Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Introduction

Des historiens, des manuscrits… mais aussi des conservateurs du patrimoine et des ingénieurs

Fabienne Henryot

Texte intégral

1Au temps de la prolifération de l’imprimé et de l’écrit immatériel, le manuscrit ne cesse plus de fasciner, par la patience que sa fabrication requiert, par le miracle de sa conservation, par la compétence (linguistique, paléographique, etc.) qu’il exige de l’historien. Les grands projets qui visent actuellement à mettre à la disposition du plus grand nombre les plus fameux corpus manuscrits de la planète, ne seront sans doute jamais exploitables que par une minorité de chercheurs. Mais qu’importe, tout le monde peut ou pourra, dans les années à venir, scruter depuis son fauteuil les fragments de Qumrân1 ou les vestiges des bibliothèques du Sahara2, ainsi qu’une foule d’autres textes quasi mythiques qui frappent l’imagination, même sans lire un mot d’araméen, d’hébreu ou d’arabe. On pourra s’émerveiller à son aise devant les précieuses collections des princes d’Europe à la fin du Moyen Âge, grâce au corpus Europeana Regia qui, à l’échelle de l’Europe occidentale, vise à rassembler les pièces dispersées des rois de France, d’Espagne et de Naples3 – même si, par certains aspects, le corpus déterminé pour cette opération emblématique et profondément identitaire, pour les pays concernés, est discutable et très incomplet. Même les projets menés à l’échelle d’un pays participent parfois de la fabrique d’une identité collective. Ainsi, le remarquable portail e-codices helvétique4 n’obéit pas à une logique strictement historique, mais semble poursuivre le but non avoué de donner une cohérence culturelle au territoire suisse, en rassemblant sur le même portail l’ensemble des manuscrits médiévaux conservés dans les bibliothèques des différents cantons, et en favorisant la coopération entre institutions.

2Le manuscrit exerce donc une véritable séduction sur tout un chacun, sur le bibliothécaire et l’archiviste, sur l’historien et le philologue. Il n’est qu’à voir la cartographie des projets, aboutis ou en cours, réalisée par le ministère de la Culture en

3France pour dresser un état des lieux de la numérisation du patrimoine5. Sur les 2801 projets recensés, 384 concernent des fonds manuscrits (distingués ici des archives qui, elles, ont fait l’objet de 272 opérations). À dire vrai, les contenus de ces « fonds manuscrits » sont très hétérogènes et leurs contours, très imprécis : on y trouve, pêle-mêle, les registres de l’Amirauté de La Rochelle pour l’époque moderne (Archives départementales de Charente-Maritime), les manuscrits scientifiques de Louis Ampère (CNRS), des antiphonaires médiévaux (Bibliothèque municipale de Montauban), les archives de l’Outre-Mer sur la Nouvelle-France... On reste rêveur aussi devant des glissements inexplicables de corpus : les Bibliothèques virtuelles humanistes élaborées par l’université de Tours, entreprise de numérisation de livres du xvie siècle, sont mentionnées, justement, au « rayon » des manuscrits dans ce Catalogue des collections numérisées. Preuve, s’il en fallait encore une, que la numérisation à tout crin ne favorise pas une perception bien claire de l’immense offre documentaire ainsi générée.

4Au-delà des illusions et des fantasmes auxquels il donne lieu, le manuscrit connaît aujourd’hui de nouvelles perspectives, offertes par l’utilisation de technologies émergentes et de nouvelles approches épistémologiques. Érudition et conservation profitent toutes deux de ces avancées.

Définir le manuscrit

  • 6 P. DELSALLE, « L’archivistique sous l’Ancien Régime, le Trésor, l’Arsenal, et l’Histoire », Histoi (...)
  • 7 Regula S. P. Benedicti et constitutiones congregationis sancti Mauri, Paris, Desprez, 1770, p. 223 (...)

5Le manuscrit est une réalité polymorphe et institutionnellement mouvante. Qu’est-ce qui le différencie de l’archive ? Pourquoi y-a-t-il eu, dès le Moyen Âge, la coexistence de deux institutions pour conserver les « papiers » ? Pourquoi range-t-on une copie des sermons de saint Augustin à la bibliothèque et des registres de comptes aux archives ? Un détour par les usages en vigueur à l’époque moderne trouble encore le tableau6. En 1770, dans leurs constitutions refondues à la suite des prescriptions édictées par la Commission des Réguliers, les bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur fournissent, comme il est d’usage, des recommandations pour l’office du « gardien des archives » et, à la suite, pour le « préfet de la bibliothèque »7. Les deux ont en commun une responsabilité de conservation – l’archiviste doit s’assurer que son local résisterait à l’épreuve de l’eau et du feu –, de catalogage rigoureux et de surveillance. Nul ne doit pénétrer sans permission dans la bibliothèque comme dans les archives et la consultation des livres comme des liasses est soumise à l’autorisation des supérieurs. Enfin, ces deux officines doivent être hermétiquement fermées à clef. La seule différence tient dans la nature des documents conservés : au premier, les « chartes authentiques, les documents originaux » ; au second, les livres imprimés bien sûr, et les « cahiers manuscrits » qui nécessitent un traitement particulier. Les choses semblent assez schématiques chez ces bénédictins, par ailleurs familiers de ces documents dont ils se sont faits, en historiens, une spécialité. Le vocabulaire même est signifiant : aux archives, l’authentica, l’originalia, l’autographa ; à la bibliothèque, des copies, remarquables ou fautives, ou des textes plus contemporains qui n’ont pas eu l’heur de trouver un éditeur.

  • 8 Regula et constitutiones fratrum poenitentium tertii ordinis sancti Francisci congregationis galli (...)

6Au même moment, les tertiaires réguliers de saint François refondent aussi leurs statuts et, si la question du manuscrit les préoccupe peu (ce n’est pas un ordre ancien, donc sans patrimoine hérité), ils consacrent un chapitre aux archives. Celles-ci se définissent moins par leur réalité documentaire que par leur fonction. Sont ainsi distinguées archives générales, au couvent de Nazareth à Paris, et archives locales que renferme chaque couvent. Dans la liste des documents à conserver dans ces dépôts, on trouve des pièces qui relèvent traditionnellement de la bibliothèque, notamment les chroniques manuscrites de l’ordre8.

  • 9 N.-T. LE PRINCE, Essai historique sur la Bibliothèque du Roi et sur chacun des dépôts qui la compo (...)

7Dans les années suivantes, Nicolas-Thomas Le Prince offre au public une notice historique de la Bibliothèque du Roi, institution qui s’est imposée dans le paysage culturel et savant de l’Europe moderne. Il consacre de longues pages aux quelques 25 000 manuscrits qu’elle renferme9. La logique privilégiée est celle du fonds, qui garde la mémoire de l’ancien possesseur et permet, pour chaque ensemble, d’en reconstituer la généalogie et la circulation. Au fil de la description d’une vingtaine de ces fonds, il énumère, sans logique apparente, des épîtres de saint Paul en grec et en latin du viie siècle (fonds Dupuy), des correspondances politiques contemporaines (fonds Béthune), 80 volumes de titres originaux avec leurs sceaux concernant les évêchés et abbayes de France (fonds Gaignières), des cartulaires (fonds Dufourny), les exceptionnels manuscrits orientaux et grecs du fonds Colbert, des romans de chevalerie médiévaux (fonds du Roi)... Les collections de la Bibliothèque du Roi apparaissent hétéroclites, mélangeant pièces d’archives et textes littéraires ou historiques écrits ou copiés à la main, ainsi que les originaux autographes d’ouvrages contemporains ensuite mis sous la presse, tels les manuscrits de la monumentale Histoire de France de Mézeray.

8L’étymologie ne nous aide pas davantage à percevoir la spécificité du « manuscrit » comme objet culturel, dans un monde où la communication « à la main » a été longtemps le seul mode d’échange, et est restée très importante après la diffusion de

  • 10 F. MOUREAU (dir.), De bonne main. La communication manuscrite au xviiie siècle, Paris, Universitas (...)
  • 11 Définitions fournies par le Trésor de la Langue française [En ligne] : http://atilf.atilf.fr/

9l’imprimerie10. Au Moyen Âge, en effet, si le manuscriptus est bien un cahier écrit à la main pour la transmission d’une œuvre, le terme manuscriptum (substantif neutre) s’emploie aussi, et exclusivement, pour désigner les chartes et autres actes dont la signature fait foi11. Les archives fondent le droit et la mémoire d’une institution publique ou privée ; les bibliothèques en conservent les biens culturels et ces derniers peuvent, au terme de tribulations, passer d’un statut à un autre. Ce qui est plus décisif, c’est l’avènement de l’imprimerie au milieu du xve siècle, qui pose autrement la question du manuscrit, en créant une rupture matérielle, économique, patrimoniale, intellectuelle. L’imprimé relègue progressivement le manuscrit au rang d’antiquité respectable, en imposant, plus que la reproductibilité à l’infini, d’autres mises en pages et d’autres repères de lecture ; il rehausse aussi la rareté du manuscrit qui devient un objet à protéger.

Le manuscrit, l’historien et l’archiviste dans l’histoire

  • 12 A. POIROT, « Les archives dans les bibliothèques. Logiques de service ou accidents de parcours ? » (...)
  • 13 J.-L. QUANTIN, « Document, histoire, critique dans l’érudition ecclésiastique des temps modernes » (...)
  • 14 J. MABILLON, Librorum de re diplomatica supplementum, Paris, Robustel, 1704, p. 3. Voir aussi les (...)

10Toutes les confusions sont possibles entre deux univers documentaires dotés d’institutions spécifiques. Aujourd’hui encore, le catalogue informatisé des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a été dénommé « BnF archives & manuscrits » et les professionnels du patrimoine écrit connaissent quotidiennement les problèmes de gestion posés par la convergence de ces deux types de documents, problèmes de gestion et de signalement notamment12. Du reste, cette confusion terminologique reflète bien les pratiques anciennes. Pour l’historien des temps modernes, la distinction entre archives et bibliothèques n’a pas lieu d’être. Un ensemble de documents anciens, manuscrits – authentiques, originaux et autographes pour reprendre le vocabulaire des mauristes – fait face à un autre massif, celui des « autheurs », le plus souvent imprimés, historiens précédents à l’égard desquels une certaine méfiance est de mise. Pour autant, le retour aux sources impose qu’on leur applique les règles de la « critique ». Celle-ci est une posture, plus qu’une discipline ou une science auxiliaire de l’histoire et peine, à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, à définir ses propres règles. La critique consiste en un travail de discernement sur les sources, de nature à la fois philologique (pour éprouver l’authenticité du document et les modalités de sa rédaction) et historique13. Elle repose sur la comparaison des documents entre eux, sur leur mise en contexte et, revendique le bénédictin Jean Mabillon, père de la diplomatique à la fin du xviie siècle, sur l’expérience de l’historien familiarisé à ces manuscrits14.

  • 15 Honoré de sainte Marie, Réflexions sur les règles et usages de la critique touchant l’histoire de (...)
  • 16 R. SIMON, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, depuis le commencem (...)

11Le carme déchaussé Honoré de sainte Marie, tentant au début du xviiie siècle de théoriser la critique, s’intéresse au « témoignage tiré des manuscrits »15. Ceux-ci donnent accès à la vérité historique, pour peu qu’on en sonde avec honnêteté la crédibilité. « Les critiques ont souvent recours aux originaux, pour redresser les imprimez & eclaircir plusieurs choses », écrit-il. Ce travail permet d’écarter les apocryphes tenus longtemps pour authentiques, de vérifier l’existence des passages systématiquement cités par les « autheurs » (pour s’apercevoir, parfois, que ces passages n’existent pas) ; de collationner les textes et confronter les versions et variantes. Le carme observe toutefois avec une certaine ironie que l’application des « règles de la critique » est nécessairement contradictoire : les silences d’un manuscrit pourront être interprétés tantôt comme l’inexistence d’un fait, tantôt comme ne prouvant rien du tout. L’ancienneté non plus n’est pas toujours une garantie de vérité historique. Les arguments d’Honoré de sainte Marie sont puissants : comme il le fait remarquer, en étant trop aveuglément critique, que restera-t-il des Écritures, dont on sait depuis le temps de l’humanisme, que les versions les plus anciennes diffèrent sur des passages entiers, parfois escamotés, ou apparaissant dans le désordre ? Et que faire d’une foule d’apocryphes, sur le critère de l’antiquité des textes ? L’écriture de l’histoire fait ainsi naître une grande perplexité au début du xviiie siècle. Richard Simon, en 1693, fait ainsi sagement observer que les manuscrits ont connu différentes altérations et retouches qui en compromettent l’authenticité, et que le fait de disposer de plusieurs manuscrits rapportant le même propos, ne signifie pas que le propos soit véritable, mais peut-être simplement que les copistes ont puisé à la même source, et aux mêmes erreurs16.

  • 17 Sur cette mutation, voir nos analyses, à l’échelle de la Lorraine, dans F. HENRYOT, Livres, biblio (...)
  • 18 J. BOUTIER (dir.), Étienne Baluze (1630-1718). Érudition et pouvoirs dans l’Europe classique, Limo (...)

12Toutefois, cette envahissante critique, malgré ses travers et les réserves qu’elle suscite dans le monde savant, consacre définitivement la supériorité de l’archive et des faits bruts offerts à l’interprétation de l’historien, sur les analyses conditionnées par les avantages que l’historiographe, souvent partial, pouvait retirer de sa démonstration17. Nécrologes, cartulaires, registres de trésors princiers ou cathédraux, manuscrits hagiographiques ou historiques anciens, nécessairement uniques, imposent au chercheur une enquête patiente, des dépouillements sur les lieux mêmes de la conservation, à moins de pouvoir compter sur de serviables rabatteurs, souvent bibliothécaires, qui copient, pour d’autres, les chartes ou manuscrits des fonds dont ils ont la garde. C’est le cas, par exemple, d’Étienne Baluze (1630-1718), juriste et philologue, bibliothécaire de Colbert et éditeur de textes patristiques et historiques anciens. Ses stratégies documentaires reposent sur deux principes : le prêt de manuscrits, négocié à force de persuasion auprès de confrères dans différentes institutions, monastiques ou privées ; d’autre part, un important réseau de correspondants issus de toute l’élite intellectuelle européenne. Par ces lettres, il réclame parfois une information bibliographique ou érudite, voire la copie d’un manuscrit18.

  • 19 A. CALMET, Histoire de Lorraine qui comprend ce qui s’est passé de plus mémorable dans l’archevêch (...)
  • 20 Ph. MARTIN, « La mémoire de René II, vers 1550-vers 1740 », H. Say et H. Schneider (dir.), Le duc (...)

13À leur tour, nombre d’historiens de la fin du xviie puis du xviiie siècle ont à cœur de rendre accessibles ces manuscrits et ces archives, par l’édition, critique et définitive, de ceux-ci, en d’interminables « pièces justificatives » de leurs ouvrages. L’historien de la Lorraine Augustin Calmet, dans son Histoire de Lorraine, produit ainsi pour le seul tome 119 (d’une fresque qui en compte 7), seize documents anciens transcrits et commentés pour les dix premiers siècles de l’histoire de la Lorraine. Ces pièces sont de nature variée : chroniques anciennes, généalogies, récits de fondations d’abbayes, chartes, privilèges, épitaphiers… La provenance de ces documents suggère bien l’opiniâtreté de l’historien amené à explorer des fonds très divers : archives et bibliothèques d’abbayes, trésors de cathédrales, collections publiques. Il tient à prouver sa rigueur lorsqu’il explique, en tête de son édition critique de la Gesta trevirorum, que certes, Luc d’Achery l’a déjà publiée au t. XII de son Spicilegium en 1677, puis Leibniz en 1700 dans son Codicis juris gentium diplomatici, mais le bénédictin s’est fondé sur un manuscrit conservé à l’abbaye Saint- Corneille de Compiègne qui couvre une période moins importante ; la confrontation de ce texte avec le manuscrit de la bibliothèque de l’abbaye Saint-Matthias de Trêves montre que ce dernier est plus ancien et plus complet. Ces documents, ainsi mis au jour et rendus publics, suscitent de nouvelles curiosités et d’ardents débats. C’est ainsi que les historiens lorrains du début du xviiie siècle, à la suite de dom Calmet, « redécouvrent » les premiers temps de l’État lorrain moderne, avec des figures comme René II, Philippe de Gueldre ou Antoine, d’autant plus intéressantes que ce même État ducal, dans les années 1730, est en train de sombrer, absorbé progressivement par la France20. Dom Calmet incarne assez justement quatre aspects essentiels du rapport de l’historien au manuscrit : la critique matérielle et textuelle des documents soumis à sa perspicacité ; la constitution du corpus de sources sur lequel fonder sa recherche ; l’édition critique des documents manuscrits ; enfin, la composition de bibliographies savantes qui repèrent et signalent ces documents uniques. Cette quadruple démarche doit, encore aujourd’hui, fonder notre travail.

Le manuscrit et son élaboration

  • 21 Voir la contribution de Jean-Marie Yante.
  • 22 Voir, sur le cas des chartreux, la contribution d’Anne-Sophie Dominé.
  • 23 Voir la contribution de Nicolas Ruffini-Ronzani.
  • 24 Voir la contribution d’Anne Motta.
  • 25 Ph. MARTIN, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003.
  • 26 Voir la contribution d’Alain Cullière.
  • 27 Voir la contribution de Fabienne Henryot.

14Le manuscrit connaît un processus de fabrication, depuis la formalisation intellectuelle de la pensée de l’auteur jusqu’à sa mise par écrit, puis, pour un « canon » de textes célèbres, la copie, de génération en génération. Celle-ci devient parfois, par l’ajout de gloses ou l’omission de certains passages, une opération de réécriture. Il invite ainsi à se pencher sur les conditions matérielles de l’écriture et de la copie, en particulier l’approvisionnement en matières premières21, sur la règlementation qui entoure la conservation de cet objet au temps où il est l’unique support de la transmission22, sur la progressive formalisation et fonction symbolique des registres qui matérialisent le pouvoir d’une entité – communale, épiscopale, abbatiale par exemple23. Lorsque l’imprimé conquiert l’espace public, il ne fait pas véritablement concurrence au manuscrit, qui garde d’autres raisons d’être. Plusieurs types de manuscrits coexistent à l’époque moderne. Citons-en seulement cinq. Le manuscrit d’écrivain, d’abord, présente l’état provisoire d’une pensée et d’un projet intellectuel que l’imprimerie figera24. Le manuscrit cadeau, ensuite, est l’offrande d’un objet unique et personnalisé à un puissant, comme fit Alphonse de Rambervillers, poète lorrain, en offrant à Henri IV en mars 1600 le manuscrit de ses Dévots élancemens du poete chrestien. Aux temps modernes, la copie manuscrite de textes imprimés, spirituels et dévotionnels en particulier, pour fabriquer des textes personnalisés par la mise en page et la graphie, prouve encore la spécificité du texte manuscrit pour le processus d’appropriation des textes25. En troisième lieu, le manuscrit garde encore, dans une certaine mesure, la fonction de transmettre des textes qui, sans copies, pourraient disparaître ; ces copies, associées dans des recueils de « mélanges », construisent un moment de l’histoire littéraire26. Quatrièmement, une part des fonds manuscrits, par leur caractère unique, par la personnalité de l’auteur ou du copiste, par l’usage, surtout, qui en est fait, prend au fil du temps une valeur patrimoniale et identitaire aux yeux des institutions qui les conservent27.

  • 28 Voir la contribution de Philippe Martin.
  • 29 Voir la très belle étude d’A. BEROUJON, Les écrits à Lyon au xviie siècle : espaces, échanges, ide (...)
  • 30 Mme de SEVIGNÉ, Correspondance, Paris, Gallimard, 1986, t. 2, p. 696.
  • 31 Interrogation de la base FRANTEXT sur le critère « écritoire » + « chambre » dans un corpus de tex (...)
  • 32 J.-J. ROUSSEAU, Confessions, Londres, 1780, p. 368-369.

15Enfin, dans la mesure où tout texte n’est pas destiné à la publication, mais peut s’élaborer dans l’intimité, pour soi-même, pour garder la trace de réflexions fugitives et la mémoire des menus faits du quotidien, le manuscrit devient – et est toujours – le support des confidences de l’individu, aristocrate ou simple bourgeois, homme ou femme, laïc ou clerc28. Ces pratiques d’écritures sont facilitées par la familiarisation grandissante des individus alphabétisés avec l’écriture à titre professionnel : dans les domaines du droit, de l’économie, de la diplomatie, de la théologie par exemple, l’écriture est requise en permanence29 et le geste de prendre la plume pour se confier au papier tend à devenir un geste élémentaire. La littérature confirme cette évolution : l’écriture intime et la correspondance entre ami(e)s est un poncif de la fiction du xviiie siècle, dans le cadre du boudoir, du salon privé, de la chambre, désormais équipée d’un secrétaire ou au moins d’une écritoire. En 1679, déjà, Mme de Sévigné écrit à sa fille : « Mais je vous vois peu attentive à votre personne, dormant peu, mangeant peu, et cette écritoire toujours ouverte. Ma fille, si vous m’aimez, donnez-moi quelque repos en prenant soin de vous »30. Les héroïnes du xviiie siècle, Marianne, Clarisse Harlowe, Miss Jenny et tant d’autres, en usent à longueur de romans31. Rousseau, dans ses confessions, rapporte en ces termes son installation sur un bateau : « je procédai à l’ameublement de la chambre que je m’étais choisie. Je me fis un bon matelas de mes vestes et de mes chemises, des draps de plusieurs serviettes que je cousis, une couverture de ma robe de chambre, un oreiller de mon manteau roulé. Je me fis un siège d’une malle posée à plat, et une table de l’autre posée de champ. Je tirai du papier, une écritoire, j’arrangeai en manière de bibliothèque une douzaine de livres que j’avais. Bref, je m’accommodai si bien, qu’à l’exception des rideaux et des fenêtres, j’étais presque aussi commodément à ce lazaret absolument nu qu’à mon jeu de paume de la rue Verdelet »32. L’écriture personnelle est alors devenue un geste banal.

Le corpus et ses limites

  • 33 S. COMBE, « Archives et bibliothèques, un nouveau défi. L’exemple de la BDIC », Bulletin des bibli (...)
  • 34 [En ligne] : http://http://www.bib-port-royal.com
  • 35 Voir la contribution de Françoise Hiraux et de Françoise Mirguet.
  • 36 Voir la contribution de Jean El Gammal.

16Les investigations de dom Calmet dans les chartes et les manuscrits témoignent, en second lieu, du problème de la réunion des sources nécessaires à tout projet d’investigation historique. Le corpus est-il le résultat d’une logique institutionnelle à laquelle l’historien doit se plier, sous peine, en butinant dans un vaste ensemble documentaire, de perdre la notion du tout ? Il convient de garder à l’esprit les modalités de constitution des grands massifs documentaires dans lesquels on pioche, au gré des curiosités. La Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, à Nanterre, en fournit un exemple éclairant. Cette institution, conçue dès le lendemain de la Première Guerre mondiale pour collecter activement tout document, écrit, iconographique ou autre, témoignant de la diplomatie et des conflits contemporains, est dépositaire d’innombrables fonds cédés par des individus, des associations ou des institutions. Les manuscrits y tiennent une place importante : carnets personnels de soldats ou de résistants, lettres et documents personnels de déportés, archives de militants de toutes obédiences… Les motifs des dons, la personnalité des donateurs, leur contexte historique changeant depuis les années 1920 sont des éléments indispensables à la bonne compréhension de la réunion de ces fonds hétéroclites mais extrêmement riches33. Les tribulations des fonds rappellent aussi la part de hasard dans la conservation des documents, surtout pour les mouvements religieux ou politiques marginaux et frappés d’interdits. La Bibliothèque de Port-Royal, à Paris, réunit ainsi une série de fonds sur le jansénisme, rassemblés dès le xviiie siècle dans le secret des familles restées fidèles à cette doctrine condamnée par l’Église, par le jeu de copies d’archives et de manuscrits diffusées ensuite dans le réseau janséniste34. Au fur et à mesure des legs, les documents ont fait l’objet de plusieurs réorganisations, par la confection de recueils reliés, qui ont pu modifier la portée de ces documents. La conservation produit ainsi du sens historique et l’historien ne doit pas en être dupe. Le fonds donne une cohérence aux documents qui s’éclairent les uns les autres et se mettent en perspective35. La logique de conservation privilégiée par les archivistes, notamment pour les fonds privés déposés dans les archives publiques, confère une véritable cohérence aux documents de chaque fonds, liés entre eux par un possesseur unique, comme on peut le voir dans le cas des documents privés des hommes politiques du xxe siècle, consultables aux Archives nationales notamment36.

  • 37 Voir la contribution d’Élisabeth Arnoul, Raphaëlle Renard-Foultier et François-Joseph Ruggiu.
  • 38 Voir la contribution d’Aurélie Prévost.
  • 39 Voir la contribution de Monique Peyrafort-Huin et d’Anne-Marie Turcan-Verkerk.

17À moins que l’historien ne crée un objet de recherche qui relève d’une construction intellectuelle sans rapport avec une réalité ancienne. Les « écrits du for privé » n’existent pas en tant que tels avant l’avènement, dans les années 1980, de courants de recherche historiques et littéraires sur l’intimité et l’individu. À l’historien, alors, d’inventer des sources, de créer des typologies sur des critères aussi objectifs que possibles, et discriminants pour que son corpus ait une délimitation bien nette37. Ces corpus sont alors de remarquables outils de travail, appelant des analyses variées, sur des thèmes transversaux par exemple38. Les sources sur lesquelles se fonde le projet des Bibliothèques médiévales de France ne correspondent pas non plus à la définition canonique de l’inventaire de livre tel qu’on en dressait au Moyen Âge ; les documents sollicités sont très hétéroclites, testaments, catalogues, mentions d’achats ou d’échanges, voire sources postérieures à la période que cette ambitieuse enquête souhaite éclairer. Mais cette hétérogénéité est la condition de la réussite du projet, qui entend reconstituer une géographie et une sociologie de la possession de livres au Moyen Âge39.

Du manuscrit à l’édition critique

  • 40 Voir la contribution de Jean-Noël Grandhomme.
  • 41 Voir la contribution de Morgane Belin.
  • 42 [En ligne] : http://www.tei-c.org : on y trouve notamment des guides de travail.
  • 43 Voir par exemple le projet de thèse de M. BISSON à l’université de Caen : « L’édition numérique st (...)
  • 44 Voir entre autres, le travail réalisé sur les dossiers documentaires de Flaubert pour la seconde p (...)
  • 45 On trouvera une introduction commode à cette discipline dans M. SEGAERT (dir.), Manuscrits littéra (...)
  • 46 Voir par exemple le travail de l’université Grenoble-III et de la MSH des Alpes sur les manuscrits (...)
  • 47 A. CRASSON (dir.), L’édition du manuscrit. De l’archive de création au scriptorium électronique, L (...)
  • 48 Sur ce corpus considérable (250 titres identifiés), voir M. BENITEZ, La Face cachée des Lumières, (...)
  • 49 D.-O. HUREL (dir.), Érudition et commerce épistolaire. Jean Mabillon et la tradition monastique, P (...)
  • 50 C’est ce qu’a réalisé la base Electronic Enlightenment éditée par Oxford UP.
  • 51 Voir la communication d’Yves Krumenacker.
  • 52 Voir les contributions d’Yves Moreau, de Laurent Rollet et de Philippe Nabonnand.

18En troisième lieu, l’étude des manuscrits a souvent débouché, depuis le xvie siècle, sur leur édition critique, une fois identifié le texte, son auteur, les circonstances de son élaboration et, éventuellement, la copie la plus satisfaisante. L’édition critique des inédits des grandes figures des lettres et de l’histoire, nationales ou locales, ou des parfaits inconnus qui incarnent un terroir ou témoignent d’un événement, est devenue monnaie courante au xixe siècle. Sans avoir jamais réellement faibli, elle connaît un regain avec l’intérêt nouveau porté au regard des petites gens sur leur existence et sur la « grande » histoire. Les carnets de Poilus, à ce titre, ressurgissant en masse du fond des coffres et des armoires des particuliers à chaque commémoration décennale de la Première Guerre mondiale, sont particulièrement prisés, et des historiens, et du public. Une distinction s’impose toutefois entre carnets tenus au jour le jour par les combattants, souvenirs écrits au lendemain du conflit et souvenirs tardifs des derniers survivants des tranchées40. Les sources institutionnelles ne sont toutefois pas négligées, comme en témoignent des collections éditoriales telles les « Documents inédits sur l’histoire de France » du CTHS, « Documents et Témoignages » au Septentrion, ou tant d’autres. Le Livre des serments de la cathédrale de Tournai est un exemple de ces sources institutionnelles dont l’édition critique est l’occasion d’un examen approfondi des conditions d’écriture de ce registre et de l’univers social dont il témoigne41. Ces entreprises connaissent aujourd’hui un tournant. Les historiens ont pris conscience des avantages offerts par les outils numériques dans le domaine de l’édition savante : comparaison des différents états d’un texte, recherches lexicologiques ou des formes syntaxiques, étude des brouillons, mise en place de liens internes et externes... Au final, l’outil de travail présente une souplesse d’utilisation que n’a pas l’édition traditionnelle sur papier. L’encodage selon les recommandations de la TEI (Text Encoding Initiative)42 permet de distinguer différents éléments constitutifs du texte en les hiérarchisant : chapitres, sections, sous-sections, titres, paragraphes, réclames, commentaires, etc. Les questions qui taraudent traditionnellement le chercheur, hésitant par exemple entre le respect de la langue, des abréviations et de la ponctuation originale et une adaptation en français moderne, cessent de se poser puisqu’il est possible de mettre en parallèle plusieurs formes du texte : l’image numérisée, la transcription fidèle et l’adaptation43. Il est enfin possible de réaliser des analyses automatisées de contenu, qui confirment ou infirment les intuitions des chercheurs, sur les sources par exemple44, ou le vocabulaire et la structure des textes, afin de les comparer avec des textes similaires et d’identifier des pratiques d’écriture à une époque donnée. La génétique des textes, pratiquée depuis plus de trente ans par les littéraires45, qui ont eux-mêmes effectué divers emprunts conceptuels et méthodologiques aux médiévistes et codicologues, a montré tous les bénéfices que l’on peut retirer d’une étude des brouillons, ratures et corrections d’épreuves apportées par l’auteur à son texte. L’utilisation des outils électroniques confère une incontestable valeur ajoutée à ces recherches, et a aussi le mérite de les rendre davantage visibles, grâce à la Toile46. La technologie hypertextuelle permet de restituer de manière dynamique, à l’échelle de la phrase, du paragraphe ou du chapitre, la manière dont le texte s’est progressivement constitué. D’innombrables tentatives ont été effectuées, à l’aide d’applications informatiques extrêmement inventives47. Ces outils cumulent les étapes de l’inventaire des données et de leur édition, ce qui permet à l’historien d’enrichir la description de données supplémentaires, utiles à sa recherche : caractérisation de différents éléments (personnes, lieux, actions), typologie documentaire... Normalisées, ces données se prêtent ensuite à diverses manipulations, représentations cartographiques, mise en place d’une sociologie des scripteurs ou des personnes citées. Les corpus de correspondances, particulièrement, autorisent de semblables analyses. C’est l’objet du projet La Communication manuscrite en Europe à l’époque moderne, dirigé par Anthony McKenna, visant à montrer la place de la correspondance dans la mise en place de la République des Lettres. L’entreprise est vaste et associe des corpus hétérogènes, telles les correspondances des réfugiés huguenots, celles des milieux franc-maçons, les manuscrits philosophiques et clandestins48, les correspondances des réguliers49 et des penseurs des Lumières50. A minima, ce projet doit déboucher sur des inventaires critiques des pièces constituant chaque corpus. Ces inventaires permettront la « représentation des convergences des nœuds des réseaux des correspondances ». Autant que possible, ces pièces feront ensuite l’objet d’une édition papier et / ou électronique. À une échelle plus restreinte, mais aussi plus réaliste, ces mêmes préoccupations sont au cœur de travaux comme l’édition critique des actes des synodes des Églises réformées françaises du xviie siècle51 ; ou l’étude de correspondances savantes comme celle de Jacob Spon52.

Le signalement

  • 53 « Ces collections […] ne lui ont guéres coûté que la peine de les ramasser & de les mettre en corp (...)

19Parce que les manuscrits sont nécessairement uniques, la question de leur repérage et de leur signalement se pose de manière cruciale. Dès le xviie siècle, des catalogues, de qualité inégale, ont été dressés pour recenser les manuscrits. Ce fut, par exemple, l’entreprise du chanoine flamand Antoine Sandérus qui publia en 1641 le premier volume de sa Bibliotheca belgica manuscripta, accompagné d’un second en 1643 ; il s’agissait d’un inventaire des manuscrits des bibliothèques des Pays-Bas, qui rendit de grands services à de nombreux érudits en faisant connaître les richesses des collections de Flandre, du Hainaut, du Brabant et du Pays de Liège. Cet ouvrage n’est pas exempt d’une intention de défense d’une certaine identité culturelle, de même que certaines entreprises nationales telles le Catalogi librorum manuscriptorum Angliae et Hiberniae in unum collecti cum indice alphabetico d’Edward Bernard (Oxford, 1697). Au milieu du xviie siècle, le jésuite français Philippe Labbé avait fait à son tour paraître une Nova bibliotheca manuscriptorum librorum (1653) détaillant plusieurs centaines de ces manuscrits repérés dans les collections royales, épiscopales, monastiques et privées. L’ouvrage fut diversement apprécié ; au xviiie siècle surtout, tandis que la codicologie naissante s’était dotée d’un outillage méthodologique, on reprocha à Labbé de s’être borné à compiler des titres sans décrire réellement les documents53. Il est vrai aussi qu’à partir de 1739, l’enquête de Labbé s’était trouvée concurrencée par un travail plus solide et plus complet, celui de dom Bernard de Montfaucon, indéniable spécialiste de ces supports par son excellente pratique du grec. Il collationna les catalogues, établissant des concordances entre eux pour aider les érudits et en édita les listes dans sa Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova.

  • 54 Le CGM est hébergé par le Catalogue collectif de France : [En ligne] : http://ccfr.bnf.fr
  • 55 Encoded Type Definition, cette DTD conçue pour les archives présente de multiples atouts : hiérarc (...)
  • 56 F. PALLUAUT, « Le catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : informa (...)

20Pour chacun de ces bibliographes, l’objectif était de défier le caractère statique de la conservation, obligatoirement associée à un possesseur donc à un lieu topographique. À l’heure actuelle, les catalogues collectifs poursuivent le même objectif. Le Catalogue général des Manuscrits des Bibliothèques publiques, publié dans la seconde moitié du xixe siècle, qui a rendu d’inestimables services à des générations de chercheurs grâce aux près de 182 000 notices qu’il renferme, a fait peau neuve avec son informatisation, achevée en 200854. Même si les notices mériteraient beaucoup de corrections formelles et analytiques (corrections en cours dans certaines bibliothèques), l’historien dispose d’un accès unique pour repérer et localiser des manuscrits à travers toute la France. La norme EAD55 a été retenue, afin de permettre la publication et les échanges de notices, grâce à un balisage standardisé56. L’affichage des réponses, lors de l’interrogation de la base, montre d’ailleurs la fidélité à la structure du CGM papier, puisque chaque notice est remise dans le contexte du catalogue initial et il est possible de visualiser les notices précédentes ou suivantes.

21Les projets semblables sont nombreux en Europe. On citera par exemple, en Belgique, le projet CICWEB, catalogue collectif des manuscrits médiévaux conservés dans 37 institutions de la Communauté française de Belgique (Wallonie et Région de Bruxelles)57. Cet outil en ligne, inauguré en 2007, permet d’interroger une base de 1 300 manuscrits médiévaux et envisage, à plus long terme, d’en numériser une partie. Ce projet témoigne aussi, dans son intention, d’une mutation récente des opérations culturelles menées, ou au moins financées, par les pouvoirs publics. En effet, il ne s’agit pas seulement d’améliorer la conservation ou de valoriser ce patrimoine, en amenant les érudits à les examiner de près – préoccupations traditionnelles des conservateurs de bibliothèque – mais aussi, et peut-être surtout, de « stimuler la collaboration et le partage d’informations », « valoriser le patrimoine pour accroître les moyens des institutions », enfin « favoriser la fréquentation des institutions et l’accès au patrimoine ». Finalement, ce catalogue collectif, comme tant d’autres, est d’abord une formidable opération de communication et un moyen d’obliger les institutions culturelles à travailler de concert, avec un budget unique, enfin avec des normes et des objectifs communs. C’est presque incidemment que l’historien y gagne aussi... Ces outils, à des degrés divers, s’emploient cependant à faciliter le travail de l’usager, en proposant des fonctionnalités nouvelles, en intégrant notamment le principe nouveau des recherches par facettes ou par nuages de données : Calames, le catalogue des manuscrits des établissements d’enseignement supérieur en France, s’est précisément lancé dans cette nouvelle direction, dont l’avenir dira la pertinence58.

  • 59 Voir la description du projet : Evadulor. État virtuel des archives ducales lorraines [En ligne] : (...)

22Dans le domaine du signalement, les projets fleurissent et on doit s’en réjouir. Leur aboutissement sera sans doute plus décisif encore que les opérations de numérisation, celles-ci leur étant souvent liées, comme une étape ultime de la mise à disposition de l’information aux chercheurs. Le recours à des outils de gestion standardisés des données, incluant la description du document, sa localisation et parfois, sa reproduction numérique ou sa transcription permet de dépasser les frontières institutionnelles et nationales et de reconstituer les fonds épars. C’est ce que se propose, par exemple, le beau projet « Evadulor » ou « État virtuel des archives ducales lorraines »59. Mené par l’Université de Nancy, il se donne pour objectif de reconstituer l’ancien Trésor des Chartes des ducs de Lorraine, mis à mal par l’occupation française du xviie siècle puis par le départ du dernier duc François III pour Vienne en

231733. Ce Trésor est actuellement dispersé entre la Collection Lorraine de la Bibliothèque nationale de France, les Archives de Meurthe-et-Moselle (Nancy) et les Archives nationales d’Autriche. Géré conjointement par un service d’archives et un laboratoire d’histoire médiévale, ce projet conjugue judicieusement les impératifs de la conservation et les questions historiographiques pertinentes, en s’inscrivant, par exemple, dans l’histoire de la construction des États modernes, celle de l’archivistique civile et celle des pratiques administratives à l’échelle européenne. La reconstitution de dossiers démembrés est largement simplifiée par l’emploi, là encore, de l’EAD, qui s’impose comme le langage commun des archivistes et des bibliothécaires dans le domaine de la description documentaire. Cette norme étant déjà utilisée par la BnF, les notices concernant Evadulor déjà présentes dans son propre catalogue « BnF archives et manuscrits » pourront être récupérées sans difficulté.

24La question de la reproduction numérique, enfin, partie visible de toute cette effervescence autour des manuscrits, est en réalité indissociable de celle du signalement. Les images numérisées, désormais par dizaines de milliers, n’auraient aucun intérêt si elles n’étaient assorties des descriptions des documents et d’une mise en contexte au sein du corpus d’où elles sont extraites. On ne s’attardera pas ici sur les réserves largement énoncées sur la pérennité des supports numériques, serveurs, DVD etc., et des formats informatiques. Plus contrariante, à très court terme, est la non-convergence d’intérêts entre les pouvoirs publics qui financent ces opérations et les chercheurs. Pour les premiers, ces opérations sont avant tout de belles occasions de communiquer sur un patrimoine extrêmement difficile à valoriser du fait de la fragilité des supports, des coûts de restauration et de contenus intellectuels (théologiques, historiques, littéraires) qui ne peuvent intéresser qu’une mince communauté savante. Deux types d’expérimentations scénographiques sont à distinguer. Une valorisation dans un espace muséographique est possible, en proposant au public une fresque de l’histoire des techniques d’écriture et de confection des manuscrits. À Avranches (Manche), la ville a dédié aux manuscrits médiévaux du Mont-Saint- Michel, depuis 2006, un espace culturel et pédagogique, le Scriptorial, où les technologiques nouvelles sont largement sollicitées60. Ailleurs, et pour des coûts réduits, l’exposition virtuelle est privilégiée. Ces deux approches ne s’excluent pas, puisque les musées recourent largement aux supports numériques, extrêmement goûtés par le public ; d’autre part, à la Bibliothèque nationale de France par exemple, les expositions sur les lieux mêmes de la bibliothèque se doublent d’une version virtuelle. Paperoles de Proust (1999), manuscrits carolingiens (2007), textes de la légende arthurienne (2009-2010) entre autres ont pu sortir durablement de l’ombre61. Toutefois, dans les deux cas, la logique touristique l’emporte sur la logique scientifique, tant ces manuscrits flattent la curiosité du public.

  • 62 Voir L’art de l’enluminure, septembre 2008, n° 26, entièrement consacré au Graduel de Saint-Dié. C (...)
  • 63 Voir l’annonce du projet [En ligne] : http://aedilis.irht.cnrs.fr/irht-avenirtradition/ manuscrits (...)

25Il n’en reste pas moins que la reproduction numérique montre à son tour une belle capacité d’adaptation aux besoins des chercheurs. Outre les facilités d’accès qu’elle offre, dont tout chercheur peut se réjouir, elle stimule la recherche par les possibilités d’exploration, jusqu’alors infaisables, des supports et des techniques de production des manuscrits. La qualité des clichés permet l’examen des méthodes de préparation des parchemins, des « mains » copistes et des artistes enlumineurs, grâce à des grossissements considérables qui donnent à voir le moindre coup de pinceau sur des figures iconographiques de quelques centimètres carrés. Numérisé, le Graduel de Saint-Dié, imposant livre liturgique en usage au chapitre de cette cité vosgienne à la fin du xve siècle, a ainsi livré des secrets insoupçonnés, notamment une datation plus précise, et montré que trois artistes avaient travaillé sur son décor, dont un déjà connu à Paris62. Enfin, la reproduction numérique permet aujourd’hui des restaurations virtuelles très spectaculaires. Les manuscrits sinistrés de Chartres, par exemple, se dérobent à toute restauration traditionnelle, abîmés qu’ils sont par le feu et l’eau en 1944. Pour les feuillets restants, fortement endommagés, la destruction des reliures a provoqué le désordre le plus complet. Le CNRS finance actuellement la restitution des 960 (sur 2 000) manuscrits restants de cette bibliothèque à la communauté scientifique par le biais d’outils numériques. Les documents sont photographiés en très haute résolution et les codicologues et médiévistes travaillent sur les images pour tenter de les remettre dans l’ordre et de les décrire63. D’autres outils, basés sur la reconnaissance des formes de mise en page et couplés à des réservoirs linguistiques, aident le chercheur à formuler des hypothèses sur le contenu des parties manquantes de manuscrits déchirés, en évaluant le nombre possible de mots contenus dans l’espace manquant puis en cherchant des commencements ou fins de phrase qui font sens.

  • 64 A. BOZZI, S. CALABRETTO, J.-M. PINON, « Numérisation des manuscrits médiévaux : le projet européen (...)
  • 65 J.-M. PINON, « Armarius. A Living Online Archive for Ancient Manuscripts », Actes du 11ème Colloqu (...)
  • 66 W. VAN PEURSEN, E. THOUTENHOOFD, A. VAN DER STEEL (dir.), Text comparison and Digital Creativity. (...)

26Enfin, les fichiers numériques ainsi produits, d’une remarquable fidélité aux originaux, permettent à l’historien de manipuler le document à sa guise, en réunissant dans une application informatique unique toutes ses données : le document lui-même, ses annotations, sa transcription, les variantes suggérées, etc. Dans les années 1990, le projet Bambi, conçu en Italie avec un groupe de recherche international, visait déjà à élaborer une station de travail unique pour les codicologues, associant images numérisées, transcriptions et surtout, un modèle de correspondance entre les formes graphiques du texte numérisé et les chaînes de caractères de la transcription ; cette étape étant indispensable pour travailler sur les types d’abréviations et leur évolution, les formes linguistiques, les graphies, etc64. Plus récemment, le concept de l’application Armarius développée par l’INSA Lyon repose sur une approche collaborative du travail d’annotation que pratique tout historien sur ses sources, notamment manuscrites. Avec cette application, il est possible de créer des collections et des sous-collections, c’est-à-dire de penser les sources en termes de corpus, puis d’enrichir les contenus numérisés par l’adjonction d’annotations, la recherche de fragments d’images… Un système de traçage permet de voir comment se comporte l’utilisateur et alimente une base de données d’annotations récupérable par d’autres, pour gagner du temps65. Les équipes d’ingénieurs spécialisés dans l’imagerie numérique et la reconnaissance de forme, travaillent actuellement à la mise au point d’outils qui pourraient révolutionner le travail de l’historien : reconnaissance de caractères manuscrits (équivalent de l’OCR qui donne déjà de bons résultats sur les imprimés, y compris anciens) qui dispenseraient de la transcription des documents ; constitution de corpus de graphèmes, portions des différents caractères d’une écriture donnée, pour observer l’évolution de la graphologie à travers les siècles66...

  • 67 Voir la contribution de Raphaële Mouren.

27Relevant encore de la « science-fiction », ces projets en cours donnent à rêver les pratiques de l’historien du futur. Ces possibilités nouvelles, quoiqu’exaltantes, ne sont pas sans poser des questions fondamentales. La substitution du support numérique au papier ou au parchemin a pour conséquence la perte de la réalité matérielle du document : son format, la texture de ses supports, le relief des éléments de reliure par exemple. L’utilisation de ces outils, qui n’a rien d’évidente, impliquera aussi de consacrer beaucoup de temps à la formation des historiens, tout à fait insuffisante à l’heure actuelle dans le domaine des outils informatiques. À bien y regarder, les TIC rendent de fiers services, au niveau de la recherche de sources, assurément, et parfois aussi pour l’analyse des documents. Leur plus grand mérite est, surtout, d’obliger l’historien à questionner ses postures intellectuelles à l’égard de ses sources, à réfléchir à ses méthodes et à ses corpus. En outre, cette évolution exige une collaboration entre historiens, conservateurs du patrimoine écrit et ingénieurs, sans quoi les outils en question ne seront pas adaptés aux besoins de la recherche historique67. Rassemblés à Saint-Mihiel (Lorraine) les 28 et 29 octobre 2010, une vingtaine d’historiens confirmés ou débutants, venus de Lorraine, de Belgique, de Lyon et de différentes institutions scientifiques et patrimoniales, ont débattu de ces questions, en présentant la nature de leur propre rapport aux sources manuscrites. Ces actes, en présentant un état non exhaustif des travaux réalisés, en cours ou en projet, figent aujourd’hui un moment de la recherche historique, recherche à laquelle on souhaite une rapide et riche évolution, grâce au perfectionnement technologique qui s’annonce, et plus encore, à l’inventivité de l’historien. Au seuil de cet ouvrage, il nous est agréable de remercier le Conseil général de la Meuse et particulièrement M. Jean-Luc Chardard pour leur soutien indéfectible à cette manifestation ; la Ville de Saint-Mihiel pour son accueil ; l’association des Amis de la Bibliothèque bénédictine de Saint-Mihiel et Mmes Brigitte Vast et Noëlle Cazin pour l’aide appréciable à la logistique, et la Région Lorraine pour son aide financière à l’occasion de cette manifestation. Enfin, le CRULH de l’Université Nancy 2, qui porte depuis 2008 les Universités d’hiver, a su en faire un lieu et une occasion de rencontres et d’échanges.

Notes

1 [En ligne] : http://dss.collections.imj.org.il/ (depuis le 26 septembre 2011 ; consulté le 20 octobre 2011).

2 [En ligne] : http://http://www.africanmanuscripts.org/ (consulté le 20 octobre 2011).

3 [En ligne] : http://http://www.europeanaregia.eu/fr (consulté le 20 octobre 2011).

4 [En ligne] : http://http://www.e-codices.unifr.ch/fr (consulté le 20 octobre 2011).

5 [En ligne] : http://http://www.numerique.culture.fr. Comptage au 20 octobre 2011.

6 P. DELSALLE, « L’archivistique sous l’Ancien Régime, le Trésor, l’Arsenal, et l’Histoire », Histoire, économie et société, 1993, n°4, p. 447-472.

7 Regula S. P. Benedicti et constitutiones congregationis sancti Mauri, Paris, Desprez, 1770, p. 223-225 (« De archivi custode ») et p. 225-228 (« De bibliothecae Praefacto »).

8 Regula et constitutiones fratrum poenitentium tertii ordinis sancti Francisci congregationis gallicanae strictae observantiae, Paris, Lottin, 1773, p. 66-70.

9 N.-T. LE PRINCE, Essai historique sur la Bibliothèque du Roi et sur chacun des dépôts qui la composent, Paris, Belin, 1782, p. 151-224.

10 F. MOUREAU (dir.), De bonne main. La communication manuscrite au xviiie siècle, Paris, Universitas, 1993.

11 Définitions fournies par le Trésor de la Langue française [En ligne] : http://atilf.atilf.fr/

12 A. POIROT, « Les archives dans les bibliothèques. Logiques de service ou accidents de parcours ? », Bulletin des bibliothèques de France, 2001, n° 2, p. 4-14.

13 J.-L. QUANTIN, « Document, histoire, critique dans l’érudition ecclésiastique des temps modernes », Recherches de Science religieuse, 2004, t. 92, n° 4, p. 597-635.

14 J. MABILLON, Librorum de re diplomatica supplementum, Paris, Robustel, 1704, p. 3. Voir aussi les règles édictées dans le Traité des études monastiques (1691), p. 285 et suivantes, sur l’utilisation des sources manuscrites.

15 Honoré de sainte Marie, Réflexions sur les règles et usages de la critique touchant l’histoire de l’Église, les ouvrages des Pères, les Actes des anciens Martyrs, les vies des saints..., Paris, Jombert, 1713, p. 237-246.

16 R. SIMON, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, depuis le commencement du christianisme jusqu’à notre tems, Rotterdam, Leers, 1693, p. 77.

17 Sur cette mutation, voir nos analyses, à l’échelle de la Lorraine, dans F. HENRYOT, Livres, bibliothèques et lecture dans les couvents mendiants (Lorraine, xvie-xviiie siècles), thèse de doctorat, Université Nancy 2, 2010, chap. 8.

18 J. BOUTIER (dir.), Étienne Baluze (1630-1718). Érudition et pouvoirs dans l’Europe classique, Limoges, PULIM, 2008.

19 A. CALMET, Histoire de Lorraine qui comprend ce qui s’est passé de plus mémorable dans l’archevêché de Trêves et dans les evêchés de Metz, Toul et Verdun…, nouvelle édition, Nancy, Leseure, 1745.

20 Ph. MARTIN, « La mémoire de René II, vers 1550-vers 1740 », H. Say et H. Schneider (dir.), Le duc de Lorraine René II et la construction d’un État princier, actes de la journée d’étude des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 12 décembre 2008, Nancy, Lotharingia, Société Thierry Alix, 2010, p. 107-117.

21 Voir la contribution de Jean-Marie Yante.

22 Voir, sur le cas des chartreux, la contribution d’Anne-Sophie Dominé.

23 Voir la contribution de Nicolas Ruffini-Ronzani.

24 Voir la contribution d’Anne Motta.

25 Ph. MARTIN, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003.

26 Voir la contribution d’Alain Cullière.

27 Voir la contribution de Fabienne Henryot.

28 Voir la contribution de Philippe Martin.

29 Voir la très belle étude d’A. BEROUJON, Les écrits à Lyon au xviie siècle : espaces, échanges, identités, Grenoble, PUG, 2009.

30 Mme de SEVIGNÉ, Correspondance, Paris, Gallimard, 1986, t. 2, p. 696.

31 Interrogation de la base FRANTEXT sur le critère « écritoire » + « chambre » dans un corpus de textes publiés entre 1660 et 1780 (recherche effectuée le 20 octobre 2011).

32 J.-J. ROUSSEAU, Confessions, Londres, 1780, p. 368-369.

33 S. COMBE, « Archives et bibliothèques, un nouveau défi. L’exemple de la BDIC », Bulletin des bibliothèques de France, 2006, n° 4, p. 58-64. Voir aussi En ligne] : http://http://www.bdic.fr

34 [En ligne] : http://http://www.bib-port-royal.com

35 Voir la contribution de Françoise Hiraux et de Françoise Mirguet.

36 Voir la contribution de Jean El Gammal.

37 Voir la contribution d’Élisabeth Arnoul, Raphaëlle Renard-Foultier et François-Joseph Ruggiu.

38 Voir la contribution d’Aurélie Prévost.

39 Voir la contribution de Monique Peyrafort-Huin et d’Anne-Marie Turcan-Verkerk.

40 Voir la contribution de Jean-Noël Grandhomme.

41 Voir la contribution de Morgane Belin.

42 [En ligne] : http://www.tei-c.org : on y trouve notamment des guides de travail.

43 Voir par exemple le projet de thèse de M. BISSON à l’université de Caen : « L’édition numérique structurée des Curieuses recherches du Mont-Saint-Michel de dom Thomas Le Roy », Schedae, 2011, prépublication n° 12, fascicule 1, p. 115-126.

44 Voir entre autres, le travail réalisé sur les dossiers documentaires de Flaubert pour la seconde partie de Bouvard et Pécuchet, roman inachevé ; l’utilisation d’outils électroniques permet de proposer des « reconstitutions conjecturales » de ce qu’aurait pu être ce roman si l’auteur avait pu l’achever. S. DROD-CROUSLE, « L’édition électronique des dossiers de Bouvard et Pécuchet de Flaubert : des fragments textuels en quête de mobilité », Schedae 2011, prépublication n° 8, fascicule 1, p. 79-90.

45 On trouvera une introduction commode à cette discipline dans M. SEGAERT (dir.), Manuscrits littéraires du xxe siècle, Bordeaux, PUB, 2005.

46 Voir par exemple le travail de l’université Grenoble-III et de la MSH des Alpes sur les manuscrits de Stendhal : [En ligne] : http://www.manuscrits-de-stendhal.org ; les travaux de chercheurs normands sur Flaubert sont également exemplaires [En ligne] : http ://flaubert.univrouen. fr/manuscrits/

47 A. CRASSON (dir.), L’édition du manuscrit. De l’archive de création au scriptorium électronique, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2008.

48 Sur ce corpus considérable (250 titres identifiés), voir M. BENITEZ, La Face cachée des Lumières, Oxford, Voltaire Foundation, 1996.

49 D.-O. HUREL (dir.), Érudition et commerce épistolaire. Jean Mabillon et la tradition monastique, Paris, Vrin, 2003.

50 C’est ce qu’a réalisé la base Electronic Enlightenment éditée par Oxford UP.

51 Voir la communication d’Yves Krumenacker.

52 Voir les contributions d’Yves Moreau, de Laurent Rollet et de Philippe Nabonnand.

53 « Ces collections […] ne lui ont guéres coûté que la peine de les ramasser & de les mettre en corps » écrit B. RACINE, Abrégé de l’histoire ecclésiastique…, t. XII, Cologne, aux dépens de la Compagnie, 1754, p. 466.

54 Le CGM est hébergé par le Catalogue collectif de France : [En ligne] : http://ccfr.bnf.fr

55 Encoded Type Definition, cette DTD conçue pour les archives présente de multiples atouts : hiérarchisation et structuration de la description des documents, indexation et extraction de l’information à chaque niveau de description, association d’un vocabulaire contrôlé, création de liens entre notices, conformité au langage XML qui facilite la diffusion sur la Toile...

56 F. PALLUAUT, « Le catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : informatisation et avenir », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, t. 54, n° 1, p. 68-72.

57 [En ligne] : http://www.cicweb.be/fr

58 Voir la contribution de Jean-Marie Feurtet.

59 Voir la description du projet : Evadulor. État virtuel des archives ducales lorraines [En ligne] : http://medievistique.univ-nancy2.fr/contentId%3D8819 (consulté le 20 octobre 2011).

60 [En ligne] : http://http://www.scriptorial.fr

61 Voir, sur le cas de la BnF, la contribution de Charlotte Denoël.

62 Voir L’art de l’enluminure, septembre 2008, n° 26, entièrement consacré au Graduel de Saint-Dié. Cet ouvrage est accessible [En ligne] : http://arkhenum.picturelan.com/bm_saint_die_oeb/ (consulté le 20 octobre 2011).

63 Voir l’annonce du projet [En ligne] : http://aedilis.irht.cnrs.fr/irht-avenirtradition/ manuscrits-chartres.htm (consulté le 20 octobre 2011).

64 A. BOZZI, S. CALABRETTO, J.-M. PINON, « Numérisation des manuscrits médiévaux : le projet européen Bambi », Vers une nouvelle érudition : numérisation et recherche en histoire du livre, Rencontres Jacques Cartier, Lyon, décembre 1999, [En ligne] : http://http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1509 (consulté le 20 octobre 2011).

65 J.-M. PINON, « Armarius. A Living Online Archive for Ancient Manuscripts », Actes du 11ème Colloque international sur le document électronique, Rouen, 28-31 octobre 2008, p. 44-56 ; R. DOUMAT, E. EGYED-ZSIGMOND, J.-M. PINON, « Un modèle de bibliothèque numérique collaborative – ARMARIUS », [En ligne] : http ://asso-aria.org/coria/2008/417.pdf (consulté le 20 octobre 2011).

66 W. VAN PEURSEN, E. THOUTENHOOFD, A. VAN DER STEEL (dir.), Text comparison and Digital Creativity. The Production of Presence and Meaning in Digital Text Scholarship, Leiden, Brill, 2010.

67 Voir la contribution de Raphaële Mouren.

Auteur

Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540