Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

G. B. Shaw : un dramaturge engagé

 | 
Paul Brennan
, 
Thierry Dubost

L'homme, son théâtre et la société

L’Irlande de Shaw

Paul Brennan

Texte intégral

  • 1 Voir, à ce sujet, Paul Brennan, The Conflict in Northern Ireland, Paris, Longman, 1991.

1George Bernard Shaw est né dans une maison modeste dans un quartier petit-bourgeois de Dublin le 26 juillet 1856. Sa famille avait un passé digne de celui de la petite noblesse protestante d’origine anglaise en Irlande. Certains diraient cependant que ce passé n’était pas du tout digne, ce qui explique, en partie, la difficulté rencontrée par Shaw à se faire accepter comme Irlandais par les Irlandais. A la source du problème identitaire qu’une telle réaction suggère, on trouve, cela va sans dire, l’histoire irlandaise, ou plutôt l’histoire des méthodes employées par les Anglais pour conquérir l’Irlande. Entre le xiie et le xvie siècle, les Anglais ont pu maintenir une présence dans la partie est de l’Irlande, notamment à Dublin et ses alentours. Avec l’arrivée des Tudor sur le trône anglais, plus particulièrement d’Henri VIII et, ensuite, de sa fille Elisabeth I, on décide à Londres de tout faire pour aller jusqu’au bout de la conquête de l’Irlande. On mettra en œuvre une stratégie de colonisation, dite de plantations. Celles-ci, dans un premier temps, consistaient en une confiscation des terres détenues par des chefs irlandais, dans le centre et le sud du pays. On donnait ces terres à des colons anglais en paiement de services rendus à la couronne. Lorsqu’à la fin du siècle, Hugh O’Neill, chef gaélique de l’Ulster, opposé à l’extension du pouvoir anglais, contre-attaque, il perd la guerre contre les forces d’Elisabeth et, après sa défaite, il choisira l’exil. Le départ vers l’Europe de ce grand chef du nord de l’île sonne le glas de l’ancien ordre gaélique. L’Ulster, à son tour, subira le sort des autres provinces. Dans cette nouvelle possession, Londres ne se limitera plus à une confiscation et à un changement de propriétaires. Elle fera en sorte qu’à partir du début du xviie siècle, des centaines de milliers d’anglophones protestants originaires du nord de l’Angleterre ou de l’Écosse s’installent en Ulster. Ce sera le commencement du problème nord-irlandais1. Ces mesures ne suffiront pourtant pas à pacifier l’Irlande, le débarquement de Cromwell en 1649 en est une preuve manifeste. Il sème la terreur et livre les villes de Drogheda et de Wexford aux massacres. A son tour, il procédera à des confiscations de terres et les redistribuera parmi ses soldats en guise de rétribution.

2Dans l’histoire de la conquête de l’Irlande, la dernière confiscation et redistribution des terres intervient quarante ans plus tard, suite à la bataille de la Boyne qui voit la défaite du roi catholique d’Angleterre, Jacques II, par son rival pour le trône, son beau-fils, le protestant Guillaume d’Orange. Le capitaine William Shaw, originaire du Hampshire, participe à cette bataille, du côté du gagnant. On lui attribue des terres fertiles, en grande quantité, dans le comté du Kilkenny, à l’est du pays. C’est donc en tant que propriétaire terrien que la famille Shaw remplira les fonctions sociales de sa classe ou caste pendant quelques centaines d’années. A la fin du xviiie siècle, un membre de la famille, un certain Robert, est député au Parlement de Dublin. Il refuse de se laisser corrompre en votant en faveur de l’union avec la Grande-Bretagne. Cette union, voulue par Londres afin de combattre l’extension de l’influence française en Irlande, s’est néanmoins faite en 1801. Entre 1801 et 1922, l’Irlande fera partie du Royaume-Uni. Étant donné que le Parlement de Dublin est maintenant supprimé, la représentation irlandaise doit siéger à la Chambre des Communes à Londres. Robert Shaw, ayant abandonné la politique, crée, en 1821, la Banque Royale (Royal Bank). Il sera bientôt anobli non pas, bien entendu, pour l’indépendance politique qu’il avait manifestée mais pour ses succès bancaires. Le cousin de Robert, Bernard, grand-père du dramaturge, a également connu un succès certain en tant qu’avocat, notaire et homme d’affaires. Hélas, la malversation d’un associé, à laquelle il faut ajouter une négligence dans la gestion de ses affaires, le mène à la ruine. Devant l’ampleur de ses pertes, il rend l’âme, laissant derrière lui onze enfants, qui ont été élevés par sa veuve, aidée un peu par Robert, le banquier, dans la haute idée de leur appartenance à l’aristocratie. Ce qui n’impliquait pas toutefois que la famille échappât aux problèmes d’alcoolisme ou de maladie mentale, et le père de Bernard Shaw paiera un certain tribut au premier de ces écueils.

3Du côté de sa mère, on trouve aussi la participation à la conquête : un grand-père est propriétaire terrien et, en secret, prêteur sur gages dans un quartier pauvre de Londres. Aux yeux d’une bonne partie des Irlandais, les origines de la famille Shaw étaient conformes à l’image qu’ils se faisaient du conquérant anglais. Des deux côtés, on trouve la terre, c’est-à-dire forcément une sombre histoire de conquête et d’injustice. On trouve par ailleurs le protestantisme des familles concernées. Dans une Irlande où la majorité de la population était catholique et où une minorité significative au nord-est était presbytérienne, le fait que le protestantisme des Shaw avait été érigé en Église d’État, ce qui signifiait que l’ensemble de la population, catholique et presbytérienne, avait une obligation légale de payer une dîme à l’Église établie, était particulièrement mal vu. Surtout si l’on sait que le recours à la police, voire à l’armée, pour obtenir ce dû était courant. Enfin, sur le plan linguistique, les Shaw ne s’identifiaient d’aucune façon à la moitié de la population qui, à cette époque, parlait l’irlandais : les Anglo-Irlandais, car tel est le terme réservé aux descendants protestants des anciens colons, étaient, bien entendu, anglophones. La famille de Shaw se trouvait donc à part et se plaçait au-dessus de la majorité des Irlandais du milieu du xixe siècle. Les relations entre la majorité catholique et la minorité anglo-irlandaise en ces circonstances se caractérisaient par une hostilité certaine, source d’aliénation et d’exploitation. Cette réalité, schématisée peut-être à l’excès, va bientôt être bousculée par une série de modifications qui vont, à terme, transformer l’Irlande. Bernard Shaw les accompagnera, les subira et les exprimera, jusqu’à un certain point.

  • 2 Michael Holroyd, Bernard Shaw, vol. 1, Londres, Chatto & Windus, 1988, p. 27.
  • 3 Il n’a jamais aimé Dublin. Néanmoins sa ville natale lui accordera la citoyenneté d’honneur en 194 (...)

4A la différence de la plupart de ses coreligionnaires, Shaw a connu dans son enfance les quartiers les plus pauvres de Dublin et sa haine de la pauvreté trouverait, selon certains de ses biographes, son origine dans sa fréquentation, en compagnie de sa nourrice, des taudis et des pubs de la capitale irlandaise2. Au domicile familial, il s’est trouvé également en relation constante avec un certain George Lee, ami de sa mère et de surcroît catholique. Le jeune Shaw était fasciné par ce professeur de chant qui disposait, semble-t-il, d’une grande autorité dans la maison Shaw et aurait exercé une influence non négligeable sur sa mère et aussi sur lui-même. Le fait aussi de ne plus être reçu dans la famille de son père, pour qui George Carr Shaw était décidément tombé trop bas, introduisait une coupure avec son milieu d’origine, laissant ainsi la voie ouverte à d’autres contacts et à d’autres relations. Il a même pendant un certain temps, en 1869, fréquenté une école qu’il estimait être catholique, une école choisie par George Lee. Il perdit la foi en 1875 et la littérature remplaça la religion. Il devint un lecteur vorace, se nourrissant de la Bible, de Shakespeare, de Dickens, de Shelley et de romans médiocres. C’est à Dublin qu’il s’initie aux joies du théâtre, au Théâtre Royal. Des farces, des mélodrames, des opéras, des tragédies – un pot pourri de spectacles a constitué en ce domaine le fonds des premières expériences de Shaw. Son ambition cependant n’était pas de rester en Irlande. S’épanouir, pour lui, signifiait partir, de préférence à Londres. A ses yeux, Dublin représentait l’échec, la pauvreté, l’obscurité3. Il partira, en 1876, à la conquête de l’Angleterre car, puisque l’Angleterre avait conquis l’Irlande, il ne lui restait alors qu’à conquérir l’Angleterre.

5Au moment où Shaw quitte sa terre natale, d’autres Irlandais se lancent dans une autre conquête, en quelque sorte intérieure. Des protestants, de souche anglo-irlandaise, d’autres Irlandais de souche anglaise se joignent aux Irlandais gaéliques pour s’en prendre au colonialisme, voire à l’impérialisme anglais.

6En 1870, un protestant irlandais, Isaac Butt, crée une association dont le but était de permettre aux Irlandais de se gouverner eux-mêmes. Elle s’appelait l’Association pour l’autonomie ou la Home Rule Association. Elle avait pour but de résoudre le problème constitutionnel qui, à intervalles réguliers, faisait surface en Irlande et de répondre aux autres problèmes du pays.

7Isaac Butt et ses amis proposent que l’on redonne à l’Irlande son droit à légiférer en matière intérieure. Pour lui, sans une telle solution, le pays ne pourrait jamais connaître la prospérité ou la paix. Cette association connut un succès important dans les années 1870. Mais l’Angleterre, au faîte de sa gloire impériale, ne pouvait pas envisager le moindre affaiblissement de l’unité de ce qui constituait le cœur de l’Empire : le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande. Isaac Butt n’obtint pas satisfaction à l’époque, mais il aura contribué à mettre en marche un mouvement qui, un demi-siècle plus tard, aboutira à l’indépendance, au moins pour une partie de l’île. Ainsi, les Anglo-Irlandais se trouvent divisés en deux camps : ceux qui restent en Irlande pour se battre et ceux qui, tel George Bernard Shaw, partent pour mener d’autres combats, plus ou moins dignes, ailleurs.

8Le combat irlandais va donc continuer. Il sera mené sur trois fronts : économique, culturel et politique. Comment George Bernard Shaw se situe-t-il par rapport à ces combats, toujours durs, parfois violents et sanglants ? Pour pouvoir répondre à cette interrogation, une brève étude de la mobilisation des Irlandais en faveur de trois causes à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle s’impose.

Le combat économique

9La bataille économique tourne d’abord autour de la question de la terre et c’est uniquement lorsque ce point sera réglé que les nationalistes irlandais aborderont un autre problème, celui de l’industrialisation qui ne nous concerne pas ici, car elle n’interviendra vraiment qu’au milieu du xxe siècle. Le système économique irlandais était enraciné, si l’on excepte le nord-est de l’île, essentiellement dans la terre. Or, nous avons déjà signalé que le système de propriété foncière irlandaise reposait sur les confiscations des siècles précédents. De plus, tout au long du xviiie siècle, les catholiques avaient été frappés par l’interdiction d’acheter des terres. La majorité des catholiques n’étaient donc que fermiers du sol qu’ils cultivaient, alors que la propriété foncière appartenait à des familles protestantes. Pendant longtemps, jusqu’en 1860, l’État n’interviendra que pour renforcer les droits des propriétaires.

10Mais bientôt les paysans irlandais s’organisent pour renverser cette situation. A partir de la fin des années 1870 – de fait en 1879 – on crée la « ligue de la terre » (Land League). Les paysans de la ligue mettront à la tête de leur mouvement le dirigeant politique irlandais Parnell, protestant, d’origine anglo-irlandaise et propriétaire terrien. A la tête de ce mouvement agraire et politique (nous en parlerons plus tard), Parnell et les forces qu’il représentait obligent le gouvernement à faire des concessions pour aboutir, environ vingt ans plus tard, à une loi agraire en 1903, qui signale l’abandon par le gouvernement des principes qui fondaient sa politique agricole sur la grande propriété. La loi permit aux tenanciers de racheter les terres qu’ils occupaient grâce à un prêt accordé par l’État. Ainsi a-t-on mis fin à l’un des volets du colonialisme anglais. Les anciens propriétaires terriens ont, d’un seul trait de plume, si l’on peut dire, disparu de la scène irlandaise en tant que force économique et sociale. Ce n’était que justice que Londres, qui a été à l’origine de cette confiscation des terres des Irlandais, ait également été l’instrument pour mettre fin à cette expérience. Mais cette classe anglo-irlandaise, dont Shaw était issu, qui avait si fidèlement servi la couronne anglaise, ne pouvait que se sentir trahie par la décision de rendre la terre aux paysans irlandais. Shaw s’était cependant séparé d’eux depuis longtemps, ne partageant ni leur cause, ni leurs préjugés. Le deuxième combat, celui contre ce que l’on appelle aujourd’hui l’impérialisme culturel et, à l’époque, l’anglicisation, devait, tout comme le combat économique, susciter des vocations en milieu anglo-irlandais.

Le combat culturel

11Les Anglo-Irlandais ont d’ailleurs été en grande partie à l’origine d’un mouvement culturel qui prit naissance dans les années 1880. On assistait alors à une véritable renaissance irlandaise dans les domaines de la poésie, du théâtre et plus généralement dans celui de la création littéraire. Le but de ce mouvement était double. D’une part, on cherchait à développer une littérature irlandaise en langue anglaise qui serait authentiquement irlandaise, reflétant toute la richesse d’une culture aussi vieille que celle de Rome. A la tête de ce courant, on trouve dans un premier temps Yeats, Lady Gregory, Synge, etc. D’autres noms seront ajoutés aux leurs – on pense, évidemment, à James Joyce et à Séan O’Casey, parmi tant d’autres. D’autre part, on souhaitait faire revivre la littérature en langue irlandaise, en gaélique. Les apports faits dans le champ littéraire devraient en même temps être placés dans le contexte plus large d’un grand renouveau culturel : on se remet à jouer la musique traditionnelle irlandaise, on ressuscite les danses d’autrefois et les sports gaéliques acquièrent de plus en plus de popularité. La reconnaissance mondiale vint confirmer la grande valeur artistique de ces créateurs irlandais d’il y a cent ans, confirmant ainsi leur caractère universel. Ces luttes sur les plans économique et culturel ne pouvaient que nourrir le combat politique qui, lui, en revanche, était plus ancien. Il s’est trouvé, de fait, au centre des relations anglo-irlandaises depuis des centaines d’années.

Le combat politique

12L’opposition politique à l’arrangement constitutionnel en vigueur depuis 1800 avait pris, nous l’avons vu, une tournure nouvelle dans les années 1870, avec le mouvement créé par Isaac Butt. Parnell devait en prendre la suite, d’une manière magistrale. Sa popularité fut telle et tel fut son savoir-faire qu’il sut imposer un vote sur l’autonomie politique pour l’Irlande à la Chambre des Communes en 1886. Hélas, le projet fut rejeté. Après sa mort, on tentera de nouveau, en 1893, de résoudre le problème constitutionnel par la voie du débat et du compromis. Et cela sera à nouveau un échec. A la veille de la guerre de 1914, on fera une troisième tentative. Les Anglais étaient sur le point d’accepter l’autonomie irlandaise mais, cette fois-ci, ce sont les protestants du nord-est de l’île qui la refusèrent. Ils s’organisèrent en armée pour mieux s’y opposer. Au sud aussi, on s’organisa en armée pour la défendre. L’ouverture des hostilités en Europe, en 1914, fit taire le bruit des bottes et des armes en Irlande. Mais désormais le fusil remplaça le vote, la violence le débat. En 1916, ce sera le soulèvement républicain à Dublin. Les Irlandais nationalistes et républicains ne se contentent plus d’une simple autonomie politique, exercée sous l’œil vigilant de Londres. Maintenant ils demandent l’indépendance et la souveraineté pour leur pays, et un statut républicain pour un nouvel État. En tête de ce mouvement révolutionnaire on trouve de nouveau des Anglo-Irlandais. Le chef du soulèvement de Dublin, P. Pearse, est même le fils d’un Anglais. La comtesse Markevitz, soldat intrépide pendant l’insurrection, est fille d’un propriétaire terrien protestant de l’ouest du pays. D’autres participeront à la guerre d’indépendance de 1919-1921 et à la création d’un nouvel État indépendant au sud. Le pays peut donc être fier de certains des enfants de cette classe de protestants anglo-irlandais qui avaient tellement fait pour maintenir la conquête. Ils ont grandement contribué au rachat des péchés de leurs ancêtres !

Et George Bernard Shaw ?

  • 4 Pour les relations que Shaw entretenait avec l’Abbey Théâtre, voir D. H. Laurence et N. Grene, Sha (...)

13George Bernard Shaw a fait sa vie ailleurs, en Angleterre. Il est néanmoins resté attaché à ses racines et, à sa façon, il a essayé de contribuer au développement du théâtre irlandais avec sa pièce, L’Autre Ile de John Bull (John Bull’s Other Ireland), écrite en 1904. Mais la pièce ne sera pas jouée en Irlande tout de suite. Sans doute ne correspondait-elle pas à l’esprit qui animait la renaissance littéraire du début du siècle4.

  • 5 M. Holroyd, op. cit., vol. 3, 1991, p. 63.
  • 6 John O’Donovan, G.B. Shaw, Dublin, Gill and Macmillan, 1983, p. 123.

14En 1923, après l’indépendance, Shaw revint en Irlande. Depuis son départ presque cinquante ans auparavant, il était revenu quatorze fois dans son pays natal. Sa visite de 1923 devait être la dernière5. Ses toutes dernières visites ont été des échecs et il devait lui-même les ressentir comme tels. Il ne comprenait pas grand-chose à la nouvelle Irlande qui émergeait. Peut-être déjà dans sa pièce de 1904 en était-il de même ? En 1922, quand les nationalistes irlandais débattaient, dans le parlement qu’ils avaient mis sur pied, de leur avenir constitutionnel, Shaw soutenait qu’il était impossible que ces « impossibilités », c’est-à-dire ceux qui menaient la lutte pour l’indépendance depuis 1916, aient gain de cause6. Il s’est complètement trompé et c’est, sans doute, parce qu’à la différence de nombreux de ses coreligionnaires, qui sont restés pour accompagner, voire mener la révolution irlandaise, il a choisi le départ. En faisant cela, il est devenu l’un des huit millions d’émigrés. Partir n’est pas moins honorable que rester, surtout quand on a donné un sens à sa vie, quand on a œuvré pour plus de justice. Ils étaient nombreux parmi les huit millions à le faire, en Angleterre, aux États-Unis ou ailleurs, et George Bernard Shaw se tient fièrement parmi eux.

Notes

1 Voir, à ce sujet, Paul Brennan, The Conflict in Northern Ireland, Paris, Longman, 1991.

2 Michael Holroyd, Bernard Shaw, vol. 1, Londres, Chatto & Windus, 1988, p. 27.

3 Il n’a jamais aimé Dublin. Néanmoins sa ville natale lui accordera la citoyenneté d’honneur en 1946, quand il aura quatre-vingt-dix ans.

4 Pour les relations que Shaw entretenait avec l’Abbey Théâtre, voir D. H. Laurence et N. Grene, Shaw, Lady Gregory and the Abbey, Londres, Colin Smyth, 1993.

5 M. Holroyd, op. cit., vol. 3, 1991, p. 63.

6 John O’Donovan, G.B. Shaw, Dublin, Gill and Macmillan, 1983, p. 123.

Auteur

Paul Brennan est professeur d’études irlandaises à l’université de Caen et directeur de recherche à l’université de la Sorbonne nouvelle. Spécialiste du conflit nord-irlandais, il a publié de nombreux articles à ce sujet. Il est l’auteur de Civilisation irlandaise (Paris, Hachette, 1995) et de The Conflict in Northern Ireland (Paris, Longman, 1991). Il est président de la Société française d’études irlandaises (SOFEIR).

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable