Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contredire l’entreprise

 | 
Andrea Catellani
, 
Thierry Libaert
, 
Jean-Marie Pierlot

I. Les points de vue des académiques et des chercheurs : résultats d'études et perspectives théoriques

Faire comme si. Les universités françaises dans la revue Challenges

Yves Winkin

Texte intégral

L’université comme entreprise

  • 1 La revue Challenges, qui se présente comme « le 1er hebdomadaire économique français », a été fond (...)

1Le 4 juin 2009, l’hebdomadaire d’actualité économique Challenges1, présente en couverture, en couleurs sur fond noir, le visage très souriant de Lionel Collet, président de l’Université Lyon 1 et président de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). Le titre général, en lettres majuscules blanches, est clair : « Les Facs d’excellence ». Le sous-titre, en lettres rouges, l’est tout autant : « Les atouts des 20 meilleures ». Et la citation attribuée à Lionel Collet dit entre guillemets : « Les universités sont engagées dans une vraie révolution ». Le ton est donné : les universités sont présentées comme des entreprises du CAC 40. Chaque semaine, Challenges présente un entrepreneur « qui gagne ». Durant la semaine du 4 au 7 juin 2009, l’entrepreneur dynamique, c’est le président des présidents d’université, Lionel Collet. Et lorsqu’on parcourt, de la page 48 à la page 71, le dossier annoncé par la couverture, on découvre vingt universités « performantes », qui « soignent le lien avec les entreprises » et « collent aux besoins du marché » (p. 54). Le thème est martelé d’un bout à l’autre du dossier : hors l’entreprise, point de salut. Ainsi, l’article consacré à l’université de Cergy-Pontoise est intitulé « Cergy-Pontoise maîtrise l’esprit d’entreprise ». Le chapeau s’énonce comme suit : « La grève ? Les étudiants n’en ont pas voulu. Dans cette université du Val d’Oise, l’ambiance est studieuse et la direction, énergique. Reportage dans une fac ouverte sur la région et le monde entier. »

2Tout au long de l’année universitaire 2008-2009, un grand nombre de facultés françaises de sciences humaines et sociales ont tenté, par des grèves et des manifestations publiques (comme la « ronde infinie des obstinés » devant l’hôtel de ville de Paris) de montrer leur opposition aux différentes réformes engagées par le Ministère de l’Enseignement supérieur : mise en place de l’autonomie des universités (Loi LRU : Liberté et Responsabilités des Universités), transformation du statut des enseignants, etc. Derrière les aspects très techniques de ces lois et décrets, les opposants percevaient une transformation de l’esprit même des universités, auxquelles était imposée une gestion managériale issue du monde de l’entreprise privée. Les grèves se sont éteintes aux alentours des vacances de Pâques 2009, alors que les examens de fin d’année approchaient…

3C’est dire si la parution début juin 2009 de ce numéro de Challenges a pu être perçue comme la réponse un peu provocatrice des Présidents d’université les plus engagés dans les réformes ministérielles à leurs collègues contestataires : « Vous ne voulez pas de l’université comme entreprise ? Et bien, on va vous montrer que vous êtes dans l’erreur : les universités sont bien des entreprises « comme les autres ». On le devine : la participation de ces vingt Présidents d’université au numéro de Challenges n’est pas une simple réponse du berger à la bergère, pas plus qu’elle ne révèle un simple clivage gauche-droit du champ universitaire français. D’autres logiques sociales sont à l’œuvre, que je vais essayer de restituer dans quelques-uns de leurs méandres. L’hypothèse que j’exploiterai sera fondée sur l’idée d’un passage de la contradiction à la contrefaçon. La contradiction est à la fois dans le chef des opposants aux réformes universitaires, qui ont porté la contradiction au sein des entreprises que sont, selon eux, en train de devenir les universités, et dans le chef des présidents d’université, qui se sont souvent montrés en contradiction, entre eux et vis-à-vis du Ministère de l’Enseignement supérieur. Pour sortir de leurs contradictions, les Présidents d’université se sont engouffrés à toute allure, poussés dans le dos par le Cabinet de la Ministre, tirés par des cabinets de consultants privés engagés pour suivre le rythme, dans une sorte de contrefaçon du management, dont le numéro de Challenges est l’illustration la plus aboutie. Il s’est agi de « faire comme si ».

Une lame de fond

4En fait, il y a longtemps que les universités aspiraient à une gestion plus moderne. Ce n’était pas seulement le fait de quelques présidents en mal d’image réformatrice. Plus souterrainement, les secrétaires généraux, qui dirigent les administrations universitaires, voulaient parvenir à la mise en place de modes de gestion plus adaptée à la taille des établissements et à l’époque. Leur corps, qui s’est considérablement rajeuni ses dernières années, s’est rallié à la formule « efficacité et efficience ». Mais d’autres éléments encore ont favorisé l’émergence de cette volonté. D’une part, des transformations administratives générales, comme la modernisation depuis 2006 de la comptabilité publique sous l’effet de la LOLF (Loi organique relative aux lois de finances) ou la mise en application depuis 2007 de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), ont progressivement fait leur chemin au sein des universités. D’autre part, l’apparition de nouvelles instances de fonctionnement de la recherche (comme l’Agence Nationale de la Recherche—ANR) et d’évaluation de la recherche (l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur—AERES), dont l’inspiration est souvent très anglo-saxonne, ou du moins « européenne » (au sens de « Commission européenne ») a provoqué une onde de choc dans les universités, qui ont dû passer en quelques années d’une culture de la quémande (auprès du CNRS et autres instances pourvoyeuses de fonds) à une culture du projet sur appels d’offres, D’une culture du secret à une culture de la monstration (il faut savoir se mettre en valeur en permanence).

5Puis le Cabinet de Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, est arrivé, en tornade. Le directeur de cabinet est Philippe Gillet, ancien directeur de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Il a été formé à l’école de Claude Allègre, ancien ministre de l’Education Nationale, et de Bernard Bigot, actuel administrateur général du Commissariat à l’Energie atomique. Ce sont tous trois des travailleurs extrêmement énergiques, à la limite de la compulsion. Philippe Gillet et son équipe vont impulser à toute allure, en moins de trois ans, de très nombreuses réformes universitaires : autonomie des universités, création des PRES (Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur), rénovation immobilière des campus, statut des enseignants-chercheurs, etc.

6Mais le Cabinet Pécresse n’aurait pas pu travailler aussi rapidement si la Conférence des Présidents d’Université n’avait préparé discrètement ces multiples dossiers depuis plusieurs années. L’équipe à la tête de la CPU entre 2006 et 2008, constituée de Jean-Pierre Finance, Président de l’Université de Nancy 1, Michel Lussault, Président de l’Université de Tours et Thierry Coulhon, Président de l’Université de Cergy-Pontoise, va voir dans l’activisme du Cabinet une opportunité rare de rajeunir la gouvernance des universités. Elle va donc offrir en maintes occasions l’expertise technique de la CPU aux membres du Cabinet et aux fonctionnaires supérieurs du Ministère engagé dans la rédaction des décrets et des appels d’offres. Non que le trio « passe à droite ». Michel Lussault est clairement affiché à gauche, par exemple. Mais l’occasion est apparue trop belle de faire enfin bouger les lignes.

7C’est alors qu’une cassure s’est produite entre les responsables de la CPU et leur « base », qui n’a pu suivre le rythme, ou qui n’a pas compris où leurs « patrons » voulaient en venir. Nombre de Présidents d’université de Lettres et Sciences humaines ont fait leurs les contestations professorales et estudiantines. Le Président de l’Université de Paris 4 (Sorbonne) s’est retrouvé l’allié objectif du Président de Paris8 (St Denis), à la grande surprise de nombreux observateurs, tant Paris 4 et Paris 8 sont traditionnellement aux antipodes, politiquement, socialement, culturellement parlant.

8Le champ des présidents d’universités s’est ainsi polarisé entre tenants des réformes et opposants aux réformes. Un article du Monde (13/10/2009), intitulé « Universités : où en est l’autonomie ? » le montre jusqu’à la caricature. D’un côté, un entretien avec Pascal Binczak, président de Paris 8, qui déclare : « L’université n’est pas une entreprise » ; de l’autre, symétriquement inverse, Laurent Batsch, président de Paris-Dauphine : « L’autonomie est enfin mise en œuvre ». Les vingt « Facs d’excellence » de Challenges sont donc celles que leurs présidents ont engagées de manière volontariste dans les réformes LRU et autres. Nous arrivons enfin au cœur de notre propos.

Des habits mal taillés

9En janvier 2009, l’équipe de direction de la CPU change : arrivent sur le devant de la scène Lionel Collet, président de l’Université Lyon 1, Jacques Fontanille, président de l’Université de Limoges, et Simone Bonnafous, présidente de l’Université de Paris 12. Leurs positions restent très semblables à celles de l’équipe précédente : il faut poursuivre les réformes lancées par le Cabinet Pécresse. Mais les stratégies rhétoriques semblent ressortir plus nettement encore au discours des grandes écoles de commerce style HEC.

10Tout se passe comme si les Présidents de la CPU n’avaient pas eu le temps de se doter d’un discours propre, spécifique aux Universités, et n’avaient pu emprunter pour se faire comprendre que celui des grandes écoles de commerce – à la culture desquelles ils n’appartiennent foncièrement pas. Ou encore celui des multiples cabinets de consultants privés engagés massivement depuis quelques années par les grandes universités pour faire face aux exigences toujours plus lourdes du Ministère de l’Enseignement Supérieur (consultants formés le plus souvent dans les grandes écoles de commerce ou les instituts de science politique). Cette étonnante collusion entre la consultance privée et la gestion publique se retrouve dans un univers proche, celui de la haute fonction administrative, comme l’analyse bien Luc Rouban :

  • 2 Luc Rouban, « Les fonctionnaires sont-ils mal aimés ? », entretien avec Yann Philippin, Le Journal (...)

11Avec la montée en puissance des idées néolibérales, on a vu les hommes politiques se rapprocher des élites du privé pour critiquer la fonction publique. La RGPP a été largement définie par des cabinets de consultants privés, à qui l’Etat a donné un rôle jamais vu dans l’histoire de la Fonction publique2

12Revenons à ce stade à l’hypothèse énoncée plus haut : la contrefaçon pour sortir des contradictions. S’il y a une congruence parfaite entre les catégories, les valeurs, les « objectifs » des grandes écoles de commerce et celles des grandes entreprises, dont Challenges propose la défense et illustration numéro après numéro, il n’y a pas congruence entre celles-là et celles des universités. Mêmes les plus réformatrices des universités françaises sont encore fondées sur des valeurs qui ne sont pas celles de l’accumulation de capitaux mais de savoirs. Mais entre les valeurs fondamentales, encore issues de l’université humboldtienne, et les discours publics de la direction de la CPU, la contradiction n’a cessé de se renforcer. C’est ici qu’on peut voir apparaître une contrefaçon, c’est-à-dire une imitation un peu lourde d’un discours appartenant à un autre univers de valeurs.

  • 3 Il faudrait se livrer à ce stade à une analyse fine des « prises de position » que la CPU prend su (...)

13Dans le numéro de Challenges, le Président Collet et ses vingt collègues ne se sont pas livrés en toute franchise pas plus qu’ils ne se sont faits « avoir » ; ils ont plutôt endossé des habits qui ne sont pas les leurs, parce qu’ils n’ont pas pris le temps ou songé à s’en faire tailler d’autres, qui leur soient propres. Lorsqu’on lit les documents – très techniques – de la CPU, lorsqu’on suit d’un peu près les réunions et séminaires des présidents réformateurs, on s’aperçoit qu’ils sont loin de la caricature néolibérale qu’en donne Challenges3. Mais ils se sont laissé prendre dans une même nasse particulièrement problématique parce qu’ils ne peuvent plus s’expliquer aujourd’hui sur leurs intentions profondes. Ils sont figés dans un discours médiatique et politique qui leur a assigné une place et une attitude dont ils ne parviennent plus à se défaire. Du coup, dès qu’ils parlent publiquement, ils tiennent un discours entrepreneurial assez naïf, assez vieillot même, qui rappelle celui des managers des entreprises publiques qui voulaient, au début des années 90, se faire passer pour des managers « à la dure » d’entreprises privées.

Refonder la communication universitaire

14Les réformes de l’Université française se sont succédé à un rythme extrêmement rapide ces dernières années, amenant les présidents les plus dynamiques à faire comme s’ils étaient devenus les PDG de grandes entreprises. Ils leur ont emprunté quelques « habits », c’est-à-dire, pour cesser de filer la métaphore, des postures, des modes d’expression, des relais médiatiques comme Challenges. Mais cette fuite en avant ne pourra se poursuivre encore longtemps. Le cabinet Pécresse ne sera bientôt plus qu’un souvenir, bon ou mauvais. La plupart des présidents qui ont activement relayé les réformes seront eux-mêmes bientôt remplacés. Cependant, nombre de réformes vont rester, et il va s’agir de résoudre les contradictions qu’elles ont installées entre leurs objectifs de gestion « moderne » et les valeurs profondes de l’Université.

15Le défi pour les responsables de la communication des universités françaises va consister à traduire ces réformes complexes en mots et en images qui ne soient plus simplement empruntées à l’entreprise, à HEC et à Challenges. Ils vont devoir proposer aux présidents des stratégies de communication respectant la spécificité de la communauté universitaire (qui s’est traditionnellement quelque peu tenue à l’écart des médias), tout en répondant aux exigences du monde politique d’être en phase avec ceux-ci. Ainsi, ils vont devoir mettre les présidents sur le devant de la scène publique, car telle est la règle aujourd’hui, tout en veillant à ne pas les couper de leur base. Ils devront constamment garder à l’esprit que les présidents d’université appartiennent dorénavant à trois mondes : universitaire, politique et médiatique. Mais ils devront les aider à partager de manière égale leur insertion dans ces trois champs. Un repli, ou un engouffrement, dans un des trois, et c’est l’exclusion dans les deux autres…

16Le numéro de juin 2009 du magazine Challenges est le symptôme, non d’un « grand corps malade » mais d’une réforme en cours, très profonde, très rapide (une mue en quelque sorte), dont l’issue n’est pas avérée. Le « challenge » qui attend les responsables de la communication universitaire est impressionnant : amener les présidents à sortir des discours empruntés pour produire un langage original, qui traduise la réalité nouvelle des universités françaises.

Notes

1 La revue Challenges, qui se présente comme « le 1er hebdomadaire économique français », a été fondé en 1982 par le journaliste Patrick Fauconnier. Il appartient aujourd’hui au groupe de presse Perdriel, qui possède également Le Nouvel Observateur. Pour une analyse serrée de la presse économique française, lire le livre de Julien Duval, Critique de la raison journalistique. Les transformations de la presse économique en France, Paris, Editions du Seuil, 2004, ainsi que le numéro 131-132 (mars 2000) de la revue Actes de la recherche en sciences sociales consacré au thème « Le journalisme et l’économie » (coordinateurs : Patrick Champagne et Dominique Marchetti).

2 Luc Rouban, « Les fonctionnaires sont-ils mal aimés ? », entretien avec Yann Philippin, Le Journal du Dimanche, 7 février 2010, p. 20. Luc Rouban, directeur de recherches au CNRS, a notamment écrit La Fonction publique, Paris, La Découverte, 2009 (3ème éd.)

3 Il faudrait se livrer à ce stade à une analyse fine des « prises de position » que la CPU prend sur de très nombreux dossiers universitaires et qu’elle dépose sur son site (http://www.cpu.fr).

Auteur

Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication à l’École normale supérieure de Lyon ; professeur extraordinaire à l’Université de Liège. Entre 2006-2007 et 2009-2010, il a exercé à l’ENS des fonctions de directeur adjoint, chargé de la recherche et des relations internationales.

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable