Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contredire l’entreprise

 | 
Andrea Catellani
, 
Thierry Libaert
, 
Jean-Marie Pierlot

II. Les points de vue des professionnels de la communication

Multiplicité des discours et chances de dialogue sur et au sein des entreprises établies au Portugal

Joel Hasse Ferreira

Texte intégral

1Dans cet article d´hommage au Professeur Axel Gryspeerdt, je voudrais mettre en évidence la diversité des discours au sein des entreprises établies au Portugal où coexistent des gestionnaires, des ouvriers et des cadres de cultures et de nationalités différentes.

  • 1 Hofstede, Geert : « Culturas e organizações- compreender a nossa programação mental », Edições Síl (...)

2J’aimerais également faire certaines considérations sur l’influence de ces différentes cultures sur les discours et les pratiques à l’intérieur du système entreprise et dans les rapports des divers acteurs sociaux avec l’extérieur, notamment les médias, l’opinion publique, les structures syndicales. Comme l’a écrit Geert Hofstede, « il est certain qu’il existe différentes cultures selon les classes sociales »1.

3Les discours sur l’entreprise et à l’intérieur de l’entreprise sont fortement influencés par les cultures nationales et régionales, par les histoires des organisations et aussi par les mémoires et les pratiques des différents groupes sociaux et professionnels qui sont actifs à l’intérieur de l’entreprise. Et ces facteurs sont importants soit dans la communication interne et externe, soit au niveau des définitions des stratégies de prévention de conflits potentiels. L’objectif de bâtir une culture commune pour l’ensemble de l’organisation, qui puisse permettre d’adopter une gestion d’image crédible, doit prendre en compte ces facteurs, sinon cet objectif sera probablement voué á l’échec.

L'entreprise Auto Europa au Portugal et ses travailleurs

4J’ai choisi un exemple pratique d’une entreprise qui a été créée au Portugal par Ford et Volkswagen, avec l’appui de l’État portugais. Dans une deuxième phase, Ford a vendu sa participation et le Groupe VW est resté le seul maître au jeu, en possédant la totalité des actions.

5Cette entreprise, Auto Europa, joue un rôle important dans l’économie portugaise, notamment par son poids dans le commerce extérieur, avec l’exportation de plus de 95 % des voitures produites. Son usine se situe dans la municipalité de Palmela, dans la région de Setúbal, au sud de Lisbonne.

6Un élément important à prendre en compte dans ce texte est la Directive sur les Conseils d’entreprise européens, approuvée au Parlement européen, sur proposition de la Commission Européenne présidée par Jacques Delors. Cette directive est importante parce qu’elle fournit de nouvelles règles concernant la participation des travailleurs dans la vie de l’entreprise. Et ainsi, elle force la création d’un ensemble de rapports entre des travailleurs des différents pays, porteurs de différentes cultures et de statuts sociaux différents et elle contribue à impliquer, d’une certaine façon, l’intégration graduelle des discours. En même temps, elle établit un contexte stable des rapports entre les représentants des différentes entreprises du même Groupe, dans le cadre européen.

7Le texte de cette Directive a été reformulé, déjà pendant le mandat de José Manuel Barroso comme Président de la Commission Européenne.

8L´application de cette Directive 2009/38 implique qu’à partir d’un certain nombre de travailleurs et de pays de l’Union Européenne dans lesquels une entreprise est présente, on doit avoir un Conseil Européen d’Entreprise. Et la Directive intègre des dispositions concernant le droit des travailleurs à être informés notamment sur la structure et la situation économique et financière de l’entreprise.

9Dans l'entreprise Auto Europa, les travailleurs disposent d’un conseil de travailleurs élu et aussi envoient des représentants au Conseil d’entreprise européenne.

10Par décision du Groupe Volkswagen, les ouvriers et les autres travailleurs des diverses usines envoient aussi des représentants élus au Conseil Mondial des Travailleurs du Groupe. Cela contribue à rendre nécessaire le dialogue entre des travailleurs provenant de cultures très différentes, du Brésil à la Slovaquie, du Portugal aux États-Unis, de l’Allemagne au Mexique, et ainsi qu’une recherche de meilleures conditions de dialogue entre les ouvriers, les travailleurs en général et le management, surtout avec les Directions des Ressources Humaines, de la Production, Financière, du Marketing et même de la Communication. Et ici, on doit prendre en compte les origines nationales et les cultures des différents acteurs sociaux.

11Le coordinateur de la « Comissão de Trabalhadores »/Conseil des Travailleurs » António Chora, a raconté dans une réunion élargie le « choc culturel » qu’il a ressenti et l’enrichissement de perspectives qu’il a gagné lors de sa participation au Conseil Mondial des Travailleurs, à Mexico City, dans laquelle les travailleurs élus ont discuté ouvertement avec les responsables mondiaux des ressources humaines, de la production et des finances, les questions concernant la réorganisation des entreprises de Volkswagen aux États-Unis d’Amérique et au Mexique.

12Ainsi, on voit de façon très claire que ces structures actuelles de conseil d’entreprise, au niveau européen et même au niveau mondial, si elles peuvent renforcer le sentiment d’appartenance au monde du travail, dans une perspective pas seulement idéologique mais aussi pratique, œuvrent dans le sens d’une intégration stratégique qui contrebalance la différenciation entre les différents groupes sociaux, professionnels, culturels et nationaux qui se confrontent ou dialoguent au sein de l’entreprise.

  • 2 Lawrence, Paul & Jay Lorsch : « Organizational Development: Diagnosis and Action », Reading, Mass, (...)

13On peut faire, de façon presque irrésistible, l’analogie avec les modèles d’intégration et de différentiation au sein de l’entreprise établi déjà il y a beaucoup d’années par Lawrence et Lorsch2.

Différents types de discours des travailleurs

14Au sein des travailleurs d’Auto Europa, apparait un conflit culturel et de pratiques sociales concernant essentiellement le besoin de consulter tous les travailleurs pour prendre ou ratifier les décisions les plus importantes.

15Les travailleurs plus proches des conceptions dites centralistes démocratiques, jugent qu’on doit surtout suivre les orientations des structures syndicales et donc de leurs directions.

16D’autres secteurs de travailleurs, souvent majoritaires au Conseil des Travailleurs de l’entreprise, sont nettement partisans de consultations directes de tout le personnel pour ratifier les accords négociés entre l’Administration de l’Entreprise et le Conseil des Travailleurs. Ces travailleurs ont donc un discours plutôt lié à des pratiques de démocratie directe. Ils souhaitent d’abord réaliser une intégration au niveau de la majorité des travailleurs, non seulement des propositions qui seront discutées avec la gestion de l’entreprise, mais aussi des discours à donner à l’extérieur, principalement en s’adressant aux média ou en écrivant dans les journaux de la région, comme le fait notamment le président du Comité des travailleurs, António Chora.

17Des problèmes sérieux peuvent apparaitre si les résultats de la négociation faite par le Conseil des Travailleurs et approuvée par sa majorité sont, plus tard, en conflit avec le vote secret de la majorité des travailleurs de l’unité industrielle.

Stratégie de communication des gestionnaires de l'entreprise

  • 3 Dagenais, Bernard : « Le communiqué, ou l’art de faire parler de soi », vlb éditeur, Québec, 1990, (...)

18D'un autre côté, la stratégie de communication externe des gestionnaires de l’entreprise obéit à une ligne d’intégration dans les objectifs soit de l’entreprise comme communauté de travail soit de l’entreprise comme unité compétitive dans les marchés européens et mondiaux. Et comme écrivait Bernard Dagenais, « pratiquer la communication institutionnelle signifie donc qu’il faut que les organisations apprennent non seulement à faire connaître leur produit et service, mais également qu’elles se soucient de leur image publique en s’associant étroitement aux préoccupations sociales de leur milieu sans hésiter à faire connaître ces activités »3.

19Effectivement, dans le domaine de la communication interne les gestionnaires assument soit le discours du « patron » moderne en dialogue avec les travailleurs soit le discours intégrateur de l’entreprise comme une communauté de travail et bien sûr, aussi comme une unité compétitive.

20Et tout cela se passe dans une entreprise qui est technologiquement très avancée et a un rôle très important dans les exportations portugaises. La grande majorité de sa production est, d’ailleurs, vendue à l’extérieur du pays.

21La culture du management germanique, portugais et d’autres États d’Europe, les cultures des ouvriers, des administratifs et des cadres font apparaître des conflits qui suscitent une grande attention des média et l’intérêt de l’opinion publique, compte tenu de l’importance de l’entreprise dans le cadre national.

Management du travail d'équipe

22Un autre élément important dans les pratiques de l’entreprise consiste en l’encouragement des groupes d’ouvriers et d’autres travailleurs à proposer de meilleures solutions techniques concernant divers secteurs de l’entreprise, notamment la production. Des primes en argent sont attribuées aux meilleures suggestions, ainsi que des signes de reconnaissances publiques, à l’intérieur de toute l’entreprise.

23Tout cela nous fait penser aux cercles de qualité, si actifs au Japon, pendant des décennies. Où, vraiment, les membres de ces cercles de qualité qui se réunissaient régulièrement au sein des différentes sections de l’entreprise, étaient vivement encouragés à présenter très librement leurs suggestions pour l’amélioration des systèmes productifs et administratifs de l’entreprise.

24Cette pratique, bien acceptée par la généralité des ouvriers implique une certaine émulation au sein des travailleurs, laquelle, de toute façon, ne brise pas leur solidarité.

25On peut donc dire qu’au sein de cette entreprise, il y a une tentative de faire des synthèses sur le terrain social et de la production, entre des pratiques provenant de diverses cultures, ayant des différent discours sur l’entreprise.

L'absentéisme au travail

26Mais il y a toujours des différences de pratiques et de discours qui émergent souvent dans plusieurs domaines. Par exemple en ce qui concerne les absences au travail et le type de paiement concernant les samedis. Beaucoup de travailleurs ont des réserves très sérieuses sur des formes de paiement du travail le samedi qui ne respectent pas de façon rigoureuse le texte de la loi, tandis que surtout du côté de la presse économique le discours est très favorable aux propositions en ce sens faites par l’Administration d’Auto Europa/Volkswagen. Le Directeur du principal quotidien économique portugais « Diário Económico » a écrit que l’entreprise Auto Europa a besoin de récupérer le temps perdu lors des derniers mois et a aussi besoin de travailler plus. Il a continué à écrire en faveur de la semaine de six jours de travail. Bien sûr, il a écrit aussi que l’entreprise doit partager avec les cadres et les travailleurs les gains de ce nouveau souffle. Le directeur du quotidien économique a fait donc un appel formel aux travailleurs pour qu’ils négocient le meilleur accord possible pour eux-mêmes et pour Volkswagen/Auto Europa.

27Le paiement pour le travail presté le samedi, selon la législation portugaise, doit être beaucoup plus élevé que le paiement des autres jours ouvrables. Le management prétend faire des négociations à l’intérieur de l’entreprise en essayant souvent une flexibilité interne accrue, avec des semaines de travail de diverses durées, selon la pression, le volume et le type de demande et notamment les caractéristiques spécifiques des commandes. Ce qui n’est pas si bien accepté par beaucoup de travailleurs, surtout quand une situation de crise économique et de difficile prévisibilité de la demande empêche pratiquement la réalisation des accords de moyen terme, même s’ils couvrent la flexibilité des horaires et la durée hebdomadaire de travail pendant plusieurs années, comme cela a été fait précédemment. Ce qui signifie : lorsque ces accords créent des problèmes difficilement surmontables sur le plan de l’organisation de la vie familiale.

28En termes européens, l’usine de Palmela était, il y a quelques années, une des unités de Volkswagen en Europe où il y avait, en moyenne, le plus fort pourcentage d'absentéisme quotidien des travailleurs. Pour résoudre ce problème, les responsables du Groupe ont pris la décision de faire le transfert d’un cadre slovaque pour gérer les ressources humaines d’Auto Europa. Le directeur slovaque a été aidé par une adjointe, une jeune femme portugaise, ayant une formation juridique et en communication. À cette époque, l’unité de production en Slovaquie était une des championnes du Groupe VW en Europe en ce qui concernait l’absence des ouvriers au travail.

29Les méthodes concernant ce combat contre l’absentéisme ont beaucoup changé. En accord avec la majorité des travailleurs, le Directeur slovaque et l’adjointe portugaise ont commencé à avoir un autre dialogue avec les malades, les soit- disant malades et leurs familles, ce qui a même amené des visites chez eux, après une courte conversation téléphonique. Tout cela a aidé à générer un climat plus favorable à la réduction du nombre d’absences au travail dans l’entreprise Auto Europa, qui est arrivée, d’ailleurs, à avoir un chiffre d’absents très faible en termes comparatifs européens. Toutes ces pratiques et leurs résultats ont donné origine à des communications envoyées à tous les travailleurs de l’entreprise.

30Dans ce phénomène de combat contre l’absentéisme, on a ainsi constaté un conflit entre différents conceptions et pratiques concernant l’activité des travailleurs.

31Mais on doit aller plus loin et essayer de voir de façon plus approfondie les traits culturels qui influencent et conditionnent les discours, à la fois au niveau des groupes sociaux et régionaux et au niveau national ainsi que surtout dans la presse nationale.

Les traits culturels qui influencent les discours

32Dans ce contexte, il faut prendre en compte le fait que, du point de vue culturel, le Portugal n’est pas du tout un pays méditerranéen. Le pays est un peu méditerranéen surtout au niveau de certaines productions agricoles situées au sud et aussi en ce qui concerne le climat de certaines régions du sud. La culture dominante dans le pays est vraiment latine et atlantique. Mais on doit aussi tenir en compte que, surtout dans certains milieux intellectuels, il y a souvent un climat très pessimiste. Certaines de ces personnes suivent un peu l’inspiration du Groupe d’artistes et écrivains connu comme « les vaincus de la Vie », à la fin du 19ème siècle.

  • 4 Lourenço, Eduardo : « O Labirinto da Saudade », Gradiva, Lisboa, 2000, Publicações D. Quixote, Lis (...)

Ces vaincus de la vie avaient des attitudes très pessimistes sur le futur du pays. Pour un intellectuel comme Eduardo Lourenço4, un des traits essentiels de la mentalité portugaise est pessimiste, avec un état d’esprit proche de la dépression, les Portugais étant incapables de croire dans un futur radieux pour le pays ou pour eux-mêmes.

33Actuellement, les différents discours sur l’entreprise ont aussi beaucoup à voir avec les situations concrètes des groupes sociaux et les contingences de l’économie nationale, internationale et régionale. Ainsi, au nord du pays, avec beaucoup de petites et moyennes entreprises exportatrices et où les petits agriculteurs ont encore une grande influence culturelle, le discours de la majorité des travailleurs est, en général, très favorable aux entreprises, sauf quand la plupart des travailleurs d’une certaine entreprise perdent leur emploi. Mais au sud, les discours très négatifs sur les entreprises et leurs dirigeants continuent d’être à la mode dans les anciennes régions des grandes fermes agricoles et où il est souvent très difficile créer de nouvelles entreprises. Quand le pouvoir politique national crée de nouvelles infrastructures hydrauliques ou de transport et quand apparaissent des investisseurs étrangers, notamment venus d’Espagne ou même des industriels du nord du pays, beaucoup de gens de la région se méfient.

34Il y a, dans l’ensemble du pays, un discours un peu générique sur les Petites et Moyennes Entreprises, un autre discours sur la défense des postes de travail, encore un autre contre les banquiers, un discours contre les groupes économiques et même un discours contre l’administration de la justice, notamment en ce qui concerne les crimes économiques. Les critiques vont si loin qu’un député/professeur d’histoire a affirmé à la télévision que jamais les grands ne vont en prison, et cela au moment même où le tribunal décidait de maintenir en prison le président d’une grande banque accusé de fraude. Ce genre d’affirmations, qui font l’effet d’une bombe, renforce la conviction populaire selon laquelle les riches ne vont jamais en prison, discours très présent dans les journaux populistes et populaires, gratuits ou payants.

35Mais de façon un peu étonnante et même contradictoire, le discours dominant dans la presse est aussi très méfiant vis-à-vis des syndicats et plutôt favorable aux comités et conseils d’entreprise élus directement par les travailleurs de chaque unité industrielle.

Conclusion : des discours contradictoires sur l'entreprise portugaise

36On peut donc conclure que les discours au Portugal vis-à-vis des entreprises sont, aujourd’hui, très contradictoires. D’un côté, il est très à la mode d’avoir un discours plutôt favorable aux organisations sociales et aux petites et moyennes entreprises. Et la grande crise économique, financière et sociale a renforcé cette tendance. Ce qui est « politiquement correct » est de critiquer de façon souvent excessive les grands groupes économiques et financiers, en faisant parfois un amalgame entre ceux qui suivent les lois et ceux qui commettent des fraudes. De l’autre côté, pour vendre des journaux ou pour avoir un « share » plus grand dans l’audiovisuel, on « doit » faire des critiques excessives aux hommes et femmes politiques et aussi publier des documents, vrais ou faux, qui proviennent de fuites judiciaires, surtout sur des investigations concernant les accusations des crimes économiques. Tout cela passe souvent par un circuit dans le cadre duquel une petite minorité de gens intégrés dans les services judiciaires ou de la police passent des informations orientées, par militantisme politique ou sur base d’une compensation donnée par des personnes intéressées par certaines opérations spécifiques. Bien sûr, tout cela est très difficile à prouver mais peut provoquer de terribles conséquences sur l’image des entreprises, des organisations sociales, des protagonistes ou d’autres acteurs économiques, sociaux ou politiques. Il est certain que la presque totalité des journalistes, des policiers et des fonctionnaires de la justice n’acceptent pas du tout ces pratiques, même quand elles sont bien payées.

37Un autre type de discours sur l’entreprise commence à apparaître avec une certaine force, le discours sur les pratiques des entreprises européennes là où ont été déjà créés des Conseils européens de travailleurs.

38Très récemment, dans un hôtel de Lisbonne, j’ai été invité à parler dans un séminaire sur les Conseils européens d’entreprise, organisé par les membres portugais du Conseil d’entreprise européen du Groupe de la Banque Espírito Santo, lequel a, d’ailleurs, le siège de son holding au Luxembourg. Mais des représentants des autres Conseils d’entreprise européens avec participation portugaise ont été invités et ont participé à ce séminaire, élargissant de cette façon l’ampleur du débat.

39Le travail des Conseils d’entreprise européens aide à ouvrir et à développer le débat pratique entre travailleurs de différenst pays, venant de différents États, avec des cultures d’entreprise souvent très diverses.

40Les versions initiale et actuelle de la Directive Européenne aident à éclaircir certains points.

41L’actuel Président du Conseil Économique et Social portugais et le Secrétaire général de l’UGT, la centrale syndicale dominante dans les services, ont donné aussi des contributions très intéressantes au débat. Certains participants au débat avaient des discours critiques sur la Directive européenne, qu’ils estiment un peu vague en certains domaines, tandis que d’autres affirmaient qu’on devrait plutôt exploiter ses potentialités, en renforçant les demandes d’information et les perspectives de participation aux décisions, même à titre consultatif.

42De toute façon, on peut penser que l’échange de discours sur l’activité des entreprises, surtout dans les entreprises européennes, gagne une importance grandissante et entraîne des formes de dialogue plus élargi, en ouvrant des perspectives à l’ensemble des travailleurs par le biais de l’action de leurs représentants.

Bibliographie

Références bibliographiques

Costa Bueno, Wilson da: « Comunicação Empresarial, teoria e pesquisa », Ed, Barueri, São Paulo, Brasil, 1ª edição brasileira, 2003.

Gryspeerdt, Axel et Annabelle Klein: « Rites et Rumeurs », EVO Éditions, Bruxelles, 1995.

Hampden-Turner, Charles: « Cultura de Empresa – do círculo vicioso ao círculo virtuoso », Editorial Presença, Lisboa, 1993.

Libaert, Thierry: « Le Plan de communication - Définir et organiser votre stratégie de communication », Préface de Jacques Suart, Dunod, Paris, 2008, 3ème édition.

Martins Lampreia e Daniel Guéguen: « O Lóbi », Prefácio de Joel Hasse Ferreira, Texto Editora, Lisboa, 2008.

Villafañe, Justo: « Imagen Positiva – Gestión estratégica de la imagen de las empresas », Ediciones Pirâmide, Madrid, 2002.

Westphalen, Marie Hélène et Thierry Libaert: « Communicator – Toute la communication d’entreprise », Dunod, Paris, 2009, 5ème édition.

Notes

1 Hofstede, Geert : « Culturas e organizações- compreender a nossa programação mental », Edições Sílabo, Lisboa, 1997, p. 33.

2 Lawrence, Paul & Jay Lorsch : « Organizational Development: Diagnosis and Action », Reading, Mass, Addison-Wesley Publishing Company, 1969.

3 Dagenais, Bernard : « Le communiqué, ou l’art de faire parler de soi », vlb éditeur, Québec, 1990, p. 37.

4 Lourenço, Eduardo : « O Labirinto da Saudade », Gradiva, Lisboa, 2000, Publicações D. Quixote, Lisboa, 1991.

Auteur

Professeur à l’Universidade Nova de Lisboa

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540