Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. La fabrique du manuscrit

Le nobiliaire de dom Pelletier : de la généalogie à l’histoire

Anne Motta

Texte intégral

  • 1 Ch. A. PELLETIER, Nobiliaire ou Armorial de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire, N (...)
  • 2 Le mot nobiliario apparaît au Portugal puis en Castille et est sans doute à l’origine du mot franç (...)
  • 3 Une première vague a lieu de1661 à 1672 puis de 1696 à 1717.
  • 4 G.-A. DE LA ROQUE, Histoire générale des maisons nobles de la province de Normandie, Caen, s.n., 1 (...)
  • 5 Le 14 mars 1671, Louis XIV révoque tous les anoblissements octroyés par les ducs depuis 1610 puis, (...)
  • 6 B.M. Nancy, ms. 1362 : il s’agit d’une copie contemporaine d’après les originaux, certifiée par Ri (...)
  • 7 La liste n’est pas exhaustive. Nous ne citons que les nobiliaires les plus connus. Le lecteur inté (...)

1« L’idée que je viens de donner de la Noblesse, est copiée d’après nature. J’ai eu devant les yeux les Souverains de la Lorraine, et tous les Héros de la Nation » écrit dom Pelletier à la fin de la préface de son Nobiliaire1. La généalogie n’est pas l’apanage de la noblesse à l’époque moderne, mais la mémoire est à ce point constitutive de sa prééminence dans la société, que depuis l’époque féodale, elle entretient des liens naturels et étroits avec cette discipline. Jusqu’au xvie siècle, les nobiliaires, loin d’être ces minutieux recueils de généalogies, se limitent encore à des listes assez sommaires de noms. L’engouement pour cette matière aurait touché la péninsule ibérique dès le xve siècle2 mais en France le genre explose au xviie siècle, suite à la série des enquêtes de noblesse imposées par Louis XIV3. Cette grande opération de contrôle du second ordre, en obligeant le noble à afficher et revendiquer son ancienneté, a largement contribué à la composition de ces vastes catalogues4. Soumise à une deuxième occupation française à partir de 1671, la noblesse lorraine est inévitablement touchée par cette remise en ordre, menée par le Roi Soleil et son ministre Colbert5. En matière de recherche nobiliaire, la Lorraine a devancé la France puisque en 1577, sous la pression de l’Ancienne Chevalerie, jalouse des progrès des anoblis et inquiète des dérives de certains de ses pairs, le duc Charles III (1545-1608) demande à Didier Richier, poursuivant d’armes, d’enquêter sur les nobles afin d’éliminer les usurpateurs ; son Livre de la Recherche et du Recueil des Nobles du Duché de Lorraine6 devient l’ouvrage de référence pour le duché et, tout au long de l’époque moderne, d’autres nobiliaires s’en inspirent, le copient ou le complètent : en 1666, Jean Callot est l’auteur du Recueil des armes et blasons de la noblesse de l’ancienne chevalerie et maisons étrangères tandis que Mathieu Husson l’Escossois, en qualité de subdélégué de l’intendance de Verdun, publie, en 1674, Le Simple crayon utile et curieux de la noblesse des duchez de Lorraine et de Bar et des eveschez de Metz, Toul et Verdun. Au xviie siècle encore, Dominique Callot produit Le Héraut d’armes de Lorraine et Barrois et enfin, au xviiie siècle, le bénédictin Charles Ambroise Pelletier reprend le dossier et aboutit, à son tour, au nobiliaire présenté dans cet article7.

2La première visée d’un nobiliaire est de nommer et – doit-on le rappeler –, dans cette société aristocratique, être nommé c’est être. De ce point de vue, ce type de répertoire joue l’effet de miroir et renvoie aux intéressés d’abord, mais aussi aux curieux, l’image du groupe dominant. Dans le cas du nobiliaire de dom Pelletier, l’auteur revendique une historicité et, de fait, au fur et à mesure qu’il enrichit son travail avec des notices de plus en plus longues, des dissertations diverses et des pièces annexes, il donne à son ouvrage l’allure d’un livre d’histoire.

1. (En)quête de noblesse

  • 8 Dans l’introduction du fac-similé du Nobiliaire…, de 1974, l’abbé Jacques Choux rappelle, p. iv, q (...)
  • 9 Augustin Calmet (1672-1757) a pris la tête de l’abbaye de Senones en janvier 1729. Sur ce personna (...)
  • 10 A. CALMET, Histoire généalogique de la Maison du Châtelet…, Nancy, J.-B. Cusson, 1741. La 2e éditi (...)
  • 11 Didier Richier mène son enquête sur un an et demi environ (une année pour Nancy, dix jours pour le (...)
  • 12 B.M. Nancy, ms. 1311(863), N. DURIVAL, Journal (vol. 2, du 7 février 1746 au 29 décembre 1749) p. (...)
  • 13 Denis-François Secousse (1691-1754), avocat, érudit et bibliophile reconnu, a publié les neuf prem (...)
  • 14 Mensuel qui paraît au Luxembourg à partir de 1704 jusqu’en 1773, où le titre devient Journal histo (...)
  • 15 B.M. Nancy, ms. 17072, p. 2.
  • 16 Dom Pelletier cite, par exemple, les Mémoires fournis par M. Circourt, (B.M. Nancy, ms. 1707, t. 3 (...)
  • 17 M. de Chateaufort, conseiller à la cour, lui prête le nobiliaire de Marcol, M. Charles, dernier hé (...)
  • 18 B.M. Nancy, ms. 1707 1, p. 1, « quand j’entrepris ce Recueil, sur la noblesse Lorraine, je ne pens (...)

3Charles Ambroise Pelletier, né dans les Vosges le 7 septembre 1703 (à Portieux, près de Charmes), est issu d’un milieu modeste. Vers l’âge de 17 ans, il entre dans la Congrégation de Saint-Vanne et de Saint-Hydulphe et est ordonné prêtre en 1728. Au moment où il entreprend son travail, en 1735, il réside à l’abbaye de Senones et y demeure jusqu’à sa mort, en 1757. Le projet du nobiliaire est né de la passion de dom Pelletier pour l’héraldique, qu’il pratique en autodidacte et pour laquelle les contemporains semblent lui reconnaitre une certaine habileté8. Plusieurs raisons laissent penser qu’il a bénéficié des conseils et des encouragements de la part de son abbé, dom Calmet9, en vue d’étoffer ses recherches sur les familles nobles. Conformément à la tradition d’histoire généalogique et érudite au sein de la Congrégation de Saint-Vanne, son supérieur a créé une véritable émulation intellectuelle au sein de l’abbaye et a donné une impulsion à l’histoire savante : en 1728 paraît une première édition de sa monumentale Histoire ecclésiastique et civile de Lorraine en trois volumes, dans laquelle il a été amené à s’intéresser à la noblesse lorraine ; il est lui-même occupé à un travail généalogique considérable, à la demande de Florent- Claude du Châtelet, de 1737 à 174010. Par ailleurs, dom Calmet, très réservé à l’égard de l’enquête menée par Richier, à la fois à cause de la rapidité d’exécution de la mission et de la méthode11 utilisée, a pu inciter dom Pelletier à composer un nouveau répertoire. Enfin, dans son Journal12, Nicolas Durival, secrétaire du chancelier La Galaizière, écrit, le 16 juillet 1746 : « on envoie à Monsieur Secousse13 le nobiliaire de Dom Calmet ». Dans la mesure où Durival connaît l’auteur du nobiliaire (il le mentionne ailleurs dans son journal), il semblerait qu’il utilise ici un raccourci pour identifier l’ouvrage et dans tous les cas, cette indication nous autorise à penser que dom Calmet est, d’une manière ou d’une autre, mêlé à ce travail. Afin d’expliquer son dessein, dom Pelletier fait mention de prospectus qu’il a semés dans toute la province et d’une annonce, publiée à deux reprises, dans La Clef du cabinet des princes14. Le deuxième volume du manuscrit préparatoire mentionne des sources nombreuses (57) et variées15. En effet, le bénédictin a recours aux documents officiels de la Chambre des Comptes, du Trésor des Chartes où il a ses entrées, à des sources juridiques, tels des recueils d’ordonnances et des coutumiers ; il puise aussi dans les travaux historiques de dom Calmet ou dans la relation de la Pompe funèbre de Charles III de Claude de la Ruelle de 1608, utilise des généalogies familiales ainsi que les nobiliaires existants. Bien qu’il se plaigne du manque de coopération de la part des personnes concernées, il a accès à quelques sources privées, en particulier les mémoires prêtés par les familles16. Il est difficile de parler de réseau mais l’auteur bénéficie d’échanges intellectuels et de collaborations fructueuses, grâce, en particulier, aux prêts de manuscrits et à la correspondance17. Les différentes écritures, repérables dans le manuscrit préparatoire, sont probablement liées à la présence d’une équipe d’assistants autour de l’auteur. Le travail s’étale sur dix-sept ans, de 1735 à 1752, bien au-delà des prévisions du bénédictin18 et rassemble plusieurs manuscrits et imprimés.

  • 19 B.M. Nancy, ms. 1707 1-5. Ce manuscrit a appartenu successivement à François-Pierre Dupont, seigne (...)

4L’Armorial de Lorraine ou recueil des armoiries de la noblesse des Duchés de Lorraine et de Bar et de celles des illustres maisons des Trois Evêchés de Metz, Toul et Verdun est le manuscrit préparatoire, en cinq volumes in-folio, conservé depuis son acquisition en 1996, à la Bibliothèque municipale de Nancy19. Le premier volume (423 feuillets), daté de juillet 1752, contient une histoire généalogique des ducs, des dissertations sur différents sujets de l’histoire de Lorraine et un recueil des privilèges de l’Ancienne Chevalerie. Le second volume (401 feuillets) présente l’Ancienne Chevalerie et les maisons avec lesquelles elle a pris alliance (1749). Les troisième (374 feuillets), quatrième (366 feuillets) et cinquième (301 feuillets) volumes renferment les Annoblis de Lorraine et de Bar (1749). Dom Pelletier remonte au règne de Jean 1er (1346-1390).

  • 20 Mercure de France, 1er vol., déc. 1755, p. 146.
  • 21 A. PELLETIER, Nobiliaire ou Armorial général de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnair (...)
  • 22 Célèbre imprimeur lorrain, connu depuis son édition du Dictionnaire oeconomique de l’abbé Noël Cho (...)
  • 23 B.M. Nancy, ms. 1311(863), 4, Durival, Journal, (1755-1758) p. 46 v°. La famille de Gourcy, origin (...)
  • 24 A. PELLETIER, op. cit., p. xxxviij.

5Soutenu par une souscription20 et, grâce à un privilège royal obtenu le 2 décembre 1754 pour quinze ans, le volume sur les anoblis, commencé en 1745 et à l’impression depuis 1755, est achevé en 175821 (l’auteur est mort tandis que l’imprimeur Thomas22 est à la lettre P). Nicolas Durival indique dans son Journal, le 10 février 1757 : « Il avait tout fini et dom Fangé, coadjuteur de Senones, avait mis sous la clé le manuscrit, en sorte que l’imprimeur pourra continuer ce manuscrit » et le 3 mars 1758 : « Ce vendredi Thomas est venu présenter au roi et à monsieur le chancelier le premier tome in folio de l’Armorial de Dom Pelletier, c’est l’abbé de Gourcy qui prend soin de l’édition »23. La recherche sur les anoblis est la partie la plus aboutie de son étude. Pendant ces années, il a repris sa recherche sur les familles de la chevalerie, qui forment la matière du manuscrit envoyé à l’empereur François 1er, avec une dédicace datée du 8 août 175424, et détenu aujourd’hui par la Bibliothèque nationale de Vienne. Une copie de ce document, ainsi que le volume sur les anoblis de 1758 et enrichi au siècle suivant, forment le fac-similé publié en 1974 par les éditions du Palais royal : Nobiliaire ou Armorial General de la lorraine et du Barrois en forme de dictionnaire.

  • 25 Ibid., p.vii.
  • 26 Ibid.

6D’après la préface de l’édition de 1758, la finalité de ce travail est avant tout de « faire connaître les familles nobles »25. Dans le texte de l’approbation établi par le censeur, le 20 novembre 1754, on loue l’œuvre du bénédictin pour « l’avantage qui reviendra au Public de connoitre d’un coup d’œil toutes les familles distinguées du Pais »26.

2. Hommage aux puissants

  • 27 B.M. Nancy, ms. 17011, p. 1.
  • 28 On pourrait être tenté de l’interpréter comme un parti-pris de la part de l’auteur, ou tout au moi (...)

7La longueur de la tâche s’explique par la volonté d’atteindre l’exhaustivité et en effet, l’ouvrage de dom Pelletier est un immense répertoire des familles (1442 feuillets au total), classées par ordre alphabétique, afin de n’offenser personne par la préséance ou par « l’antiquité que plusieurs maisons illustres prétendent avoir l’une sur l’autre »27. Dom Pelletier ne veut pas prendre le risque de déplaire au second ordre, c’est pourquoi il tente de hiérarchiser les familles selon l’immuable critère de l’ancienneté, différenciant Maisons d’ancienne chevalerie, Maisons de noms et d’armes et Maisons très nobles et très anciennes mais, dans la mesure où l’origine de la famille n’est pas toujours clairement attestée, ce classement reste trop vague pour pouvoir être repris et exploité par l’historien aujourd’hui. Le volume imprimé en 1974, d’après le manuscrit dédié à l’empereur, présente les familles de l’Ancienne Chevalerie, tant vivantes qu’éteintes, avec le dessin des armoiries (peintes dans le manuscrit préparatoire), accompagnées de notices de longueur et de qualité très inégales ; elles peuvent aller du simple rappel du nom à la présentation plus détaillée de quelques membres du lignage, avec la mention des emplois et des alliances parfois, mais le lecteur trouve rarement une généalogie continue. Le manuscrit préparatoire et l’imprimé présentent des variantes : certains noms ont disparu (400 dans le manuscrit et 341 dans l’imprimé), des articles sont modifiés, parfois abrégés dans la dernière version, soit que les familles sont suffisamment connues pour que l’auteur n’ait pas éprouvé le besoin de s’étendre dans ce cadre-là, soit qu’il ait fait des vérifications entre temps et éliminé des passages incertains ou erronés. Dans l’exemplaire destiné à l’empereur, il a jugé sans doute inutile de faire figurer les sources alors qu’elles sont indiquées dans la marge, dans le manuscrit préparatoire. Les ratures, le désordre dans le classement alphabétique prouvent qu’il s’agit bien d’une première ébauche sur cette partie de la noblesse. L’ouvrage de 1758 sur les anoblis contient lui aussi les armoiries dans la marge, alors qu’elles n’apparaissent pas dans les trois tomes du manuscrit préparatoire, mais il est autrement plus fourni28. Pour chacune des familles, dom Pelletier part du premier anobli et, lorsqu’il dispose de sources suffisantes, il livre les informations sur les descendants jusqu’à son époque (il s’arrête en 1755), en précisant les emplois, les alliances, des faits particuliers, les terres et montre ainsi comment, au fil du temps, le prestige du lignage grandit. Les notices peuvent être étayées de passages puisés dans les lettres d’anoblissement qui valorisent particulièrement un ancêtre, voire augmentées d’une copie d’un document officiel.

Fig. 1 : La famille Chevrier dans le Nobiliaire…, B.M. Nancy, ms. 17073, p. 184.

Fig. 2 : La famille Chevrier dans le Nobiliaire…, 1758, p. 126.

  • 29 A. PELLETIER, op. cit., Discours préliminaire, p. vii.
  • 30 Marc de Beauvau, par exemple, demande au généalogiste du roi, Chevillart, d’établir sa généalogie (...)

8Plus que d’isoler un individu, ce condensé biographique a pour effet de rapprocher les membres d’une même Maison, au-delà de la chronologie, de donner une unité et une cohérence à la trajectoire de la famille et plus largement, au groupe nobiliaire. Le dessein du noble est d’accroître l’honneur de son lignage et l’auteur du Nobiliaire, en affichant son passé et son hérédité, expose le noble à l’évaluation de ses contemporains certes, mais il lui donne aussi l’occasion de susciter l’admiration. Il se félicite, par exemple, de voir certaines familles « charmées de se montrer pour ce qu’elles étaient »29 ou encore d’en avoir ressuscité d’autres. Dans sa préface, le bénédictin rappelle que la vertu ne va pas de soi et qu’il faut au jeune noble des exemples à suivre pour l’aider à soutenir son rang. En faisant défiler les modèles du passé, dom Pelletier offre au second ordre un guide de conduite et de ce point de vue, le Nobiliaire rejoint les Mémoires des aristocrates, dont une des finalités est clairement la transmission. Dans la mesure où faire écrire l’histoire de sa famille est une démarche prétentieuse et surtout coûteuse, réservée à quelques privilégiés30, le Nobiliaire donne une possibilité, plus discrète, d’exposer et de valoriser un parcours individuel ou collectif. En enfermant dans un même ouvrage toutes les familles de la noblesse, l’auteur délimite la fraction de la société qui mérite d’être nommée, et marque définitivement la supériorité du groupe nobiliaire dans la société lorraine, celui des puissants.

9Malgré le titre, le Nobiliaire de Dom Pelletier ne peut se réduire à une compilation de généalogies. Les développements, aussi bien dans les articles consacrés aux familles que dans l’introduction, témoignent de l’ambition d’inscrire cette entreprise intellectuelle dans l’histoire de la noblesse, voire de l’histoire locale.

3. Dom Pelletier historien ?

  • 31 Au moment où il élabore son manuscrit préparatoire, il se contente de mentionner dans la marge des (...)
  • 32 Pour la famille Cachedenier qui a bénéficié d’une lettre de réhabilitation par Charles IV le 10 ma (...)
  • 33 Ces ajouts lui permettent de compléter ou de corriger une information. Il n’hésite pas à exposer a (...)
  • 34 B.M. Nancy, ms. 1707 1, p. 2.

10Dans sa préface, à l’image des érudits de son époque, dom Pelletier revendique le langage de la vérité. Conscient sans doute du discrédit dont souffre la généalogie depuis son origine, accusée de falsification voire d’affabulation, il tente d’éloigner tout soupçon de complaisance avec sa matière et cherche d’autant plus à légitimer son œuvre qu’il agit de son propre chef, sans le statut reconnu de généalogiste ou d’historiographe. Le privilège royal obtenu en 1754 lui permet de se prémunir contre le plagiat, mais il confère aussi à son ouvrage l’indispensable caractère officiel. Au-delà des intentions et du discours, l’auteur adopte une démarche critique qui le rapproche de l’historien. Dans la tradition de l’histoire érudite, il attache une grande importance aux sources, qu’il accumule, qu’il croise et qu’il cite systématiquement dans le volume sur les anoblis, à la fin de chaque article31 ; il s’appuie de préférence sur les documents officiels et met en garde le lecteur vis-à-vis des mémoires privés32, lorsque, par défaut, il les retient. Ce souci de ne travailler qu’à partir de documents « authentiques » explique qu’il tait les témoignages oraux auxquels il a dû recourir, comme il est d’usage à cette époque, pour finaliser une enquête de ce genre. Fidèle à ses principes de rigueur et d’honnêteté, dom Pelletier fait part de ses incertitudes au cours de son travail, annonce qu’il est prêt à accepter les critiques si elles sont fondées sur des preuves et, comme il continue ses recherches pendant la rédaction du nobiliaire, il ajoute un supplément, à la fin du volume sur les anoblis33. La volonté de ne plus s’en tenir à la seule généalogie et d’approfondir le contexte historique de son sujet, se précise au fur et à mesure qu’il avance dans la rédaction du manuscrit préparatoire. Le premier volume, daté de 1752, est en fait le dernier écrit et les 423 feuillets qui le composent renferment, outre une généalogie des ducs de Lorraine, des dissertations sur des aspects sociaux, juridiques et institutionnels de l’histoire locale, « pour le rendre complet », écrit-il34. Dans la version définitive, le bénédictin met de l’ordre et ne retient que les sujets en rapport avec la noblesse, consacre une grande partie de son discours préliminaire à replacer les différents titres portés par le second ordre en Lorraine, dans une perspective historique, et énumère les ordonnances relatives à cette catégorie sociale, promulguées par le duc Charles III. Dom Pelletier a l’idée d’un sixième volume, consacré à une description de la Lorraine, mais ce dernier livre ne voit jamais le jour. Par ailleurs, il élargit son titre et d’un Armorial il fait un Nobiliaire dont le contenu est bien plus vaste que le projet héraldique initial ne le laissait présager et qui devient, au final, un long propos historique sur la noblesse.

  • 35 A. PELLETIER, Nobiliaire de la Lorraine et du Barrois. Armorial Général de Lorraine. Manuscrit iné (...)
  • 36 Ibid., p.7. L’auteur ne prend pas parti sur les origines de la famille ducale mais dans le manuscr (...)
  • 37 A. CALMET, Histoire de la Lorraine…, op. cit.
  • 38 Cette confusion entre histoire du royaume et histoire des rois se vérifie aussi dans le cas de la (...)
  • 39 Mercure de France, décembre 1755, p. 148.
  • 40 La lettre écrite le 6 décembre 1755 est reproduite dans le Journal de la Société d’Archéologie Lor (...)
  • 41 A. CALMET, Histoire de la Lorraine…, op. cit., t. 4, p. 722.
  • 42 Au gré de leurs recherches, les érudits repèrent les erreurs dans le Nobiliaire de dom Pelletier. (...)
  • 43 Les familles étrangères ont, par exemple, plus de facilité pour falsifier leur généalogie. Dans ce (...)
  • 44 Abbé BEXON, Histoire de Lorraine, Paris, chez Valade, 1777, rubrique des « hommes illustres », p. (...)
  • 45 Le volume sur l’Ancienne Chevalerie ne présente pas le même intérêt historique car les information (...)
  • 46 Allusion à A. Furetière qui, dans son article « généalogiste », Dictionnaire universel contenant g (...)
  • 47 L’ensemble forme la 2e partie du premier tome de la réimpression de 1974.

11Cependant, la neutralité nécessaire à la réflexion historique et clamée par le bénédictin est faussée par sa tentation de vouloir glorifier la noblesse et à travers elle, la dynastie ducale. Dans sa dédicace à l’empereur François 1er d’Autriche, il salue l’Ancienne Chevalerie « ouvrage de la magnificence et de la générosité » de « l’Auguste Maison de Lorraine » et enchaine avec un hommage à la famille ducale, « jamais corrompue par le poison de l’hérésie ni ternie par d’obscures alliances »35 et dont il fait remonter les origines soit à Gérard d’Alsace, premier duc héréditaire (1048-1070), soit au héros des croisades, Godefroy de Bouillon36. Entre la « première mouture » et la version « définitive », on note des hésitations, des modulations mais les références et le vocabulaire utilisé célèbrent, à des degrés divers, le prince. Travaillant dans la mouvance de dom Calmet, il est sans doute influencé dans ce sens par son supérieur, proche du pouvoir ducal. En 1719, par exemple, ce dernier est sollicité par le duc Léopold, soucieux de défendre des droits convoités par la France, pour écrire une nouvelle histoire de Lorraine37. Dans cette société aristocratique, il semble, en effet, difficile de dissocier histoire de la noblesse, histoire du prince et histoire du duché38. Dans le premier volume du Mercure de France de décembre 1755, un anonyme encourage le bénédictin à préférer un classement chronologique qui rendrait davantage compte « des accroissements de la noblesse » au fil du temps et « par cet arrangement », écrit-il, « on auroit une gallerie héroïque qui rappelleroit l’histoire du pays »39. Dom Pelletier n’échappe pas à ce schéma mental, si caractéristique de son temps. Le lien entre la généalogie et l’histoire locale semble naturel aussi chez l’avocat Chevrier qui, en réaction à l’annonce de l’Armorial de Dom Pelletier, rappelle qu’un nobiliaire de qualité doit être rapproché de l’histoire40. Il reste cependant difficile de prêter au bénédictin une arrière-pensée politique lorsqu’il entreprend son étude, en 1735, car son Nobiliaire est parti d’un plaisir intellectuel. Toutefois, au fil des ajouts et des développements ultérieurs, le religieux témoigne de son attachement à la province et il l’exprime alors que le duché est au crépuscule de son indépendance, si bien que cette exaltation, à la fois du second ordre et de la dynastie ducale, confère à son œuvre un parfum de nostalgie et une tonalité patriotique. Ainsi, cette célébration de la noblesse, parce qu’elle sert l’image d’un prince souverain et confondu avec l’État lorrain, redonne du lustre au duché, mais le dictionnaire de Dom Pelletier effleure ici la littérature de propagande. Pour dom Calmet, le Nobiliaire de Dom Pelletier est « le plus grand, et le plus bel ornement qu’on ait encore vû sur ce sujet »41. Selon certains historiens, le supérieur bénédictin minimiserait ainsi l’apport historique de l’ouvrage or, si l’adjectif « bel » renvoie bien à l’apparence et par conséquent au dessin des armoiries, pourquoi l’adjectif « grand » ne serait-il pas une appréciation de ce long travail savant ? Prudent, dom Pelletier avertit le lecteur des imperfections, inévitables dans un travail de cette ampleur et, du reste, son dictionnaire demeure incomplet et contient des erreurs, détectées par les personnes concernées au moment de la publication, ou par les érudits et les chercheurs de nos jours, au hasard d’une quête généalogique42. Certaines fautes sont dues à la complexité de la tâche et à la fragilité des sources, mais ont-elles toujours échappé à l’auteur ? On peut imaginer que le religieux a subi des pressions, afin de dissimuler des origines obscures ou récentes43 et l’affirmation de l’abbé Bexon, dans son Histoire de Lorraine, au sujet du Nobiliaire nous conforte dans cette voie : « Quelques amis de la vérité ont craint qu’il n’y eut trop de mensonges ; beaucoup plus de gens qu’ils n’y en eut pas assez »44. À condition de ne pas minimiser la charge idéologique de cet ouvrage, ses enjeux sociaux et politiques, le Nobiliaire est un outil, insuffisant, certes, mais indispensable dans toute étude sur la noblesse lorraine et, en particulier sur les anoblis45. Dans le cas de dom Pelletier, le généalogiste n’a pas fait beaucoup plus de nobles que les ducs46 si bien que les notices permettent, non seulement de comptabiliser les nouveaux venus dans le second ordre, de suivre l’ascension de certaines familles, mais aussi de cerner la philosophie et la culture de l’anoblissement en Lorraine ainsi que son évolution durant l’époque moderne. Matières vivantes, les notices généalogiques sont de plus complétées, d’une part par des tables alphabétiques et héraldiques très commodes, mises au point, au xixe siècle, par Félix Colin de Paradis et d’autre part, prolongées jusqu’en 1789 par Henri Lepage et Léon Germain47. L’ensemble constitue donc une base de travail incontournable dans toute étude sur la noblesse lorraine et au-delà, car ces familles sont étroitement liées à l’histoire du duché.

*

  • 48 R. DESCIMON, « Élites parisiennes entre le xve et le xviie siècle. Du bon usage du cabinet des tit (...)
  • 49 B.M. Nancy, ms. 1311(863), 4, p. 46v.
  • 50 Abbé BEXON, op. cit., p. 345. A. CALMET, Histoire de Lorraine, op. cit., t. 4, p. 722.

12L’engouement pour l’art héraldique a fait naître l’idée d’un nobiliaire au sein de l’abbaye de Senones, mais, outre le plaisir intellectuel et artistique qu’elle peut procurer, « la science généalogique satisfait à une demande sociale et politique »48 et contribue à l’affirmation de l’identité nobiliaire, inséparable de l’image princière, dans un État souverain, à l’époque moderne. L’Armorial de Dom Pelletier est bien le miroir des Grands de Lorraine, dans lequel se reflète le passé glorieux de cet État, porté par un duc fier de son indépendance et servi par une noblesse orgueilleusement fidèle. Passionné par son enquête, entrainé dans de très longues recherches, dom Pelletier est à l’origine d’une vaste production historique qui est parvenue à dépasser la sècheresse des notices généalogiques, pour éclairer et enrichir, à la fois l’histoire de la noblesse et celle du duché. Le passage du manuscrit à l’imprimé, de l’espace confidentiel de la recherche érudite à l’espace public et à un vaste lectorat, montre aussi les repentirs, les hésitations et les transformations du projet initial ; la confrontation de ces deux états met en évidence la fabrique du texte et surtout sa construction, qui ne va pas de soi. Le religieux, mort le 28 janvier 175749, est honoré par ses contemporains dans la rubrique des « hommes illustres » de son temps50. À son tour, le savant bénédictin est nommé.

Notes

1 Ch. A. PELLETIER, Nobiliaire ou Armorial de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire, Nancy, H. Thomas, 1758, p. v.

2 Le mot nobiliario apparaît au Portugal puis en Castille et est sans doute à l’origine du mot français « nobiliaire ». Pour la genèse du nobiliaire, voir l’ouvrage très éclairant de G. BUTAUD et V. PIETRI, Les enjeux de la généalogie xiie-xviiie siècle, Paris, Autrement, 2006.

3 Une première vague a lieu de1661 à 1672 puis de 1696 à 1717.

4 G.-A. DE LA ROQUE, Histoire générale des maisons nobles de la province de Normandie, Caen, s.n., 1654 ou encore L.F. LE FEVRE DE CAUMARTIN, Nobiliaire de Champagne, Châlons, J. Seneuze, 1673. Pour le royaume de France, le recueil officiel est l’Armorial Général de France de L.P d’Hozier (le vol. 18 est consacré à la Lorraine), publié entre 1738 et 1768.

5 Le 14 mars 1671, Louis XIV révoque tous les anoblissements octroyés par les ducs depuis 1610 puis, le 18 septembre 1696, les rétablit. Par ailleurs, la Bibliothèque municipale de Nancy (B.M. Nancy) possède un nobiliaire (ms.1316) qui porte cette indication en en-tête (p. 1) : « Trouvé en 1763 chez Mr L’intendant de Paris, venant De chez Mr son grand père qui en 1689 etoit Intendant a Metz ou par ordre Du Roy Louis XIV on a procédé a la vérification de la noblesse de Lorraine »

6 B.M. Nancy, ms. 1362 : il s’agit d’une copie contemporaine d’après les originaux, certifiée par Richier. Ce magnifique nobiliaire a fait l’objet d’une retranscription : O. EYRAUD, Livre de la Recherche… par Didier Richier, Nancy, chez l’auteur, 2009.

7 La liste n’est pas exhaustive. Nous ne citons que les nobiliaires les plus connus. Le lecteur intéressé trouvera tous ces ouvrages à la B.M. Nancy qui, en 1997, a présenté ces différents nobiliaires, dans le cadre d’une belle exposition sur les blasons.

8 Dans l’introduction du fac-similé du Nobiliaire…, de 1974, l’abbé Jacques Choux rappelle, p. iv, que dom Calmet l’a sollicité, par exemple, pour illustrer sa Notice de la Lorraine ; par ailleurs, il aurait été honoré du titre d’aumônier, par le duc Stanislas, en échange de miniatures qu’il lui aurait offertes. On lui reconnaît un certain talent mais ses armoiries n’ont pas la finesse de celles de Dominique Callot, par exemple, réalisées à la plume et à la mine de plomb.

9 Augustin Calmet (1672-1757) a pris la tête de l’abbaye de Senones en janvier 1729. Sur ce personnage et ses travaux, voir F. HENRYOT, Ph. MARTIN (dir.), Dom Augustin Calmet, un itinéraire intellectuel, Paris, Riveneuve, 2008.

10 A. CALMET, Histoire généalogique de la Maison du Châtelet…, Nancy, J.-B. Cusson, 1741. La 2e édition de l’Histoire ecclésiastique et civile de la Lorraine…, Nancy, Leseur, 1745-1757, 7 vol., comporte aussi plusieurs généalogies développées de familles nobles.

11 Didier Richier mène son enquête sur un an et demi environ (une année pour Nancy, dix jours pour le reste de la Lorraine et environ deux mois pour le Barrois). Arrivé dans une localité, le poursuivant d’armes se contente d’interroger les dirigeants de la localité qu’il visite, au sujet des nobles. Dans son article, Armorial de la Recherche de Didier Richier (1577-1581), Nancy, Crépin-Leblond, 1894, p. 12, R. Des Godins de Souhesmes, rappelle avec quelle sévérité l’abbé de Senones a injustement jugé ce travail. Il est vrai que Richier a pu affiner sa recherche par la suite, à partir des pièces fournies par les intéressés.

12 B.M. Nancy, ms. 1311(863), N. DURIVAL, Journal (vol. 2, du 7 février 1746 au 29 décembre 1749) p. 11r°.

13 Denis-François Secousse (1691-1754), avocat, érudit et bibliophile reconnu, a publié les neuf premiers volumes des Ordonnances des rois de France et une édition des Mémoires de Condé, au xviiie siècle.

14 Mensuel qui paraît au Luxembourg à partir de 1704 jusqu’en 1773, où le titre devient Journal historique et littéraire. Dom Calmet avait déjà utilisé ce procédé pour son Histoire ecclésiastique et civile de la Lorraine…, op. cit.

15 B.M. Nancy, ms. 17072, p. 2.

16 Dom Pelletier cite, par exemple, les Mémoires fournis par M. Circourt, (B.M. Nancy, ms. 1707, t. 3, p. 197), ou encore la généalogie des Dupuy, imprimée en 1732 et prêtée par la famille (Ibid., p. 365). Il signale aussi l’Armorial de Mme de Graffigny (Ibid., p. 140), le manuscrit donné par Renauldin, avocat à la Cour, dans son article consacré à la famille Canon (Ibid., p. 160).

17 M. de Chateaufort, conseiller à la cour, lui prête le nobiliaire de Marcol, M. Charles, dernier héraut d’armes de 1703 à 1747, lui communique ses recueils ainsi que le nobiliaire de Callot, l’avocat Chevrier lui envoie des lettres…

18 B.M. Nancy, ms. 1707 1, p. 1, « quand j’entrepris ce Recueil, sur la noblesse Lorraine, je ne pensois pas qu’il seroit si considérable et qu’il demanderoit un si long travail ».

19 B.M. Nancy, ms. 1707 1-5. Ce manuscrit a appartenu successivement à François-Pierre Dupont, seigneur de Romémont, dont la bibliothèque avait été vendue sur le marché de Nancy en 1792, à Nicolas-Charles, baron de Vincent (mort en 1834) et enfin, à Charles-Nicolas Alexandre, dit de Haldat du Lys.

20 Mercure de France, 1er vol., déc. 1755, p. 146.

21 A. PELLETIER, Nobiliaire ou Armorial général de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire, Nancy, H. Thomas, 1758. Selon le texte de l’autorisation accordée par Stanislas, deux exemplaires doivent être déposés à la Bibliothèque royale, deux autres à la Bibliothèque publique de Nancy et deux dans celle du chancelier et garde des sceaux, La Galaizière.

22 Célèbre imprimeur lorrain, connu depuis son édition du Dictionnaire oeconomique de l’abbé Noël Chomel, en 1740, à Commercy. À partir de 1744, il installe son atelier, rue de la Boucherie à Nancy. En 1753, il est aussi à l’origine de l’impression du Mémoire sur la Lorraine et le Barrois de Durival. Voir A. RONSIN, « L’imprimerie à Commercy au xviiie siècle », Annales de l’Est, 1970, p. 333-354.

23 B.M. Nancy, ms. 1311(863), 4, Durival, Journal, (1755-1758) p. 46 v°. La famille de Gourcy, originaire de Bar, est une famille de la haute aristocratie lorraine.

24 A. PELLETIER, op. cit., p. xxxviij.

25 Ibid., p.vii.

26 Ibid.

27 B.M. Nancy, ms. 17011, p. 1.

28 On pourrait être tenté de l’interpréter comme un parti-pris de la part de l’auteur, ou tout au moins une volonté de rendre compte de la place prise par les anoblis dans la société de son époque mais, le généalogiste, consciencieux, a voulu lier ses recherches à la documentation accessible or, tout comme aujourd’hui, ce groupe est plus facile à cerner grâce, notamment, aux registres de la Chambre des Comptes.

29 A. PELLETIER, op. cit., Discours préliminaire, p. vii.

30 Marc de Beauvau, par exemple, demande au généalogiste du roi, Chevillart, d’établir sa généalogie (BnF, Cabinet des Titres, PO, 96).

31 Au moment où il élabore son manuscrit préparatoire, il se contente de mentionner dans la marge des sources de seconde main comme les nobiliaires, les mémoires, alors que pour la version définitive, il a procédé à des vérifications dans les registres de la Chambre des Comptes et renvoie le lecteur au numéro de folio.

32 Pour la famille Cachedenier qui a bénéficié d’une lettre de réhabilitation par Charles IV le 10 mars 1632, Dom Pelletier, prudent, écrit : « il n’est pas aisé de savoir où les Cachedenier tirent leur origine [...] la tradition de la famille veut qu’ils soient originaires de Dôle ; mais comme cette croïance n’est point soutenuë de titres, elle ne peut faire loi dans une généalogie », A. PELLETIER, op. cit., p. 98.

33 Ces ajouts lui permettent de compléter ou de corriger une information. Il n’hésite pas à exposer au lecteur des problèmes méthodologiques et techniques, ainsi à propos des critères de classement et du choix final pour la logique alphabétique, ou encore le problème des noms qui ont un article comme « l’ » ou « le »… Par exemple, la famille Abbé apparaît à la lettre A dans le manuscrit préparatoire alors qu’il la place à la lettre L, dans le volume de 1758. Il s’en explique dans cette dernière édition, p. 427.

34 B.M. Nancy, ms. 1707 1, p. 2.

35 A. PELLETIER, Nobiliaire de la Lorraine et du Barrois. Armorial Général de Lorraine. Manuscrit inédit de la Bibliothèque Nationale de Vienne contenant l’Ancienne Chevalerie Lorraine, Paris, Éd. du Palais Royal, 1974, t. 2, p. 2.

36 Ibid., p.7. L’auteur ne prend pas parti sur les origines de la famille ducale mais dans le manuscrit préparatoire, Godefroy de Bouillon n’est pas mentionné. Depuis le livre de P. CHONE, Emblèmes et pensée symbolique en Lorraine (1525-1633), Paris, Klincksieck, 1991, on sait qu’à partir du règne de Léopold, le thème de la croisade redevient une source d’inspiration importante pour les artistes.

37 A. CALMET, Histoire de la Lorraine…, op. cit.

38 Cette confusion entre histoire du royaume et histoire des rois se vérifie aussi dans le cas de la France. Les représentants de la « nouvelle histoire », au xvie siècle, ont tenté de dissocier ces deux versants de l’histoire, mais ce lien ressurgit au xviie siècle, encouragé et entretenu par les historiens, au service de la monarchie.

39 Mercure de France, décembre 1755, p. 148.

40 La lettre écrite le 6 décembre 1755 est reproduite dans le Journal de la Société d’Archéologie Lorraine, 1864, p. 210-211. L’auteur de cette lettre dissuade dom Pelletier de suivre le classement alphabétique et lui conseille plutôt d’opter pour la chronologie. Selon lui, cette option renforcerait le caractère historique de son oeuvre, la rendrait plus utile et mettrait davantage en avant le prince.

41 A. CALMET, Histoire de la Lorraine…, op. cit., t. 4, p. 722.

42 Au gré de leurs recherches, les érudits repèrent les erreurs dans le Nobiliaire de dom Pelletier. Au xixe siècle, Léon Germain de Maidy publie des corrections ponctuelles dans les revues locales. Dans son article, « Une erreur du Nobiliaire de Dom Pelletier. Mercy-Morey- Mory », Journal de la Société d’Archéologie Lorraine, 1882, l’auteur signale que l’article sur Jean Mercy se rapporte en réalité à Jean de Mory. Dans « Une correction au nobiliaire de Dom Pelletier. Malvoisin, Malvoisin et Conreux de Malvoisin », Journal de la Société d’Archéologie Lorraine, 1885, il montre que le bénédictin a confondu la Maison de Conreux de Malvoisin et la famille Malvoisin. Il faut dire qu’en 1592, deux individus nommés Claude de Malvoisin, sont conseillers et seigneurs d’Aboncourt. En effet, les problèmes d’homonymie sont les plus fréquents. Dom Pelletier peut aussi évoquer un même individu dans deux notices différentes, le faisant apparaître sous deux orthographes différentes.

43 Les familles étrangères ont, par exemple, plus de facilité pour falsifier leur généalogie. Dans certains cas, la révélation des origines risque d’entamer la réputation de la famille. À propos de la famille d’Ernecourt qui figure dans le volume sur l’Ancienne Chevalerie, t. 2, p. 147, il écrit : « cette maison est très ancienne et très illustre comme on le voit par les alliances qu’elle a faites avec celles de Fleury, Sampigny, Haraucourt etc. […] Barbe d’Ernecourt épousa Jacques d’Haraucourt sieur de Saint-Balmont et décéda en 1644 ». Dom Pelletier utilise un mémoire donné par dom Calmet, la généalogie prêtée par les Dupuy ainsi que le mémoire généalogique de Mauljean, échevin de Nancy (ces sources sont citées dans le manuscrit préparatoire B.M. Nancy, ms. 1707, t. 2, p. 2). Or, comme l’a montré M. CUENIN, La dernière des Amazones, Madame de Saint-Baslemont, Nancy, PUN, 1992, la famille s’est enrichie dans le négoce (vente du cuir) et c’est à la fin du xvie siècle que Simon d’Ernecourt, accède le premier à la dignité nobiliaire. On peut se demander si dom Pelletier ne dissimule pas délibérément le passé de cette famille, afin de préserver l’honneur des Haraucourt, une des quatre familles les plus prestigieuses de l’Ancienne Chevalerie.

44 Abbé BEXON, Histoire de Lorraine, Paris, chez Valade, 1777, rubrique des « hommes illustres », p. 345.

45 Le volume sur l’Ancienne Chevalerie ne présente pas le même intérêt historique car les informations, plus difficiles à rassembler et à vérifier, sont succinctes, éparses et plus désordonnées. De plus, ce travail reste inachevé.

46 Allusion à A. Furetière qui, dans son article « généalogiste », Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français, La Haye et Rotterdam, chez Leers, 1690, écrit : « Les généalogistes ont fait plus de nobles que les rois ».

47 L’ensemble forme la 2e partie du premier tome de la réimpression de 1974.

48 R. DESCIMON, « Élites parisiennes entre le xve et le xviie siècle. Du bon usage du cabinet des titres », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1997, vol. 155, p. 610.

49 B.M. Nancy, ms. 1311(863), 4, p. 46v.

50 Abbé BEXON, op. cit., p. 345. A. CALMET, Histoire de Lorraine, op. cit., t. 4, p. 722.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : La famille Chevrier dans le Nobiliaire…, B.M. Nancy, ms. 17073, p. 184.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Fig. 2 : La famille Chevrier dans le Nobiliaire…, 1758, p. 126.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 632k

Auteur

Université de Metz

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540