Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser le bonheur aujourd’hui

 | 
Caroline Guibet-Lafaye

Approches contemporaines du bonheur

Texte intégral

1. Les centres cérébraux du bonheur

1La pensée et les recherches contemporaines offrent-elles une meilleure compréhension du bonheur de l’homme ? Qu’ont-elles apporté à la réflexion sur le bonheur et à son identification ou à sa détermination ? Les sciences sociales ne se sont intéressées que tardivement à la question de la vie bonne qui a longtemps été le domaine réservé de la philosophie et de la théologie. La psychiatrie fut la première, en raison de son travail sur la dépression, à s’intéresser au bonheur. À partir des années 1950, ce dernier est devenu l’objet des principaux courants des sciences sociales mais, avec la neurologie, une approche radicalement nouvelle du bonheur s’est imposée. Des études récentes ont montré que le bonheur correspondait à un état neurophysiologique, donnant par là de nouveaux arguments à l’intuition commune qui voit dans le bonheur un simple état d’esprit subjectif.

  • 1 Antoine Lutz, Richard Davidson et al., « Long-term meditators self-induce high-amplitude gamma syn (...)

2Richard Davidson, professeur de psychologie et de psychiatrie et directeur du laboratoire de Neuroscience Affective de l’Université du Wisconsin (États-Unis) mène depuis les années 1990 des recherches visant à localiser dans le cerveau les « zones du bonheur », à tout le moins les régions du cerveau dont l’activité est stimulée, lorsque les personnes sont ou se disent heureuses. Les études en neuropsychologie ont été rendues possibles par la mise au point d’outils comme l’imagerie par résonance magnétique (IRM), d’une part, – qui permet d’identifier les flux sanguins dans les parties actives du cerveau – et les électro-encéphalogrammes (EEG), d’autre part, – grâce auxquels on appréhende l’activité électrique des circuits neuronaux. Ces instruments permettent de cartographier l’activité des zones du cerveau lorsque les sujets éprouvent tel ou tel état d’esprit. Ainsi à partir d’expériences faites sur des moines bouddhistes en méditation, R. Davidson a montré que leur cerveau présentait, dans ces moments y compris lorsqu’une forme d’extase était atteinte, une forte activité électrique dans le lobe préfrontal gauche. Ces résultats ont conduit Davidson à conclure que le bonheur n’est pas un sentiment vague et ineffable mais bien un état physique du cerveau1. Ses investigations ainsi que celles d’autres collègues contribuent à une meilleure compréhension des caractéristiques physiques d’un cerveau « heureux ».

3Aussi enthousiasmants soient ces résultats, il importe de souligner que la recherche en physiologie et en neurologie du bonheur doit, de façon préliminaire et pour étudier l’activité cérébrale correspondante, définir l’état félicifique en un sens clinique au moins. Or, pour l’heure, personne ne peut dire en quoi consiste précisément cet état. R. Davidson reconnaît cette difficulté et admet que le terme de bonheur est utilisé pour désigner une constellation d’états émotionnels positifs. Il consiste en un état de bien-être que les individus ne souhaitent pas changer ni voir évoluer et qu’ils sont motivés à préserver. Cet état est associé à une appréhension positive du monde quoiqu’il demeure difficile, comme l’admet Davidson, d’en établir scientifiquement les caractéristiques et les limites. De même, l’élucidation neurophysiologique de sentiments positifs, susceptibles de donner lieu à une meilleure compréhension du bonheur passe par la spécification des différents aspects de ce dernier car cet objet est de soi-même trop vaste pour que son approche soit comme telle scientifiquement rigoureuse. L’investigation peut alors se spécialiser et s’orienter vers des sentiments singuliers comme l’optimisme (voir les travaux de Laura Kubzansky, professeur à la Harvard School of Public Health) ou l’espoir.

  • 2 Il s’agit de régions situées dans la partie temporale-pariétale du cortex, placée juste au-dessus (...)
  • 3 Plus précisément au pôle rostral du lobe temporal, en avant de l’hippocampe.

4Reste toutefois que, lorsque des sujets éprouvent des sentiments positifs, le cortex préfrontal gauche se présente comme le principal centre d’activité, comme le « lieu » du bonheur. Dans les années 1990 déjà, des scientifiques avaient montré que le bonheur et la tristesse mettaient en jeu des zones distinctes et des formes d’activité indépendantes dans le cerveau – ce qui expliquerait, selon le Dr. Mark George, psychiatre et neurologue à l’Institut National de Santé Mentale à Bethesda (Maryland, États-Unis), que nous éprouvons, à certaines occasions, des sentiments confus et mêlés de joie et de tristesse. Lorsque les individus éprouvent un sentiment de bonheur, on observe une baisse d’activité dans les régions du cortex cérébral qui interviennent dans l’anticipation du futur et la planification2. Quelques années plus tôt, le Dr. Mark George avait mis en évidence une baisse d’activité dans les régions néocorticales du cerveau, lorsque les individus recevaient des injections de morphine ou de cocaïne. Il concluait à l’existence probable, au sein de zones cérébrales identiques, d’un continuum d’activité conduisant du bonheur le plus transitoire à l’extase. À l’inverse, lorsque le sujet est triste, on observe une activité caractéristique dans l’amygdale, masse nucléique neuronale en forme d’amande située dans le système limbique du cerveau3. Lorsque la personne est heureuse, l’amygdale gauche semble se mettre en veille alors que la droite est en activité.

5Ces résultats sont confirmés par des études menées sur la dépression, état s’il en est éloigné du bonheur. Les recherches sur la neurochimie de la dépression sont bien plus nombreuses que celles conduites en neurologie du bonheur. Elles montrent ce pendant aussi que la tristesse et la dépression sont associées à une activité notable du cortex préfrontal gauche bien que de façon distincte. En effet, les régions du cerveau concernées dans la tristesse commune ne présentent plus d’activité, lorsque le sujet tombe dans une dépression cliniquement avérée. Le Dr. Mark George suggère que l’activité du cortex préfrontal gauche pourrait s’arrêter après plusieurs mois de « tristesse persistante » et remarque que les sujets profondément dépressifs n’éprouvent pas de tristesse mais sont simplement apathiques émotionnellement.

6Ces résultats sont confirmés par la cartographie des lieux cérébraux des émotions, établie par R. Davidson en exploitant des IRM et EEG. Les IRM montrent que lorsque les personnes subissent une forme de stress émotionnel et sont en proie à l’anxiété, à la colère ou à la dépression, les lieux les plus actifs de leur cerveau sont les circuits convergeant vers l’amygdale et la partie droite du cortex préfrontal – région du cerveau ayant une fonction particulière dans l’hypervigilance chez des individus anxieux. En revanche, quand les personnes sont de bonne humeur ou dans de bonnes dispositions, i.e. optimistes, enthousiastes et dynamiques, ces zones sont au repos, l’activité cérébrale se situant alors dans le cortex préfrontal gauche.

  • 4 R. Davidson fait l’hypothèse que les individus, comme les moines bouddhistes, qui parviennent à de (...)

7R. Davidson suggère que l’on pourrait ainsi identifier le type de disposition et d’humeur propres aux personnes, à partir de l’image des niveaux d’activité des parties préfrontales droite et gauche de leur cortex cérébral. Plus l’activité de la partie droite du cortex cérébral est importante, plus la personne serait anxieuse et malheureuse, plus l’activité de la partie gauche du cortex cérébral est importante, plus la personne serait heureuse et enthousiaste4. R. Davidson a ainsi tracé une courbe en forme de cloche sur laquelle se répartissent les individus : la plupart se trouve au milieu. Il sont, à certaines occasions, de bonne humeur et à d’autres non. En revanche, les personnes qui se situent à l’extrémité droite de la courbe sont les plus susceptibles de tomber dans des formes pathologiques de dépression ou de souffrir, tout au long de leur vie, de troubles de l’anxiété. À l’inverse, celles qui se trouvent à l’extrémité gauche de la courbe connaissent peu d’inquiétude et retrouvent toujours rapidement leur heureuse humeur.

8L’activité prééminente du cortex préfrontal gauche comme locus situ du bonheur laisse inentamée la question de savoir si c’est le cortex préfrontal qui crée le sentiment de bonheur ou bien si, à l’inverse, l’activité qu’il trahit reflète l’état émotionnel général de l’individu heureux. R. Davidson suggère que les deux interprétations sont probablement simultanément pertinentes, en ce sens que cette partie du cerveau est une cause prochaine de certains états heureux au moins. On pourrait en conclure, comme d’autres études le suggèrent également, que certaines personnes sont davantage prédisposées génétiquement au bonheur que d’autres du fait de l’activité naturelle de leurs cortex préfrontaux.

9On constate d’ailleurs qu’un cerveau dont le cortex préfrontal gauche est « disposé » au bonheur, et se trouve donc plus actif, présente des différences d’avec un cerveau qui ne l’est pas en termes de neurotransmetteurs, c’est-à-dire au niveau de la composition chimique des signaux transmis d’un neurone à l’autre. Le fait que le cortex préfrontal soit inondé de nombreux neurotransmetteurs comportant notamment de la dopamine, de la sérotonine, du glutamate et de l’acide gamma amino butyrique (GABA) conduit Davidson à conclure que la dopamine doit avoir un rôle spécifique dans l’état félicifique, lorsque ce dernier tient particulièrement au fait de parvenir à tel ou tel but. En effet, des expériences faites sur des animaux ont montré que la dopamine assure le transfert des signaux, associés à des émotions positives, entre la zone préfrontale gauche et les centres émotionnels du système limbique du cerveau, comme le nucleus accumbens. Chez les humains, on constate que les personnes qui prennent de la dopamine ont tendance à être de meilleure humeur. Ces observations ont encouragé les chercheurs à étudier les liens entre tels et tels niveaux de dopamine et des sentiments d’euphorie ou de dépression.

  • 5 Voir R. Boarini, A. Johansson et M.M. d’Ercole, « Alternatives Measures of Well-Being », Economics (...)
  • 6 J. Olds et O. Milner, « Positive reinforcement produced by electrical stimulation of septal areas (...)

10La neuroscience semble donc offrir la clef du bonheur : la stimulation du lobe préfrontal gauche du cerveau. L’imagerie cérébrale a mis en évidence une corrélation entre l’activité cérébrale de la partie pré-frontale droite du cerveau et les émotions positives5. Ces études n’ont bien évidemment pas montré qu’il existait une glande unique du bonheur mais elles ont fait la preuve de l’existence de centres du plaisir dans le cerveau6. L’expérience plaisante semble résulter de signaux biochimiques, perçus à la fois dans le cerveau et dans le corps mais dont les interactions sont encore largement inexpliquées.

  • 7 Les psychologues les plus éminents dans la recherche sur le bonheur sont E. Diener (Université de (...)

11De même, on a observé une certaine correspondance entre les déclarations de satisfaction ou de bien-être des individus et les manifestations physiques de la peine et de la joie que peuvent capturer les sciences cognitives, la médecine ou la psychologie7. Aucune corrélation physiologique constante toutefois n’a été découverte ni ne le sera peut-être jamais. Aucun comportement manifeste ou spécifique n’a pu être relié directement au plaisir intérieur car le bonheur, comme bien des attitudes, ne se manifeste que partiellement dans le comportement.

2. Le bonheur, une question de gènes ou d’adaptation ?

  • 8 Boris Cyrulnik, De chair et d’âme, Paris, Odile Jacob, 2006.

12Dans un autre domaine, les avancées récentes de la science ont montré que les gènes ont un rôle à jouer dans notre capacité à éprouver et à vivre l’expérience du bonheur : les sciences naturelles et humaines nous apprennent que la propension au bonheur est en grande partie un phénomène physique et pour partie génétique. Ainsi une étude faite dans le Minnesota en 1988 sur des jumeaux a établi que les niveaux de bonheur de jumeaux monozygotes, même élevés séparément, présentaient une similitude supérieure à plus de 50 % à ceux des jumeaux dizygotes. Cette conclusion fait écho aux résultats d’autres travaux ayant montré que la disposition organique à la jouissance ou capacité de plaisir était plus ou moins forte selon les individus. Plus précisément des chercheurs ont établi, à la fin des années 90, à partir d’expériences faites sur les singes et les êtres humains, que certains individus ont des gènes qui synthétisent de longues protéines, capables de véhiculer beaucoup de sérotonine, alors que d’autres individus sont de « petits » transporteurs de sérotonine. Or la sérotonine, qui est un neuromédiateur sécrété dans l’espace situé entre deux neurones, joue un rôle fondamental dans l’humeur. Elle stimule les désirs, améliore les fonctions cognitives. Un grand nombre de médicaments antidépresseurs accroissent sa présence dans le cerveau. Ces résultats enjoignent le neuropsychiatre Boris Cyrulnik à souligner qu’en matière de bonheur, nos caractéristiques génétiques pourrait bien orienter nos choix de vie8. L’ensemble des conclusions scientifiques évoquées tend à établir qu’il existerait des différences de tempérament dans la propension au bonheur quoiqu’aucune investigation ne soit jusqu’à présent parvenue à démontrer scientifiquement que le bonheur est une question de tempérament.

13Dans la même veine, certains psychologues ont montré que notre attitude à l’égard du bonheur ne consistait qu’en des variations autour d’un « point fixe » propre à chaque individu. La théorie du « point de référence » (« set-point theory ») est l’une des plus séduisantes qu’a proposée la psychologie. Elle suppose que chaque individu a un « point de référence », en matière de bonheur ou de satisfaction dans la vie, qui se trouve déterminé par ses gènes et sa personnalité. Les événements qui surviennent dans son existence, un mariage, un divorce, la naissance d’un enfant, la perte de son emploi, un handicap, etc., peuvent le conduire au-delà ou en deçà de ce point mais, avec le temps, il s’adapte aux nouvelles circonstances de sa vie et revient vers ce point de référence. Notre expérience du bonheur est fondamentalement associée à cette « adaptation hédonique » (« hedonistic treadmill »). On serait donc porté à conclure que les circonstances ont un rôle négligeable dans le bonheur que les uns et les autres rencontrent au cours de leur vie.

14Mais cette « adaptation hédonique », qui nous maintiendrait, toute notre vie durant, autour du même niveau moyen de bonheur est-elle si complète ? Peut-on à ce point négliger les événements de l’existence et les circonstances dans lesquelles les personnes vivent, dans le ressenti du bonheur ? Faut-il penser que le principal déterminant du bonheur est génétique et/ou fixé par ce « point de référence » et que d’autres facteurs, comme ceux qu’évoquent les personnes lorsqu’elles sont interrogées, tels que le bien-être matériel, la situation familiale, la santé, sont sans effet sur notre expérience du bonheur ? D’autres études conduisent à nuancer la théorie du « point de référence » en montrant l’importance de facteurs spécifiques comme la santé, la vie affective ou les conditions matérielles de vie.

  • 9 Nous pensons ici à l’étude fondatrice menée par Philip Brickman et ses collaborateurs sur 29 perso (...)
  • 10 Voir Richard Easterlin, « The Economics of Happiness ».

15Concernant le facteur santé et le bon fonctionnement du corps, des travaux menés en 1978 et 1990 sur des populations de personnes handicapées et non handicapées9 montrent que la satisfaction à l’égard de l’existence des personnes handicapées est, en moyenne, significativement inférieure à celle des personnes non handicapées. Plus les personnes sont handicapées et plus leur satisfaction à l’égard de l’existence est faible. Les personnes qui ont subi un accident grave sont également significativement moins heureuses que celles de l’échantillon de référence. Il y a donc, en moyenne, un effet durable sur le bonheur d’un dysfonctionnement corporel tout de même que d’une altération sérieuse de la santé10. Une objection consisterait à souligner qu’il y a certes un impact négatif d’une mauvaise santé sur le bonheur mais qu’elle est en partie due à une baisse de revenu. Pourtant, il apparaît que la part la plus importante de l’impact négatif est non financière et consiste en sentiments négatifs comme la tristesse de ne pas pouvoir réaliser des activités qu’auparavant on avait l’habitude de mener. La théorie de l’adaptation doit donc être nuancée en ce sens qu’il y a certes bien adaptation mais elle est moins complète qu’on ne l’a affirmé.

  • 11 Richard Easterlin, « The Economics of Happiness », p. 30.

16De la même façon, l’adaptation à l’égard d’événements importants de l’existence comme un mariage ou sa dissolution n’est pas complète. Un mariage a des effets positifs durables alors qu’une séparation a des effets négatifs durables11. De même, le fait d’être marié coïncide, en moyenne, avec un niveau de satisfaction supérieur à l’égard de l’existence et inversement pour les ruptures. On ne peut, par conséquent, si catégoriquement affirmer que les circonstances de l’existence ont un effet négligeable sur la satisfaction et le bonheur ressentis par les personnes, sur la longue durée.

17La théorie de l’adaptation révèle enfin ses limites lorsque les circonstances considérées sont celles de la vie matérielle. On constate en effet qu’aux États-Unis, les populations noires sont, en général, plus « malheureuses » que les populations blanches. Il est peu probable qu’il s’agisse là d’un « trait génétique » ou d’un effet de la personnalité qui se retrouverait chez « toutes » les personnes, mais plus certainement celui des conditions de vie moins favorables dans lesquelles ses populations vivent. On ne peut juger que celles-là sont absolument négligeables dans le ressenti du bonheur et le niveau de satisfaction des individus à l’égard de leur propre existence. De toute évidence, le bonheur que les uns affirment connaître et les autres pas a incontestablement une dimension et un effet « individuels », liés aux traits de la personnalité – puisque certains se disent toujours satisfaits et d’autres profondément malheureux – mais les conditions économiques et sociales, dans le cadre desquelles évoluent les individus, sont aussi déterminantes dans cette expérience.

  • 12 Richard Easterlin, « The Economics of Happiness », p. 30. Voir aussi Richard Easterlin, « Does eco (...)

18Le seul domaine dans lequel la théorie psychologique de l’adaptation se vérifie pleinement est celui des ressources et des biens matériels. Comme nous l’avons vu, le niveau de vie que les personnes estiment suffisant pour être heureuses et bien vivre s’adapte continûment à l’élévation de leur propre niveau de vie et de celui de leur entourage. L’économiste R. Easterlin a établi empiriquement que davantage d’argent ne rendait pas les gens plus heureux12. L’adaptation est ici complète.

3. L’argent fait-il le bonheur ?

  • 13 Richard Layard, Le prix du bonheur, Paris, Armand Colin, 2007.

19Ainsi Richard Layard souligne très pertinemment qu’« il y a un paradoxe au cœur de notre civilisation. Les individus veulent de meilleurs revenus. Pourtant, bien que la société soit devenue plus riche, les gens ne sont pas plus heureux. Au cours des 50 dernières années, nous avons eu de meilleures maisons, plus de vêtements, de plus longues vacances et, surtout, une meilleure santé. Pourtant, les sondages montrent clairement que le degré de bonheur n’a augmenté ni aux États-Unis, ni au Japon, ni en Europe »13. Nous souffrons de « malheur chronique ». Les sociétés contemporaines sont plus riches que jamais, le niveau de vie général y a nettement cru, elles jouissent d’une très nette amélioration de leur qualité de vie en termes de santé, de longévité, de confort mais elles sont de moins en moins heureuses (R. Layard).

  • 14 Ronald Inglehart, Subjective well-being rankings of 82 societies, Septembre 2004, worldvaluessurve (...)
  • 15 Le terme de socialisation désigne le processus d’assimilation des individus aux groupes sociaux.
  • 16 Les lauréats du classement sont, par ordre de mérite, Porto Rico, le Mexique, le Danemark, l’Irlan (...)

20Ce paradoxe du bonheur dans les sociétés les plus riches trouve un éclaircissement lorsque l’on observe les résultats d’un indice évaluant l’appréciation subjective du bien-être ou de leur bonheur par les individus. Cet indice associe le bonheur (i.e. les personnes se déclarant heureuses) et la satisfaction (i.e. les personnes se déclarant satisfaites de la vie qu’elles ont). L’étude menée par Ronald Inglehart sur les sondages effectués dans 82 pays est alors significative14. Elle montre que l’indice de bien-être a peu à voir avec le confort matériel. Il apparaît en effet que plusieurs facteurs, irréductibles au seul revenu, sont déterminants pour le bonheur, en particulier la socialisation15, l’adaptation mais surtout la culture. Ainsi le Japon, qui figure parmi les pays les plus riches du monde, arrive seulement au 40ème rang de ce classement derrière l’Uruguay (38ème) ou les Philippines (30ème)16. On constate ainsi que les populations d’Amérique latine et de certains pays d’Extrême-Orient témoignent d’un sentiment de bien-être presque aussi grand que celles des pays riches, bien qu’elles ne disposent que d’une fraction de leur confort matériel.

21Plusieurs indices du bonheur, opérant au niveau national et individuel, permettent de comprendre ces données en montrant que le bonheur n’est pas, fondamentalement, corrélé avec le niveau de revenu. Ainsi malgré l’augmentation considérable de la richesse mondiale ces 50 dernières années, la proportion d’individus se déclarant heureux ou très heureux reste à peu près constante. Certains psychologues expliquent ce paradoxe en soulignant la fréquence de la dépression dans les sociétés occidentales, qui est de 3 à 10 fois supérieure aujourd’hui à ce qu’elle était en 1950, ainsi que l’importance de facteurs comme la misère et l’anxiété. Des économistes comme R. Layard suggèrent plutôt que le bonheur, dans nos sociétés, dépendrait de la richesse relative. En somme, on devient plus heureux quand on devient plus riche par rapport à d’autres. Ainsi la satisfaction est plus grande lorsque l’on a 2 000 euros et que les autres en gagnent 1 000 mais elle est moindre lorsque l’on dispose de 5 000 euros et que les autres en ont 10 000.

  • 17 Robert Frank est professeur d’économie à l’Université Cornell (Ithaca (N.Y.), États-Unis).

22Plus précisément, on peut montrer que la corrélation entre le revenu et le bonheur est plus prononcée pour le revenu relatif que pour le revenu absolu. Une croissance générale de tous les revenus ne contribue guère au relèvement du niveau de bonheur néanmoins l’augmentation individuelle du revenu, i.e. une croissance relative du revenu, toutes choses égales par ailleurs, engendre bien un sentiment accru de bonheur. Comme le soulignait déjà Richard Easterlin, professeur d’économie à l’Université de la Californie du Sud, en 1974, le revenu absolu, jusqu’à un certain niveau – équivalent à celui atteint par le Portugal, pays le plus pauvre d’Europe occidentale –, a un impact direct sur le bonheur mais, au-delà de ce seuil, c’est le revenu relatif qui se trouve être déterminant. Ce serait donc la richesse relative qui fait le bonheur plutôt que la richesse absolue, c’est-à-dire le fait d’être plus riche que les autres, quel que soit le niveau de cette richesse. En d’autres termes, rien ne fait davantage « progresser dans l’échelle du bonheur que de passer du groupe le plus pauvre au groupe le plus riche d’une société » (Robert Frank17). Ainsi et à l’exception des gens plongés dans l’indigence extrême, « le revenu absolu n’a aucune importance » (R. Frank) dans le fait d’être heureux.

  • 18 Voir Richard A. Easterlin (1974) et Richard A. Easterlin (2001), « Income and Happiness : Towards (...)

23Ceci étant le paradoxe que l’on soulignait dans les comparaisons internationales se retrouve dans les dispositions individuelles. En effet, on constate que, sur l’ensemble d’une vie adulte, le degré de bonheur reste relativement constant donc invariable par rapport au revenu18. Deux caractéristiques majeures se dégagent de l’analyse du bonheur et du cycle de vie : 1/ il semble que le degré de bonheur reste en général au même niveau, durant une vie, à l’exception de la quarantaine. La courbe du bonheur, au cours de l’existence, est donc légèrement en U avec un creux aux alentours de la quarantaine. 2/ De nombreuses enquêtes montrent que les individus ont le sentiment que le présent produit plus de bonheur que le passé et s’attendent en général, pour l’avenir, à une nouvelle amélioration de leur vie.

24Pour comprendre ces constantes, et en particulier la première, il convient de considérer simultanément l’évolution du revenu, l’évolution des aspirations et le degré de bonheur. C’est ce qu’a fait R. Easterlin en 1974 en partant de l’hypothèse selon laquelle, au départ d’une vie adulte, la majorité des individus ont des aspirations matérielles relativement similaires. Ceux d’entre eux qui bénéficient d’un revenu plus élevé peuvent mieux satisfaire leurs aspirations. Par conséquent, à aspiration constante, une augmentation de revenu entraîne un relèvement du degré de bonheur. On constate alors une corrélation positive du revenu et du bonheur.

25Cependant les aspirations des personnes évoluent avec le temps. Or c’est précisément ce phénomène qui explique la constance du degré de bonheur dont elles jouissent. L’hypothèse faite par R. Easterlin selon laquelle les changements d’aspiration se produisent plus ou moins parallèlement au relèvement du revenu est parfaitement plausible mais elle a pour conséquence que le degré de bonheur demeure constant au cours de l’existence. En revanche, si l’évolution parallèle ou simultanée du revenu et des aspirations n’avait pas lieu, une augmentation du revenu induirait, à aspiration constante, un accroissement du bonheur. Il apparaît donc que ce sont essentiellement les changements d’aspiration durant un cycle de vie qui permettent d’expliquer la relation paradoxale entre revenu et bonheur. (i) À aspiration donnée, un revenu supérieur procure un degré de bonheur plus élevé – ce que l’on vérifie fréquemment au début du cycle de vie (i.e. dans la vie du jeune adulte). (ii) Mais au fil du temps la croissance du revenu engendre des relèvements de niveaux d’« aspiration » qui induisent une stabilité du degré de bonheur ressenti.

  • 19 Andrew J. Oswald (1997), « Happiness and Economic Performance », The Economic Journal, Novembre, p (...)

26Cette constance se retrouve lorsque les agents sont confrontés à un changement brutal dans leur existence. On tend à penser que gagner au loto changerait radicalement notre vie et ferait notre bonheur. Pourtant des chercheurs comme Andrew Oswald, professeur d’économie à l’Université de Warwick, ont montré que si un événement qui bouleverse le cours de l’existence provoquait, dans un premier temps, une modification du degré de bonheur, le retour au niveau moyen finissait par l’emporter19. Cette conclusion se vérifie qu’il s’agisse d’un événement « positif », comme le gain d’un gros lot dans une loterie, ou d’un événement « négatif », comme un accident grave condamnant une personne à la chaise roulante. Dans les deux cas, l’événement est suivi d’une altération substantielle du degré de bonheur – nette amélioration dans le premier cas, forte dégradation dans le second cas – mais après un certain temps, les individus retrouvent leur niveau antérieur de bonheur. Ce phénomène vérifie ce que les psychologues appellent l’« adaptation hédoniste ».

27Ce panel d’études empiriques, récemment menées sur le bonheur, permet de dégager plusieurs facteurs individuels intervenant dans cette expérience : les gènes, la santé, les talents, la personnalité, des processus internes d’évaluation (pondération des biens, inférence, calcul des plaisirs et des peines, inférence sur la base des sentiments, évaluation de la vie dans son ensemble et évaluation des domaines de la vie). Néanmoins établir que le bonheur coïncide avec un état d’esprit physiologique précis ou montrer que l’expérience individuelle du bonheur dépend d’une forme d’adaptation aux circonstances de la vie ne permet pas de dire encore en quoi consiste le fait d’être heureux ou de vivre le bonheur. Ni la neurologie ni la psychologie ne permettent de dire ce qu’est être heureux.

Notes

1 Antoine Lutz, Richard Davidson et al., « Long-term meditators self-induce high-amplitude gamma synchrony during mental practice », Proceedings of the National Academy of Sciences, 2004, 101, p. 16369-73.

2 Il s’agit de régions situées dans la partie temporale-pariétale du cortex, placée juste au-dessus et un peu derrière les oreilles, et de la partie droite du lobe préfrontal se trouvant derrière le front.

3 Plus précisément au pôle rostral du lobe temporal, en avant de l’hippocampe.

4 R. Davidson fait l’hypothèse que les individus, comme les moines bouddhistes, qui parviennent à des états d’absence de conscience sont des personnes qui ont renforcé les neurones du cortex pré-frontal gauche qui inhibe les messages venant de l’amygdale et qui a un rôle prépondérant dans le trouble des émotions.

5 Voir R. Boarini, A. Johansson et M.M. d’Ercole, « Alternatives Measures of Well-Being », Economics Departement Working Papers, n°476, 2006.

6 J. Olds et O. Milner, « Positive reinforcement produced by electrical stimulation of septal areas and other regions of the rat brain », Journal of Comparative and Physiological Psychology, 47, 1954, p. 419-427. E.T. Rolls, « Effects of electrical stimulation of the brain on behavior », Psychological Surveys, 2, 1979, p. 151-169.

7 Les psychologues les plus éminents dans la recherche sur le bonheur sont E. Diener (Université de l’Illinois), David Myers (Hope College, Michigan), Martin Seligman (Université de Pennsylvannie) et Mihaly Csikszentmihalyi (Université de Chicago).

8 Boris Cyrulnik, De chair et d’âme, Paris, Odile Jacob, 2006.

9 Nous pensons ici à l’étude fondatrice menée par Philip Brickman et ses collaborateurs sur 29 personnes paraplégiques et tétraplégiques ainsi qu’à l’enquête réalisée aux États-Unis en 1990 sur un panel national beaucoup plus large mais également composé de personnes handicapées et non handicapées

10 Voir Richard Easterlin, « The Economics of Happiness ».

11 Richard Easterlin, « The Economics of Happiness », p. 30.

12 Richard Easterlin, « The Economics of Happiness », p. 30. Voir aussi Richard Easterlin, « Does economic growth improve the human lot ? Some empirical evidence », in Paul David et Melvin Reder (éd.), Nations and Housholds in Economic Growth, New York, Academic Press, 1974. Richard Easterlin, « Will raising the incomes of all increase the happiness of all ? », Journal of Economic Behavior and Organization, vol. 27, 1995, p. 35-47.

13 Richard Layard, Le prix du bonheur, Paris, Armand Colin, 2007.

14 Ronald Inglehart, Subjective well-being rankings of 82 societies, Septembre 2004, worldvaluessurvey.org.

15 Le terme de socialisation désigne le processus d’assimilation des individus aux groupes sociaux.

16 Les lauréats du classement sont, par ordre de mérite, Porto Rico, le Mexique, le Danemark, l’Irlande, l’Islande et la Suisse en 6ème position. Ce résultat n’est pas isolé : Robert Biswas-Diener et Richard Layard ont mené des études qui ont conduit à des conclusions similaires et à un classement assez proche de celui de Ronald Inglehart. De même, le Happy Planet Index (HPI) montre que les plus hauts niveaux de consommation ne sont pas nécessairement corrélés avec les plus hauts niveaux de bien-être ni de satisfaction dans l’existence.

17 Robert Frank est professeur d’économie à l’Université Cornell (Ithaca (N.Y.), États-Unis).

18 Voir Richard A. Easterlin (1974) et Richard A. Easterlin (2001), « Income and Happiness : Towards a unified theory », The Economic Journal, 111, Juillet, p. 465-484.

19 Andrew J. Oswald (1997), « Happiness and Economic Performance », The Economic Journal, Novembre, p. 1815-1831.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540