Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. La fabrique du manuscrit

Les réguliers et la patrimonialisation du manuscrit au xviiie siècle

Fabienne Henryot

Texte intégral

  • 1 On pense au Plan d’action pour le patrimoine écrit (PAPE) coordonné par le Ministère de la Culture (...)
  • 2 F. BARBIER, « Patrimoine, production, reproduction », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, (...)

1Au moment où les pouvoirs politiques multiplient les projets de valorisation et de sauvegarde du patrimoine écrit1, il n’est pas sans intérêt de s’interroger sur les origines de la fascination pour les productions écrites anciennes. Si l’emploi du terme « patrimoine » est aujourd’hui galvaudé, c’est qu’on oublie qu’il n’y a pas de patrimoine existant par lui-même, même si le terme, dans son étymologie même, renvoie à la notion d’héritage2. Il s’agit, avant tout, d’un processus qui fait de l’objet un patrimoine.

  • 3 H.-E. BODECKER (dir.), Histoires du livre. Nouvelles orientations, Paris, IMEC éditions, 1995.
  • 4 D. POULOT, « Les représentations du patrimoine des bibliothèques, xvie-xxe siècles », Le patrimoin (...)
  • 5 A. KUPIEC, Le livre sauveur, Paris, Kimé, 1998.
  • 6 Voir par exemple la collection « Patrimoine des bibliothèques de France, un guide des régions », P (...)

2Si le livre a aujourd’hui une histoire qui s’est élevée au rang de discipline3, la manière dont ce livre s’est progressivement constitué, de manière historique, en patrimoine est encore mal connue. L’historiographie situe à la Révolution le commencement de la patrimonialisation de l’écrit, avec les confiscations des bibliothèques conventuelles et celles des émigrés4, ignorant toutes les formes de requalification patrimoniale de l’écrit en amont de cet événement ou indépendamment de lui. Il semble qu’elle ait aussi surévalué le rôle de l’administration révolutionnaire dans la mise en marche de ce processus, car on sait aujourd’hui que l’objectif premier de l’Assemblée, à l’égard du livre, était moins de sauver que de rendre le livre « sauveur » et d’en faire une arme pour sortir les Français de l’ignorance et de l’obscurantisme5. Et il n’est pas certain que la Révolution ait voulu voir dans les livres confisqués, pour l’essentiel dans les maisons religieuses, les fragments à vénérer d’une histoire collective, puisqu’elle prétendait au contraire faire table rase du passé. C’est beaucoup plus tardivement qu’on a considéré les vestiges de ces bibliothèques ecclésiastiques comme les traces vivantes et emblématiques de l’histoire, et qu’on les a chargés de sens6.

  • 7 A. CHARON-PARENT, « Les grandes collections du xvie siècle », C. JOLLY (dir.), Histoire des biblio (...)
  • 8 Art. « Bibliothèque » dans Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des Arts…, 1751, t. II, p. 227 et (...)
  • 9 Le classement dit « de la Librairie parisienne », instauré et devenu une « norme » au xviiie siècl (...)

3Ainsi, les événements de la Révolution ont masqué, dans l’historiographie, une marche à la patrimonialisation plus ancienne encore, et plus discrète aussi parce qu’elle avait pour cadre les établissements monastiques et conventuels. Certes, il y eut très tôt, parmi une élite laïque, une fascination pour le manuscrit ancien ; mais il s’agissait alors davantage de rassembler des pièces rares que de protéger un « patrimoine » ; manuscrits et imprimés, au moins au temps de l’humanisme et du premier xviie siècle, étaient inventoriés sans distinction dans ces bibliothèques7. Les princes également, par le biais des collections royales, ont joué un rôle dans la constitution de gros ensembles de manuscrits dès le début du xvie siècle. Mais les bibliothèques des réguliers offrent des caractéristiques fortes qui favorisent la patrimonialisation de l’écrit. D’abord, elles échappent à toute temporalité : transgénérationelles, elles ne sont pas soumises à la circulation du livre et à la recomposition des collections caractérisant les bibliothèques privées. Alors qu’à la Révolution, c’est le déplacement et le déclassement, voire le tri entre le commun et le précieux, qui crée le patrimoine, chez les réguliers, c’est sur l’immobilisme, sur la superposition de strates temporelles, voire mémorielles, qu’il se fonde. En 1751, l’auteur de l’article « Bibliothèque » de l’Encyclopédie établit une distinction nette entre les bibliothèques monastiques et les bibliothèques profanes, reconnaissant aux premières une primauté et une grande valeur patrimoniale quoiqu’elles soient, à ses yeux, mortes ou moribondes8. Ainsi, au milieu du xviiie siècle, le processus de patrimonialisation des livres est déjà très largement entamé : la distanciation est permise entre le lecteur et son livre, entre l’usager et son objet. Ce que ce savant auteur dit aussi, c’est que les progrès de la bibliographie comme science historique et non pas littéraire9 et dans le même temps, le développement des voyages littéraires, ont été d’abord une affaire d’ecclésiastiques. Pourtant, convoquer les témoignages des contemporains extérieurs à cet univers ne saurait suffire, puisque la patrimonialisation est d’abord une affaire d’ » interprétation », par les propriétaires des objets, de leur sens emblématique. On se propose donc d’en présenter les différentes phases.

1. Les réguliers face à leurs bibliothèques (xviie -début du xviiie siècle)

1.1. Le livre, mémoire du couvent et bien mobilier

  • 10 E. ISNARD, Codex minimus, Lyon, Du Plessier, 1631, t. 1, p. 295. Nous traduisons.
  • 11 Les statuts généraux de Barcelone, pour la famille cismontaine de l’Ordre de Nostre Père séraphiqu (...)

4À l’origine, les bibliothécaires réguliers n’ont pas d’autre vocation que de conserver, c’est-à-dire, étymologiquement, empêcher que les livres ne soient gâtés (par les intempéries, les insectes, les lecteurs indélicats), pour transmettre une collection dans son intégralité. On se situe ici dans la dimension « juridique » du patrimoine, un bien à protéger. Les constitutions de tous les ordres religieux insistent sur un point, au chapitre des bibliothèques : les religieux n’ont pas le droit de se défaire des livres qui leurs sont donnés. Quelques règlements, certes, laissent entendre qu’il est possible aussi de les échanger contre d’autres plus utiles à la communauté, mais le propos est clair, particulièrement au sein des ordres dont le mode de vie dépend entièrement de la générosité des bourgeois. Chez les minimes, par exemple, « que les livres laissés à leur mort par des frères, ou par titre de donation, ou par legs, ou par quelqu’autre manière, reviennent au couvent ; qu’on ne les vende pas, ni ne les partage ou prenne en gage, donne ou concède à quiconque »10. Chez les frères mineurs, il est prescrit que « les livres qui se trouveront inutiles à certains couvents pourront estre transportés en d’autres par le ministre provincial, avec consentement par écrit des gardiens et discrets des lieux : n’estoit que de tels livres fussent affectez par des Bienfaicteurs à certaine bibliothèque particulière »11.

  • 12 R. BELLARMIN, Catéchisme et ample déclaration de la doctrine chrétienne, Toul, Saint- Martel, 1618 (...)
  • 13 M. BECAN, Opusculorum theologicorum, Paris, Chappelet, 1618, note sur la page de titre (nous tradu (...)

5Du reste, le don de livres est souvent très formalisé, empruntant des formules fondant un « patrimoine » au sens juridique du terme : un bien dont on pouvait prouver le droit à sa possession. On peut lire ainsi sur la page de titre d’un Catéchisme de Bellarmin donné aux capucins de Saint-Mihiel la mention « convent. Sammiel. ff. Cap. Cath[alogo] insc[riptus] », et au verso de cette page : « donné par nous Jean Laurant mayeur, faict au dict lieu ce trante Ime Janvier Mil Cy Scant quarante et ung »12. Sur un autre livre, la mention est tout aussi explicite : « inscrit au catalogue des frères Capucins de Saint-Mihiel, des petits livres de François du Laurente, décédé le 8 septembre 1653, priez pour lui »13. Sous forme de contrat officiel, le don valait au donateur l’assurance de prières et peut-être du salut, contre la transmission d’un objet dont la possession est définitive et ne peut plus être contestable.

1.2. Une progressive spécialisation des bibliothécaires réguliers

  • 14 Voir nos analyses, dans F. HENRYOT, Livres, bibliothèques et lecture dans les couvents mendiants ( (...)
  • 15 Les statuts des Récollets de la custodie de Saint-Nicolas en Lorraine, Luxembourg, Chevallier, 170 (...)

6Au sein des communautés régulières, dans la première moitié du xviiie siècle, la bibliothèque connaît une série de mutations décisives. Certes, la grande diversité du monde régulier, partagé entre enseignants, missionnaires, prédicateurs, mystiques, ordres charitables ou érudits, interdit toute généralisation. Mais des évolutions parallèles se font jour. Au sein des couvents mendiants, orientés vers l’apostolat et revendiquant une histoire militante, celle des combats de la Réforme catholique, la bibliothèque cesse d’être l’arsenal offrant aux religieux les armes propres à leur pastorale (controverse, casuistique, prédication en particulier) et tend à devenir le manifeste et le réceptacle d’une mémoire, celle de l’ordre, celle du couvent, parfois aussi celle des individus14. Sans pour autant se figer, elle met en évidence, au beau milieu du xviiie siècle, les valeurs fondatrices du couvent, celles du début du xviie siècle. Précisément parce que l’actualisation des fonds n’est pas la préoccupation majeure des supérieurs (en 1702 encore, chez les récollets de Lorraine, les supérieurs n’ont pas le droit de dépenser plus de six écus par an en livres15), la bibliothèque devient, sous le regard des frères, le lieu incarnant l’histoire du couvent et où on peut, au fil des rayonnages, retrouver les vestiges de ce passé.

7Dans le même temps, parmi les ordres érudits et particulièrement les bénédictins, la bibliothèque tend à changer d’ambition. On constate un peu partout un mouvement parallèle de spécialisation de cet « office du bibliothécaire », réglementé par les statuts et les constitutions. Au cours du xviiie siècle, on passe de la figure du bibliothécaire magasinier, dénommé custos librorum, voué à la conservation passive, surveillant son cabinet de livres, réparant les reliures et contrôlant les emprunts, à celle du bibliothécaire érudit, explorant avec gourmandise les ouvrages légués par la patiente opiniâtreté de ses prédécesseurs. Cette mutation est à replacer dans le contexte plus général de l’examen critique des sources, promu par le mauriste Jean Mabillon, et de l’émergence de la notion d’ » édition scientifique » pratiquée par exemple par Luc d’Achery. Le manuscrit devient une « archive » respectable par son caractère unique.

  • 16 La Règle de Saint Benoist, avec les déclarations qui se gardent en la Congrégation de S. Vanne et (...)
  • 17 Regula sanctissimi Patris Benedicti, ad usum Congregationis SS Vitoni et Hydulphi accomodata, Pari (...)
  • 18 Cité par dom A. CALMET, Bibliothèque lorraine ou histoire des hommes illustres qui ont fleuri en L (...)
  • 19 U. DURAND et J. MARTENE, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de S. (...)

8Cette évolution est particulièrement sensible dans la Congrégation bénédictine de Saint-Vanne. Dans les statuts de 167916, il n’est pas question de bibliothèque, seulement de la réglementation de la lecture : le livre est donc un objet du quotidien, destiné à nourrir la spiritualité des moines. Un peu moins d’un siècle plus tard, en 1769, les constitutions exigent non seulement une bibliothèque par abbaye ou prieuré, mais aussi un bibliothécaire, choisi parmi les moines « versés dans les Sciences et la bibliographie ». Son attention doit particulièrement se porter sur les « livres anciens en parchemin », qu’il est formellement interdit de vendre ou de dilapider, sous aucun prétexte17. Le rôle du bibliothécaire est donc bien de distinguer, parmi l’ensemble de la collection, ce qui relève du patrimoine collectif, vénérable pour son ancienneté, mémoire de l’abbaye, et ce qui est plus ordinaire et qui peut faire l’objet d’un troc avec un libraire. On voit donc se pencher, tout au long du xviiie siècle, les bibliothécaires bénédictins sur ces fonds. Ceux qui exercent à Saint-Mihiel incarnent particulièrement cette mutation, avant même que les statuts ne l’imposent. Dom Ildephonse Cathelinot, savant religieux, compagnon d’études de dom Calmet à qui il a rendu bien des services, a acquis au fil des années une grande connaissance des livres ; on lui doit, notamment, une traité (perdu) sur la manière de dresser une bibliothèque18. Sur chaque nouveau livre qui entre à la bibliothèque, il porte son regard, usé par les lectures et néanmoins critique, afin d’en déterminer l’intérêt, les failles, la place dans le débat qu’il contribue à renouveler. Scrutant, par exemple, le Voyage littéraire de dom Martène et dom Durand, à la page consacrée à la description de l’abbaye de Saint-Mihiel, son abbaye, il ajoute quelques annotations afin de préciser des éléments qui ont échappé aux deux savants mauristes. C’est précisément la présentation de la bibliothèque qui fait l’objet de ces annotations. Dom Martène et dom Durand avaient écrit : « La bibliothèque est une des plus belles et des meilleures qu’on puisse voir en province. Elle contient un très grand nombre de livres imprimez, & quelques manuscrits, parmi lesquels nous trouvâmes un très beau psautier écrit en grec et un Alcoran écrit en lettres d’or »19. Tout cela semble insuffisant à dom Cathelinot, qui ajoute dans la marge : « il y en a encore un en très belles [lettres] arabes in-8° entier couvert de maroquin rouge dans l’armoire des Hérétiques […]. D. Montfaucon dans sa Paléographie grecque parle de ce psautier grec p. 235 et de Sédulius qui l’a écrit. L’alcoran ne comprend que les trois premiers chapitres en lettres arabes in-4° ». Dom Cathelinot croise ainsi les lectures : celle, immédiate, du Voyage littéraire, celle du manuscrit désigné ; enfin celle de l’ouvrage de Montfaucon, afin de déterminer aussi précisément que possible ce qui, dans la bibliothèque, relève d’un patrimoine par sa rareté ou sa singularité, et ce qui est plus ordinaire. Il est intéressant de constater que la démarche de protection de ces pièces rares de la bibliothèque est imposée « par le haut », par les autorités de la Congrégation, mais très largement relayée par la pratique de savants religieux : on a bien affaire ici à la création d’un objet patrimonial, c’est-à-dire né d’une volonté « politique » et d’une pensée érudite.

  • 20 J. de L’ISLE, Histoire de la célèbre et ancienne abbaye de Saint-Mihiel, Nancy, Haener, 1767.
  • 21 D. POULOT, art. cit., p. 20.
  • 22 Ibid., p. 178-179.

9Les abbés bénédictins sont aussi, avec les bibliothécaires, les agents de cette patrimonialisation et, en cette époque où fleurissent dans toutes les abbayes des chroniques monastiques, on y trouve un regard distancié sur les bibliothèques. Dom Joseph de L’Isle, à Saint-Mihiel toujours, publie en 1767 une Histoire de son abbaye20. Comme tous ses confrères auteurs de ce genre de monographie, il s’interroge, sans le dire clairement, sur une « mythologie des origines » qui rend possible l’idée de patrimoine21. On relève, çà et là, des éléments concernant la bibliothèque, toujours en lien avec les épisodes marquants, comme l’introduction de la réforme vanniste, l’époque de la protection de l’abbaye par le cardinal de Lorraine ou encore l’abbatiat de dom Hennezon, abbé exemplaire. Mais si le livre y a une valeur emblématique et identitaire – il accompagne la perfection des religieux – il n’est pas en tant que tel un objet patrimonial ; il faut remonter en amont des temps modernes, pour trouver des mentions plus explicites. Par exemple, à propos de l’abbatiat de Wary de la Valle au xve siècle, dom de L’Isle note : « le couvent de Saint-Mihiel fit faire à Paris le gros et fameux Graduel qui couta 186 francs trois gros ; on le conserve encore aujourd’hui dans le Trésor de la sacristie, comme une pièce rare »22. On relève ici le glissement, de l’usage d’un livre liturgique (la prière de chœur) à un objet curieux et vénérable. Et ce n’est certainement pas un hasard, si les livres qui sont prioritairement patrimonialisés sont les Écritures ou les livres liturgiques : ce sont aussi les deux fondements de la vie monastique, la prière de chœur et la lectio divina.

  • 23 B.M. Saint-Mihiel : ms. 71, Prospectus systematis bibliographici ejusdem monasterii, [1779], 4 vol
  • 24 B.M. Saint-Dié, ms. 71, Bibliothecae quasi-episcopalis canoniae Stivagiensis cataloguus, anno MDCC (...)
  • 25 F. HENRYOT, « Livres, pouvoir et savoirs à Domèvre au xviiie siècle », C. ANDRIOT et C. GUYON (dir (...)
  • 26 B.M. Epinal : ms. 4-5, Catalogus bibliothecae Mediani Monasterii anno 1727, par dom Belhomme, voir (...)
  • 27 H. BELHOMME, Historia mediani in Monte Vosago Monasterii ordinis sancti Benedicti ex congregatione (...)

10C’est toujours par le biais de l’histoire que se crée le patrimoine, l’auteur se saisissant d’objets, de lieux ou d’événements pour fonder l’identité de son monastère. À l’inverse, la bibliographie et la catalographie, parce qu’elles prétendent tout embrasser, le quelconque comme l’exceptionnel, évacuent presque totalement cette démarche. Ainsi, à Saint-Mihiel, un bibliothécaire, anonyme celui-là, qui a vu les transformations de la bibliothèque et la construction d’un somptueux décor vers 1775, en dresse un nouveau catalogue23. Un volume complet de ce catalogue qui en compte quatre, est consacré aux manuscrits anciens de la bibliothèque de l’abbaye. Chaque volume est assorti de commentaires descriptifs érudits. Au seuil de l’inventaire, le bibliothécaire annonce son projet, qui est de décrire de la manière la plus exacte chaque manuscrit, selon les termes de la diplomatique, et surtout de les dater. Il n’intègre donc pas à proprement parler de critère patrimonial. Parfois, cependant, lui échappent des commentaires tels que « ce manuscrit est le plus précieux de la bibliothèque, il est bien surprenant qu’aucun des catalogues précédents n’en ayent point parlé », à propos d’une bible grecque in-4°. Mais dans l’ensemble, son opération de catalogage se doit de prendre en compte chaque objet bibliographique. Du reste, dans beaucoup d’abbayes, même les plus sensibilisées au patrimoine écrit grâce à un abbé curieux et compétent, le traitement catalographique des manuscrits reste assez sommaire : chez les prémontrés d’Etival24, chez les chanoines réguliers de Domèvre25, ils sont mélangés aux imprimés. Chez les prémontrés de Belval, le catalogage des manuscrits est effectué en appendice de celui des imprimés, mais on n’y trouve aucun commentaire de nature « affective » ou de résonnance avec l’histoire de l’établissement ; de même à Moyenmoûtier, où dom Belhomme, davantage porté sur les imprimés qu’il fait acheter à grands frais à Paris, que sur les manuscrits, ne se donne pas la peine d’en faire une description approfondie26, quoiqu’il les ait abondamment utilisés pour écrire l’histoire de son abbaye, dans les mêmes années27.

11Au cours du xviiie siècle, bibliothécaires et surtout abbés ont participé à des degrés divers à l’émergence d’une part patrimoniale des bibliothèques monastiques. À l’échelle des ordres ou de l’Europe régulière, le phénomène a été plus spectaculaire encore, grâce à des prospections de grande envergure dans les fonds d’un grand nombre d’abbayes.

2. Cartographier le patrimoine : les voyages littéraires et les bibliographies

12Les fils de saint Benoît se distinguent aussi par la publication d’outils de travail tout à fait nouveaux, des « bibliothèques » de manuscrits, mais des bibliothèques « hors les murs », sans réalité topographique : des bibliographies en réalité. Le bénédictin Olivier Légipont expose dans ses Dissertationes philologicobibliographicae publiées en 1747, qu’un bon bibliothécaire doit avoir de solides connaissances en codicologie et en diplomatique. Au moment où il écrit ce traité, les religieux de son ordre ont acquis une véritable capacité d’expertise dans ce domaine, grâce à la publication des récits de leurs « voyages littéraires ».

  • 28 D.-O. HUREL, « La place de l’érudition dans le Voyage littéraire de dom Edmond Martène et dom Ursi (...)

13Ces voyages tiennent d’abord à la densité du réseau monastique, qui favorise la circulation entre les maisons. L’ambition, ensuite, est de cartographier et quantifier ce qui, aux yeux de ces religieux, est clairement devenu un patrimoine, qu’il s’agisse du patrimoine écrit, épigraphique (les inscriptions funéraires des cloîtres et chapelles), ou sacré (les reliques)28. Si le terme « patrimoine » n’apparaît jamais sous leur plume, c’est à l’évidence la raison d’être de leur voyage.

2.1. Les voyageurs littéraires face au manuscrit : fabriquer l’identité bénédictine

  • 29 Abbé MARCHAL (éd.), Le voyage de dom Thierry Ruinart en Lorraine et en Alsace, Nancy, Wiener, 1862
  • 30 Ibid., p. 30.
  • 31 Ibid., p. 50.

14En 1696, dom Ruinart et dom Mabillon quittent leur abbaye parisienne pour prospecter dans les abbayes de l’est de la France, à la recherche de curiosités patrimoniales emblématiques de l’histoire bénédictine29. En chaque lieu, la bibliothèque leur est ouverte. Partout, ils disent avoir enquêté sur un ou des possible(s) nécrologe(s) de l’abbaye, estimant que ces manuscrits témoignent de la succession des abbés et de la sorte, de la transmission de l’observance bénédictine. Une autre catégorie d’ouvrages retient leur attention : les manuscrits qui documentent les particularismes historiques, juridiques, culturels, liturgiques et sacrés. Ainsi, à Saint-Faron de Meaux, ils observent un manuscrit du xive siècle comportant les statuts synodaux de ce diocèse. À Hautvillers, première abbaye de la congrégation de Saint-Vanne sur leur chemin, ils notent une Vie de sainte Hélène, dont l’abbaye possède aussi une relique, et un Passionnaire propre à cette abbaye et copié au xiiie siècle. À Saint-Airy de Verdun, ils prennent quelques notes sur une vie de saint Airy, évêque de Verdun, écrite par l’abbé Étienne au xie siècle ; à Saint-Symphorien de Metz, une vie de saint Clément évêque de Metz. L’exploration patrimoniale se double parfois d’une dimension affective. Le savant bénédictin confesse ainsi : « j’eus un vif plaisir à feuilleter des manuscrits autographes du R.P. Didier de La Cour »30, changeant momentanément de registre d’écriture et témoignant du bonheur de voir et toucher des documents particulièrement chargés de sens. Car c’est l’histoire de l’ordre qui se donne à voir dans ces textes : à Senones, dom Ruinart s’arrête sur un « Traité de maître Étienne, de Paris, sur la règle de saint Benoît, écrit il y a environ 600 ans »31.

  • 32 Voyage littéraire de deux religieux bénédictins…., op. cit., t. 2, p. 95.
  • 33 Ibid., p. 128.
  • 34 Ibid., p. 149 (Orval) et 150 (Mouzon).

15Au début des années 1710, les mauristes dom Martène et dom Durand viennent à leur tour en Lorraine. « [Le prieur et le sous-prieur] nous firent voir les archives et la bibliothèque qui est excellente. Il y a néanmoins peu de manuscrits mais ce qu’il y a est très bon »32, écrivent-ils à propos de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun. Selon les critères de l’érudition mauriste, une bonne bibliothèque est à leurs yeux un conservatoire qui offre une abondante matière aux spécialistes d’histoire et de diplomatique. Ils dédaignent donc les bibliothèques remarquables pour la quantité et la variété des imprimés qui y sont rassemblés. Chez les Prémontrés de Verdun, ils insistent sur « les actes du Concile de Trente recueillis par Nicolas Pseaume qui y assista ». À l’abbaye prémontrée de Pont-à-Mousson, ils s’intéressent aux anciens statuts des Prémontrés et à « un Missel d’environ trois cents ans traduit en François qui avoit été à l’usage de Philippe de Gueldre »33. La bibliothèque est d’abord un lieu construit pour la mémoire, pour refléter, par fragments, l’histoire des grandes heures de la maison qui l’abrite : l’abbatiat de Nicolas Psaume à Verdun, la sainteté légendaire de la duchesse Philippe, morte à Pont-à-Mousson en 1546. À l’abbaye cistercienne d’Orval, ils repèrent, en plus des textes patristiques qui fascinent alors les mauristes, une « chronique de Freculse, celle de Gille d’Orval » ; chez les bénédictins de Mouzon, « la chronique du monastère »34. Les livres ne sont plus seulement des pages cousues ensemble : ils sont des emblèmes d’une histoire qui dépasse largement les murs des abbayes ; ils sont ce qu’il reste des héros de l’histoire religieuse lorraine.

  • 35 A. CALMET, Diarium helveticum reverendissimi ac clarissimi Domini Augustini ordinis S.
  • 36 Ibid., p. 22.
  • 37 Ibid., p. 45.

16À son tour, en 1748, dom Calmet, âgé de 76 ans, prend la route pour les abbayes de Suisse et du monde rhénan, à la constitution desquelles il avait été associé, de loin, comme conseiller bibliographe. Entre le 14 juin et le 19 juillet, il visite quatorze bibliothèques, dont onze bénédictines35. Dom Calmet crée des catégories en fonction de sa propre interprétation du contenu des bibliothèques visitées. Les appréciations qu’il en donne permettent de préciser sa notion du « patrimoine ». Les superlatifs sont fréquents sous la plume de ce moine, mais ils ne sont pas interchangeables. « Vetustissima », par exemple, prend un sens péjoratif : c’est ainsi qu’il qualifie la bibliothèque de la cathédrale de Petershusen. L’antiquité n’est pas en soi une qualité ; il faut que le livre, ou toute la collection, délivre un propos que le lecteur ne pourrait connaître autrement que par le recours à ceux-ci. La plupart des bibliothèques bénédictines helvétiques sont dites « instructissima » voire « praestantissima », comme celles de Saint-Gall et de Reichenau, dont les manuscrits, exclusivement, retiennent son attention. Quant aux imprimés, il faut qu’ils portent une singularité manifeste pour qu’il les remarque : à l’abbaye de Moury, par exemple, il note avec un évident plaisir de bibliophile une bible latine imprimée avec des notes marginales de Zwingli36. Son regard, enfin, est borné par ses préoccupations érudites ; il ne relève que les documents traitant de liturgie, tels les missels et graduels médiévaux, susceptibles d’apporter de nouvelles révélations pour ses travaux sur les anciens rites. Dom Calmet manifeste donc une conception très étroite du patrimoine, isolant dans chaque bibliothèque un nombre très réduit de pièces remarquables pour leur ancienneté, leur support (les manuscrits sur papyrus d’Einsiedeln par exemple37), et leur extrême spécialisation.

  • 38 E. de BARTHELEMY (éd.), « Visite de Dom Guyton dans les abbayes de la Lorraine, 1746 », Mémoires d (...)
  • 39 Ibid., p. 217.
  • 40 Ibid., p. 215.

17Le cas de dom Guyon, à la même époque, est tout aussi significatif. Ce religieux cistercien, bibliothécaire de Clairvaux en Champagne, quitte son abbaye pour visiter celles de Lorraine et de Flandres, dans le cadre d’une investigation sur les origines de la réforme bernardine. Au cours de ses pérégrinations, dom Guyon prend le temps de noter quelques raretés qui éclairent sa conception du « patrimoine ». Celuici, d’abord, est « estampillé » comme tel par des spécialistes, et particulièrement dom Mabillon. Chez les prémontrés de Pont-à-Mousson, par exemple, il observe une « Bible latine manuscrite, attestée par la signature du P. Mabillon [comme étant] du xiie siècle »38 et chez les bénédictins de Saint-Vanne de Verdun, « un recueil infolio marqué, dit-on, de la signature de dom Mabillon dans lequel est la chronique de Hugues de Flavigny, abbaye en Bourgogne »39. Les livres doivent d’abord être authentifiés avant d’être désignés pour leur valeur matérielle et identitaire. En outre, à l’abbaye de Haute-Seille, il s’étonne de trouver « un manuscrit sur parchemin qui m’a paru venir de notre abbaye de Clairvaux »40 et qu’il se fait restituer sur le champ : c’est le possesseur légitime qui donne sens à l’objet patrimonial ; entre les mains d’un autre possesseur, il est un objet comme les autres, vide de sens.

  • 41 M. GERBERT, Iter Alemannicum, accedit Italicum et gallicum, [Du monastère S. Blaise en Forêt Noire (...)

18Dans tous les cas, pour ces voyageurs littéraires, le rapport à l’objet est éminemment affectif. Dom Martin Gerbert, de l’abbaye de Saint-Blaise en Forêt Noire, durant son voyage iter gallicum effectué en 1759, évoque sans fausse pudeur la « volupté » que lui procure, à l’abbaye de Luxeuil, l’examen attentif de « manuscrits très anciens »41. Plaisirs des yeux et de l’esprit pour un historien averti, ces manuscrits échappent à la sphère des objets usuels pour rejoindre celle des objets emblématiques.

2.2. Les bibliographies, ou la distinction entre le patrimonial et l’ordinaire

  • 42 D.-O. HUREL, R. ROGE (dir.), Dom Bernard de Montfaucon, CDDP de l’Aude - Éditions de Fontenelle, 1 (...)

19Contemporain de ces voyageurs infatigables, le bénédictin dom Bernard de Montfaucon42 n’en adopte cependant pas la démarche. Travaillant à une bibliographie des manuscrits précieux conservés dans les bibliothèques de son temps, publiques et privées, laïques et religieuses, il s’intéresse à tout manuscrit rare et ancien, quel que soit son rapport à l’histoire locale. La patristique, les chroniques et annales, les textes littéraires universels l’intéressent tout autant. Cette enquête, fondée sur une intense correspondance avec les maisons des différentes congrégations bénédictines, aboutit en 1739 à la Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum. Malgré tout, cette bibliographie n’est pas exempte de tris préalables. En Lorraine, il relève à Saint- Mihiel 60 manuscrits, 27 à Moyenmoûtier, seulement 4 à Senones ; il isole ainsi une part de ces bibliothèques dont les éléments sont nécessairement uniques et à ce titre, infiniment précieux. À Metz, il ne décompte et décrit que les manuscrits du chapitre cathédral, sans s’intéresser aux quatre bibliothèques bénédictines de la ville.

  • 43 Ch.-L. HUGO, Sacri et canonici ordinis Praemonstratensis Annales, Nancy, Cusson, 1734- 1736.

20Ces recensements dessinent donc une carte morcelée de la Lorraine du livre. Ces moines érudits hiérarchisent les bibliothèques en fonction de ce critère, « oubliant » une foule de bibliothèques considérées comme médiocres. Charles-Louis Hugo, abbé prémontré d’Étival, publie à partir de 1734 un dictionnaire des abbayes prémontrées43 ; chaque notice comprend l’histoire de la fondation, le catalogue des abbés, la liste des reliques possédées, les cures desservies avec la preuve des droits possédés sur ces paroisses. Et parfois, l’inventaire des manuscrits. L’absence de systématisme pour cette dernière rubrique permet à l’auteur d’attirer l’attention sur une frange des collections prémontrées, uniquement celles qui renferment des écrits anciens : ce sont, pour les 21 bibliothèques de la circarie de Lorraine, celles de Pont-à-Mousson, de Verdun et de Belval, soit un total de 80 manuscrits seulement. En revanche, il semble fasciné par les bibliothèques des Pays-Bas autrichiens, consacrant des colonnes entières à Saint-Michel d’Anvers, Floreffe ou Bonne-Espérance dans le Hainaut. Il met ainsi en évidence, selon des critères très personnels, une concentration patrimoniale forte aux frontières de la Lorraine et de la France.

  • 44 M.-J. GASSE-GRANDJEAN, Le livre dans les abbayes vosgiennes au Moyen Âge, Nancy, PUN, 1991, p. 180 (...)
  • 45 A. CALMET, Histoire de l’abbaye de Senones, F. Dinago (éd.), Saint-Dié, 1876, p. 282.
  • 46 T. FALMAGNE, « Trier, cataloguer et interpréter les fragments médiévaux : le cas d′Echternach », D (...)

21Le cas de l’abbé Hugo montre enfin que ce qui est patrimonial pour les uns ne l’est pas pour les autres : dans les années 1710-1720, il est en tractations avec les chanoines réguliers d’Hérival pour échanger des livres imprimés dont manquent cruellement les chanoines contre leurs manuscrits précieux que l’abbé érudit convoite et dont les chanoines, mal outillés dans le domaine de la codicologie, ne perçoivent pas la valeur : c’est l’argument de l’utile contre le patrimonial. L’abbé Belhomme, à Moyenmoûtier, ne se comporte pas autrement à l’égard de son confrère du Saint-Mont lorsqu’il négocie 19 manuscrits contre 28 imprimés44. Cette reconsidération des bibliothèques monastiques, au xviiie siècle, est d’autant plus symptomatique qu’elle est contemporaine de la sécularisation progressive de l’érudition. La patrimonialisation du livre, dans les abbayes de l’ordre de saint Benoît, de Cîteaux ou de Prémontré, a été aussi un manifeste de la singularité de cet ordre et de sa place dans la République des Lettres. Elle tient aussi à la concentration accentuée des livres, ces abbayes investissant, tout au long du siècle, pour acheter de nouveaux livres imprimés, par le biais du libraire ou lors de ventes publiques, comme ce fut particulièrement le cas à Senones par exemple45. Ce renouvellement permanent a aussi reposé régulièrement le sens même de la notion de patrimoine. Car dans cette accumulation qui donne le vertige, tout n’est pas digne d’être élevé au rang de patrimoine ; la construction de l’objet patrimonial consiste aussi à oublier d’autres objets, insuffisamment significatifs. Il y a dans ces bibliothèques des trésors, mais aussi des « bouquins », dont on se débarrasse quand l’occasion s’en présente. Le patrimoine est donc d’abord un objet à la définition mouvante et incertaine. Pour preuve, alors qu’émerge la notion de patrimoine dans ces abbayes, un certain nombre de manuscrits anciens, notamment hagiographiques et liturgiques, considérés comme périmés au regard des nouvelles pratiques historiques ou cérémonielles, sont dépecés et servent à fabriquer des reliures pour des imprimés ou des manuscrits modernes46 : le critère de l’ancienneté du texte ou du support n’est en aucun cas suffisant, la pertinence de l’objet dans la construction immédiate d’une identité spécifique prévalant. Surtout, il convient que le manuscrit renseigne sur un passé intelligible, ce qui n’est vraisemblablement pas le cas de ces morceaux de martyrologes, de bréviaires, d’hagiographies ou d’autres types d’ouvrages sortis de la mémoire collective au milieu du xviie siècle.

  • 47 Ces deux critères ont été dégagés par N. HEINICH, La fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à (...)

22Ainsi, à la veille de la Révolution, un certain nombre de pièces bibliographiques ont été érigées en objets patrimoniaux, au sens où elles satisfont aux critères de la communauté d’appartenance d’une part, et d’un consensus autour de la pérennité de leur valeur d’autre part47. Celle-ci a été décrétée par l’expertise d’agents avertis – les voyageurs littéraires, bénédictins, prémontrés ou cisterciens, et parfois des bibliothécaires ou des abbés –, qui ont pu certifier, pour chaque objet, sa rareté (ce critère excluant le livre imprimé, par nature sériel), son authenticité, son ancienneté (qu’on songe aux affres du bibliothécaire de Saint-Mihiel qui compulse ses « diplomatistes » pour dater les manuscrits de son abbaye, mais jamais certain de ne pas s’être trompé d’un ou deux siècles) ; enfin, sa beauté. Ces manuscrits, médiévaux pour la plupart, ne sont plus réduits à leur matérialité ou leur utilité, mais sont investis d’une charge émotionnelle et affective particulière. À ce titre, ils méritent d’être conservés et transmis, parce qu’ils matérialisent une identité ecclésiastique.

23Dans la seconde moitié du xviiie siècle, il manque toutefois encore à ces objets des institutions spécifiques définissant les contours des corpus patrimoniaux à grand renfort de grilles de lecture officielles. La Révolution, à partir de 1790, se charge de les inventer.

3. Vers la notion de patrimoine public

  • 48 A. FANGE, La vie du très Révérend Père dom Augustin Calmet, abbé de Senones, Senones, Pariset, 176 (...)

24De la sorte, le savoir-faire des réguliers, et particulièrement des bénédictins dans le domaine de la gestion de ce qui est déjà considéré comme un patrimoine, a largement dépassé les limites du cloître. Au moment de fonder la Bibliothèque publique de Nancy, à la fin des années 1740, la première idée de Stanislas est de confier cette institution aux bénédictins de Saint-Léopold48, reconnus comme des « professionnels du livre ». Cette idée n’a pas été concrétisée. Elle montre en revanche le positionnement nouveau des réguliers dans l’univers des bibliothèques et leur crédibilité en ce domaine auprès des pouvoirs civils.

25Dans la seconde moitié du xviiie siècle, les réguliers sont la cible de nombreuses contestations. Trois épisodes successifs, la suppression de la Compagnie de Jésus, la Commission des Réguliers, enfin la Révolution, modifient progressivement le regard porté sur ces bibliothèques à l’intérieur même du clergé et obligent à poser la question de leur valeur patrimoniale.

3.1. La suppression de la Compagnie de Jésus

26Ce sont d’abord les jésuites qui font les frais de l’hostilité du pouvoir. En 1763, la

  • 49 J. FRANCOIS, Journal, éd. Metz, 1913, p. 65.
  • 50 Ibid., p. 78, 83, 91.

27Compagnie est supprimée en France, et en Lorraine, cette loi est appliquée en 1766, quand les duchés sont absorbés par le Royaume voisin. Leurs biens sont confisqués. La suppression est une affaire profondément politique : nul ne songe à ce qu’il faudrait faire des bibliothèques des collèges et des noviciats. Elles sont en principe saisies en même temps que les biens meubles et immeubles, mais rares sont les cas où l’on peut suivre avec précision le devenir exact de ces collections. À Paris et à Lyon, elles sont vendues à l’encan. En Lorraine, la dispersion est assez anarchique. Les religieux des établissements installés dans les anciens duchés, ayant eu le temps d’anticiper la débâcle, ont sans doute emporté une partie de leurs livres avec eux. À Metz, ville française, les livres des jésuites sont expertisés dès juin 1763, et pour cette opération, il est révélateur que les autorités urbaines s’en remettent non à des libraires, mais à des réguliers : le bénédictin dom Chardon et le bibliothécaire du couvent des carmes déchaussés de la ville, lequel se défausse d’ailleurs, de peur de déplaire à l’évêque49. Ces deux religieux sont considérés, du fait de leur état, comme des spécialistes de ce type de patrimoine. Les livres sont ensuite vendus sur la place publique à partir de janvier 1764, au grand profit des autres maisons religieuses de la ville, en particulier de l’abbaye bénédictine Saint-Clément dont l’entreprenant abbé dom François parvient à récupérer 1 400 volumes par l’entremise d’un négociant juif, comme il s’en explique, avec satisfaction, dans son journal50. La possibilité d’une recomposition des bibliothèques et de leur part patrimoniale ne suscite alors aucun débat ; au contraire, elle alimente la curiosité et permet aux amateurs de se pourvoir en livres rares.

3.2. La Commission des Réguliers

  • 51 P. CHEVALLIER, Loménie de Brienne et l’ordre monastique (1766-1789), Paris, Vrin, 1959, 2 vol. ; s (...)

28Toutefois, les jésuites n’étaient guère réputés pour leurs collections de manuscrits ; les choses sont différentes pour les suppressions décrétées par la Commission des Réguliers dans les années 177051, qui touchent des ordres anciens et érudits.

  • 52 Archives départementales de Moselle (A.D. 57) : H 2942, Inventaire de la bibliothèque
  • 53 BnF, ms. fr. 15290 : Catalogue raisonné des manuscrits déposez dans les bibliothèques de la congré (...)
  • 54 A.D. 57 : H 2949. Devenir de la bibliothèque des célestins de Metz.

29En Lorraine, on constate très peu de suppressions. Le couvent des célestins de Metz doit fermer, comme tous les 21 couvents de cet ordre en France, qui sont alors visités par des commissaires du roi pour dresser un inventaire de tout ce qu’ils y trouvent, y compris les livres. Le couvent de Metz possède au moment de l’inventaire, en décembre 1771, 1 867 volumes répartis dans quatre armoires52. Lors de la rédaction de l’inventaire, les commissaires se contentent d’établir une liste de livres, sans hiérarchie d’intérêt ou de valeur marchande, preuve qu’au-delà des limites du cloître, les livres des réguliers ne suscitent pas forcément les convoitises. En revanche, dans les semaines qui suivent, quelques voix s’élèvent pour attirer l’attention sur la valeur patrimoniale de ces bibliothèques. Encore une fois, non sans opérer des tris subjectifs. Le P. Daire, religieux du couvent de Paris, décide de mener un catalogage systématique des manuscrits possédés par ces maisons de son ordre53. Une correspondance entre le couvent de Metz et celui de Paris commence donc. Dans les archives concernant la suppression du couvent de Metz, on trouve cette note autographe (non datée) du P. Daire : « J’en ai donné il y a 18 mois le [titre illisible] au père Thierry [un des religieux de Metz]. J’espère si ce dernier l’a vendu ou non. Cela n’est plus de mon bail. Je salue M. Hamatius. Que les bénédictins l’aient acheté ou non, ils le communiqueront avec plaisir. Je connois trop dom Tabouillot et dom François pour en douter. [Signé] Daire »54. L’érudit célestin fait ici référence à deux bénédictins qui se sont fait connaître dans le monde des livres. Dom François est l’abbé de Saint-Clément déjà cité, religieux toujours à l’affût des livres susceptibles d’enrichir son abbaye ; dom Tabouillot est l’auteur d’une monumentale Histoire de Metz. Ainsi, à la fin du xviiie siècle, l’idée fait son chemin que les livres accumulés au fil de quatre ou cinq siècles constituent un patrimoine qu’il faut signaler à l’attention du monde érudit ; et qu’ils peuvent changer de mains du moment que des catalogues les signalent au public.

  • 55 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (A.D. 54) : H 1663 : Inventaire de la commanderie d (...)
  • 56 A.D. 57 : H 1742.
  • 57 P. FIEL, « Le journal de voyage de H.-A. Regnard de Gironcourt », Le Pays Lorrain, 1932, n° 4, p. (...)
  • 58 B.M. Nancy : ms. 1658, Divers voyages en Lorraine par M. Reynard de Gironcourt (1757- 1785), voyag (...)

30Toujours sous l’effet de la Commission des Réguliers, les commanderies de l’ordre de Saint-Antoine sont fusionnées avec celles de l’ordre de Malte. À cette occasion, le bailli de l’Ordre visite toutes les commanderies en 1777 et dresse un inventaire systématique de leurs biens55. Les bibliothèques y sont décrites avec beaucoup de minutie et assorties d’une estimation financière qui renvoie à la notion de patrimoine au sens premier et juridique du terme. Ce sont 2 676 volumes à Pont-à- Mousson, 1 106 à Bar-le-Duc et 1 524 à Metz qui changent alors de propriétaire. La bibliothèque de Metz est vendue à l’encan56 ; les deux autres sont remises aux chevaliers de Malte. Signe que la société laïque commence à être sensibilisée au patrimoine écrit des maisons religieuses, Henri-Antoine Reynard de Gironcourt (1719- 1786), qui passe trente ans de sa vie à voyager dans toute la Lorraine57, se désole devant le tableau qu’offre en 1779 l’ancienne commanderie de Pont-à-Mousson : « déserte, abandonnée, ou occupée seulement par quelques séculiers, il ne restoit dans ce triste spectacle que la bibliothèque que l’Ordre de Malte auquel celuy de saint Antoine est réuni, s’est sans doute réservée, quoique ces Chevaliers, à ce que je pense, n’usent pas beaucoup les livres »58. Reynard, certes appartenant à l’élite de la Lorraine, observe un indéniable gâchis. Mais il est un des seuls, dans l’opinion, à s’émouvoir de cette situation. C’est alors que la Révolution survient.

3.3. La Révolution, une patrimonialisation manquée ?

  • 59 D. VARRY, « Les confiscations révolutionnaires », Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Pr (...)

31La confiscation des biens du clergé, en novembre 1789, ne vise pas d’abord la récupération des bibliothèques ecclésiastiques ; il s’agit seulement de faire face à la menace de banqueroute de l’État. Les pouvoirs ne perçoivent pas tout de suite qu’ils vont se retrouver propriétaires d’un gigantesque patrimoine, impossible à chiffrer mais qui s’élèverait en février 1791, selon les estimations, à 4 168 439 volumes imprimés et 25 973 manuscrits59. Si les bibliothèques sont saisies de droit en novembre 1789, elles le sont de fait en 1791 : il y eut donc une longue période d’hésitation. Tout au plus peut-on constater que les bibliothèques monastiques ont d’emblée fait l’objet d’un traitement particulier : inventoriées au printemps 1790, elles ne peuvent être vendues ; des scellés sont apposés sur leurs portes pour garantir leur intégrité.

32De la sorte, face à une porte de bibliothèque hermétiquement close dans leurs maisons, les religieux sont déjà dépossédés. Reste à savoir comment a été vécue cette dépossession, et si elle révèle un sentiment particulièrement fort à l’égard du livre comme objet patrimonial et identitaire. Or, les attitudes ont été diverses et équivoques.

  • 60 A.D. 54 : 1 Q 157.
  • 61 B.M. Nancy : ms. 1061(662), Journal des opérations relatives à la réunion et description des bibli (...)
  • 62 J.-C. MULLER, « ‛Faites-moi la grâce de ne pas dédaigner mon envoi’ : réquisitions de manuscrits e (...)

33Au début de l’année 1790, sommés de décrire leurs biens et d’envoyer ces dépositions à la municipalité dont ils dépendent, les religieux se gardent bien d’attirer l’attention sur les bibliothèques, en les dévaluant si nécessaire. Les cordeliers de Nancy exposent par exemple que dans la leur, « plusieurs ouvrages sont incomplets, plusieurs réputés bouquins, il n’y a aucun manuscrit rare ou de prix »60, alors qu’ils ont une des plus belles bibliothèques de la ville. Ensuite, dans l’intervalle séparant l’annonce de la saisie, de la visite des commissaires municipaux, on constate en quelques endroits des tentatives, plus ou moins réussies, de détourner des ouvrages pour les soustraire à la Nation. À Saint-Avold, en avril 1790, il ne reste que 760 volumes au lieu des 3 139 attendus et ceux qui manquent ont été remplacés par des faux livres en bois ou en carton recouverts de basane. Aux alentours de Nancy, les chartreux de Bosserville ont mis de côté une douzaine de caisses de livres, avec la complicité des habitants du village voisin d’Art-sur-Meurthe61. De telles attitudes révèlent un certain sentiment de révolte face à la spoliation. On ne sait malheureusement pas quels livres ils ont voulu emporter. Ce qui est certain, c’est que les religieux ont un avantage sur l’administration révolutionnaire : ils savent ce qu’ils possèdent et en connaissent la valeur. On retrouve ainsi, entre 1792, date de l’exil des derniers religieux, et les débuts de l’Empire, l’ancien bibliothécaire bénédictin de Saint-Symphorien de Metz, Jean-Baptiste Maugérard, mener une vie aventureuse dans l’Empire, et organisant un trafic de manuscrits pour lequel il est indubitable qu’il s’est servi dans les rayonnages de son abbaye et dans ceux d’autres établissements germaniques. Il devient, sous le Consulat, l’un des fournisseurs en incunables et en manuscrits de la bibliothèque nationale à Paris62.

34Mais dans l’ensemble, les religieux se sont laissé faire et il ne semble pas que les manuscrits aient particulièrement fait l’objet de vols ; quand des livres disparaissent, il semblerait que ce soit plutôt ceux qu’ils utilisent tous les jours : volumes d’histoire, de théologie, dictionnaires. Cette attitude peut être interprétée de différentes manières. Il se peut, d’abord, que le sentiment de posséder dans le cloître un véritable patrimoine écrit n’ait touché que quelques religieux avertis. Et même si l’ensemble des religieux a eu cette notion de « patrimoine », celui-ci n’existant que par rapport au corps qu’il contribuait à identifier, ce corps disparu, quel sens cela pouvait-il avoir, de s’attacher encore à ces livres ? Suggérons enfin que les religieux, qui ouvraient assez largement leurs bibliothèques au public dans la seconde moitié du xviiie siècle, n’étaient peut-être pas foncièrement hostiles à une transmission de ce patrimoine à l’ensemble du monde érudit – encore qu’en 1790-1791, ils n’aient pu s’assurer de cette éventualité, la Nation n’ayant aucune idée précise de ce qu’elle ferait de ces livres.

  • 63 D. VARRY, « Il faut que les Lumières arrivent par torrents. La Révolution française et la création (...)
  • 64 Archives départementales de la Meuse (A.D. 55) : L 1462.

35Finalement, la Nation a beaucoup tardé à patrimonialiser le livre. Il convient d’insister sur le dédain général qui a suivi l’inventaire des bibliothèques confisquées en 1790, et sur la généralisation des poncifs sur les antiques pieusetés et théologies retrouvées dans les rayonnages de ces établissements, suscitant le mépris de l’administration, laquelle était sans doute incapable de lire le latin, et plus encore les manuscrits. Maints projets sont successivement avancés, entamés mais sans aboutir : la Bibliographie nationale, grande entreprise de catalogage, la création des Écoles centrales en 1795, pour lesquelles ces livres devaient former le noyau des bibliothèques. Ces bibliothèques deviennent municipales en 180363. Les retards de catalogage et de mise à disposition du public, engendrent un glissement de sens des objets confisqués, progressivement réappropriés par de nouveaux possesseurs. En septembre 1815 seulement le bibliothécaire du district de Saint-Mihiel écrit : « Il existe dans la cy-devant abbaye de Saint-Mihiel une vaste bibliothèque qui a une longueur de 48 Mètres 10 décimètres et de largeur sept mètres soixante-dix centimètres. Le plafond en est superbe, décoré de guirlandes supérieurement travaillées. Elle renferme onze à douze mille volumes distribués dans cinquante-huit armoires bien boisées et très bien sculptées. Cette bibliothèque est riche en Bibles en toutes sortes de langues. Le talmud en hébreu formant 14 volumes petit in-folio s’y trouve. En général il y a beaucoup d’excellentes éditions, beaucoup d’incunables et une soixantaine de manuscrits tant in-folio qu’in-quarto et in-octavo. Les manuscrits ne sont pas à la vérité inédits mais ils sont recommandables par leur antiquité. Il en existe du viiie siècle, plusieurs du ixe, xe et jusqu’au xive siècle »64.

36Au début du xixe siècle commence ainsi une appropriation par le public et le profane des livres des ecclésiastiques, acquérant progressivement le statut de « patrimoine ». Ce processus culmine en 2008 avec le retour d’un manuscrit carolingien de l’abbaye qui suscite un sentiment de « restitution » légitime, quoique largement monnayée, et fêtée par la ville comme un événement culturel65. Les livres sont aujourd’hui l’un des éléments identitaires de la ville de Saint-Mihiel.

*

  • 66 Selon l’expression de S. LE RAY, « Singularité et ambiguïté du patrimoine écrit », Le Patrimoine, (...)

37Chez les réguliers, entre la fin du xviie siècle et la Révolution, le livre accède au statut d’objet patrimonial, et particulièrement le livre manuscrit. Il est à la fois une réalité matérielle et donc transmissible, on lui reconnaît une valeur financière et il possède un statut moral et identitaire spécifique : trois critères qui définissent le patrimoine. Le mot n’est jamais utilisé en ce sens par les religieux ; réalité toujours en mouvement, il semble aussi, paradoxalement, impérissable. L’antériorité des réguliers dans le processus de patrimonialisation de l’écrit s’est fondée sur un savoir-faire dans la « science des bibliothèques » et sur l’intégration du livre dans les éléments essentiels de l’identité des différents ordres. Symbole d’érudition chez les bénédictins et les prémontrés, support de l’apostolat ou de la contemplation chez les mendiants, la bibliothèque monastique ou conventuelle a été très tôt, du fait de sa pérennité, un « héritage culturel » pour les religieux de chaque génération, chargé d’une certaine sacralité parce qu’elle permet « le ressaisissement de la mémoire par elle-même »66 et son appropriation.

Notes

1 On pense au Plan d’action pour le patrimoine écrit (PAPE) coordonné par le Ministère de la Culture depuis 2005, consistant en une cartographie de ce patrimoine en vue de son enrichissement, de son catalogage, de la numérisation d’une partie des documents identifiés, et d’une meilleure communication autour des fonds anciens des bibliothèques publiques. Voir G. COHEN, M. YVON, « Le Plan d’Action pour le Patrimoine écrit », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, t. 49, n° 5, p. 48-50 et F. PLAZANNET, « Le Plan d’Action pour le Patrimoine écrit : coordonner, accompagner, évaluer », Bulletin des bibliothèques de France, 2008, t. 53, n° 6, p. 14-19.

2 F. BARBIER, « Patrimoine, production, reproduction », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, t. 49, n° 5, p. 11-20. Sur le concept de patrimoine en général, voir J.-P. BABELON, A. CHASTEL, La notion de patrimoine, rééd. Paris, Liana Levi, 1994 ; J.-Y. ANDRIEUX (dir.), Patrimoine. Sources et paradoxes de l’identité, Rennes, PUR, 2011.

3 H.-E. BODECKER (dir.), Histoires du livre. Nouvelles orientations, Paris, IMEC éditions, 1995.

4 D. POULOT, « Les représentations du patrimoine des bibliothèques, xvie-xxe siècles », Le patrimoine. Histoire, pratiques et perspectives, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1997, p. 17-41. Voir surtout « La Révolution française et l’invention de la culture moderne du patrimoine », p. 25 et suivantes. S. LE RAY, « Singularité et ambiguïté du patrimoine écrit », ibid., p. 43, ne juge cette notion de « patrimoine écrit » pertinente qu’à partir des années 1980.

5 A. KUPIEC, Le livre sauveur, Paris, Kimé, 1998.

6 Voir par exemple la collection « Patrimoine des bibliothèques de France, un guide des régions », Paris, Payot, 1995, 10 vol.

7 A. CHARON-PARENT, « Les grandes collections du xvie siècle », C. JOLLY (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 2 : Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis, 1988, p. 85-99 ; A. CORON, « Jacques-Auguste de Thou et sa bibliothèque », ibid., p. 101-125 ; Y. NEXON, « La bibliothèque du chancelier Séguier », ibid., p. 147-155.

8 Art. « Bibliothèque » dans Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des Arts…, 1751, t. II, p. 227 et suivantes.

9 Le classement dit « de la Librairie parisienne », instauré et devenu une « norme » au xviiie siècle, range en effet les bibliographies dans la rubrique « Histoire » et non pas dans les Belles-Lettres.

10 E. ISNARD, Codex minimus, Lyon, Du Plessier, 1631, t. 1, p. 295. Nous traduisons.

11 Les statuts généraux de Barcelone, pour la famille cismontaine de l’Ordre de Nostre Père séraphique saint François, Rouen, Machuel, 1663, p. 81-82.

12 R. BELLARMIN, Catéchisme et ample déclaration de la doctrine chrétienne, Toul, Saint- Martel, 1618, B.M. Saint-Mihiel, H 115.

13 M. BECAN, Opusculorum theologicorum, Paris, Chappelet, 1618, note sur la page de titre (nous traduisons). B.M. Saint-Mihiel.

14 Voir nos analyses, dans F. HENRYOT, Livres, bibliothèques et lecture dans les couvents mendiants (Lorraine, xvie-xviiie siècles), thèse de doctorat, Université Nancy 2, 2010, chap. 2.

15 Les statuts des Récollets de la custodie de Saint-Nicolas en Lorraine, Luxembourg, Chevallier, 1702, p. 116.

16 La Règle de Saint Benoist, avec les déclarations qui se gardent en la Congrégation de S. Vanne et S. Hidulphe, Toul, Jean et A. les Laurents, 1679, chap. XLVIII.

17 Regula sanctissimi Patris Benedicti, ad usum Congregationis SS Vitoni et Hydulphi accomodata, Paris, Desprez, 1769, section II, chap. V.

18 Cité par dom A. CALMET, Bibliothèque lorraine ou histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine…, Nancy, Leseure, 1751, col. 248.

19 U. DURAND et J. MARTENE, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de S. Maur, Paris, Delaulne, 1717. L’exemplaire annoté par dom Cathelinot est à la B.M. Saint-Mihiel, R 69.

20 J. de L’ISLE, Histoire de la célèbre et ancienne abbaye de Saint-Mihiel, Nancy, Haener, 1767.

21 D. POULOT, art. cit., p. 20.

22 Ibid., p. 178-179.

23 B.M. Saint-Mihiel : ms. 71, Prospectus systematis bibliographici ejusdem monasterii, [1779], 4 vol.

24 B.M. Saint-Dié, ms. 71, Bibliothecae quasi-episcopalis canoniae Stivagiensis cataloguus, anno MDCCXXXIX, 2 vol.

25 F. HENRYOT, « Livres, pouvoir et savoirs à Domèvre au xviiie siècle », C. ANDRIOT et C. GUYON (dir.), L’abbaye de Saint-Sauveur en Vosges, mille ans d’histoire, Nancy, Association d’historiens de l’Est, 2010, p. 383-404.

26 B.M. Epinal : ms. 4-5, Catalogus bibliothecae Mediani Monasterii anno 1727, par dom Belhomme, voir la section X consacrée aux Manuscripti (102 notices).

27 H. BELHOMME, Historia mediani in Monte Vosago Monasterii ordinis sancti Benedicti ex congregatione sanctorum Vitoni et Hydulphi, Strasbourg, Dussecker, 1724 ; l’auteur y donne notamment l’édition intégrale de la Vita Hydulphi (xiie siècle) mentionnée au catalogue et de copieux extraits de la Chronique de Moyenmoûtier de l’abbé Jean de Bayon (xive siècle).

28 D.-O. HUREL, « La place de l’érudition dans le Voyage littéraire de dom Edmond Martène et dom Ursin Durand (1717 et 1724) », Revue Mabillon, 1992, t. 64, n° 3, p. 211-228 ; du même, « Le voyage littéraire comme source de l’histoire monastique (xviie-xviiie siècles) », J.-L. LEMAITRE, P. GONNEAU et M. DIMITRIEV (dir.), Moines et monastères dans les sociétés de rite grec et latin, Genève, Droz, 1996, p. 157-178.

29 Abbé MARCHAL (éd.), Le voyage de dom Thierry Ruinart en Lorraine et en Alsace, Nancy, Wiener, 1862.

30 Ibid., p. 30.

31 Ibid., p. 50.

32 Voyage littéraire de deux religieux bénédictins…., op. cit., t. 2, p. 95.

33 Ibid., p. 128.

34 Ibid., p. 149 (Orval) et 150 (Mouzon).

35 A. CALMET, Diarium helveticum reverendissimi ac clarissimi Domini Augustini ordinis S.

P. Benedicti, abbatis S. Petri Senoniensis in Lotharingia, Einsideln, 1756.

36 Ibid., p. 22.

37 Ibid., p. 45.

38 E. de BARTHELEMY (éd.), « Visite de Dom Guyton dans les abbayes de la Lorraine, 1746 », Mémoires de la Société d’Archéologie lorraine, 1887, ici p. 212.

39 Ibid., p. 217.

40 Ibid., p. 215.

41 M. GERBERT, Iter Alemannicum, accedit Italicum et gallicum, [Du monastère S. Blaise en Forêt Noire], 1773, p. 507.

42 D.-O. HUREL, R. ROGE (dir.), Dom Bernard de Montfaucon, CDDP de l’Aude - Éditions de Fontenelle, 1998, 2 vol.

43 Ch.-L. HUGO, Sacri et canonici ordinis Praemonstratensis Annales, Nancy, Cusson, 1734- 1736.

44 M.-J. GASSE-GRANDJEAN, Le livre dans les abbayes vosgiennes au Moyen Âge, Nancy, PUN, 1991, p. 180-181.

45 A. CALMET, Histoire de l’abbaye de Senones, F. Dinago (éd.), Saint-Dié, 1876, p. 282.

46 T. FALMAGNE, « Trier, cataloguer et interpréter les fragments médiévaux : le cas d′Echternach », Das Mittelalter, 2009, vol. 14, n° 2, p. 54-69.

47 Ces deux critères ont été dégagés par N. HEINICH, La fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éd. de la MSH, 2009, p. 258.

48 A. FANGE, La vie du très Révérend Père dom Augustin Calmet, abbé de Senones, Senones, Pariset, 1762, p. 140.

49 J. FRANCOIS, Journal, éd. Metz, 1913, p. 65.

50 Ibid., p. 78, 83, 91.

51 P. CHEVALLIER, Loménie de Brienne et l’ordre monastique (1766-1789), Paris, Vrin, 1959, 2 vol. ; sur l’épisode en Lorraine, voir F. HENRYOT, « Les effets de la Commission des Réguliers », F. HENRYOT, L. JALABERT, Ph. MARTIN (dir.), Atlas de la vie religieuse en Lorraine à l’époque moderne, Metz, Serpenoise, 2011, p. 128-129.

52 Archives départementales de Moselle (A.D. 57) : H 2942, Inventaire de la bibliothèque

53 BnF, ms. fr. 15290 : Catalogue raisonné des manuscrits déposez dans les bibliothèques de la congrégation des Célestins de France. Voir F. BERARD, « La bibliothèque des Célestins de Paris d’après le catalogue collectif du P. Daire (vers 1767-1776) et les manuscrits retrouvés », Positions des thèses de l’École des Chartes, 1979, p. 9-17.

54 A.D. 57 : H 2949. Devenir de la bibliothèque des célestins de Metz.

55 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (A.D. 54) : H 1663 : Inventaire de la commanderie de Pont-à-Mousson. H 1709 : Inventaire de la commanderie de Bar-le-Duc. H 1741 : Inventaire de la commanderie de Metz.

56 A.D. 57 : H 1742.

57 P. FIEL, « Le journal de voyage de H.-A. Regnard de Gironcourt », Le Pays Lorrain, 1932, n° 4, p. 161-178.

58 B.M. Nancy : ms. 1658, Divers voyages en Lorraine par M. Reynard de Gironcourt (1757- 1785), voyage de 1779.

59 D. VARRY, « Les confiscations révolutionnaires », Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Promodis-Cercle de la Librairie, 1989, t. 3, p. 20-23.

60 A.D. 54 : 1 Q 157.

61 B.M. Nancy : ms. 1061(662), Journal des opérations relatives à la réunion et description des bibliothèques des différentes maisons religieuses […] dans l’étendue du district de Nancy, p. 57-58.

62 J.-C. MULLER, « ‛Faites-moi la grâce de ne pas dédaigner mon envoi’ : réquisitions de manuscrits et trafic d’incunables à Metz, à Luxembourg et au pays de Trêves par Jean- Baptiste Maugérard sous le Consulat », Hémecht, 2000, n° 1, p. 5-80.

63 D. VARRY, « Il faut que les Lumières arrivent par torrents. La Révolution française et la création des bibliothèques publiques : projets et réalités », Bulletin des bibliothèques de France, 1989, t. 34, n° 2-3, p. 160-165.

64 Archives départementales de la Meuse (A.D. 55) : L 1462.

65 Voir la communication faite autour de l’événement : par exemple [En ligne] : http://cgmeuse.fr/actualite/user_actualite.asp?page=47&historique=1 (consulté le 13 septembre 2011).

66 Selon l’expression de S. LE RAY, « Singularité et ambiguïté du patrimoine écrit », Le Patrimoine, op. cit., p. 52.

Auteur

Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540