Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contredire l’entreprise

 | 
Andrea Catellani
, 
Thierry Libaert
, 
Jean-Marie Pierlot

I. Les points de vue des académiques et des chercheurs : résultats d'études et perspectives théoriques

L’utilisation d’Internet comme un moyen de dialogue avec les parties prenantes : Le cas du forum nucléaire belge

Karine Johannes

Texte intégral

1Le colloque « Contredire l’entreprise » met en exergue le climat actuel de contradiction dans lequel les entreprises doivent agir et communiquer.

  • 1 Albert O. Hirschmann, Exit, voice and loyalty: responses to decline in firms, organizations, and s (...)

2Contredire ou contester la parole de l’entreprise n’est pas un phénomène nouveau en soi, et l’importance de ces voix discordantes dans l’adhésion à l’organisation a été soulignée par certains auteurs1. Néanmoins, la tendance actuelle est significative car elle prend ancrage dans un contexte général de méfiance vis-à-vis des entreprises et de perte de légitimité des institutions traditionnelles. Ceci est allié à un pouvoir d’expression nouveau des publics et à une extension du droit de regard et d’opinion, notamment avec le développement des technologies de l’information et de la communication. Aucune organisation ne peut aujourd’hui se permettre d’ignorer le jugement des publics sur ses activités sans risquer d’attenter à sa légitimité et à sa réputation. Dans ce contexte, les relations publiques sont amenées à réinventer la parole de l’entreprise, à adopter de nouveaux positionnements communicationnels et à utiliser de nouvelles techniques.

3Cet article se propose de considérer l’utilisation d’Internet dans cette optique. Plus particulièrement, il s’agira d’examiner comment les forums de discussion sur Internet peuvent être utilisés pour entrer en relation et communiquer avec les publics. Pour cela, nous allons analyser le cas particulier du site lancé par le Forum nucléaire en Belgique. Cette expérience fait l’objet d’une vive contestation dans l’opinion publique belge, tant par la nature de ses commanditaires que par sa configuration sociotechnique. Le but n’est pas de prendre position ni de se prononcer sur le bien-fondé de l’action, mais d’analyser la stratégie mise en place et la gestion du dialogue avec les parties prenantes, et de comprendre d’un point de vue communicationnel, et au-delà du thème polémique, les raisons des critiques.

1. La remise en cause de l’organisation et de sa parole

  • 2 Stéphane Billiet, Les relations publiques. Refonder la confiance entre l’entreprise, les marques e (...)

4Les entreprises, et les organisations en général, étant des acteurs socio-économiques et sociopolitiques, leur légitimité réside dans un contrat social2 passé avec les sociétés dans lesquelles elles s’insèrent. Le fondement de cette légitimité semble remis en cause ces dernières années, sous l’impulsion de plusieurs tendances globales, dans lesquelles nous soulignerons : la pression de l’opinion pour une responsabilité sociale des entreprises, le nouveau pouvoir des parties prenantes, et le développement des technologies de l’information et de la communication.

1.1. RSE comme cadre d’action

5La problématique de la Responsabilité Sociale (ou Sociétale) des Entreprises (RSE) est sans conteste un des principaux défis et enjeux actuels pour les organisations.

  • 3 Jacques Zylberberg (dir.), Masses et postmodernité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.
  • 4 Philippe Schwebig, Les communications de l’entreprise. Au-delà de l’image, Paris, Mc Graw Hill, 19 (...)

6Cette question s’inscrit dans un phénomène plus global, celui d’une crise de légitimité des institutions traditionnelles, décrite par certains auteurs comme une caractéristique des sociétés postmodernes3, dans lesquelles les individus sont en quête de nouveaux référents. Il ne s’agit plus de croire en des idéaux abstraits, mais de trouver un sens personnel aux groupes et institutions auxquels l’on s’identifie et auxquels l’on adhère. L’entreprise, comme la famille, l’église ou la communauté, doit donc bâtir sa légitimité sur de nouvelles bases, qui impliquent « une mise en harmonie des buts et besoins reconnus par la société »4.

  • 5 Thierry Libaert, « Communication et développement durable: des relations ambiguës », in Communicat (...)

7Le thème de la responsabilité sociale et l’intégration des préoccupations sociales et environnementales aux objectifs des organisations trouvent une résonance particulière dans la société actuelle, et constituent en cela des axes communicationnels riches. Comme le souligne Thierry Libaert, « Parce qu’il redessine les modalités relationnelles de l’entreprise, redéfinit son rôle et sa responsabilité, le développement durable s’inscrit naturellement dans un processus de communication »5.

8Cette alliance entre communication et développement durable n’est pas sans poser question. Il semble y avoir une relative antinomie entre la transparence supposée par la RSE et la logique de réputation et d’image encadrant la communication d’organisation. Une large part encore accordée à l’autorégulation6, les cas de « greenwashing », de manques de rigueur et de précision communicationnels, et les incohérences entre la communication corporate et la communication produit7, jettent encore plus le doute sur une récupération instrumentale du thème par la communication.

  • 8 Ainsi, par exemple, la RSE est définie par le cadre de référence des autorités fédérales belges co (...)

9Cependant, les deux logiques semblent indéniablement liées, la communication servant en grande partie l’intégration de la RSE dans la stratégie organisationnelle. Réciproquement, la RSE a l’avantage de mettre le dialogue et la concertation avec les parties prenantes au centre de la stratégie des organisations8. L’écoute des parties prenantes devient ainsi une action volontaire et stratégique des organisations, elle est intégrée aux principes de fonctionnement, et dépasse le cadre des obligations légales et réglementaires.

1.2. Le nouveau pouvoir des parties prenantes

10Directement liée à la problématique de la RSE, l’utilisation du terme de « parties prenantes », traduction de « stakeholders », souligne l’élargissement de la détention d’un droit sur l’organisation des seuls actionnaires « shareholders » à toute personne ayant un intérêt dans ses activités. D’une manière générale, les parties prenantes sont définies comme des groupes ou des individus potentiellement concernés par les activités et les objectifs des organisations et qui peuvent avoir une influence sur leur réussite.

  • 9 Joep Cornelissen, Corporate Communication. A guide to theory and practice. Sage Publications, 2008

11Dans le champ des relations publiques, les « publics », sont définis comme des parties prenantes qui se mobilisent vis-à-vis des activités de l’organisation, ou sur un aspect particulier de celles-ci9.

  • 10 Nicole D’Almeida, La société du jugement. Essai sur les nouveaux pouvoirs de l’opinion, Paris, Arm (...)

12Selon Nicole d’Almeida, cette philosophie des parties prenantes reflète une montée en puissance des acteurs et des espaces de jugement et de contestation dans l’espace public. Le public n’est plus un spectateur assistant à la représentation donnée par les acteurs organisationnels, il est « à la fois producteur et récepteur d’opinions, auteur et destinataire, agissant et agi »10.

13A cet égard, Freeman, cité par Cornelissen, identifie trois types d’enjeux sur lesquels les parties prenantes peuvent interpeller l’entreprise : un enjeu actionnarial (equity stakes), pour ceux qui y possèdent directement des parts, des actions ; un enjeu économique (economic stakes), pour ceux qui entretiennent un rapport d’ordre économique avec l’entreprise, sans y posséder des parts (consommateurs, fournisseurs, etc.) ; un enjeu d’influence (influencer stakes), pour ceux qui n’ont pas de part dans l’entreprise, y portent un intérêt autre qu’économique (ONG, groupes de pression, etc.) et peuvent en influencer les activités.

1.3. Le développement des TIC

14Au-delà des enjeux économiques et politiques liés à la société de l’information, l’arrivée d’Internet a profondément modifié les relations entre les organisations et leurs publics. Ce nouvel outil de communication, d’information et de vente a également entrainé une multiplication du pouvoir d’expression.

  • 11 Manuel Castells, Emergence des médias de masse individuels, Le Monde diplomatique août 2006, http: (...)
  • 12 Ibid.

15La tendance d’une « décentralisation de la prise de parole » s’est accentuée avec l’avènement du Web 2.0. Les sites 2.0 accordent une position centrale à l’utilisateur et sont basés sur le fonctionnement en réseau. Ils sont en effet faciles d’utilisation, favorisent la participation des usagers et la co-création de contenus. Mais ils reposent également sur l’appartenance des internautes à des réseaux et des communautés, avec lesquels ils partagent leurs opinions, expériences, impressions, etc. A cet égard, Manuel Castells parle de « médias de masse individuels »11, renvoyant notamment à Internet et aux réseaux de communication mobiles. « Cette nouvelle forme de communication sociale est certes massive mais pourtant produite, reçue et ressentie individuellement »12.

  • 13 Philippe Chantepie, « Web 2.0: les économies de l'attention et l'insaisissable internaute-hypertex (...)

16Chaque internaute acquiert ainsi une place centrale, dans la production et la consommation de contenus, mais également dans leur diffusion. « L'internaute est devenu un média, moins comme noeud de réseau que comme hypertexte même ».13 Ceci a comme conséquence que la légitimité et la confiance données à une parole ne reposent plus nécessairement sur l’expertise ni la place du locuteur. Par ailleurs, l’authenticité d’une information n’est pas une condition requise pour sa rediffusion massive.

  • 14 Manuel Castells, « Communication, Power and counter-power in the network society », International (...)

17Pour les organisations, le Web 2.0 représente à la fois un risque et une opportunité. Il représente un risque pour leur réputation tout d’abord, car les millions de voix s’élevant chaque jour par les réseaux socio-techniques constituent un « contre-pouvoir »14 considérable aux pouvoirs institués, ainsi qu'aux médias de masse, en permettant l'expression d'acteurs sociaux alternatifs. On parle de l’organisation, en-dehors de son contrôle et chaque information, vraie ou fausse, peut être véhiculée instantanément à travers les réseaux de portée mondiale.

18Mais le Web 2.0 peut également représenter une opportunité, car il offre aux organisations une occasion d’investir ces lieux de dialogue et d’entrer en conversation avec les publics. Ceci demande, cependant, un repositionnement en profondeur de la communication d’organisation.

19Ces différents facteurs, une mise en doute de la légitimité de l’organisation, un appel à sa prise de conscience des effets induits par ses activités sur la société, et une multiplication des acteurs et des moyens d’information et de communication appellent de nouvelles façons d’envisager et de pratiquer les relations publiques et la communication d’organisation.

2. Le cas du forum nucléaire belge : une communication contestée

20La concertation et le dialogue avec les parties prenantes sont devenus des impératifs auxquels la communication d’organisation doit souscrire, et qui mettent en jeu la légitimité de l’organisation et sa réputation.

21A cet égard, l’ASBL Forum nucléaire belge a créé un espace de discussion avec les publics sur Internet. Cette campagne est intéressante pour notre problématique, à deux titres : par le caractère sensible et polémique du thème, et par l’utilisation d’Internet comme moyen de conversation et de communication.

2.1. Présentation du cas

  • 15 Créé en 1972, le Forum nucléaire réunit la plupart des acteurs de l’industrie du nucléaire, parmi (...)

22En février 2009, une campagne d’information sur le nucléaire était lancée en Belgique par l’ASBL « Forum nucléaire », réunissant les entreprises du secteur15. Déclinée sur différents supports, affichages, spots télé, annonces dans la presse écrite et renvoyant vers un site (http://www.forumnucleaire.be), cette campagne se présente comme une série de questions concrètes pesant le pour et le contre sur le sujet.

23La clef de voûte de la communication est le site, auquel les autres supports renvoyaient, et qui reste un outil permanent, une autre campagne de sensibilisation ayant été lancée récemment. Le but de l’organisation est de « mettre les gens face à leurs perceptions »16, en leur permettant, d’avoir une « approche sereine et documentée » sur les enjeux du nucléaire. Ce site est donc annoncé comme un espace de discussion, où les parties prenantes peuvent se forger leur propre opinion car « l’objectif n’était pas de convaincre dans un sens ou dans l’autre mais de raviver un débat latent en se positionnant comme un interlocuteur crédible, fort de l’expertise et du savoir-faire de ses membres dans les nombreux domaines d’application du nucléaire ».

24La campagne divise l’opinion belge, entre ceux qui saluent l’ouverture d’un débat nécessaire au moment où la question de la sortie du nucléaire est à l’agenda politique17, et ceux qui dénoncent la propagande dissimulée18. L’initiative a fait l’objet d’une contre campagne par le parti écologiste flamand Groen !: un site nommé http://www.vraiforumnucleaire.be a été lancé, et une plainte a été introduite auprès du Jury d’éthique publicitaire. Ce dernier a, par ailleurs, estimé que la campagne n’enfreignait pas les règles, et qu’ « il ressort du Forum Nucléaire lui-même qu’ils veulent réellement engager le débat avec toutes les parties concernées »19.

25En outre, cette campagne a été primée par les professionnels en communication du secteur20. Il est intéressant d’analyser, d’un point de vue communicationnel, cette initiative, saluée par les professionnels, mais contestée par l’opinion publique.

26Notre hypothèse sera donc de dire qu’il y a contradiction entre une logique d’image, dans laquelle domine une intention d’orienter favorablement les opinions, et une logique relationnelle, qui laisse la place à l’écoute et à la prise en compte des avis contestataires. Nous nous aiderons notamment dans cette analyse des théories sémio-pragmatiques de la communication.

2.2. Contradiction entre logique d’image et logique relationnelle

2.1.2 Aspects formels du site

27Dans son ensemble, le site offre un aspect assez institutionnel. La page d’accueil présente l’actualité du secteur et l’agenda, et offre de la documentation. Le site contient également une page d’information sur l’organisation « Forum nucléaire », son historique, sa mission et ses membres. En outre, il permet de revoir la campagne d’information et ses déclinaisons sur les différents supports, exploitant pleinement l’outil multimédia. Enfin, une fonction de vulgarisation scientifique est à souligner, car le site aborde et explique les principaux thèmes et enjeux liés à l’énergie nucléaire, dans un langage voulu clair et compréhensible.

28Les thématiques abordées sont concrètes et se veulent complètes. Les espaces d’interaction sont reprises dans la rubrique « Débat ». Cette rubrique contient un forum de discussion (sur les thèmes de la campagne) ; elle offre également la possibilité de réagir aux points de vue de certains leaders d’opinion dans les « Libres propos », et permet de dialoguer avec des personnalités du secteur, par un « Chat » programmé.

2.2.2 L’image voulue

  • 21 Nous faisons appel ici à la théorie de Shirley Harrison, selon laquelle le carré de l’image d’entr (...)

29L’industrie se présente dans cette campagne comme étant pleinement consciente des enjeux du nucléaire. Les messages misent entièrement sur une décentration de l’industrie et sa prise en compte des préoccupations concrètes de la population à ce sujet. La campagne prend également en compte la contrainte de l’identité réelle et de l’image possible21 de l’industrie. En effet, il ne s’agit pas de nier les méfaits du nucléaire, ni de contredire sa réputation négative, mais d’appeler à peser le pour et le contre, en étant en possession d’informations pertinentes et avisées.

30Du point de vue de la RSE, plusieurs thèmes sont abordés, allant des déchets au prix, en passant par la sûreté, témoignant d’une prise de conscience des conséquences sociétales du nucléaire. Le message mise donc sur la transparence et l’industrie se présente comme étant à l’écoute, ouverte à la contradiction, en proposant d’en débattre sur le site. En adoptant ce positionnement, l’industrie s’inscrit bien dans la logique d’une légitimation de son activité, de refonder la confiance des publics, en expliquant l’intérêt du nucléaire, tout en présentant les défis et les menaces qui peuvent se présenter.

2.3.2 Aspects relationnels

31Précisons tout d’abord que notre analyse se situe au niveau de la structuration du dialogue entre l’organisation et les parties prenantes. Elle ne porte pas sur les messages échangés entre les membres du public, ceux-ci mériteraient une analyse à part entière que nous ne pouvons effectuer dans ce seul article.

▪ Les interlocuteurs22

  • 22 Rappelons ici les différents interlocuteurs présents dans un acte de communication, selon les théo (...)

32Une première remarque s’applique à l’identification des interlocuteurs sur le site. Le locuteur, celui qui produit l’acte d’énonciation est donc l’organisation « Forum nucléaire », représentant l’énonciateur, l’industrie nucléaire belge. Cependant, cette organisation est très peu connue du public. Le mot « forum » utilisé renvoie à un espace d’échanges d’idées, à un forum ouvert de discussion. Or l’internaute non averti découvre qu’il s’agit d’une action mise en place par l’industrie, par le biais d’une organisation nommée «Forum nucléaire ». La réputation sensible de l’industrie, et la confusion autour du mot « forum » peut ainsi entrainer une suspicion sur le bien-fondé de l’action.

▪ Les marques de personne

33L’appel à la réflexion des parties prenantes constitue le noyau conceptuel de cette campagne.

34L’interpellation se fait en deux temps : Les annonces et affiches sont tout d’abord basées sur le « nous » inclusif (« notre électricité », « notre qualité de vie », etc.) impliquant l’ensemble de la population dans le débat. Ensuite, le renvoi vers le site laisse la place au « vous » et à la réflexion des parties prenantes (« L’énergie nucléaire. Y avez-vous déjà vraiment réfléchi? »).

35L’industrie semble ainsi se dissocier du corps social, en présentant ses arguments, et en laissant chacun se faire sa propre opinion, en fonction des outils qu’elle met à disposition.

▪ La relation induite

  • 23 Jean-Pierre Meunier, Daniel Peraya, Introduction aux théories de la communication, Bruxelles, De B (...)
  • 24 John L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Le Seuil, 1970.
  • 25 Jean-Pierre Meunier, Daniel Peraya, op.cit.

36Les théories sémio-pragmatiques23, en particulier celle d’Austin24, mettent en exergue le pouvoir de l’acte d’énonciation, la fonction dite illocutoire, qui réside dans l’établissement d’une relation particulière entre les interlocuteurs. Selon les auteurs, cette relation se formule en termes de droits et devoirs assignés à chacun, de rôles sociaux ou de places, ou encore en termes de jeux d’images entre les communicants25.

37Dans ce cas-ci, l’acte illocutoire dominant dans le champ de l’organisation, est celui de l’interrogation. Le public est invité à répondre, à réagir, à donner son avis.

38Cependant, il n’y a pas réellement de réponse ni de feedback de la part de l’industrie aux différentes réactions. Le débat a surtout lieu entre les différentes parties prenantes, l’organisation n’intervenant que rarement.

  • 26 Georges-Elia Sarfati, Eléments d’analyse du discours, Paris, Nathan Université, 1997.
  • 27 Comme le reflètent certains pseudonymes comme « belge moyen ».

39Par ailleurs, il n’y a pas non plus de réelle modération ni d’encadrement du débat, limitant les aspects réflexifs et constructifs de celui-ci. Il n’y a donc pas de « but commun » à la discussion, à part celui de faire réfléchir les parties prenantes. Le site ne parvient pas réellement à refléter cette « hétérogénéité énonciative »26 caractéristique des séquences dialoguées. En réagissant sur le forum, les participants s’assignent une fonction d’interlocuteurs, représentants de l’opinion publique27, mais bien qu’elle laisse la libre expression aux avis contestataires, l’organisation n’intègre pas ces contributions à la réflexion et ne leur reconnaît pas un rôle actif dans l’établissement d’un consensus.

  • 28 Paul Grice, « Logique et conversation », in Communications n° 30, 1979, pp. 57-72.

40Cependant, les avis de « leaders d’opinion » sont valorisés, dans la rubrique « Libres propos » ou dans le « chat », soulignant davantage le contraste avec le peu de considération accordé aux avis du public. Ceci se retrouve également dans le choix des thèmes de discussion. Ceux-ci sont prédéfinis et il n’est pas permis aux participants d’ouvrir le débat sur un autre sujet. L’établissement des sujets de débat est unilatéral et ne tient pas compte du principe de coopération28.

41L’industrie adopte donc une position largement dominante sur cet espace présenté comme un espace de discussion. Les parties prenantes sont invitées à s’y documenter, à lire les avis des leaders d’opinion, à donner leur avis, mais il ne leur est pas reconnu une position symétrique, du moins pas sur ce site.

▪ L’outil Internet

42La contradiction se retrouve également dans l’utilisation d’Internet comme moyen de communication. Ce choix n’est pas anodin car Internet implique un accès public au débat mais également une publicisation de l’action de communication. La logique d’image reste cohérente, il s’agit de montrer au grand public l’existence de cet espace de communication et la liberté d’expression qui y règne. L’organisation semble cependant négliger le riche potentiel d’Internet dans la formation d’une intelligence collective et l’apport de contributions constructives.

43Nous avons vu que l’utilisation d’Internet, et surtout du Web 2.0, impliquait des codes de communication particuliers. Nous en soulignerons trois, que l’organisation a manqué d’appliquer dans cette campagne : la position centrale de l’utilisateur, la valorisation de chaque individu et l’importance du réseau social. Dans ce cas-ci, le site reste statique, les avis des usagers étant confinés dans un espace limité. De même, les grandes figures politiques ou économiques sont mises en avant au détriment des individus « lambda », pourtant invités à débattre et à contribuer. Enfin, les interactions entre membres du public restent très limitées, la seule possibilité étant de répondre à l’une ou l’autre contribution.

3. Conclusion

44L’objectif de l’article était d’apporter des éléments d’explication à la controverse autour de la campagne de communication de l’industrie nucléaire en Belgique. Notre hypothèse était de dire que la campagne montrait une juxtaposition de logiques contradictoires, celle d’une logique d’image et celle d’une logique relationnelle. Nous avons ainsi vu que si dans son message et sa forme, la campagne donne l’image d’une industrie transparente, ouverte au débat, consciente de sa responsabilité sociétale, l’application concrète sur le site ne reflète pas la même image et envoie des signes contraires. Les débats entre l’industrie et les parties prenantes restent limités et fortement contrôlés, et les avis des ces dernières ne sont pas intégrés dans la réflexion stratégique globale. Cette contradiction se retrouve également dans le choix de l’outil. La publicisation des opinions est respectée mais la philosophie et les codes de fonctionnement d’Internet ne sont pas appliqués.

45En ouvrant le débat sur la question du nucléaire, l’organisation « Forum nucléaire » a choisi de se confronter à des avis contradictoires et contestataires. Dans le contexte général d’extrême sensibilité à la question du nucléaire et à la RSE, l’initiative communicationnelle est à souligner. Néanmoins, sur le site mis en place, cette ouverture reste limitée à la forme et souscrit davantage à une logique d’image qu’à un véritable positionnement relationnel d’intégration des parties prenantes dans la démarche stratégique.

Notes

1 Albert O. Hirschmann, Exit, voice and loyalty: responses to decline in firms, organizations, and states, Cambridge, Harvard university press, 1977.

2 Stéphane Billiet, Les relations publiques. Refonder la confiance entre l’entreprise, les marques et leurs publics, Paris, Dunod, 2009.

3 Jacques Zylberberg (dir.), Masses et postmodernité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

4 Philippe Schwebig, Les communications de l’entreprise. Au-delà de l’image, Paris, Mc Graw Hill, 1988, p.12.

5 Thierry Libaert, « Communication et développement durable: des relations ambiguës », in Communication et langages, n°150, décembre 2006, pp.127 à 133.

6 Comme c’est le cas en Belgique : voir le Magazine Business & Society, http://www.businessandsociety.be/fr/documents/view/bs-magazine/bs-magazine-23-décembre-2009

7 Libaert, ibid.

8 Ainsi, par exemple, la RSE est définie par le cadre de référence des autorités fédérales belges comme étant « un processus d’amélioration dans le cadre duquel les entreprises intègrent de manière volontaire, systématique et cohérente des considérations d’ordre social, environnemental, et économique dans leur gestion en concertation avec leurs parties prenantes ».

9 Joep Cornelissen, Corporate Communication. A guide to theory and practice. Sage Publications, 2008.

10 Nicole D’Almeida, La société du jugement. Essai sur les nouveaux pouvoirs de l’opinion, Paris, Armand Colin, 2007, p. 19.

11 Manuel Castells, Emergence des médias de masse individuels, Le Monde diplomatique août 2006, http://www.monde-diplomatique.fr/2006/08/CASTELLS/13744

12 Ibid.

13 Philippe Chantepie, « Web 2.0: les économies de l'attention et l'insaisissable internaute-hypertexte », in Esprit n° 353, mars-avril 2009, 3-4 « Homo Numericus », pp. 107-127, p.109.

14 Manuel Castells, « Communication, Power and counter-power in the network society », International journal of communication, 1 (2007), 238-266.

15 Créé en 1972, le Forum nucléaire réunit la plupart des acteurs de l’industrie du nucléaire, parmi lesquels Agoria, Areva, Electrabel, IRE, etc.

16 http://www.forumnucleaire.be

17 Article de La libre Belgique : « Le forum nucléaire belge invite à la réflexion », http://www.lalibre.be/article_print.phtml?art_id=479176

18 « Forum nucléaire », campagne de propagande d’un secteur en perte de vitesse, http://www.web4.ecolo.be/spip.php?article1089

19 http://www.jep.be/fr/decisions-du-jep/?decision=2372

20 http://www.foratom.org/index.php?option=com_content&task=view&id=607&Itemid=341

21 Nous faisons appel ici à la théorie de Shirley Harrison, selon laquelle le carré de l’image d’entreprise est composé de l’image voulue, de l’image perçue, de l’image possible et de l’identité réelle.

22 Rappelons ici les différents interlocuteurs présents dans un acte de communication, selon les théories sémio-pragmatiques : le locuteur (produit l’acte illocutoire), l’allocutaire (celui à qui l’acte est adressé), l’énonciateur (prend la responsabilité de l’acte d’énonciation), le destinataire (l’objet de l’acte d’énonciation).

23 Jean-Pierre Meunier, Daniel Peraya, Introduction aux théories de la communication, Bruxelles, De Boeck Université, 1993.

24 John L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Le Seuil, 1970.

25 Jean-Pierre Meunier, Daniel Peraya, op.cit.

26 Georges-Elia Sarfati, Eléments d’analyse du discours, Paris, Nathan Université, 1997.

27 Comme le reflètent certains pseudonymes comme « belge moyen ».

28 Paul Grice, « Logique et conversation », in Communications n° 30, 1979, pp. 57-72.

Auteur

Doctorante en communication des organisations, Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540