colette JEUDY et Guy LANOE.
  • 14 Programme piloté par la BnF, dirigé par Marie-Hélène TESNIERE (BnF), avec la collaboration de Fran (...)
  • 15 F. BOUGARD, P. PETITMENGIN, La bibliothèque de l’abbaye cistercienne de Vauluisant, Paris, CNRS Éd (...)
  • 16 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, La bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendan (...)
  • 17 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la Papauté d’Avig (...)
  • 18 J. VIELLIARD, M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, Le registre de prêt de la bibliothèque du col (...)

11Répertorier les sources ne suffisait pas pour accéder à leur contenu intellectuel, mais les éditer dans leur ensemble s’avérait irréaliste. La France disposait déjà de quelques ensembles d’éditions, malheureusement anciennes et réalisées avec des exigences scientifiques inégales, comme l’appendice au t. II du Cabinet des manuscrits de Léopold Delisle (1874), qui ne fournit l’édition, parfois à réviser, que d’un nombre limité de documents médiévaux et qui est dépourvu d’index, ou comme, pour les listes d’Ancien Régime, la Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova de dom Bernard de Montfaucon, qui date de 1739, et dont tout chercheur qui l’a utilisée connaît bien les défauts. Les éditions d’inventaires sont le plus souvent à rechercher dans les introductions au Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, dans les revues les plus diverses, parfois peu diffusées, dans des monographies ou des ouvrages collectifs. Beaucoup d’inventaires, y compris médiévaux, sont encore inédits. Pour préparer la réalisation d’un véritable corpus, les équipes françaises se sont attelées à l’étude de bibliothèques particulièrement importantes, comme Clairvaux10, Pontigny11, Saint-Victor de Marseille12, la bibliothèque capitulaire de Reims13, la librairie de Charles V14, bientôt Vauluisant15, etc. ; Anne Bondéelle a édité en 2006 tous les inventaires de bibliothèques prémontrées connus à ce jour (cf. supra) ; Marie-Henriette Jullien de Pommerol et Jacques Monfrin ont systématiquement publié, sous l’impulsion de ce dernier, les inventaires liés aux milieux avignonnais, qu’il s’agisse de la bibliothèque pontificale ellemême16 ou des dépouilles de clercs et prélats recueillies par les collections pontificales17 ; Marie-Henriette de Pommerol a repris les travaux de Jeanne Vielliard pour procurer, en 2000, l’édition très attendue du grand registre de prêt de la Sorbonne18.

12Devant l’ampleur du corpus et la dispersion des travaux dans diverses revues ou collections, le choix a été fait de privilégier le rassemblement de monographies au sein d’une même collection, par la création à l’intérieur des « Documents, études et répertoires » (DER) publiés par l’IRHT d’une série intitulée « Histoire des bibliothèques médiévales », qui, englobant d’anciennes publications comme celle d’Élisabeth Pellegrin sur la bibliothèque des Visconti et des Sforza, en est à son volume 16 (sous la direction de Donatella Nebbiai). Cette collection a commencé par fédérer l’existant, sans se limiter aux bibliothèques françaises, et en accueillant des études reconstituant des bibliothèques même en l’absence d’inventaires anciens. Ces études n’attendent qu’un traitement global pour porter tous leurs fruits. En effet, faute d’indexation générale, cette collection ne permet pas les mêmes recherches, et partant les mêmes découvertes qu’un corpus structuré, à plus forte raison sur un support informatique19.

13Malgré l’importance des ensembles traités, il s’agit là d’un nombre somme toute restreint de monographies au regard de la documentation conservée. Cette situation rend particulièrement urgente une réflexion sur les moyens d’accès globaux au contenu des inventaires anciens, et un accord sur des normes de désignation des auteurs et des textes (point très sensible) qui permettrait à terme une exploitation électronique des données.

2. Les nouveaux outils de la recherche : réalisations et projets

2.1. Vingt ans après

14Depuis 1987, de nouveaux inventaires ont été découverts, ou redécouverts. De nombreux documents ont reçu une nouvelle datation ou une nouvelle localisation, ou ont été édités scientifiquement. C’est en fait toute la matière du répertoire de 1987 qui doit être reprise à nouveaux frais. Une nouvelle publication, Bibliothèques médiévales de France (BMF). Répertoire des catalogues, inventaires, listes diverses de manuscrits médiévaux (viiie-xviiie s.), est en chantier depuis 2006. Ce travail, soutenu par l’ANR avec le financement du projet Biblifram (« Les bibliothèques, matrices et représentations des identités de la France médiévale »)20, est le fruit de la collaboration des membres de l’équipe de Codicologie de l’IRHT et de divers spécialistes : chacun apporte à l’édifice ses connaissances précises, et souvent inédites, sur les inventaires de bibliothèques anciennes françaises21. Depuis 2006, l’équipe ainsi formée a procédé par grands dossiers, selon trois types de logique : 1) les spécialistes se chargent de leur domaine de compétence (collections du haut Moyen Âge, bibliothèques des chanoines de Beauvais, Orléans, Reims, Rouen, Troyes, des Bénédictins de Lérins, de Saint-Victor de Marseille, bibliothèques des collèges parisiens, en particulier la Sorbonne…) ; 2) certaines bibliothèques gagnent à être traitées selon une logique plus institutionnelle ou sociale (Cisterciens, Prémontrés, Mendiants, bibliothèques de médecins, bibliothèques juives…) ; 3) d’autres selon une logique plus géographique (Toulouse, la Normandie, les Vosges, Avignon…). D’ores et déjà, on constate un taux de nouveautés de 50 % en moyenne par rapport au répertoire de 1987, certains domaines étant renouvelés à 80 % et plus. Cette moisson laisse attendre une modification profonde de l’histoire des bibliothèques médiévales de France.

2.2. Le répertoire BMF : deux fois plus de notices qu’en 1987

  • 22 BMMF, nos 1724 et 1725.
  • 23 BMMF, nos 1773-1775.

15L’apport des BMF se mesure d’abord au nombre de notices. En 1987, le répertoire des BMMF comportait 1 938 notices ; en 2011, 1 500 notices ont déjà été rédigées, dont seulement la moitié décrit des documents déjà répertoriés en 1987. Certains exemples sont très frappants, comme celui de la bibliothèque pontificale d’Avignon (14 notices en 1987, plus de 70 aujourd’hui), ou celui de Saint-Sernin de Toulouse (1 notice en 1987, 25 dans les BMF). Ce renouvellement des connaissances se vérifie dans presque tous les cas ; par exemple, pour Saint-Mihiel, 9 notices ont été rédigées, contre 2 dans l’ancien répertoire22, pour Senones, 8 notices sont en préparation dans les BMF, contre 3 dans les BMMF23. On peut donc supposer que le nouveau répertoire BMF, à terme, décrira au moins 2 000 inventaires de plus que le répertoire précédent. Cet accroissement s’explique d’abord par la multiplication des travaux portant sur les bibliothèques médiévales ces trente dernières années, et par le dépouillement systématique d’ouvrages anciens : l’ampleur du dossier de notices concernant les dépôts de livres du palais pontifical d’Avignon est d’abord le résultat de cette veille bibliographique. Mais la bibliographie n’explique pas tout : c’est la conception même du répertoire qui a évolué.

  • 24 Il figure dans l’obituaire de l’établissement (BnF, ms. n.a.l. 349, p. 184).
  • 25 Archives départementales des Vosges (A.D. 88) : G 387.
  • 26 B.M. Saint-Mihiel, ms. 71, t. IV, f. 243r/v et ms. 71, t. I, f. 169.
  • 27 Comme la déclaration des biens de l’abbaye prémontrée Notre-Dame de Bonfays, du 5 mai 1790 (Paris, (...)
  • 28 À titre d’exemple, il paraît impossible de déterminer s’il subsistait encore des manuscrits parmi (...)

16Le répertoire BMF se fixe en effet pour objectif de repérer non seulement les catalogues, inventaires ou simples listes de manuscrits, mais aussi toute trace écrite de la présence d’un ou plusieurs livres chez telle personne physique ou morale au Moyen Âge et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, afin de permettre aux historiens qui voudraient combiner ces données avec celles que fournissent les livres eux-mêmes d’avoir une vision aussi détaillée que possible de la pénétration du livre dans diverses couches de la société. Aussi le répertoire retient-il toute mention de livres, même très succincte, tel ce don de « deux gros livres en franscoys… » fait à Saint- Pierre de Remiremont par un bourgeois de cette cité, Jehan Momgin († après 1507)24, ou même si elle ne permet pas de connaître précisément le contenu d’une collection, tel le legs à son neveu de tous ses livres (sans autre précision) par le chanoine du chapitre de Saint-Dié, Laurent Pillard (1513)25. Le répertoire s’attache aussi à relever toute trace d’inventaire perdu : le recensement de ce qui pourrait ressembler à des fantômes de documents constitue la meilleure garantie de pouvoir un jour identifier ces sources non encore retrouvées, à partir d’une fiche d’identité aussi précise que possible. L’inventaire de la bibliothèque de Saint-Mihiel rédigé en 1733 par Ildephonse Cathelinot, qui n’est plus connu que par une mention dans les catalogues de la même bibliothèque26, fait ainsi l’objet d’une notice ; à Senones, il semble que ce soit un, voire deux catalogues, que l’on n’ait pas retrouvé(s). Enfin, des notices brèves sont consacrées aux inventaires ne décrivant pas de manuscrits27, ou dont on ne peut déterminer s’ils décrivent seulement des imprimés ou à la fois des imprimés et des manuscrits28 : le but est de dessiner un paysage de la culture écrite dans la France du Moyen Âge et des premiers temps de la Renaissance aussi fidèle que possible, mais aussi d’éviter au chercheur qui s’intéresse seulement aux manuscrits de refaire la même démarche que nous, recherche souvent compliquée par des problèmes d’accès aux documents.

  • 29 L’exploitation des gisements documentaires qui nous paraissent les plus importants (archives, cata (...)

17Pour autant, le répertoire BMF ne prétend pas à l’exhaustivité : force a été de renoncer à une exploitation systématique de certains gisements (un dépouillement systématique des fonds conservés dans les Archives départementales, certes très fructueux, excéderait les forces de l’équipe et n’est effectué que pour quelques dossiers) ou de certains types de documents (telles les correspondances ou les actes notariés), qui pour le moment ne sont traités qu’au coup par coup29.

2.3. Permettre une meilleure compréhension des sources

  • 30 Un exemple de notice est donné en annexe.
  • 31 Une telle analyse a permis de réévaluer totalement la fonction d’une des deux listes du xiie siècl (...)
  • 32 B.M. Verdun, ms 77, f. 24v ; voir A.-M. TURCAN-VERKERK, « Entre Verdun et Lobbes, un catalogue de (...)
  • 33 M.-J. GASSE-GRANDJEAN, Les livres dans les abbayes vosgiennes du Moyen Âge, Nancy, PUN, 1992, Inde (...)
  • 34 Voir le testament de cette chanoinesse (B.M. Remiremont, ms. 4, f. 141v-143, en particulier f. 142 (...)

18Le renouvellement du répertoire n’est pas seulement quantitatif, mais aussi qualitatif30. Compléter, préciser, et, surtout comprendre sont les maîtres mots de l’entreprise. Pour cela, le recours aux originaux chaque fois que la démarche est possible, ou, à défaut, à de bonnes reproductions, est indispensable. Les réponses aux questions que le chercheur pose aux inventaires ne se trouvent pas seulement dans leur texte même, mais aussi parfois dans leur exécution : que l’on pense à tous les enseignements qu’il est possible de tirer d’éléments codicologiques, comme les couleurs d’encre, les grattages, les phénomènes de mise en page, qui permettent bien souvent de fixer la chronologie relative des acquisitions ou de deviner la mobilité des livres31. Ce n’est qu’en examinant l’original et en recourant à une photographie prise aux UV que l’on a pu déchiffrer sur un feuillet blanc une petite liste de livres d’intérêt scolaire copiée sur un manuscrit de Saint-Vanne de Verdun32. La confrontation des originaux avec les éditions anciennes (qui parfois prennent de singulières libertés par rapport à leurs sources) réserve des surprises et permet d’apporter des précisions ou des rectifications. Les corrections de cotes sont ainsi assez nombreuses. Il arrive parfois aussi que des rectifications portent sur l’identité même des personnages cités : ainsi la chanoinesse de Remiremont Jaqueta de Vienna ne laisse pas en 1341 tous ses livres à Simon de Brates, son neveu33, mais à sa nièce Simona de Brates34.

  • 35 Le répertoire de 1987 est issu de l’une des premières bases de données de l’IRHT : or, à l’époque, (...)

19Les documents ne sont plus seulement repérés et répertoriés, parfois trop brièvement35. L’analyse est développée de façon à replacer le document dans son contexte et à donner des éléments de réponse aux questionnements scientifiques actuels.

  • 36 Sacri et canonici ordinis Praemonstratensis Annales, 2, 1736, col. 212 ; voir la notice BMF, PONT- (...)
  • 37 E. MARTENE, U. DURAND, Voyage littéraire de deux bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur, Par (...)
  • 38 Bernard de MONTFAUCON, Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, Paris, Briasson, 1739, t. 2 (...)
  • 39 Voir la notice BMF, Moyenmoutier-1717-1727.
  • 40 Synthèse à venir d’A.-M. TURCAN-VERKERK (Madamina, il catalogo è questo…), et résumé de ses confér (...)

20Dans la tradition de la section de Codicologie, chaque collection ancienne est traitée comme un dossier, dont les pièces sont mises en rapport les unes avec les autres, ce qui permet de mieux évaluer la portée réelle de chaque document : ainsi, à Pontà- Mousson, il apparaît clairement que la liste publiée par Charles-Louis Hugo dans ses Annales36 ne fait que reprendre, en la complétant, la description de quatre volumes laissée lors de leur passage en 1712 par les mauristes Martène et Durand37 ; à Moyenmoutier, on peut évaluer (une fois de plus !) les coupes très sévères effectuées par Bernard de Montfaucon dans l’inventaire qui a servi de base à sa publication38 (inventaire malheureusement non retrouvé), en procédant à une comparaison avec les autres inventaires, notamment avec le catalogue des livres imprimés et manuscrits de Moyenmoutier dressé sous l’abbatiat d’Humbert Belhomme (1705- 1762)39. Le titre des inventaires, systématiquement relevé, contribue à l’appréciation de leur fonction première40.

  • 41 Paris, BnF, ms. lat. 11902, f. 248-249 et suiv. ; inédit ; transcr. IRHT (lat. 11902) ; T. RUINART (...)
  • 42 Liste du 12 janvier 1362 (Paris, BnF, ms. n.a.f. 1282, f. 74) ; voir la notice BMF, REMIREMONT- 13 (...)
  • 43 B.M. Metz, ms. 1156, f. 21v ; voir la notice BMF, SAINT-MONT (LE)-1367.

21Certaines caractéristiques des documents traités sont systématiquement relevées, telle la langue des documents : les inventaires du xive siècle de Remiremont sont rédigés en langue vulgaire, mais les testaments des « dames » et des chanoines de Remiremont le sont en latin au début du xive siècle, puis en français ; parfois aussi, c’est la langue des manuscrits décrits qui est précisée, comme pour le Psautier carolingien en grec signalé à Saint-Mihiel dans les notes de voyage de Mabillon et Ruinart en septembre 169641. Le nom des rédacteurs d’inventaires ou de tout personnage qui gravite autour de l’élaboration de ces documents (témoins ou exécuteurs testamentaires, commanditaires de catalogues…) est soigneusement relevé, ce qui permet, par exemple, de mettre en relation le Guillaume de Ceys (ou Guillaume de Scey), chanoine de Besançon (en 1325) et du Saint-Mont, donateur de deux livres à Saint-Pierre de Remiremont42, avec le bienfaiteur de la communauté canoniale du Saint-Mont, mentionné dans l’obituaire parce que : « multos etiam libros dimisit »43.

22Le nombre approximatif d’articles, quand on peut le déterminer, donne une idée de l’ampleur du document.

  • 44 B.M. Saint-Mihiel, ms. 69 ; voir la notice BMF, SAINT-MIHIEL-1779.
  • 45 B.M. Épinal, mss. 189 (4)- 189 (5)] ; voir la notice BMF, MOYENMOUTIER-1717-1727.
  • 46 Liste de 1365 (Paris, BnF, ms. n.a.f. 1282, f. 73v, 75) ; voir la notice BMF, REMIREMONT- 1365.

23Une attention toute particulière est prêtée aux indices de classement d’un catalogue, et donc dans certains cas de la collection qu’il décrit, comme dans le catalogue de Saint-Mihiel de 1779, qui suit dix-huit grandes divisions thématiques44, ou dans celui de Moyenmoutier élaboré après 171745. De même, l’emplacement des manuscrits dans l’établissement, signe souvent de leur usage, est relevé ; ainsi, à Remiremont46, le rédacteur précise l’emplacement des livres liturgiques servant à l’office : dans le chœur, devant tel important dignitaire ou devant certaines chanoinesses.

  • 47 A.D. 88 : G 407.
  • 48 A.D. 88 : G 406.
  • 49 B.M. Épinal, mss. 189 (4)- 189 (5)].

24C’est bien évidemment le contenu des bibliothèques qui est au centre de l’analyse des documents : autant que possible, le nouveau répertoire essaie de mettre en évidence la couleur générale de la collection décrite, ses traits particuliers, signalant le cas échéant la présence de textes rares ou de titres curieux. Ainsi si Johannes de Monachis, doyen du chapitre de Saint-Dié, lègue au chapitre une collection assez diversifiée (des livres de théologie, de droit canon et civil, de rhétorique, d’art oratoire, de musique et de grammaire)47, dont malheureusement le détail demeure inconnu, les legs du chanoine Jean Baudoin II en 146648 ne concernent que des livres liturgiques. On relève à Moyenmoutier49 un recueil aristotélicien (Moyenmoutier, 1717-1727, art. X2 4) ou encore un Alchoran arabe (X3 1), une grammaire hébraïque (X2 9), des oeuvres (non précisées) de Sedulius et Juvencus (X2 27) ou la Rhétorique à Herennius de Cicéron (X2 40 bis), ainsi que les Lettres de l’Arétin (X2 40), ouvrages qui, pour certains, sont peu usuels dans des bibliothèques monastiques. Parfois, si le texte est plus courant, c’est le témoin qui retient l’attention par son ancienneté (comme pour ces Lettres de Jérôme « caractere merovingico » [Moyenmoutier, 1717-1727, art. X1 26]), ou pour tout autre caractère codicologique comme, à Saint-Étienne de Toul, cet Évangéliaire chrysographe écrit sur parchemin pourpre et peut-être carolingien – voire plus ancien – mentionné dans l’édition du Voiage d’Alsace de Mabillon et Ruinart.

  • 50 Onglet créé par Martin Morard, qui l’enrichit régulièrement : http://www.libraria.fr/fr/terminolog (...)
  • 51 On peut rapprocher néanmoins ce terme d’une expression employée par le chroniqueur Aubri de Trois- (...)
  • 52 Mentionné à plusieurs reprises dans le testament de Jean [II] Baudoin (A.D. 88 : G 406) ; voir la (...)
  • 53 Art 18 de l’inventaire de 1362 de Remiremont, BnF, ms. n.a.f. 1282, f. 74 ; voir la notice BMF, RE (...)
  • 54 Inventaire des biens du chanoine Gérard Judei (A.D. 88 : G 382, f. 4-4v).
  • 55 Inventaire des biens du chanoine Humbert Desjeunes (BnF, ms. n.a.f. 1283, Inventaire A, art. 10, 1 (...)
  • 56 Ibid., Inventaire A, art. 57, et avec un ordre inverse d’adjectifs, Inventaire B, art. 45 et 57).
  • 57 Ibid., Inventaire A, art. 58).
  • 58 Ibid., Inventaire A, art. 17 et 63 et Inventaire B, art. 64, 68, 85).
  • 59 Ibid., Inventaire B, art. 11).
  • 60 Ibid., Inventaire B, art. 10 et 19).
  • 61 Ibid., Inventaire A, art. 15 et 40, 19 et 82, Inventaire B, art. 8, 24-25).
  • 62 Cette question qui est récurrente dans de nombreux inventaires doit en partie faire l’objet d’une (...)

25Le répertoire s’attache enfin à éclairer, chaque fois que cela semble nécessaire, la terminologie des inventaires anciens, qui fait désormais l’objet d’un onglet sur le site Libraria50. Trop de termes des inventaires demeurent encore obscurs, tel le « chanterel » donné par la chanoinesse de Remiremont Guie de Granges à sa nièce, Marguerite de Grandmont51. Il vaut la peine de relever certaines formes particulières : un « salcier » pour un psautier52 (Jean II Bauduin) ou « ung saitier glosez »53. L’interprétation de la terminologie est enfin primordiale pour tenter de déterminer si un document décrit des manuscrits ou des imprimés, particulièrement à la période (fin xve-début du xvie siècle) du remplacement progressif des manuscrits par les imprimés. Si en 1491 le terme « impressum » semble sans équivoque54, comme en 1543 l’expression « in magna stampa » telle quelle55 ou assortie d’adjectifs tels que « in magna et bona stampa »56, ou « in magna et optima stampa »57, l’interprétation des mots « in bona forma »58, « in forma »59, « in bona et optima forma »60 et autres formules, paraît plus délicate, surtout lorsque les mots « in bona forma » sont associés à « in + adjectif + stampa »61 ; on peut alors s’interroger sur le sens exact de « forma »62.

2.4. Le site Libraria et la publication des BMF

  • 63 G. FOURNIER, « Listes, énumérations, inventaires. Un aperçu des sources médiévales et modernes de (...)
  • 64 Notamment « Les livres des chanoines de Saint-Sernin de Toulouse d’après les inventaires de 1246 e (...)

26Comment et quand ces notices, déjà nombreuses, seront-elles mises à la disposition des chercheurs ? Il est prévu de publier le répertoire BMF sous forme de livre, probablement deux grands volumes comptant quelque 1800 pages. Le succès des recherches en cours sur les inventaires anciens des bibliothèques médiévales de France retarde cependant mécaniquement l’achèvement du répertoire, qui ne sera pas terminé pour la fin du projet ANR Biblifram, en décembre 2012. Aussi a-t-il été décidé de publier les notices achevées sous diverses formes, selon l’ampleur des nouveautés qu’elles apportent. Très profondément renouvelé par Gilbert Fournier, le dossier sur la bibliothèque du collège de Sorbonne paraîtra ainsi en deux livraisons dans la revue Scriptorium en 2011 et 201263. Les travaux de Martin Morard sur les bibliothèques de Toulouse et sur Lérins paraîtront dans des ouvrages collectifs64. En outre, des monographies sont prévues dans la collection DER, série « Histoire des bibliothèques médiévales », sur des projets associés, par exemple sur la librairie de Charles V. Les notices concernant des dossiers moins fournis ou moins surprenants, mais également utiles aux historiens des textes et de la culture, seront progressivement mises en ligne sur le site Libraria.

27Financé par l’ANR dans le cadre du projet Biblifram, le site Libraria (http://www.libraria.fr/​) a été créé et est géré par l’équipe de Codicologie de l’IRHT. Ouvert depuis décembre 2009, il est consacré à l’histoire des bibliothèques anciennes, du haut Moyen Âge aux collections de l’époque moderne, et constitue, pour tous les spécialistes qui travaillent dans le domaine de l’histoire des bibliothèques, un lieu d’information et de rencontre potentielle. Il tient à jour un « Biblioblog » sur l’actualité des bibliothèques anciennes (publications récentes, expositions, colloques, séminaires etc.), et publie des contributions scientifiques sur les inventaires anciens. Le contenu du blog et des articles scientifiques peut être trié à l’aide de trois index particuliers : « Possesseurs » (qui regroupe des noms de lieux, de personnes morales et de personnes physiques), « Cotes de manuscrits », « Appartenances religieuses ».

28Deux onglets de Libraria sont consacrés au répertoire BMF et aux éditions d’inventaires65. L’onglet « Répertoire BMF » donne accès aux notices sur les documents, et à des notices, plus ou moins étoffées selon les cas, sur les possesseurs. Chaque notice de document étant associée informatiquement à la notice de possesseur, des tris sont possibles grâce à un petit moteur de recherche propre au répertoire BMF. On peut ainsi obtenir, pour chaque possesseur, le dossier BMF complet. On peut également trier les notices BMF par date, par appartenance religieuse et par cote de manuscrit.

  • 66 Il s’agit en effet d’un simple établissement du texte, sans identification des textes mentionnés, (...)

29Dans certaines notices BMF, un lien hypertexte placé à la fin de la notice (« Lire l’inventaire ») permet de passer de l’analyse de l’inventaire au texte de l’inventaire ; à l’inverse dans l’édition de l’inventaire, on trouve un autre lien hypertexte qui permet d’accéder à la notice BMF (« plus de détails dans le répertoire BMF »). En effet, bien souvent les vérifications et les besoins de l’analyse ont conduit le rédacteur à effectuer une transcription66 ou une véritable édition. La mise en ligne de livres numérisés progressant de jour en jour, nous tentons aussi de donner les liens vers les éditions anciennes accessibles sur internet. C’est ainsi que se constitue progressivement un pré-corpus des inventaires anciens de bibliothèques, que nous espérons pouvoir développer. Le projet Biblifram prévoit également la mise en ligne d’un corpus de reproductions des sources elles-mêmes, dont la numérisation a commencé à l’IRHT et à la BnF. Sous réserve d’acceptation de la mise en ligne par les bibliothèques détentrices des droits, ce corpus commencera à être accessible dans le courant de 2012.

30L’architecture du site Libraria permet ainsi de traduire ce qu’est réellement le répertoire BMF : non pas seulement un répertoire de sources remis à jour et profondément remanié, mais la pierre angulaire d’une construction à plusieurs étages ; les BMF permettent de repérer et de comprendre les documents dont la numérisation et la transcription préparent un futur corpus des inventaires médiévaux de France, objectif qui rejoint les grands axes du programme de travail défini dès les origines pour l’équipe de la Codicologie.

2.5. Une base de données en ligne : Bibale

31Bien qu’il soit pleinement un site de recherche scientifique, Libraria n’offre pas toutes les possibilités d’une base de données complexe. Le croisement fin des données sur les collections anciennes sera effectué grâce à un autre outil mis au point par la section de Codicologie, la base de données relationnelle (MySQL-PHP) Bibale. Cette base, livrée en septembre 2011, prendra le relais de toute la documentation sur fiches de la section. Elle traite des collections de livres sous tous les angles, de leurs caractéristiques codicologiques et leur présence matérielle dans les collections anciennes à leur contenu, analysé dans une optique d’histoire textuelle : il est en effet primordial pour l’équipe de redonner à l’histoire des bibliothèques tout son sens en en faisant, d’abord, une histoire de la transmission des textes. La base permettra ainsi, à partir d’un auteur et / ou d’un titre, ou même à partir d’un incipit, de retracer le cheminement d’un texte ou d’une association de textes sous ses formes diverses ou sous un titre particulier, de reconstituer l’œuvre d’un auteur et mesurer sa diffusion, ou encore de gérer au mieux les cas de pluri-attribution ou de pseudépigraphie. Elle permettra aussi de mener des recherches en histoire sociale en répondant à des questions telles que : quels sont les livres possédés par telle ou telle catégorie socio-professionnelle à telle époque ? que lisent les chanoines ou les évêques du nord de la France ? les chanoinesses de tel diocèse ? etc. La base ne sera cependant accessible au public que lorsque son contenu permettra de véritables recherches, c’est-à-dire lorsqu’une masse critique de données sera atteinte : pour cela, il faut du personnel, c’est-à-dire des financements.

2.6. Éditions critiques : le futur corpus des inventaires

  • 67 Sur cette entreprise, voir L. REYNHOUT, « Inventaires anciens et nouvelles technologies : Sanderus (...)

32Idéalement, le pré-corpus des inventaires médiévaux de France devrait être progressivement remplacé par un corpus d’éditions critiques, dont le premier volet pourrait être une série consacrée aux bibliothèques cisterciennes. Il ne reste en effet, outre le dossier de Cîteaux, dont l’édition est actuellement préparée par Marie- Françoise Damongeot (BnF), que six bibliothèques cisterciennes d’importance moyenne à traiter pour que l’ensemble des catalogues médiévaux cisterciens de France soit édité scientifiquement. À l’heure actuelle, il est impensable de lancer un tel corpus sans réfléchir au mode d’exploitation des données : il faudra pouvoir interroger l’ensemble des inventaires édités pour retracer le cheminement des textes, pour savoir qui lisait quoi, à quel moment. Cela suppose un balisage du texte des inventaires et, à partir de ce balisage, une alimentation de la base Bibale. Le projet Biblifram prépare cette édition électronique des inventaires anciens en collaborant avec Lucien Reynhout (Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles) au projet Sanderus electronicus, qui vise à mettre en ligne sur un site dédié une édition entièrement balisée (XML TEI P5) de la Bibliotheca Belgica manuscripta (1641-1644) d’Antonius Sanderus67 : cette édition sera le prototype d’un futur corpus en ligne des inventaires de bibliothèques médiévales de France. Nous sommes néanmoins convaincus que les éditions imprimées conservent aujourd’hui toute leur utilité, toute leur nécessité. On pourrait songer à l’avenir au système, familier aux philologues classiques, de l’editio maior et de l’editio minor : réserver à l’imprimé le luxe des annotations les plus fouillées (editio maior), réserver à l’électronique l’interopérabilité des données et les recherches transversales sur de vastes corpus allégés des commentaires (editio minor).

33Le jour n’est peut-être pas si éloigné où l’on pourra enfin doter la recherche d’un instrument de travail performant sur les bibliothèques médiévales, dans le droit fil du programme tracé en 1943 par Jeanne Vielliard, mais avec des objectifs et des moyens qui sont ceux de notre xxie siècle débutant.

Annexe

Un même inventaire traité dans les BMMF (Notice A) et dans les BMF (Notice B)

Notice A

34Guillelmus Petri de Guodino

351304.08.25

36Legs de livres au couvent des Dominicains de Bayonne par le cardinal Guillaume de Pierre-Godin (24 art.).

37Pau, Arch. dép. Pyrénées Atlantiques H 55.

38Éd. Laurent (M.H.), in AFP, t.2 (1932), pp.107-111.
686

Notice B

39Guillelmus Petri de Godino, O.P. (H) – 1304

40Date : 1304, 25 août.

41Répertoire : BMMF, n° 686.

42Analyse : Guillaume de Pierre Godin, qui vient de soutenir sa maîtrise en théologie à l’université de Paris, obtient du maître général de l’ordre des prêcheurs la permission de donner au couvent dominicain de Bayonne où il avait pris l’habit, 23 volumes, ouvrages de théologie essentiellement, dont une part importante de traités patristiques, Denys l’Aréopagite, des œuvres de Thomas d’Aquin (Somme de théologie, commentaires de Job, Jean, les épîtres de Paul). Il reconnaît également détenir 8 livres, qu’il avait empruntés au frère Géraud de Malartico, parmi lesquels l’Éthique d’Aristote et le commentaire de Thomas d’Aquin. Il ne s’agit pas d’un testament. Guillaume y prévoit que les doublets puissent être remplacés par d’autres livres ; il mentionne l’ « armarium commune » et précise que sa donation n’est pas faite au couvent de Bayonne mais « à la communauté de la province de Toulouse », charge au provincial d’assigner les livres à qui il lui semblera bon.

43Source : *Pau, AD des Pyrénées-Atlantiques, H 55.

44Éd. : Galabert (François), Album de paléographie et de diplomatique. Fac-similés phototypiques de documents relatifs à l’histoire du Midi de la France et en particulier de la ville de Toulouse, Toulouse, 1912, XIVe, pl. II, n° 2 (transcription et facsimilé) ; LAURENT (Marie-Hyacinthe), « Le testament et la succession du cardinal dominicain Guillaume de Pierre Godin », dans AFP, 2, 1932, p. 84-231 (éd. p. 107- 111).

45Reprod. : Galabert, XIVe, pl. II, n° 2.

46Christine Gadrat et Martin Morard

Notes

1 Ce texte reprend, pour les éléments antérieurs à 2006, notre présentation des projets de l’équipe de « Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique » de l’IRHT : « Vers un corpus des inventaires médiévaux de bibliothèques françaises : des débuts de la section de Codicologie au projet BMF, 60 ans de recherches », M. PEYRAFORT-HUIN et A.-M. TURCAN- VERKERK, Les bibliothèques médiévales au xxie siècle. Bases de données et inventaires en ligne », actes de la table-ronde organisée à l’IRHT le 14 décembre 2006 [En ligne] : http://aedilis.irht.cnrs.fr/bibliotheques/

2 J. VIELLIARD et M.-Th. VERNET-BOUCREL, « La recherche des manuscrits latins », Mémorial des Études latines… offert à … J. Marouzeau, Paris, Les Belles Lettres, 1943, p. 442-457, notamment p. 449.

3 J. MONFRIN, « Les études sur les bibliothèques médiévales à l’Institut de recherche et d’histoire des textes », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1945-1946, t. 106, n°1, p. 320- 322.

4 A. VERNET, « Études et travaux sur les bibliothèques médiévales (1937-1947) », Revue d’histoire de l’Église de France, 1948, t. 34, p. 63-94 ; réimpr. dans A. VERNET, Études médiévales, Paris, Études augustiniennes, 1981, p. 457-488.

5 A. BONDEELLE-SOUCHIER, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale. Répertoire des abbayes d’hommes, Paris, CNRS Ed., 1991 ; « Les moniales cisterciennes et leurs livres manuscrits dans la France d’Ancien Régime », Cîteaux. Commentarii cistercienses, 1994, t. 45, 3-4, p. 193-337 ; Bibliothèques de l’ordre de Prémontré dans la France d’Ancien Régime, Paris, CNRS Éd., 2000-2006.

6 A.-M. GENEVOIS, J.-F. GENEST, « Pour un traitement automatique des inventaires anciens de manuscrits », Revue d’histoire des textes, 1973, t. 3, p. 313-314.

7 A. VERNET, A.-M. GENEVOIS, J.-F. GENEST, « Pour un traitement automatique des inventaires anciens de manuscrits. II », Revue d’histoire des textes, 1974, t. 4, p. 436-437.

8 Voir Ch. CHAPELIER, « Inventaires ecclésiastiques. Collégiale de Saint-Dié, chapitres nobles des Vosges », Bulletin de la Société philomatique vosgienne, 1892-1893, t. 18, p. 97- 118 (édition p. 110-112).

9 Il s’agit de la date des documents conservés, et non pas de celle des inventaires, qui peuvent être antérieurs à la source qui les transmet.

10 A. VERNET, avec la collab. de J.-F. GENEST et de l’IRHT, La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du xiie au xviiie siècle. I. Catalogues et répertoires, Paris, CNRS Éd., 1979.

11 M. PEYRAFORT-HUIN, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (xiie-xixe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, avec la collaboration de P. STIRNEMANN et de J.-L. BENOIT, Paris, CNRS Éd., 2001.

12 D. NEBBIAI, La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Marseille (xie-xve siècle), Paris, CNRS Éd., 2005.

13 Édition à paraître, par † Colette JEUDY et Guy LANOE.

14 Programme piloté par la BnF, dirigé par Marie-Hélène TESNIERE (BnF), avec la collaboration de Françoise FÉRY-HUE et Monique PEYRAFORT-HUIN (IRHT), associé au projet ANR Biblifram et au projet européen Europeana regia.

15 F. BOUGARD, P. PETITMENGIN, La bibliothèque de l’abbaye cistercienne de Vauluisant, Paris, CNRS Éd., à paraître.

16 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, La bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendant le Grand Schisme d’Occident et sa dispersion : Inventaires et concordances, 1-2, Roma, EFR, 1991.

17 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la Papauté d’Avignon. II. Inventaires de prélats et de clercs français - Édition, Paris, CNRS Éd., 2001.

18 J. VIELLIARD, M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (1402-1536), Paris, CNRS Éd., 2000.

19 Voir [En ligne] : http://www.irht.cnrs.fr/publications/der.htm, ainsi que la bibliographie des travaux concernant les bibliothèques anciennes à l’IRHT de 1995 à 2005 : http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/bibliotheques-bibliographie.htm

20 Aide portant la référence ANR-08-BLAN-0319-01. Biblifram associe l’IRHT, le Département des manuscrits de la BnF, le CIHAM de Lyon (UMR 5648) et la Médiathèque du Grand Troyes. Le texte du projet est téléchargeable [En ligne] : http://www.libraria.fr/fr/biblifram/leprojet- biblifram

21 Voir la liste des auteurs [En ligne] : http://www.libraria.fr/fr/bmf/repertoire-bmf-1- %E2%80%94-accueil

22 BMMF, nos 1724 et 1725.

23 BMMF, nos 1773-1775.

24 Il figure dans l’obituaire de l’établissement (BnF, ms. n.a.l. 349, p. 184).

25 Archives départementales des Vosges (A.D. 88) : G 387.

26 B.M. Saint-Mihiel, ms. 71, t. IV, f. 243r/v et ms. 71, t. I, f. 169.

27 Comme la déclaration des biens de l’abbaye prémontrée Notre-Dame de Bonfays, du 5 mai 1790 (Paris, AN, F19 611, 5, Vosges), recensée dans le répertoire alors que le texte stipule : « Il ne s’est trouvé aucuns manuscrits... ».

28 À titre d’exemple, il paraît impossible de déterminer s’il subsistait encore des manuscrits parmi les livres décrits dans l’inventaire du 4-5 mai 1790 de l’abbaye prémontrée Notre- Dame de Jandeures (Archives départementales de la Meuse (A.D. 55) : Q 813)).

29 L’exploitation des gisements documentaires qui nous paraissent les plus importants (archives, catalogues de vente, inventaires révolutionnaires, correspondances érudites) a fait l’objet d’une demande de financement au sein du projet d’équipement d’excellence Biblissima (« Bibliotheca bibliothecarum novissima. Un observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance »), déposé par A.-M. Turcan-Verkerk en septembre 2011.

30 Un exemple de notice est donné en annexe.

31 Une telle analyse a permis de réévaluer totalement la fonction d’une des deux listes du xiie siècle connues pour la bibliothèque de Saint-Allyre de Clermont ; cette liste avait, jusque-là, été considérée comme un simple brouillon, ce que l’on peut contester au vu de l’utilisation de l’encre rouge : voir M. PEYRAFORT-HUIN, « Un puzzle multiséculaire : jalons pour reconstituer la bibliothèque clermontoise de Saint-Allyre (premier volet) », M. GOULLET (dir.), Parva pro magnis munera. Études de littérature latine tardo-antique et médiévale offertes à François Dolbeau par ses élèves, Turnhout, Brepols, 2009, p. 75-118.

32 B.M. Verdun, ms 77, f. 24v ; voir A.-M. TURCAN-VERKERK, « Entre Verdun et Lobbes, un catalogue de bibliothèque scolaire inédit. À propos du manuscrit Verdun BM 77 », Scriptorium, 1992, vol. 46, n° 2, p. 157-203 (édition, datation, proposition de localisation).

33 M.-J. GASSE-GRANDJEAN, Les livres dans les abbayes vosgiennes du Moyen Âge, Nancy, PUN, 1992, Index nominum, p. 250.

34 Voir le testament de cette chanoinesse (B.M. Remiremont, ms. 4, f. 141v-143, en particulier f. 142v [Copie Vuillemin]) ; voir la notice BMF, JAQUETA DE VIENNA.

35 Le répertoire de 1987 est issu de l’une des premières bases de données de l’IRHT : or, à l’époque, le nombre de caractères des champs était très limité, ce qui explique la taille des commentaires ou l’abréviation drastique des références bibliographiques.

36 Sacri et canonici ordinis Praemonstratensis Annales, 2, 1736, col. 212 ; voir la notice BMF, PONT-À-MOUSSON-1736a.

37 E. MARTENE, U. DURAND, Voyage littéraire de deux bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur, Paris, Delaulne et al., 1717, p. 127-128 ; voir la notice BMF, PONT-À-MOUSSON- 1712.

38 Bernard de MONTFAUCON, Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, Paris, Briasson, 1739, t. 2, p. 1180 ; voir la notice BMF, MOYENMOUTIER-1739.

39 Voir la notice BMF, Moyenmoutier-1717-1727.

40 Synthèse à venir d’A.-M. TURCAN-VERKERK (Madamina, il catalogo è questo…), et résumé de ses conférences à l’EPHE, 2010-2011.

41 Paris, BnF, ms. lat. 11902, f. 248-249 et suiv. ; inédit ; transcr. IRHT (lat. 11902) ; T. RUINART (éd.), Ouvrages posthumes de d. Jean Mabillon et de d. Thierri Ruinard, t. III contenant […] le Voiage d’Alsace & de Lorraine, Paris, Babuty, 1724, p. 434 et p. 487.

42 Liste du 12 janvier 1362 (Paris, BnF, ms. n.a.f. 1282, f. 74) ; voir la notice BMF, REMIREMONT- 1362.

43 B.M. Metz, ms. 1156, f. 21v ; voir la notice BMF, SAINT-MONT (LE)-1367.

44 B.M. Saint-Mihiel, ms. 69 ; voir la notice BMF, SAINT-MIHIEL-1779.

45 B.M. Épinal, mss. 189 (4)- 189 (5)] ; voir la notice BMF, MOYENMOUTIER-1717-1727.

46 Liste de 1365 (Paris, BnF, ms. n.a.f. 1282, f. 73v, 75) ; voir la notice BMF, REMIREMONT- 1365.

47 A.D. 88 : G 407.

48 A.D. 88 : G 406.

49 B.M. Épinal, mss. 189 (4)- 189 (5)].

50 Onglet créé par Martin Morard, qui l’enrichit régulièrement : http://www.libraria.fr/fr/terminologie/editer-un-inventaire-m%C3%A9di%C3%A9val

51 On peut rapprocher néanmoins ce terme d’une expression employée par le chroniqueur Aubri de Trois-Fontaines : « ex libello qui canterellus dicitur » : P. SCHEFFER-BOICHORST (éd.), MGH Scriptores, t. 23, Hannover, 1874, p. 707 l. 42. Le terme désigne la chronique de Saint-Hubert, par ailleurs appelée cantatorium, peut-être à cause de son format, le cantatorium étant habituellement un livre de chant caractérisé par sa forme étroite et allongée ; v. Paul LEHMANN, Mittelalterliche Büchertitel, dans Erforschung des Mitttelalters, t. 5, Stuttgart, 1962, p. 1-93 (p. 54).

52 Mentionné à plusieurs reprises dans le testament de Jean [II] Baudoin (A.D. 88 : G 406) ; voir la notice BMF, JEAN [II] BAUDOIN-1466.

53 Art 18 de l’inventaire de 1362 de Remiremont, BnF, ms. n.a.f. 1282, f. 74 ; voir la notice BMF, REMIREMONT-1362.

54 Inventaire des biens du chanoine Gérard Judei (A.D. 88 : G 382, f. 4-4v).

55 Inventaire des biens du chanoine Humbert Desjeunes (BnF, ms. n.a.f. 1283, Inventaire A, art. 10, 18, Inventaire B, art. 44, 58, 60).

56 Ibid., Inventaire A, art. 57, et avec un ordre inverse d’adjectifs, Inventaire B, art. 45 et 57).

57 Ibid., Inventaire A, art. 58).

58 Ibid., Inventaire A, art. 17 et 63 et Inventaire B, art. 64, 68, 85).

59 Ibid., Inventaire B, art. 11).

60 Ibid., Inventaire B, art. 10 et 19).

61 Ibid., Inventaire A, art. 15 et 40, 19 et 82, Inventaire B, art. 8, 24-25).

62 Cette question qui est récurrente dans de nombreux inventaires doit en partie faire l’objet d’une séance du séminaire « Histoire des bibliothèques anciennes », organisé par l’IRHT pour l’année 2011-2012.

63 G. FOURNIER, « Listes, énumérations, inventaires. Un aperçu des sources médiévales et modernes de la bibliothèque du collège de Sorbonne » (avec des notices détaillées sur 70 documents, contre 15 en 1987).

64 Notamment « Les livres des chanoines de Saint-Sernin de Toulouse d’après les inventaires de 1246 et 1263 », C. GIRAUD et M. MORARD (dir.), Universitas scolarium. Mélanges en l’honneur de M. le professeur Jacques Verger, Paris, EPHE, 2011, p. 261-338 ; « La bibliothèque des Jacobins de Toulouse (1229-1792) », N. BERIOU, D. NEBBIAI, M. MORARD (dir.), Entre stabilité et itinérance. Livres et culture des ordres mendiants (13e-15e siècles), actes du colloque international (Paris, 20-21 novembre 2010), Turnhout, Brepols, à paraître ; « L’apport des listes de manuscrits à l’histoire de Lérins. Visite de chantier », Lieux de culte, hagiographie et reliques sur l’île monastique de Lérins, actes de la journée d’études de l’École française de Rome, 10 juin 1011 ; le texte de certains de ces inventaires sera mis en ligne sur Libraria.

65 [En ligne] : http://www.libraria.fr/fr/bmf/repertoire-bmf-1-%E2%80%94-accueil et http://www.libraria.fr/fr/editions-inventaires

66 Il s’agit en effet d’un simple établissement du texte, sans identification des textes mentionnés, ni des manuscrits subsistants ; mais tout chercheur sait les difficultés de lecture ou d’interprétation que comporte une « simple » transcription !

67 Sur cette entreprise, voir L. REYNHOUT, « Inventaires anciens et nouvelles technologies : Sanderus electronicus, l’édition électronique de la Bibliotheca Belgica Manuscripta (1641-1644) », dans Les bibliothèques médiévales au xxie siècle : bases de données et inventaire en ligne, A.-M. TURCAN-VERKERK, M. PEYRAFORT-HUIN (dir.), Paris-Orléans, IRHT, 2007 [En ligne] http://aedilis.irht.cnrs.fr/bibliotheques/reynhout.htm

Table des illustrations

Titre Répartition chronologique des sources9 transmettant des inventaires de bibliothèques d’abbayes cisterciennes d’hommes en France
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540