Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le bonheur aujourd’hui

 | 
Caroline Guibet-Lafaye

Peut-on compenser des écarts de bonheur individuel ?

Texte intégral

1La réflexion sur le « droit au bonheur » a suggéré, dans le sillage du respect et de la préservation des droits de l’homme, qu’il était essentiel et « de droit » d’assurer à chacun un minimum de dotations externes sans lesquelles il était impossible de poursuivre son bonheur, son projet rationnel de vie. Nous souhaitons à présent envisager la question de savoir s’il est possible de compenser les individus pour un « déficit de bonheur » dont ils souffriraient individuellement, non pas simplement en prenant en compte leurs dotations externes – auxquelles se limitent le plus souvent les politiques publiques –, mais également leurs dotations internes. Cette interrogation met à l’épreuve l’idée commune et libérale selon laquelle chacun est le maître d’œuvre de sa vie et de son propre bonheur. Nous considérons souvent, concernant telle ou telle personne, qu’il ne tient qu’à elle d’être heureuse. Mais sommes-nous si certains que nous sommes à ce point responsables de nos tendances, penchants et dispositions personnelles ? Est-on responsable de nourrir l’ambition, depuis notre jeunesse, d’être PDG d’un grand groupe industriel ou acrobate ? Jusqu’à quel point chacun est-il responsable de ses préférences et de ses goûts ? À terme, l’élucidation de ces questions devrait conduire vers des politiques publiques plus généreuses, qui tiendraient compte du niveau individuel de bien-être et de satisfaction à l’égard de l’existence que chacun est en mesure d’atteindre.

  • 1 Sans toutefois réduire le différentiel entre la satisfaction des chômeurs et celle des employés (v (...)
  • 2 Richard Layard, « Good Jobs and Bad Jobs », CEP Occasional Paper, vol. 19, avril 2004.

2Comme nous l’avons rappelé, une considération impartiale de chaque membre de la société permet de conclure que le bonheur et le bien-être individuels justifient d’être l’objet d’un intérêt social équitable. De plus et dans la mesure où l’on sait que les récessions ont un effet préjudiciable sur le bonheur des individus mais quel’existence d’allocations chômage limite cet impact négatif1, les politiques publiquesont un rôle à jouer dans le niveau de bonheur ou de satisfaction que les individus peuvent atteindre. Bien des travaux montrent en effet que les chômeurs sont plusmalheureux que les travailleurs, s’ils ne s’habituent pas à leur situation – la perte du revenu n’expliquant pas, à elle seule, cette baisse d’utilité, cette chute du bien-être subjectif. Ce type de résultat peut être convoqué pour recommander des politiques de type « retour-au-travail » (« welfare to work ») avec, ainsi que le suggère l’économiste britannique, professeur à la London School of Economics, R. Layard, le développement d’emplois subventionnés2.

3Que l’on considère l’utilitarisme comme tel ou l’économie du bien-être, l’une des questions décisives, lorsque l’on envisage le bonheur dans cette perspective sociale, est de déterminer non seulement la nature de la distribution mais aussi qui sont les individus dont l’utilité et le bien-être doivent être pris en compte. Certaines théories de la justice contemporaines, susceptibles de motiver des politiques publiques, considèrent que le bien-être doit faire l’objet d’une redistribution visant à compenser les inégalités interindividuelles. Cette ambition engage toutefois un certain nombre de questions : comment le bonheur et son déficit peuvent-ils être socialement compensés ? Peut-on concevoir des dispositifs dont l’effet redistributif serait d’induire davantage d’égalité ou d’équité en matière de bonheur ?

4Pour compenser et « redistribuer » le bonheur individuel, il faut, en premier lieu, pouvoir le mesurer, l’évaluer et le comparer d’un individu à l’autre. Se pose alors la question de la possibilité des comparaisons interpersonnelles de bien-être. En second lieu, une « redistribution » du bonheur ou du bien-être, si tant est qu’elle soit possible, requiert d’identifier dans quelle mesure les individus sont responsables de leur bonheur ou du niveau de bonheur dont ils jouissent finalement sachant, comme nous l’avons vu, que ce dernier dépend à la fois de processus internes et de ressources externes.

5Soulignons, à titre préliminaire, qu’avec le bonheur, on se trouve face à une situation redistributive insolite puisque l’on ne prendra pas du bonheur à l’un pour en redonner à l’autre, comme on le fait pour des ressources transférables et quantifiables ou évaluables en référence au revenu par exemple. En effet, que peut-on donner à un individu pour qu’il puisse revenir à un niveau moyen de bonheur ? Le problème est double : d’une part, le bonheur n’est pas un bien transférable. Mais quel autre bien, d’autre part, pourrait se substituer au bonheur et faire l’objet d’un transfert susceptible de compenser le « déficit » en bonheur subi par certains ? La difficulté consiste ici à identifier un critère et une situation de référence pour juger du bonheur des uns et des autres, pour comparer leurs niveaux, établir si les individus se tiennent « au-dessus » ou « au-dessous » de ce niveau de référence. L’approche que nous allons proposer permettra de prendre en compte, au plan social, le bonheur individuel, en dépassant l’impasse où se trouve l’utilitarisme qui se soucie certes du bonheur collectif mais seulement en moyenne et quelle que soit sa répartition dans la population.

1. Compenser socialement le bonheur

  • 3 Voir Wilfried Pareto, Manuel d’économie politique, Genève, Droz, 1906.
  • 4 Les goûts d’un individu, en tant que tels, ne peuvent être jugés « dispendieux », si cet individu (...)

6L’économie du bien-être cherche à compenser les individus pour des niveaux d’utilité (i.e. de bien-être) inégaux. Comment procède-t-elle ? Pour proposer une compensation des différences individuelles en matière d’utilité, il est requis de réaliser des comparaisons interpersonnelles de bien-être, c’est-à-dire de comparer les niveaux d’utilité ou de bien-être des agents entre eux. Or un économiste comme Vilfredo Pareto ainsi que ses disciples ont montré que la satisfaction ne peut se comparer d’un individu à un autre3. À cette difficulté s’ajoutent celle dite de « l’épouse complaisante », précédemment évoquée, et celle dite des « goûts dispendieux ». Le problème des « goûts dispendieux » désigne cette situation où un individu peut délibérément cultiver des « goûts dispendieux » et ensuite afficher des revendications pour des parts distributives plus importantes4. Il confirme, une nouvelle fois, que l’on ne peut se satisfaire, dans une perspective sociale, d’une évaluation de la part distributive de chacun à partir de la perception, par l’agent, de son bien-être.

  • 5 Depuis le texte, « Utilitarianism and Welfarism » d’Amartya Sen, on désigne par le terme de welfar (...)
  • 6 John Rawls, Théorie de la justice et John Rawls, « Social Unity and Primary Goods », in A. Sen et (...)

7Ce type de difficultés a eu pour conséquence que le welfarisme5, i.e. l’égalitarisme du bien-être, a été délaissé au profit d’approches plus objectives telles que l’égalitarisme ressourciste6. Cependant il demeure possible de tenir compte et d’utiliser les comparaisons interpersonnelles d’utilité, dès lors que l’on interprète et évalue le bien-être à partir de notions comme les réalisations (functionings) ou les capacités objectives (capabilités), qui sont des caractéristiques individuelles irréductibles aux fonctions d’utilité, i.e. aux fonctions de bien-être.

  • 7 Amartya Sen, Commodities and Capabilities, p. 7.
  • 8 Stefan Björk et Pontus Roos, « Analyzing Changes in Health-Related Quality of Life », in Nordenfel (...)

8Qu’est-ce qu’un functioning ? Un functioning peut consister dans n’importe quel genre d’action exécutée, ou d’état réalisé, par un individu, et peut, a priori, couvrir tout ce qui concerne une description complète de la vie de l’individu. Le concept désigne des modes d’être et des faits comme le fait de « survivre », le fait d’« être nourri correctement » ou le fait d’« éprouver du plaisir ». Chaque functioning désigne l’une des dimensions de ce qui peut importer dans la vie d’une personne telle que l’absence de maladie, le logement ou la participation économique et sociale. Les functionings sont des réalisations auxquelles une personne est parvenue, en somme ce qu’elle a réussi à faire ou pas. Ses functionings reflètent son « état »7. Ils concernent aussi bien 1/ des facteurs individuels, i.e. « tous les pouvoirs qu’un individu peut rassembler pour mener à bien des activités différentes »8 ; 2/ les activités qu’un individu peut exécuter, étant donné ses qualifications ; 3/ les activités qu’il a réellement choisies ou choisirait d’exécuter, s’il était incité à les choisir ; 4/ l’ensemble des valeurs propres à l’individu, qui sert de fondement aux choix qu’il fera. 5/ S’y ajoutent des facteurs culturels, environnementaux et économiques. 6/ Ainsi que des caractéristiques plus subjectives telles que le sentiment de bien-être, l’évaluation de sa situation personnelle par l’agent, l’évaluation de ses besoins. A. Sen suggère ainsi que la vie peut être mise en équation par un ensemble de functionings placés en corrélation. Plus précisément, l’état d’une personne est compris comme un vecteur de functionings et l’ensemble des vecteurs faisables constitue l’ensemble de ses capabilités (ou capacités). Ces dernières coïncident alors avec ce que la personne peut faire et avec ce qu’elle veut faire.

9Les indicateurs mesurant ces capacités, loin de consacrer une approche strictement limitée aux utilités ou aux satisfactions psychologiques, permettent de se situer au-delà du welfarisme et de la prise en compte du bonheur, du bien-être individuel par la seule satisfaction. Les capabilités, désignant l’ensemble de ce qu’une personne peut et veut faire, offrent des informations sur la capacité d’une personne à réaliser son bien-être. Cette approche par les capabilités confirme que l’analyse du bonheur et sa prise en compte ne peuvent s’en tenir exclusivement aux utilités ou aux satisfactions psychologiques. Le bonheur est certes lié à la satisfaction mais il ne s’y réduit pas. Il peut lui-même être considéré comme un functioning approprié, au sens d’une capacité et d’un état au sujet duquel nos buts, dans la vie, nous font exprimer des préférences.

10Le bonheur n’est donc pas seulement à comprendre comme la conséquence de choix faits par les personnes. Il doit également être saisi à travers les possibilités de choix qui s’offrent à elles ainsi qu’à travers l’exercice des différentes fonctions (physiologiques, psychologiques ou sociales) que les personnes ont ou non à leur disposition. C’est en ce sens que le bonheur peut être considéré comme functioning et faire l’objet d’une attention sociale. L’appréciation du bonheur passe alors par la prise en compte d’indicateurs fondés sur une évaluation de la situation personnelle, guidée par des principes objectifs (concernant, par exemple, ce qui convient à une personne humaine, ce qui favorise une vie bonne, etc.) et par des préférences subjectives. La référence aux capabilités est éminemment pertinente pour une évaluation publique d’états de choses physiques, mentaux et sociaux. Or la justice, au sein de la communauté, implique que tous ses membres disposent d’un certain nombre de capacités fondamentales – celle de se nourrir suffisamment, de se mouvoir, de fonder une famille dans des conditions matérielles et émotionnelles acceptables, etc. – selon des modalités et grâce à des moyens dont on ne nie pas qu’ils puissent varier d’un contexte socioculturel à un autre.

2. Les individus sont-ils responsables de leur bonheur ?

11Ces paramètres identifiés, il faut en outre envisager, pour légitimer cette prise en charge sociale du niveau de bien-être de chacun, la part de responsabilité que les individus ont quant au niveau de bonheur dont ils jouissent. Le rôle de la responsabilité individuelle est déterminant dans l’évaluation de la légitimité d’une revendication, formulée par un agent à l’égard de la communauté, en vue d’une compensation, pour un état de bien-être donné. Sa prise en compte permettra d’établir ce que la tradition rawlsienne nomme une division du travail entre les institutions sociales et les décisions personnelles, c’est-à-dire entre ce dont les individus sont responsables et ce dont la société est responsable. Lorsque l’on considère que l’accomplissement personnel, sur lequel repose le bonheur individuel, dépend de la façon dont l’agent, prudemment ou non, emploie ses ressources totales, on présuppose la possibilité de distinguer entre, d’un côté, la chance – i.e. des circonstances objectives favorables – et, d’un autre côté, la responsabilité dans l’espace des accomplissements aussi bien que dans le champ des caractéristiques individuelles, selon que l’individu est né avec telle ou telle disposition, aptitude, etc.

  • 9 Voir Amartya Sen, « Well-Being, Agency and Freedom », Dewey Lectures, 1984, Journal of Philosophy, (...)
  • 10 John Rawls, Collected Papers, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2001, p. 228.
  • 11 Voir en particulier Amartya Sen, Éthique et économie ; Sen, Inequality Reexamined ; Sen, Developme (...)

12Cependant la détermination du statut réel de la responsabilité est intrinsèquement problématique. La pluralité des modèles de justice distributive contemporains – qui s’explique notamment par le rôle conféré à la responsabilité – en témoigne. 1/ Les théories de l’égalité des chances9 jugent que les individus sont responsables de saisir et de faire fructifier les chances que la société leur garantit. Tel est également le parti des théories de l’égalité des ressources qui considèrent que les agents sont responsables de l’usage des ressources fournies par la société tout aussi bien que de leurs ambitions. En particulier, des théories de la justice comme celle de Rawls jugent que les « variations de préférences et de goûts sont considérées comme relevant de notre seule responsabilité »10. 2/ L’approche par les capabilités, en revanche, vise à assurer l’accès, aux individus, à la plus large gamme de possibilités. Elle voit dans la liberté une dimension importante du bien-être11. 3/ Les théories égalitaristes du bien-être (le welfarisme) enfin considèrent que les inégalités en termes de bien-être doivent faire l’objet d’une attention sociale mais le rôle qu’elles confèrent à la responsabilité personnelle a pour conséquence que sont écartés, de toute compensation, les individus qui ont librement choisi de s’engager dans des activités ayant pour résultat un déficit du bien considéré – de l’utilité –, ce déficit leur étant alors pleinement imputable.

  • 12 Voir Thomas Scanlon, What we ought to each other ?, Cambridge, Harvard University Press, 1998, p. (...)

13La « division sociale des responsabilités », qui prévaut dans ces théories où la liberté joue un rôle central, implique que « la réussite ou l’échec, leur bonheur ou leur malheur sont des conséquences qui incombent à leur [celle des individus] propre responsabilité »12. Les personnes étant jugées pleinement responsables de leurs actions, elles en tirent les bénéfices et assument les coûts de leurs choix. Cette division sociale de la responsabilité a donc pour conséquence que certains désavantages demeurent de la responsabilité des individus.

14Pourtant le souci de solidarité et les devoirs, qui y sont liés, suggèrent que le fait de se sentir malheureux est une cause légitime de préoccupation sociale, quelle que soit la façon dont ce malheur est advenu. Précisément certaines théories, qui se distinguent de celles précédemment évoquées, considèrent que les individus ne sontresponsables ni de leurs goûts ni de leurs préférences, à tout le moins pas totalement. L’idée d’une responsabilité partielle, de l’individu, pour ses préférences et pour ses goûts, s’instaure lorsque l’on constate que parmi les individus qui ont des goûts dispendieux certains, quand ils en sont privés ne sont pas malheureux, alors que d’autres le sont. Dès lors, il est justifié, comme le souligne Richard Arneson, que la société conçoive la redistribution des ressources et des biens de telle sorte que lespréférences, qui n’ont pas été choisies par les individus, ne les pénalisent pas dans l’attribution de ces ressources.

15Cette voie est d’autant plus intéressante qu’elle permet de contourner les insuffisances théoriques des positions antérieurement présentées. Alors que les théories de la justice welfaristes font trop dépendre la part distributive d’un individu de ses caractéristiques propres (caractère, volonté, ambition, talents, etc.), les théories de lajustice ressourcistes tiennent trop peu compte de telles caractéristiques. Or la référence aux capabilités montre que ce n’est pas la possession, comme telle, de ressources qui importe mais ce que ces ressources représentent pour les personnes. Pour permettre aux politiques sociales de répondre adéquatement à cette considération, il convient de dégager une pondération appropriée des déterminants des situations individuelles (functionings), concernant les niveaux d’utilité atteints, aussi bien que de la responsabilité de chacun pour ses ambitions et, consécutivement, pour son niveau de bonheur.

3. Le bonheur, un mixte de résultats sociaux et d’accomplissements privés

16Comme nous l’avons établi, le bonheur est fondamentalement lié à la réalisation de soi, à la capacité et à la possibilité de poursuivre un accomplissement de son projet rationnel de vie, un accomplissement de et dans sa propre existence. Dès lors, les functionings qui méritent d’être l’objet d’une attention sociale spécifique ne peuvent se restreindre ni au seul bien-être subjectif – parce que certains accomplissements objectifs sont importants – ni aux ressources extérieures – parce que ce qui compte n’est pas tant ce que les gens ont que ce qu’ils peuvent réaliser avec leurs ressources. L’avantage que l’on retire d’un bien n’est pas principalement du plaisir mais consiste plutôt dans l’opportunité de réaliser ses potentialités. Dans cette perspective, l’intérêt exclusif pour les ressources ou pour les chances, au détriment des accomplissements ou des réalisations sociales fondamentales, demande à être étendu à d’autres dimensions. Ceci suppose, en premier lieu, d’identifier des functionings que tout individu est et doit être en mesure de mener à bien pour parvenir à un niveau de bonheur satisfaisant ou, à tout le moins, jugé minimum. En particulier, il est pertinent d’accorder une attention spécifique à l’épanouissement des fonctions humaines normales et au bien-être, qui suppose notamment la possibilité de jouir d’interactions sociales variées ainsi que de loisir. L’objectif est alors de garantir à chacun, non pas simplement des biens primaires ou des ressources de départ, mais aussi des réalisations fondamentales, étant entendu que ces réalisations concernent les résultats jugés essentiels du point de vue de la condition sociale et de l’épanouissement humain, tels que la santé et l’absence de souffrance, la liberté de mouvement, l’estime sociale et le respect, etc. En revanche, on peut considérer que certains résultats individuels, jugés d’intérêt purement privé, seront négligés.

17Une pondération appropriée de ces dimensions, sur laquelle reposera tout processus redistributif ou, à proprement parler, compensatoire, consiste à accorder un poids substantiel aux functionings qui traitent des dimensions de base de l’épanouissement humain et à attribuer à certains autres functionings un poids faible, voire nul. Cette délimitation stricte des réalisations fondamentales dessine une sphère privée substantielle et fait écho à la division du travail, préconisée par Rawls, entre société et individu en matière de responsabilité. En effet cette pondération, qui accorde une place privilégiée à l’épanouissement humain, trace une sphère de responsabilité, respectant la liberté des agents, leurs préférences et leur choix de style de vie sans, par ailleurs, compromettre leurs intérêts fondamentaux13. En effet les capabilités, d’une part, expriment la dimension de la liberté, et les functionings actuels témoignent, d’autre part, de l’accomplissement auxquels les agents parviennent. Ainsi l’approche retenue évalue à la fois les situations sur la base de caractères objectifs, tels que des functionings objectifs, mais aussi en relation à l’évaluation par les individus de leur propre situation. Si elle ne tenait pas compte de cette évaluation subjective, on pourrait en effet lui reprocher de vouloir imposer une conception particulière de la vie bonne aux individus auxquels elle s’intéresse.

18L’avantage de cette approche, par les réalisations fondamentales ou résultats primaires, est de prendre en compte le fait que les individus peuvent mal utiliser les ressources ou les chances qui ont été mises à leur disposition, dans une situation fictive initiale, et être, au bout du compte, malheureux. Précisément, les théories de l’égalité des ressources aussi bien que les théories de l’égalité des chances n’excluent pas la possibilité – ni n’y remédient – que les individus puissent mal utiliser leurs ressources et leurs chances et finir dans des situations intolérables mais elles n’y proposent aucun remède. Faute d’évaluer les situations individuelles en terme de bien-être réalisé, ces théories n’offrent aucun filet de sûreté, en matière d’accomplissement individuel et de réalisation de soi, dimensions fondamentales du bonheur de chacun. En revanche, lorsque les situations individuelles sont évaluées à partir d’une sélection d’accomplissements, identifiés comme des « résultats sociaux » fondamentaux ou comme des « functionings primaires » essentiels, pour le statut social individuel et les relations sociales, les individus ne peuvent être irrémédiablement condamnés à des situations indignes. L’intuition qui est au fondement de cette approche solidariste est qu’il n’est pas décent, pour les membres d’une communauté, de laisser d’autres individus vivre dans des conditions médiocres, quelle que soit la responsabilité morale qui leur incombe pour cette situation. Le RMI en France incarne, pour partie et dans la seule dimension des revenus, une telle préoccupation. Le souci que soient garantis à chacun des accomplissements fondamentaux, en termes de réalisation de soi, se conjugue, dans cette méthode de pondération des functionings, à une prise en compte de la responsabilité individuelle, dans la mesure où demeurent des accomplissements relativement auxquels les individus ne peuvent recevoir d’aide, s’ils n’y trouvent pas de succès.

4. Bonheur et préférences individuelles

  • 14 Marc Fleurbaey, « Equality of functionings », p. 17.

19Comme il est apparu, l’évaluation des situations individuelles est confrontée, de façon paradigmatique, à la question de savoir quelle place accorder aux préférences individuelles. Les préférences et les ambitions personnelles ne motivent pas toutes des revendications recevables. Bien qu’il soit difficile, dans un contexte multidimensionnel, de comparer des degrés différents de succès concernant des buts distincts, une méthode, appelée méthode d’indifférence14, permet de contourner cette difficulté. Elle consiste à accorder une pondération différenciée à des functionings tenus pour essentiels, eu égard auxquels les individus ont des préférences variées, et parmi lesquels figure le bonheur.

20Prenons l’exemple d’Anne et de John, dont on considère qu’ils ont les mêmes préférences et qu’ils sont parvenus à un même niveau de functionings ou d’accomplissements objectifs, et considérons qu’Anne est plus ambitieuse que John. Ses ambitions font qu’elle se sent moins heureuse. Elle paraît donc moins bien lotie que John. Sa situation peut-elle faire l’objet d’une attention sociale ? Si tel est le cas, ce ne peut être du fait des ambitions élevées, qu’elle nourrit, mais seulement en raison des conséquences de ses ambitions sur son propre bonheur.

21Puisqu’on cherche à pondérer le bonheur et l’état d’un individu, on doit prendre en compte la satisfaction de l’individu à l’égard des résultats, c’est-à-dire des accomplissements, auxquels il est parvenu ainsi que la satisfaction de ses ambitions. Néanmoins on considère, bien souvent, qu’un individu exigeant ou ambitieux, qui ne se satisfait que de résultats importants, ne devrait pas être considéré comme étant plus mal loti pour cette raison. Cette considération légitime une pondération du bonheur couplée à une pondération des ambitions personnelles, dans tout processus de compensation qui prendrait en compte le niveau de bonheur considéré comme un accomplissement (i.e. comme un functioning). On tiendrait ainsi compte des préférences personnelles sans que les individus soient jugés entièrement responsables de celles-ci. En revanche, on jugerait les individus totalement responsables du niveau personnel de leurs ambitions.

22De la sorte et grâce à cette pondération du bonheur et des ambitions, il devient possible de tenir compte du niveau de ces dernières (c’est-à-dire de leur exigence ou de leur modération) et de l’utilité dérivée (faible ou élevée), qui affecte les individus et leur fait éprouver ou non un sentiment de satisfaction et de bonheur à l’égard de leur existence. Ainsi des goûts dispendieux, généralement accompagnés d’ambitions exigeantes et se traduisant inévitablement par une faible utilité, ne seraient pas compensés. Lorsque les « goûts dispendieux » se traduisent dans des ambitions élevées, ils ne justifient aucune mesure de justice sociale puisque les individus doivent assumer la responsabilité de leur niveau d’ambition. Ce type de pondération fait droit aux préférences de l’individu qui veut être un artiste, par exemple, mais ignore volontairement l’ambition de celui qui veut être un grand artiste et est malheureux de ne pas y parvenir.

23Toutefois si des ambitions élevées ne justifient pas, ou peut-être pas en et par elles-mêmes, d’aide sociale, les conséquences négatives de la frustration, qu’elles engendrent et l’impact sur le bonheur de ces niveaux d’ambitions, peuvent justifier un effort redistributif. Dans ce cas, on se soucierait de l’incidence des niveaux d’ambition sur le bonheur, tout en reconnaissant un degré substantiel de responsabilité individuelle, concernant les buts et les ambitions des agents. Ainsi et bien qu’une faible satisfaction, résultant d’ambitions élevées, soit imputable à la responsabilité individuelle, les sentiments pénibles et le malheur, qui résultent de ce manque de satisfaction, peuvent constituer un foyer légitime d’attention sociale – comme c’est aujourd’hui déjà le cas, mais de façon minimale, avec les structures d’assistance sociale et psychologique publiques existantes.

24Les sentiments négatifs évoqués sont sans doute les seules conséquences subjectives, dues à des ambitions élevées, qui méritent d’être pris en compte socialement. On sait, par ailleurs, que les conséquences de l’échec, consécutif à la réalisation d’ambitions élevées, concernant d’autres functionings objectifs pertinents sont également par là prises en considération. De la sorte, on pourrait répondre au déficit de bonheur affectant les individus et justifiant de compenser un individu pour le malheur dont il souffre. Cette perspective légitime la mise à disposition de possibilités de réorientation professionnelle étendues, de formation continue, la mise en place de services d’« aide à la personne » et que soient offertes aux personnes des occasions d’interaction sociale variées à travers la promotion d’un large réseau associatif par exemple. La volonté de garantir à chacun des réalisations fondamentales en termes d’épanouissement humain offre donc une solution aux questions délicates que posait la question de la responsabilité en matière de bonheur individuel.

25Dans la mesure où les personnes ne sont pas entièrement responsables de leurs préférences ni par conséquent de leur niveau d’utilité, c’est-à-dire qu’il ne tient pas toujours à elles d’être heureuses même lorsqu’elles semblent avoir tout pour l’être, il est justifié que des institutions et des politiques sociales prennent directement en compte les accomplissements sociaux des agents et, indirectement, les accomplissements dans les sphères privées. Une attention spécifique doit être portée aux résultats individuels, dans leurs dimensions sociales, étant admis que les individus assument par ailleurs la responsabilité de leurs accomplissements privés. Ainsi l’approche par les functionings actualise un souci de justice et d’équité plus large, y compris dans la prise en compte sociale du bonheur individuel, que l’approche par les chances ou par les ressources qui privilégient, quant à elles, la possibilité d’être libres de choisir et de finir dans des situations médiocres voire catastrophiques. Tout en tenant compte des accomplissements et de la liberté d’une façon satisfaisante, cette approche trace une sphère normativement acceptable de responsabilité personnelle. Elle se soucie des accomplissements actuels et de la distribution des lots, une fois que les réalisations de chacun ont été menées à bien. Par là, elle récuse que la notion de responsabilité fournisse une justification suffisante, pour négliger les personnes jouissant de faibles niveaux de bien-être personnel et de bonheur – aussi surprenante puisse être cette conclusion pour l’intuition commune.

Notes

1 Sans toutefois réduire le différentiel entre la satisfaction des chômeurs et celle des employés (voir respectivement Rafael Di Tella, Robert J. MacCulloch et Andrew J. Oswald, « Preferences over Inflation and Unemployement : Evidence from Surveys of Happiness », The American Economic Review, vol. 91, n°1, Mars 2001, p. 335-341, et Piet Ouweneel, « Social Security and Well-Being of the Unemployed in 42 Nations », Journal of Happiness Studies, vol. 3, 2002, p. 167-192.

2 Richard Layard, « Good Jobs and Bad Jobs », CEP Occasional Paper, vol. 19, avril 2004.

3 Voir Wilfried Pareto, Manuel d’économie politique, Genève, Droz, 1906.

4 Les goûts d’un individu, en tant que tels, ne peuvent être jugés « dispendieux », si cet individu a de faibles ambitions et se contente d’eau et de pain, quand il ne peut pas s’offrir son festin préféré (du bordeaux antérieur au phylloxera et des œufs de pluvier). Ses goûts ne sont « dispendieux » que lorsque l’eau et le pain lui donnent une utilité inférieure à celle d’un autre individu.

5 Depuis le texte, « Utilitarianism and Welfarism » d’Amartya Sen, on désigne par le terme de welfarisme la doctrine qui consiste à restreindre l’information pertinente, pour une décision collective, aux valeurs prises, pour chacune des options possibles, par les fonctions d’utilité des individus concernés (Amartya Sen, « Utilitarianism and Welfarism », The Journal of Philosophy, 76 : 9, 1979, p. 463-489). Le niveau de bien-être (welfare, en anglais) des individus, auquel on identifie strictement leur bien, est le seul terme de référence dans l’évaluation des choix sociaux. L’économie du bien-être (welfare economics) met donc en œuvre une évaluation des situations fondées sur les utilités individuelles et se place ainsi dans la tradition de l’utilitarisme, sachant que l’utilitarisme correspond aux cas particuliers où cette information est agrégée sous la forme d’une somme ou d’une moyenne.

6 John Rawls, Théorie de la justice et John Rawls, « Social Unity and Primary Goods », in A. Sen et B. Williams (éd.), Utilitarianism and Beyond, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 159-186. Ronald Dworkin, Sovereign Virtue. The Theory and Practice of Equality, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2000. Philippe Van Parijs, Real Freedom for All. What (if anything) Can Justify Capitalism ?, Oxford, Oxford University Press, 1995.

7 Amartya Sen, Commodities and Capabilities, p. 7.

8 Stefan Björk et Pontus Roos, « Analyzing Changes in Health-Related Quality of Life », in Nordenfelt, 1994, p. 233-234.

9 Voir Amartya Sen, « Well-Being, Agency and Freedom », Dewey Lectures, 1984, Journal of Philosophy, 82, p. 334-347 ; Sen, (1987), tr. fr. Éthique et économie, Paris, PUF, 1993 ; Inequality Re-examined, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1992 ; Richard Arneson, « Equality and Equal Opportunity for Welfare », Philosophical Studies, 56, 1989, p. 77-93 et Richard Arneson, « Liberalism, Distributive Subjectivism, and Equal Opportunity for Welfare », Philosophy and Public Affairs, 19, 1990, p. 158-194 ; Gerald Cohen, « On the Currency of Equalitarian Justice », Ethics, 99, 1989, p. 906-944 et Gerald Cohen, « Equality of What ? On Welfare, Resources and Capabilities », Alternative to Welfarism (M. De Vroey éd.), Numéro spécial de Recherches économiques de Louvain, 56, 1990, p. 357-382 ; John Roemer, Theories of Distributive Justice, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1996 ; Peter Vallentyne, Left Libertarianism and Its Critics : The Contemporary Debate, Londres, Palgrave, 2000.

10 John Rawls, Collected Papers, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2001, p. 228.

11 Voir en particulier Amartya Sen, Éthique et économie ; Sen, Inequality Reexamined ; Sen, Development as Freedom, New York, Alfred A. Knopf, 1999.

12 Voir Thomas Scanlon, What we ought to each other ?, Cambridge, Harvard University Press, 1998, p. 244.

13 Voir Marc Fleurbaey, « Equality of functionings », mars 2004, revu en mai 2005 http://cerses.shs.univ-paris5.fr/publifleurbaey/eof.rtf, p 16-17.

14 Marc Fleurbaey, « Equality of functionings », p. 17.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540