Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le bonheur aujourd’hui

 | 
Caroline Guibet-Lafaye

Le bonheur est un sentiment subjectif de satisfaction

Texte intégral

1Quelles que soient les conclusions définitives auxquelles ces sciences ont abouti et parviendront, elles tiennent toutes pour acquis cette intuition présente en chacun que le bonheur consiste en un certain état d’esprit – toute la difficulté étant de préciser cet état –, en un sentiment subjectif de bien-être. Telle semble même être son expression paradigmatique et sa substance.

2Comment cerner et « penser » ce « sentiment de bien-être », ce sentiment de satisfaction qui témoigne du bonheur dont une personne jouit et se félicite, ce sentiment qui fait qu’une personne se dit heureuse ? Y a-t-il des paramètres de la satisfaction individuelle permettant de saisir ce contentement subjectif immédiat ? Si le bonheur se résout en un sentiment de bonheur, à quel sentiment précis l’identifier ? Est-ce un sentiment instantané de bien-être ? Si le bonheur consiste exclusivement en un sentiment de bonheur, il faut non seulement identifier précisément ce sentiment mais également cerner le moment auquel ce dernier est éprouvé. Fait-on l’expérience du bonheur et éprouve-t-on ce sentiment précis au moment où l’on a accompli telle ou telle l’action ? S’agit-il du sentiment que l’on éprouve lorsqu’on considère l’ensemble de sa vie ? Qu’est-ce qui, en outre, le motive ? Est-ce le fait d’être en train de réaliser avec – plus ou moins de – succès un projet rationnel de vie ? Quel rôle jouent les préférences individuelles dans l’appréciation de son bonheur par un individu ? Le sentiment de bien-être est-il par exemple motivé par les capacités sur lesquelles un individu peut raisonnablement compter dans le présent puis dans le futur ?

  • 1 Pour cet exemple, voir Philippa Foot, « La vertu et le bonheur », in M. Canto-Sperber, La Philosop (...)

3De façon élémentaire, le bonheur ne peut être vécu puis conceptualisé, indépendamment du mode du « senti », de la capacité à ressentir. Il n’est guère possible d’être heureux sans se sentir heureux. De même, on imagine mal qu’une personne soit heureuse sans la capacité à ressentir de la joie, du contentement ou du plaisir. A contrario, une personne déprimée ou anxieuse, éprouvant de la jalousie, de l’envie ou de la frustration, subissant des regrets trop intenses à propos d’événements passés ne pourrait être (dite) heureuse. Certains modes de vie, en dépit du degré de satisfaction éprouvé, ne peuvent être dits heureux parce que la capacité d’agir et de sentir y est très réduite. Ainsi par exemple un individu, simple d’esprit ou lobotomisé, peut être parfaitement heureux – d’un point de vue subjectif – à compter des brins d’herbe mais aucun de ceux qui l’observent ne le jugeront heureux1.

4En outre, le sentiment de satisfaction, sur lequel repose l’expérience du bonheur, peut être de qualité, de quantité et de durée variables. On peut être plus ou moins heureux. La psychologie distingue ainsi quatre degrés de satisfaction : l’absence de contrainte, le plaisir, la joie, le bonheur. Le plaisir et la joie sont d’ordre émotionnel. En revanche, les deux autres caractéristiques sont principalement d’ordre cognitif et rationnel. De façon minimale, la qualité d’« heureuse » ou de « bonne » ne peut être attachée à la vie, indépendamment de ce que nous ressentons. Ce constat rend compte de la dimension subjective du bonheur et conduit certains à affirmer qu’il n’y a pas de vie bonne objectivement définie.

1. Être heureux, c’est voir ses préférences satisfaites

5Ce subjectivisme non exclusivement hédoniste est celui de l’utilitarisme contemporain, qui se distingue de l’utilitarisme « psychologique » des pères fondateurs, dont Bentham est l’un des principaux représentants. Ce courant déploie une conception du bien-être qui n’est plus centrée sur l’état mental du sujet mais qui définit son utilité à partir d’un critère moins strictement subjectif que l’état mental, en l’occurrence la satisfaction des préférences, supposées représenter le bien-être de l’individu dans un cadre béhavioriste. Les préférences permettent aux personnes d’exercer leur liberté et sont constitutives de la structure même des intentions et des plans de vie. Elles portent sur les « résultats », les « accomplissements » ou sur les différents états finals sociaux et individuels. Sont exclues les préférences inconscientes, irrationnelles ou contraires à notre intérêt « objectif ». L’utilitarisme contemporain ne retient, dans ses analyses, que les préférences « informées » et prudentielles. Les utilités individuelles renvoient alors à la satisfaction de n’importe quel désir rationnel, c’est-à-dire de tout désir ne reposant pas sur une erreur. Le bonheur dépend de ce fait de la satisfaction des préférences et non plus seulement de la satisfaction des simples désirs. Néanmoins le comportement individuel reste le même : chacun vise à maximiser son utilité à présent définie en termes de préférences.

6L’une des difficultés que rencontre cependant cette approche concerne la nature des préférences qui se révèlent souvent, à l’analyse, adaptatives au sens où l’individu ajuste ses préférences à ses possibles ce qui, en soi, n’est pas condamnable si ce n’est dans le cas de personnes vivant dans des conditions misérables ou médiocres. L’adaptabilité des préférences pose en effet la question de leur portée normative. La figure du pauvre satisfait, qui a appris à se contenter de peu, comme celle de l’intouchable heureux ou des femmes habituées aux inégalités sont exemplaires de cette difficulté. On peut certes juger que certains de nos désirs, lorsqu’ils sont mineurs ou passagers, peuvent rester insatisfaits sans compromettre le bonheur, néanmoins il y a un seuil d’insatisfaction, en deçà duquel il n’est plus guère possible, dans l’expérience d’une vie humaine, de parler de bonheur. Lorsque l’on considère que le bonheur dépend de (ou est étroitement lié à) la satisfaction d’une personne à l’égard de sa propre vie et donc de ses désirs et projets, ceci suppose que ses désirs les plus intenses sont en gros satisfaits et qu’ils sont relativement compatibles avec ses autres désirs. La frustration de certains de ses désirs n’occasionne pas de sentiment d’amertume susceptible de compromettre tout son bonheur.

  • 2 Richard Easterlin, « Building a Better theory of Well-Being », in Economics and Happiness, Décembr (...)

7Reste que l’adaptabilité des préférences peut avoir pour fâcheux effet de nous conduire à confondre le bonheur avec la capacité des individus à admettre qu’ils sont heureux. Suffit-il de se croire sincèrement heureux pour l’être vraiment ? Les phénomènes d’habitudes et de poids des coutumes ont des effets comparables à ceux d’adaptation. Or l’adaptation peut revêtir une forme de résignation. Cette adaptabilité est aussi problématique parce que les préférences sont influencées par la pression sociale et la publicité. Les instincts de compétition et d’accumulation, autrefois utiles pour la satisfaction des besoins vitaux, peuvent aujourd’hui rendre malheureux, alors que ces besoins sont assouvis2.

2. « Ce que vaut ma vie à mes yeux »

  • 3 Cette dimension est prise en compte par Ruut Veenhoven qui fait de la question « Dans quelle mesur (...)

8Le contentement d’un individu à l’égard de sa propre vie ne s’épuise par conséquent ni dans le sentiment de bien-être ou dans le sentiment d’être plus ou moins heureux, ni dans la satisfaction des préférences individuelles indépendamment de la nature de ces dernières3. La satisfaction qu’une personne éprouve à l’égard de sa propre existence dépend éminemment de la valeur perçue de ses conditions de vie. Le bonheur, même subjectivement appréhendé comme un état d’esprit, coïncide avec le degré auquel une personne évalue positivement la qualité de sa vie dans son ensemble. Ainsi le sentiment de satisfaction, éprouvé par l’individu, ne peut être dissocié de l’évaluation de ce à quoi il se rapporte. Cette dimension évaluative est en réalité sous-jacente à l’approche utilitariste du bonheur puisque le calcul des plaisirs et des peines suppose une évaluation des différents aspects de la vie.

  • 4 Frank M. Andrews et Stephen B. Withey, Social indicators of well-being : America’s perception of l (...)

9Certains chercheurs en sciences sociales – en l’occurrence F. Andrews et S. Withey4 – ont dégagé des corrélations élevées entre la satisfaction à l’égard de la vie dans son ensemble et l’évaluation des domaines de la vie. La satisfaction de vivre en général peut être calculée sur la base des satisfactions dans différents domaines de la vie. La démarche serait la suivante : nous commençons par évaluer les domaines de la vie, comme l’emploi et la vie familiale, la vie sociale, sur la base de certains critères de succès, comme la sécurité, la liberté, l’estime. Puis nous calculons la moyenne qui est pondérée par l’importance perçue des différents domaines. La preuve de cette pondération n’a certes pas été établie mais il est certain que le bonheur et son expérience sont indissociables d’une évaluation, par l’individu, de la qualité totale de la vie en général et de sa vie.

10L’évaluation joue un rôle décisif dans la satisfaction à l’égard de sa vie. Elle signifie, d’une part, que ce n’est pas le fait d’éprouver n’importe quelle satisfaction qui peut rendre heureux. Le bonheur, y compris envisagé subjectivement, révèle une dimension qui n’est pas strictement subjective. La nature de la satisfaction éprouvée est déterminante car on peut douter qu’une satisfaction induite par un objet dérisoire ou ignoble, rende réellement heureux. On contourne de la sorte une difficulté rencontrée par une conception strictement subjectiviste du bonheur confrontée au fait que les impressions peuvent être trompeuses et que le sentiment de satisfaction peut induire en erreur.

  • 5 Ed. Diener et Martin E.P. Seligman, « Beyond Money. Toward en Economy of Well-Being », Physiologic (...)

11D’autre part, l’évaluation dépend d’une appréciation, par la personne, de son existence comme telle, de ce qu’elle juge être son niveau de bonheur et sa qualité de sa vie, qui s’appréhende notamment en relation aux capacités personnelles dont elle dispose, eu égard aux activités typiques qu’elle valorise et auxquelles elle aspire. Cette évaluation – dont résultera un sentiment de satisfaction à l’égard de sa propre existence – passe par une référence à des attitudes, à des valeurs et à des croyances personnelles sur la vie de la part de cette personne. Le sentiment de satisfaction dans lequel on a pu penser que s’épuisait le bonheur n’est qu’une partie de la vie bonne pour la plupart des personnes car leurs buts par exemple sont beaucoup plus larges. En effet, « les personnes veulent être heureuses mais elles veulent l’être pour de bonnes raisons et elles veulent des choses qui ont une valeur même en l’absence de tout sentiment de plaisir »5.

  • 6 Voir Alex C. Michalos, « Multiple Discrepancy Theory (MDT) », Social Indicators Research, 16, 1985 (...)

12Ainsi certains ont montré à partir de données empiriques que le bonheur dépendait, pour une large part, de la discordance perçue entre la réalité et les attentes des individus ou leur représentation de ce que la vie devrait être. Le bonheur se présente alors comme la somme de différentes sous-évaluations6. Ces sous-évaluations proviennent de la discordance entre la perception de ce qu’est la vie et la représentation de ce qu’elle devrait être. Les cinq principaux standards de comparaison sont : 1) ce que l’individu veut ou désire ; 2) ce qu’il a eu antérieurement ; 3) ce qu’il s’attend d’avoir ; 4) ce qu’il pense que les autres ont et 5) ce qu’il croit mériter. Le bonheur se tient au terme d’une inférence globale basée sur l’affect général puisque les petites discordances peuvent être accompagnées d’une grande satisfaction de vie globale. Les valeurs personnelles sont donc constitutives du sentiment de l’individu à l’égard de son existence, de l’évolution à travers le temps de ce sentiment tout de même que de l’appréciation de sa propre qualité de vie. L’évolution de ce qui, pour la personne, a de la valeur à ses propres yeux induit des changements dans son bonheur ainsi que dans sa perception évaluative de l’existence. L’individu ainsi parvenu à se façonner comme une personne autonome, en mesure de faire ce qu’elle souhaite, de répondre à ses choix, aux raisons qu’elle a retenues pour justifier ses choix, aux évaluations et aux sentiments qui y sont associés, jugera certainement qu’elle est heureuse.

3. « Être heureux de… » : l’objectivité du bonheur

13Cette dimension évaluative et normative ranime la détermination antique du bonheur comme eudaimonia, c’est-à-dire comme vie bonne. Elle permet en outre de contourner l’objection fréquemment formulée à l’encontre des conceptions strictement subjectivistes du bonheur – dont on a envisagé précédemment les limites – que l’on accuse de penser le bonheur indépendamment de toute référence à des biens et au bien humain susceptibles d’être objectivement définis. Cet aspect évaluatif signifie que le sentiment de satisfaction, qu’éprouve une personne, se rapporte à des réalités que la personne considère comme humainement désirables, étant entendu que les désirs et les satisfactions peuvent être de « premier ordre », d’une part, c’est-à-dire immédiats, et relatifs au bien final (et global) que nous poursuivons dans nos existences, d’autre part.

  • 7 Cette dimension « propositionnelle » signifie que le bonheur n’est réel que s’il se rapporte à des (...)

14La situation de l’individu lobotomisé, évoquée précédemment, est difficilement qualifiable d’« heureuse » car il n’y a rien dans son activité qui puisse être compté au nombre des choses susceptibles de rendre heureux un être humain et de donner un sens à sa vie. De même, nous avons quelque réticence à parler de bonheur en référence au sentiment subjectif de bonheur qu’a l’esclave ou l’être exploité, lorsque de tous petits plaisirs ou des plaisirs dérisoires suscitent, dans le désert de satisfaction où ils sont vécus, un immense plaisir. Tout aussi bien, un individu qui connaîtrait le plus grand bonheur à faire du mal à autrui, même s’il était parfaitement heureux, ne serait pas jugé tel par un observateur car le fait de ne pas léser autrui ou d’agir avec moralité représente un bien dont, de manière réflexive, on dira qu’il donne une raison objective d’être heureux – comme le soulignait déjà l’eudémonisme des Anciens. On est « heureux de » ne pas léser autrui. En effet, la satisfaction qui est au cœur de l’expérience du bonheur ne consiste pas simplement à « être heureux ». Elle se décline plutôt comme le fait d’« être heureux de… » car la nature de l’objet du sentiment, qui nourrit ce bonheur, est essentielle à la compréhension de la réalité de ce dernier. S’esquisse ici une compréhension « propositionnelle » du bonheur7, en ce sens que le sentiment de bonheur s’explicite sous la forme : « je suis heureux que » ou « je suis heureux de ce que... ». Une nouvelle fois, la réflexivité se révèle être un moment central de l’expérience du bonheur. Cette détermination du bonheur (« être heureux de… ») permet de comprendre que l’on puisse être heureux du bonheur de personnes qui nous sont chères et dont la situation ne nous concerne en rien. Souhaiter le bonheur de ses proches, ce n’est pas souhaiter qu’ils éprouvent telle ou telle satisfaction mais aussi que celle-ci se rapporte à des états objectivement bons.

  • 8 Réciproquement, nous soulignons souvent qu’un individu devrait être heureux, en raison de toutes l (...)
  • 9 Ruut Veenhoven, « Happy life-expectancy. A new comprehensive measure of quality-of-life in nations (...)
  • 10 Les jugements « objectifs » faits par d’autres personnes sont basés, pour partie, sur la qualité d (...)

15La différence, mise en évidence dans des situations typiques, entre le point de vue de la personne qui éprouve un sentiment ou un état de bonheur et celui d’un observateur détaché (ou point de vue de la troisième personne) montre qu’il existe une forme d’objectivité du bonheur et du bien8. Cette dualité de points de vue se retrouve dans l’économie du bonheur qui distingue la qualité de vie « objective » et la qualité de vie « subjective », ou encore la qualité de vie présumée et la qualité de vie apparente9. Cette distinction explique qu’un individu pauvre, sans pouvoir et isolé puisse néanmoins se sentir bien mentalement et physiquement. La qualité de vie « subjective » exprime ainsi l’évaluation de la vie faite par la personne elle-même. En revanche, l’appréciation « objective » de la qualité de vie repose sur des critères qui peuvent être utilisés par d’autres personnes que celle qui est observée, comme son médecin ou ses amis10.

  • 11 Voir Monique Canto-Sperber, « Bonheur », Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, p. 208.

16La mise en évidence d’une référence, dans l’appréciation individuelle ou objective du bonheur, à des biens humainement désirables permet donc de construire une conception objectiviste du bonheur. La question est alors de savoir quels sont ces biens. Ces biens humainement désirables ne sont pas seulement les biens matériels mais consistent en talents, relations personnelles, estime de soi-même, capacités et biens privés comme la capacité à réfléchir, le sens esthétique, la richesse des sentiments éprouvés, l’humour, la capacité à rire, etc. Cette pluralité de biens s’ordonne en : 1/ objets généraux du désir, comme la connaissance, l’activité intellectuelle, les plaisirs, les jouissances, l’amour, la compassion, l’accomplissement du devoir, la beauté, l’ordre, la justice ; en 2/ biens inhérents aux pratiques, i.e. associés à l’action technique, à l’acte moral, etc. ; en 3/ biens relatifs aux communautés, aux traditions, aux cultures et aux formes de vie commune ; et enfin en 4/ biens qui se réfèrent à une disposition inhérente à la nature humaine comme les vertus11 ou les capacités sur lesquelles une personne peut raisonnablement compter dans le présent et le futur.

  • 12 La notion a été élaborée par Amartya Sen dans les années 1980. Un functioning consiste dans n’impo (...)

17L’identification de ces biens achève de démontrer que l’expérience du bonheur et le bonheur lui-même ne s’épuisent pas dans le bien-être immédiat ni dans la somme totale des sentiments instantanés de bien-être. Cette énumération explique la place des biens intellectuels dans l’interprétation antique du bonheur. La possibilité de forger et de mener à bien, avec succès, un projet rationnel de vie suppose en effet de disposer de certains biens et de certaines ressources. Or ces biens et ressources ont le sens de possibilités et peuvent s’interpréter en termes de functionings12.

4. Le bonheur est affaire de possibilités

  • 13 Le terme de « capabilité » traduit l’anglais « capability », qui a le sens de « capacité », d’« ap (...)
  • 14 Voir notamment Amartya Sen, Commodities and Capabilities, Amsterdam, North-Holland, 1985 et Amarty (...)

18En effet, le bonheur que peut expérimenter chacun dépend, de façon décisive, des possibilités, internes et externes, dont il dispose et qu’il juge avoir de la valeur. La conjonction de la disponibilité et de l’évaluation explique qu’une personne qui n’est pas totalement autonome dans ses mouvements puisse être heureuse si elle ne valorise pas tant ces aspects de l’existence. Ces possibilités, internes et externes, sont interprétables, comme l’a montré A. Sen, en termes de capabilités13 et de functionings14. L’état d’une personne peut être décrit comme un vecteur de functionings, c’est-à-dire comme un ensemble de capabilités lui permettant de réaliser son bien-être. Cet ensemble exprime la liberté positive de la personne, c’est-à-dire sa liberté en terme de « liberté pour… ». Lorsque l’on décrit l’état d’une personne par un vecteur de performances, la composante « aptitude » est alors identifiée à l’ensemble disponible de ces vecteurs. De la sorte, on parvient à donner un sens précis à la liberté positive des individus. « Être capable de » faire certaines choses est une composante incontestable de la satisfaction à l’égard de sa propre vie. En effet, le sentiment de satisfaction d’un individu à l’égard de son existence dépend des capacités sur lesquelles il peut raisonnablement compter dans le présent et sur lesquelles il peut compter pour élaborer des projets concernant le futur, quelles que soient ses intentions et ses préférences futures.

  • 15 Ce qui n’empêche pas celui qui conçoit le bonheur dans ces termes d’avoir de brefs instants de bon (...)

19On sait en effet que l’adaptabilité de la satisfaction à des possibilités fonctionnelles radicalement différentes de celles dont jouissait une personne avant d’être gravement accidentée est incomplète. Le bonheur présent dépend, pour partie, de l’anticipation, par la personne, de ce qu’elle pourra faire dans le futur. Il est, en partie au moins, une question d’espérances et de plans de vie et ce rapport au temps conditionne la possibilité de jouir et de se réjouir du présent. L’appréhension du temps ne concerne pas exclusivement le futur, sous la forme de l’anticipation, mais également le passé et la satisfaction à l’égard de ce qui a déjà été réalisé. L’appréhension réflexive du passé pèse d’autant plus, dans l’expérience du bonheur, que l’on tend à comprendre et à vivre ce dernier comme un accomplissement maîtrisé15. Ici vie réussie et vie heureuse se répondent : avoir une vie que l’on juge réussie rend heureux.

20La confiance dans la disponibilité de capacités internes ou externes pour mener à bien un projet de vie conditionne, pour une large part, la satisfaction de l’individu à l’égard de son existence et ses possibilités d’être heureux. A contrario, leur absence explique que l’on ne puisse être heureux. Une personne privée de toute capabilité interne (i.e. très malade et/ou en fin de vie), de même qu’une personne privée de toute capabilité externe (une personne en prison), voire également de toute capabilité interne (une personne très pauvre et malade), et ne pouvant donc mener à bien aucun projet de vie ni avoir aucun espoir pour le futur, ne peut être heureuse. Sans espoir ni ressources, le bonheur demeure hors de portée. L’espérance est liée à l’ouverture de l’avenir et à la possibilité que des désirs auxquels on tient puissent se réaliser. Mais l’espérance étant liée à la probabilité que se réalise ce que l’on espère ou désire, elle est conditionnée par la disponibilité de certaines ressources – étant entendu que les désirs ici envisagés sont rationnels. Les ressources internes et externes, l’espoir sont des conditions du bonheur. Ces paramètres, saisis au niveau des individualités, expliquent, comme nous le verrons par la suite, que les pays démocratiques se situent en tête du classement des pays « les plus heureux au monde » (voir l’indice de satisfaction avec la vie SWL).

21L’insuffisance (et le réductionnisme) de la détermination exclusive du bonheur par le sentiment de bien-être tout comme celle de sa caractérisation utilitariste à travers la seule satisfaction des préférences individuelles est à présent manifeste. Dès lors et parce que le bonheur se définit et se vit en rapport à des états objectivement bons, le fait qu’une personne se sente ou se juge heureuse est une condition, certes nécessaire pour dire qu’elle est heureuse, mais non suffisante pour dire qu’elle est effectivement heureuse – puisque son jugement peut notamment être adaptatif.

5. Peut-on être heureux sans être libre ?

  • 16 1 On distingue la liberté positive de la liberté négative. La première est liée au désir d’être so (...)

22Cette attention aux capabilités – i.e. aux possibilités et à la liberté de choix – permet de préciser la notion commune et au premier abord indéterminée de bonheur, en identifiant des dimensions bien définies lui conférant une substance. L’intérêt pour les capabilités permet une élucidation de la notion de préférences subjectives à partir de la capacité de choix puisque les préférences permettent, par exemple, aux personnes d’exercer leur liberté. La mise en évidence de capabilités internes et externes, comme conditions substantielles de la satisfaction à l’égard de l’existence, montre que le bonheur est fondamentalement lié à la liberté positive (ou liberté réelle) des personnes, dans la mesure où celle-ci consiste dans la possibilité d’opérer des choix entre plusieurs options effectivement disponibles16. Le bonheur ne consiste en effet pas seulement dans la satisfaction de préférences subjectives et/ou instantanées ni seulement dans la satisfaction de besoins fondamentaux – que nous définirons ultérieurement – mais suppose que les agents puissent jouir, dans le présent comme dans l’avenir, d’un ensemble d’opportunités. La liberté de choix – qui ne se réduit bien entendu pas à la liberté de consommer ou de bénéficier de tel ou tel bien de consommation – joue un rôle central dans les préférences et par conséquent dans l’appréciation de son propre bien-être, par la personne, dans la jouissance d’une vie heureuse.

23Cette « liberté de choix » présente également une importance intrinsèque dans l’appréciation du bonheur d’autrui – et offre par là une réponse au problème posé par le « pauvre satisfait » ou « l’épouse complaisante ». Elle constitue donc une composante de toute vie bonne. Le « choix » dont il est ici question consiste dans la capacité d’opérer une sélection non arbitraire entre des options disponibles. Ce choix n’est pas un pouvoir de sélection abstrait d’une option mais la capacité de développer des plans et des intentions, d’initier et de mener une action. Il inclut également la capacité de faire le meilleur de soi ou la capacité d’exercer sa raison et sa volonté. Ce « pouvoir personnel de choisir » exprime la liberté positive de l’individu. Ainsi la liberté, fût-elle exclusivement intérieure comme celle de Marc-Aurèle, est une composante décisive du bien-être individuel. Les données empiriques reflètent cette intuition : les individus reconnaissent que certaines dimensions de la liberté – telle que la capacité de choisir, l’autonomie personnelle – sont des dimensions essentielles, indispensables pour être heureux.

  • 17 Ceci ne signifie toutefois pas que plus l’on est libre ou plus l’on a un éventail de choix large, (...)

24Cette liberté est positivement conçue à partir d’une association entre des capacités internes et des chances externes, toutes décrites ensemble en termes de possibilités fonctionnelles. Ces capabilités comprennent certes le pouvoir interne de faire ou de choisir certaines choses, d’agir sur le choix de préférences mais elles concernent aussi l’absence de coercition nécessaire à l’exercice d’une telle puissance tout de même que la disponibilité des circonstances environnementales et sociales. Un individu, rendu moins libre du fait que certaines alternatives réalisables sont devenues indisponibles, est moins heureux17. Par exemple, la non-satisfaction de ses besoins tend à se traduire par des possibilités affaiblies d’atteindre différents états, au cours de sa vie. Telle est l’une des raisons pour lesquelles la liberté de choix et la satisfaction des besoins associés aux capabilités ont une valeur intrinsèque spéciale, lorsqu’il s’agit de penser le bonheur individuel

25L’approche par les capabilités contribue ainsi à consolider la dimension objective de la détermination du bonheur que l’on identifiait, quasi exclusivement au début de cette réflexion, au seul sentiment d’un bien-être subjectif. Cette approche justifie également l’attention portée, comme nous le verrons ultérieurement, à l’identification d’un niveau de bonheur minimal et de ses conditions car elle permet, au même titre que d’autres paramètres déterminants de l’expérience du bonheur, de réaliser une appréciation et une mesure objectives du bonheur.

  • 18 Une personne qui, pour des raisons internes, c’est-à-dire qu’elle ne maîtrise pas, a le sentiment (...)

26Néanmoins la mise en évidence du rôle fondamental de la liberté dans l’expérience du bonheur ne se substitue pas à l’approche par la satisfaction subjective du bonheur. Elle la complète, plutôt en offrant une conception alternative du bonheur fondée sur la capacité de réaliser des functionings essentiels à la vie humaine. Progressivement, la notion d’abord indéterminée de bonheur se détermine à partir de dimensions bien définies, telles que la liberté positive, la liberté interne (i.e. la capacité de faire ce que l’on peut le mieux de soi, le plein exercice de sa raison, de sa volonté aussi bien que d’autres facultés de l’individu18), la liberté externe (c’est-à-dire les ressources et les chances), la liberté de choix (comprise, en particulier, comme non restriction des options), l’autonomie, la capacité de développer des plans et des intentions, d’initier et de mener une action, la capacité de faire telle ou telle chose, etc. Cette pluralité d’éléments, envisagés de façon complémentaire et non exclusive – et à laquelle s’ajouteraient le sentiment de bien-être, les jugements individuels relatifs à la valeur de leur vie, la référence à un état neurophysiologique précis –, confère sa substance à la détermination du concept de bonheur. Elle montre que sa définition ne peut être que pluridimensionnelle.

6. Le bonheur, une forme d’accomplissement de soi

  • 19 John Rawls, Théorie de la justice, p. 450.
  • 20 Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 8, 1098 b 21-22.
  • 21 Aristote, Politique, VII, 2, 1324 a 27-33.
  • 22 Aristote, Éthique à Eudème, VIII, 3, 1249 b 17-22.

27L’approche par les capabilités permet de comprendre pourquoi, dans l’Antiquité déjà, Aristote proposait une détermination de la vie bonne comme accomplissement maîtrisé. La capacité de réaliser des functionings essentiels à la vie humaine, qui traduit conceptuellement le fait de s’épanouir dans l’existence, joue un rôle décisif dans l’appréciation positive, par l’individu, de sa propre existence. Cet épanouissement ou accomplissement de soi contribue au bonheur et rend heureux. Le fait de considérer, comme nous l’avons mentionné, qu’une personne est heureuse lors qu’elle est en train de réaliser, avec plus ou moins de succès, un projet rationnel de vie19, avait déjà été formulée par Aristote20 puisque ce dernier envisageait le bonheur – et plus précisément l’eudaimonia – non pas comme un état subjectif mais plutôt comme le fait de prospérer, de s’épanouir au mieux selon ses capacités. Dans l’interprétation aristotélicienne et parce que le bonheur est une activité, celui-ci suppose que soient exercées les facultés humaines le mieux possible – i.e. avec un certain degré de réussite – tout au long de sa vie. C’est pourquoi lorsqu’Aristote envisage la vie la plus désirable21, seuls deux genres de vie, la vie de citoyen tournée vers l’action, i.e. la vie de l’homme d’État, ou la vie contemplative, affranchie de toutes les contraintes extérieures, sont éligibles car elles seules actualisent le plus parfaitement les facultés supérieures de la nature humaine. L’eudaimonia a trait à l’exercice le meilleur et à l’activité continue de la partie intellectuelle de l’âme, de la nature humaine rationnelle22.

  • 23 C’est-à-dire, dans le vocabulaire aristotélicien, avec l’accomplissement de la fonction de l’homme (...)

28L’épanouissement de l’individu selon ses capacités, promu par Aristote, coïncide avec et exprime la réalisation et l’intériorisation, dans l’individu, d’un bien humain réel. L’accent porté par Aristote sur l’exercice des facultés intellectuelles traduit une hiérarchisation et une identification de ce que sont les facultés proprement humaines qui, avec le temps, s’est en partie – mais en partie seulement – estompé. Les Anciens tiennent les facultés liées à la rationalité pour distinctives de l’humanité, là où les Modernes évoqueront aussi le rire et la possibilité d’aimer. Dans l’Antiquité comme aujourd’hui, toutefois il s’agit toujours de montrer que le bonheur coïncide avec un accomplissement de la nature humaine23. Lorsque la vie humaine est reconnue et légitimée dans la pluralité de ses dimensions, comme le fait Martha Nussbaum, non seulement la question des genres de vie se voit totalement disqualifiée, mais plus encore la nature humaine cesse d’être réduite à sa part rationnelle. L’intuition aristotélicienne selon laquelle le bonheur répond à un épanouissement des facultés humaines est cependant sous-jacente à la liste, proposée par Martha Nussbaum, des capabilités sans l’exercice ou la jouissance desquelles une vie humaine serait, selon elle, sérieusement amputée.

  • 24 Martha C. Nussbaum, « Aristotelian Social Democracy », in R.B. Douglass, G.M. Mara et H.S. Richard (...)

29Ces capabilités fonctionnelles de base, dont Martha Nussbaum considère qu’elle ont une validité transculturelle, consistent à : « 1. Pouvoir vivre, autant que possible, une vie humaine complète jusqu’à la fin ; éviter une mort prématurée, ou pouvoir mourir avant que notre vie soit diminuée au point de ne plus valoir la peine d’être vécue. 2. Pouvoir jouir d’une bonne santé, d’une alimentation adéquate, d’un foyer décent ; avoir des opportunités de satisfaction sexuelle ; pouvoir se déplacer d’un endroit à un autre. 3. Pouvoir éviter toute douleur inutile et connaître l’expérience du plaisir. 4. Pouvoir utiliser nos cinq sens ; pouvoir imaginer, penser et raisonner. 5. Pouvoir éprouver un attachement pour des personnes et des réalités extérieures à nous-mêmes ; pouvoir aimer ceux qui nous aiment et se soucient de notre sort, pouvoir pleurer leur absence ; en général, pouvoir aimer et éprouver douleur, désir et gratitude. 6. Pouvoir se former une conception du bien et s’engager dans une réflexion critique sur la planification de notre propre vie. 7. Pouvoir vivre pour et vers les autres êtres humains, leur manifester notre capacité de reconnaissance et d’attention, nous consacrer à diverses formes d’interaction sociale et familiale. 8. Pouvoir vivre dans le souci de et en relation avec les animaux, les plantes, le monde de la nature. 9. Pouvoir rire, jouer et nous adonner à des activités récréatives. 10. Pouvoir vivre notre propre vie, et pas celle de quelqu’un d’autre. 10a. Pouvoir vivre notre propre vie dans un environnement et un contexte de notre choix »24.

30Au terme de cette énumération, Martha Nussbaum suggère qu’une vie à laquelle ferait totalement défaut l’une ou l’autre de ces dimensions verrait son contenu humain sérieusement diminué. Est-ce à dire que le bonheur consiste avec l’accomplissement de chacune de ces capacités ? Les éléments ici énumérés sont-ils des « ingrédients » du bonheur, les composants qu’Aristote cherchait dans les livres VII et VIII de la Politique ? L’analyse de cette liste offrira une réponse à l’interrogation, née dans l’Antiquité, sur les conditions nécessaires voire suffisantes du bonheur.

31Notons d’abord que le point 1 a un statut à part puisqu’il constitue, en lui-même, une affirmation sur la vie bonne et, corrélativement, sur la vie heureuse. Soulignons également qu’en première lecture, cette liste de capabilités présente le défaut d’une insuffisante voire d’une incorrecte hiérarchisation puisque la numérotation présentée suggère effectivement un ordre. En particulier, nombreuses sont les personnes qui sont heureuses sans vivre en relation avec leur environnement naturel (point 8). Pour saisir le statut des termes répertoriés, il faut envisager ce que serait une vie privée de l’un d’entre eux. De la sorte, on pourra établir si ces éléments sont des causes du bonheur, et plus précisément, des causes nécessaires et/ou suffisantes de ce dernier. La double temporalité de l’expérience du bonheur – un instant de bonheur vs. une vie heureuse – joue ici un rôle discriminant. Elle permet d’établir que pouvoir vivre notre propre vie (point 10), notamment dans un environnement et un contexte de notre choix (point 10a), sont des dimensions essentielles du bonheur au même titre que les relations sociales (point 5) ainsi que certaines conditions matérielles et objectives (point 2).

32De la même façon que plusieurs des penseurs de l’Antiquité tendent à penser l’excellence humaine à partir de la seule rationalité et de la vertu, la liste élaborée par Martha Nussbaum risque d’induire une confusion entre vie proprement humaine et vie heureuse. En effet, on peut imaginer qu’un individu, qui ne pourrait mener à bien les points 10, 10a, 3 comme c’est le cas de personnes présentant des déficiences mentales telle que la trisomie 21, ne pourrait être heureux. La qualification d’« heureux » ne s’applique pertinemment qu’à plusieurs conditions. En premier lieu et si la personne ne peut engager un processus réflexif, elle ne pourra juger que sa vie est ou a été heureuse. Comme on l’a montré, la dimension de la réflexivité est une part essentielle de l’expérience du bonheur, lequel ne consiste pas essentiellement à ressentir de la joie ou à vivre un certain bonheur en ignorant que l’on est ou a été heureux. Cette part de réflexivité comme condition indispensable du bonheur s’exprime dans le point 6, c’est-à-dire dans la capacité de former une conception du bien. De même, si la vie heureuse se définit par rapport à l’accomplissement d’un projet rationnel de vie et donc comme ayant à son fondement le point 10, alors l’individu décrit ne mènera pas une vie que l’on jugera heureuse. On pourrait objecter, face à l’étonnement que chacun a pu connaître devant les personnes mentionnées, qu’elles sont heureuses dans l’instant mais se serait improprement réduire le bonheur à la joie ou à la gaieté, qui en sont occasionnellement corrélatives.

  • 25 Voir Baruch Spinoza, Éthique, prop. XLII, Dém. Lorsque l’on affirme que le bonheur est un bien exc (...)

33La collusion entre vie humaine et vie heureuse s’exprime également dans les points 5 et 7. Le rapport social est une caractéristique de l’existence humaine. Cependant, et concernant le point 7, il est plus essentiel au bonheur de pouvoir se consacrer à des formes d’interaction sociale et familiale que de « pouvoir vivre pour et vers les autres êtres humains » ou que de « leur manifester notre capacité de reconnaissance et d’attention ». Seul le premier terme (la dimension sociale) et la dimension affective, exprimée dans le point 5, sont des conditions nécessaires du bonheur humain. En dernière analyse, c’est davantage l’étendue de la collusion entre vie humaine et vie heureuse qui est problématique que cette collusion elle-même puisque seuls les hommes – c’est-à-dire ni Dieu ni les animaux ou les plantes – ne peuvent être heureux, la béatitude divine consistant dans la seule sagesse et la connaissance du vrai25. Le bonheur est un bien proprement humain, qui n’est concevable qu’en fonction de ressources proprement humaines et n’a de sens qu’à l’échelle de la vie humaine.

34Parmi les composants du bonheur, se distinguent également le plaisir (voir point 3 sans que soit résolue la question de savoir jusqu’à quel point la souffrance empêche d’être heureux). On ne saurait omettre le loisir (point 9) dont la privation rend la tâche d’être heureux impossible. Il constitue en effet la condition et le lieu d’un accomplissement personnel qui n’est asservi ni aux exigences sociales ni aux contraintes familiales.

  • 26 Voir Aristote, Éthique à Nicomaque, livre VIII.

35Ainsi les éléments qu’évoque Martha Nussbaum sont des capacités dont chacun devrait pouvoir jouir mais non des termes qui devraient être menés à bien pour être heureux. En effet, l’une des composantes fondamentales de l’expérience du bonheur réside dans l’évaluation que les individus eux-mêmes formulent concernant la diversité des aspects de l’existence et de leur existence. Alors que le point 8 sera un élément décisif du bonheur des uns, d’autres le tiendront pour négligeable. Il n’est pas une condition nécessaire du bonheur. De même, aucune place n’est faite dans ce catalogue à l’accomplissement professionnel dont la sociologie et l’économie ont pourtant montré l’importance dans l’expérience du bonheur. Martha Nussbaum omet ici le fait que nous pouvons chercher un accomplissement dans des dimensions aux quelles autrui reconnaît de la valeur puisque le désir d’être heureux est toujours médiatisé par le regard de l’autre, par cet autre qui exige de moi, en quelque sorte, que j’exprime ou que je mette en acte cette œuvre propre de l’homme26. Néanmoins la description de Martha Nussbaum permet de justifier le fait que l’accomplissement des facultés humaines dans leur diversité – i.e. intellectuelle, affective, sensible – ainsi que des formes différentes de rapport au monde – social, naturel, animal – que les individus entretiennent sont des aspects, et pour certains d’entre eux des conditions, du bonheur de l’homme.

36Dans la mesure où les capacités évoquées par Martha Nussbaum sont des dimensions essentielles de l’épanouissement humain, elles doivent constituer une référence dans la définition des diverses libertés et opportunités de base ainsi que des ressources minimales qu’une autorité publique doit pouvoir garantir aux citoyens.

Notes

1 Pour cet exemple, voir Philippa Foot, « La vertu et le bonheur », in M. Canto-Sperber, La Philosophie morale britannique, Paris, PUF, 1994

2 Richard Easterlin, « Building a Better theory of Well-Being », in Economics and Happiness, Décembre 2005, p. 29-65(37).

3 Cette dimension est prise en compte par Ruut Veenhoven qui fait de la question « Dans quelle mesure êtes-vous actuellement satisfait de votre vie ? » la question cruciale de son questionnaire d’évaluation du bonheur des peuples.

4 Frank M. Andrews et Stephen B. Withey, Social indicators of well-being : America’s perception of life quality, New York, Plenum Press, 1976.

5 Ed. Diener et Martin E.P. Seligman, « Beyond Money. Toward en Economy of Well-Being », Physiological Science in the Public Interest, vol. 5, n°1, 2004.

6 Voir Alex C. Michalos, « Multiple Discrepancy Theory (MDT) », Social Indicators Research, 16, 1985, p. 347-413 et sa « théorie des discordances multiples ».

7 Cette dimension « propositionnelle » signifie que le bonheur n’est réel que s’il se rapporte à des états de chose susceptibles d’être décrits par des propositions vérifiables. Voir Monique Canto-Sperber, « Bonheur », Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, p. 208.

8 Réciproquement, nous soulignons souvent qu’un individu devrait être heureux, en raison de toutes les bonnes choses objectives dont il jouit, quoique lui-même ne se sente pas heureux. Face à son incapacité à jouir de ces biens, cette personne peut toutefois reconnaître que ces biens la devraient rendre heureuse, qu’elle « a tout pour être heureuse » ce que, précisément, ne parvient pas à faire un individu dépressif.

9 Ruut Veenhoven, « Happy life-expectancy. A new comprehensive measure of quality-of-life in nations », Social Indicators Research, 39, 1996, p. 1-57.

10 Les jugements « objectifs » faits par d’autres personnes sont basés, pour partie, sur la qualité de vie « présumée ». Un critère typique est comment une personne réussit à l’école ou au travail, quel soutien cette personne reçoit de ses amis et de sa famille et comment se présente son avenir. Néanmoins les juges extérieurs cherchent aussi des indications de réussite concernant la « qualité de vie apparente » : si la personne démontre énergie et enthousiasme, si elle a l’air en bonne santé.

11 Voir Monique Canto-Sperber, « Bonheur », Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, p. 208.

12 La notion a été élaborée par Amartya Sen dans les années 1980. Un functioning consiste dans n’importe quel genre d’action exécutée, ou d’état réalisé, par un individu, et peut, a priori, couvrir tout ce qui concerne une description complète de la vie de l’individu. Cette notion désigne des performances ou des aptitudes (capabilités) que présentent les individus.

13 Le terme de « capabilité » traduit l’anglais « capability », qui a le sens de « capacité », d’« aptitude », de « possibilités ». Élaboré par Amartya Sen, ce concept désigne l’ensemble des modes de fonctionnement humain qui sont potentiellement accessibles à une personne, qu’elle les exerce ou non.

14 Voir notamment Amartya Sen, Commodities and Capabilities, Amsterdam, North-Holland, 1985 et Amartya Sen, Inequality Reexamined, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1992.

15 Ce qui n’empêche pas celui qui conçoit le bonheur dans ces termes d’avoir de brefs instants de bonheur.

16 1 On distingue la liberté positive de la liberté négative. La première est liée au désir d’être souverain ou, du moins, de participer à la mise en place des mécanismes qui conditionnent sa propre existence. Être libre c’est être son propre maître, c’est ne pas être entravé, dans ses choix par d’autres. La liberté négative consiste en revanche dans « le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui ». Elle consiste dans la certitude d’échapper à la contrainte, à l’arrestation arbitraire, à la tyrannie, et dans l’assurance de ne pas être privé d’une certaine liberté d’action, de disposer d’un espace à l’intérieur duquel l’individu n’est légalement comptable devant personne de ses faits et gestes.

17 Ceci ne signifie toutefois pas que plus l’on est libre ou plus l’on a un éventail de choix large, plus l’on est heureux car l’accroissement de la liberté de choix ne va pas toujours de pair avec une augmentation du bien-être ni du bonheur.

18 Une personne qui, pour des raisons internes, c’est-à-dire qu’elle ne maîtrise pas, a le sentiment de ne pas pouvoir orienter sa vie comme elle le voudrait ni de faire les choix de vie qu’elle souhaiterait endure cette limitation des facultés, dont on constate souvent qu’elle empêche les personnes d’être heureuses.

19 John Rawls, Théorie de la justice, p. 450.

20 Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 8, 1098 b 21-22.

21 Aristote, Politique, VII, 2, 1324 a 27-33.

22 Aristote, Éthique à Eudème, VIII, 3, 1249 b 17-22.

23 C’est-à-dire, dans le vocabulaire aristotélicien, avec l’accomplissement de la fonction de l’homme, qui consiste, selon le Stagirite, à vivre en exerçant la plus caractéristique des capacités humaines, à savoir la raison pratique.

24 Martha C. Nussbaum, « Aristotelian Social Democracy », in R.B. Douglass, G.M. Mara et H.S. Richardson (éd.), Liberalism and the Good, Routledge, Londres, 1990.

25 Voir Baruch Spinoza, Éthique, prop. XLII, Dém. Lorsque l’on affirme que le bonheur est un bien exclusivement humain, i.e. que seuls les hommes peuvent être heureux, on ne veut pas dire que celui qui n’est pas heureux n’est pas un homme. On ne nie pas, par exemple, qu’un individu trisomique soit une personne.

26 Voir Aristote, Éthique à Nicomaque, livre VIII.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540