Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contredire l’entreprise

 | 
Andrea Catellani
, 
Thierry Libaert
, 
Jean-Marie Pierlot

I. Les points de vue des académiques et des chercheurs : résultats d'études et perspectives théoriques

Les organisations face à la dérision1

Nicole Denoit et Valérie Carayol

Texte intégral

  • 1 Nous remercions chaleureusement les rédactions de Charlie Hebdo et de Siné Hebdo et les dessinateu (...)

1L’entreprise moquée plutôt que contredite frontalement est ici le sujet de notre analyse. C’est en effet le mode de la dérision que nous observerons comme stratégie de déconstruction de l’image, du discours, de l’action de l’entreprise. C’est par le rire que nous aborderons la question de la contradiction opposée à l’entreprise communicante, le rire qui suscite la connivence et la complicité, et qui permet d’abandonner le modèle argumentatif classique.

2Notre époque est riche en perspectives critiques : caricatures dans la presse, sketches des humoristes partout invités sur les plateaux de télévision, grands succès de librairie de textes écrits sur le mode caricatural par des salariés de l’entreprise, mouvements antipubs qui parodient les campagnes officielles, « entreprises critiques » créées par des « artistes entrepreneurs » qui portent un regard critique sur les phénomènes économiques, les problématiques de la société, tout en revendiquant un rapport ironique au monde.

3Rire de tout semble le fait de notre société et la contestation passe elle aussi par le rire mais, plutôt que de l’humour, elle naît de la dérision, de l’ironie. Du moins dans le contexte de cette étude, qui s’intéresse à la manière dont l’entreprise est mise en cause par le rire, on différenciera l’humour de la dérision, de l’ironie.

  • 2 Frédéric Ferney, « L’humour, cette insoutenable légèreté des lettres », in Le magazine littéraire, (...)

4L’humour sauve « de la malveillance par un sourire quand l’ironie, au contraire, est une stratégie, un système, une doctrine (…) Une goutte de poison, un soupçon de noirceur, une pointe de vacherie ne nuisent pas à l’humour mais l’on feint de l’être pour rire avec l’autre. Dans l’ironie, au contraire, on rit contre l’autre, voire contre soi. L’humour pardonne et comprend, là où l’ironie méprise et condamne. L’humour apaise, l’ironie blesse (…) Quand l’un protège, l’autre sépare »2.

  • 3 Caricatures concernant des entreprises parues au cours de l’été 2009 dans les journaux satiriques (...)
  • 4 Introduction au dossier « L’humour en littérature », in Le magazine littéraire, n. 477, juillet-ao (...)

5Tout en posant ce partage préalablement et en soulignant que le corpus3 étudié tourne en dérision l’entreprise, révèle une ironie mordante, on s’interrogera sur la finalité des caricatures de l’entreprise publiées dans les journaux satiriques, sur les effets escomptés et obtenus qui ne sont, bien sûr, pas nécessairement les mêmes. « On assiste, dans les médias, au triomphe d’une forme de comique, parfaitement convenu et inoffensif qui consiste à mimer l’actualité sur le mode de la parodie (avec ou sans marionnettes) en quêtant à tout prix l’approbation du public. L’esclaffement convulsif, le ricanement, la risée, c’est ce que veut la majorité, cela fait audience : c’est une fois de plus le contraire de l’humour »4.

6Dans cet « esclaffement convulsif », il y aurait donc quelque chose de fédérateur puisqu’il rassemble les rieurs. Mais de quelle communauté s’agit-il ? N’y a-t-il pas une spécificité de cette communauté de rieurs lorsqu’il s’agit de ceux qui se moquent de l’entreprise, de la personnalité, de la conduite de ceux qui l’incarnent ?

  • 5 Nicole d’Alméida, La société du jugement, Paris, Armand Colin, 2007, p.13.

7C’est le rire comme mode de contre-pouvoir qui nous intéresse ici. Cependant « il est important de distinguer le jugement, activité impliquante qui fait sens et qui fait lien de l’accusation et son cortège de vindicte »5. Tribunal de la raison ou mise en accusation ? Voie ouverte à un amendement ? Déconstruction du discours de l’entreprise, fissuration de son image lisse au profit d’un débat constructif ? Ce sont les questions posées.

8Pour comprendre les effets du rire il convient d’en observer d’abord « la fabrique ». De quel rapport au réel procèdent la caricature et le rire qu’elle provoque ?

Caricaturer c’est actionner le mécanique dans le vivant

  • 6 Henri Bergson, Le Rire, Paris, PUF, 2007, p. 26.

9La caricature grossit et en même temps simplifie les traits caractéristiques qui, pour être identifiables immédiatement et efficacement, doivent être, certes prélevés à une réalité bien observée, mais aussi figés, rigidifiés, rendus ainsi disponibles à la fabrique du rire telle que Bergson la définit. « Imiter quelqu’un, c’est dégager la part d’automatisme qu’il a laissée s’introduire dans sa personne. C’est donc, par définition même, le rendre comique, et il n’est pas étonnant que l’imitation fasse rire »6.

  • 7 Ibid., p. 36.

10Trait de caractère, aspect physique, posture, comportement de celui, de ceux qui incarnent l’entreprise, autant de supports propres à nous faire rire lorsqu’ils se raidissent, se figent, s’automatisent et s’écartent ainsi du vivant. « Un mécanisme inséré dans la nature, une réglementation automatique de la société, voilà, en somme, les deux types d’effets amusants où nous aboutissons »7 et que l’on trouve par exemple dans Les Dossiers du Canard Enchaîné d’août 2009. La crise aidant, l’idée d’« un revenu minimum » pour les grands patrons se remet à circuler, mais elle ne fait que circuler : « Nous avons toujours été contre le revenu minimum ! Par un souci de cohérence nous sommes aujourd’hui contre le revenu maximum ! ». C’est ce raidissement dans un égoïsme obscène qui nous fait rire de ces patrons anonymes et profiteurs, tous semblables : seule compte la défense de leurs intérêts quelle que soit la situation sociale du moment.

  • 8 Henri Bergson, Le Rire : essai sur la signification du comique, Paris, Alcan, 1900, p. 136, cité p (...)

11Dans les mêmes Dossiers du Canard, une autre caricature édifiante du 12 août 2009 titrée « A la BNP on est serein », fait dire au patron « Le G 20 n’a pas interdit qu’on tire profit de la crise » ! Tout raidissement contre la fluidité de la vie sociale est donc à la source du comique : « Est comique le personnage qui suit automatiquement son chemin sans se soucier de prendre contact avec les autres »8.

12On rira du patron dont toutes les décisions sont systématiquement et grossièrement prises en fonction de son intérêt égoïste et matérialiste. La caricature du monde de l’entreprise part de cette posture systématique, infailliblement prévisible. Faire rire de l’automatisme des comportements, mais dans quel but ?

Faire rire pour corriger

  • 9 Arnaud Mercier, loc.cit., p. 15.

13Pour Bergson le rire a une fonction de correcteur social. « En effet, le principal ressort du comique est la dérision de ceux qui n’évoluent pas, de ceux qui ne savent pas bouger en même temps que la société. Le rire sanctionne ceux qui sont trop éloignés des normes sociales : qu’ils ne respectent pas les conventions, ou qu’ils en soient au contraire trop esclaves. Le but est alors de les ramener à la norme »9.

14Cependant cet effet attendu de correction par le rire interroge pour nous la permanence des situations caricaturées. Ainsi depuis l’Antiquité, un motif fait périodiquement consensus, parle à chacun de manière universelle dans nos sociétés régies par la hiérarchie de classes et de richesses : la lutte du pot de terre contre le pot de fer, David contre Goliath. Dans le moment présent, la crise économique, avec son lot de négligences coupables, ses récits de folies des grandeurs opposées à la misère quotidienne, va en favoriser des déclinaisons.

  • 10 Siné Hebdo, n° 44, 8 juillet 2009, p.4, annexe 1

15Ainsi trouve-t-on illustré dans le Siné Hebdo du 8 juillet 2009 cette disparité si criante, si évidente qu’elle en devient comique. « La crise ne pèse pas le même poids pour tous »10. Ainsi les situations perdurent et le rire continue de les accompagner…

Désobéir : les partisans du rire militant

16Cependant, les partisans du rire comme moyen de résistance ne désarment pas et renouvellent le genre aidés par l’outil Internet. Se développe une désobéissance organisée sur le mode de la performance humoristique en entreprise. Cette nouvelle forme de dérision se développe à grande vitesse, prenant de cours l’action politique, même si l’une et l’autre partent souvent des mêmes analyses, jusqu’à parfois s’associer.

  • 11 Supplément au Monde n°20103 du samedi 12 septembre 2009, p 19

17« Aux grandes messes syndicales, toute une génération remuante préfère désormais les happenings drôles, inattendus et médiatiques »11. Par exemple, le collectif « l’Appel et la pioche » organise un « pique-nique de faim de mois ». L’idée est d’improviser un casse croûte dans un supermarché et d’inviter les clients à le partager. L’objectif est de dénoncer les marges de la grande distribution alors que le pouvoir d’achat stagne. 750 millions d’euros de bénéfice pour Carrefour au premier semestre 2008, une augmentation de 9 % en huit mois. « Nous voulons dire aux gens de manière ludique : servez-vous à votre tour. Chaque fin de mois nous investirons un supermarché » dit un militant, étudiant en Sciences Politiques.

  • 12 Ibid., p.20

18« 11h15 : la dizaine de militants se retrouvent au rayon meubles et lancent l’action. En hâte, ils déplacent un canapé et une table, dégainent une nappe sur laquelle ils installent le contenu de leurs chariots et avec une radio attrapée sur les rayons mettent la musique à fond. Les slogans éclatent : « Ils grignotent votre pouvoir d’achat : grignotez leurs marges à votre tour ! »12. La joyeuse mêlée provoquée dure environ dix minutes, le temps que les vigiles arrivent. Beaucoup de clients approuvent généralement.

19Depuis 2005, de tels happenings bousculent le jeu classique des manifestations en y introduisant créativité, surprise et amusement. « L’Appel et la pioche », « Génération précaire », « Jeudi soir », « Sauvons les riches », « les Clowns à responsabilités sociales » ont transformé la militance : envie de bousculer les choses, de résister au capitalisme plutôt que de rentrer dans un parti, avoir conscience de l’importance des médias et surtout l’envie de s’amuser en faisant tout cela. Transgresser est un plaisir et ce plaisir de la dérision est le point commun de tous ces mouvements.

  • 13 Ibid., p 23

20On trouve indéniablement dans ces mouvements un aspect fédérateur qui peut donner l’illusion d’une force, celle d’une désobéissance collective. « On a envie de rire de ce qui se passe : l’absurdité est tellement présente partout qu’il vaut mieux s’amuser avec. C’est aussi efficace et sans arrière-pensée politique. On créé un contre-pouvoir. »13

  • 14 Le Monde 2, n. 291, supplément au Monde du samedi 12 septembre 2009, p. 25.

21Quel est l’impact de ces actions ? « ça n’imprime rien du tout », estime Jean-Michel Aphatie, éditorialiste sur RTL. « C’est spectaculaire, ça plaît aux journalistes mais qu’est-ce qu’il en reste ? ». Les syndicalistes voient d’un mauvais œil ces militants qui les bousculent. « Ils croient qu’ils ont tout inventé, lâche un vieux cégétiste. Ok on en parle. Mais quand il faut négocier et arracher des vraies mesures au gouvernement, c’est nous qui nous nous battons. Et là, il ne s’agit plus de faire les clowns… »14.

Rire de tout : un état de société

  • 15 « Humour noir contre puissance rouge », Télérama, 23 septembre 2009, p. 32.

22Et pourtant le rire est une arme féroce. En Chine, l’humour noir des artistes performers s’attaque violemment et efficacement au pouvoir politique à l’occasion notamment du 60ème anniversaire de la république populaire. Ainsi, l’architecte designer du célèbre stade olympique de Pékin, Ai Weiwei se promène parfois torse nu à Tiananmen, le mot « fuck » écrit sur la poitrine. « Plus drôle : le mois dernier, armé d’un seau et d’une serpillière, un Américain est carrément venu laver la place – et donc l’honneur – du peuple chinois. Son entreprise a duré six minutes, avant que les policiers ne se jettent sur lui. Le lendemain, un artiste chinois a suivi toute la journée une fourmi sur le bitume, traquant ses déplacements avec un zèle absurde. Cette fois, les policiers ont laissé faire : ils tolèrent d’autant mieux la parodie qu’ils ne la comprennent pas, ou peu. Depuis le 15 août, trois cents performers sévissent ainsi à Pékin. Sans banderoles ni tracts. Juste par happenings et métaphores. Humour noir contre puissance rouge (…) L’art est en train de devenir un média alternatif, estime Zhu Qi, commissaire de la biennale d’art contemporain de Pékin. Un média beaucoup plus critique que la presse chinoise, avec une véritable fonction d’alerte »15.

  • 16 Henri Bergson., loc. cit., p. 75.

23Examinant « Les lieux de la réputation », Nicole d’Alméida remarque que « les journalistes ne sont pas seulement des sources ou des relais, (qu’) ils sont sans cesse confrontés à un référent collectif qui les aiguillonne autant qu’ils l’aiguillonnent. De l’un à l’autre se joue la configuration du problème, sa manière de l’énoncer, de l’interpréter et de la proposer au jugement des autres »16.

  • 17 Pascal Bruckner, L’euphorie perpétuelle, Paris, Grasset, 2008.

24Ainsi, sur le mode de la dérision, la caricature de l’entreprise dans la presse correspond aux attentes des lecteurs, à un état de notre société, à une perception de l’entreprise dans le contexte actuel. Cet appel au rire critique, vengeur en toute situation, nous installe dans une sorte d’ « euphorie perpétuelle »17 pour reprendre le constat de Pascal Bruckner. Encore davantage, l’irrévérence, l’irrespect semblent être devenus des nouvelles valeurs qui font le contexte dans lequel s’inscrit la caricature de l’entreprise.

La caricature du patron

25Cette caricature de l’entreprise c’est d’abord la caricature du patron, un patron sans chair, sans véritable visage comme sans humanité. Le patron caricaturé est un assemblage de stéréotypes : le costume cravate des « cols blancs » habille un homme vociférant, le cigare à la bouche et dont l’obésité est un signe de réussite sociale.

26On constatera souvent (et paradoxalement en apparence car les patrons sont beaucoup plus lointains avec la mondialisation, sans physique ni personnalité spécifiques, interchangeables) que la caricature de l’entreprise c’est d’abord la caricature du patron, de sa posture ridicule : c’est-à-dire, pour reprendre l’analyse de Bergson, de l’absence du vivant dans la mécanique du profit, dans le réflexe patronal qui nie l’humain, le salarié, et ceci pourtant dans un contexte spécifique qui devrait interdire toute mesure systématique. Les syndicats précisément, contre l’entreprise, réclament un traitement au cas par cas.

27La posture patronale, qui représente l’entreprise, est comique car figée dans le réflexe de la recherche d’intérêt, sourde à toute autre considération : on se souvient du sketch de Fernand Raynaud nous faisant entendre un pauvre salarié qui réclame une augmentation et qui s’entend répondre par son patron, totalement sourd à sa plainte, qu’il doit chercher un hôtel moins cher ! Ce ressort comique est fédérateur car convenu, attendu comme tel par des lecteurs qui ont, eux aussi, une analyse réflexe de la responsabilité patronale, une vision systématique de la mécanique capitaliste.

  • 18 Siné Hebdo, 22 juillet 2009, fig. 2.

28On trouvera facilement à illustrer cette analyse de la dérision du monde de l’entreprise : le patron au gros cigare, souvent ventripotent, bridé dans son costume cravate, hurlant des menaces, ne manifestant qu’inconscience, cynisme et cruauté, crescendo lisible dans les caricatures de la presse satirique. Ainsi, pendant qu’à Chatellerault, les salariés de New Fabris, au désespoir, menaçaient de faire sauter l’entreprise au butane s’ils n’obtenaient pas les indemnités de licenciement réclamées, on pouvait voir caricaturé le patron hurlant devant un alignement de bouteilles de champagne « Si vous touchez à mon pognon, moi aussi je fais tout sauter »18.

  • 19 Siné Hebdo, 16 septembre 2009, fig. 3

29Même cigare, même cynisme chez le patron de France Telecom qu’on commence à identifier physiquement dans les caricatures. A propos des suicides dans l’entreprise le caricaturiste lui fait dire face aux murs sanglants de l’entreprise « … en plus vous salissez l’image de l’entreprise »19 !

  • 20 Charlie Hebdo, 30 septembre 2009, fig. 4.

30À force de faire parler de lui, Didier Lombard impose sa physionomie. Identifiable par tous, il devient caricaturable : « Le PDG prend une mesure »20 et il pleut des suicidés qui salissent de leur sang le large parapluie de Didier Lombard.

  • 21 Siné Hebdo, 22 juillet 2009, fig. 5.

31Un cigare encore pour ce patron ventripotent, obsédé de rentabilité, hurlant « Vous penserez à rattraper vos heures de défibrillation ! »21.

32Ici encore l’efficacité de cette caricature tient au grossissement des traits, à la raideur des attitudes et le comique, si l’on en croit Bergson, en serait le châtiment.

Le rire fédérateur

33Est-ce vraiment le cas ? L’entreprise et ses patrons ont-ils vraiment peur du ridicule ? Perdre la face socialement semble, hélas, aujourd’hui considéré comme moins grave que de perdre son argent. Mieux vaut la honte sociale que la punition matérielle, la privation d’un parachute doré par exemple. Certains patrons étalent leur cupidité sans vergogne dans la réalité comme dans les caricatures. « Le ridicule ne tue plus » depuis longtemps. Alors, pourquoi tourner les entreprises en dérision ? Pour notre plaisir, celui de voir confirmé ce que nous savons déjà, celui de se retrouver implicitement réunis autour d’une dénonciation dont on n’attend aucun changement. Peut-on parler d’une posture de dérision dégagée de tout espoir de correction, dégagée aussi d’une véritable critique politique constructive ?

34Est-ce le cas à propos de l’entreprise caricaturée ? Les caricaturistes pensent-ils que leur dessin, qui attire la moquerie sur l’entreprise, aura une action correctrice sur elle ? Peut-on trouver dans ces caricatures un jugement qui inciterait l’entreprise à se transformer ? Il apparaît qu’il s’agit davantage d’une complicité entre les lecteurs d’une même tendance politique, que d’un espoir de transformer le fonctionnement de l’entreprise. Il s’agit de fédérer par le rire les lecteurs d’abord, les esprits critiques d’une même tendance politique ensuite. Or, précisément le rire naît de la rigidité de la posture patronale que la conviction politique se charge de figer dans la caricature.

Et si rien ne devait changer…

  • 22 Ibid.

35« Le rire exclut symboliquement et incite à réintégrer les normes mais, si l’homme résiste, le rire finira par s’estomper sous la force de l’habitude. Ce qui était risible devient un jour socialement toléré »22. Ainsi, l’indifférence des patrons à la question sociale devient la norme. Forcer le trait dans la caricature n’est qu’un signe de reconnaissance entre ceux qui ne sont pas dupes et ceux qui sont sans espoir de transformation. L’attitude du patron est convenue : on n’attend pas qu’elle change. L’entreprise le sait et ne s’en inquiète guère. Parallèlement, avec d’autres arguments, elle cherche à se construire une bonne image. On ne répond pas à une caricature, on l’ignore.

36On pourrait même se demander si la caricature de l’entreprise et de ses patrons n’est pas un signe de bonne santé sociale. Le pire est de se faire oublier, qu’on ne parle pas de vous. On remarque même que l’entreprise nourrit l’autodérision. Il faut avouer que la mode est à l’ironie, à l’humour. Le fâcheux est celui qui se prend au sérieux. Il faut faire rire pour séduire.

  • 23 Siné hebdo, 16 septembre 2009, annexe 6.

37Ainsi, être caricaturée pour l’entreprise manifeste son importance sociale. L’économie et ceux qui l’incarnent pèsent aussi lourd que le pouvoir politique et les institutions, cibles traditionnelles des caricaturistes. La langue de bois commerciale est aussi bien connue que la langue de bois politique. Le « bienvenue dans la boîte ! » évoque à chacun le stéréotype de la cordialité commerciale23.

  • 24 Siné Hebdo, 4 juin 2009, annexe 7.

38Ainsi, le pouvoir dans l’entreprise est désormais peu personnalisé ; le patron est devenu une catégorie générique plus qu’un homme responsable et à la forte personnalité. Les patrons : tous des exploiteurs que l’on ne distingue plus. Ce sont les points communs des patrons qui sont mis en scène dans les médias. Ce n’est pas le patron qui est caricaturé mais au contraire le sympathique bonhomme Michelin dissimulant la vérité des licenciements : « Retirez la cagoule des voyous ! »24.

39Peu de patrons sont connus. Avec l’élargissement des groupes, avec la mondialisation, on ne sait plus où sont, qui sont les patrons. Comment les mettre en scène et caricaturer efficacement leur silhouette que personne ne connaît ? Nous avons évoqué une exception récente et significative à la règle : la caricature de Didier Lombard, par trop connu hélas de tout monde tant est longue la liste de ceux qu’il a désespérés à France Telecom. Sa sinistre notoriété le rend caricaturable. Progressivement il devient parfaitement identifiable dans les dessins humoristiques qui témoignent ainsi de sa notoriété.

40Généralement, la presse traite de cas précis, d’événements contextualisés : telle ou telle fermeture d’usine, mais dont le patron est à distance. On peut se demander si, dans la réalité, la mode de séquestrer les cadres qui sont sur place, lors d’un conflit, ne répond pas au besoin de saisir quelqu’un physiquement parlant, à défaut d’avoir un interlocuteur patronal en chair et os. Le caricaturiste compose avec cette absence d’interlocuteur. Le patron est désormais peu personnalisé, il est une catégorie générique plus qu’un individu identifiable. Il est une mécanique, une machine à broyer les salariés, un stéréotype identifiable par quelques traits.

41Or, la politique reste l’affaire des hommes. Et le politique s’incarne de plus en plus, se « pipolise », même si certains le déplorent, en même temps que les dirigeants de l’entreprise se désincarnent.

42L’intérêt de la caricature, l’attachement des lecteurs à la retrouver chaque semaine, résident non dans ce qu’elle met en évidence de la situation réelle mais dans l’inventivité de la mise en scène d’un propos convenu, d’une conviction déjà établie définitivement. Contre toute attente, la caricature se révèle consensuelle et peu dérangeante : presque une langue de bois critique qui confortent les rieurs partageant les mêmes codes et les mêmes certitudes mais aussi ceux qui font les frais de cette dérision. Chacun reste dans son camp et dans son rôle d’exploiteur systématique ou de victime. La dérision semble être une soupape de sécurité qui rend les choses supportables tout en prétendant à les corriger.

43La caricature, le rire qu’elle fait naître fédèrent les mécontents, fait partager l’expérience de l’injustice, en pointent les manifestations. En ce sens elle fait du prosélytisme, fait de nouveaux adeptes, élargit la communauté des rieurs. La presse satirique d’ailleurs se porte bien (seul secteur en bonne santé de la presse écrite en temps de crise généralisée) et les artistes satiriques font salle comble.

44Cependant, si la caricature déconstruit les discours trop lisses de l’entreprise, elle n’autorise pas de réponse de sa part. Elle est sans appel. C’est sa force mais une force affaiblie, atténuée dans un contexte de dérision généralisée qui peut aboutir à une insignifiance généralisée. Le propos satirique semble s’apparenter à un genre confiné bien qu’élargi (par les formes modernes de communication), confiné car il semble peu contaminer finalement la réflexion et le discours politiques tout comme le discours patronal et entrepreneurial. Ce point resterait à approfondir, très peu d’études sur ce thème ayant été menées.

Bibliographie

Bibliographie

BERGSON Henri, Le Rire : essai sur la signification du comique. Paris, PUF, 2002. (1ère édition 1900).

BRUCKNER, Pascal, L’euphorie perpétuelle, Paris, Grasset, 2008.

CARAYOL, Valérie, « Parlez moi d’humour, rire et parodie dans les organisations »

in GRAMACCIA, G., & GARDERE E., Coexister dans les mondes organisationnels, Paris L’harmattan, 2003.

CAZENEUVE Jean, Le Mot pour rire, Paris, La Table Ronde, 1984.

CHABROL, Claude, « Humour et médias. Définitions, genres et cultures » in Questions de Communication, n. 10, 2006, pp. 7-17.

COULOMB-GULLY, M., « Les ‘Guignols’ de l'information : une dérision politique »,in Mots, 40(1), 1994, pp. 53-65.

D’ALMEIDA, Nicole, La société du jugement, Paris, Armand Colin, 2007.

FAŸ, E., « Dérision and Management », in Organization, vol. 15, n. 6, 2008.

FERNEY, Frédéric, « L’humour, cette insoutenable légèreté des lettres », in Le magazine littéraire, n. 477, juillet-août 2008.

HUTCHEON, L., « Ironie et parodie: stratégie et structure », in Poétique: Revue de Théorie et d'Analyse Littéraires, 9, 1978, pp. 467-477.

HUTCHEON, L., « Ironie, Satire, Parodie: Une Approche Pragmatique de l'Ironie », in Poétique: Revue de Théorie et d'Analyse Littéraires, 12, 1981, pp. 140-155.

JEAN-MICHEL, A., « Unités rédactionnelles et genres discursifs: cadre général pour une approche de la presse écrite », in Pratiques n° 94, 1997, pp. 3-18.

KAUFMANN Pierre, L'Inconscient du politique, Paris, Vrin, 1988, p. 212.

KOFMAN Sarah, Pourquoi rit-on ?, Paris, Galilée, 1986.

LAMARRE, H. L., LANDREVILLE, K. D., & BEAM, M. A., The Irony of Satire in International journal of Press/Politics, Vol. 14 n. 2, SAGE, 2009, pp. 212-231.

LE MONDE 2, n. 291, supplément au Monde du samedi 12 septembre 2009.

LE MAGAZINE LITTERAIRE, Introduction au dossier « L’humour en littérature », Le magazine littéraire, n. 477, juillet-août 2008.

MERCIER, A., « Pouvoirs de la dérision, dérision des pouvoirs », in Hermes n. 29, 2001, pp. 9-18.

TETU, J. F., « L’émotion dans les médias: dispositifs, formes et figures », in B. LAMIZET B. et TETU J.-F., « Émotion dans les médias », in Mots, 75, 2004, pp. 9-20.

WEISGERBER, J., « Satire and irony as means of communication », in Comparative literature studies, vol. 10, n. 2, 1973.

Notes

1 Nous remercions chaleureusement les rédactions de Charlie Hebdo et de Siné Hebdo et les dessinateurs pour nous avoir permis de reproduire les dessins illustrant cet article.

2 Frédéric Ferney, « L’humour, cette insoutenable légèreté des lettres », in Le magazine littéraire, n. 477, juillet-août 2008, p.52.

3 Caricatures concernant des entreprises parues au cours de l’été 2009 dans les journaux satiriques « Charlie Hebdo », « Sine Hebdo » et le « Canard Enchaîné ».

4 Introduction au dossier « L’humour en littérature », in Le magazine littéraire, n. 477, juillet-août 2008, p. 54.

5 Nicole d’Alméida, La société du jugement, Paris, Armand Colin, 2007, p.13.

6 Henri Bergson, Le Rire, Paris, PUF, 2007, p. 26.

7 Ibid., p. 36.

8 Henri Bergson, Le Rire : essai sur la signification du comique, Paris, Alcan, 1900, p. 136, cité par Arnaud Mercier, « Pouvoirs de la dérision, dérision des pouvoirs », in Dérision, Contestation, Hermès n. 29, 2001, p. 15.

9 Arnaud Mercier, loc.cit., p. 15.

10 Siné Hebdo, n° 44, 8 juillet 2009, p.4, annexe 1

11 Supplément au Monde n°20103 du samedi 12 septembre 2009, p 19

12 Ibid., p.20

13 Ibid., p 23

14 Le Monde 2, n. 291, supplément au Monde du samedi 12 septembre 2009, p. 25.

15 « Humour noir contre puissance rouge », Télérama, 23 septembre 2009, p. 32.

16 Henri Bergson., loc. cit., p. 75.

17 Pascal Bruckner, L’euphorie perpétuelle, Paris, Grasset, 2008.

18 Siné Hebdo, 22 juillet 2009, fig. 2.

19 Siné Hebdo, 16 septembre 2009, fig. 3

20 Charlie Hebdo, 30 septembre 2009, fig. 4.

21 Siné Hebdo, 22 juillet 2009, fig. 5.

22 Ibid.

23 Siné hebdo, 16 septembre 2009, annexe 6.

24 Siné Hebdo, 4 juin 2009, annexe 7.

Auteurs

Université de Tours

Université de Bordeaux

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540