Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le bonheur aujourd’hui

 | 
Caroline Guibet-Lafaye

Conclusion

Texte intégral

1L’ensemble de ces analyses a permis de montrer que « le bonheur n’est ni une course effrénée au toujours plus et toujours tournée vers l’avenir, ni l’unique nostalgie du passé » (Proust) pas plus qu’il n’est la simple somme des plaisirs de la vie à laquelle seraient soustraits les maux subis. Le bonheur est bien plutôt un état – c’est-à-dire pas seulement un sentiment – de bien-être dépendant d’une pluralité de facteurs. Selon la perspective à partir de laquelle on l’appréhende (la psychologie, l’économie, la neurologie, la morale, etc.), il se présentera selon l’une ou l’autre de ses facettes, dont aucune ne permet à elle seule de le saisir – ni de le définir – dans la complexité de son essence et de sa réalité. La neuropsychologie révèle une corrélation entre le bonheur, le sentiment d’être heureux et une hyperactivité du lobe préfrontal gauche mais l’on admettrait difficilement que le bonheur se résume à cette hyperactivité.

2Il est une réalité complexe et pluridimensionnelle car le bonheur présente à la fois un aspect subjectif : il est un sentiment de bien-être et de satisfaction ; un aspect objectif : il consiste en un état pouvant faire l’objet d’une appréciation objective de la part d’un tiers ; un aspect neurophysiologique. Tous ces éléments participent, de façon complémentaire et non exclusive, à sa définition, laquelle ne peut être que pluridimensionnelle.

3Bien qu’au premier abord, le bonheur puisse s’offrir avec une certaine évidence, comme sentiment de bien-être ou de totale satisfaction, extase ou plénitude, et se saisir à partir de tous ces synonymes, la difficulté survient lorsqu’il s’agit de déterminer le type de satisfaction spécifique auquel il correspond, c’est-à-dire la nature de la satisfaction, propre à l’expérience du bonheur et qui le distingue de la joie ou du contentement, de l’allégresse ou du plaisir que procure une journée ensoleillée. Se pose alors de façon décisive la question de savoir pourquoi toute forme de satisfaction ne constitue pas, comme telle, une description du bonheur.

4Pourtant il n’est pas certain que la principale difficulté que pose le bonheur soit celle de sa définition et non pas plutôt celle de l’identification des conditions dont il dépend. Cette difficulté est occultée par le rapport immédiat que nous avons au bonheur et par l’intuition commune qui fait du bonheur un sentiment, c’est-à-dire un état subjectif. Pourtant les analyses, fondées sur des données empiriques ci-dessus présentées, ont montré que le bonheur dépendait à la fois de conditions objectives et de certains processus internes, tels que les évaluations individuelles d’états de fait.

5Le paradoxe du bonheur est que ce dernier, tout en dépendant de conditions objectives et tout en pouvant être décrit objectivement – y compris dans la forme propositionnelle « être heureux de… » que nous avons évoquée –, demeure un sentiment subjectif dont on ne peut pas dire qu’individuellement il se déduise de la conjonction effective de toutes les conditions dont on établit qu’en général il dépend. Les études macrosociales montrent certes que les pays libres, riches, égalitaires et démocratiques sont des pays où les personnes, en moyenne, déclarent davantage être heureuses et satisfaites de la vie. Pour autant, on ne pourra jamais conclure qu’un individu riche, libre et jouissant des libertés civiles sera nécessairement heureux. Ce qui fait la différence entre un homme riche, libre et heureux et un homme bénéficiant des mêmes conditions mais malheureux est ce que l’on appellerait un supplément d’âme mais qui peut être décrit, dans nombre de cas, comme une évaluation. Cette différence exprime celle existant entre des conditions nécessaires et des conditions suffisantes du bonheur.

  • 1 Voir Aristote, Métaphysique, λ, livres 7 et 9, 1075 a 7-10.

6Certains jugent que cet écart peut être comblé par la pensée. Ainsi se comprend mieux l’importance qu’Aristote reconnaît, dans l’expérience du bonheur, au fait d’avoir réfléchi sur les principes de notre humanité ainsi que sur ceux du monde dans lequel nous vivons – et d’avoir donc « philosopher » puisque ces principes sont ceux que l’on découvre au cours des recherches de philosophie première et de philosophie seconde1. Cette réflexion permet de comprendre, par exemple, que le plaisir ne peut être le tout du bonheur, que le bonheur est un absolu très relatif, qu’il se rencontre dans le cours ordinaire de l’existence, que l’on ne peut en jouir continûment du fait de notre finitude et que cette discontinuité n’ôte rien à la qualité de ce qui est vécu dans le moment où il l’est ni à la possibilité qu’une vie, parvenue à son terme, puisse être dite heureuse.

7Les philosophies qui, de l’Antiquité à nos jours, placent au cœur de la réflexion sur le bonheur la raison et/ou la vertu tendent à combler ce différentiel par la pensée et à conférer à cette dimension réflexive une forte extension aussi bien dans l’interprétation du bonheur que dans son vécu.

8La prééminence du facteur intellectuel dans l’expérience du bonheur ne tient pas seulement au fait qu’en étant vertueux, on écarte les occasions et les risques de malheur, suscités par l’imprudence par exemple, mais plutôt au fait que la réflexivité est une dimension essentielle du bonheur. En un sens, avoir réfléchi ou « pensé » le bonheur permet de mieux le vivre aussi bien dans son intensité et dans sa durée. Incontestablement un sentiment de bonheur peut être éprouvé indépendamment de toute réflexion sur le bonheur. Cependant pour vivre cette expérience dans sa plénitude et, tout simplement, pour savoir qu’on le vit, que l’on est heureux, il faut au moins une fois dans sa vie s’être interrogé sur ce qu’est le bonheur.

9C’est là un autre paradoxe du bonheur : il peut se vivre à des occasions très simples, voire banales, notamment parce qu’il consiste en un sentiment de satisfaction et/ou de bien-être. Pourtant, il faut l’avoir pensé pour pouvoir le revivre, pour le revivre plus intensément lorsqu’il s’est évanoui après le bref moment de bonheur durant lequel il a été ressenti. Ainsi, et contrairement à ce que l’on aurait pu naïvement croire, penser le bonheur aide à le vivre, à quel que plan que ce soit de compréhension, que soit en convoquant les sagesses de l’Antiquité grecque ou du bouddhisme, ou qu’il s’agisse simplement de la réflexion que chacun mène pour soi. Celle-ci permet en effet de prendre conscience du rôle et de la place des conditions objectives dans la détermination de l’expérience du bonheur. Elle contribue à l’évaluation des dimensions de l’existence auxquelles on accorde(ra) de la valeur comme à l’évaluation de sa situation personnelle.

10La reconnaissance de cette dimension évaluative dans l’expérience du bonheur peut contribuer à réorienter l’appréhension sociale du bonheur. Le bonheur individuel et collectif ne serait alors plus envisagé comme la maximisation de la satisfaction ainsi que le suggère l’utilitarisme et que voudraient le faire croire les sociétés de consommation mais comme la satisfaction des dimensions de l’existence qui présentent, aux yeux des individus comme de la collectivité, une indéniable importance. La volonté politique de garantir à chacun des réalisations sociales fondamentales assure non seulement la jouissance individuelle de certaines conditions objectives de base, indispensables au bonheur, telles que la santé, l’éducation, etc., c’est-à-dire plus que le simple accès à ces dimensions, comme les théories ressourcistes de la justice et les théories de l’égalité des chances le revendiquent. Mais il s’agit également de veiller à ce que les individus puissent jouir d’accomplissements dans des domaines de l’existence dont la valeur est reconnue socialement – qu’il s’agisse de la vie familiale ou professionnelle, affective ou créative – et sont des dimensions essentielles de la vie humaine, donc du bonheur humain. Cette approche garantit à la fois un sentiment de bien-être et des formes d’accomplissement de soi à tous, c’est-à-dire des dimensions constitutives du bonheur. Elle contribue, ultimement, à une augmentation du niveau d’utilité – i.e. de bien-être – de chacun. Augmenter ainsi le bien-être et permettre que chacun puisse mener à bien des accomplissements fondamentaux, sociaux et privés, dans la vie humaine accroîtra-t-il le bonheur ? On peut raisonnablement penser que oui.

Notes

1 Voir Aristote, Métaphysique, λ, livres 7 et 9, 1075 a 7-10.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540