Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argumentation et dialectique en Islam

 | 
Abdessamad Belhaj

Chapitre III. L’ère de la dialectique, ̒ilm al-ğadal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Comme forme dialoguée, ğadal fut associé à nombre de secteurs du savoir arabo-musulman, mais à ce niveau-là il ne s’agit pas d’un art achevé, inā̒a. Jusqu’au ive/xe siècle, ğadal avait des sens différents avec des extensions variables. Les dialecticiens, ahl al-ğadal furent identifiés par Abῡ ̓l-Farağ al-Iṣfahānī (m. en 356/967) comme les théologiens qui crient dans la défense de leurs doctrines et de leurs arguments, ya-taāyaḥῡn fī ̓l-maqālāt wa-̓l-uğağ1. Pour al-Fārābī, ahl al-ğadal indique plutôt une catégorie de raisonnement fondé sur une connaissance incomplète de la chose, al-ma̒rifa an-nāqia bi-̓š-šai̓. Les dialecticiens, pense-t-il, sont à mi-chemin entre le public et les philosophes dans la quête du savoir certain, al-yaqīn2. Dans les sciences religieuses islamiques, à part le sens péjoratif traditionniste qui indiquait ceux qui suivaient leur propre opinion, ğadalīyn signifiait les théoriciens du droit musulman qui pratiquaient la dialectique juridique. Le...

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540