Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. La fabrique du manuscrit

Être bibliothécaire en Chartreuse : la gestion des bibliothèques cartusiennes aux xve et xvie siècles

Anne-Sophie Dominé

Texte intégral

  • 1 Monasterium sine libris est sicut civitas sine opibus, castrum sine muro, coquina sine suppellecti (...)

« Un monastère sans livres est comme une ville sans richesse, une forteresse sans gardiens, une cuisine sans ustensiles, un buffet sans nourriture, un jardin sans herbe, un pré sans fleurs, un arbre sans feuille ».1

Jacques Louber, Prieur de la Chartreuse de Bâle (1480-1501)

  • 2 Guigues Ier, Coutumes de Chartreuse. Introduction, texte critique, traduction et notes par un Char (...)
  • 3 Statuta ordinis cartusiensis, éd. par Amorbach à Bâle, en 1510, réimpression avec introduction de (...)
  • 4 Sur l’ensemble des textes normatifs des Chartreux, cf. F. CYGLER, « Les Consuetudines et Statuta d (...)
  • 5 Guigues Ier, Coutumes de Chartreuse..., op. cit., chap. 7-9 ; De officio dominicali ; chap. 22-5 D (...)
  • 6 D’après le chapitre XXXIX des Coutumes de Guigues ; D. MIELLE DE BECDELIEVRE, Prêcher en silence. (...)
  • 7 Guibert de Nogent, Autobiographie, E.-R. LABANDE (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1981

1Dès le xiie siècle, les chartreux ont porté un grand intérêt à l’étude des textes et à la transcription des manuscrits. Les Coutumes ou Consuetudines,2 mises par écrit entre 1121 et 1128 par Guigues Ier (1109-1136), cinquième prieur de la Grande Chartreuse, et l’ensemble des Statuts3 des Chartreux fournissent de nombreuses informations sur l’activité de copie des manuscrits.4 Du matériel fourni au religieux à son entrée dans le monastère, à la transcription et à la correction des œuvres, Guigues et ses successeurs décrivent précisément les conditions permettant d’accomplir au mieux ce travail essentiel à la vie des chartreux.5 L’intensité de cette activité mise à l’honneur par Guigues Ier s’explique par le fait que les religieux sont exempts des lourdes tâches manuelles d’entretien des terres confiées aux convers. Le temps réservé à la copie et à l’étude des textes est estimé à trois ou quatre heures l’hiver et à huit ou neuf heures l’été6. L’intensité de cette activité leur a donc permis de constituer très tôt d’importantes collections de livres, comme en témoigne Guibert de Nogent dans son autobiographie : « Quoiqu’ils se mortifient par une pauvreté absolue, ils amassent une bibliothèque très riche ; moins ils éprouvent le besoin du pain matériel, plus ardemment ils travaillent à se procurer la nourriture qui ne passe point, mais demeure à jamais »7.

  • 8 Sur l’histoire des chartreux au xiiie siècle, voir : L’Ordre des Chartreux au xiiie siècle, actes (...)

2Au noyau primitif des maisons du désert physique, s’ajoutent des chartreuses fondées en milieu péri-urbain, à partir du milieu du xiiie siècle8. Ce rapprochement des grands centres culturels et intellectuels urbains a un impact sur la composition des bibliothèques cartusiennes, ainsi que sur leur gestion. Le recrutement des chartreuses est d’ailleurs représentatif de ce changement. Certains de leurs membres sont issus de la noblesse, ou ont exercé une importante activité ecclésiastique ou laïque avant d’entrer en chartreuse : ils insèrent ainsi leurs maisons dans de plus vastes réseaux de sociabilité, extérieurs au monastère. Au fonds primitif des collections, qui garantissait le bon déroulement de la vie liturgique, viennent s’ajouter des textes d’auteurs contemporains des copistes. Les œuvres des grands théologiens du xiiie siècle, et plus encore des xive et xve siècles, sont ainsi insérées dans les collections cartusiennes. Dans certaines chartreuses, le rapport des religieux aux livres se modifie, des copistes révèlent leur nom et réalisent des recueils dont l’usage est plus personnel.

3Au xve siècle, de grands changements s’opèrent également dans la gestion des bibliothèques cartusiennes. La consultation des manuscrits et des catalogues conservés révèle une nouvelle organisation des fonds. Des cotes associées à des ex-librissont portées sur les manuscrits. Les troubles liés à la Guerre de Cent Ans, les incendies subis par certains établissements, mais aussi l’invention et la diffusion de l’imprimerie provoquent la réorganisation des fonds.

  • 9 Basel, Universitätsbibliothek, ms. AR 12. Sur ce texte, voir l’édition de Sieber Ludwig, Informato (...)
  • 10 Voir par exemple le traité de Richard de Bury, évêque de Durham, Philobiblion. Excellent traité su (...)

4La nécessité de mieux organiser les bibliothèques cartusiennes au sein de cet Ordre apparaît au xve siècle et s’exprime dans un texte particulièrement significatif. Il fut composé par un religieux de la Chartreuse de Bâle. Il s’agit de l’Informatorium bibliothecarii carthusiensis, petit manuel divisé en douze canones, dans lequel l’auteur, Georges Carpentarius, expose les fonctions des personnes en charge de la bibliothèque pour son successeur9. Ce texte s’inscrit dans une série de documents, divers par leur forme, qui se préoccupent de théoriser l’organisation des collections de codices à partir du xive siècle10. Le texte transmis par Carpentarius s’applique avant tout à la gestion de la bibliothèque de la chartreuse de Bâle et il n’était pas destiné à être transmis aux autres chartreuses. Il est un exemple de la gestion des bibliothèques cartusiennes aux xve et xvie siècles dans une cité frontalière, devenue un centre intellectuel florissant depuis la tenue du Concile en 1431-1449. L’objet de cette étude est de comparer l’aspect théorique de la gestion d’une bibliothèque cartusienne présenté par le guide de Carpentarius avec les informations que nous pouvons recueillir dans différents types de documents : textes normatifs et catalogues de bibliothèques, mais aussi monographies portant sur l’histoire des chartreuses, afin de mieux comprendre en quoi consistait la gestion des bibliothèques cartusiennes. La documentation confrontée au texte de Carpentarius est essentiellement issue de chartreuses se situant le long de l’actuelle frontière entre la France et l’Allemagne, la Suisse et la Belgique.

1. Descriptions des fonds cartusiens et de leur entretien par Carpentarius

  • 11 Cette aide apportée aux maisons nouvellement fondées n’est pas réglementée comme c’est le cas par (...)
  • 12 Le Mont-Dieu est fondé en 1137 (Province cartusienne de Picardie, Ardennes, France) ; les Écouges, (...)
  • 13 Chartreuse fondée vers 1372 (Province cartusienne d’Allemagne Inférieure, Thuringe, Allemagne).
  • 14 Chartreuse fondée vers 1202 (Province cartusienne de Bourgogne, Ain, France).
  • 15 A. DEVAUX, « La Chartreuse de Sélignac », Analecta Cartusiana, 1975, vol. 24, p. 45(« Cette année, (...)
  • 16 Charleville-Mézières, Médiathèque Voyelles, ms. 112, xie-xiiie siècles. Ce recueil comprend des fo (...)

5La constitution des bibliothèques dans les nouvelles fondations cartusiennes est l’une des préoccupations majeures des religieux. Un premier fonds ou noyau primitif de la bibliothèque est constitué grâce à l’aide des maisons anciennement fondées11. Celles érigées au xiie siècle sont principalement dirigées par des moines de la Grande Chartreuse. Ils y étaient envoyés afin d’encadrer et de guider ces nouvelles implantations. C’est par exemple le cas des chartreuses du Mont-Dieu, des Écouges, de Seitz ou de Witham12. Les moines envoyés dans ces nouvelles maisons devaient probablement y apporter quelques livres et assurément un exemplaire des Consuetudines après 1128. Ainsi, en 1136, lors de la fondation de la chartreuse du Mont-Dieu, les six religieux envoyés par Guigues apportent de la maison-mère un exemplaire de ces Coutumes. Cette pratique de dons se poursuit dans les siècles suivants. En 1419, la Grande Chartreuse envoie vingt-cinq volumes à la Chartreuse d’Erfurt13. Les maisons de l’Ordre aident aussi les fondations naissantes. En 1217, la Chartreuse de Witham envoie au prieur Dom Armand de la Chartreuse de Sélignac14 quatre volumes15. Certaines nouvelles fondations de l’Ordre peuvent également compter sur la générosité de leur fondateur. La Chartreuse du Mont-Dieu reçoit de son fondateur Odon, abbé de l’abbaye de Saint-Remi de Reims, un exemplaire de la règle de saint Benoît copié au xie siècle16.

  • 17 A. BONDELLE, « Trésor des moines. Les Chartreux, les Cisterciens et leurs livres », Histoire des b (...)
  • 18 Ibid., p. 74.
  • 19 Cette division en deux fonds distincts date du priorat de dom Arnold (1449-1480), qui en profita p (...)
  • 20 Il s’agit probablement du catalogue réalisé par Jacques Louber (prieur de la chartreuse de Bâle de (...)

6Les chartreux ont œuvré à compléter ces noyaux primitifs par le travail de copie, principale source d’accroissement des bibliothèques. L’originalité de l’Ordre dans ce domaine réside dans le fait que les établissements ne disposent pas de scriptorium, contrairement à ce que l’on observe dans d’autres communautés. Chaque religieux copie dans sa cellule les manuscrits fournis par le sacristain le dimanche. Chez les cisterciens, par exemple, la copie des manuscrits a lieu en communauté, dans le chauffoir, puis dans la salle des moines. Les lieux de conservation des manuscrits sont choisis à proximité de ces ateliers, comme c’est le cas à Clairvaux ou à Cîteaux : là est construit, dès la fin du xiiie siècle, un cloître de la bibliothèque ou un cloître des copistes, dont les cellules ouvrent sur la galerie nord, au-dessous de la bibliothèque17. Avec l’accroissement des collections et en fonction des besoins des moines, les abbayes multiplient les lieux de conservation des manuscrits. Ainsi, les livres de l’abbaye cistercienne de Meaux sont dispersés en six dépôts18.Les chartreux ont connu un développement analogue, comme en témoigne le guide de Carpentarius. Il distingue quatre fonds à la chartreuse de Bâle. Le premier fonds est celui de la bibliothèque commune, divisée en deux collections : l’Antiqualibraria, où sont déposés des manuscrits et des livres peu utilisés par les religieux, et la Nova libraria, qui comprend principalement les imprimés et les volumes utilisés quotidiennement19. Ces deux fonds sont enregistrés dans un répertoire commun (repertoriumuniversale)20, dans lequel les volumes appartenant à l’ » Ancienne librairie » portent des cotes alphanumériques (une lettre et un chiffre romain), tout comme ceux de la « Nouvelle librairie » (une lettre et un chiffre arabe). La lettre correspond à l’étagère sur laquelle le livre est rangé, et le chiffre à son emplacement sur le rayonnage.

  • 21 L. SIEBER, Informatorium..., p. 16 : Nam ii solum ob hoc ibidem sunt locati, siquid dubietatisvel (...)

7Un deuxième fonds se trouve dans l’église. Il s’agit de la bibliothèque du Chœur. Carpentarius explique la raison de la constitution d’un fonds spécifique dans le chœur de l’église : « Ils sont seulement conservés ici pour que nous ne soyons pas toujours obligés de courir à la bibliothèque lorsqu’une question ou un doute portant sur la terminologie, la diction ou les cérémonies ecclésiastiques se présentent, mais que nous les ayons à portée de mains immédiatement »21. Cette bibliothèque du Chœur est constituée d’un fonds permanent et de quelques volumes issus de la bibliothèque commune. Ces derniers sont disposés dans la bibliothèque du chœur ou dans la chaire du procureur et, en plus de leur propre cote, ils portent sur leur couvrure la mention « ly. chori » afin de les distinguer des autres. Ils sont disposés à proximité de l’entrée pour pouvoir être sortis rapidement pour la lecture du réfectoire. Ces volumes ne peuvent être retirés de la bibliothèque par les religieux de la maison, à moins qu’ils ne les retournent rapidement. Carpentarius édite un « Index ou catalogue des livres pour l’armoire du chœur qui portent la cote de la bibliothèque » à la fin du « canon » XII de l’Informatorium. Les bibliothèques du chœur ne comprennent qu’un petit nombre de volumes, mais il s’agit souvent des codices les plus anciens et les plus précieux. Ces volumes servent à la lecture à l’église et au réfectoire.

  • 22 Ibid., p. 12-13, canon VIII : De libris vulgaribus.
  • 23 D. MIELLE DE BECDELIEVRE, op. cit., p. 86-87. Chaque chartreuse se compose de deux ensembles de bâ (...)

8Les frères convers disposent de leur propre bibliothèque au début du xvie siècle à la chartreuse de Bâle. Elle se compose principalement de livres en langue vernaculaire22. Ils sont gardés à proximité des frères lais dans une armoire spéciale, à côté de leur dortoir. Pour les frères convers, l’accès à ces livres est soumis à l’autorisation du prieur. Les Coutumes de Chartreuse, qui consacrent pas moins d’un quart de leurs dispositions au règlement de la vie des frères convers, ne font à aucun moment mention de bibliothèques ou de livres. Pourtant, Dominique Mielle de Becdelièvre, dans son étude sur les manuscrits du xiie siècle de la Grande Chartreuse, vient conforter cette idée de la présence d’un lieu de conservation des livres auprès des convers, attestée par des ex-libris des xive-xve siècles faisant référence à l’église de la Maison inférieure23.

  • 24 Par exemple, deux religieux du Mont-Dieu ont établi la liste des livres leur appartenant ou qu’ils (...)
  • 25 C. Nicklès Christophe, La chartreuse du Val-Sainte-Marguerite à Bâle, Porrentruy, Société typograp (...)

9Enfin, les chartreux accomplissent le travail de copie des livres en cellule. Dans ce » monastère individuel », qui est à la fois un lieu de prière, une cuisine, un dortoir, un atelier et un scriptorium, chaque religieux dispose donc d’une petite collection privée, lui permettant d’accomplir les différents offices religieux et de pratiquer au mieux son activité de copiste. Il s’agit soit de livres empruntés à la bibliothèque, soit de livres appartenant aux religieux24. Ainsi, Jean Heynlin, célèbre humaniste du xve siècle, qui importe l’imprimerie au collège de Sorbonne, se fait fabriquer trois petites armoires pour ranger les livres dans sa cellule lors de son entrée à la chartreuse de Bâle en 148725.

  • 26 Guigues Ier, Coutumes de Chartreuse..., op. cit., chap. 28-3 De utensilibus cellae : Quibusomnem d (...)
  • 27 Chartreuse fondée vers 1115 (Province cartusienne de Bourgogne, Ain, France).
  • 28 P. FOURNIER, Notice sur la bibliothèque de la Grande Chartreuse au Moyen Âge suivie d’un catalogue (...)
  • 29 Carpentarius utilise le terme purganda qui signifie « purger ».

10L’une des principales préoccupations du bibliothécaire consiste en l’entretien des locaux et la protection des livres. Depuis la création des bibliothèques, cette prérogative est mise par écrit dans les textes normatifs. Ainsi Guigues précise dans ses Coutumes : « Il [l’habitant de la cellule] a ordre d’apporter toute la diligence et tout le soin possible afin que ces livres ne soient pas souillés par la fumée, la poussière, ou par n’importe quelle autre tache »26. Bernard, prieur de la chartreuse de Portes27, met en garde ses frères à ce propos : « Veillez à conserver les livres qui vous seront prêtés et à ne les laisser souiller ni par la fumée, ni par la poussière, ni par aucune autre impureté »28. Dans les « canons » III, IV et V de son Informatorium, Carpentarius décrit précisément les différentes étapes que doivent suivre les chartreux pour tenir propre la bibliothèque. Le nettoyage29 est un travail collectif, qui demande la participation de la communauté dans son ensemble, sous la direction du bibliothécaire. Il a lieu tous les deux ans pour la « Nouvelle librairie » et tous les quatre ans pour l’ » Ancienne librairie ». Le bibliothécaire peut demander la permission au prieur d’intervenir en dehors de ces échéances, s’il constate par exemple des dégradations. Les religieux sont organisés en petits groupes, dont le nombre diffère en fonction de la taille des rayonnages. L’inventaire et le nettoyage ne doivent pas avoir lieu en même temps. Le bibliothécaire distribue aux religieux le matériel nécessaire : de l’eau, de vieux chiffons, du tissu et de petits balais. Les religieux doivent sortir les livres des rayonnages (armariis), les placer sur une table ou sur le solen gardant l’ordre des cotes. Ils mouillent ensuite les rayonnages et les sèchent. Entre temps, ils doivent secouer les livres pour en extraire poussière et insectes, puis les replacer sur les rayonnages, secs et dans l’ordre des cotes. Ils s’occupent ensuite de laver le sol. Pour la bibliothèque des convers, la tâche revient au moine responsable de cette bibliothèque, le cellerarius.

2. Sur le personnel des bibliothèques cartusiennes

11Bibliothecarius, armarius, librarius : aucun de ces termes désignant le gardien des livres en milieu monastique n’apparaît dans les textes normatifs qui règlent pourtant la vie quotidienne des chartreux et définissent les fonctions de chaque officier. Malgré cette absence de terme spécifique, les textes donnent quelques informations sur les personnes qui pouvaient assumer partiellement cette charge. L’Informatorium de Carpentarius s’intéresse à cette question.

  • 30 Guigues Ier, Consuetudines..., op. cit., chap. 7-9 (De officio dominicali) : Post nonam inclaustru (...)
  • 31 L. SIEBER, Informatorium..., op. cit., p. 6 : Quae tametsi sacristae peculiariter commendatasit, s (...)

12Un personnage semble avoir occupé dès les origines la fonction de « gardien des livres ». Dans le chapitre 7-9 des Consuetudines, Guigues confie le soin de distribuer le matériel nécessaire à la copie des manuscrits au sacristain : « Après None, nous venons ensemble au cloître pour y parler de chose utile. À ce moment, nous demandons au sacristain de l’encre, du parchemin, des plumes, de la craie, des livres, soit pour les lire, soit pour les copier [...] »30. Officier nommé par le prieur, chargé du soin des objets sacrés et de tout ce qui concerne l’église, le sacristain semble avoir été le gestionnaire principal des collections cartusiennes, comme le confirme en partie Carpentarius : « Que la responsabilité de garder les livres soit donnée au sacristain ou à quelqu’un d’autre, il peut et doit agir selon les règles et statuts afin de remplir correctement la volonté de l’ordre et les pratiques de la maison »31. Carpentarius utilise ensuite les termes bibliothecarius ou librarius, tous deux plus précis, pour désigner la personne en charge de la gestion des livres. Le terme de sacrista ne réapparaît qu’au « canon » XII, consacré aux livres du Chœur. Il semble donc assuré que le sacristain est bien responsable de ces livres en particulier. Mais d’après Carpentarius, n’importe quel religieux peut accomplir la charge de » bibliothécaire général », sur demande du prieur. Le sacristain accomplit dans la plupart des cas cette charge, mais les choses ne sont pas figées : d’autres religieux peuvent assumer cette tâche.

  • 32 Ibid., p. 12 : Quia libri vulgares, id est linguae germanicae, comissi sunt Cellerario.

13La bibliothèque des frères convers est sous la garde du cellérier : « Les livres en langue vernaculaire, c’est-à-dire ceux en allemand, sont confiés au cellérier »32. Le cellérier est le religieux responsable des provisions et de la nourriture du couvent. Il est sous l’autorité du bibliothécaire pour tout ce qui concerne les livres. Le bibliothécaire doit d’ailleurs vérifier que la collection de livres est tenue avec soin, et conseiller le cellérier dans sa tâche. Il lui est rappelé qu’il n’est pas responsable des livres en langue vernaculaire qui se trouvent dans la bibliothèque commune.

14Le prieur occupe évidemment une place de choix dans la gestion des différentes collections de la chartreuse. En tant que responsable de la maison et de tous ses biens, il est le premier gardien des livres. Chaque tâche accomplie par le bibliothécaire doit être validée au préalable par le prieur.

  • 33 Sur cette question, voir E. HUBERT, Les éditions des statuts de l’ordre des chartreux, Lausanne, R (...)
  • 34 Sur cette charge, voir L. CUTTIN, Le Chapitre général des chartreux et la Province de Lombardia pr (...)
  • 35 Ces documents sont très rares, puisque, comme le montre Luigia Cuttin dans sa thèse, à chaque nouv (...)
  • 36 Chartreuse fondée vers 1140 (Province cartusienne de Provence, Var, France).
  • 37 M. SARGENT, J. HOGG (éd.), « The chartae of the Cartusian General Chapter, Paris, Bibliothèque nat (...)

15À cette gestion locale et quotidienne des bibliothèques cartusiennes par les religieux de chaque maison s’ajoutent les interventions du Chapitre général de l’Ordre concernant les livres. Tous les ans, et ce depuis 1155, se tient à la Grande Chartreuse le Chapitre général de l’Ordre33. Présidée par le Prieur général, cette assemblée plénière avait pour fonction de vérifier le respect des préceptes cartusiens dans chaque communauté et de résoudre les questions qui pouvaient se poser. C’est également lors de ces réunions que sont nommés les visiteurs34 des Provinces cartusiennes. Tous les deux ans, un visiteur de Province, assisté d’un co-visiteur, contrôle la bonne conduite dans chacune des maisons, qu’il s’agisse de la liturgie ou du temporel. Au terme de leur visite et de leurs entretiens avec les religieux, ils réunissent la communauté afin de lui communiquer les conclusions de leur enquête. Ils établissent ensuite un compte-rendu de leur visite, en deux exemplaires : l’un destiné au prieur de la maison visitée et l’autre au Prieur général. Ces chartae visitationis alimentent la réflexion pour le Chapitre général suivant35. Les chartae capituli du xve siècle évoquent à plusieurs reprises des problèmes liés à la circulation illicite des livres, à des vols ou à de trop longs prêts. Ainsi en 1438, le Chapitre général ordonne à tous les détenteurs de livres appartenant à la chartreuse de Montrieux36 de les rendre, sous peine d’une sanction plus grave lors du prochain chapitre37.

3. Catalogues et inventaires

  • 38 Nous excluons ici les listes informelles et les listes de dons de livres.
  • 39 La Grande Chartreuse est incendiée à quatre reprises au cours du Moyen Âge. Citons le très célèbre (...)
  • 40 Une ordonnance des chapitres généraux de 1456 demande la réalisation d’inventaires, voir D. NEBBIA (...)

16La rédaction d’un inventaire ou d’un catalogue répond à un besoin particulier. C’est à l’époque carolingienne, au temps de la réorganisation des églises que sont rédigés les premiers catalogues et inventaires. Plus ou moins précis, selon les fonds décrits ou les époques où ils sont réalisés, les inventaires et catalogues ne permettent de comprendre que partiellement l’organisation des bibliothèques. Les catalogues cartusiens conservés sont tous datés de l’extrême fin du Moyen Âge38. Ce constat est amplifié par l’apposition tardive des cotes sur les volumes des bibliothèques cartusiennes. Plusieurs explications peuvent être proposées, mais l’absence de documentation et la diversité des situations ne permettent d’en privilégier aucune. Le contexte politique français de la fin du Moyen Âge a provoqué de nombreuses pertes qui ont fait prendre conscience aux chartreux de l’importance d’organiser leurs collections de livres. Certaines chartreuses telles que la chartreuse du Mont-Dieu ou celle de Montrieux subissent des pillages et les moines doivent fuir leur maison. D’autres établissements ont subi des incendies, parfois à plusieurs reprises.39 En outre, aucun acte permet d’affirmer que l’élaboration de ces inventaires à partir du xve siècle est le fruit d’une demande du Prieur général de l’Ordre, comme cela est le cas en 1456 pour les abbayes cisterciennes.40 La consultation de ces documents, associée à celle des préceptes laissés par Carpentarius, permet de percevoir néanmoins la méthode d’enregistrement des livres et des prêts.

  • 41 L. SIEBER, Informatorium..., op. cit., canon II, p. 6-7. Voir note 20.
  • 42 Ibid., canon IX, p. 13-14. Carpentarius affirme que lorsque la Nova Libraria sera remplie, les liv (...)
  • 43 Voir Derolez Albert, Les catalogues de bibliothèques, Turnhout, Brepols, 1979, p. 23.
  • 44 Pour Jacques Louber, l’inventaire devait avoir lieu tous les ans, contre tous les quatre ans pour (...)

17La précision des renseignements livrés par Carpentarius sur l’enregistrement des livres montre l’importance accordée à ce travail. Il s’agit de faire l’inventaire des livres présents, de repérer les incohérences dans le classement des fonds et d’identifier les volumes disparus. D’où l’importance pour le bibliothécaire d’avoir une connaissance parfaite du registre général ou Magnum Registrum, probablement réalisé à la chartreuse de Bâle par le prieur Jacques Louber, l’un des prédécesseurs de Carpentarius41. Ce registre décrit les fonds des deux bibliothèques communes42.Le terme registrum est abondamment employé à l’extrême fin du Moyen Âge pour désigner un catalogue de bibliothèque43. Carpentarius s’est certainement inspiré des catalogues réalisés par Louber pour constituer ce guide, en en modifiant quelques préceptes44.

  • 45 L. SIEBER, Informatorium..., op. cit., canon VI-2, p. 9.
  • 46 Ibid., canon VI-6, p. 10-11.
  • 47 Indice parmi d’autres de l’ouverture de ces communautés monastiques à la fin du Moyen Âge vers l’e (...)
  • 48 Du latin emendare, corriger, retoucher, remettre en forme. D’après le guide de Carpentarius, l’eme (...)

18Avant de réaliser cet inventaire, le bibliothécaire doit rassembler les livres dispersés en divers lieux et veiller à les remettre à leur place45. Les religieux doivent rapporter les livres empruntés au moins une semaine avant le début de l’inventaire. Le bibliothécaire se laisse le droit d’aller vérifier les cellules car « certains livres y sont oubliés »46. Les emprunteurs extérieurs à la chartreuse sont également sommés de rapporter les volumes47. La note de prêt est rendue à l’emprunteur avec une indication d’annulation du prêt. Le bibliothécaire doit également vérifier qu’il dispose de colle à livre, probablement afin de replacer les étiquettes apposées sur les couvrures et susceptibles de tomber. Dans un premier temps, le bibliothécaire vérifie que tous les livres sont bien rangés. Les manquants sont notés sur une feuille, ainsi que les volumes endommagés qui sont isolés pour être déposés auprès de l’emendator48. Les livres de petite taille ne portent pas toujours une indication de leur contenu sur leur couvrure (par manque de place sans doute). Carpentarius conseille de vérifier le titre sur la première page de ces ouvrages. Les livres non classés sont isolés et replacés dans les espaces vides. Mais cette réinsertion, nous dit Carpentarius, doit être faite avec soin. Ces livres sont examinés, cotés à l’intérieur et à l’extérieur du volume, puis ajoutés sur le registre.

  • 49 Voir note 42.

19Les possibles transferts de livres, principalement de la Nouvelle à l’Ancienne librairie, suscitent l’attention de Carpentarius qui prescrit de les éviter. La question des transferts concerne avant tout les recueils manuscrits. Ces volumes peuvent contenir des textes sur des sujets divers, et leur classement peut s’avérer difficile. Carpentarius conseille à son successeur d’attendre que la Nova Libraria soit remplie avant d’effectuer des transferts. Ce projet est apparemment réalisé quelques années après la rédaction du manuel, puisque vers 1520, Carpentarius rédige deux nouveaux catalogues, celui de l’Antiqua Libraria et celui de la Nova Libraria49.

  • 50 Ibid., canons X et XI.

20Deux « canons » sont exclusivement réservés à l’insertion des nouveaux livres dans les fonds50. Les nombreux dons faits au cours du xve siècle obligent Carpentarius à réglementer leur entrée dans les collections de la chartreuse de Bâle. Dès l’arrivée de nouveaux livres, le bibliothécaire doit les examiner afin de repérer d’éventuels défauts. Dans ce cas, il doit les retourner à la personne qui les lui a fournis. Carpentarius insiste sur le fait que seul le bibliothécaire doit réaliser ce travail, dans sa cellule si besoin. Il faut ensuite classer les ouvrages, leur attribuer une cote notée à l’intérieur et à l’extérieur du volume, et inscrire leur référence dans le registre.

21La bibliothèque des frères convers doit être examinée au moins tous les deux ans. Les volumes de cette bibliothèque ne portant pas de cotes, l’auteur insiste pour qu’ils soient examinés régulièrement et mentionne la présence d’un Registrum librorumvulgarium que doit impérativement consulter l’auteur du récolement. Ce registre des livres en langue vernaculaire devait avoir la forme d’une liste répertoriant tous les volumes présents dans cette bibliothèque.

22Les registres réalisés à l’issue de ces travaux d’inventaire sont de véritables mines d’informations pour comprendre l’organisation des fonds. Quatre types de catalogues peuvent être distingués en chartreuse : le catalogue de la bibliothèque dite » commune », celui de la bibliothèque du chœur, la liste des lectures du réfectoire et le registre de prêts.

  • 51 Basel, Universistätsbibliothek, ms. AR I 2.
  • 52 Basel, Universistätsbibliothek, ms. AR I 3.
  • 53 P. FOURNIER, op. cit., p. 42-82.
  • 54 Prieur de la Grande Chartreuse de 1503 à 1521.
  • 55 Erfurt, Domarchiv., Hist. 6.

23Les catalogues des bibliothèques cartusiennes dites « communes » ou « générales » suivent principalement une classification traditionnelle, un enregistrement soit par ordre alphabétique, soit par matière. C’est le cas des deux catalogues de Bâle réalisés par Carpentarius en 1520 et de celui de la Grande Chartreuse daté de la fin du xve siècle. Chaque catalogue de la chartreuse de Bâle décrit un fonds précis. Le Registrum pro antiqua bibliotheca51 recense, comme son nom l’indique, les volumes anciens, donc principalement les manuscrits. Le second, le Registrum pro novabibliotheca, concerne les ouvrages les plus consultés et les nouvelles acquisitions52.Les deux inventaires sont organisés de la même façon : les volumes sont classés par cote. Le catalogue de la Grande Chartreuse, ou Repertorium librorumdomus Cartusie53, est réalisé dans la deuxième moitié du xve siècle à la demande du prieur dom François Dupuis54. Il est possible d’y repérer deux classifications différentes. Dans la première partie du catalogue, les manuscrits sont rangés par nom d’auteur, puis par matière. L’auteur du catalogue a laissé de la place pour les nouvelles acquisitions. Aucune cote n’y a été relevée. Viennent ensuite, en queue du registre, les livres de droit qui sont eux dotés d’une cote. Véritable outil, le catalogue de la chartreuse d’Erfurt55 sort un peu de l’ordinaire : tous les manuscrits portent une cote alpha-numérique, et leur répartition se fait d’après leur contenu et d’après l’usage qui doit en être fait. Une table des matières vient parfaire ce registre permettant à l’usager de trouver les ouvrages d’un même auteur conservés dans l’ensemble de la bibliothèque.

  • 56 Ainsi que la mention « ly. chori » pour les distinguer des livres conservés de façon permanente da (...)
  • 57 La Haye, Kon. Bibl. 71 G 25. Pour la liste, voir les fol. 196-198 v° ; M. SOENEN, « Les manuscrits (...)
  • 58 Prieur de la chartreuse de Scheut de 1475 à 1487.
  • 59 Voir l’intitulé de la liste transcrit dans M. SOENEN, op. cit., p. 494 : De libris continentibusom (...)

24Deux catalogues ou listes des livres du chœur ont été repérés. Celle de la Chartreuse de Bâle est reproduite après le « canon » XII de l’Informatorium. L’ » Indexou catalogue des livres pour l’armoire du chœur qui portent la cote de la bibliothèque » ne concerne donc pas tous les livres du chœur, mais seulement ceux issus de la bibliothèque commune et placés dans la chaire du procureur. Ils sont divisés en trois sections : les Voccabularii, les livres de sermons et les légendes de saints. Chacun de ces volumes porte une cote alpha-numérique, identique à celle des deux fonds de la bibliothèque commune (lettre + chiffre romain ou arabe)56. L’un des religieux de la chartreuse de Scheut a réalisé une liste des livres de l’église57. Profès de la chartreuse en 1545, Jean Tourneur assure les fonctions de sacristain (1550-1553),de procureur (1553-1559 / 1560-1562) et de vicaire (1559-1560). Il a un rôle important dans la transmission de l’histoire de cette chartreuse puisqu’il continue le Liberfundationis du prieur Voet58. Le 1er juin 1551, il achève la description de l’église, qu’il dédie au prieur Pierre Mertens : il y relève tous les ornements et objets de l’église, de la sacristie et du chapitre. La liste des livres concerne soixante-cinq volumes, non cotés, contrairement à celle de Bâle. Pour certains ouvrages, Jean Tourneur indique les circonstances et les lieux dans lesquels les livres sont utilisés59.

  • 60 Pierre le Vénérable, Epistolae, I, 24, dans PL CLXXXIX.
  • 61 Bâle, Universistätsbibliothek, ms. AR I 4 (Registrum recognitionum librorum extraneis accomodatoru (...)
  • 62 L. SIEBER, Informatorium..., op. cit., canon VII, p. 11-12.
  • 63 Ibid., canon VII, p. 11-12.
  • 64 Cologne, Hist. Arch., Karth. Rep. u. Hs. 12, fol. 3-23 v°. Le texte est édité en partie dans B. M. (...)

25Dès les débuts de l’Ordre, les chartreux ont cherché les textes essentiels à leur vieliturgique. La correspondance de Guigues avec Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, prouve que les chartreux n’hésitent pas à échanger des codices avec certains de leurs confrères ou avec des religieux d’autres ordres60. L’installation des chartreux à proximité des villes, des collèges et de leurs bibliothèques à partir de la fin du xiiie siècle intensifie ces échanges. Les imprimeurs bâlois, parmi lesquels Jean Amorbach occupe une place d’honneur, se procurent les manuscrits à reproduire auprès des établissements religieux de la ville. Ainsi, la chartreuse de Bâle n’hésite pas à prêter ses codices, comme en témoigne son catalogue de prêts commencé en 1482 et utilisé jusqu’en 152861. Carpentarius, témoin de cette intense activité, rédige dans l’Informatorium quelques conseils concernant le prêt des volumes62. La tâche incombe uniquement au bibliothécaire (ou au sacristain s’il est le détenteur de cette charge). Aucun religieux n’est autorisé à prêter des livres de sa propre initiative. Le prêt peut concerner tous les livres, mais il est soumis à la permission spéciale du prieur. Les étudiants et les « prêtres ignares », nous dit Carpentarius, ne sont pas autorisés à emprunter des volumes63. Les livres sont transmis en échange d’une reconnaissance écrite de la main de l’emprunteur : elle est rangée dans un coffret prévu à cet effet par le bibliothécaire, qui doit immédiatement noter dans le registre de prêt (registro recognitionem) le nom de l’emprunteur, la date de l’emprunt et la cote du volume. Un religieux de la chartreuse de Cologne mit par écrit en 1538 un exemple de note de reconnaissance. Hugh Loher rédigea un guide similaire à celui de Carpentarius pour la chartreuse Sainte-Barbe de Cologne64. Le bibliothécaire doit relever sur le registre les mêmes informations que celles demandées par Carpentarius, ainsi que le titre de l’ouvrage et la date du retour du volume. Dans le registre de Bâle, les notices sont biffées au moment du retour des livres. La lecture du registre démontre que seuls les emprunteurs extérieurs à la maison sont inscrits sur le document. D’ailleurs, Loher précise que seuls les prêts « longue durée » des religieux de la maison doivent être notifiés dans le registre, et donc que les prêts ordinaires, consentis chaque dimanche, ne sont pas concernés. Les emprunteurs de la chartreuse de Bâle sont les religieux du voisinage, les habitants de Bâle, et essentiellement les imprimeurs de la ville, comme Amerbach ou Froben.

*

26La bibliothèque en chartreuse est affaire de la communauté toute entière. Chaquere ligieux participe à sa bonne gestion, profite des ressources qu’elle offre, travaille à son enrichissement. Les cotes portées sur les manuscrits, les registres divers et les manuels de gestion prouvent qu’au xve siècle, la bibliothèque, et de ce fait la personne qui en a la charge, occupe une place de choix au sein de l’établissement. Les pertes de codices et la proximité avec les ateliers d’imprimeurs font prendre conscience aux chartreux, comme c’est le cas d’ailleurs pour les autres ordres religieux, de l’importance de connaître leurs collections de livres et de les protéger. Registres et guides sont les prémices des grandes affaires entreprises dès le siècle suivant parla Congrégation de Saint-Maur dont le but est, entre autres, de connaître et de faire connaître les richesses rassemblées par ces religieux.

Notes

1 Monasterium sine libris est sicut civitas sine opibus, castrum sine muro, coquina sine suppellectili, mensa sine cibis, hortus sine herbis, pratum sine floribus, arbor sine foliis, selon Geoffroy de Breteuil (mort en 1194), prieur de Sainte-Barbe en Neustrie, voir épître XVIII, PL, t. 205, c. 845a. Cette citation est paraphrasée par Jacques Louber (mort en 1513), prieur de la chartreuse de Bâle, voir Sieber Ludwig, Informatorium bibliothecarii cartusiensis in Basileaminori, Bâle, 1888, p. 4). Voir aussi D. NEBBIAI, « Archives, bibliothèques et écriturede l’Histoire », Écrire son Histoire. Les communautés régulières face à leur passé, Saint Étienne, PUSE, 2005, p. 535-536, note 12.

2 Guigues Ier, Coutumes de Chartreuse. Introduction, texte critique, traduction et notes par un Chartreux, Paris, Éd. du Cerf, 1984.

3 Statuta ordinis cartusiensis, éd. par Amorbach à Bâle, en 1510, réimpression avec introduction de James Hogg, Analecta Cartusiana, 99 1-3, Salzburg, Analecta cartusiana, 1989.

4 Sur l’ensemble des textes normatifs des Chartreux, cf. F. CYGLER, « Les Consuetudines et Statuta des Chartreux au Moyen Âge », C. ANDENNA, G. MELVILLE (dir.), Regulae-Consuetudines-Statuta : studi sulle fonti normative degli ordini religiosi nei secoli centralidel Medioevo, Münster, Lit Verlag, 2005, p. 179-194.

5 Guigues Ier, Coutumes de Chartreuse..., op. cit., chap. 7-9 ; De officio dominicali ; chap. 22-5 De novicio ; chap. 28-2, 28-3, 28-4, 28-6 De utensilibus cellae ; chap. 32-1 De fratribus quialiquo opere occupantur.

6 D’après le chapitre XXXIX des Coutumes de Guigues ; D. MIELLE DE BECDELIEVRE, Prêcher en silence. Enquête codicologique sur les manuscrits du xiie siècle provenant de la Grande Chartreuse, Saint-Étienne, PUSE, 2004, p. 23.

7 Guibert de Nogent, Autobiographie, E.-R. LABANDE (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1981

8 Sur l’histoire des chartreux au xiiie siècle, voir : L’Ordre des Chartreux au xiiie siècle, actes du colloque international d’histoire et de spiritualité cartusienne, Analecta Cartusiana, 2006, vol. 234.

9 Basel, Universitätsbibliothek, ms. AR 12. Sur ce texte, voir l’édition de Sieber Ludwig, Informatorium... ; B. HALPOM, « The Carthusian library at Basel », The Library Quarterly, 1984, vol. 54, n° 3, p. 223-244, qui propose une traduction anglaise du texte assortie d’un bref commentaire de ces principaux « canons ».

10 Voir par exemple le traité de Richard de Bury, évêque de Durham, Philobiblion. Excellent traité sur l’amour des livres, H. COCHERIS (éd.), Paris, Aubry, 1856 ; ou le premier règlement de la bibliothèque du collège de Sorbonne rédigé en 1321, voir M. A. et R. ROUSE, » La bibliothèque du collège de Sorbonne », A. VERNET (dir.), Histoire des bibliothèques françaises. Tome 1 : les bibliothèques médiévales du vie siècle à 1530, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1989, p. 119 ; J. VIELLIARD, Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, 1402-1536, Paris, CNRS. Éd., 2000, p. 10-11.

11 Cette aide apportée aux maisons nouvellement fondées n’est pas réglementée comme c’est le cas par exemple chez les cisterciens. La composition de la dotation des maisons filles est précisée par les Statuts, chapitres 3 et 12, et devait avoir lieu depuis au moins 1212 ; voir A. BONDEELLE, « Trésor des moines. Les Chartreux, les Cisterciens et leurs livres », Histoire des bibliothèques françaises..., op. cit., p. 70-71.

12 Le Mont-Dieu est fondé en 1137 (Province cartusienne de Picardie, Ardennes, France) ; les Écouges, vers 1116 (Province cartusienne de Provence, Isère, France) ; la chartreuse de Seitz, vers 1160 (Province cartusienne d’Allemagne Supérieure, Slovénie) ; Witham est fondée en1178 (Province cartusienne d’Angleterre, Somerset, Grande-Bretagne).

13 Chartreuse fondée vers 1372 (Province cartusienne d’Allemagne Inférieure, Thuringe, Allemagne).

14 Chartreuse fondée vers 1202 (Province cartusienne de Bourgogne, Ain, France).

15 A. DEVAUX, « La Chartreuse de Sélignac », Analecta Cartusiana, 1975, vol. 24, p. 45(« Cette année, il reçoit de la Chartreuse de Witham en Angleterre un important cadeau de livres pour sa maison, à savoir un Psautier, un exemplaire des deux livres des Paralipomènes et un Nouveau Testament complet »).

16 Charleville-Mézières, Médiathèque Voyelles, ms. 112, xie-xiiie siècles. Ce recueil comprend des folios 5v° à 47 v° la règle de saint Basile copiée au xiiie siècle, et des folios 48 r° à98 r° la règle de saint Benoît copiée au xie siècle. Une note du xviie siècle sur le folio 1 v° indique que la règle de saint Benoît aurait été donnée par Odon, abbé de Saint-Remi de Reims(1118-1151), aux chartreux du Mont-Dieu (Iste liber erat in Monte Dei ante annum 1220 utsatis liquet et videtur nobis ab abbate S. Reigii datus).

17 A. BONDELLE, « Trésor des moines. Les Chartreux, les Cisterciens et leurs livres », Histoire des bibliothèques françaises, op. cit., p. 71.

18 Ibid., p. 74.

19 Cette division en deux fonds distincts date du priorat de dom Arnold (1449-1480), qui en profita pour classer et étiqueter les volumes, voir V. GERZ-BON BUREN, La tradition de l’œuvre de Jean Gerson chez les chartreux. La Chartreuse de Bâle, Paris, CNRS Éd., 1973,p. 11.

20 Il s’agit probablement du catalogue réalisé par Jacques Louber (prieur de la chartreuse de Bâle de 1480 à 1500/1502, auteur également d’une partie des ex-libris), perdu depuis le xixe siècle, premier catalogue des livres de Bâle ; voir ibid., p. 12. Carpentarius réalise ensuite un catalogue pour chacune des deux collections ; voir note 42.

21 L. SIEBER, Informatorium..., p. 16 : Nam ii solum ob hoc ibidem sunt locati, siquid dubietatisvel quaestionis oriretur in terminis seu dictionibus aut ceremoniis ecclesiasticis, ut noncogamur semper sursum ad Librariam currere, sed statim ad manum habeantur.

22 Ibid., p. 12-13, canon VIII : De libris vulgaribus.

23 D. MIELLE DE BECDELIEVRE, op. cit., p. 86-87. Chaque chartreuse se compose de deux ensembles de bâtiments : la maison basse, lieu de vie des frères convers qui ont pour fonction de s’occuper des tâches matérielles de l’établissement et de subvenir aux besoins de la communauté ; et la maison haute, qui comprend les bâtiments communs et le logis des moines.

24 Par exemple, deux religieux du Mont-Dieu ont établi la liste des livres leur appartenant ou qu’ils ont laissés dans leur chartreuse d’origine lorsqu’ils arrivent à la chartreuse du Mont-Dieu : Archives départementales des Ardennes (A.D. 08) : H 365 (21 octobre 1589 : Mémoire des hardes et livres que dom Nicole Durant, profés du Mont-Dieu a laissé au Mont-Regnault),et H 367 (10 juillet 1503 : Mémoire des meubles et ustensiles de dom Christophe Boizard).

25 C. Nicklès Christophe, La chartreuse du Val-Sainte-Marguerite à Bâle, Porrentruy, Société typographique, 1903, p. 209 (note 2).

26 Guigues Ier, Coutumes de Chartreuse..., op. cit., chap. 28-3 De utensilibus cellae : Quibusomnem diligentiam curamque prebere iubetur, ne fumo, ne pulvere, vel alia qualibet sordemaculentur.

27 Chartreuse fondée vers 1115 (Province cartusienne de Bourgogne, Ain, France).

28 P. FOURNIER, Notice sur la bibliothèque de la Grande Chartreuse au Moyen Âge suivie d’un catalogue de cette bibliothèque au xve siècle, Grenoble, Imprimerie F. Allier père & fils, 1887, p. 8-9.

29 Carpentarius utilise le terme purganda qui signifie « purger ».

30 Guigues Ier, Consuetudines..., op. cit., chap. 7-9 (De officio dominicali) : Post nonam inclaustrum convenimus, de utilibus locuturi. In hoc spacio incaustrum, pergamenum, pennas,cretam, libros, seu legendos seu transcribendos, a sacrista […].

31 L. SIEBER, Informatorium..., op. cit., p. 6 : Quae tametsi sacristae peculiariter commendatasit, si tamen alteri vel ipsi talis obedientia, servandorum scilicet librorum, fuerit commissa,iuxta subsequentes canones seu informationes procedere potest et debet, ut ordinis voluntatemet domus consuetudinem rite servare possit.

32 Ibid., p. 12 : Quia libri vulgares, id est linguae germanicae, comissi sunt Cellerario.

33 Sur cette question, voir E. HUBERT, Les éditions des statuts de l’ordre des chartreux, Lausanne, Rouge, 1943 ; La Grande Chartreuse par un Chartreux, Paris, Arthaud, 1984, p. 217-221. Le Chapitre général est convoqué pour la première fois en 1140 et devient annuel à partir de 1155. Présidé par le Prieur général, le pouvoir décisionnel est confié à huit définiteurs, élus au scrutin secret parmi les prieurs ou les religieux perpétuels présents à ce moment à la Grande Chartreuse.

34 Sur cette charge, voir L. CUTTIN, Le Chapitre général des chartreux et la Province de Lombardia propinquior au xve siècle, thèse de Doctorat, Université Paris-1 / Universit à degli Studi di Milano, 2006.

35 Ces documents sont très rares, puisque, comme le montre Luigia Cuttin dans sa thèse, à chaque nouvelle visite, la carte de l’inspection précédente devait être détruite ; voir L. CUTTIN, Le Chapitre général..., op. cit., p. 67-69.

36 Chartreuse fondée vers 1140 (Province cartusienne de Provence, Var, France).

37 M. SARGENT, J. HOGG (éd.), « The chartae of the Cartusian General Chapter, Paris, Bibliothèque nationale ms. lat. 10887 », Analecta Cartusiana, 1984, vol. 100/3, p. 22.

38 Nous excluons ici les listes informelles et les listes de dons de livres.

39 La Grande Chartreuse est incendiée à quatre reprises au cours du Moyen Âge. Citons le très célèbre « Mes Pères, mes Pères, ad libros, ad libros, les livres, sauvez les livres » prononcé par Dom Guillaume de Raynald, prieur de la Grande Chartreuse de 1367 à 1402, lors de l’incendie de 1371, voir La Grande Chartreuse par un chartreux..., p. 48.

40 Une ordonnance des chapitres généraux de 1456 demande la réalisation d’inventaires, voir D. NEBBIAI, « Les inventaires des bibliothèques médiévales », J. GLENISSON (dir.), Lelivre au Moyen Âge, Paris, CNRS Éd., 1988, p. 90.

41 L. SIEBER, Informatorium..., op. cit., canon II, p. 6-7. Voir note 20.

42 Ibid., canon IX, p. 13-14. Carpentarius affirme que lorsque la Nova Libraria sera remplie, les livres anciens seront transférés à l’Antiqua Bibliotheca, et un nouveau registre sera réalisé. Il s’agit probablement des deux catalogues réalisés par Carpentarius en 1520 : Basel, Universistätsbibliothek, mss. AR I 2 et AR I 3.

43 Voir Derolez Albert, Les catalogues de bibliothèques, Turnhout, Brepols, 1979, p. 23.

44 Pour Jacques Louber, l’inventaire devait avoir lieu tous les ans, contre tous les quatre ans pour l’Ancienne Bibliothèque et tous les deux ans pour la Nouvelle pour Carpentarius. Il faut dire que Louber connut l’accroissement le plus important de la bibliothèque de la chartreuse de Bâle : 1 200 volumes rejoignirent les rayonnages de ces collections sous son priorat, voir V. GERZ-BON BUREN, op. cit., p. 10-11.

45 L. SIEBER, Informatorium..., op. cit., canon VI-2, p. 9.

46 Ibid., canon VI-6, p. 10-11.

47 Indice parmi d’autres de l’ouverture de ces communautés monastiques à la fin du Moyen Âge vers l’extérieur de leur établissement.

48 Du latin emendare, corriger, retoucher, remettre en forme. D’après le guide de Carpentarius, l’emendator s’occupe de réparer les volumes endommagés ; Ibid., canon XII, p. 16.

49 Voir note 42.

50 Ibid., canons X et XI.

51 Basel, Universistätsbibliothek, ms. AR I 2.

52 Basel, Universistätsbibliothek, ms. AR I 3.

53 P. FOURNIER, op. cit., p. 42-82.

54 Prieur de la Grande Chartreuse de 1503 à 1521.

55 Erfurt, Domarchiv., Hist. 6.

56 Ainsi que la mention « ly. chori » pour les distinguer des livres conservés de façon permanente dans la collection du Chœur.

57 La Haye, Kon. Bibl. 71 G 25. Pour la liste, voir les fol. 196-198 v° ; M. SOENEN, « Les manuscrits liturgiques de la chartreuse de Scheut d’après une liste de 1551 », Archives et bibliothèques de Belgique, 1978, vol. 49, p. 488-503. La chartreuse de Scheut fut fondée en1456 (Province cartusienne de Teutonie, Province de Brabant, Belgique).

58 Prieur de la chartreuse de Scheut de 1475 à 1487.

59 Voir l’intitulé de la liste transcrit dans M. SOENEN, op. cit., p. 494 : De libris continentibusomnia que in ecclesia, refectorio, capitulo et misse officio leguntur et cantantur.

60 Pierre le Vénérable, Epistolae, I, 24, dans PL CLXXXIX.

61 Bâle, Universistätsbibliothek, ms. AR I 4 (Registrum recognitionum librorum extraneis accomodatorumfactum 1482). V. GERZ-VON BUREN, op. cit., p. 14 ; J. VIELLIARD, op. cit.

62 L. SIEBER, Informatorium..., op. cit., canon VII, p. 11-12.

63 Ibid., canon VII, p. 11-12.

64 Cologne, Hist. Arch., Karth. Rep. u. Hs. 12, fol. 3-23 v°. Le texte est édité en partie dans B. M. RICHARD, « The medieval manuscript library of the charterhouse of St. Barbara in Cologne », Analecta Cartusiana, 1974, vol. 21, p. 29-33. Nous ne connaissons que peu de choses sur Hugh Loher, sinon que ses deux frères, Bruno et Thierry, étaient eux aussi chartreux à Cologne, où ils occupaient les fonctions de vicaire et maître des novices pour le premier, et de sacristain (1525) et vicaire (1530) pour le second, au moment où Hugh rédigea son guide

Auteur

Université de Reims Champagne-Ardenne

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable