Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’entreprise et l’articulation travail/famille

 | 
Bernard Fusulier
, 
Silvia Giraldo
, 
David Laloy

Introduction

Texte intégral

  • 1 Certes, comme les historiens et historiennes l’ont montré, le travail des femmes et des enfants a (...)

1Durant la première moitié du xxe siècle, on a assisté à une baisse tendancielle, sans pour autant être linéaire, du travail féminin (Maruani/Reynaud, 2001, pp.16-17). La société salariale s’est progressivement construite autour d’un modèle « exclusif » d’articulation travail/famille centré sur la notion de « père soutien de famille-mère au foyer », basé sur la double idée du caractère exclusif de l’investissement de chaque membre du ménage dans l’une de ces deux sphères, et de l’attribution de ladite sphère d’investissement en fonction du sexe1. Or, ces dernières décennies, la montée et le maintien des femmes sur le marché du travail, y compris des mères ayant des jeunes enfants, a eu pour effet de creuser l’écart entre ce modèle et la réalité des situations vécues (Méda, 2001). Parallèlement, le défi posé par le vieillissement de la population et l’évolution défavorable du rapport entre actifs et inactifs, dans un contexte de lutte contre les discriminations, d’égalité des chances et de renforcement de la cohésion sociale, a contribué à la remise en question du modèle du père soutien de famille, et ce, au profit de la promotion de l’augmentation du taux d’emploi de toutes les catégories de personnes (hommes et femmes, jeunes et personnes de plus de 50 ans, autochtones et immigrés, etc.).

2À l’heure actuelle, l’idée que l’investissement professionnel et l’investissement familial devraient pouvoir être compatibles est à l’ordre du jour, à la fois pour les femmes et pour les hommes (Barrère-Maurisson, 2003). Il s’agit alors de développer un modèle cumulatif d’articulation travail/famille (ATF) dont on suppose des effets bénéfiques tant en termes de bien-être des personnes et des enfants, d’égalité des chances d’accès et de maintien sur le marché du travail que de performance économique. Ce modèle prend également acte de l’évolution du marché du travail dans le sens d’une flexibilisation accrue et de la conception même que les individus ont de leur investissement professionnel, en tant que moyen de subsistance, certes, mais aussi comme moyen, parmi d’autres, d’épanouissement personnel et non plus comme la réalisation d’un devoir envers la société (Lalive d’Épinay, 1994).

3Les supports institutionnels fournis à l’ATF représentent un mode d’action dont les pouvoirs publics disposent pour encourager la réalisation du modèle cumulatif. Une partie d’entre eux, bien qu’ils ne participent pas explicitement d’une politique d’ATF, portent la trace du développement de ce modèle. Il en est par exemple ainsi des congés dits thématiques (congé de maternité, congé de paternité, congé parental, congé d’allaitement, écartement prophylactique, soins pour proches gravement malades ou soins palliatifs) et des dispositifs de crédit-temps, qui permettent un retrait provisoire total ou partiel du marché du travail sans que le lien avec cette sphère ne soit totalement rompu. Toutefois, il ne faudrait pas penser qu’il suffit de légiférer en la matière pour assurer une meilleure articulation travail/famille ; les milieux professionnels sont des médiations entre les cadres institutionnels et les comportements individuels à leur égard.

4L’importance de ces milieux n’a pas été repérée uniquement dans des pays libéraux où les gouvernements sont réticents à intervenir directement sur la sphère du travail et sur la sphère familiale, si ce n’est pour pallier les « défaillances » du marché ou des solidarités privées, mais également en Suède ou en Finlande où le support apporté par la puissance publique est pourtant solide. C’est donc aussi au niveau des organisations que se définissent très concrètement les possibilités et les impossibilités de production d’une société où l’articulation de la vie professionnelle et de la vie familiale serait plus harmonieuse. Il importe par conséquent de mieux saisir cette « médiation organisationnelle ».

5Dans cet ouvrage, nous nous basons sur une étude menée en Wallonie auprès de moyennes et grandes organisations du secteur privé (marchand et non marchand). Nous commencerons par définir de façon générale la problématique de l’ATF ainsi que le contexte belge (Chapitre 1). Ensuite, nous passerons en revue la littérature sur la place de l’organisation dans cette problématique (Chapitre 2) et décrirons notre démarche de recherche (Chapitre 3). Nous présenterons nos résultats en cinq chapitres supplémentaires. Tout d’abord, nous livrerons une photographie de l’usage des dispositifs légaux d’ATF et de l’offre de dispositifs extralégaux au sein d’un échantillon de 67 organisations ayant répondu à notre questionnaire, à partir de laquelle nous avons dégagé une typologie des rapports organisationnels à l’ATF : les organisations « juste légalistes », les organisations « réticentes », les organisations « pro-actives » (Chapitre 4). À travers des études de cas, nous ouvrirons ensuite la « boîte noire » de trois entreprises tirées de la précédente typologie : une « proactive » (Chapitre 5), une « juste légaliste » (Chapitre 6) et une « réticente » (Chapitre 7). Nous consacrerons les deux derniers chapitres au secteur des soins de santé et de l’accueil à la petite enfance : tout d’abord, nous comparerons deux hôpitaux aux rapports organisationnels à l’ATF particulièrement contrastés (Chapitre 8) ; en second lieu, nous exposerons le cas d’un centre d’accueil à la petite enfance qui a innové au point de vue des heures d’accueil, mais qui dans le même temps reporte sur ses travailleurs la question de l’articulation (Chapitre 9).

6Cette recherche n’aurait pu se faire sans le soutien financier du Fonds National de la Recherche Scientifique et de la Commission européenne à travers son programme « Marie Curie ». Nous tenons ici à témoigner notre reconnaissance à ces fonds publics qui permettent aux chercheurs de définir librement leur sujet d’étude. Nous remercions également toutes celles et ceux qui ont consacré une partie de leur temps à cette recherche, en particulier les personnes qui, dans les organisations, ont répondu à nos sollicitations. La forme finale de cet ouvrage doit beaucoup à Cécile Wéry, secrétaire de rédaction honoraire de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques. Qu’elle reçoive ici la marque de notre gratitude.

Notes

1 Certes, comme les historiens et historiennes l’ont montré, le travail des femmes et des enfants a représenté un apport important au budget familial dans les familles ouvrières du xixe siècle et du xxe siècle (Puissant, 1980 ; Tilly/Scott, 2002). Au début du xxe siècle, les réformateurs vont d’ailleurs prôner de mieux payer les hommes pour que leurs épouses ne soient pas obligées de travailler. En 1904, en France, Jean Jaurès écrivait qu’il « fallait augmenter le salaire de l’ouvrier, du chef de famille, afin que ce qui est maintenant le salaire familial puisse être gagné par lui » (cité par Tilly/Scott, 2002, p.224). Selon ces auteurs, en France, le pourcentage de femmes mariées avec enfants de moins de 5 ans qui travaillaient était d’environ 40 % en 1850 ; 30 % en 1910 ; 20 % en 1960 (ibid., p.369). Au début du xxie siècle, en France, le taux d’emploi des mères vivant en couple avec un enfant de moins de 6 ans tourne autour des 66 % (OCDE, 2001, p.145), en Belgique, autour de 71 % (ibid).

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540