Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contredire l’entreprise

 | 
Andrea Catellani
, 
Thierry Libaert
, 
Jean-Marie Pierlot

I. Les points de vue des académiques et des chercheurs : résultats d'études et perspectives théoriques

La pensée critique, une histoire sans fin

Nicole d' Almeida

Texte intégral

1Le champ et le temps d’investigation de notre collègue Axel Gryspeerdt font de lui un pionnier et un bâtisseur d’un pan de notre discipline dont il a su repérer l’importance et dont il a inlassablement analysé les contours et les évolutions. Axel est l’homme d’un lieu, l’Université de Louvain-la-Neuve où il nous a accueillis autour de projets, de séminaires, d’étudiants et d’une revue qui a une place importante dans le paysage éditorial européen des sciences de l’information et de la communication. Il est aussi l’homme des voyages, des échanges, des rencontres avec des problématiques et des civilisations proches et lointaines, infatigable bâtisseur de ponts et artisan du dialogue.

2Du colloque « Dire l’entreprise » à celui d’aujourd’hui « Contredire l’entreprise » se jouent trente ans de réflexion sur un champ dont notre collègue a contribué à camper la légitimité scientifique et la force heuristique.

3L’affaire n’était pas simple, l’objet (l’entreprise) et la visée (construire un savoir scientifique) étant régulièrement compromis par la dynamique sociale ou rejetés par la dynamique intellectuelle focalisée sur des objets jugés plus « nobles ». Axel Gryspeerdt s’inscrit autant dans la continuité que dans l’innovation : continuité et poursuite par d’autres moyens des travaux consacrés aux relations publiques, innovation par le regard porté sur l’objet « entreprise ». Au-delà des stéréotypes ambiants qui considèrent les relations publiques soit comme une activité de surface (faite de paillettes et autres mondanités) soit comme une activité inquiétante et de l’ombre (à l’image des spin doctors), Axel a contribué à re-sémantiser un champ d’actions et de questions dont il connaît mieux que tout autre l’histoire. Il a exploré la profondeur de la surface, analysé la construction complexe de ces figures invoquées et rarement analysées que sont les ambassadeurs des entreprises, orienté les regards et les travaux sur la force de l’esthétique des organisations.

4Il a aussi, et c’est le point que je développerai ici, campé dans le champ des SIC la notion d’entreprise(s), que l’on croyait réservée aux sciences de gestion. Cette installation se fait dans le cadre d’un débat où se discute l’instabilité terminologique des termes en présence : communication d’entreprise, communication des entreprises, dans les entreprises ? Communication institutionnelle, corporate, globale ? Communication organisationnelle ? Le foisonnement des termes révèle la difficulté à construire un champ, à cerner un objet et à orienter un regard.

5Dans le couplage complexe et évolutif des termes communication-organisation se jouent une dynamique inachevée et une imbrication originale de l’action et de la réflexion. La construction scientifique et sociale de la notion d’entreprise est en jeu.

  • 1 Voir le passage de l’intitulé de l’organisation patronale française qui a évolué du terme de CNPF (...)

6La construction sociale de la notion d’entreprise, son émergence et acceptation sociale sont l’objet d’une histoire conflictuelle que nous comprendrons ici à travers l’histoire d’un mot et surtout d’une désignation, d’une manière de nommer l’acteur économique qui n’a jamais été homogène ni unifiée. Le capital pour certains, la propriété pour d’autres, la maison pour quelques-uns, le bagne ou encore la taule : les manières de nommer l’acteur économique ont toujours été portées par des présupposés spécifiques, par des représentations négatives (« la propriété c’est le vol ») ou positives (la fable de Mandeville), cauchemardesques ou porteuses d’espoir. Les mots permettant de nommer l’agent de production des richesses (progressivement devenu acteur de production et de commercialisation de biens et de services) ont longtemps porté une manière de voir le monde social, de considérer le statut des hommes au travail et d’envisager la question de la justice au sens de la répartition du pouvoir et de l’avoir. Nous savons bien en SIC que les mots ne sont pas indifférents et qu’ils nous parlent autant que nous les parlons. Le terme d’entreprise sous son apparence lisse, consensuelle et éternelle est en fait une récente construction sociale et terminologique dans laquelle se joue la reconnaissance quasi partagée d’une réalité complexe, porteuse d’enjeux importants (tant sur un plan individuel que collectif), de visées économiques (lieu de la création de la richesse), sociales (lieu d’exploitation ou d’asservissement) et politiques (question de l’intervention ou non de l’État dans son fonctionnement). L’unification sociale opérée autour du terme d’entreprise est récente, ce terme étant aujourd’hui adopté par quasiment toutes les parties en présence : acteurs économiques et patronaux1, pouvoirs publics, syndicats, salariés – cadres et non cadres. Si ce n’est pas un terme de paix c’est du moins un terme d’accord verbal, terminologique qui lisse la conflictualité liée aux enjeux du travail et qui n’est certainement pas étranger au déploiement quasi mondial du libéralisme.

7La stabilisation terminologique n’exclut pas bien au contraire une dynamique sociale qui tour à tour au fil des décennies a pris la forme de la contestation marxiste des années '70, du culte de l’entreprise des années '80, du doute à partir des années '90 et depuis 2000 du déploiement d’une force critique, alter, anti et contre l’entreprise et plus largement le capitalisme. La critique sociale dont L. Boltanski et E. Chiapello nous annoncent la fin revêt de multiples formes ces dernières années, signes d’une vigilance qui ne s’épuise pas. La transformation du marché en champ politique de discussion concernant tant les produits que les manières de produire, de consommer et d’échanger ne laisse pas présager un recul de la critique sociale. Nous assistons bien plutôt à une transformation de ses modalités d’expression dès lors que les forces du marché tentent de s’en emparer, de les désamorcer ou de les inverser. Plus la critique sociale se développe et prend des formes variées (parodiques, associatives, médiatiques ou activistes), plus les acteurs économiques cherchent à les intégrer par exemple par un discours publicitaire décalé et ironique, sans pour autant parvenir à les tarir.

8Examinons à présent la construction scientifique du terme d’entreprise qui est une invention elle aussi récente et qui a mis un certain temps à s’opérer. Ce temps est celui de l’invention et de l’affranchissement : invention d’une catégorie, affranchissement par rapport aux autres disciplines existantes et par rapport aux questionnements professionnels et opérationnels qui interviennent dans la recherche scientifique et tantôt la stimulent, tantôt la retardent.

  • 2 Cf Dumont (1977), Dupuy (1983), Boltanski-Thévenot (1987)

9Rappelons que l’oubli délibéré de la notion d’organisation dans la constitution de la discipline « sciences économiques » est clairement avéré2, la notion de marché ayant dans ce champ pris la place de catégorie fondatrice. C’est ainsi que le terme « organisation » ne figure pas dans l’index de la monumentale Histoire de l’analyse économique de Schumpeter. La notion de marché occupe toute la place mais il apparaît régulièrement que tous les modes de coordination ne peuvent être pensés sur le mode du marché ou dans l’espace marchand. Ceci suscite ainsi une attention spécifique envers l’organisation, lieu et dispositif spécifiques où se déroule le mystère d’une coopération volontaire. La notion d’organisation émerge, marquant la limite de la prééminence de la catégorie de marché. Elle invite à penser le processus de travail et s’inscrit dans le sillon d’un certain nombre de disciplines, sans pour autant y prendre une place centrale. Les différentes disciplines académiques ont longtemps fait fi de la spécificité de l’objet entreprise car leur regard était focalisé sur autre chose, principalement la question du travail, de la coordination du travail et de la place des travailleurs. Outre le marché, le travail est un objet traditionnellement central, conçu tour à tour comme processus de création de richesses (A. Smith), d’humanisation (Hegel, Marx), de socialisation (G. Friedmann), de négociation (M. Crozier) ou de construction identitaire (R. Sainsaulieu). Du travail comme processus fondamental résulte une attention quasi-totale portée envers les travailleurs et notamment la population ouvrière, objet historique de la sociologie du travail. Le groupe des cadres ou des dirigeants n’a ainsi fait l’objet d’investigations que depuis une date relativement récente. Parallèlement l’attention se focalise sur des groupes sociaux et institutions bien campés : famille, État, école ou des groupes structurés tels que les syndicats et associations. L’objet « entreprise » fut ainsi durant longtemps le point aveugle des sciences humaines et sociales mais aussi paradoxalement de la science économique traditionnelle focalisée sur le marché.

10Dans ce cadre, l’entreprise est dans le meilleur des cas assimilée à un lieu ou un non-lieu (au sens de Marc Augé), un décor dans lequel se déroule la dialectique de l’individuel et du collectif, de la production et du conflit.

11C’est dans un mouvement de convergence de différentes disciplines qu’est né cet objet spécifique d’investigation qu’est l’entreprise. En lui se cristallisent les apports de la psychologie sociale attentive aux représentations sociales et processus relationnels, les fruits des sciences de l’ingénieur dès lors qu’elles pensent conjointement innovation technique et innovation organisationnelle, les acquis de la théorie de la rationalité limitée qui invite à penser les problèmes de volume et de symétrie de l’information ou encore de la sociologie des organisations qui place l’acteur au centre du système.

12Accorder une dignité épistémologique à la notion d’entreprise et camper cette notion balbutiante et controversée dans le champ d’une discipline nouvelle, le champ des sciences de l’information et de la communication relève de la gageure…

13Cette installation s’est opérée plus récemment, procédant par rupture, prolongement et invention : rupture par rapport aux objets jugés dignes d’intérêt, invention par rapport aux autres disciplines, création d’un regard spécifique qui croise des apports existants et renouvelle ainsi la conception de l’objet entreprise, affranchissement par rapport aux questionnements professionnels et opérationnels qui interviennent dans la recherche scientifique, en la retardant mais aussi en la stimulant.

14Camper la notion d’entreprise dans le champ des sciences de l’information et de la communication suppose que soit à la fois intégrée et dépassée la place des métiers de la communication qui se sont développés au cours des dernières décennies. Le développement du secteur professionnel et des métiers de l’information et de la communication a joué à la fois un rôle de moteur et de frein dans la constitution du champ scientifique de la communication organisationnelle.

  • 3 J. L Michel a ainsi recensé plus de 250 métiers

15Née dans l’environnement professionnel et dans une perspective opérationnelle, la communication des organisations renvoie à un ensemble de pratiques et de métiers globalement mis au service de la coordination et de la visibilité de l’action. L’objectif poursuivi se complexifie au fil des ans, générant des métiers généralistes et spécialisés3 qui facilitent l’action d’une organisation en interne (passer du faire au faire faire puis au faire ensemble), et en externe (rendre la présence d’un acteur compréhensible et acceptable). En témoigne la création dans les années 1970 de directions de la communication chargées de gérer la relation avec la presse et différents publics dont le nombre croissant est aujourd’hui contenu dans la notion de partie prenante. L’épanouissement du phénomène se traduit par la présence envahissante des acteurs professionnels de la communication, publicitaires, journalistes, dir’coms dans un contexte social et politique qui mise sur « la société de l’information ». La reconnaissance institutionnelle des métiers se fait de différentes manières : par son inscription dans les catégories socio-professionnelles, par la création d’associations professionnelles qui établissent des répertoires de compétences et des codes de déontologie, par la multiplication des formations à la communication et la création de diplômes spécifiques. La communication devient ainsi un domaine porteur, en vogue et dont on attend la création d’une valeur ajoutée, immatérielle mais puissante. La consécration des fonctions de communication stimule le savoir-faire avant de stimuler le savoir. L’essor de la littérature managériale est l’histoire de la recherche d’outils d’action dans laquelle la perspective instrumentale et prescriptive est dominante. La place économique et sociale des métiers de la communication suscite la consécration d’une fonction qui va faire l’objet d’enseignements et de recherches spécifiques. Ce contexte porteur (dans lequel vont s’engouffrer des légions d’étudiants) est à la fois un moteur et un frein : un moteur par la création de postes en universités, de masses horaires dédiées en nombre croissant (avec un développement quasi exponentiel dans les années 1980-2000), un frein par l’orientation résolument « appliquée », finalisée des enseignements et des travaux. Au départ et bien souvent, les SIC ont recouvert un enseignement dit de « techniques d’expression » qui enferment la discipline émergente dans un rôle auxiliaire voire ancillaire de l’action (perspective d’apprentissage d’une forme contemporaine de bienséance et de promotion) et la confinent sur un plan institutionnel dans des lieux de formation spécifiques (les IUT bien souvent) qui par définition ne sont pas des lieux de recherche, ce qui n’a pas empêché quelques courageux de développer ci et là des équipes de recherche importantes dotées de revues reconnues. Parallèlement, le souci d’application et de reproductibilité de règles ou principes d’action stimule des écrits managériaux qui prolifèrent avec leur cortège de règles, de consignes et de plans d’action. L’entrée en SIC, l’entrée en science se fait par la création d’un corpus de textes et de concepts, par l’intensification d’une rigueur méthodologique et par l’adoption d’une posture spécifiquement heuristique. Passer d’une discipline appliquée à une discipline fondamentale suppose un rapport volontaire, réfléchi et préparé au terrain. Il s’agit de passer de la logique de l’accompagnement, de l’assistance ou de la commande à celle de l’initiative, du dialogue et de la construction ou co-construction d’une problématique.

16D’une position à l’autre s’opère le déplacement ou plus exactement le dépassement d’une vision des organisations communicantes à l’idée d’une communication organisante.

17Les travaux consacrés aux organisations communicantes, telles que structurées par des dispositifs d’information et de communication hétérogènes sont nombreux : analyse et conception du système graphique, éditorial et iconographique, du journal d’entreprise, de l’intranet, de la gestion électronique de documents, des outils de promotion, de veille ou de travail collaboratif. A travers ces travaux, la conception de la place de la communication dans l’organisation évolue : outil d’accompagnement, de facilitation, de mise en visibilité, d’unification. Les recherches font progressivement émerger l’idée selon laquelle la maîtrise des flux informationnels est essentielle et corrélée à une visée économique (faite de performance, d’innovation et de compétitivité) et sociale (réponse à la concurrence par la concourance selon les termes de C. Midler, construction de sociabilités et identités professionnelles spécifiques, appropriation humaine de systèmes techniques).

18Penser l’idée de communication organisante suppose une autre démarche. C’est par une posture structurellement tiraillée entre le proche (l’observation des terrains, l’entretien avec les acteurs et l’analyse de corpus) et le lointain (distance critique et mobilisation de concepts) que s’établit un nouveau pan de recherche. Une pluralité de regards spécifiques se développe alors, envisageant les entreprises tour à tour comme système, comme ensemble politique mobilisant des liens spécifiques, comme système médiatique créateur de médias et de messages, comme gigantesque système de signes dont les directions de communication sont en partie les architectes et les gardiens, comme système technique-social et symbolique, comme institution productrice de valeurs et de comportements etc.

19Se constituent ainsi la dignité épistémologique d’un objet et l’installation d’un nouveau champ qui élargit la discipline Sciences de l’information et de la communication.

20Ce faisant, nous retrouvons ici, dans le domaine de la communication des entreprises et des organisations la fécondité de la pensée critique qu’il convient selon nous de réaffirmer dans ses grandes lignes et dans ses principes. Nous proposons pour cela de revenir aux fondamentaux de la pensée critique et de rappeler au cœur de notre démarche les principes constitutifs du savoir tels que Kant les a définis.

21Trois dimensions de notre activité scientifique doivent dans cette lignée être rappelées :

  • La nécessité de développer une pensée autonome émancipée des dogmes et des injonctions. Cette voie permet de distinguer les SIC et la communication des organisations des disciplines normatives et prescriptives, de situer leur position : distante des intérêts en présence, réflexive à l’égard de la demande ou commande sociale et de définir leur visée : ni lecture normative animée par le registre du devoir, ni pratique prescriptive
  • L’importance décisive d’une pensée élargie, ni autiste ni tautiste (pour reprendre la formule de L. Sfez) : une pensée ouverte à la diversité et aux controverses, capable d’anticiper, d’entendre et d’accepter le point de vue de l’autre, capable de mettre au service de la compréhension d’un même phénomène des sources d’information et des points de vue variés
  • Le développement d’une pensée en commun qui organise et fait progresser la réflexion collective, qui la publicise et la rend visible et discutable sous une double forme, publiée et partageable. Il s’agit ici de développer le rôle des associations, des revues, des livres et de promouvoir cette forme de commerce qui est le nôtre, le commerce des idées.

Bibliographie

Bibliographie :

Boure R., 2002, Les origines des sciences de l’information et de la communication, regards croisés, Septentrion, Villeneuve d’Asq

Bouzon A., 2006, La communication organisationnelle en débat : champs, concepts, perspectives, l’Harmattan, Paris

Delcambre P., 2000, Communications organisationnelles, Objets, pratiques, dispositifs, PUR, Rennes

Kant E.,1784, Réponse à la question : Qu’est ce que les Lumières ? 1786, Qu’est ce que s’orienter dans la pensée ?

Olivesi S., 2006, Sciences de l’Information et de la Communication, Objets, savoirs, discipline, PUG, Grenoble

Winkin Y., 2001, Anthropologie de la communication, Seuil, Paris.

Notes

1 Voir le passage de l’intitulé de l’organisation patronale française qui a évolué du terme de CNPF à MEDEF, le terme de patronat disparaissant au profit de celui d’entreprise.

2 Cf Dumont (1977), Dupuy (1983), Boltanski-Thévenot (1987)

3 J. L Michel a ainsi recensé plus de 250 métiers

Auteur

Professeur en sciences de l'information et de la communication, Université de Paris IV-Sorbonne (Celsa)

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable