Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 1. La fabrique du manuscrit

En amont du manuscrit, préparation et commerce du parchemin

Quelques pièces du dossier français (xiiie-xve siècles)

Jean-Marie Yante

Texte intégral

  • 1 Par exemple A. GIRY, Manuel de diplomatique, Paris, Hachette, 1894, p. 494-500.
  • 2 J. STIENNON, G. HASENOHR, Paléographie du Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1973, p. 146-158.
  • 3 J. LEMAIRE, Introduction à la codicologie, Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales, 1989, p (...)
  • 4 Ainsi M.-J. GASSE-GRANDJEAN, Les livres dans les abbayes vosgiennes du Moyen Âge, Nancy, PUN, 1992 (...)
  • 5 J. GLENISSON (dir.), Le livre au Moyen Âge, Paris, CNRS, 1988, p. 13-37.
  • 6 Écriture et enluminure en Lorraine au Moyen Âge, Nancy, Société Thierry Alix, 1984, p. 3-4. Voir a (...)
  • 7 L. SANTIFALLER, Beiträge zur Geschichte der Beschreibstoffe im Mittelalter, mit besonderer Berücks (...)
  • 8 R. PERNOUD, op. cit., p. 73.

1Les manuels de diplomatique1, de paléographie2 et de codicologie3, les monographies de chancelleries, de scriptoria ou de bibliothèques4, les travaux sur la production livresque5 ou les catalogues d’exposition6 réservent au mieux quelques pages au support des écritures (papyrus, parchemin ou papier). Notoire exception, les recherches de Leo Santifaller sur la chancellerie pontificale y consacrent davantage de développements7. Le parchemin, essentiellement peau de mouton, de chèvre ou de veau, est le support de la pensée, la « matrice de l’Esprit »8 et, à ce titre, mérite davantage d’attention. Il s’agit, à l’évidence, d’un dossier à ouvrir ou à rouvrir.

2Alors que l’approvisionnement en peaux et les aspects techniques de la parcheminerie ne seront évoqués que pour mémoire et en vue de susciter des investigations en profondeur, l’accent sera mis sur les praticiens du secteur et leur éventuelle organisation corporative, ainsi que sur les lieux et les modalités de la commercialisation du parchemin. Ne revendiquant aucun caractère d’exhaustivité, l’enquête est menée dans les limites du royaume de France, essentiellement pour la période du xiiie au xve siècle.

1. L’approvisionnement en peaux

  • 9 A. VERHULST, « La laine indigène dans les anciens Pays-Bas entre le xiie et le xviie siècle. Mise (...)
  • 10 R. GRAND, R. DELATOUCHE, L’agriculture au Moyen Âge. De la fin de l’empire romain au xvie siècle, (...)
  • 11 E. FOURNIAL, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, Presses (...)
  • 12 Th. SCLAFERT, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge, Paris, SEVPEN, 1 (...)
  • 13 M. BERTHE, Le comté de Bigorre, un milieu rural au bas Moyen Âge, Paris, SEVPEN, 1976, p. 100-101.
  • 14 R.-H. BAUTIER, « Les mutations agricoles des xive et xve siècles et les progrès de l’élevage », Bu (...)

3Aux xiie et xiiie siècles, davantage encore aux derniers siècles du Moyen Âge, l’élevage ovin est largement répandu dans de nombreuses régions de France, qu’il s’agisse des pâturages maritimes des côtes flamandes et artésiennes9, de la Normandie, de la Bourgogne, du Berry10, du Forez11, du Massif central, des Alpes, de la Provence12, du Bigorre (en montagne comme dans le piémont)13… Aux xive et xve siècles, les moutons s’installent dans les friches et les terres désertées suite à la dépression démographique. En Provence, une enquête de 1471 révèle l’existence de 50 000 têtes d’ovins dans les deux seules vigueries de Grasse et de Saint-Paul-de- Vence. La communauté des Saintes-Maries-de-la-Mer en déclare 30 00014.

  • 15 Ch. HIGOUNET, La grange de Vaulerent. Structure et exploitation d’un terroir cistercien de la plai (...)

4Les cisterciens organisent et développent cet élevage, sélectionnent les races afin d’obtenir les meilleures laines et font de cette production la spécialité d’abbayes dans le Midi, en Bourgogne, en Champagne et dans les plaines d’Île-de-France, avec un troupeau de 1 300 têtes à la grange du Gard à Longuevillette (Somme) au début du xiiie siècle, 1 500 bêtes à Vaucelles (Nord) en 1367, 500 à Beaubec (Seine- Maritime) en 1396, 1 800 à La Vayssière, grange de Bonneval sur le causse comtal du Rouergue, au xive siècle. En 1315, on note la présence d’un troupeau de 500 bêtes à laine lors de la mise à bail de la grange de Vaulerent (Val-d’Oise), dépendant de l’abbaye de Chaalis. Et l’on pourrait encore évoquer les importantes estives acquises dans les Pyrénées par les abbayes de Bonnefont, Boulbonne et Grandselve15.

  • 16 Ph. WOLFF, « Les bouchers de Toulouse du xiie au xve siècle », Annales du Midi, 1953, vol. 65, p. (...)
  • 17 Ch. MAUREL, « Grands marchands et ‘petites et moyennes industries’ à Marseille au bas Moyen Âge (1 (...)
  • 18 A. LEGUAY, « Les métiers de l’artisanat dans les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècl (...)

5On sait que les bouchers jouent au bas Moyen Âge un rôle actif dans le commerce des peaux. Le fait est établi à Toulouse, Montbrison, Tours ou encore Figeac dans le Quercy16. À Marseille, de grands marchands opèrent pareillement en aval du traitement des peaux, peut-être aussi dans l’activité même de tannerie17. Les uns et les autres auraient-ils partie liée avec la parcheminerie ? Le fait est patent en Bretagne. À Rennes, les boursiers-gantiers accusent les bouchers du Champ-Dolent et leurs acolytes parcheminiers d’intervenir comme accapareurs sans scrupule faisant main basse sur les peaux de mouton, de chèvre, de veau, de cerf, quitte à les « regratter » ensuite à qui bon leur semble. Afin d’éviter ces pratiques, on impose à Lamballe (Côtes-d’Armor), où les parcheminiers sont particulièrement actifs, un commerce des peaux au vu et au su de tous18.

2. Les aspects techniques de la parcheminerie

  • 19 J. STIENNON, G. HASENOHR, op. cit., p. 154 ; J. LEMAIRE, op. cit., p. 13-16.

6Faut-il rappeler que le parchemin est tout autre chose que le cuir ? La différence repose sur le mode de préparation des peaux, le parchemin étant obtenu sans recours au tannage. Le Moyen Âge a légué différentes recettes pour la préparation des peaux et la technique s’est perpétuée jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Des planches de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (fig. 1) font connaître ces opérations dans les moindres détails. Elles mettent en scène des ouvriers passant les peaux dans un bain d’eau pour les nettoyer, et ensuite dans la chaux, les tendant sur une herse, les saupoudrant d’une sorte de craie en poudre (le « groison »), afin d’éviter que l’encre ne soit absorbée, les passant à la pierre ponce, les frottant avec une peau d’agneau garnie de sa laine pour faire disparaître les dernières inégalités, les taillant finalement selon des modèles19.

Ill. 1. Atelier de parcheminier (Encyclopédie de Diderot et d’Alembert)

  • 20 Fr. GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du
  • 21 A. VIDIER, « Notes et documents sur le personnel, les biens et l’administration de la

7Une distinction s’impose entre le parchemin et le « froncin » ou « fronchin »20. Une fois acheté, ce dernier doit subir une préparation, le « raturage », consistant à égaliser l’épaisseur des peaux. À Paris, les trésoriers de la Sainte-Chapelle consignent régulièrement la dépense afférente. Au Palais royal, un local est affecté à cette opération21.

3. Les corporations de parcheminiers

8Le processus complexe de préparation du parchemin requiert l’intervention d’une main-d’œuvre qualifiée. Celle-ci peut appartenir à la familia des monastères et se recruter parmi les religieux eux-mêmes. Au bas Moyen Âge, les parcheminiers constituent en certaines villes des métiers autonomes ou une branche d’un corps plus large.

3.1. À Paris

  • 22 R. DE LESPINASSE, Fr. BONNARDOT (éd.), Les métiers et corporations de la ville de Paris. xiiie siè (...)
  • 23 Taxation à Paris, en 1460, de Richart Le Camus, du Neubourg (Eure), prenant compagnie française po (...)
  • 24 K. FIANU, « Les professionnels du livre à la fin du XIIIe siècle : l’enseignement des registres fi (...)
  • 25 K. FIANU, « Alphabétisation et définition du petit peuple à la fin du Moyen Âge. Le cas des librai (...)

9À Paris, où les administrations et l’université sont de grands consommateurs de parchemin, les métiers faisant subir les premières préparations aux peaux n’ont pas présenté de statuts au prévôt Étienne Boileau, d’où l’absence de réglementations les concernant dans le célèbre Livre des métiers du xiiie siècle22. Les parcheminiers s’avèrent toutefois bien attestés dans les registres fiscaux du règne de Philippe le Bel. Les six rôles de taille conservés pour les années 1292 à 1300 livrent les noms de 159 personnes appartenant au monde du livre, à savoir 95 nanties d’un métier déterminé (et supposé pratiqué) et 64 susceptibles d’exercer un des métiers du secteur. Au total et au maximum, Paris compte alors 49 libraires, 48 parcheminiers, 47 enlumineurs et 15 relieurs. Ces artisans sont établis essentiellement sur la rive gauche de la Seine, quartier des écoles, des collèges, des nations et de l’université. Les parcheminiers sont 28 à avoir élu domicile dans la paroisse Saint-Séverin, cœur de la résidence estudiantine, dont 25 dans la rue aux Écrivains, appelée aussi rue aux Parcheminiers ou de la Parcheminerie, nom dont elle sera définitivement rebaptisée en 1387. Sur la rive droite, 7 parcheminiers habitent près de l’enceinte, rue des Blancs- Manteaux. S’agirait-il de producteurs, à la différence de ceux de la rive droite opérant au niveau de la commercialisation ? L’hypothèse a été formulée mais reste à étayer. Ou faut-il lier leur localisation à d’autres emplois du parchemin, dont l’obstruction des fenêtres et la fabrication de colle23 ? Le petit nombre de parcheminiers (trois en l’occurrence) installés dans la Cité, lieu des chancelleries royales et épiscopales, serait lié à l’indépendance de celles-ci en matière d’approvisionnement. On y reviendra à propos du rôle dévolu au personnel de la Sainte-Chapelle. D’après les calculs de Kouky Fianu, qui s’est livré à un examen en profondeur des registres fiscaux de la fin du xiiie siècle, plus de la moitié des artisans du livre appartiennent à la catégorie des « gros » contribuables parisiens, les libraires arrivant en tête (85 % de leur effectif) et, assez loin derrière eux, les parcheminiers (44 %)24. Face aux conquêtes du papier, la profession va perdre du terrain. À partir de 1307, au titre d’artisans du livre, les parcheminiers sont inclus dans les privilèges accordés aux universitaires (exemption de taille, de guet et de taxe de transport de leurs biens). Leur statut et ses avantages universitaires sont remis en question dès 1398. Finalement, en 1489, le nombre des professionnels du livre reconnus comme universitaires est limité à quarante-cinq, dont quatre parcheminiers, quatre marchands de papier et sept producteurs de papier hors Paris25.

3.2. Ailleurs dans le royaume

  • 26 A. LEGUAY, op. cit., p. 160-161, 165, 170, 173-174, 190 et 198.
  • 27 Ch. OUIN-LACROIX, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieu (...)
  • 28 A. THIERRY, Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers État. Première série. Chartes, co (...)
  • 29 Cl. BILLOT, Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, p. 225.

10En Bretagne, des corporations de parcheminiers sont connues à Rennes et Lamballe. Dans la première ville, la confrérie de Saint-Michel des parcheminiers, association d’artisans à caractère religieux et caritatif, participe en 1340 à la fondation de l’hôpital Sainte-Anne. En 1407, le duc Jean V accorde aux parcheminiers confirmation « ès preveleges et franchises de quoy ilz ont joy ès temps passez ». À Lamballe, localité de quelque 1 700 habitants dans la première moitié du xve siècle, ces travailleurs obtiennent des statuts en 1474 (confrérie Saint-Nicolas). Vingt-huit maîtres participent alors aux débats et, requérant une main-d’œuvre nombreuse, le secteur impose peu de restrictions à l’embauche, tout en accordant priorité aux autochtones. Ces artisans sont concentrés dans la rue populeuse du Val et écoulent leurs produits jusqu’en Île-de-France26. À Rouen, en 1393, les mégissiers-gantiers-parcheminiers sont autorisés, par Jean, duc de Normandie et de Guyenne, à s’établir sur la Renelle. Vingt-six ans plus tard, une ordonnance permet le transfert d’une partie de leurs ateliers vers les parages de l’Aubette. En 1492, leurs privilèges sont maintenus par une ordonnance du bailli, confirmée par le roi Charles VIII27. En Picardie, à Amiens, les parcheminiers sont connus, au milieu du xve siècle, à l’occasion d’un conflit de mitoyenneté avec les gantiers et les mégissiers les concurrençant dans la préparation du parchemin. En 1460, le magistrat municipal met fin à cette pratique et accorde des statuts aux parcheminiers28. On ignore par contre si les artisans exerçant cette activité dans la basse ville de Chartres29 sont ou non organisés en un métier.

  • 30 E. FOURNIAL, op. cit., p. 420, 665 et 676.
  • 31 R. FAVREAU, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, Poitiers, Société (...)
  • 32 A. GOURON, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Âge, Genève, Droz, 1958, p. 107 et (...)

11Cette spécialité est pareillement attestée dans quelques villes du centre de la France. En Forez, quinze parcheminiers ont été repérés à Montbrison entre 1389 et 1451, certaines familles s’adonnant de père en fils à cette activité. On connaît pareillement deux artisans à Saint-Bonnet entre 1392 et 1415, et, plus tardivement, un autre à Feurs en 1474. L’absence d’un métier organisé ne peut surprendre dans une région où il faut attendre 1493 pour qu’apparaisse à Saint-Bonnet le premier groupement connu des travailleurs du cuir, une confrérie religieuse en l’occurrence30. À Poitiers, ville universitaire depuis 1431, les parcheminiers sont organisés en métier juré en 1487. Avec les chapeliers et les bouchers de la Vieille Boucherie, ils sont les seuls groupements de « gens de métier » dans la zone de résidence bourgeoise31. Au Puy-en-Velay, lors du défilé des métiers organisé en 1525 à l’occasion du mariage du roi, les « parcheminiers ou blanchiers (mégissiers) estoient grand nombre et gent robuste ». Entre 1540 et 1550, leur effectif atteint quatre-vingts unités32.

  • 33 Ibid., p. 386.
  • 34 Ibid., p. 217, 276 et 307.

12Un métier des « razedors de pargamins » est mentionné à Montpellier aux alentours de 120033. Son maintien ne peut être affirmé. Est-ce bien d’ailleurs un corps professionnel organisé ? À Toulouse, les parcheminiers reçoivent des statuts en 1465, mais leur organisation pourrait être beaucoup plus ancienne. Lorsque Philippe VI interdit en 1341 la vente des cuirs dans un certain nombre de rues, en réponse à des pratiques des « forains », les marchands de cuir, les corroyeurs, les parcheminiers et les « pélégantiers » protestent vainement en alléguant la liberté que leur avait concédée le comte Raymond VII en 123934.

  • 35 P. STABEL, « L’encadrement corporatif et la conjoncture économique dans les petites villes de la F (...)

13Dans certaines villes, les parcheminiers constituent un groupe au sein d’une corporation. Ainsi à Audenarde (Belgique, Flandre orientale), le métier de Saint Michel est subdivisé, à la fin du Moyen Âge, en trois branches : d’abord le cuir fin avec les gantiers, les corroyeurs, les fabricants de bourses et les parcheminiers, puis les graissiers, les marchands de beurre, de fromage et de fruits, et les ciriers, enfin le grand métier des merciers et des épiciers, qui englobe aussi les retordeurs, les chapeliers, les ceinturonniers et les gainiers35.

  • 36 M.-Th. LORCIN, « Une bourgade artisanale des Monts du Lyonnais : Saint-Symphoriensur-Coise aux xiv(...)

14La préparation du parchemin n’est pas le monopole de centres urbains. À Saint- Symphorien-sur-Coise (Rhône), bourgade du Lyonnais particulièrement active aux xive et xve siècles dans le traitement des cuirs et des peaux, quelques parcheminiers apparaissent dans les textes. Pendant 150 ans, le patronyme Capre y est porté essentiellement par des tanneurs et des fabricants de parchemin36.

4. La commercialisation

4.1. Les grandes foires

  • 37 F. BOURQUELOT, Études sur les foires de Champagne, sur la nature, l’étendue et les règles du comme (...)
  • 38 [art. 11] : « Parchemins, mireoz ne doivent ne entrée, ne issue » (Ch. LALORE, « Ce sont les Coutu (...)
  • 39 E. CHAPIN, Les villes de foires de Champagne des origines au début du xive siècle, Paris, Champion (...)
  • 40 H. DUBOIS, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (v (...)

15La vente du parchemin est tarifée à Troyes, Provins, Lagny et Bar-sur-Aube, les quatre villes du cycle des foires de Champagne et de Brie37. Dans la première prévaut d’abord un régime de franchise qu’attestent les « Coutumes des foires de Champagne » datant vraisemblablement de 128938. Au même endroit, les nouvelles taxes instaurées vers 1298 incluent le droit exigé des gantiers, mégissiers et parcheminiers vendant dans la ville39. Aux foires de Chalon-sur-Saône, qui prennent partiellement le relais des assises champenoises, quarante ventes de parchemin ont été dénombrées entre 1367 et 1406, principalement par des gens d’Arnay-le-Duc, Chalon, Dijon et Saulieu (quatre mentions chaque fois), dans une moindre mesure de Bourges, Lyon et Troyes (une seule attestation)40.

  • 41 A. LOMBARD-JOURDAN, « Les foires de l’abbaye de Saint-Denis. Revue des données et révision des opi (...)

16Dès le haut Moyen Âge, la Plaine de Saint-Denis, au nord de Paris, voit deux fois l’an un grand concours de marchands français et étrangers. La foire du Lendit de quinze jours en juin, attestée depuis 1074, est le lieu d’un débit considérable de parchemin. Le premier jour est réservé aux achats du roi, de l’évêque de Paris et de l’université. À un certain moment, le Parlement s’y déplace également pour acquérir le support d’écriture nécessaire à son greffe. Le recteur de l’université y vient en personne avec ses officiers pour exercer son droit de préemption. Régents et étudiants l’accompagnent en une suite imposante. Cette cavalcade s’achève rarement sans effusion de sang. Lorsque le papier devient d’un usage courant et que le déplacement ne se justifie plus, le « congé du Lendit » ne disparaît pas pour autant du calendrier universitaire, mais se maintient jusqu’au xviiie siècle41.

4.2. L’approvisionnement au quotidien

  • 42 A. VIDIER, op. cit., p. 316, n. 1 ; R. DE LESPINASSE, op. cit., t. III, p. 689 et 691. Arrêts du P (...)

17À Paris, le parchemin acheté à la foire du Lendit et destiné à la vente est transporté en l’hôtel des Mathurins, où le recteur de l’université en vérifie la qualité et perçoit un droit. Un règlement de l’alma mater, du 30 octobre 1291, fixe les modalités et les moments pour les transactions42.

  • 43 Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse », Annales du Midi, 1956, vol. 68, p. 285-302.
  • 44 Ph. WOLFF, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954, p. 274-275

18D’une façon générale, cet article n’est guère présent dans les tarifs des tonlieux de marché. On le trouve toutefois dans celui de la « leude » perçue à Toulouse, au nom du roi, au début du xive siècle43. Dans la même ville, douze peaux de parchemin appartiennent en 1404 au stock du boursier Jacques de Laval, modeste artisan local44.

  • 45 J. SCHNEIDER, Recherches sur la vie économique de Metz au xve siècle. Le livre de comptes des merc (...)
  • 46 M.-J. GASSE-GRANDJEAN, op. cit., p. 65.

19Le rôle des merciers mériterait pareillement d’être investigué. On sait qu’à Metz (terre d’Empire), en 1460-1461, la boutique des merciers Jean Le Clerc et Jacquemin de Moyeuvre est achalandée en matériel d’écriture45. De tels commerçants seraient- ils pareillement les fournisseurs, au début du xvie siècle, des chanoines de Saint-Dié en mal de parchemin et en acquérant dans cette ville46 ?

  • 47 E. FORESTIE (éd.), Les livres de comptes des frères Bonis, marchands montalbanais du xive siècle, (...)

20Les livres de comptes des frères Bonis attestent la part tout à fait accessoire du commerce du parchemin dans l’activité de grands marchands de Montauban au xive siècle : une demi-douzaine de transactions en l’espace de trois décennies, concentrées en fait entre 1343 et 1346. Les deux frères sont à quatre reprises les fournisseurs de deux savetiers locaux, le parchemin devant vraisemblablement servir à la prise de mesures, et une fois d’un établissement religieux. Ils s’avèrent quelque peu plus actifs dans le commerce du papier47.

  • 48 À propos de ce document et de sa datation : R. VAN UYTVEN, « De datering van het Brugse ‘Livre des (...)
  • 49 J. GESSLER (éd.), Le Livre des mestiers de Bruges et ses dérivés. Quatre anciens manuels de conver (...)

21Manuel de conversation français-néerlandais rédigé par un maître d’école aux alentours de 136948, le « Livre des mestiers de Bruges » évoque la boutique de « Gorges, li librairiers, [qui] ha plus de livres que tous cheauls de le ville, et si vend pennes d’auwe et pennes de chisne, et si vend fronchin et parkemin », ainsi que le commerce d’ » Ysabiaus de Rolers, [qui] vend parkemin », mais, note l’auteur, « m’en vendi une piel qui flua (qui a coulé) ; si n’i puis mie bien escripre. Il le faut esponseir ; si en sera plus onnie »49.

4.3. Les circuits

  • 50 J. FINOT, Étude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen  (...)
  • 51 I. GUERIN, « Péages terrestres et fluviaux de la Sologne médiévale », Bulletin philologique et his (...)
  • 52 Th. SCLAFERT, op. cit., p. 76.

22On s’attendrait à glaner dans les tarifs et les comptes des péages quelques informations sur le commerce du parchemin. Pour l’heure, la moisson s’avère fort décevante. À Bapaume (Pas-de-Calais), point de passage obligé entre la Flandre et Paris, le tarif mentionne en 1291 le « sommier » de parchemin50. L’absence de cet article en d’autres lieux résulterait-elle d’un régime de franchise ? À Selles-sur-Cher en Sologne, en 1445, le papier et le parchemin (ainsi que le cuir tanné) sont exempts de tout droit, à condition d’être soumis à la formalité du « dépry », c’est-à-dire l’obligation pour les transporteurs, sous peine de 60 sous d’amende, d’en faire la déclaration51. Par contre à Valensole (Alpes-de-Haute-Provence), le compte du péage de 1308-1309 consigne les droits acquittés pour les parchemins acheminés à dos d’homme, essentiellement par des juifs d’Aubagne, d’Avignon, de Riez et de Montélimar52.

  • 53 A. VIDIER, op. cit., p. 316. En 1539, les salines de Salins, en Franche-Comté, commandent du parch (...)
  • 54 Cl. BILLOT, op. cit., p. 225-226.
  • 55 R. DE LESPINASSE, op. cit., t. III, p. 691-692.

23Quelques circuits apparaissent au hasard des textes. À Paris, en 1318, le trésorier de la Sainte-Chapelle fait affaire au Lendit et à la foire locale de Saint-Ladre, mais traite aussi avec des gens de Bourges et de Chartres53. Cette dernière ville serait-elle un relais pour les articles de l’Ouest ? La production locale s’y avérant insuffisante tant en quantité qu’en qualité, l’Œuvre Notre-Dame acquiert en 1415 huit bottes de parchemin par l’intermédiaire d’un clerc de la Sainte-Chapelle de Paris. La même institution achète également deux bottes de vélin au Pommeret en Bretagne et, en 1492, un parcheminier de Lamballe vend à un chartrain diverses marchandises, dont du parchemin54. À la fin du xve siècle, des foires de Normandie alimentent pareillement le marché parisien55.

5. L’approvisionnement des administrations

5.1. Le rôle de la Sainte-Chapelle à Paris

  • 56 O. MOREL, La grande chancellerie royale et l’expédition des lettres royaux de l’avènement de Phili (...)

24À Paris, depuis une date inconnue, il incombe au trésorier et aux chanoines de la chapelle du Palais – la Sainte-Chapelle – de conserver le Trésor des chartes et d’assurer l’approvisionnement en parchemin de l’Hôtel du roi, des notaires de tous les services, de la Chambre des Comptes et autres administrations centrales. Des dépenses pour l’achat et la préparation du parchemin sont consignées pour la première fois en 1285. Quatorze ans plus tard, le trésorier de la Sainte-Chapelle comptabilise l’acquisition de 972 douzaines de parchemins. Le total des achats atteint 2 555 douzaines, soit plus de 30 000 unités, en 1315. À cette fin, au fur et à mesure des besoins, le trésorier prend l’argent nécessaire dans le Trésor royal. Le procédé se maintient jusqu’au début du xive siècle mais engendre de sérieux problèmes pour le trésorier obtenant difficilement les fonds nécessaires et parvenant avec peine à rentrer dans ses débours. Pour remédier à cette situation, le roi Philippe le Long ordonne, en 1317, que l’audiencier de la Chancellerie verse au trésorier, en deux termes annuels (Ascension et Toussaint), 400 livres parisis à prélever directement sur l’émolument du sceau. Face à la multiplication incessante des actes, cette somme s’avère assez rapidement insuffisante et les créances des parcheminiers tardent à être honorées. Aussi, en mars 1358 (n.st.), le régent Charles décide-t-il que le trésorier de la Chapelle recevra désormais 800 livres, dont il devra fournir justification à la Chambre des Comptes. La difficulté rencontrée par les notaires à se procurer le support des écritures apparaît nettement dans le Sciendum de la chancellerie (xive siècle) qui stipule, en son article 20, que le trésorier de la Chapelle doit fournir aux notaires le parchemin demandé « ou du moins ce qu’il en pourra donner ». Pour être approvisionné, le notaire doit d’abord faire enregistrer sa demande en la Chambre des Comptes dans le « Livre de parchemin » ou liber pergameni, dont on conserve l’exemplaire de 1396-1397. Ceci permet un contrôle ultérieur de l’usage des peaux. Une fois la demande visée par cette instance, le notaire s’adresse au trésorier, qui lui fait parvenir la quantité nécessaire56.

5.2. L’apport des comptabilités

25De premières investigations dans les sources comptables émanant d’administrations princières, urbaines ou ecclésiastiques, dans les éditions présentement disponibles, sont loin de combler les attentes en matière d’informations relatives à l’approvisionnement en parchemin. Le laconisme des écritures des receveurs ou de leurs scribes en est la cause.

  • 57 B. DELMAIRE (éd.), Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304. Édition précédée d’une i (...)

26Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304 consigne à cinq reprises des achats pour les besoins des baillages d’Aire, Arras, Beuvry et Hesdin, ainsi que pour le receveur lui-même, mais laisse dans l’ignorance des quantités et des lieux d’acquisition57.

  • 58 L. DOUET-D’ARCQ (éd.), Comptes de l’argenterie des rois de France au xive siècle, Paris, Jules Ren (...)
  • 59 L. DOUET-D’ARCQ (éd.), Comptes de l’hôtel des rois de France aux xive et xve siècles, Paris, Veuve (...)

27Si les comptes de l’argenterie des rois de France au xive siècle ne sont d’aucun apport pour le sujet, exception faite d’achats de parchemin en Angleterre à l’époque de la captivité du roi Jean58, il en va différemment, quoiqu’à modeste échelle, de ceux de l’hôtel royal aux xive et xve siècles. Le compte de l’hôtel de Charles VI (1380-1381) et celui de l’hôtel de la reine Isabeau de Bavière (1401) consignent les défraiements pour achats de parchemin à destination des clercs de différents services (chambre aux deniers, cuisine, échansonnerie, écurie, fourrière, fruiterie, paneterie). Dans le premier, il est question de l’acquisition d’une peau à un parcheminier de Melun, de douze grosses bottes à la foire du Lendit et du paiement à un artisan parisien pour « rère ledit parchemin ». Des extraits de comptes postérieurs révèlent un achat de douze bottes de « parchemin froutin » à la foire du Lendit en 1383 « pour faire les escriptures de la Chambre aux deniers », nécessitant cette fois encore une dépense supplémentaire « pour rère et poncer ledit parchemin », et, en 1397-1398, pour la même instance, l’acquisition de « parchemin rez » à Paris en la rue des Blancs Manteaux59.

  • 60 M. MOLLAT, R. FAVREAU R. FAWTIER (éd.), Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, (...)
  • 61 C. WYFFELS, J. DE SMET (éd.), De rekeningen van de stad Brugge (1280-1319). Eerste deel (1280-1302 (...)
  • 62 A. D’HAENENS (éd.), Comptes et documents de l’abbaye de Saint-Martin de Tournai sous l’administrat (...)
  • 63 J. DUMOULIN, « Les églises paroissiales de Tournai au xve siècle. Art et histoire », Les grands si (...)

28Alors que les comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420 déplorent à plusieurs reprises la cherté du parchemin, du papier et/ou de l’encre, ils taisent constamment les circuits d’approvisionnement60. Les comptabilités urbaines, d’aucunes en tout cas, sont pareillement laconiques. À Bruges, à la fin du xiiie siècle et au tout début du xive, elles se limitent à consigner de fréquents paiements à des clercs pour achats de parchemin et de « froncin »61. Quelques années plus tard, dans les décennies 1320 et 1330, les comptes de l’abbaye de Saint-Martin de Tournai enregistrent, sans en consigner le détail ni la provenance, des achats de parchemin ou « frocine », papier et encre62. Dans la même ville, en 1430-1431, la paroisse Sainte-Marguerite comptabilise l’acquisition, auprès de Jehan Villet et du « maistre demorant empres le halle de Paris » (à Tournai), de trente-neuf cahiers de vélin pour la réalisation d’un missel. Cet achat intervient à concurrence de 14 livres, contre 16 allouées au scribe63.

6. La concurrence du papier

  • 64 L. FEBVRE, H.-J. MARTIN, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958 (rééd. 1999), p. 43 ; J. (...)
  • 65 R. FAVREAU, op. cit., t. II, p. 386.

29Aux derniers siècles du Moyen Âge, le parchemin rencontre peu à peu la concurrence du papier. En France, un registre des recettes et dépenses d’Alphonse de Poitiers, de 1243-1248, serait un des premiers documents adoptant ce support. Des battoirs sont attestés à Saint-Julien, près de Troyes, en 1348. Au cours du même siècle, d’autres sont activés autour de Paris (Corbeil, Essonnes et Saint-Cloud) et en Auvergne (Ambert). Au milieu du xve siècle, le royaume se suffit à lui-même et la Champagne se prépare à devenir exportatrice64. Des moulins à papier sont établis à Poitiers aussitôt après la création de l’université. Les deux premiers sont mentionnés vers 1436-1439, deux autres en 145165. Le laconisme des écritures comptables interdit le plus souvent de mesurer la concurrence des deux supports. Le parchemin serait- il réservé à des usages spécifiques ? Son emploi peut conférer aux documents une substantielle valeur ajoutée, renforcer leur autorité, leur prestige.

  • 66 J. FAVIER, Les contribuables parisiens à la fin de la Guerre de Cent Ans. Les rôles d’impôt de 142 (...)
  • 67 Ph. RENOUARD, Documents sur les imprimeurs, libraires, cartiers, graveurs, fondeurs de lettres, re (...)
  • 68 Trois décennies plus tard, au cours de cinq mois de 1544, deux charges de parchemin y sont taxées (...)

30Les parcheminiers sont désormais moins nombreux mais ne disparaissent pas. Dans le rôle d’impôt de 1423, reprenant quelque cinq cents des plus riches contribuables parisiens, ne figure que « Jehan de Beauvaiz, parcheminier du roy »66. À partir de sources à caractère essentiellement privé, 65 parcheminiers ont par contre été repérés dans la capitale entre 1450 et 160067. Un seul est attesté à Lyon en 151568.

*

31On ne peut conclure sans rappeler le caractère provisoire, forcément incomplet, des présentes investigations ni sans souhaiter des recherches plus systématiques. Cette intervention se veut un appel à davantage d’attention aux lieux de préparation et de commercialisation du parchemin, aux circuits d’approvisionnement, au positionnement du parchemin face au papier qui s’impose peu à peu depuis le xive siècle.

Notes

1 Par exemple A. GIRY, Manuel de diplomatique, Paris, Hachette, 1894, p. 494-500.

2 J. STIENNON, G. HASENOHR, Paléographie du Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1973, p. 146-158.

3 J. LEMAIRE, Introduction à la codicologie, Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales, 1989, p. 11-38.

4 Ainsi M.-J. GASSE-GRANDJEAN, Les livres dans les abbayes vosgiennes du Moyen Âge, Nancy, PUN, 1992, p. 65-70.

5 J. GLENISSON (dir.), Le livre au Moyen Âge, Paris, CNRS, 1988, p. 13-37.

6 Écriture et enluminure en Lorraine au Moyen Âge, Nancy, Société Thierry Alix, 1984, p. 3-4. Voir aussi R. PERNOUD, La plume et le parchemin, Paris, Denoël, 1983, p. 73-76.

7 L. SANTIFALLER, Beiträge zur Geschichte der Beschreibstoffe im Mittelalter, mit besonderer Berücksichtigung der päpstlichen Kanzlei. I. Untersuchungen, Graz et Cologne, Institut für österreichische Geschichtsforschung, 1953.

8 R. PERNOUD, op. cit., p. 73.

9 A. VERHULST, « La laine indigène dans les anciens Pays-Bas entre le xiie et le xviie siècle. Mise en œuvre industrielle, production et commerce », Revue historique, 1972, vol. 247, notamment p. 301-317.

10 R. GRAND, R. DELATOUCHE, L’agriculture au Moyen Âge. De la fin de l’empire romain au xvie siècle, Paris, De Boccard, 1950, p. 490-500.

11 E. FOURNIAL, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, Presses du Palais Royal, 1967, p. 191-192.

12 Th. SCLAFERT, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge, Paris, SEVPEN, 1959.

13 M. BERTHE, Le comté de Bigorre, un milieu rural au bas Moyen Âge, Paris, SEVPEN, 1976, p. 100-101.

14 R.-H. BAUTIER, « Les mutations agricoles des xive et xve siècles et les progrès de l’élevage », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1967, t. I, p. 21-22. D’un point de vue général : G. DUBY, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1962, t. I, p. 241-243 et p. 246-251 ; J. HEERS, L’Occident aux xive et xve siècles. Aspects économiques et sociaux, 4e éd., Paris, PUF, 1973, p. 68-71, 86 et 119-121.

15 Ch. HIGOUNET, La grange de Vaulerent. Structure et exploitation d’un terroir cistercien de la plaine de France xiie-xve siècle, Paris, SEVPEN, 1965, p. 54 ; R. FOSSIER, « L’économie cistercienne dans les plaines du Nord-Ouest de l’Europe », L’économie cistercienne. Géographie - Mutations du Moyen Âge aux Temps modernes, Auch, Centre culturel de l’abbaye de Flaran, 1983, p. 70-71 ; B. BARRIERE, « L’économie cistercienne du Sud-Ouest de la France », ibid., p. 83 et 96 ; Ch. HIGOUNET, « Essai sur les granges cister ciennes », ibid., p. 175 ; M. PACAUT, Les moines blancs. Histoire de l’ordre de Cîteaux, Paris, Fayard, 1993, p. 275-276.

16 Ph. WOLFF, « Les bouchers de Toulouse du xiie au xve siècle », Annales du Midi, 1953, vol. 65, p. 375-393 ; E. PERROY, « Les Chambon, bouchers de Montbrison, circa 1220-1314 », Annales du Midi, 1955, vol. 67, p. 105-117 ; E. FOURNIAL, op. cit., p. 212-213 ; B. CHEVALIER, « Les boucheries, les bouchers et le commerce de la viande à Tours au xve siècle », Ph. CONTAMINE, Th. DUTOUR et B. SCHNERB (dir.), Commerce, finances et société (xie-xvie siècles). Recueil de travaux d’histoire médiévale offert à M. le Professeur Henri Dubois, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1993, p. 157-169, ici p. 165 ; J. LARTIGAUT, Les campagnes du Quercy après la guerre de cent ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1978, p. 392.

17 Ch. MAUREL, « Grands marchands et ‘petites et moyennes industries’ à Marseille au bas Moyen Âge (1350-1480) », Le marchand au Moyen Âge, Paris, Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 1992, p. 109-110.

18 A. LEGUAY, « Les métiers de l’artisanat dans les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles », P. LAMBRECHTS, J.-P. SOSSON (dir.), Les métiers au Moyen Âge. Aspects économiques et sociaux, Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales, 1994, p. 195 et 197.

19 J. STIENNON, G. HASENOHR, op. cit., p. 154 ; J. LEMAIRE, op. cit., p. 13-16.

20 Fr. GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du

ixe au xve siècle, Paris, Librairie des Sciences et des Arts, 1938, t. IV, p. 161 ; A. TOBLER, E. LOMMATZSCH, Altfranzösisches Wörterbuch, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1951, t. III, col. 2303.

21 A. VIDIER, « Notes et documents sur le personnel, les biens et l’administration de la

Sainte-Chapelle du xiiie au xve siècle », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, 1901, vol. 28, p. 317 et 320. À Lamballe, en Bretagne, on interdit l’emploi des peaux de bélier trop rugueuses (A. LEGUAY, op. cit., p. 200).

22 R. DE LESPINASSE, Fr. BONNARDOT (éd.), Les métiers et corporations de la ville de Paris. xiiie siècle. Le Livre des métiers d’Étienne Boileau, Paris, Imprimerie nationale, 1879, p. LXXX. Il n’y est question de parchemin qu’à propos de l’interdiction de son emploi dans la confection de coiffes et de chapeaux (p. LXXVII, 158, 207 et 363).

23 Taxation à Paris, en 1460, de Richart Le Camus, du Neubourg (Eure), prenant compagnie française pour rognures de parchemin à faire colle (J. FAVIER, Le trafic fluvial dans la région parisienne au xve siècle. I. Le registre des compagnies françaises (1449-1467), Paris, Imprimerie nationale, 1975, p. 187 et 279).

24 K. FIANU, « Les professionnels du livre à la fin du XIIIe siècle : l’enseignement des registres fiscaux parisiens », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1992, vol. 150, p. 185-222. L’ordonnance du roi Jean II, du 30 janvier 1351, sur la police générale et les métiers de la ville de Paris, tarife les prestations des marchands « en groz ou autres », des « regrateurs » et des ratureurs de parchemin (R. DE LESPINASSE, Les métiers et corporations de la ville de Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1886-1897, t. 1, p. 41).

25 K. FIANU, « Alphabétisation et définition du petit peuple à la fin du Moyen Âge. Le cas des libraires parisiens », P. BOGLIONI, R. DELORT, Cl. GAUVARD (dir.), Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 649-651. En vertu des lettres patentes de Louis XI, de juin 1467, les libraires, parcheminiers, écrivains et enlumineurs sont réunis en une même bannière (R DE LESPINASSE, op. cit., t. 1, p. 54).

26 A. LEGUAY, op. cit., p. 160-161, 165, 170, 173-174, 190 et 198.

27 Ch. OUIN-LACROIX, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe, 1850, p. 145.

28 A. THIERRY, Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers État. Première série. Chartes, coutumes, actes municipaux, statuts des corporations d’arts et métiers des villes et communes de France. Région du Nord, Paris, Firmin Didot, 1850-1856, vol. 2, p. 234-236. On ne relève par contre aucun parcheminier parmi les nouveaux bourgeois connus pour ce siècle (P. DESPORTES, « Nouveaux bourgeois et métiers à Amiens au xve siècle », Revue du Nord, 1982, vol. 64, p. 27-50).

29 Cl. BILLOT, Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, p. 225.

30 E. FOURNIAL, op. cit., p. 420, 665 et 676.

31 R. FAVREAU, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 1978, t. II, p. 386, 545 (n. 571) et 550.

32 A. GOURON, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Âge, Genève, Droz, 1958, p. 107 et 111-112.

33 Ibid., p. 386.

34 Ibid., p. 217, 276 et 307.

35 P. STABEL, « L’encadrement corporatif et la conjoncture économique dans les petites villes de la Flandre orientale : contraintes ou possibilités ? », P. LAMBRECHTS, J.-P. SOSSON (dir.), op. cit., p. 347. On ne peut retenir l’existence à Gand, en 1280, d’un métier des parcheminiers mentionnée par J. STIENNON, op. cit., p. 155. Le règlement corporatif concerne en fait les « permentiers van Sente Pieters dorpe », des artisans du secteur de l’habillement (A. VAN LOKEREN, Chartes et documents de l’abbaye de Saint Pierre au Mont Blandin à Gand depuis sa fondation jusqu’à sa suppression, avec une introduction historique, Gand, H. Hoste, 1868, p. 390-391, n° 894).

36 M.-Th. LORCIN, « Une bourgade artisanale des Monts du Lyonnais : Saint-Symphoriensur-Coise aux xive et xve siècles », Le Moyen Âge, 1973, vol. 79, p. 469-504, ici p. 481 et 498 ; id., Les campagnes de la région lyonnaise aux xive et xve siècles, Lyon, Bosc Frères, 1974, p. 438.

37 F. BOURQUELOT, Études sur les foires de Champagne, sur la nature, l’étendue et les règles du commerce qui s’y faisait aux xiie, xiiie et xive siècles, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de l’Institut impérial de France, 1865, t. 1, p. 305.

38 [art. 11] : « Parchemins, mireoz ne doivent ne entrée, ne issue » (Ch. LALORE, « Ce sont les Coutumes des foires de Champagne », Annuaire administratif, statistique et commercial du département de l’Aube pour 1888. Deuxième partie. Renseignements statistiques, historiques et administratifs, Troyes et Paris, p. 91).

39 E. CHAPIN, Les villes de foires de Champagne des origines au début du xive siècle, Paris, Champion, 1937, p. 88 et 323.

40 H. DUBOIS, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (vers 1280-vers 1430), Paris, Publications de la Sorbonne, 1976, p. 154. En 1329, on recense 4 loges de parcheminiers sur un total de 381 (Sv. ANDOLF, Les péages des foires de Chalon-sur-Saône, Göteborg, Elanders Boktryckeri Aktiebolag, 1971, p. 82).

41 A. LOMBARD-JOURDAN, « Les foires de l’abbaye de Saint-Denis. Revue des données et révision des opinions admises », Bibliothèque de l’École des chartes, 1987, vol. 145, p. 328 ; id., La Plaine Saint-Denis. Deux mille ans d’histoire, Paris, CNRS, 1994, p. 107-113.

42 A. VIDIER, op. cit., p. 316, n. 1 ; R. DE LESPINASSE, op. cit., t. III, p. 689 et 691. Arrêts du Parlement de 1472, 1479, 1488, 1489 et 1490 relatifs aux droits de l’université (R. DE LESPINASSE, op. cit., t. III, p. 691-692).

43 Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse », Annales du Midi, 1956, vol. 68, p. 285-302.

44 Ph. WOLFF, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954, p. 274-275.

45 J. SCHNEIDER, Recherches sur la vie économique de Metz au xve siècle. Le livre de comptes des merciers messins Jean Le Clerc et Jacquemin de Moyeuvre (1460-1461), Nancy, Société d’impressions typographiques, 1951, p. 63, 71 et 92.

46 M.-J. GASSE-GRANDJEAN, op. cit., p. 65.

47 E. FORESTIE (éd.), Les livres de comptes des frères Bonis, marchands montalbanais du xive siècle, Paris, Honoré Champion, et Auch, Léonce Cocharaux, 1890-1894, t. l, p. 24, 130, 185 et 222 ; t. II, p. 36 et 64 (cf. glossaire et table des matières).

48 À propos de ce document et de sa datation : R. VAN UYTVEN, « De datering van het Brugse ‘Livre des Mestiers’ », Archives et Bibliothèques de Belgique, 1977, vol. 48, p. 642-653 ; P. JEANNIN, « Der Livre des Métiers : das älteste vielsprachige Kaufmannslexikon », Kl. FRIEDLAND (dir.), Brügge – Colloquium des Hansischen Geschichtsvereins 26.-28. Mai 1988. Referate und Diskussionen, Cologne et Vienne, Böhlau, 1990, p. 121-130.

49 J. GESSLER (éd.), Le Livre des mestiers de Bruges et ses dérivés. Quatre anciens manuels de conversation, Bruges, Imprimerie Sainte-Catherine et Desclée-De Brouwer, 1931, fasc. 1, p. 34 et 47 ; J. PAVIOT, Bruges, 1300-1500, Paris, Autrement, 2002, p. 72.

50 J. FINOT, Étude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen Âge, Paris, Alphonse Picard et Fils, 1894, p. 47.

51 I. GUERIN, « Péages terrestres et fluviaux de la Sologne médiévale », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1960, t. I, p. 240 et 270.

52 Th. SCLAFERT, op. cit., p. 76.

53 A. VIDIER, op. cit., p. 316. En 1539, les salines de Salins, en Franche-Comté, commandent du parchemin à « Bruges en Berry », vraisemblablement Bourges (P. DELSALLE, Charles Quint et la Franche-Comté : portraits et lieux de mémoire, Besançon, Cêtre, 2008, p. 157).

54 Cl. BILLOT, op. cit., p. 225-226.

55 R. DE LESPINASSE, op. cit., t. III, p. 691-692.

56 O. MOREL, La grande chancellerie royale et l’expédition des lettres royaux de l’avènement de Philippe de Valois à la fin du xive siècle (1328-1400), Paris, A. Picard et Fils, 1900, p. 393-394, 485-486 et 512-514 ; A. VIDIER, op. cit., p. 315-322, 329 et 363-370.

57 B. DELMAIRE (éd.), Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304. Édition précédée d’une introduction à l’étude des institutions financières de l’Artois aux xiiie-xive siècles, Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 1977, p. 27 (n° 476), 31 (n° 529), 83 (n° 1365), 103 (n° 1779) et 139 (n° 2352).

58 L. DOUET-D’ARCQ (éd.), Comptes de l’argenterie des rois de France au xive siècle, Paris, Jules Renouard, 1851, p. 212, 221, 228, 247 et 259 (années 1359 et 1360).

59 L. DOUET-D’ARCQ (éd.), Comptes de l’hôtel des rois de France aux xive et xve siècles, Paris, Veuve Jules Renouard, 1865, p. 64, 67, 102-103, 150-151, 153-155, 157, 162, 233 et 303.

60 M. MOLLAT, R. FAVREAU R. FAWTIER (éd.), Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, Paris, Klincksieck, 1965-1976, 6 vol. ; voir l’Index rerum, t. VI, p. 131, sub verbo parchemin.

61 C. WYFFELS, J. DE SMET (éd.), De rekeningen van de stad Brugge (1280-1319). Eerste deel (1280-1302), Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 1965-1971, 2 vol. ; voir index sub verbis « parcamenum » et « frochinum ».

62 A. D’HAENENS (éd.), Comptes et documents de l’abbaye de Saint-Martin de Tournai sous l’administration des gardiens royaux (1312-1355), Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 1962, p. 208, 214, 286, 352, 354, 422 et 442.

63 J. DUMOULIN, « Les églises paroissiales de Tournai au xve siècle. Art et histoire », Les grands siècles de Tournai (xiie-xve siècles), Tournai, Cathédrale Notre-Dame, et Louvain-la- Neuve, Université catholique de Louvain, 1993, p. 274-275 ; J. DUMOULIN, J. PYCKE (éd.), « Comptes de la paroisse Sainte-Marguerite de Tournai au xve siècle. Documents inédits relatifs à Roger de la Pasture, Robert Campin et d’autres artisans tournaisiens », ibid., p. 301, n° 143 et 145.

64 L. FEBVRE, H.-J. MARTIN, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958 (rééd. 1999), p. 43 ; J. STIENNON, op. cit., p. 157.

65 R. FAVREAU, op. cit., t. II, p. 386.

66 J. FAVIER, Les contribuables parisiens à la fin de la Guerre de Cent Ans. Les rôles d’impôt de 1421, 1423 et 1438, Genève, Droz, 1970, p. 261, n° 436. Aucun parcheminier n’est mentionné comme tel dans les rôles d’impôt de 1421 et 1438.

67 Ph. RENOUARD, Documents sur les imprimeurs, libraires, cartiers, graveurs, fondeurs de lettres, relieurs, doreurs de livres, faiseurs de fermoirs, enlumineurs, parcheminiers et papetiers ayant exercé à Paris de 1450 à 1600, Paris, Champion, 1901 (réimpression Genève, Slatkine Reprints, 1969), p. 318 (index). À noter aussi la mention de deux parcheminiers de Rouen en 1564 et 1580 (p. 232 et 285) et d’un d’Étampes en 1547 (p. 288).

68 Trois décennies plus tard, au cours de cinq mois de 1544, deux charges de parchemin y sont taxées au passage de la porte Saint-Just (R. GASCON, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520 - environs de 1580), Paris et La Haye, Mouton, 1971, t. I, p. 107, et t. II, p. 904).

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Atelier de parcheminier (Encyclopédie de Diderot et d’Alembert)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

Auteur

Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540