Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. La fabrique du manuscrit

Exploitation d’une « copie de sauvegarde » : le manuscrit 687 du Musée Condé

Alain Cullière

Texte intégral

  • 1 1 K. REBMEISTER-KLEIN, « Les marques de possession. Une approche de l’histoire des bibliothèques » (...)
  • 2 Voir par exemple l’Inscriptionum antiquarum … exacta descriptio de Jean-Jacques Boissard, manuscri (...)
  • 3 Le manuscrit des Dévots élancements du poète chrétien qu’Alphonse de Rambervillers offrit à Henri (...)
  • 4 4 [L. DELISLE et G. MACON], Chantilly. Le Cabinet des livres. Manucrits. Tome 2 : Belles- Lettres, (...)
  • 5 Nicolas Coëffeteau fut évêque coadjuteur de Metz à partir de 1617. Lazare de Selve, d’abord chance (...)
  • 6 P. LACROIX], Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne [1784-1842]. Catalogue rédigé [pour la vent (...)
  • 7 De la Pucelle de Fronton du Duc il n’existait déjà plus que les deux exemplaires imparfaits de la (...)
  • 8 On réédite actuellement une partie du théâtre d’André Mareschal : Tragi-comédies, t. 1er, La Génér (...)

1À la Renaissance, les manuscrits changent de nature et d’usage. Ils n’ont plus autant d’importance. On considère qu’ils ne représentent plus que le dizième du contenu d’une bibliothèque constituée dans les années 15301. Par ailleurs, l’essentiel du patrimoine occidental n’a plus à être copié. Les grandes œuvres antiques, les écrits des Pères de l’Église et des savants médiévaux, tout cela a fait l’objet d’éditions savantes en un demi-siècle de typographie. Bien des manuscrits peuvent alors être considérés comme livres d’attente, comme des projets d’impression qui n’auraient pas abouti. C’est le cas notamment de recueils de vers. Le poète rêve maintenant d’être publié. Il lui arrive même de rédiger d’avance une page de titre dans laquelle ne semble manquer que le nom de l’imprimeur. Il prend soin aussi parfois d’insérer des pièces d’escorte au début, selon le protocole éditorial habituel. L’imprimerie, avec ses modèles et ses contraintes, façonne désormais la pensée des auteurs2. Les manuscrits de cette époque peuvent être rangés en trois catégories. D’abord, on continue de réaliser des autographes d’hommage qui ont l’apparence d’œuvres d’art, souvent enluminés, mais en songeant, au-delà d’un dédicataire unique et exceptionnel, à un plus vaste lectorat grâce à l’impression. En somme, ce type d’ouvrage attend lui aussi son aboutissement par les presses. Il équivaut un peu à ce que nous appellerions aujourd’hui un exemplaire de tête auquel l’artiste ou l’écrivain ajoute une touche personnelle, un envoi ou un dessin original qui le distingue et surtout le valorise par rapport aux exemplaires de série3. Ensuite, le manuscrit reste la norme pour beaucoup de textes non littéraires, à caractère administratif ou technique, comme enquêtes, dénombrements ou armoriaux, c’est-à-dire des textes documentaires pouvant toujours être complétés ou mis à jour. Dans ce cas, le manuscrit fait un peu penser au livre blanc, au rapport que tel ou tel fonctionnaire rédige sur commande et qu’il remet en main propre dans un délai précis. Enfin, la Renaissance voit apparaître un type nouveau de manuscrit qu’on pourrait appeler, en se servant d’une expression très moderne, « copie de sauvegarde ». Alors qu’on pensait que l’imprimé, en multipliant les exemplaires, pourrait préserver de la destruction ou faire échapper à l’oubli quantité d’œuvres, c’est parfois l’inverse qui s’est produit. On s’est mis à recopier certains textes imprimés que l’on sentait fragiles ou que l’on estimait rares. Cette sauvegarde pouvait relever de l’initiative personnelle ou s’effectuer dans un cadre institutionnalisé ou plus visible, comme un collège, un cabinet de lecture ou une librairie princière. Les imprimés menacés sont de trois ordres. Viennent d’abord les pamphlets du temps des réformes et, de façon générale, les livrets de polémique ou de controverse. Objets de passion, victimes de la détestation ou usées par une manipulation intensive, ces éditions ont vite disparu. Leur destruction systématique pouvait même être considérée comme acte de piété, éventuellement comptabilisé après la mort sur la grande balance céleste. Fort heureusement, beaucoup d’esprits éclairés considéraient qu’il fallait pour le moins lire les écrits des adversaires avant de les rejeter. C’est pourquoi le chercheur se réjouit quand, par exemple, il découvre des raretés calvinistes sur les rayonnages hérités des anciens jésuites. Tout aussi éphémères étaient les innombrables feuilles volantes, libelles et modestes écrits de circonstance ou de propagande que l’on publiait en temps de guerre pour donner quelques nouvelles rassurantes, parfois mensongères, mais on sait bien que le mensonge érigé en vertu politique peut parfois protéger le peuple contre le désespoir. Les faits divers, qu’il s’agisse de crimes ou de signes célestes avant-coureurs de catastrophes, ont fait aussi l’objet de nombreux canards. Tout cela était diffusé par des crieurs de rue ou, s’il s’agissait d’écrits défendus, par des colporteurs discrets que l’on faisait passer à l’arrière-boutique pour qu’ils ouvrent leur ballot. Parce que légers – généralement une ou deux feuilles pliées trois fois pour un cahier de seize pages – et d’une actualité toujours dépassée au moment de la lecture, ces petits imprimés allaient ensuite fournir pour l’empaquetage les beurrières et harengères. D’ailleurs, l’insulte la plus commune était de déclarer à l’adversaire que ses écrits n’avaient d’autre utilité que d’alimenter la halle. Enfin, on peut considérer comme vulnérables tous ces opuscules littéraires ou sentant le collège que les clercs produisaient au terme de leurs études. Pour se faire valoir, ils faisaient imprimer à grands frais des vers latins, une pièce de théâtre ou diverses épîtres, qui devaient prouver à tel ou tel puissant dédicataire leur savoir-faire, la culture acquise ou la maîtrise des arts. On place généralement au rang de minores ces auteurs au statut incertain, qui n’existent souvent que par un titre, celui-ci n’étant connu que par la conservation quasi miraculeuse d’un exemplaire. Dans ce cas, la fragilité résidait plus dans la modestie du tirage, quelques dizaines d’exemplaires environ, que dans la futilité du propos. Pour le chercheur actuel, ces pièces ne sont jamais insignifiantes. Recensées ou sérialisées sans parti pris de réévaluation, elles constituent d’irremplaçables témoignages. Selon cette typologie, le manuscrit 687 du Musée Condé de Chantilly a toute l’apparence d’une copie de sauvegarde. C’est un volume bien relié, comportant presque trois cents feuillets de papier, sans marque de provenance antérieure au xixe siècle. Il renferme cinquante-quatre textes en vers ou prose, de nature diverse. De page en page l’écriture se dégrade un peu et la lisibilité devient problématique dans la mesure où, sur un matériau trop fin, l’encre des rectos a imprégné les versos, et inversement. Il semble toutefois que tout ait été copié d’une même main. La présence de titres courants et le fait que les textes s’enchaînent sans blanc prouvent qu’il ne s’agit pas de pièces disparates qui auraient été montées en recueil. La pagination est continue et régulière, à quelques ratures et anomalies près. Ces textes, tous en français, datent des années 1501-1623. Même si leur succession ne reflète apparemment aucun ordre subtil ou savant, disons qu’on peut discerner deux massifs, comme si l’on avait eu l’intention de « sauvegarder » deux bibliothèques : les seize premières pièces, à l’exception des pièces 5, 6 et 13, sont des textes à caractère littéraire, qui occupent les deux tiers du volume ; toutes les suivantes, auxquelles il faut réunir les pièces 5, 6 et 13, correspondent essentiellement à des écrits politiques et satiriques relatifs au règne de Louis XIII, la plupart datant des années 1620-16224. Le premier massif comporte un corpus lorrain, comprenant trois tragédies, à savoir la Pucelle de Fronton du Duc (pièce 1), la Mercuriade de Dominique Gaspard (pièce 10) et la Thébaïde de Jean Robelin (pièce 14), ainsi qu’un recueil de sonnets (pièce 2), divers poèmes plus ou moins longs (pièces 3, 7, 8, 9, 12, 15) ; on peut joindre à ce corpus la pièce 11, qui a aussi un caractère lorrain puisqu’elle regroupe des vers de Nicolas Coëffeteau et Lazare de Selve5. Sous un angle générique, on peut repérer dans ce premier massif un corpus théâtral qui, outre les trois tragédies lorraines, engloberait un certain nombre d’œuvres à caractère scénique parce que dialoguées (pièces 3, 4, 15, 16). Rapporté au nombre de pages, le théâtre occupe ainsi près de la moitié du volume. C’est certainement la raison qui avait conduit Soleinne au début du xixe siècle à l’acquérir. Ce collectionneur avait en effet constitué une impressionnante bibliothèque consacrée au théâtre de tous les temps. Lorsqu’il ne pouvait mettre la main sur une édition rare, il l’inscrivait dans la liste de ses desiderata et s’efforçait en attendant, faute de mieux, d’en obtenir une copie6. L’acquisition de ce manuscrit lui offrait les textes des trois tragédies lorraines dont on a parlé, d’une rareté absolue et dont il n’avait sûrement aucune chance de posséder un jour un exemplaire imprimé7. Les textes du second massif, d’une plus grande unité, posent moins de problèmes. Quelques-uns, assez longs (pièce 13) ou chronologiquement décalés (pièce 44), sont tout à l’honneur de Louis XIII. Dans l’ensemble, ils concernent la reprise de la lutte armée contre les protestants au début des années 1620. Ceux qui sont à vocation satirique parlent le plus souvent du connétable de Luynes, qui fut à l’époque une cible de choix. Les pièces 47 à 50, également liées à la question protestante, brisent la chronologie des précédentes en revenant sur des événements des années 1616-1617. Comme s’il se sentait chagriné d’un tel retour en arrière, le copiste a cru bon d’insérer à leur suite une rapide mention à l’intention du lecteur « bénévole », dans laquelle il s’excuse du désordre introduit, dû aux difficultés qu’il a rencontrées pour s’approprier les textes. Peut-être pensait-il mettre là un terme à son travail. Toujours est-il que viennent encore après cette mention quatre pièces satiriques, la toute dernière étant tronquée. Un tel appel au lecteur est éclairant. On a le sentiment que le copiste écrivait effectivement au cours de l’année 1622 et au début de 1623 en fonction d’informations attendues ou reçues. Le premier massif correspondrait alors à la transcription de textes plus anciens, dont il disposait déjà, le volume se complétant peu à peu. Le fait qu’il envisage un lecteur potentiel permet de voir en lui une sorte de bibliothécaire travaillant dans un cadre suffisamment ouvert pour que les volumes qu’il compose ou dont il s’occupe soient accessibles à un certain public. Ce pourrait être le cas d’une bibliothèque princière. Ce personnage prend dès lors à nos yeux un certain relief et la constitution de son recueil pourrait refléter ses goûts ou ses curiosités, à moins que ce ne soient ceux de la personne qui l’occupait ou l’employait. En tout cas, la place primordiale du théâtre sous sa plume, le choix de plusieurs œuvres d’origine lorraine, l’ancrage de l’écriture au début des années 1620 dans un contexte catholique et royal, tout cela nous fait songer à André Mareschal, Lorrain d’origine et futur auteur de théâtre à succès. On sait qu’il vint à Paris vers 1620 où il fut, pense-t-on, bibliothécaire de cour et où il rechercha la faveur des princes lorrains. D’ailleurs ses premiers vers, publiés en 1625, font hommage au duc de Chevreuse, Claude de Lorraine, qui avait épousé la veuve du connétable de Luynes. Faute de pistes, on ne poursuivra pas l’investigation. Disons simplement que l’analyse interne de notre volume autorise une telle conjecture8.

*

  • 9 La mention « Jouxte la copie prise sur … » figure parfois, dans la mesure où elle est incorporée a (...)
  • 10 A. CULLIÈRE, « Trois énigmes de la littérature lorraine au temps de Charles III (Jean de Vaubreuil (...)

2Ce descriptif achevé, on peut s’interroger sur son intérêt réel. Tout manuscrit n’a pas le statut d’objet culturel ou de témoin privilégié, comme le serait un livre d’heures enluminé ou le recueil autographe d’une main célèbre. Celui dont on parle, ni beau ni remarquable, n’apporterait rien à être mis sous vitrine ou sur écran. Il ne nous est précieux que s’il joue encore pleinement son rôle de sauvegarde, donc si son contenu n’est pas plus aisément accessible ailleurs. Or l’examen qu’on a entrepris montre que quarante-quatre textes, pour le moins, ont été imprimés en leur temps et que ces impressions demeurent à notre portée. C’est le cas notamment pour tous ceux qui relatent une bataille, un événement symbolique, ou qui diffusent une déclaration importante. Ils ont été publiés dans l’instant, parfois simultanément en plusieurs lieux, sous la forme d’opuscules qui, bien que minces, ne passaient pas inaperçus. Il arrivait que des bibliothécaires et des particuliers rassemblent ces opuscules et les relient pour constituer des archives ou, plus modestement, une mémoire des temps à leur usage ou à celui de leurs proches. On peut les retrouver maintenant dans les fonds anciens d’un certain nombre de bibliothèques publiques. Par exemple, celle de Nancy en conserve une impressionnante collection pour le début du xviie siècle, sous forme de recueils factices très épais, en couverture de parchemin, chacun correspondant à une année. C’est dans ces recueils nancéiens qu’on a retrouvé la plupart des textes historiques ou satiriques figurant dans notre manuscrit. Il faut bien reconnaître que de tels recueils offrent à l’historien plus de commodité que des copies désordonnées, peu sûres, parfois difficiles à déchiffrer. Sur les dix textes dont on n’a pas retrouvé de trace imprimée d’époque, trois ont également un caractère historique ou satirique (pièces 6, 43 et 52). Les pièces 6 et 52, qui rapportent très sèchement quelques nouvelles diplomatiques européennes des années 1621 et 1623, paraissent avoir été prises à des feuilles volantes ou autres courriers. On a vérifié en tout cas qu’elles ne se trouvaient pas telles quelles dans les volumes du Mercure français des années concernées. Quant à la pièce 43, à vocation satirique, elle nourrit, mais sans le renouveler, le débat entre le « soldat » et l’« antisoldat » français qui s’est longtemps poursuivi au début du xviie siècle. Sa forme soignée et son titre élaboré laissent penser qu’elle a pu être imprimée. Notons que le copiste ne donne jamais les références typographiques des pièces qu’il recueille9. Les sept textes restants, qui appartiennent au premier massif dont on a parlé, ont un vrai statut de littérature « sauvegardée ». Certains, comme les Sonnets à Messeigneurs … (pièce 2) et l’acrostiche sur le nom du duc Henri de Lorraine (pièce 12), ne sont que des échantillons anonymes et assez plats de poésie de cour. Le seul intérêt de ce type de production aurait résidé dans l’identité des auteurs et les circonstances de la dédicace. Pour ce qui est du Dialogue d’un gentilhomme et d’un berger (pièce 15), composé en partie en patois mosellan, on peut le présenter comme la version primitive d’un texte connu par deux éditions de la fin du xviie siècle, mais qui présente quand même avec elles de notables variantes. Celles-ci seraient-elles le fait du copiste, malhabile à transcrire le patois ? En opérant des rapprochements, les linguistes pourraient peut-être mieux saisir ou dater certains faits de langue. Quant aux pièces 7, 8, 9 et 10, elles éclairent remarquablement la vie intellectuelle sous le règne du duc Charles III, à qui elles sont dédiées. On leur a consacré jadis un article pour une approche globale10. La première, un poème de Jean de Vaubreuil sur Pont-à-Mousson est un étonnant dépliant touristique qui vante les mérites de la ville et de la récente université qui s’y est implantée. On y décrit aussi bien les rues et les édifices que la vie quotidienne des étudiants. Ces vers ont été composés dans le courant de l’année 1579, au moment exact où des démarches officielles étaient entreprises pour inciter le juriste Jacques Cujas à quitter Bourges et à venir s’installer en Lorraine. On sait qu’elles sont restées vaines, mais on voit le poète, sans doute étudiant lui-même, interpeller le grand professeur et lui énumérer tous les avantages, outre un « beau salaire », qu’il trouverait à venir. À ce poème fait suite un Hymne de Moselle dont l’auteur n’est pas nommé, mais on a pu établir qu’il s’agissait de Georges Aulbery, secrétaire ducal, originaire de Charmes. Il s’agit, dans un modeste format, d’une paraphrase d’Ausone écrite à la manière de Ronsard et Du Bartas. Sensible et pleine de réminiscences, elle mériterait d’être publiée. On découvre ensuite une ample Exhortation au peuple lorrain, sans nom d’auteur, très flatteuse pour la maison ducale, composée vers 1604 ou 1605. Elle pourrait être de Dominique Gaspard, l’auteur de la tragédie Mercuriade qui suit.

*

  • 11 R. LEBÈGUE, « Tableau de la tragédie française de 1573 à 1610 », Bibliothèque d’Humanisme et Renai (...)
  • 12 La tragédie à l’époque d’Henri III, 2e série, vol. 2, 2000, p. 269-381 ; vol. 3, 2002, p. 455- 575 (...)
  • 13 L’Historia universitatis et collegii Mussipontani… ab institutione ad annum 1650, du P. Nicolas Ab (...)
  • 14 Genève, Droz (coll. Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 93), 2009.

3Le théâtre n’est pas seulement un genre littéraire. Parce qu’il est joué, offert au sein de la cité comme exutoire, il reflète les mentalités et ses codes parlent à l’historien comme au sociologue. En perpétuelle mutation, encore tributaire des schémas médiévaux, intégrant plus ou moins l’idéal antique, mais puissamment remué par les nouvelles pratiques italiennes de la mise en scène, le théâtre de la Renaissance est un objet d’étude complexe et fascinant. Dès les années 1940, Raymond Lebègue, qui lui a consacré des décennies de recherche, a voulu en faire l’inventaire, repérant méthodiquement les pièces qu’il n’avait pu lire, balisant le chemin pour ses successeurs, afin qu’ils se mettent en quête des œuvres perdues. Il citait notamment la Mercuriade d’après Soleinne, sans savoir à l’époque qu’elle se trouvait à Chantilly11. Depuis 1989, les PUF et les éditions Olschki de Florence publient progressivement le corpus du Théâtre français de la Renaissance. Quinze volumes ont déjà paru, consacrés à la comédie et à la tragédie depuis Henri II, mais il est prévu que la collection s’arrête à l’année 1600. La Pucelle de Fronton du Duc et la Thébaïde de Jean Robelin y ont déjà trouvé place12. Tous les textes n’y sont pas reproduits avec soin, les notes y sont parfois insuffisantes, mais l’essentiel est quand même offert. Par ailleurs, les pièces conservées à la BnF sont pour la plupart mises en ligne sur Gallica. On s’intéresse également à tout le corpus européen des spectacles de collège, extrêmement fuyant parce que rarement imprimé, le plus souvent en latin, d’autant plus intéressant que, loin d’avoir été produit en vase clos, il répercutait fort les bruits du dehors. Il reste beaucoup de travail. Par exemple, le théâtre du collège mussipontain n’est guère connu que par le témoignage d’un vieux jésuite du milieu du xviie siècle, qui ne se fiait qu’à sa mémoire ou à celle de son entourage, et dont les données, sans cesse reprises, n’ont cessé de se dénaturer à force de colportage13. Pour toutes ces considérations, on s’est intéressé à la copie de la Mercuriade que nous offrait ce manuscrit et on en a entrepris l’édition14. Ce n’est pas un chef d’œuvre oublié, loin de là, mais un document littéraire qui présente un triple avantage. Outre son origine lorraine, elle contribue d’abord, puisqu’elle évoque son aventure hongroise, à éclairer la personnalité de Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, qui, comme on le sait, après avoir quitté les rangs de la Ligue et fait sa paix avec Henri IV, s’est mis au service de l’empereur Rodolphe II en 1599 pour combattre les Turcs en Europe centrale. Il a été à l’origine de quelques avancées et reculades dans lesquelles on a voulu voir des exploits stratégiques et il est mort en février 1602 au moment où il revenait en France, tout en continuant, disaiton, de nourrir de grandes ambitions pour la chrétienté. Il est devenu ensuite une sorte de héros nébuleux, donc mythique, dont on n’a cessé d’évoquer la mémoire jusqu’à la reconquête de Bude à la fin du xviie siècle. À sa manière, cette tragédie, qui est plutôt une sorte d’épopée théâtralisée, est intéressante parce qu’elle se situe au moment où la légende prenait corps. Elle donne un écho de ce mythe naissant en Lorraine. Cette pièce est également, pour l’histoire du théâtre, une des rares tragédies du temps qui empruntent leur sujet à l’histoire contemporaine. Enfin, sur un plan dramaturgique, il semble bien qu’elle ait été composée pour un collège, qui n’était sans doute pas celui de Pont-à-Mousson. Contentons-nous de préciser qu’elle en a l’esthétique et qu’elle répond assez bien aux fortes exigences de la représentation scolaire. On n’insiste pas non plus ici sur ses sources et influences littéraires, mais il est passionnant de voir comment l’auteur se livre à certains pillages, ce qui n’était pas à l’époque un grand crime, plus passionnant encore de constater l’ingéniosité qu’il déploie pour s’approprier ses larcins. Ce travail d’édition a conduit à s’interroger sur la nature même de l’unique copie dont on disposait et sur les principes de rédaction du copiste. On songe surtout à la fidélité de sa restitution, qui tient au rapport qu’il entretenait avec son texte référent qui était peut-être un imprimé, un autographe original ou une autre copie. Pour mettre ce rapport en évidence, le mieux était de se reporter à un autre texte du manuscrit pour lequel on sait qu’il existe un imprimé ancien et de procéder à l’étude comparative des deux états. C’est ainsi qu’on a mis en regard la copie de la Pucelle de Fronton du Duc avec sa version imprimée à Nancy en 1581. Encore faut-il admettre, pour que cette comparaison soit pertinente, que c’est le texte imprimé qui guidait dans ce cas le copiste, ce qui est probable mais non certain. Or la comparaison, ligne à ligne, a révélé que celui-ci avait parfois modifié certains mots, qu’il n’avait pas vraiment tenu compte de la ponctuation, qu’il avait même ici ou là oublié des vers. En somme, il est apparu que la Pucelle imprimée, qui n’est pourtant pas exempte d’imperfections, était quand même plus satisfaisante que la copie. Par déduction, on était en droit de penser que la copie de la Mercuriade comportait les mêmes défauts. De fait, on y relève des ruptures de syntaxe et des irrégularités dans l’alternance des rimes masculines et féminines qui laissent supposer que des vers ont été omis. Un examen attentif permet de comptabiliser seize vers manquants sur un total de 2408. De plus, il arrive que des mots attendus à la rime soient remplacés par d’autres qui devraient venir au vers suivant ou qui étaient présents dans le vers précédent, ce qui semble prouver que le copiste était toujours un peu en retard ou en avance sur le texte au moment où il transcrivait. Plus étonnant encore, des mots évidents ont parfois été remplacés par d’autres ayant une sonorité proche : turquesque est toujours rendu par tudesque, ce qui dans le contexte historique aboutit à un contresens ; fleuves peut devenir fleurs ; ne devient que ; sable devient sabre ; des petits mots comme et viennent parfois, après un mot se terminant par un -e muet et une marque du pluriel, ajouter malencontreusement une syllabe à un vers. On se demande en définitive si le copiste, au lieu de suivre un texte à son rythme, n’écrivait pas sous dictée particulièrement rapide. Ses erreurs seraient dues alors à des défauts d’oreille ou de diction. Certaines défaillances, en particulier l’omission de vers, pourraient aussi bien relever de celui qui dictait que de celui qui écrivait. Enfin, les fautes d’orthographe, nombreuses, au mépris de la prosodie, doivent plutôt être mises sur le compte de la précipitation et ne peuvent pas être imputées aux flottements encore nombreux de la langue préclassique. Ce constat imposait un protocole éditorial qui devait certes soutenir le texte, éventuellement le réparer, mais sans aller trop loin, sans substituer à la copie fautive un texte idéal, tel qu’on l’eût souhaité. En l’absence d’un imprimé qui, quel qu’en soit l’état, ferait autorité, les règles les plus importantes qu’il a fallu suivre ont consisté d’abord à réécrire complètement la pièce dans une graphie moderne, avec une révision de la ponctuation et des majuscules selon nos usages, mais dans un strict respect de la prosodie et des éventuels effets sonores recherchés ; ensuite à signaler toutes les lacunes repérées en recourant à des pointillés qui prennent la place des passages manquants ; enfin à corriger sans violence les vers boiteux ou à suggérer des corrections en cas d’hésitation. Encore faut-il admettre que le texte de cette Mercuriade qu’on a établi à partir d’une médiocre copie perdra tout intérêt si l’on découvre un jour un exemplaire d’une édition d’époque, imprimée à Nancy, à Pont - à- Mousson ou ailleurs. En revanche, on se plaît à croire que l’apparat critique qu’on lui a joint, qui en éclaire notamment les sources et en souligne les emprunts, conserverait quelque utilité. On a bien compris qu’un manuscrit comme celui-ci, qui se présente comme simple « copie de sauvegarde », sans valeur en tant qu’objet matériel, était forcément promis à un sort cruel. En fait, son seul intérêt est d’offrir quelques pièces littéraires introuvables ailleurs, du moins à ce jour. Si l’on ajoute que ces pièces ont été transcrites par une main peu fiable, que certaines sont de peu de valeur, et si l’on en vient aujourd’hui à publier les autres, ne serait-ce qu’à titre de curiosités, le manuscrit ne vaudra plus que par sa constitution même. Dès lors on ne se souciera plus de son contenu, mais on pourra encore revenir au projet du copiste, commissionné ou non, s’interroger sur les raisons qui ont déterminé ses choix, sur sa marge de manœuvre, sur son cadre de travail et sur les canaux d’information dont il disposait, sur l’utilité de son entreprise au début des années 1620. Ces questions ne sont pas anodines mais en grande partie insolubles. Notre manuscrit au fond, qui a presque totalement perdu sa fonction de « sauvegarde », n’a rien d’exceptionnel et ressemble à la plupart de ceux qu’on conserve aujourd’hui. Ce n’est plus qu’un repère dans l’histoire de la structuration du savoir.

ANNEXE

Contenu du ms. 687 du Musée Condé

4(Graphie moderne pour les titres. On mentionne la pagination indiquée sans tenir compte des anomalies.)

Feuillets liminaires, de petit format :

  • Double feuillet comportant les notices descriptives de quatre manuscrits. La quatrième, qui correspond au manuscrit qui nous occupe, cite la Pucelle de Fronton de Duc, en reproduit la scène 4 de l’acte II et ajoute : « Dans le même volume, la Thébaïde, tragédie de Jean Nobelin (je crois le même que Jean Le Bon), inédite, et une foule de pièces et pamphlets politiques, la plupart imprimés dans le temps … ».
  • Petit feuillet d’une autre écriture, situant la Thébaïde de J. Robelin dans le manuscrit, avec le commentaire suivant : « M. P. Paris lit Nobelin et croit que c’est le même que Jean Le Bon ».
  • Autre feuillet, de même écriture que le précédent, situant la Mercuriade dans le manuscrit, sans commentaire.

51. L’Histoire tragique de la Pucelle de Domrémy, autrement d’Orléans, nouvellement départie par actes. Sonnet de Jean Barnet, auteur de cette œuvre, à Mgr le comte de Salm [f. 1-37 r°].

6Nancy : Veuve Jean Janson pour son fils, 1581 (B.M. Nancy, Rés. 10245 ; BnF, RES-YE-468). Le manuscrit ne reproduit ni l’épître dédicatoire, ni les épigrammes latines ; le sonnet final de C. Vallée y figure mais sans nom d’auteur.

72. Sonnets à Messeigneurs les comtes de Salm et de Tornielle et autres seigneurs et gentilshommes de Lorraine [f. 37-40].

8Pas d’édition connue. 14 sonnets des années 1590, dont l’auteur anonyme semble plutôt être français.

93. Les Dialogues des trois États de Lorraine sur la nativité de […] Charles de Lorraine, fils aîné de très haut et très puissant prince François, par la grâce de Dieu duc de Lorraine, Bar, etc., et de très illustre princesse Madame Chrétienne de Danemark son épouse. Ensemble un chant royal, trois cantiques et une péroration, [le tout] composé [par Emond du Boullay] et dédié à l’honneur et louange du très illustre duc François et de sondit fils Charles [f. 40 v°-66].

10Strasbourg : Georges Messerschmidt, 1543 (B.M. Nancy, Rés. 4365), avec un titre un peu différent.

114. Huitains moraux dits L’Outré d’amour pour amour morte [f. 66 v°-78]. Poème de Georges Chastellain, en 214 huitains d’octosyllabes, publié dans Le Jardin de plaisance et fleur de rhétorique, Paris [ : Antoine Vérard, c. 1501], f. 234-244. Reprint Paris 1910 (SATF). Voir F. Lachèvre, Bibl. des recueils collectifs de poésie du xvie siècle [1922], Slatkine Reprints, 1967, p. 3-11.

125. Vers sur la mort du connétable de Luynes [suivi de :] Sur la vanité de Moussingot, secrétaire du connétable, qui pensait devenir secrétaire d’État du roi [suivi de :] Autre sur sa calotte [f. 78 v°].

13Le Te Deum chanté sur la mort de Monsieur le Connétable, sl. nn., 1622 (BnF, YE- 33764) ; Sur le Te Deum chanté pour la prise de Montheurt, sl. nn., 1622 (B.M. Nancy, 280445 m) ; Recueil des pièces les plus curieuses qui ont été faites pendant le règne du Connétable jusqu’à présent, sl. nn., 1622 (BnF, LB36-1803), p. 457-461. Le manuscrit donne un texte incomplet et imparfait.

146. Nouvelles de Spire, le 4 février 1621 [f. 79].

15Pas de source imprimée repérée pour ces informations politiques sommaires. Incipit : Monsieur le chancelier de Mgr l’évêque de Spire doit partir encore ce jourd’hui pour se rendre à Augsbourg…

167. Pont-à-Mousson, ville et cité fameuse de Lorraine et depuis peu de temps université florissante, décrite par Jean de Vaubreil, Aquitain. À très haut et très puissant prince Charles […] duc de Lorraine [suivi de :] Ode sur le mérite de feu d’heureuse mémoire Monseigneur le cardinal de Lorraine, fondateur de l’université de Pont-à-Mousson [f. 80-84].

17398 alexandrins composés en 1579-1580. Lelong (Bibliothèque historique, 1729, p. 803) cite une édition verdunoise in-4° de 1540, avec erreur évidente sur l’année. Édition possible : Verdun : Martin Marchant, 1580.

188. L’Hymne de Moselle, dédié à son Altesse Charles III, duc de Calabre, Lorraine, Bar, Gueldre, etc. [f. 85-88 r°].

19244 alexandrins par Georges Aulbery, secrétaire de Charles III (c. 1600). Pas d’édition connue.

209. Exhortation au peuple lorrain, tant à reconnaître les biens qu’il a reçus et reçoit continuellement de son Altesse et de Messeigneurs les princes ses fils qu’à prier Dieu pour leurs prospérités et grandeur [f. 88-95 r°].

21552 alexandrins (c.1605), dont l’auteur pourrait être Dominique Gaspard. Pas d’édition connue.

2210. Mercuriade, tragédie dédiée à S. A. Charles 3e du nom, duc de Calabre, Lorraine, Bar, etc., par frère Dominique Gaspard, religieux de l’ordre de la Trinité de Lamarche [f. 95 v°-129 r°].

23Composée en 1605, accompagnée de vers encomiastiques anonymes. Pas d’édition d’époque connue.

2411. Traduction de la prose du saint sacrement de l’autel [suivi de :] Autre traduction de ladite prose [f. 129 v°-132 r°].

25Deux versions du Lauda Sion de Thomas d’Aquin. La première, en 24 quatrains, est apparemment celle de Nicolas Coëffeteau légèrement retouchée (Paris : François Huby ; Lyon : Jean Anard, 1606) ; la seconde, en 80 octosyllabes, est de Lazare de Selve, OEuvres spirituelles, Paris : Pierre Chevalier, 1620, p. 120-123 (BnF, YE- 7581).

2612. Vers acrostiche sur Henri duc de Lorraine [f. 132 r°].

2718 octosyllabes (c. 1610-1620), peut-être extraits d’un recueil imprimé. Incipit : Héros digne race des dieux / En qui la nature et les cieux / N’ont point épargné leurs richesses…

2813. Tableau de la Suisse et autres alliés de la France ès hautes Allemagnes […] par Marc Lescarbot, avocat en Parlement [f. 132 v°-164].

29Paris : Adrien Perier, 1618 (B.M. Nancy, 270578).

3014. Thébaïde, tragédie composée par Jean Robelin du comté de Bourgogne. À Monseigneur le duc de Lorraine Charles 3e [f. 164 v°-194].

31Pont-à-Mousson : Martin Marchant, 1584 (Arsenal, 8-BL-14068). Le manuscrit ne reproduit pas la dédicace.

3215. Dialogue d’un gentilhomme et d’un berger, l’un parlant français, l’autre lorrain. Le gentilhomme commence [f. 195-199 r°].

33Sous un titre et avec un contenu un peu différents, on trouve deux éditions messines tardives : en 1671, reprint 1847 (BnF, Y-6207) et 1675 (BnF, Y-6208). Une édition au début du xviie siècle est possible.

3416. Affiges des grands opérateurs de maître Claude [sic, pour Mirlinde], nouvellement arrivés [f. 199-201 r°].

35Recueil des mascarades et jeu de prix à la course du Sarrasin, Paris : Guillaume Marette, 1607 (Arsenal, 8-H-12625), p. 25-32 ; Recueil des plus excellents ballets de ce temps, Paris : Toussaint du Bray, 1612 (Arsenal, 8-BL-14695), p. 78-88 ; Affiges des grands opérateurs de Mirlinde, nouvellement arrivés, Paris, sn., 1618 (BnF, Y2- 13077). La fin manque dans le manuscrit.

3617. Relation véritable apportée par le Sieur du Buisson, envoyé par le roi, de la défaite de l’armée du Sieur de Soubise par sa Majesté en personne et de la prise du château de la Chaume, dans les Sables-d’Olonne, le 18e de ce mois [f. 201- 202].

37Paris : Frédéric Morel, 1622 (B.M. Nancy, 480443 k).

3818. L’Horoscope du Connétable, avec le Passe-partout des favoris [suivi de :] Réjouissance de toute la France, spécialement de tous les bons Français, sur la mort du Connétable [f. 202 v°-207].

39Sl. nn., 1622 (B.M. Nancy, 280445 b) ; Recueil des pièces les plus curieuses, p. 167- 186.

4019. Le Héraut français aux princes chrétiens [f. 207 v°-213 r°].

41Sl. nn., 1622 (Arsenal, 8-H-12842/9).

4220. Plaintes et invectives par les habitants de La Rochelle contre le Sieur de Soubise et à sa personne. Ensemble son bannissement de ladite ville [f. 213 v°- 214].

43Paris : Joseph Guerreau, 1622 (B.M. Nancy, 280 443 q), avec titre un peu différent.

4421. La description générale des noms et qualités de tous les chefs et nombre des gens de guerre, tant tués que prisonniers, en la défaite et déroute du Sieur de Soubise, avec l’ordre du combat et poursuite des ennemis [f. 214 v°-216 r°].

45Paris : Simon Le Daulphin (B.M. Nancy, 280443 n) ou Nicolas Rousset, 1622 (BnF, LB36-1932).

4622. Lettre du Roi envoyée à Monseigneur de Vaudémont, contenant au vrai la défaite et déroute de l’armée du Sieur de Soubise par sa Majesté en personne, avec la prise de la ville de Chaume, le 18 avril 1622 [f. 216-217 r°].

47Paris : Simon Le Daulphin, 1622 (B.M. Nancy, 280443 l).

4823. Lettre du baron de Grundorff à Monsieur de La Banière à Sedan, portant une relation véritable de la défaite de l’armée du marquis de Baden et Dourlach près la ville de Wumpffen, par Monsieur de Tilly, général de l’armée de son Altesse Monseigneur le duc Maximilien de Bavière, le 6 mai 1622 [f. 217-218].

49Sedan : Jean Jeannon, 1622 (B.M. Nancy, 280443 v).

5024. Regnaud de Montauban ressuscité, parlant aux bourgeois de Montauban et à ceux de son [sic, pour leur] parti [f. 218 v°-222 r°].

51Sl. nn., 1622 (B.M. Nancy, 280444 k). Publié aussi à Bordeaux.

5225. Le Comtadin provençal. Et le Seigneur a dit : Parce qu’ils ont délaissé ma loi que je leur ai donnée et n’ont pas écouté ma voix, et n’ont pas cheminé en icelle, etc. Pourtant le Seigneur des armées, le Dieu d’Israël, dit ceci : Voici, je donnerai à ce peuple-ci eau de fiel pour boire et pour manger l’Aluyne [f. 222- 229].

53Sl. nn., 1620 (BnF, LB36-1418) et 1622 (Arsenal, 8-H-12841/6) ; Recueil des pièces les plus curieuses, p. 88-122.

5426. L’Ombre de Monsieur le Connétable apparue à Messieurs ses frères [f. 229 v°- 233 r°].

55Sl. nn., 1622 (B.M. Nancy, 280445 j) ; Recueil des pièces les plus curieuses, p. 461- 474.

5627. Le grand et juste châtiment des rebelles de Nègrepelisse, mis et taillés en pièces, et leur ville réduite à feu et à sang par l’armée royale de sa Majesté [f. 233].

57Paris : Pierre Rocollet, 1622 (B.M. Nancy, 280443 ee). Cet opuscule précise au titre : 10-11 juin 1622.

5828. Lettre de la prise par force et furieux assaut de la ville de Nègrepelisse [f. 234].

59Paris : Jean Bessin, 1622 (B.M. Nancy, 280443 ff).

6029. Épitaphes de plusieurs seigneurs et autres de France [f. 234 v°-238 r°].

61Il s’agit du Cimetière, cahier d’épitaphes figurant dans la Suite de l’Adolescence Clémentine de Marot, Paris : Pierre Roffet, [fin 1533-début 1534] (BnF, RES-YE- 1534). 2 pièces ont été retranchées par le copiste.

6230. La prise de Saint-Antonin à l’obéissance du Roi, sa Majesté y étant en personne, avec le nombre des habitants et rebelles qui ont été pendus et étranglés par commandement du Roi [f. 238 v°-239].

63Paris : Pierre Rocollet, 1622 (B.M. Nancy, 280443 jj). Publié aussi à Rouen.

6431. Lettre portant avis de la défaite de la fameuse et formidable armée du prince

65Christian de Braunschweig, administrateur de Halberstatt, par les armes impériales et bavaroises, le 20 juin, entre Francfort et Hoechst sur le Main. Avec la véritable nouvelle de la mort de sultan Osman, empereur des Turcs, étranglé à Constantinople aux sept Tours au mois de mai 1622 [f. 239 v°-241].

66Troyes : Claude Briden, 1622 (B.M. Nancy, 280443 gg), avec mention : Traduit d’allemand en français.

6732. Le Mercure et fidèle messager de la cour. Au Roi [f. 241 v°-245 r°].

68Sl. nn., 1622 (B.M. Nancy, 280444 nn).

6933. Relation véritable de ce qui s’est passé à La Rochelle en la réception de Monsieur de Soubise, au retour de Rié [f. 245-247 r°].

70Jouxte la copie imprimée à La Rochelle, chez le Libertin, 1622 (B.M. Nancy, 280443 o).

7134. La conversion de M. le duc d’Esdiguières à la religion catholique, apostolique et romaine. Ensemble le brevet de l’état de connétable de France à lui envoyé par sa Majesté au mois de juillet 1622 [f. 247-248].

72Paris : Pierre Rocollet, 1622 (B.M. Nancy, 280444 u).

7335. Effroyable accident arrivé dans la ville de Castres par l’embrasement de leur magasin procédant de la foudre du ciel et où leurs poudres, salpêtres, plomb, mèches et autres munitions ont été emportés en l’air le 9e jour de juin [f. 248 v°-249].

74Paris : Nicolas Rousset, 1622 (BnF, LB36-2008). Publié aussi à Reims.

7536. La prise du château de La Fons, près la ville de La Rochelle, avec quantité de poudres et munitions qu’on y a trouvées, par Monseigneur le comte de Soissons. Ensemble les particularités qu’un soldat de La Rochelle a découvert audit Seigneur comte, au dernier article de la mort, étant sur l’échelle, le 12 juillet 1622 [f. 249 v°-250].

76Paris : Mathieu Colombel, 1622 (B.M. Nancy, 280443 nn).

7737. La déclaration du roi d’Angleterre contre les rebelles du royaume de France [suivi de :] Arrêt de la cour de parlement de Londres sur ladite déclaration [f. 250 v°-251].

78Paris : Pierre Rocollet, [1622] (B.M. Nancy, 280445 bbb). La Déclaration est du 24

79décembre 1621.

8038. Harangue prononcée par le roi de la Grande-Bretagne à l’ouverture du Parlement tenu en la ville de Londres [le XV. de février dernier], touchant la liberté donnée aux catholiques anglais, l’alliance du prince de Galles son fils avec la fille de sa Majesté catholique, et la déclaration contre les États de Hollande pour la navigation et trafic des Indes orientales. Jouxte la copie imprimée à Londres [f. 251 v°-254 r°].

81Jouxte la copie imprimée à Londres, chez Hercule François, au cimetière Saint-Paul, 1622 (B.M. Nancy, 280444 b).

8239. Articles accordés par le Roi aux subdélégués de la religion prétendue réformée, le tout en faveur du Sieur de La Force, ses enfants, autres seigneurs et gens de guerre qui l’ont assisté [f. 254-255].

83Paris : Guillaume Citarne, 1622 (B.M. Nancy, 280443 dd).

8440. Lettre de Monsieur le duc d’Esdiguières, connétable de France, écrite depuis sa conversion à notre foi catholique, apostolique et romaine, à Monsieur le duc de Rohan [f. 255 v°-257 r°].

85Paris : Jean Bessin, 1622 (B.M. Nancy, 280443 oo). La lettre est du 10 juillet 1622.

8641. L’arrivée de la grande et puissante armée navale du Roi pour le bloquement de La Rochelle. Ensemble la teneur de l’édit du Roi donné à Niort contre ceux qui ont suivi les troupes du Sieur de Soubise [f. 257-258 r°].

87Paris : Nicolas Alexandre, 1622 (B.M. Nancy, 280443 ddd).

8842. Bulle du pape Grégoire XV à présent régnant par laquelle il ordonne des prières de quarante heures pour la prospérité de la vie du Roi et extirpation des hérétiques. Avec la publication d’un jeûne sur ce sujet ès souverainetés de Sedan et Raucourt, par le commandement de Monseigneur le duc de Bouillon. Plus une exhortation à jeûne et prières extraordinaires sur le sujet de cette même bulle [f. 258-261 r°].

89Sl. nn., 1622 (B.M. Aix, Rec. D 7, 174). Publié aussi à Sedan.

9043. Le personnage abrégé du Corne-Guerre de France tiré de la Tragédie du monde, divisée en quatre actes selon les quatre saisons de l’année [f. 261-270 r°].

91Pas d’édition repérée. Au début, Prologue en forme d’avis. Les actes, précédés chacun d’un argument de 6 vers, sont en fait des monologues.

9244. Le bonheur de la France ou l’allégresse publique des bons Français par les augustes mariages des Majestés très chrétiennes et catholiques et de Mesdames leurs sœurs. Ensemble tout ce qui s’est passé depuis l’arrivée de sadite Majesté à Bordeaux jusqu’au départ de madite Dame sa sœur. Jouxte la copie imprimée à Bordeaux [f. 270-275].

93Paris : Claude Percheron, jouxte la copie imprimée à Bordeaux [1615] (BnF, LB36- 591).

9445. Réponse du Roi à la lettre de Monsieur le prince de Condé touchant la paix. Écrite à La Rochefoucauld le premier janvier 1616 [f. 275 v°-276].

95Sl. nn., 1616 (BnF, LB36-755). Publié aussi à Lyon, Orléans, Poitiers et Tours.

9646. La victoire emportée par Messieurs de Guise et autres seigneurs français, savoir aux rencontres, batteries, prises de faubourgs et forcement des barricades, avec les noms des seigneurs qui s’y sont trouvés, au siège de Saint- Jean-d’Angély [f. 276 v°-277].

97Paris : Nicolas Alexandre, 1621 (B.M. Nancy, 280441 yy). Publié aussi à Lyon, Rouen et Toulouse.

9847. Déclaration du Roi pour la réunion à son domaine et confiscation des biens des ducs de Nevers, de Vendôme, de Mayenne, Maréchal de Bouillon, Marquis de Cœuvre et Président Le Jay. Vérifiée en Parlement le 16 mars 1617 [f. 277 v°- 278 r°].

99Paris : F. Morel et P. Mettayer, 1617 (B.M. Nancy, 280438 n et gg). Publié aussi à Lyon et Rouen.

10048. La prise de la ville de Clamecy en Nivernais et du fils de Monsieur le duc de Nevers. Ensemble de la ville et du château de Donzy audit pays de Nivernais [f. 278 v°-279].

101Paris : Abraham Saugrain, 1617 (B.M. Nancy, 280438 p).

10249. Déclaration du Roi contre Monsieur le duc de Nevers et tous ceux qui l’assistent. Vérifiée en Parlement le 17 janvier 1617 [f. 279 v°-282].

103Paris : F. Morel et P. Mettayer, 1617 (B.M. Nancy, 280438 jj). Publié aussi à Lyon, Poitiers, Montpellier et Rouen.

10450. Déclaration du Roi sur l’arrêt fait de la personne de Monseigneur le prince de Condé et sur l’éloignement [de sa cour] des autres princes, seigneurs et gentilshommes. Publiée en Parlement, le Roi y séant, le 7e jour de septembre 1616 [f. 282 v°-284].

105Paris : F. Morel et P. Mettayer, 1616 (B.M. Nancy, 280437 m). Publié aussi à Orléans, Poitiers et Tours.

106Je supplie le bénévole lecteur de ne se scandaliser si toutes ces déclarations, ordonnances, vérifications, prises et sièges de villes, rencontres et escarmouches contenus en ce volume ne sont par ordre, ains confusément rédigés par écrit. Je les ai enregistrés comme il m’a été possible et ainsi que je les ai pu obtenir de mes bienveillants et amis. Adieu [f. 284 v°].

10751. Le Passe-partout du caquet des caquets [f. 197-203 r°, reprise de pagination].

108Sl. nn., 1622 (BnF, ZZ-4095). Le début manque dans le manuscrit. Ce texte constitue la Cinquième journée du Recueil général des caquets de l’accouchée, sl. nn., 1623, 1624 ou 1625.

10952. Nouvelle de Ratisbonne, Turin et autres lieux [f. 203].

110Pas de source imprimée repérée. Incipit : On mande de Turin du 15 février 1623 que le duc de Savoie est recherché des Vénitiens…

11153. La réformation de ce royaume. Au Roi [f. 203 v°-204].

112Sl. nn., 1623 (B.M. Nancy, 280446 ss). L’opuscule porte pour sous-titre : Sur le grand désordre qui se voit de présent. La fin du texte manque dans le ms.

11354. Pasquil. Les admirables propriétés de l’absinthe nommée des Espagnols Alozna […] et des Français l’Herbe de l’Aluyne, le tout recueilli par un secrétaire de la Faveur, disciple de Tabarin [f. final non numéroté r°].

114L’Ombre du marquis d’Ancre à la France. Avec les admirables propriétés…, sl. nn., 1620 (BnF, YE-29305) ; Recueil des pièces les plus curieuses, p. 52-61. Le manuscrit ne donne que les 8 premiers des 30 sizains qui composent les Admirables propriétés.

Notes

1 1 K. REBMEISTER-KLEIN, « Les marques de possession. Une approche de l’histoire des bibliothèques », P. AQUILON et T. CLAERR (dir.), Le berceau du livre imprimé. Autour des incunables, Turnhout, Brepols, 2010, p. 232.

2 Voir par exemple l’Inscriptionum antiquarum … exacta descriptio de Jean-Jacques Boissard, manuscrit agencé vers 1559 à la façon d’un imprimé (Stockholm KB, Cod. Holm. S 68).

3 Le manuscrit des Dévots élancements du poète chrétien qu’Alphonse de Rambervillers offrit à Henri IV répond pleinement à ce type (BnF, ms fr. 25423, nouvelle cote Rés. 1515.4).

4 4 [L. DELISLE et G. MACON], Chantilly. Le Cabinet des livres. Manucrits. Tome 2 : Belles- Lettres, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1900, p. 414-416 [description sommaire des pièces 1-16 ; il est précisé que celle des pièces suivantes est reportée à un volume futur consacré aux manuscrits historiques ; ce volume a été publié en 1911, mais il n’est pas revenu sur le ms. 687] ; Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Paris : Bibliothèques de l’Institut, Musée Condé de Chantilly…, Paris, Plon, 1928, p. 139-140 [rapide aperçu du contenu, avec relevé des titres de quelques pièces littéraires]. On propose en annexe un inventaire complet des 54 pièces, dans l’ordre où elles se présentent.

5 Nicolas Coëffeteau fut évêque coadjuteur de Metz à partir de 1617. Lazare de Selve, d’abord chancelier de Catherine de Bourbon et conseiller du duc de Lorraine Charles III, fut président de la justice royale à Metz de 1606 à 1620.

6 P. LACROIX], Bibliothèque dramatique de M. de Soleinne [1784-1842]. Catalogue rédigé [pour la vente] par P. L. Jacob, bibliophile, Paris, 1843-1845 ; rééd. New York, Burt Franklin, 1967, t. 1er, p. 165-166, art. 811. L’article ne cite que les pièces 1, 3, 10 et 14 du manuscrit.

7 De la Pucelle de Fronton du Duc il n’existait déjà plus que les deux exemplaires imparfaits de la BnF et de la B.M. Nancy. Le seul exemplaire de la Thébaïde, non répertorié au début du xixe siècle, était celui de la Bibliothèque de l’Arsenal. Pour la Mercuriade, aucune édition ancienne n’a jamais été signalée. Soleinne a également possédé une autre copie manuscrite de la Thébaïde (cat. cité, tome 1er, p. 170, art. 824).

8 On réédite actuellement une partie du théâtre d’André Mareschal : Tragi-comédies, t. 1er, La Généreuse Allemande, éd. H. Baby, Paris, Éd. des Classiques Garnier, coll. Bibliothèque du théâtre français, 2010.

9 La mention « Jouxte la copie prise sur … » figure parfois, dans la mesure où elle est incorporée au titre et non à l’adresse typographique.

10 A. CULLIÈRE, « Trois énigmes de la littérature lorraine au temps de Charles III (Jean de Vaubreuil, Georges Aulbery, Dominique Gaspard », Le Pays lorrain, 1985, p. 175-187.

11 R. LEBÈGUE, « Tableau de la tragédie française de 1573 à 1610 », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. V, 1944, p. 383.

12 La tragédie à l’époque d’Henri III, 2e série, vol. 2, 2000, p. 269-381 ; vol. 3, 2002, p. 455- 575, respectivement.

13 L’Historia universitatis et collegii Mussipontani… ab institutione ad annum 1650, du P. Nicolas Abram, dont on ne dispose que de copies manuscrites tardives, est pratiquement la seule source pour connaître le théâtre scolaire de Pont-à-Mousson, du moins en ce qui concerne les premières décennies. Voir notamment E. MARTIN, L’Université de Pont-à- Mousson (1572-1768), Nancy, Berger-Levrault, 1891, p. 439-443 ; C. SOMMERVOGEL, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles/Paris/Toulouse, 1890-1932, VI, 1003- 1006 ; IX, 778-779 ; XII, 672-712.

14 Genève, Droz (coll. Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 93), 2009.

Auteur

Université de Metz

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable