Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. La fabrique du manuscrit

Manuscrits ecclésiastiques / manuscrits d’ecclésiastiques

Philippe Martin

Texte intégral

  • 1 oir, par exemple B. von KRUSENSTJERN, « Was sind Seilbstzeugnisse ? Begriffskritische und quellenk (...)
  • 2 Voir par exemple : J. OLNEY, Autobiography : essays theoretical and critical, Princeton, Princeton (...)
  • 3 S. MOUYSSET, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, xvie - xixe (...)
  • 4 [En ligne] : http://http://www.ecritsduforprive.fr. J.-P. BARDET, Fr.-J. RUGGIU (dir.), Au plus pr (...)
  • 5 Voir par exemple le journal de Mathieu Perrot (1632-1703), chanoine de la cathédrale de Bourges : (...)
  • 6 Nous écarterons de notre analyse les correspondances. Sur cette question, voir par exemple : P.-Y. (...)
  • 7 S. GOMIS, Ph. MARTIN, « L’écriture du croyant », Fr.-J. RUGGIU (dir.), Les Écrits du for privé en (...)
  • 8 Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand (BMU Cl.) : ms. 1499.

1Dans les fonds du séminaire de Nancy, reposent aujourd’hui 164 petits volumes couverts de lettres minuscules, en chapitres très serrés, dus à l’abbé Chatrian. Sermons, journaux intimes, poésies, commentaires personnels, portraits acerbes de contemporains, notes de lecture… : l’écriture de ce prêtre lorrain du xviiie siècle couvre tous les champs. La source est riche, sans doute exceptionnelle. Elle résume la vie d’un actif polygraphe. Ces documents prennent place dans ces écrits du for privé dont les écoles historiques anglo-saxonne et germanique ont montré depuis longtemps l’importance1. Parallèlement à cette découverte, les études littéraires ont cerné les processus d’écriture personnelle toujours complexes et très historiques2. Ces documents font désormais partie intégrante des matériaux utilisés par l’historien3 et de vastes enquêtes dressent des inventaires des archives disponibles4. Un groupe social semble cependant étrangement absent : les clercs. Sur le site des documents du for privé, ils ne représentent que 2,5 % des auteurs des 304 Mémoires répertoriés à l’heure actuelle. Pourtant, l’écriture de ce groupe est d’une rare richesse. Très tôt, les chercheurs en ont mesuré l’importance, publiant documents et journaux5. Pour dresser une typologie de ces manuscrits6 et en aborder les grandes thématiques, nous privilégions ici les hommes ayant écrit avant la Révolution. Leurs écrits ne nous enferment pas dans la seule sphère religieuse et bien des laïcs ont des paroles d’une grande spiritualité7. Ils sont le reflet de la diversité des centres d’intérêt et manifestent clairement le « je » d’un auteur qui décide de se placer sur le papier tout en demeurant à l’abri du lecteur. Il se livre sans chercher une réponse, une information ou une affirmation extériorisée du moi intérieur. Les clercs ont une familiarité avec l’écriture acquise dès le séminaire. Ils écrivent pour apprendre ou enseigner, pour informer leurs supérieurs ou quêter des avis. Une intimité avec la plume qui, intensifiant l’exercice de l’examen de conscience, les pousse, presque naturellement, à parler d’eux dans des écrits intimes. Certains élaborent le projet personnel de dresser un panorama complet de leur activité. C’est ce que semble vouloir faire Claude-Antoine Humbert (1769-1843) qui opte pour un titre particulièrement explicite : Ma vie en forme de journal contenant toutes mes actions, ma religion, mes pensées, mes études, mes goûts, mes lectures, les principaux évènements de mon temps, etc.8 Le plus souvent, ces écrits des ecclésiastiques n’ont cependant pas une telle prétention à l’exhaustivité. Leur typologie révèle les multiples variations du thème de l’écriture personnelle dans un groupe où elle est autant un outil professionnel qu’un moyen d’affirmation intime. Dans le corpus que nous avons rassemblé, l’abbé Chatrian perd sa spécificité mais gagne une individualité. Son écriture est le reflet de celle de son ordre, elle en diffère et elle la résume. Elle sera ici le fil rouge d’une lecture des écrits ecclésiastiques de l’époque moderne.

1. Une écriture ecclésiastique ?

  • 9 Bibliothèque diocésaine de Nancy (BDN) : MC164, p. 129-130. Sur ce personnage, voir H. J.THIRIET, (...)
  • 10 Sur cette période, voir Ph. MARTIN, Lorrains des Lumières, Metz, Serpenoise, 2005, p. 109-123.
  • 11 J. FRANCAIS, « L’abbé Chatrian : chroniqueur de l’émigration », Le Pays Lorrain, 2004, p. 27-34.
  • 12 BDN : MC feuille volante n° 116.
  • 13 BDN : MC feuille volante n° 116. À titre d’exemples, voici quelques indications de la diversité de (...)
  • 14 Fr. MEYER (éd.), Un chanoine de Cavaillon au Grand Siècle. Le livre de raison de Jean- Gaspard de (...)
  • 15 J.-Al. VERI, Journal de l’abbé de Véri, J. De WITTE (éd.), Paris, Tallandier, 1928-1930, 2 vol.
  • 16 S. ROUGIEUX, « Les représentations du paysage dans le journal de Claude Claude, curé de Bagneux », (...)
  • 17 Document utilisé dans R. MOREAU, Histoire de l’âme basque, Bordeaux, Taffard, 1970.
  • 18 J.-P. DENISE, « Livre-journal du chanoine Jean-Baptiste Boucher des Ormes : ses recettes et ses dé (...)
  • 19 CNRS / GDR N° 2649, « Les écrits du for privé en France », Fiche analytique du Livre de raison de (...)
  • 20 M.-C. GOMEZ-GERAUD, Le crépuscule du Gand Voyage. Les récits de pèlerinage à Jérusalem (1458-1612)(...)
  • 21 E. BARTHELEMY (éd.), Journal d’un curé ligueur de Paris sous les trois derniers Valois suivi du Jo (...)
  • 22 J. DELHOTEL, Bref recueil de l’état de l’église de Notre-Dame d’Avioth, Colmar, SAEP, 1981.
  • 23 Mémoires de l’abbé Baston : chanoine de Rouen d’après le manuscrit original (J. LOTH, M. Ch. VERGE (...)
  • 24 BDN : MC29.

2L’abbé Chatrian se donne à voir lui-même lorsqu’il compose une histoire des curés ayant officié à Saint-Clément, paroisse dont il est en charge9. Né le 4 mars 1732 à Lunéville, il est ordonné prêtre le 18 septembre 1756. Pendant une douzaine d’années, il est vicaire dans diverses localités, Saint-Étienne (2 mai 1757), Remoncourt (5 septembre 1763), Brouville (8 janvier 1765), Saint-Clément (28 mai 1765), Ogéviller (25 octobre 1769). En 1771, sa carrière change radicalement. Le 8 mai, il devient secrétaire de Mgr Drouas, évêque de Toul, puis provicaire général du diocèse de Toul (28 septembre 1772). Cette période au service des bureaux épiscopaux ne dure cependant pas. Chatrian est contraint de quitter Toul pour prendre la cure de Resson le 4 octobre 1773. Cette région de Bar-le-Duc ne lui convient pas, il veut retourner près de Lunéville10. Il s’entremet alors avec un collègue pour, par le jeu des permutations, obtenir la cure de Saint-Clément et Chenevières. Il y arrive le 5 décembre 1777 pour en prendre possession, au spirituel et au temporel, le 27 janvier 1778. Ces quarante ans d’existence sont présentés par notre scripteur comme une succession de faits précis, parfaitement datés. Installé désormais près de sa ville natale, il lui semble avoir acquis un statut enviable. S’il ne met pas lui-même sur le papier le reste de sa vie, les années suivantes sont assez faciles à reconstituer11. À partir de juin 1790, il siège à l’Assemblée nationale en remplacement de l’abbé Bastien décédé. Le 4 janvier 1791, il refuse le serment constitutionnel qu’il qualifie d’impie. Il émigre vers Trèves en mai 1792. Pendant près de dix ans, il erre dans les villes allemandes, membre de ce peuple clérical de l’émigration. En mai 1802, il rentre en France et est nommé à la cure de Château- Voué. Il est sans doute terriblement déçu, estimant que sa fidélité à ce qu’il considère comme la seule Église traditionnelle, aurait dû l’amener à obtenir quelque récompense, rêvant de revenir à Saint-Clément. Débouté de sa demande, il refuse son affectation et s’installe à Lunéville où il meurt le 24 août 1814. Tout au long de son existence, Chatrian a rempli ses petits carnets, bien reliés, au format d’un petit in-12°. Quasiment sans rature, dotés d’une table des matières, sans faute de rédaction et sans blancs, ils sont le fruit d’une pensée, et non l’expression spontanée de réflexions consignées sur l’instant. Ils supposent donc une phase qui nous échappe ; celle d’un temps intime, celui de l’élaboration d’un écrit avec ses brouillons et ses hésitations. Quelques anecdotes tendent à en prouver l’existence. Dans ses souvenirs, le petit neveu de Chatrian, l’abbé de Girmont, raconte qu’après un repas avec ses confrères, son oncle « rentre dans son cabinet de travail pour se hâter d’écrire »12. Force nous est donc d’imaginer Chatrian reprenant ses notes pour composer ses manuscrits. Il a laissé d’autres documents, pouillé ou registre d’âmes, rédigés autrement. Ils proposent des listes qui sont amenées à être sans cesse enrichies. Chatrian laisse alors de vastes blancs en bas de page et les couleurs des encres prouvent ces ajouts et insertions ultérieurs. Pour composer ces carnets, Chatrian use d’abord d’un canal oral d’information. L’abbé Girmont explique qu’il consigne « tout ce qu’il vient d’entendre ». Supposons aussi que notre prêtre suscite bien souvent les confidences, tant il affectionne ce qu’il convient d’appeler les ragots, rumeurs sur la vie de ses collègues, questions bénéficiales, évolution de la carte paroissiale ou activités pastorales du clergé lorrain. Les lectures sont la seconde source à laquelle il puise. Son neveu confie qu’il « n’était pas un savant à découvertes & à compositions : son talents était de profiter de ses lectures ; il mettoit à part les choses singulières & curieuses, & en ornoit ses compilations »13. Chatrian s’intéresse à tout, vie des hommes et des territoires, mouvement des idées ou actions pastorales. Son propos demeure profondément ancré dans son milieu : le monde clérical envisagé dans toutes ses dimensions, y compris les moins pieuses. Cette focalisation est une des caractéristiques du travail de Chatrian. Il utilise rarement le « je » intime, refusant de se poser en chroniqueur personnel. Mais, la diversité de ces manuscrits dévoile très facilement sa personnalité, ses haines et ses enthousiasmes. Ce camouflage de la personne et la moisson d’informations pour l’historien sont des caractéristiques des écrits des ecclésiastiques. Il serait en effet illusoire de ne vouloir y voir que le reflet d’une activité pastorale ou d’une réflexion spirituelle. La qualité d’ecclésiastique d’un scripteur n’est pas le gage d’une information sur la religion. Sur les 493 occurrences fournies par le livre de raison du chanoine Jean- Gaspard de Grasse, rédigé entre 1664 et 1684, Frédéric Meyer compte à peine 28 % de mentions se rapportant au domaine religieux14. D’autres sont encore moins prolixes sur leur ministère. Joseph-Alphonse Véri (1724-1799) fait des études à la Sorbonne où il a pour condisciples les abbés De Boisgeli, De Cicé ou Loménie de Brienne. Il devient aussi intime de Turgot. En 1745, il est nommé chanoine de Narbonne, ville dont son oncle est l’archevêque, puis reçoit la commende de l’abbaye de Saint-Satur dans le Berry. Ordonné prêtre en 1749, il devient grand vicaire de l’archevêque de Bourges, Frédéric-Jérôme de La Rochefoucauld. Voyageant en Suisse, Allemagne et Autriche avant de revenir en France (1757), il rêve d’entrer dans le corps diplomatique. Malgré ces appuis, il ne peut obtenir qu’un poste d’auditeur de Rote à Rome. Il reste dix ans dans la capitale pontificale où il accumule les bénéfices ecclésiastiques, réussissant à jouir de 200 000 lt. de rente. À l’avènement de Louis XVI, il joue le rôle de conseiller secret de son ami Maurepas. En 1789, il fuit Paris pour le Comtat Venaissin. Bien qu’ayant prêté le serment, il est arrêté en décembre 1793 puis libéré en octobre 1794. Il meurt le 28 août 1799. Son journal15 est celui d’un clerc ayant côtoyé les plus grands, jouant de son influence pour favoriser la nomination de certains ou écarter d’autres des affaires. Avant d’être un ecclésiastique, Véri est un politique ; c’est à ce titre qu’il écrit. Le geste n’est pas propre aux intrigants et aux serviteurs de l’État. Bien des clercs écrivent ce qui aurait tout aussi bien pu être rédigé par un laïc. Claude Claude voit le jour en 1676, en Lorraine, dans une famille relativement aisée. Ordonné prêtre en 1700, il devient curé Domèvre. De 1699 à 1749, il tient son journal, y consignant les faits marquants de sa vie privée ou de celle de sa famille, les conditions de vie de ses contemporains et les aléas climatiques, les affaires du Royaume ou les nouvelles des principales cours européennes16. Bien d’autres documents issus du clergé s’apparentent aux traditionnels livres de raison. Le journal d’Étienne-Joseph de Harambillet (1724-1808), curé de la paroisse d’Itxassou dans le diocèse de Bayonne entre 1753 et 1779, commence par ces mots : « Livre contenant les comptes de moi Joseph-Étienne Harambillet, curé de la présente paroisse d’Itxassou, diocèse de Bayonne, d’avec mes fermiers […] »17 Le chanoine Jean-Baptiste Boucher des Ormes compose ses Recettes et dépenses à partir de 173018. L’état clérical n’impose donc pas fondamentalement une écriture particulière. L’ecclésiastique est d’abord un homme épousant les modes et les postures de son temps. La décision de prendre la plume est d’ailleurs souvent liée à des circonstances matérielles et personnelles. Jean-Baptiste Marc Antoine de Mandon débute son livre de raison19 le 5 février 1733 car un événement transforme son existence : « a midi arnaud de Mandon mon tres cher et unique frere agé de trente six ans un moy et quatorze jours rendit l’ame a Dieu en sa maison d’Arles. Il mourut d’une fièvre ardente qui l’emporta au 7e jour de sa maladie, il eut le bonheur de recevoir tous les sacremens et les indulgences ». Il devient l’administrateur des biens de ses neveux dont il est le tuteur. Il tient donc les comptes de la tutelle, mentionne les faits familiaux et justifie ses actions. Pour d’autres, l’écriture commence avec un changement de condition, un voyage20 ou toute expérience de rupture qui nécessite une prise de recul et une réflexion sur une nouveauté. Un événement historique est une occasion de s’interroger sur le sens d’un bouleversement. C’est parce qu’il est plongé au cœur de la Ligue, que Jehan de La Fosse compose son journal21 et l’abbé Jean Delhotel commence le sien alors que sa paroisse d’Avioth entre dans la tourmente de la guerre de Trente Ans22. La Révolution est un autre de ces tournants qui incitent à écrire pour tromper l’ennui de l’exil, conserver le souvenir du malheur et donner un sens à ce qui est vécu comme un traumatisme. Guillaume-André Baston (1741- 1825) commence ses mémoires durant son émigration et les poursuit après son retour en France jusqu’en 181823. Jusqu’en 1891, moment où il entre à la bibliothèque de Pont-Audemer, le manuscrit demeure dans la famille du diariste. Il est cependant connu, consulté en 1825 pour rédiger une notice nécrologique de l’abbé ou en 1865 quand Canel rédige ses études historiques sur la Normandie. L’expérience de l’exil est une occasion d’opérer un examen de toute une existence. Aussi l’abbé Baston commence par ces simples mots : « Je suis né en France l’année qui suivit un hiver des plus rigoureux et des plus célèbres ». Le premier tiers de son texte concerne sa vie en France avant son départ pour l’Angleterre. Il y décrit sa jeunesse, ses études à la Sorbonne, son baccalauréat et sa licence en théologie. Il ne demeure pas enfermé dans une sphère strictement personnelle. Sa vie est ponctuée de faits majeurs qu’il commente, l’incendie de la foire de Saint-Germain ou la suppression de la Compagnie de Jésus. La Révolution et le serment refusé provoquent un ralentissement dans le rythme de l’écriture qui n’est plus plongée dans le passé mais quasiment contemporaine des événements. Dans le cas de l’abbé Chatrian, cette expérience, doublée de celle de l’émigration, est la première occasion de se mettre directement en scène avec son Manuscrit d’un curé lorrain émigré24.

2. La diversité d’une écriture

  • 25 St. GOMIS, Ph. MARTIN, op. cit.
  • 26 Ph. MARTIN, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003, p. 93-96.
  • 27 F. HENRYOT, Livres, bibliothèques et lecture dans les couvents mendiants (Lorraine, xvie-xviiie si (...)
  • 28 A. CALMET, Bibliothèque Lorraine ou histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine..., N (...)
  • 29 C’est le cas pour un complément aux preuves de son Histoire de la Lorraine dont la publication en (...)
  • 30 Il s’agit de la Dissertation sur les divinités payennes adorées autrefois en Lorraine et dans d’au (...)
  • 31 J.-P. RENARD (éd.), Directorium pro vicariatu generali in episcopatu Basileensi, Fribourg, Academi (...)
  • 32 Fr. MEYER, La Maison de l’évêque. Familles et curies épiscopales entre Alpes et Rhône…, Paris, Cha (...)
  • 33 A. PERTUISET, Mgr Biord, évêque du diocèse de Genève-Annecy : un prélat de frontière à la périphér (...)
  • 34 J. BURCKARD, Dans le secret des Borgia. Journal du cérémoniaire du Vatican (1492- 1503), J. TURMEL (...)
  • 35 Le Journal de Guillaume Paradin ou la Vie en Beaujolais au temps de la Renaissance (vers 1510-1589 (...)
  • 36 L. DELSOL, Livre ou registre de l’œuvre et fabrique de Notre-Dame de Montagnac (1661- 1687), A. NO (...)
  • 37 Moi, Hugues Aulanier, S. HEUZE (éd.), Loudes, Éditions de la Borne, 1987-2005, 6 vol.
  • 38 BMU Cl. : ms 701.
  • 39 BMU Cl. : ms. 702.
  • 40 Extrait du document (p. 7) cité sur CNRS / GDR N° 2649, « Les écrits du for privé en France », Fic (...)
  • 41 P. FEUGA, « Abbé de cour à la ville », Gryphe, 2002, n° 4, p. 36-39.
  • 42 Le manuscrit ecclésiastique est donc le porteur d’une chronique, à ce titre il n’est pas bien diff (...)

3L’ecclésiastique qui compose un manuscrit personnel use donc de l’écriture pour des raisons personnelles. Pourtant, les premières utilisations de ces manuscrits ont été spirituelles. Il peut sembler tentant d’y chercher les traces de cheminements intimes25. Fidèles et éditeurs ont immédiatement mesuré l’importance de ces écrits, favorisant leur publication. C’est ainsi que bien des textes destinés d’abord à soutenir la mémoire échappent à leurs auteurs pour d’abord circuler sous forme de cahiers recopiés à la main, avant de finir sous les presses qui leur donnent une ample publicité. Les Pensées pieuses tirées des réflexions morales du Nouveau Testament (1711) ou la Conduite d’une dame chrétienne (1724) seraient construits de cette manière. Ce thème du manuscrit arraché à un dévot qui refusait de les communiquer devient un topos si largement utilisé qu’on peut parfois douter de sa réalité26. L’historien doit dépasser cette vision très réductrice des manuscrits ecclésiastiques. Ce sont en fait des documents qui touchent tous les domaines. Certains clercs veulent, par l’écriture, rompre avec le monde. Au calme, dans le secret des bibliothèques de leurs couvents, des religieux écrivent loin des tourments de l’histoire ou de l’action. Ils pratiquent une écriture intellectuelle. Les novices et les séminaristes recopient les règles monastiques ou des ouvrages de prière27. Certains prennent la plume pour apprendre ou s’approprier un message. Pour ceux qui sont un peu plus avancés dans la carrière, écrire est une forme d’appropriation. Ne conseille-t-on pas aux abbés bénédictins de composer une histoire de la maison dont ils prennent possession ? Ces textes ne sont pas spécifiquement destinés à être publiés. Ils ont une triple valeur. Ils manifestent d’abord la volonté d’une organisation d’un passé et d’un espace dans le cadre d’une feuille de papier dont les bords définissent les limites d’une activité. Ils sont, ensuite, un exercice imposé qui contraint un nouveau titulaire à un approfondissement et à un investissement. Enfin, conservés sur les rayons de la bibliothèque, ils sont des témoins pour le reste de la communauté ou de la famille. Certains sont lus mais l’état de conservation impeccable d’autres manuscrits prouve qu’ils n’ont jamais dû être compulsés. Leur existence même suffit. Le célèbre dom Calmet est au croisement de toutes ces attitudes. Lorsqu’il se met en scène lui-même dans sa Bibliothèque lorraine, il signale la liste de ses ouvrages imprimés mais aussi les travaux demeurés manuscrits28. À sa mort, son neveu, dom Fangé, compte 25 manuscrits non publiés : des histoires des monastères de Munster, Saint Léopold de Nancy, Lay-Saint-Christophe, Senones ; l’ébauche d’une histoire de la congrégation lorraine de Saint Vanne et Saint Hydulphe ; un travail sur les Divinités païennes adorées autrefois par les lorrains ; des essais sur la pompe funèbre de Léopold ou les vieux mots lorrains ; des Généalogies de plusieurs maisons illustres de Lorraine. La masse des écrits, à ajouter aux milliers de pages de notes, est la manifestation d’un intense travail personnel, l’énergie d’un des bénédictins les plus importants de son temps. Dans certains cas, le religieux a sans doute pensé à une édition qui, pour diverses raisons, n’a pas été possible29. Ailleurs, elle n’est même pas envisagée. Écrire est un travail, une vocation pour celui qui a rejoint le cloître pour pouvoir se consacrer à l’étude : il écrit sans penser à la publication. Héritier de la culture monastique classique, il sait que composer et laisser une trace est souvent suffisant. Après la mort de dom Calmet, ses manuscrits changent de statut, pour devenir les précieuses reliques de l’activité du plus célèbre des historiens lorrains du xviiie siècle, celui qui est devenu un « lieu de mémoire » au siècle suivant. C’est ainsi qu’en 1877 François Dinago, son biographe, fait paraître dans le Bulletin de la Société Philomatique Vosgienne deux manuscrits inédits du bénédictin30. Celui- ci l’aurait-il souhaité ? En fait, pour un religieux, l’écriture n’est pas uniquement une action intime, elle participe à une activité quasiment professionnelle, elle occupe l’esprit, permet de tromper l’oisiveté et poursuit la formation donnée au séminaire ou au noviciat. Cet aspect professionnel est partout très net. Devant composer des rapports ou autres pièces officielles, bien des clercs sentent le besoin de rédiger pour soutenir leur mémoire ou ordonner leurs actions. Thomas Henrici (1597-1660) a été formé à l’université de Pont-à-Mousson avant de devenir professeur de théologie à Fribourgen- Brisgau. Controversiste célèbre, il publie l’Irenicum Catholicum dans lequel il développe une vision irénique, appel aux tenants de la confession d’Augsbourg pour qu’ils se réconcilient avec l’Église de Rome. Nommé évêque auxiliaire de Bâle, de 1634 à 1642, il tient un journal épiscopal, le Directorium pro vicariatu generali in episcopatu Basileensi31. Il y consigne ses visites pastorales dans le contexte de la guerre de Trente Ans. Il s’y révèle un pasteur soucieux d’imposer la réforme tridentine, d’élever le niveau intellectuel du clergé et de lutter contre les ingérences laïques dans les affaires ecclésiastiques. Le manuscrit n’est que la préparation de rapports à adresser au nonce en résidence à Lucerne. Il est aussi la mémoire des évènements qu’il devra rapporter à son évêque quand celui-ci reviendra. Il y manifeste des doutes et des interrogations. Il s’interroge longuement sur les prêtres qu’il rencontre, certains d’entre eux appelant la critique, d’autres la louange. De tels documents demeurent exceptionnels car leur statut n’amène pas la conservation. Ils sont normalement temporaires, étapes confidentielles d’un processus d’écriture professionnelle. Certains clercs pensent au contraire que le manuscrit crée un dialogue avec leur futur successeur. À côté des pièces élaborées par les bureaux épiscopaux, dont l’organisation croît au xviiie siècle32, des prélats composent des memento pour leurs héritiers. À Annecy, même si Mgr Biord33 intitule son texte Mémoires, c’est un argumentaire juridictionnel plus qu’un ego-document qu’il rédige. Pensant à un hypothétique remplaçant, il dresse le bilan de son action, élabore des plans de réforme, dessine les grandes lignes d’une politique épiscopale… Ces documents ne font pas obligatoirement disparaître le « je » du scripteur. Un des plus célèbres journaux d’ecclésiastique est sans doute celui de Jean Burckard (1450-1506). Né en Alsace, il est, à partir de 1483, Maître de Cérémonies du Vatican. Pour maintenir la mémoire des savantes hiérarchies et des somptueuses cérémonies qu’il organise, il tient un journal. Très vite, il y consigne anecdotes et faits divers. Ainsi, au sein même d’un document qui, a priori, semble purement formel, l’auteur se glisse ; c’est lui qui donne sa richesse au document. Depuis le xvie siècle c’est pour cette dimension que le journal est consulté, devenant une source pour les écrivains comme l’auteur de l’Histoire des vies des pontifes (1505). Au siècle suivant, le texte connaît une telle vogue qu’il est recopié pour divers collectionneurs dont le ministre Colbert ou l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Il est finalement publié en 1885, puis 1903, 1932 ou 2003. Pour l’historien Ivan Cloulas, ce journal « constitue une source remarquable par ses qualités de témoignage spontané, tantôt naïf, tantôt éloquent : celui d’un homme simple, qui n’eut d’autre souci que l’avancement de sa carrière et sa propre survie dans un milieu aussi redoutable qu’il fut brillant »34. Ce souci d’écrire de manière professionnelle, tout en faisant une place à l’individu, n’est pas seulement un réflexe de prélat. Au xvie siècle, Guillaume Paradin note les épisodes marquants de la vie de son chapitre de Beaujeu. Il n’hésite pas à dénoncer ses collègues distraits ou absentéistes. En juillet 1573, il s’en prend au chanoine Fabri si colérique que « quand il est absent toute la maison est en paix »35. Un siècle plus tard, à Montagnac, Léonard Delsol tient le Registre de l’œuvre et fabrique de Notre-Dame. Il ne s’agit pas d’un bilan financier mais le compte-rendu des faits les plus marquants et copie des pièces rédigées par le curé, une sorte de livre de raison de la paroisse. Parlant de lui à la troisième personne, il aborde une foule de questions. Il s’intéresse aux cérémonies liturgiques, avec de multiples évocations de la famille royale ou des funérailles dans son église ; mais aussi aux choses plus banales, telle la procession de 1680 pour faire venir la pluie. Il est le témoin des progrès du jansénisme, puis des controverses nées de cette implantation, comme de la lutte contre le protestantisme. Actif partisan d’une suppression des édits de la Paix de Nantes de 1598, il présente les officiers qui « dragonnent » comme le capitaine Mulryan et dresse la liste des nouveaux convertis qui communient et se confessent. Delsol ne se contente pas de tenir une chronique, il s’introduit dans son manuscrit, lui confiant ses états d’âme, regrettant par exemple la mansuétude royale face aux protestants qui, même convertis après 1685, peuvent jouir d’aménagements rituels36. Dans les mêmes années, Hugues Aulanier (1601-1691), curé de la modeste paroisse du Brignon dans le Velay, tient son journal37. S’il signale les Grands Jours, qui se tiennent au Puy-en-Velay à l’automne 1666, il est aussi attentif aux moindres détails qui l’entourent. Il est parfaitement inséré dans le réseau social local, se rendant à Toulouse plaider les affaires de ses proches et tentant de faire fructifier ses intérêts financiers, cet argent qu’il assure gagner « à la sueur de [son] visage » (27 septembre 1665). Loin d’être un agent d’apaisement dans sa communauté, il est le représentant d’un des clans, ce qui amène certains de ses ouailles à ne plus le reconnaître pour curé en septembre 1665. Il change cependant d’attitude pour se poser en défenseur des pauvres brassiers mal, voire pas, rémunérés (1667). Le journal nous montre donc l’évolution d’un clerc de plus en plus conscient, avec l’âge, de la grandeur de sa vocation. Il développe un effort pastoral visant à améliorer les conditions de réception du baptême (juin 1663) ou de l’extrême-onction (juin 1664). C’est donc, à travers un document qui, a priori, n’a rien de spirituel, le parcours intime d’Hugues Aulanier qui nous est donné à contempler. En ce xviiie siècle, période marquée par le goût de l’histoire et l’affirmation du rôle social du prêtre, les chroniques rédigées par des clercs se multiplient. À Riom, le père Tiollier, cordelier, compose des Notes tenues par Moy sur les évènemens de la ville de Clermont depuis 1772, jusqu’en 178938 et un Recueil de diverses choses arrivées en Auvergne ou ailleurs, depuis 1731 jusqu’à 177039. Il y relate les « grands événements », guerre de Succession d’Autriche ou attentat de Damiens. Il est aussi sensible aux faits locaux. Ainsi, il note : « Il y eut une autre procession générale ou le St-Sacrement fut porté, les filles en très grands nombres et en habits blancs, un voile et une couronne de fleurs en la tête avec un cierge à la main y assistèrent, suivies des femmes en habits propres et ordinaires, ayant aussi un cierge a la main, les hommes et les garçons ayant un cierge à la main, suivoient au nombre d’environ trois mille. Les religieux en habits de leur ordre, les seminaristes en surplis et camail, les quatres chapitres en chappes, vingtquatre ecclésiastiques en aubes très fines, avec des écharpes d’or et d’argent, portoient des encensoirs et des corbeilles de fleurs. Le Tres-Saint Sacrement etoit porté sous un dais magnifique ; huit chanoines ou habitués le soutenoient et M, l’evêque officiait. La cour des aides en robe rouge, le Présidial, les Échevins, l’Élection, les Juges des marchands suivoient en robbes. Les rues etoient tapissées, les reposoirs magnifiques. Deux trompettes marchaient devant les filles avec un chœur de simphonie, un semblable choeur précédoit les garcons, trois tambours et autant de fifres alloient devant les hommes. Mlle de Frédeville portait la croix des filles, Mme de Chazera, celle des femmes, M. de Montredon celle des garcons et M. ; le capitaine de Ribaire, celle des hommes. Le lendemain de cette procession, 4 avril, on commenca la retraite des hommes qui dura 3 jours et fut terminé le 7 par une procession solennelle ou tous les hommes assisterent avec des cierges a la main, toutes les rues etaient illuminees, elle se fit à 9 heures du soir, M. Tissoniere prêcha dans la place de Jaude. Le dimanche du Bon- Pasteur, il y eut une procession generale qui se fit autour des murs de la ville et qui s’arrêta a la place du Taureau pour la bénédiction de la croix qui y fut plantée »40. Chez bien des chroniqueurs ecclésiastiques, le mélange entre faits religieux et vie sociale est permanent. Le journal de l’abbé Pierre Duret (1722-1794)41 s’étend, au jour le jour, sur cinquante-quatre cahiers au format 115 x 175 mm, soit 1 114 feuillets, panorama complet de la vie lyonnaise au xviiie siècle. Ces écritures ecclésiastiques peuvent faire penser aux chroniques des couvents ou aux histoires des abbayes si fréquentes. Toutefois, ils s’inscrivent aussi dans ces mémoires urbains ou aux journaux que des laïcs écrivent également. Il n’y a pas de spécificité cléricale dans le geste42. L’originalité est ailleurs et double. Elle vient d’abord de l’ampleur de ces textes : nos clercs sont, bien souvent, de prolifiques polygraphes qui couvrent des milliers de pages. Autre particularisme ecclésiastique, le grand nombre des scripteurs. Il semble que l’Église, spécialement le clergé séculier, soit un milieu particulièrement sensible à l’écriture, qui produit nombre de manuscrits.

3. Une écriture croisée

  • 43 BDN : MC31.
  • 44 BDN : MC9-10.
  • 45 BDN : MC162.
  • 46 BDN : MC141-145bis.
  • 47 BDN : MC160.
  • 48 BDN : MC39.
  • 49 BDN : MC139.
  • 50 BDN : MC140.
  • 51 BDN : MC164.
  • 52 BDN : MC164, p. 166-169.
  • 53 BDN : MC164, p. 170.
  • 54 BDN : MC164, p. 173-182.
  • 55 BDN : MC24-25.
  • 56 BDN : MC27.
  • 57 Ph. MARTIN, « Lire-écrire en dévotion », J.-P. BARDET, E. ARNOUL, Fr.-J. RUGGIU (dir.), Les écrits (...)
  • 58 BDN : MC 47.
  • 59 Ibid., p. 3.
  • 60 Ibid., p. 4.
  • 61 Ibid., p. 7.
  • 62 Fr. MOREAU, De bonne main. La communication manuscrite au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundati (...)
  • 63 J.-M. ORY, Un ecclésiastique…, op. cit.
  • 64 Sur cet aspect, voir Ph. MARTIN, « L’abbé Chatrian et le livre : les lectures d’un prêtre des Lumi (...)
  • 65 BDN : MC111, p. 263.
  • 66 BDN : MC71.

4L’abbé Chatrian est le reflet de ce clergé passionné de recherches et soucieux de gestion. Sans concevoir une publication, il compose des Conférences pour une mission ou pour un jubilé (1776)43, un Martyrologe romain et français à l’usage du diocèse de Nancy (1780)44, des Méditations chrétiennes (1784)45… Ces écrits ne sont jamais terminés. Il compose un pouillé du diocèse de Toul en six volumes, travail sur lequel il revient sans cesse, modifiant le texte en 1770, 1772, 1773 et 178046. Ancien secrétaire de l’évêque de Toul, il continue à s’intéresser au clergé de son diocèse. En 1803-1804, il dresse une Liste des ecclésiastiques distinguant ceux qui sont restés fidèles à l’Église traditionnelle et ceux ayant prêté les serments47. Son intérêt semble universel. Il rédige une Notice alphabétique des Lorrains et Évêchois48, un aperçu sur Jésuites et moines en Lorraine (1780)49, un abrégé sur La Lorraine monastique50Très attaché à sa paroisse de Saint-Clément, Chatrian lui consacre, à partir de 1783, des Essais historiques sur la paroisse et le Ban de Saint-Clément51. Il y dessine l’histoire classique d’un petit village. Mais son goût pour les listes s’impose très vite. Ainsi, lorsqu’il s’intéresse à la confrérie de Notre-Dame fondée en 1604 par le curé Pierre Royer, il énumère le nom des ecclésiastiques membres52 précisant leur date d’entrée dans l’association et de mort et n’oubliant pas de se mentionner53. Il continue par le recensement, depuis 1660, de tous les directeurs laïcs avec les sommes payées par chacun54, le dernier nom marqué étant celui de François Vacon, en charge en 1780. Chatrian compose également une sorte de registre d’âmes. Pour chaque maison, il donne le nom des occupants avec leurs dates de naissance et les professions, parfois il y glisse des mentions très personnelles sur l’état moral de certains habitants, renseignements acquis lors des confessions, pendant les échanges avec ses paroissiens ou produit de ses observations personnelles. En 1788, il y joint une « liste alphabétique des chefs de famille de la paroisse ». Il ne trempe pas toujours sa plume dans l’encre de la réalité ou de l’histoire. Bien souvent, il fait simplement acte de copiste. Pendant son exil dans le monde germanique, l’abbé Chatrian compose un Dictionnaire historique portatif des hommes illustres55. En fait, il ne réalise pas une œuvre originale mais compile le dictionnaire historique portatif des hommes illustres et savants de Bavière, le dictionnaire historique portatif des hommes illustres d’Allemagne (1795), l’Abrégé chronologique de l’histoire ecclésiastique du diocèse de Salsbourg… Quand il écrit une vie de Louis Jobal56, curé messin mort en 1766 en odeur de sainteté, il se sert d’une biographie imprimée publiée par l’abbé Moye en 1780. En agissant ainsi, il n’est pas spécialement original puisque recopier des ouvrages, en particulier des manuels de piété, est une pratique fréquente57. Pour les fidèles, c’est une prière à la main ; pour Chatrian, un travail intellectuel pour occuper des journées souvent vides et un exercice de mémoire car, hors du temps de l’émigration, il a déjà recopié des ouvrages. La grande œuvre de Chatrian demeure son Journal ecclésiastique pour le diocèse de Toul, commencé en 176458. Le premier volume s’ouvre par ce que l’auteur appelle le « prospectus de cet ouvrage », explication et justification de son entreprise. Il souhaite pallier à la distribution trop lente des journaux, en particulier celui du père Joannet. Ce clerc lettré, dont les trois volumes des Éléments de poésie (1752) avaient remporté un certain succès, publie à partir de 1754 un Journal chrétien. Il s’associe assez vite aux abbés Trublet, archidiacre de Saint-Malo puis membre de l’Académie française, et Dinouart. En 1759, la publication, devenue Journal chrétien, dédié à la Reine, traite de religion, morale, histoire ou beaux-arts. Fournissant 120 pages par mois et vendu 18 lt. pour Paris et 21 pour la province, il est d’abord diffusé par le libraire Lambert puis par Panckoucke qui réduit le prix à 15 lt. pour Paris. Mais les difficultés de la poste, les coûts de distribution et la négligence des libraires le rendent fort difficile à se procurer en Lorraine. Ce problème, explique Chatrian, « nous a inspiré le dessein de remplacer ces deux ouvrages périodiques si utiles à messieurs les ecclésiastiques, par un journal travaillé à peu près sur le même modèle & qui renfermât le mêmes avantages »59. Il imagine donc une livraison mensuelle de 72 pages imprimées au format in-12°. Le plan est déjà fixé : Écriture sainte, théologie dogmatique et morale, histoire ecclésiastique de ce siècle bien centré sur le diocèse, écrivains, matière bénéficiale, discipline, beaux-arts liés à la religion… Ce manuscrit a un statut très particulier car notre abbé cherche un lecteur. Il professe son incapacité à bien écrire mais présente la ferveur de son zèle, de sa volonté d’être utile « à ceux d’entre mes confrères qui commencent à fournir la pénible redoutable carrière du ministère pastoral »60. Il rêve de la création d’un réseau d’échanges d’informations : « j’espère que ceux qui voudront bien le lire m’aideront à le perfectionner dans l’un & l’autre genre »61. Chatrian n’a jamais trouvé ce public et son Journal ecclésiastique est demeuré manuscrit. Il ne semble pas avoir envisagé une diffusion à la main comme cela se fait pourtant si souvent à son époque62. Sans avoir trouvé le lectorat qui était attendu à l’origine, la poursuite de la rédaction de ce manuscrit pendant près d’un quart de siècle demeure un mystère. Le Journal ecclésiastique de Toul devient le Journal ecclésiastique du diocèse de Nancy en 1779. Le travail réalisé est prodigieux, d’autant plus qu’à partir de 1768 il est doublé de la rédaction d’un Calendrier historique. Pour l’historien, ces deux manuscrits sont une ressource inespérée, permettant de connaître l’état du clergé lorrain63 ou le for privé de Chatrian puisqu’il signale ses lectures et autres pensées choisies64. Le plan de rédaction est extrêmement rigoureux. Ainsi, à la date du 16 septembre, dans le Journal ecclésiastique lorrain pour l’an de Grace 177965, l’historien découvre une ouverture très formelle : le saint du jour, ici Cyprien évêque Martyr ; les données liturgiques pour les offices, « rouge, mémoire de sainte Euphémie vierge & martyre ». Chatrian y ajoute les informations obtenues, lues ou entendues : la paroisse de Loisy aura mission dans l’hiver ; « on parle d’une érection d’un vicariat-résidence à Betoncourt, annexe de Vomécourt, doienné de Charmes », le chapelain actuel cèderait sa maison, son jardin au vicaire et lui donnerait 200 lt. pour la desserte de la chapelle. Tous les jours ces deux temps sont développés. À la fin de chaque volume annuel, l’auteur ajoute une table des matières qui indique les fêtes mobiles, comme Pâques célébré cette année le 4 avril. Il y joint des remarques historiques : « On compte depuis la Création du Monde, jusqu’à la naissance de Jésus Christ, 4023 ans, ou selon d’Aubry 6 000 ans ». Cette chronologie s’achève par la prise de possession du diocèse par l’évêque du moment. La même année 1779, Chatrian écrit un Journal ecclésiastique du diocèse de Nancy pour servir de suite à celui du diocèse de Toul66. Il lui donne l’allure d’un livre indiquant au bas de la page de garde « À Libreville. Aux dépens de la Compagnie ». Le texte n’a plus de dimension chronologique mais prend une valeur thématique. Il commence par des « Poésies » (p. 1-80) avant de passer à des « Remarques sur l’Écriture sainte » (p. 81-112) : comptes rendus de lecture (tels ceux des Conjonctures sur la Genèse parues en 1759) ; diverses questions (« Comment Abraham a-t-il été justifié par les œuvres tandis qu’il est dit qu’il a été justifié par la foi ? ») (« Est-il vrai que le juste pèche sept fois par jour »). Il continue avec « Discours et éloquence » (p. 113-176), présentant, par exemple, le discours de l’archevêque de Lyon lors de la rentrée du Parlement de Paris, le sermon du père Collins lors de la mission à la Malgrange… Vient ensuite « Histoire » (p. 177-256) présentation de personnages pieux, toujours issus du milieu régional, tel le portrait de Charles Dominique Vauthier curé de Saint-Laurent de Pont-à-Mousson. Suivent des « Pièces diverses » (p. 257-324), copie d’une prière par les juifs de Paris à l’occasion de la grossesse de la reine, traduction d’une fable allemande, dissertation sur l’exercice de la médecine par des prêtres… Le volume s’achève par les « Annonces littéraires » (p. 325-480), occasion de présenter 81 ouvrages lus au cours de l’année.

*

  • 67 A. GUILLON, Les martyrs de la foi pendant la Révolution française, Paris, Mathiot, 1821.
  • 68 Des études sur la sincérité de l’écriture de soi dans l’œuvre de Barbey d’Aurevilly, Michel del Ca (...)
  • 69 R. VENTRESQUE (dir.), L’autobiographie : du désir au mensonge, Paris, l’Harmattan, 1996.
  • 70 J.-Fr. CHIANTARETTO, A. CLANCIER, A. ROCHE (dir.), Autobiographie, journal intime et psychanalyse, (...)
  • 71 Le terme d’autohospitalité désigne ce phénomène qui est l’accueil de soi comme un autre, ce qui pr (...)

5Les 11 000 pages de Chatrian ne sont pas une curiosité, la manifestation exceptionnelle d’un clerc s’ennuyant et couvrant le papier de son écriture. Il est le représentant d’une réalité foisonnante. L’écriture ecclésiastique sous l’Ancien Régime est tout cela à la fois. Elle recouvre bien souvent les formes de l’écriture laïque. Elle s’en distingue cependant par trois critères. Le premier est son aspect polymorphe. Il semble qu’aucun domaine de la pensée n’y échappe : chronique d’un travail effectif ou projets, souci de fixer le passé ou désir de plier le présent à des plans bien élaborés, maintien du souvenir ou récit d’expériences spirituelles, travaux d’histoire ou chronique du quotidien…Tout est sujet à écriture. Il est vrai, et c’est la seconde caractéristique, que les clercs sont très nombreux à écrire. Est-ce un hasard de la conservation, celle des archives personnelles des clercs étant sans doute moins hasardeuse que celles des laïcs ? Il ne semble pas : écrire est à la fois l’activité d’un croyant et celle d’un administrateur d’âmes, deux dimensions de ce qu’il convient d’appeler une activité professionnelle. Enfin, sa fréquente sortie du domaine manuscrit pour devenir imprimé. Sa richesse est telle que, dès le xixe siècle, les historiens ont largement mobilisé ces manuscrits ; Aimé Guillon y a ainsi trouvé les matériaux pour écrire une histoire catholique de la Révolution67. Il serait illusoire d’aborder ces documents en termes de sincérité. La notion se dérobe dès lors qu’on cherche à la saisir. Ce n’est pas la bonne foi ou l’honnêteté intellectuelle des scripteurs qui est en jeu, mais un fait général touchant aussi bien des auteurs littéraires majeurs68 que des anonymes. Toute écriture de soi est une réécriture personnelle de son existence. Certains estiment qu’elle ne peut qu’être un mensonge69, d’autres qu’elle ne peut être interprétée qu’en passant par le prisme de la méthode psychanalytique70. Pour un historien, la description, la différenciation, la lecture et l’interprétation des différentes modalités d’écriture de soi ne doivent pas se poser en ces termes, la loyauté envers les événements et les sentiments n’étant pas obligatoirement ce qu’il recherche. Les écrits du for privé de gens de peu ne sont pas les révélateurs d’une chronologie objective mais les regards intimes portés sur des événements ou des existences. C’est cette dimension, par essence subjective, qui l’intéresse. Ces documents sont des manifestations d’autohospitalité71. L’écriture des ecclésiastiques prouve qu’il est impossible d’enfermer le « je » d’un scripteur dans un type de document, qu’il peut se révéler dans des actes officiels car la forme manuscrite le met à l’abri d’une diffusion. Mais ce ne sont pas uniquement des individus qui sont révélés, ce sont des chroniques d’une société ou les nouvelles de la recherche scientifique qui sont données à voir. La richesse d’un individu ne s’enferme pas dans un écrit, fût-il du for privé. Révélant les multiples facettes de la vie d’un homme voué à Dieu, la richesse des textes de clercs a toujours attiré, comme si elle recelait quelque secret, si elle ouvrait à des réalités cachées, comme si elle était unique. Récemment, le journal de l’abbé Jean-Marie Duchemin (1908-1988) a été l’objet d’un tel engouement. Pendant plus de 25 ans, il a été curé dans la Sarthe, très engagé au côté des plus démunis, en particulier les travailleurs immigrés. Un long cheminement intime l’ayant mené à se convertir à l’Islam, il s’est installé au Maroc où il est mort. Vers 1983, il avait commencé à rédiger une sorte d’autobiographie écrite à la troisième personne. Il n’y a pas une écriture ecclésiastique, forme imposée à un groupe social, mais les écritures ecclésiastiques sont d’une infinie richesse.

Notes

1 oir, par exemple B. von KRUSENSTJERN, « Was sind Seilbstzeugnisse ? Begriffskritische und quellenkunliche überlegungen anhand von Beispielen aus dem 17. Jahrhundert », Historische Anthropologie, 1994, 3, p. 462-471 ; I. BERNHEIM, Individualität im 17. Jahrhundert. Studien zum autobiographischen Schrifftum, Francfort-sur-le-Main, 1988.

2 Voir par exemple : J. OLNEY, Autobiography : essays theoretical and critical, Princeton, Princeton University Press, 1980 ; S. CRINQUAND (dir.), Des mots pour s’écrire, Dijon, EUD, 1997 ; D. FABRE, Par écrit, ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éditions MSH, 1997.

3 S. MOUYSSET, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, xvie - xixe siècle), Rennes, PUR, 2008.

4 [En ligne] : http://http://www.ecritsduforprive.fr. J.-P. BARDET, Fr.-J. RUGGIU (dir.), Au plus près du secret des cœurs : nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, PUPS, 2005.

5 Voir par exemple le journal de Mathieu Perrot (1632-1703), chanoine de la cathédrale de Bourges : H. PONROY (éd.), Journal de Mathieu Perrot, Bourges, Tardy-Pigelet, 1895.

6 Nous écarterons de notre analyse les correspondances. Sur cette question, voir par exemple : P.-Y. BEAUREPAIRE (dir.), La plume et la toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, Artois PU, 2002.

7 S. GOMIS, Ph. MARTIN, « L’écriture du croyant », Fr.-J. RUGGIU (dir.), Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 (à paraître).

8 Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand (BMU Cl.) : ms. 1499.

9 Bibliothèque diocésaine de Nancy (BDN) : MC164, p. 129-130. Sur ce personnage, voir H. J.THIRIET, L’abbé L. Chatrian (1732-1814). Sa vie et ses écrits, Nancy, 1890 ; J.- M. ORY, « Journal d’un ecclésiastique lorrain à la fin de l’Ancien Régime », Annales de l’Est, 1971, t. 23, p. 23-24 ; J.-M. ORY, Un ecclésiastique lorrain à la fin de l’Ancien Régime d’après ses écrits, thèse de doctorat, université Nancy 2, 1975.

10 Sur cette période, voir Ph. MARTIN, Lorrains des Lumières, Metz, Serpenoise, 2005, p. 109-123.

11 J. FRANCAIS, « L’abbé Chatrian : chroniqueur de l’émigration », Le Pays Lorrain, 2004, p. 27-34.

12 BDN : MC feuille volante n° 116.

13 BDN : MC feuille volante n° 116. À titre d’exemples, voici quelques indications de la diversité des lectures de Chatrian :

Image img01.jpg

14 Fr. MEYER (éd.), Un chanoine de Cavaillon au Grand Siècle. Le livre de raison de Jean- Gaspard de Grasse (1664-1684), Paris, CTHS, 2002, p. XX-XXII.

15 J.-Al. VERI, Journal de l’abbé de Véri, J. De WITTE (éd.), Paris, Tallandier, 1928-1930, 2 vol.

16 S. ROUGIEUX, « Les représentations du paysage dans le journal de Claude Claude, curé de Bagneux », F. HENRYOT, Ph. MARTIN, P. SERVAIS (dir.), L’historien face à l’espace : paysages et cartographie, Nancy, Annales de l’Est, 2010, p. 255-269.

17 Document utilisé dans R. MOREAU, Histoire de l’âme basque, Bordeaux, Taffard, 1970.

18 J.-P. DENISE, « Livre-journal du chanoine Jean-Baptiste Boucher des Ormes : ses recettes et ses dépenses depuis 1730 », Champagne Généalogie, 1992, no 57, p. 257-259.

19 CNRS / GDR N° 2649, « Les écrits du for privé en France », Fiche analytique du Livre de raison de Jean-Baptiste Marc Antoine de Mandon, prêtre, par Elisabeth Arnoul, Université Paris IV - Sorbonne, août 2003, [En ligne] : http://http://www.ecritsduforprive.fr. Ce manuscrit se trouve en Arch. Nat. : AB XIX 3298 a.

20 M.-C. GOMEZ-GERAUD, Le crépuscule du Gand Voyage. Les récits de pèlerinage à Jérusalem (1458-1612), Paris, Honoré Champion, 1999.

21 E. BARTHELEMY (éd.), Journal d’un curé ligueur de Paris sous les trois derniers Valois suivi du Journal du secrétaire de Philippe du Bec, archevêque de Reims de 1588 à 1605, Paris, Librairie académique, 1866.

22 J. DELHOTEL, Bref recueil de l’état de l’église de Notre-Dame d’Avioth, Colmar, SAEP, 1981.

23 Mémoires de l’abbé Baston : chanoine de Rouen d’après le manuscrit original (J. LOTH, M. Ch. VERGER éd.), Paris, A. Picard et fils, 1897-1899, 3 vol.

24 BDN : MC29.

25 St. GOMIS, Ph. MARTIN, op. cit.

26 Ph. MARTIN, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003, p. 93-96.

27 F. HENRYOT, Livres, bibliothèques et lecture dans les couvents mendiants (Lorraine, xvie-xviiie siècles), thèse de doctorat, Université Nancy 2, 2010.

28 A. CALMET, Bibliothèque Lorraine ou histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine..., Nancy, Leseure, 1751, col. 213-214.

29 C’est le cas pour un complément aux preuves de son Histoire de la Lorraine dont la publication en 1728-1729 a été si problématique. Voir F. HENRYOT, Ph. MARTIN (dir.), Dom Augustin Calmet. Un itinéraire intellectuel, Paris, Riveneuve Éditions, 2008.

30 Il s’agit de la Dissertation sur les divinités payennes adorées autrefois en Lorraine et dans d’autres pays voisins et Étude sur l’origine du jeu de cartes.

31 J.-P. RENARD (éd.), Directorium pro vicariatu generali in episcopatu Basileensi, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2007.

32 Fr. MEYER, La Maison de l’évêque. Familles et curies épiscopales entre Alpes et Rhône…, Paris, Champion, 2008.

33 A. PERTUISET, Mgr Biord, évêque du diocèse de Genève-Annecy : un prélat de frontière à la périphérie des Lumières (1764-1785), thèse de doctorat, Université de Savoie, 2010.

34 J. BURCKARD, Dans le secret des Borgia. Journal du cérémoniaire du Vatican (1492- 1503), J. TURMEL, V. CASTIGLIONE-MINISCHETTI, I. CLOULAS (éd.), Paris, Tallandier, 2003.

35 Le Journal de Guillaume Paradin ou la Vie en Beaujolais au temps de la Renaissance (vers 1510-1589), M. MERAS (éd.), Genève, Droz, 1986, p. 108-109, mention pour 1573.

36 L. DELSOL, Livre ou registre de l’œuvre et fabrique de Notre-Dame de Montagnac (1661- 1687), A. NOS (éd.), s.l., Amis de Montagnac, 1996, p. 214-215.

37 Moi, Hugues Aulanier, S. HEUZE (éd.), Loudes, Éditions de la Borne, 1987-2005, 6 vol.

38 BMU Cl. : ms 701.

39 BMU Cl. : ms. 702.

40 Extrait du document (p. 7) cité sur CNRS / GDR N° 2649, « Les écrits du for privé en France », Fiche analytique du Journal du père Tiolier, cordelier du couvent de Riom, par Olivier Teillier, Université de Limoges, juillet 2009, [En ligne], http://inventaire.ecritsduforprive.fr.

41 P. FEUGA, « Abbé de cour à la ville », Gryphe, 2002, n° 4, p. 36-39.

42 Le manuscrit ecclésiastique est donc le porteur d’une chronique, à ce titre il n’est pas bien différent des diaires ou journaliers de laïcs. Voir par exemple le Journalier de Jean Pussot maître-charpentier à Reims (1568-1626), S. SIMIZ, J. BURIDANT (éd.), Villeneuve d’Ascq, PU du Septentrion, 2008.

43 BDN : MC31.

44 BDN : MC9-10.

45 BDN : MC162.

46 BDN : MC141-145bis.

47 BDN : MC160.

48 BDN : MC39.

49 BDN : MC139.

50 BDN : MC140.

51 BDN : MC164.

52 BDN : MC164, p. 166-169.

53 BDN : MC164, p. 170.

54 BDN : MC164, p. 173-182.

55 BDN : MC24-25.

56 BDN : MC27.

57 Ph. MARTIN, « Lire-écrire en dévotion », J.-P. BARDET, E. ARNOUL, Fr.-J. RUGGIU (dir.), Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, Analyses, Publications, Bordeaux, PUB, 2010, p. 457-474.

58 BDN : MC 47.

59 Ibid., p. 3.

60 Ibid., p. 4.

61 Ibid., p. 7.

62 Fr. MOREAU, De bonne main. La communication manuscrite au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1993.

63 J.-M. ORY, Un ecclésiastique…, op. cit.

64 Sur cet aspect, voir Ph. MARTIN, « L’abbé Chatrian et le livre : les lectures d’un prêtre des Lumières », Mémoires de l’Académie Stanislas, t. XX, 2005, p. 35-48.

65 BDN : MC111, p. 263.

66 BDN : MC71.

67 A. GUILLON, Les martyrs de la foi pendant la Révolution française, Paris, Mathiot, 1821.

68 Des études sur la sincérité de l’écriture de soi dans l’œuvre de Barbey d’Aurevilly, Michel del Castillo ou Amadou Hampâté Bâ sont à consulter dans J.-Fr. CHIANTARETTO (dir.), Écriture de soi et sincérité, Paris, In press, 1999.

69 R. VENTRESQUE (dir.), L’autobiographie : du désir au mensonge, Paris, l’Harmattan, 1996.

70 J.-Fr. CHIANTARETTO, A. CLANCIER, A. ROCHE (dir.), Autobiographie, journal intime et psychanalyse, Paris, Economica Anthropos, 2005.

71 Le terme d’autohospitalité désigne ce phénomène qui est l’accueil de soi comme un autre, ce qui présuppose une distance fondatrice de subjectivité, donc de conscience de soi. L’écriture est alors une forme de catharsis dans le dialogue de soi à cet autre soi-même, dont l’écart, la distance, l’étrangéité, les souvenirs tronqués, peuvent être une source de souffrance. Pour des études sur Maine de Biran, Léon Tolstoï, Miguel de Unamuno, Maurice de Guérin, Gide, Kafka, Rimbaud, Goethe, Paul Nizan, Artaud, Beckett, Paul Valéry, Marcel Jouhandeau ou Thomas Bernhard, voir A. MONTANDON (dir.), De soi à soi, l’écriture comme autohospitalité, Clermont-Ferrand, PUBP, 2004.

Auteur

Université Lyon 2 – LARHRA

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540