Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le bonheur aujourd’hui

 | 
Caroline Guibet-Lafaye

Le bonheur : une question sociale ?

Texte intégral

1. Le bonheur, un objectif politique

1Plusieurs des déterminants objectifs du bonheur ayant été mis en évidence, celui-ci peut alors être pris en compte et envisagé au plan social. Penser le bonheur dans cette perspective revient à envisager 1/ le bonheur de l’individu comme pouvant faire l’objet d’une préoccupation politico-sociale. 2/ Cette perspective permet également de considérer le bonheur collectif, le bonheur de l’ensemble de la société. Aussi surprenante soit cette dernière considération, elle est le fruit d’une longue tradition de pensée, allant de l’Antiquité à nos jours, et alimente des recherches statistiques contemporaines, telles que le Happy Planet Index (HPI). Le bonheur collectif constitue enfin l’objet d’une discipline : l’économie du bonheur.

2Plusieurs difficultés toutefois sont associées à cette problématique. Quel sens y a-t-il à parler du « bonheur de la société » ou du bonheur d’un pays ? Lorsque l’on fait du bonheur de tous la finalité du politique imagine-t-on que l’on pourra faire progresser le niveau de bonheur de chacun ou que tous évolueront, selon une progression similaire, vers plus de bonheur ? Peut-on imaginer qu’une perspective globale ou nationale puisse prendre en compte le bonheur de chacun ? Est-ce souhaitable ? Est-ce possible ? En voulant augmenter le niveau moyen du bien-être de tous, le bonheur de et dans la société, ne risque-t-on pas de négliger la distribution du bonheur entre chacun et le niveau de bonheur de chaque membre de la société ?

  • 1 Aristote, Politique, livres VII et VIII.
  • 2 Aristote, Politique, I, 1323 a 14.

3Ces questions sont anciennes puisque le bonheur a été pensé, dans l’Antiquité et jusqu’à aujourd’hui, comme devant être le but et l’objet principal de la politique et de l’économie. Aristote recherchait déjà le meilleur régime politique qui pourrait seul permettre de mener effectivement une vie bonne1, c’est-à-dire une vie où l’homme pourrait exercer ses vertus et combler ainsi le désir constitutif de son humanité : réaliser le bien le meilleur qu’est la vie heureuse. Ayant identifié les conditions de possibilité du bonheur et les biens qui le composent, Aristote conclut que cette « vie la meilleure », qui est telle et la même « pour tous les hommes », est le but et la raison d’être du « régime politique le meilleur »2. Ce régime le meilleur est celui que le futur législateur doit s’efforcer de fonder ou doit, à tout le moins, avoir à l’esprit pour réformer les régimes existants. Platon considérait aussi que le bonheur de chacun était, pour partie, l’effet de l’ordre politique, de l’excellence de la communauté politique. Dans cette mesure, le bonheur n’est pas seulement la fin que vise l’agent pour lui-même. Le citoyen vertueux – qui est aussi un législateur potentiel – doit prendre en considération le bien de tous les hommes, en établissant des lois qui rendent possible une vie heureuse pour tous.

  • 3 Jeremy Bentham, Manuscrits, Londres, University College, 158.61.
  • 4 Jeremy Bentham, Article on utilitarianism, short version, Deontology, Oxford, Clarendon Press, 198 (...)
  • 5 Jeremy Bentham, Inquiry into the original of our dunes und virtue (1725), 2e traité, sect. III, in (...)
  • 6 Cesare Beccaria, Traité des délits et des peines, Paris, Champs Flammarion, 1979.
  • 7 Voir John S. Mill, L’utilitarisme, chap. IV.
  • 8 Vers lequel a évolué l’utilitarisme face à la difficile question des comparaisons interpersonnelle (...)

4Cette préoccupation sociale et politique du bonheur de tous traverse l’histoire puisque l’utilitarisme voit dans la maximisation de l’utilité le critère déterminant d’acceptation ou de rejet des politiques et des principes de justice organisant la société. Bentham déclare que « le principe du plus grand bonheur pour le plus grand nombre » est « la seule fin universellement désirable »3 et l’on résume fréquemment sa pensée dans la formule du « plus grand bonheur du plus grand nombre », qu’il a reprise4 de Hutcheson5 ou de la traduction anglaise du traité de Beccaria6. Dans le sillage de Bentham, John Stuart Mill a également développé cette idée « du plus grand bonheur pour le plus grand nombre ». Dans cette perspective, tout principe de justice, tout principe social et politique n’est recevable que pour autant qu’il permet d’augmenter le bonheur de chacun7. L’utilitarisme place donc au cœur de son projet une définition publique et collective du bonheur. Comme nous l’avons vu, le bonheur individuel est envisagé par l’utilitarisme psychologique comme la maximisation des satisfactions, lesquelles sont, en principe au moins, empiriquement vérifiables, quantifiables et capables de mesure comparative, autrement dit sont susceptibles d’entrer dans un calcul des bonheurs. Le calcul félicifique est l’instrument du Législateur qui lui permettra de réaliser le plus grand bonheur du plus grand nombre lorsqu’il promulgue des lois ou prend des décisions : le « calcul des utilités » permet de maximiser le bonheur global. L’utilitarisme des préférences8 appréhende plutôt le bonheur à partir de la maximisation de la satisfaction des préférences individuelles – ce courant abandonnant l’idée de quantifier les niveaux de satisfaction individuelle en termes de bonheur ou de plaisir.

  • 9 Jeremy Bentham, Fragment sur le gouvernement, Paris, LGDJ/Montchrestien, 1998.
  • 10 Voir John S. Mill, Utilitarisme, IV, 3.

5Néanmoins le bonheur, institué au rang de critère d’évaluation des politiques publiques, n’est pas le bonheur de l’individu mais le bonheur de tous ou le bonheur du plus grand nombre, évalué selon un point de vue impersonnel et impartial, dans la perspective d’une appréciation publique. Ainsi Bentham considère le souverain bien, en l’occurrence le bonheur de tous comme le résultat de la sommation du bonheur égal de chaque personne9. Néanmoins c’est dans l’œuvre de John Stuart Mill que la définition du souverain bien comme bonheur collectif est la plus nettement formulée10. De même, l’utilitarisme de préférence vise la maximisation de ce bien qu’est la satisfaction des préférences individuelles.

6Ces exemples montrent que le bonheur a été, de façon récurrente, pensé comme un critère d’évaluation des politiques publiques. Il le demeure puisque, plus près de nous, certains pays comme le Bhoutan et les États-Unis ont placé le bonheur au cœur du projet de la communauté politique. Alors que Robert Kennedy, dans les années soixante, déclarait que « le PIB mesure à peu près tout sauf ce qui rend la vie digne d’être vécue », certains pays, comme le Bhoutan, ont choisi de mesurer l’état du pays à travers le bonheur plutôt qu’en dollars. Depuis 1972, la croissance du « Bonheur National Brut » (BNB) – que nous évoquerons en détail ultérieurement – constitue, aux yeux du roi Jigme Singye Wangchuck qui dirige le royaume du Bhoutan, un indicateur plus important pour le pays que celle du Produit Intérieur Brut (PNB). De même, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, adopté et ratifié le 16 décembre 1966, stipule, à l’article 11.1, que :

7Les États parties au présent Pacte reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants, ainsi qu’à une amélioration constante de ses conditions d’existence. Les États parties prendront des mesures appropriées pour assurer la réalisation de ce droit et ils reconnaissent à cet effet l’importance essentielle d’une coopération internationale librement consentie.

8Toutefois ce type d’ambition oblige à résoudre une difficulté consistant à comprendre comment l’individu peut passer du souci individuel pour son propre bonheur à la préoccupation du bonheur collectif. Comment les individus peuvent-ils se détourner de la fin naturelle qu’est le bonheur-plaisir pour prendre en compte le bonheur du plus grand nombre, dont il est difficile de dire à première vue qu’il est naturellement recherché par tous les êtres humains ? Comment les agents peuvent-ils accepter que les pouvoirs politiques se soucient du bien-être d’autrui et leur demande une contribution pour celui-là ?

9Indéniablement existe une discontinuité entre la visée morale de l’agent, pensée comme la recherche d’un bonheur impartial et collectif, et la recherche de son bonheur personnel. Ce souci pour le bonheur de tous suppose de penser – et de démontrer – que l’action humaine ne dépend pas exclusivement du principe de l’égoïsme éthique qui fait de la recherche du bonheur individuel une dimension décisive de la moralité, comme le suggèrent l’utilitarisme et toute forme d’hédonisme psychologique, qui tient pour acquis le fait que les actions humaines visent d’abord, et presque exclusivement, le bonheur individuel.

10Pourtant la conception de la rationalité, comme maximisation de l’intérêt personnel, ne suffit pas à décrire adéquatement et exhaustivement le comportement individuel réel. Une conception de la rationalité, fondée sur l’intérêt personnel, récuse que la motivation puisse répondre, à l’occasion, à une finalité éthique. Pourtant l’effort pour accomplir ce qu’on aimerait réaliser constitue également une composante de la rationalité, qui comprend ainsi la promotion d’objectifs auxquels on accorde de la valeur et que l’on souhaite atteindre. Tenir l’égoïsme pour universel est une erreur car le comportement réel ne tend pas seulement, ni nécessairement, à maximiser l’intérêt personnel, comme le montrent les situations de conflit entre l’intérêt personnel et des valeurs éthiques.

  • 11 L’expression d’État-providence est apparue sous le second Empire dans la langue française. Elle aé (...)
  • 12 Thomas Nagel, Égalité et partialité, Paris, PUF, 1991, p. 10.

11Néanmoins la tendance à la poursuite préférentielle de son propre intérêt et de son bonheur personnel rend problématique tout effort redistributif fondé sur le consentement spontané des individus. Concilier cette propension avec une préoccupation raisonnable pour le bonheur de tous n’est possible qu’en faisant l’hypothèse d’un gouvernement moral du monde – comme l’ont suggéré Butler, Kant et Sidgwick par exemple – qui assure la convergence de ces deux tendances, dans le monde empirique ou de façon idéale. La forme contemporaine de ce « gouvernement moral du monde » s’incarne dans l’État-providence11, dans l’État social, qui se soucie de garantir le bonheur du plus grand nombre en assurant un certain nombre de conditions de santé, de ressources et d’éducation minima à chacun. Cette politique est d’autant plus légitime, d’une part, que lorsque, par la pensée, nous nous détachons de la position particulière que nous occupons dans le monde et nous intéressons à autrui, sans distinguer particulièrement ce je que nous nous trouvons être – i.e. lorsque nous adoptons un point de vue impersonnel –, l’intuition fondamentale à laquelle nous parvenons est que toute vie compte et que nul n’est plus important qu’un autre12. Ce qui advient à chaque homme est extrêmement important et aussi important que ce qui nous advient.

12Ainsi le bien-être de chacun justifie un intérêt équitable de la société pour chaque individu. La préoccupation pour le bonheur de chacun se justifie d’autre part du fait que, comme nous l’avons précédemment montré, le bonheur n’est pas simplement un sentiment subjectif mais dépend aussi de conditions objectives, c’est-à-dire de processus internes et de conditions externes précises. La réalisation de l’État social, que cette préoccupation appelle et justifie, s’opère par le moyen de procédures rationnelles permettant de convertir, dans des sphères limitées au moins, l’intérêt personnel en attitudes inspirées par des considérations de justice impartiale.

2. L’économie du bonheur

  • 13 Ruut Veenhoven, « Progrès dans la compréhension du bonheur », Revue québécoise de psychologie, vol (...)
  • 14 Ruut Veenhoven, « Progrès dans la compréhension du bonheur », p. 66.

13Pareille ambition politique trouve un allié précieux dans une discipline récente : l’économie du bonheur qui ne doit pas être confondue avec l’économie du bien-être. L’intérêt pour le « bien-être subjectif » est récent en économie mais réel. Le défi de l’économie du bonheur consiste à penser que si nous arrivons à identifier les circonstances dans lesquelles les gens tendent à être heureux, nous pourrons créer des conditions semblables pour tous. Si nous saisissons les procédés mentaux qui président au bonheur, nous pourrons possiblement enseigner aux gens comment prendre plaisir à vivre13. Certains auteurs comme Ruut Veenhoven considère que « notre compréhension du bonheur démontre déjà que le plus grand bonheur pour le plus grand nombre de personnes possible est réalisable en principe et nous indique quelques avenues pour atteindre cet objectif »14.

  • 15 Voir Ruut Veenhoven, Conditions of happiness, Reidel, Dordrecht, 1984. Et Ruut Veenhoven, Correlat (...)

14L’économie jusqu’alors appréhendait le bonheur en privilégiant les paramètres du revenu et de l’emploi. Intuitivement on peut penser que dans la mesure où le fait de disposer de davantage d’argent nous rendrait plus heureux, il serait légitime que les politiques publiques se donnent pour objectif d’augmenter le revenu de la société dans son ensemble, en vue d’accroître le revenu individuel et, consécutivement, le bonheur individuel. L’apport de l’économie du bonheur consiste plutôt à tenir compte du fait que le bonheur individuel dépend d’une pluralité de variables telles que l’éducation, la participation sociale, la sécurité, la liberté. Prenant en considération cette diversité, les études empiriques faites au niveau individuel trient les attributs caractéristiques des personnes heureuses dans un pays donné15. Ainsi et au niveau microsocial, l’économie du bonheur étudie les corrélations entre le bonheur individuel et la position sociale, en rapport à des paramètres comme l’âge, le sexe, le revenu, l’éducation, l’emploi, les liens d’intimité, la participation sociale. Elle envisage également la relation entre le bonheur et les caractéristiques psychologiques. Enfin et à la suite de ces recherches au niveau individuel, d’autres travaux, plus récents et menés au niveau macrosocial, ont relié le bonheur moyen aux caractéristiques nationales.

3. Le bonheur des nations

  • 16 Le World Database of Happiness est conservé à l’Université Erasmus de Rotterdam (Département de so (...)
  • 17 L’Indice de Développement Humain est un indicateur composite qui vise à rendre compte du niveau ré (...)

15Au niveau macrosocial, les enquêtes internationales, comme le World Database of Happiness16 ou l’évaluation du Bonheur National Brut, révèlent que les niveaux de bonheur diffèrent beaucoup d’un pays à l’autre. En quoi consistent ces indicateurs ? Le « Bonheur National Brut » (BNB) est établi à partir de neuf critères permettant d’évaluer la qualité de vie : la croissance et le développement économique, la conservation et la promotion de la culture, la sauvegarde de l’environnement et l’utilisation durable des ressources, la bonne gouvernance (i.e. une gouvernance responsable) la stabilité macroéconomique, l’éducation, l’emploi. Le BNB englobe à la fois le PIB et l’Indice de Développement Humain17 (IDH), jugés individuellement insuffisants pour mesurer le bonheur des habitants d’un État.

16La mise au point d’indicateurs statistiques ayant vocation à mesurer des scores de bonheur au niveau national est en effet l’objet d’une discipline scientifique à part entière dont le centre d’activité se trouve à l’université de Rotterdam aux Pays-Bas. L’appréhension du bonheur à partir de critères économiques, dont Ruut Veenhoven, professeur en « Conditions Sociales du Bonheur Humain » à l’Université de Rotterdam, est le principal promoteur, a donné lieu à une cartographie planétaire des scores mondiaux en matière de Bonheur National Brut. L’intérêt porté à la question a également stimulé la création d’une revue scientifique spécifique : le Journal of Happiness Studies, dirigée par Veenhoven.

17Ruut Veenhoven a constitué, depuis 1974, une base de données : les « World Data of Happiness », à partir de laquelle il est possible de réaliser un classement des pays, en fonction de leur score en matière de bonheur ressenti par les populations – saisi à travers des enquêtes et des interviews réalisées auprès de ces dernières – ainsi que de plusieurs critères objectifs tels que l’espérance de vie, le PIB ou la scolarisation. Après avoir élaboré des indicateurs et des critères mesurant le bonheur, ses équipes ont distribué plus de 3 000 questionnaires dans 110 pays différents (dont 95 seulement ont répondu). Ces enquêtes de terrain et sondages à distance ont permis de récolter des données remontant, pour certains pays, jusqu’à 1947. On demande aux personnes : « dans quelle mesure êtes vous actuellement satisfait de votre vie ? ». Les personnes interrogées répondent à cette question en donnant une note puis les données individuelles sont agrégées. À partir de ces éléments, il est possible d’affiner le diagnostic, en calculant par exemple « une espérance de vie heureuse », qui conjugue l’indicateur de bonheur et l’espérance de vie propre à chaque pays. De même, les informations recueillies permettent de mesurer l’inégalité de bonheur au sein de chaque nation (cet écart type est par exemple de deux en France, supérieur à ce qui est observé au Danemark et aux États-Unis).

  • 18 La Colombie est 2ème ex-aequo avec la Suisse mais les données sont imprécises ce qui ferait passer (...)

18Au palmarès de ce classement, actualisé en juin 2007, du « bonheur des peuples » concernant 95 pays, se distinguent le Danemark (1er), la Suisse (2nd) et l’Islande18. Le royaume du Bhoutan décroche la huitième place, les États-Unis la 17ème, suivis de l’Allemagne 19ème, la France la 39ème, le Zimbabwe et la Tanzanie sont la lanterne rouge du classement. Sur l’échelle de 10 où se rangent les pays, le Danemark obtient la note de 8,2 et la Tanzanie celle de 3,2. Parmi les critères utilisés pour établir ce classement, certains reflètent l’indice de développement humain (santé, éducation, richesse), d’autres, comme la stabilité politique et les libertés individuelles, sont directement inspirés des travaux réalisés par Veenhoven notamment sur les conditions sociales du bonheur humain. Ces critères permettent de contourner l’impossibilité d’agréger l’économie, l’environnement et la psychologie et par conséquent de construire un indicateur synthétique, une sorte de PIB « bonheur ». Ils représentent des indicateurs complémentaires qui, à côté des indicateurs économiques, mesurent les droits de l’homme ou la qualité de la gouvernance.

19À partir des World Data of Happiness et d’autres données officielles issues de l’UNESCO, de l’OMS, de la CIA et de la News Economics Foundation notamment, Adrian White, psychologue spécialiste de l’analyse sociale à l’université de Leicester (Royaume-Uni), a réalisé en septembre 2006 une « carte mondiale du bonheur » (le SWB : « Subjective Well-Being »), dans laquelle des critères sociologiques et économiques tels que l’espérance de vie, le produit national brut par habitant, le niveau de vie ou encore l’accès à l’éducation ont un rôle prépondérant. De même, la News Economics Foundation a rendu public au même moment un « Index du bonheur planétaire », fondé sur des critères subjectifs tels que le degré de satisfaction éprouvé par les habitants mais s’appuyant également sur des données comme l’espérance de vie ou l’environnement.

20À partir du World Database of Happiness, Ruut Veenhoven a établi que le niveau de bonheur varie considérablement entre les nations. S’agissant de la satisfaction dans la vie, évaluée dans dix pays au début des années 1990, on observe que les Russes ont des scores de 5,4 sur une échelle 0-10, alors qu’au Canada, la moyenne est de 7,7. Est-ce à dire que les Russes ont moins de plaisir dans la vie ? Quels sont les critères objectifs du bonheur qui, rassemblés, permettront de dire qu’un « bonheur national » général en est la conséquence ? Les pays les plus riches sont-ils les lauréats des classements mondiaux du bonheur ? Dans la mesure où l’on constate que le revenu n’a pas la même importance dans tous les pays européens, on peut s’interroger quant à savoir si le bonheur ne dépend pas du caractère national propre à chaque peuple.

21Des pays comme Porto-Rico ou le Mexique se placent en haut du panier des « pays les plus heureux » bien loin devant la France ou les États-Unis. Certaines cultures auraient tendance à entretenir une perspective sombre de la vie alors que d’autres seraient optimistes. La France est fréquemment citée comme appartenant à la première catégorie et les États-Unis, à la deuxième. Pour autant, ces différences ne sont pas seulement imputables à des variations culturelles dans la façon d’envisager la vie. R. Veenhoven montre en effet que le rôle de la culture dans le bonheur subjectivement vécu et appréhendé, à travers ces enquêtes mondiales, est négligeable. Ainsi et bien que les Allemands aient une histoire culturelle commune, les Allemands de l’Est, avant la réunification, étaient significativement moins heureux que les Allemands de l’Ouest, cette différence étant largement imputable au faible niveau de vie des premiers ainsi qu’à une réduction significative de leur liberté de mouvement.

  • 19 John Rawls, Théorie de la justice, p. 571.

22Les variations relatives au bonheur s’expliquent en effet pour une large part par des différences importantes dans les conditions de vie de chaque nation. « Les pays heureux sont ceux qui sont riches, avec une économie compétitive, […] démocratiques, bien gouvernés […], ce sont ceux où règnent l’égalité des sexes et la tolérance, où les gens sont libres de rechercher le mode de vie qui leur convient le mieux » (Veenhoven). Ainsi les gens sont nettement plus heureux dans les pays riches, sûrs, libres, égalitaristes et tolérants. L’ensemble de ces qualités sociales expliquent plus de 63 % de la variation du bonheur moyen. C’est en ce sens que certaines caractéristiques sociales tendent à favoriser le bonheur des habitants d’un pays, qu’il s’agisse de l’abondance matérielle, de la sécurité, de la liberté, de l’égalité, du climat culturel et social, de la densité de la population, de ce que l’on peut appeler les valeurs de la « modernité » ou des chances offertes aux individus dans la société considérée. La vie privée de chaque individu étant en quelque sorte « un projet à l’intérieur d’un projet plus vaste »19, son succès dépend de celui de la société et des institutions publiques.

  • 20 Pour une explication de ce phénomène, déjà John Stuart Mill, De la liberté, Paris, Gallimard, 1990 (...)
  • 21 Voir Bruno S. Frey et Alois Stutzer, Happiness and Economics, Princeton et Oxford, Princeton Unive (...)
  • 22 Voir le site : worldvaluessurvey.org.

23Le climat culturel, induit par certaines valeurs sociales, joue un rôle important quant à la possibilité d’être heureux. On constate que les gens sont plus heureux dans les pays où l’individualisme est accepté et où l’autoritarisme est rejeté20. Il existe aussi un lien important entre le bonheur et la tolérance : moins de préjugés équivaut à plus de bonheur. De même, plus le pays est moderne et plus ses citoyens sont heureux. Les sociétés les plus heureuses, comme les pays scandinaves, sont celles qui sont les plus homogènes socialement, celles qui accordent une valeur supérieure à la liberté économique et politique et qui ont une histoire démocratique ainsi qu’une bonne gouvernance (un bon gouvernement). Lorsque la démocratie règne et que la participation à la vie politique publique est importante, lorsque les institutions sont stables et légitimes, le bien-être subjectif est plus élevé21. Le fédéralisme, les référendums populaires et, plus généralement, la participation à la vie civique, rendent les citoyens plus heureux. La Suisse, où la démocratie est, pour une part importante, directe, en est un très bon exemple, indépendamment de son niveau économique. Elle arrive en seconde position du classement, réalisé par Adrian White de l’Université de Leicester, des pays les plus heureux du monde selon une évaluation du bien-être subjectif (index SWL), et en 6ème position du classement élaboré sur 82 pays par Ronald Inglehart, chercheur à l’Université du Michigan (États-Unis)22.

  • 23 Comme le soulignait Rousseau, « la peine du misérable lui vient des choses, de la rigueur du sort (...)
  • 24 Ruut Veenhoven, « Progrès dans la compréhension du bonheur », p. 61.
  • 25 Voir Richard Easterlin, « Does economic growth improve the human lot ? Some empirical evidence », (...)

24Ces enquêtes empiriques internationales confirment également une intuition commune : il n’y a pas de bonheur possible sous le niveau de subsistance23. Les données cumulées suggèrent que les gens sont satisfaits de leur vie quand leurs conditions de vie sont tolérables. Ainsi le bonheur est nettement plus élevé dans les pays économiquement plus prospères. Plus le pays est riche, plus les habitants sont heureux mais ce paramètre est relatif car la relation avec le pouvoir d’achat est curvilinéaire : parmi les nations pauvres, la corrélation entre bonheur et richesse est plus prononcée que parmi les nations riches. Les améliorations dans les conditions sociétales sont certes suivies d’une augmentation du bonheur moyen24 toutefois le revenu absolu n’a un impact direct sur le bonheur que jusqu’à un certain niveau25. Au-delà de ce seuil, c’est le revenu relatif qui se trouve être déterminant. Cette caractéristique se retrouve également au niveau individuel : les corrélations entre le bonheur personnel et le revenu personnel sont fortes dans les pays pauvres mais faibles dans les pays riches. En somme, au-delà d’un certain revenu, le niveau de richesse n’est plus déterminant dans la satisfaction à l’égard de sa propre vie et, en terme de bonheur atteint, ce niveau n’est plus discriminant entre les pays. Au-delà de ce seuil de richesse, on constate par exemple que l’inflation, la densité de population et la quantité d’heures travaillées sont mal ressenties. Au-delà d’un certain seuil, la croissance et l’amélioration du niveau de vie n’est donc plus le facteur déterminant mais ce sont des paramètres tels que la qualité de vie, c’est-à-dire des paramètres qualitatifs qui le sont, la croissance du revenu n’ayant alors qu’une fonction marginale.

  • 26 Cette hypothèse est par exemple au fondement des modèles causalistes d’interprétation du bonheur q (...)
  • 27 Stefan Boes et Rainer Winkelmann, « Income and Happiness : New Results from Generalized Threshold (...)
  • 28 Puisque l’on peut délimiter des classes d’individus qui ne réagissent pas de la même manière à une (...)
  • 29 Certains économistes ont par exemple suggéré que les politiques publiques devaient être faites pou (...)

25L’ensemble de ces résultats offre un démenti à l’hypothèse selon laquelle le bonheur serait un trait ou une caractéristique personnelle stable, les gens étant heureux ou malheureux de façon chronique, quelles que soient les circonstances de leur vie26. En effet, si le bonheur était placé sous la détermination de facteurs exclusivement génétiques et physiques, on pourrait mettre en doute la légitimité de politiques publiques visant à réaliser le bonheur du plus grand nombre car les améliorations des conditions de vie n’amèneraient pas, dans cette logique, de satisfactions supplémentaires. Néanmoins et dans la mesure où il n’y a pas, comme l’a démontré l’économie27, de lien unique entre la satisfaction et les conditions économiques et sociales28 et du fait de la pluralité des paramètres intervenant dans l’expérience individuelle du bonheur, l’économie du bonheur ne peut s’en tenir au seul critère de la satisfaction comme étalon des politiques publiques. Le bonheur est l’un des biens mais pas le seul paramètre sur lequel elle puisse intervenir29.

Notes

1 Aristote, Politique, livres VII et VIII.

2 Aristote, Politique, I, 1323 a 14.

3 Jeremy Bentham, Manuscrits, Londres, University College, 158.61.

4 Jeremy Bentham, Article on utilitarianism, short version, Deontology, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 324, Long version, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 291.

5 Jeremy Bentham, Inquiry into the original of our dunes und virtue (1725), 2e traité, sect. III, in Collected Works of Francis Hutcheson, Hildesheim, Olms, 1971, vol. II, p. 155.

6 Cesare Beccaria, Traité des délits et des peines, Paris, Champs Flammarion, 1979.

7 Voir John S. Mill, L’utilitarisme, chap. IV.

8 Vers lequel a évolué l’utilitarisme face à la difficile question des comparaisons interpersonnelles d’utilité.

9 Jeremy Bentham, Fragment sur le gouvernement, Paris, LGDJ/Montchrestien, 1998.

10 Voir John S. Mill, Utilitarisme, IV, 3.

11 L’expression d’État-providence est apparue sous le second Empire dans la langue française. Elle aété forgée par des penseurs libéraux hostiles à l’accroissement des attributions de l’État mais également critiques à l’égard d’une philosophie individualiste trop radicale. C’est le britannique Sir William Beveridge qui a exprimé, dans un rapport publié en 1942, Social Insurance and Allied Services, les grands principes de la constitution de l’État-providence moderne. L’institution de l’Étatsocial repose sur une conception du rôle de l’État selon laquelle il revient à ce dernier de promouvoir la croissance économique, d’assurer une protection sociale aux citoyens et de corriger les injustices sociales résultant de l’économie de marché. L’État-providence consiste alors dans la mise en place d’un système global d’assurance sociale concernant notamment la maladie, le chômage, la retraite ainsi que des politiques sociales visant à compenser les inégalités

12 Thomas Nagel, Égalité et partialité, Paris, PUF, 1991, p. 10.

13 Ruut Veenhoven, « Progrès dans la compréhension du bonheur », Revue québécoise de psychologie, vol. 18, n° 2, 1997 : 29-73, p. 33.

14 Ruut Veenhoven, « Progrès dans la compréhension du bonheur », p. 66.

15 Voir Ruut Veenhoven, Conditions of happiness, Reidel, Dordrecht, 1984. Et Ruut Veenhoven, Correlates of happiness, 7838 findings from 603 studies in 69 nations 1911-1994, RISBO, Studies in Social and Cultural Transformation n° 3, 3 vol., Rotterdam, Erasmus University Rotterdam, 1994.

16 Le World Database of Happiness est conservé à l’Université Erasmus de Rotterdam (Département de sociologie). Il comprend quatre éléments : 1) une bibliographie sur le bonheur, 2) des résultats sur le bonheur des nations, 3) des corrélats du bonheur et 4) la liste des chercheurs dans le domaine du bonheur.

17 L’Indice de Développement Humain est un indicateur composite qui vise à rendre compte du niveau réel de développement d’un pays et pas uniquement de son poids économique. Il est calculé par la moyenne des trois indices que sont la santé/longévité (mesurées par l’espérance de vie à la naissance), le savoir ou le niveau d’éducation, le niveau de vie.

18 La Colombie est 2ème ex-aequo avec la Suisse mais les données sont imprécises ce qui ferait passer l’Islande du 4ème rang au troisième.

19 John Rawls, Théorie de la justice, p. 571.

20 Pour une explication de ce phénomène, déjà John Stuart Mill, De la liberté, Paris, Gallimard, 1990, ch. III, « De l’individualité comme l’un des éléments du bien-être ».

21 Voir Bruno S. Frey et Alois Stutzer, Happiness and Economics, Princeton et Oxford, Princeton University Press, 2002

22 Voir le site : worldvaluessurvey.org.

23 Comme le soulignait Rousseau, « la peine du misérable lui vient des choses, de la rigueur du sort qui s’appesantit sur lui. Il n’y a point d’habitude qui lui puisse ôter le sentiment physique de la fatigue, de l’épuisement, de la faim » (Jean-Jacques Rousseau, Émile, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1969, tome IV, p. 510).

24 Ruut Veenhoven, « Progrès dans la compréhension du bonheur », p. 61.

25 Voir Richard Easterlin, « Does economic growth improve the human lot ? Some empirical evidence », in P.A. David et W.R. Melvin (éd.), Nations and Households in economic growth, New York, Academic Press, 1974, p. 89-125.

26 Cette hypothèse est par exemple au fondement des modèles causalistes d’interprétation du bonheur qui le font dépendre des gènes.

27 Stefan Boes et Rainer Winkelmann, « Income and Happiness : New Results from Generalized Threshold and Sequential Models », IZA DP, n°1175, Juin 2004.

28 Puisque l’on peut délimiter des classes d’individus qui ne réagissent pas de la même manière à une hausse du revenu, par exemple.

29 Certains économistes ont par exemple suggéré que les politiques publiques devaient être faites pour décourager les comparaisons de revenus, ou qu’elles devraient subventionner des activités qui consolident le lien social, comme la vie associative par exemple (voir Richard Layard, Le prix du bonheur, Paris, Armand Colin, 2007).

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540