Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

L’iconographie des saints

L’iconographie des saints thaumaturges

Jean Fournée

Texte intégral

1« Thaumaturge » veut dire : « qui fait des miracles ». Or, tous les saints font des miracles. Ils les font même par définition, puisque, depuis bien longtemps, ils ne sont déclarés saints qu’après avoir fait des miracles dûment reconnus. Ainsi en ont décidé la Congrégation des Rites et le Saint-Siège, l’une qui prépare et l’autre qui prononce le décret de canonisation. D’ailleurs, que vaudrait dans la piété populaire un saint qui serait incapable de faire des miracles ?

2Une première constatation s’impose : il convient de distinguer une iconographie d’identification et une iconographie de dévotion.

Au temps des reliquaires

3Les images des saints ont d’abord servi à identifier et authentifier leurs reliques. Les bas-reliefs décorant la châsse de saint Taurin à Évreux (XIIIe siècle) représentent la vie et les miracles du saint. Le buste de sainte Christine à Ferrières-Haut-Clocher (Eure, XVe siècle) est un reliquaire, tout comme le buste de sainte Foy à Conques (XIe siècle). La plupart des Vierges romanes d’Auvergne et du Rouergue sont des statues-reliquaires. L’image est support et référence. À travers l’image on vénère la relique.

4Au temps de Guillaume le Conquérant, l’hagiodulie (« la vénération des saints ») est une hagiodulie des reliques et non des images. Elle est d’ailleurs ritualisée. Ainsi, le passage sous la châsse n’est pas un geste marginal et furtif relevant du folklore, mais bien une démarche liturgique normale et licite. Lors des stations au cours des processions de reliques, le brancard qui les portait était posé sur un support permettant aux fidèles de passer dessous.

5Le reliquaire signifiait la présence protectrice du saint, comme pouvait l’être sa sépulture en quelques lieux privilégiés, par exemple Tours pour saint Martin. Mais les reliquaires avaient sur les tombeaux l’avantage d’être amovibles.

6C’est avec le reliquaire et non pas avec la statue qu’on processionnait. En 1053, lors d’une épidémie, les reliques de saint Wulfran furent portées de l’abbaye de Saint-Wandrille à Rouen, où elles parcoururent les rues de la cité du 21 au 27 juin, avec station dans les églises. Même chose à la même époque à Duclair avec le reliquaire de saint Valentin. On a de nombreux témoignages sur les processions circulaires de reliques destinées à protéger de tout maléfice le territoire d’une cité ou d’une paroisse. Cela s’est fait dans un but prophylactique lors des épidémies de peste et, avant la peste, de ce terrible mal des ardents qu’était l’ergotisme. Il y avait dans l’Orne, à Ceaucé, jusqu’à ces dernières années, une survivance de ces processions circulaires avec le « petit tour » et le « grand tour » du bas-reliquaire de saint Ernier.

L’illustration des manuscrits

  • 1 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 1408, f° 4 et 51.

7La peinture murale dans nos églises, au Moyen Âge, est avant tout une iconographie d’identification et de narration. En matière d’hagiologie, elle illustre les legenda de l’office liturgique et les vitae sanctorum. En général, cet art monumental, qu’il s’agisse de peintures murales ou de sculptures en bas-reliefs, est très inférieur de qualité à l’illustration des manuscrits normands des XIe et XIIe siècles. Voici, par exemple, dans un recueil de vies de saints composé à Jumièges au XIe siècle et conservé à la bibliothèque municipale de Rouen1 deux étonnantes peintures de la Vierge, l’une représentant son Assomption (fig. 1), l’autre le thème très librement interprété de la Sedes sapientiae, avec Jésus non pas en frontalité, mais sur le genou droit de sa mère (fig. 2).

  • 2 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 8, f° 142 v°.

8Sans doute la lettre initiale ornée, mode fréquent de l’illustration des manuscrits, ne permet-elle pas le développement d’un récit. Pourtant, dans l’initiale de Verbum Domini, l’enlumineur d’une Bible de Jumièges de la fin du XIe siècle a réussi à placer le prophète Michée rendant son oracle contre Samarie et l’incendie gagnant les murailles de la ville2.

9Il y a beaucoup de saints évêques dans nos manuscrits normands de l’époque romane. Ils portent souvent le pallium sur leur chasuble et celle-ci sur la tunique de diacre, ce qui les distingue des abbés de monastères. On ne les verra en chappe que beaucoup plus tard. Mais ils sont sans attribut spécifique, comme le sont bien des statues épiscopales, ce qui les rend facilement interchangeables.

  • 3 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 233, f° 104 v°.

10Voici l’initiale ornée de Deus dans un calendrier du XIIe siècle provenant de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen et conservé à la bibliothèque municipale de Rouen3. Elle est présentée comme saint Ouen « bénissant deux moines qui s’inclinent devant lui » (fig. 3). En réalité les deux moines ne sont pas inclinés, mais prosternés et le geste de la main droite de l’évêque, en supination (et non en pronation), n’est pas de bénir, mais d’inviter à se relever. C’est un geste liturgique : le commandement levate, qui met fin à la prostration, ou au simple flectamus genua.

À l’origine d’une typologie sanctorale

  • 4 Ibid., ms. 1408, f° 32.

11Rien ne permet d’identifier les quatre saints porteurs de palmes (fig. 4) qui entourent la mandorle de gloire où trône le Rex Maiestatis, dans le manuscrit de Jumièges cité ci-dessus (vie de saints, fin du XIe siècle)4. Ils ont l’anonymat des cohortes de martyrs, leur couronne à la main, sur les mosaïques des parois de Saint-Apollinaire-le-Neuf à Ravenne (VIe siècle). Ils sont heureusement désignés par leur nom, précédé de l’abréviation de sanctus ou de sancta. Il n’empêche que le saint Laurent du mausolée de Galla Placidia (Ve siècle) est représenté avec son gril.

12Sur les parois des sarcophages paléochrétiens, le thème assez courant de la traditio legis fait apparaître, de part et d’autre du Christ, saint Pierre et saint Paul, parfaitement individualisés : saint Pierre avec sa large tonsure, sa touffe frontale de cheveux, sa barbe courte et frisée ; saint Paul avec sa calvitie et sa barbe longue, rare, mal taillée. Saint Pierre est doté de sa clef dès le début, mais saint Paul n’aura son épée qu’au Moyen Âge (XIIIe siècle).

  • 5 Ézéchiel, I, 5 sq. ; Apocalypse, 4, 6-7 ; Irénée, Adversus haereses, III, 11.
  • 6 Mathieu, 3, 4 ; Marc, 1, 6.

13Très tôt également apparaissent les symboles des évangélistes. Rappelons que la vision d’Ézéchiel, reprise par l’Apocalypse, a été interprétée par saint Irénée, dans son Adversus haereses, comme se rapportant à la fois au Christ et aux évangélistes, instruments du Logos, la Parole de Dieu5. Et, dès le IVe siècle, la répartition des symboles du tétramorphe était définitivement fixée par saint Épiphane et saint Jérôme : l’homme ailé (et non pas l’ange, comme on l’écrit souvent) pour Matthieu, le lion pour Marc, le bœuf pour Luc et l’aigle pour Jean. Parmi les saints « évangéliques », contemporains de Jésus et cités dans les textes néo-testamentaires (Évangiles et Actes des apôtres), il semble bien que le seul d’emblée identifiable soit Jean-Baptiste, et cela grâce à la description qu’en donnent Matthieu et Marc : vêtu d’une peau de chameau et se nourrissant de sauterelles et de miel sauvage6. D’où l’image d’un ascète décharné que lui donnera l’art oriental, mais longtemps après l’ivoire de Ravenne (VIe siècle), où il est plus bucolique qu’ascétique. De toute façon, la légende s’emparera de beaucoup de saints compagnons et protégés du Christ, du petit bonhomme Zachée à la famille de Béthanie, ce qui ne manquera pas d’enrichir notre patrimoine hagiologique et iconographique.

Une information croissante

14La peinture de manuscrit (comme le travail de copiste) reste un art élitiste et peu accessible. Ce qui va faire connaître les saints aux fidèles, c’est la peinture murale et le vitrail. Mais le vitrail est plus difficile et plus coûteux que la peinture murale. C’est un art de spécialiste et les petites paroisses ne peuvent s’offrir de recourir aux ateliers de maîtres verriers. Pour la peinture et la sculpture, on trouve plus facilement artistes et artisans. Autrement dit, il y a un art populaire dans la peinture murale et la sculpture, mais pas dans le vitrail. Et l’essentiel de l’information hagiologique de nos paroisses rurales dut être donné par les peintures des parois de leurs églises. Ce mode d’information se poursuivit au cours des siècles. Quand on eut reconstruit la nef de Ferrières-Haut-Clocher (Eure), au début du XVIe siècle, on peignit sur ses parois latérales la vie et la passion de sainte Christine, que l’on vénérait particulièrement en ce lieu.

15Malheureusement, si d’année en année l’on découvre dans nos églises des restes de peintures murales sous des badigeons ou derrière les retables, la plupart sont fragmentaires et illisibles, à moins que le zèle indiscret de quelque restaurateur leur ait enlevé leur authenticité. Nous n’avons plus en Normandie de vitraux hagiographiques du XIIe siècle. Mais après tout, la cathédrale du Mans n’est pas loin avec son vitrail de saint Étienne. Elle était l’église mère de bien des paroisses de l’Orne.

  • 7 Archives de Seine-Maritime, G 3519-3568.

16Au XIIIe siècle par contre, les vitraux légendaires consacrés aux saints deviennent courants au moins dans les grands édifices. Cela s’explique par l’adjonction au rond-point du chœur et le long de la nef et de ses bas-côtés de chapelles rayonnantes et de pourtour, mises sous le titre d’un saint avec autel dédié et comptant même des chapellenies secondaires à dénomination sanctorale. Ces nouveaux espaces de culte se verront souvent confiés à des confréries, notamment à des confréries de métiers, qui les orneront de vitraux, peintures et sculptures à l’effigie de leur saint protecteur. Ce sont là des facteurs nouveaux et ô combien efficaces du développement du culte des saints et de leur iconographie à la fois légendaire et typologique. Pour la seule cathédrale de Rouen, l’examen de cinquante des liasses concernant son chapitre, aux Archives de la Seine-Maritime, permet de dénombrer vingt-six autels de pourtour avec soixante-six chapelles ou chapellenies, la plupart portant le titre d’un saint7.

17La cathédrale de Coutances a conservé quelques-uns de ses vitraux hagio-biographiques du XIIIe siècle. Au triplet du pignon nord du transept, il y a saint Thomas de Cantorbéry, saint Georges et saint Blaise. Pour Thomas, le « meurtre dans la cathédrale » est l’une des six scènes représentées. Pour saint Georges, sa victoire sur le dragon est une réfection moderne, mais elle est conforme aux images anciennes que nous connaissons. Des scènes concernant saint Blaise, on retiendra surtout celle où on le voit attaché à un poteau et livré à un tortionnaire qui lui déchire le corps avec un peigne de fer : c’est la représentation typologique du saint évêque de Sébaste. Du vitrail de saint Laud (Lô), au pourtour du chœur, on retiendra notamment sa messe miraculeuse, qui évoque celle de saint Martin, la guérison d’une femme aveugle (comme au portail roman de Sainte-Croix de Saint-Lô), et le miracle de l’arbre détourné dans sa chute, comme dans la vita de saint Martin. Le vitrail de saint Marcouf a beau compter une douzaine de scènes, on ne voit rien qui fasse allusion à la guérison des écrouelles. Il est vrai qu’il s’agit là pour le saint d’un pouvoir posthume, lié au transfert de ses reliques à Corbény. Le vitrail de saint Étienne, qui s’inspire uniquement des Actes des apôtres, ne manque pas de représenter la lapidation du protomartyr, qui déterminera son image typologique.

De la vénération du reliquaire à celle de la statue

  • 8 Villez-Champ-Dominel (Eure, canton de Damville), vitrail, XIIIe siècle. En bas, les trois enfants m (...)

18Dans les séries narratives comme celles-ci, le choix des fidèles se porte sur un ou deux épisodes, qui ne sont pas forcément les plus édifiants, mais qui ont pour eux soit leur caractère pittoresque ou hors du commun, soit une convenance directe à un pouvoir particulier d’intercession, de sauvegarde ou de patronage professionnel. Ainsi, le supplice du peigne de fer infligé à saint Blaise le fera-t-il choisir comme patron des cardeurs de laine. La légende des trois pueri ressuscités par saint Nicolas, telle que la représente un des trois panneaux d’un vitrail du XIIIe siècle en l’église de Champ-Dominel (Eure), sera choisie de préférence à la légende des trois jeunes filles dotées par le saint. Elle imposera l’image courante de l’évêque de Myre et fera de lui le patron des petits écoliers8. De saint Martin, on retiendra surtout l’image du cavalier partageant son manteau. On le voit ainsi au XIIIe siècle sur un vitrail de la cathédrale d’Évreux et sculpté en bas-relief au revers du portail de la Calende, à la cathédrale de Rouen. Ce sera, dans la statuaire, l’image la plus aimée, dite de saint Martin « à cheval », par opposition à saint Martin « à pied », c’est-à-dire à la statue épiscopale, qui sera toujours plus « cléricale » que populaire. De la vie de saint Gilles, dont le maître lieu d’un pèlerinage médiéval est à Saint-Gilles (Manche), la piété populaire retiendra surtout l’histoire de la biche sauvée par lui des chasseurs, alors que la tradition lui attribue entre autres pouvoirs surnaturels celui d’avoir obtenu du ciel le pardon d’une faute très grave commise par un monarque. L’événement est rappelé par un vitrail du XIIIe siècle consacré à Charlemagne dans la cathédrale de Chartres, ce qui assurément ne pouvait guère s’exprimer dans la statuaire, alors que la biche devenait sans difficulté l’attribut iconographique du saint.

19Ainsi s’est constitué une sorte de code des attributs des saints, permettant aux fidèles de les identifier facilement et créant du même coup entre les fidèles et leur saints protecteurs, ainsi personnalisés, une véritable relation affective. Ainsi le saint manifestait sa présence, surtout quand un autel lui était dédié. Ce qu’on attendait du reliquaire se reportait sur la statue en ronde bosse. Ce qui mérite d’être noté, c’est que les pratiques de dévotion concernant les châsses-reliquaires se trouvèrent transposées sur les statues : rites de contact notamment, qui ont traversé les siècles. Au temps de Grégoire de Tours, on raclait la pierre du tombeau de saint Martin pour incorporer la poussière aux aliments. À Gisors (Eure), j’ai vu racler la statue de saint Chaud. Quand on amène un petit malade à saint Gilles, il faut lui faire toucher sa « bête ». Pour saint Léonard, il faut le contact avec sa chaîne ou son carcan. Faire le tour de la statue s’observe toujours à Notre-Dame du Pilier en la cathédrale de Chartres. C’est même à ce geste qu’on distingue les vrais Beaucerons des « accourus » (horzains). Mieux encore, on plongeait jadis le reliquaire dans la fontaine dédiée au saint et on le faisait encore récemment pour saint Éloi à Montgardon (Manche) et pour saint Ernier à Ceaucé (Orne). Mais c’est aussi la statue même du saint qu’on plongeait dans l’eau, par exemple celle de saint Fiacre à Croixdalle (Seine-Maritime), celle de sainte Clotilde au Grand-Andely (Eure). On réactivait ainsi le pouvoir d’intercession du saint, mais on réactivait aussi la vertu bienfaisante de sa fontaine.

Regards sur quelques attributs iconographiques

20Voyons quelques œuvres d’art de nos églises normandes, dont il convient de préciser, et, le cas échéant, de corriger l’interprétation iconographique. Il s’agit de saints protecteurs et guérisseurs parmi les plus invoqués.

Le lion de saint Adrien (fig. 5)

21Dans l’église de Robertot (Seine-Maritime, canton d’Ourville) se trouve une statue en pierre du XVe siècle représentant saint Adrien avec un lion. L’enclume et la barre de fer (ou la hache) évoquent le supplice du saint, dont les membres furent brisés sur l’enclume. Mais pourquoi le lion (qui ne manque presque jamais) ?

22Louis Réau en fait le symbole du courage du martyr, à moins qu’il ne s’agisse du lion héraldique de Flandre, lieu de prédilection de son culte. L’abbaye bénédictine de Grand-Mont, en Flandre belge, reçut des reliques du saint en 1110 et, quoique dédiée à saint Pierre, elle prit le nom de Saint-Adrien (comme l’abbaye de la Trinité-du-Mont à Rouen prit le nom de Sainte-Catherine pour la même raison). C’est là que le culte de saint Adrien se répandit vers la Picardie et l’est de la Normandie (où il devint un des principaux saints « antipesteux »).

  • 9 AASS, 8 septembre, III, p. 209-255.

23Je pense que le lion vient du « télescopage » cultuel entre deux saints du nom d’Adrien : le 4 mars, saint Adrien de Nicomédie aux membres broyés, et le lendemain 5 mars, saint Adrien martyr de Césarée qui fut exposé à un lion. L’un et l’autre furent finalement décapités. Le dédoublement de saint Adrien par les bollandistes pourrait être en rapport avec cette sorte de syncrétisme iconologique9.

Sur deux attributs de saint Antoine (fig. 6)

24Il convient d’insister sur deux des attributs de saint Antoine, représentés dans l’église de la Ferté-Saint-Samson (Seine-Maritime, canton de Forges) sur une statue du XVe-XVIe siècle.

25Le tau, porté soit au sommet d’une longue hampe, soit tenu comme un bâton, est un symbole de la croix en Égypte. Il devient chez les antonins et chez le saint lui-même un insigne particulier de couleur bleue, cousu sur le capuchon.

26Le cochon est une allusion au privilège des antonins, qui avaient le libre pacage pour leurs porcs, à condition que ces animaux fussent munis d’une clochette les faisant entendre et reconnaître. Or, on dit que ces porcs leur assuraient la graisse (axonge ou saindoux) nécessaire pour confectionner leurs onguents afin de soigner les malades du mal des ardents. On ne voit guère l’utilité de cette graisse de porc pour les lésions de l’ergotisme. En fait, l’élevage gratuit et la vente des porcs étaient avant tout pour eux et leurs hôpitaux une source de revenus.

Sainte Barbe et sa « plume » (fig. 7)

27L’église de Biville (Manche, canton de Beaumont-Hague) possède une statue du XVe-XVIe siècle qui représente sainte Barbe.

28On est souvent frappé de la dimension de la « palme » tenue par la sainte. En réalité, ce n’est pas une palme, mais bel et bien une plume, garnie de « barbes »…

  • 10 Bulletin monumental, 1858, p. 256.

29À Saint-Évroult-de-Montfort (Orne), au début du siècle dernier, le jour de la Sainte-Barbe, on faisait bénir des plumes d’oiseau, puis on leur faisait toucher la statue et on allait ensuite les planter dans les champs pour préserver les lieux de la foudre10.

30Pour les gens de nos campagnes, il n’y avait aucun doute : ce que tenait sainte Barbe, c’était vraiment une plume, avec laquelle elle avait le pouvoir de « séparer les orages ».

31Une légende allemande rapporte que les anges changèrent en plumes les fouets qui flagellèrent la sainte martyre.

Une image peu courante de saint Eustache

32En quelques églises, on voit le saint, comme à Bréel (Orne, canton d’Athis, statue de la fin du XVe siècle), portant sur chaque bras un de ses deux fils : Saint-Germain-de-Pasquier (Seine-Maritime), Mesnil-Benoît (Calvados), hôpital de Coutances, Saint-Brice-sous-Avranches (Manche). À Bréel, on en a fait un saint Vincent de Paul. En réalité, c’est une référence à la légende du saint retrouvant miraculeusement ses deux fils, emportés l’un par un loup et l’autre par un lion.

33Quant au thème de la chasse avec la vision du cerf crucifère, généralement attribué à saint Hubert, il appartient beaucoup plus tôt à saint Eustache. C’est l’événement qui décida de la conversion de Placide, officier de Trajan. Baptisé, il devint Eustache. La scène, si souvent décrite comme la vision de saint Hubert, e a toutes les chances de représenter saint Eustache si elle est antérieure au XVe siècle, comme c’est le cas des chapiteaux d’Autun et de Vézelay, et des vitraux de Chartres et de Dreux.

Sainte Marguerite sort du dragon (fig. 8)

34L’église d’Écouis (Eure, canton de Fleury-sur-Andelle) possède une statue du XIVe siècle représentant sainte Marguerite.

35Il y a souvent confusion entre sainte Marguerite et sainte Marthe. Or, sainte Marguerite sort du dragon qui l’avait engloutie, alors que sainte Marthe, qui a vaincu le monstre (la « tarasque ») le tient en laisse. À Écouis, la sainte joint les mains. Elle devrait plutôt tenir la petite croix avec laquelle elle perça le ventre du dragon pour en sortir.

36Sainte Marthe qui dompte la tarasque est représentée sur une statue du XVIIe siècle située dans l’église de Sainte-Marthe (Eure, canton de Conches).

37Cette statue du retable de l’église est conforme au type habituel et légendaire. La sainte tient au bout de sa ceinture le monstre qu’elle a vaincu en l’aspergeant d’eau bénite (le seau et le goupillon).

Évolution idéologique du thème de la « Charité de saint Martin »

38Sur un bas-relief du revers du portail de la Calende de la cathédrale de Rouen (XIIIe siècle) est représenté Martin en un jeune chevalier sans armure, au soir de son adoubement (fig. 9). Le pauvre est un être digne. Le partage du manteau est vraiment l’acte de charité qu’évoquera le rêve de la nuit suivante, le Christ prenant la place du malheureux pour rendre témoignage à celui qui n’était encore que catéchumène. L’acte de charité est représenté ici dans sa dimension théologique et sa référence évangélique.

39Dans l’église d’Éculleville (Manche, canton de Beaumont-Hague), une statue du XVe siècle (fig. 10) représente Martin comme un jeune et riche seigneur, vêtu d’une tunique à larges manches, un « nanti » plus qu’un chevalier. Le pauvre est un mendiant doublé d’un infirme (vrai ou faux) ; ici c’est un béquillard amputé du pied gauche. Souvent, ce sont de faux infirmes échappés de quelque cour des miracles du temps de Villon. Il lève le bras droit pour se saisir du manteau. Nous sommes passés d’une idéologie fondamentalement religieuse à l’illustration d’un fait social. C’est l’antithèse riche-pauvre, l’un et l’autre s’opposant, et pour mieux s’opposer offrant un contraste qui, surtout chez le mendiant, est poussé jusqu’à la caricature. La charnière, le pivot de cette évolution, c’est assurément le grand bouleversement des esprits et des mœurs entraîné au milieu du XIVe siècle par la peste noire (1347) et les désordres de la guerre de Cent Ans. Pour la peste, nous avons le témoignage du prieur de la Bloutière, Guillaume Legros.

40À l’église de Gonneville (Manche, canton de Saint-Pierre-Église, XVe siècle), nous avons la même représentation qu’à Éculleville (fig. 11).

Le langage des mains : Saint Nicolas

  • 11 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 1406, f° 305 v°.

41La bibliothèque municipale de Rouen possède un manuscrit11 de la fin du XIe siècle, provenant de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, avec une Vie de saint Nicolas qui fut copiée sur ordre de Nicolas, abbé de Saint-Ouen de 1042 à 1092.

  • 12 F. Garnier, Le Langage de l’image au Moyen Âge. Signification et symbolique, Paris, Léopard d’or, 1 (...)

42Le saint, dans une mandorle elliptique, est figuré dans l’initiale U de Ut nos… (fig. 12). Ce qui mérite un commentaire ici, c’est le geste de la main droite du saint qui est nimbé et n’a pour tout attribut épiscopal que sa crosse : l’avant-bras replié, la main tendue verticalement, paume en avant, index et médius tendus, les autres doigts repliés. Quand on voit le Christ ou un saint et puissant personnage ainsi représentés, on les dit « bénissant ». Dans le langage des mains à cette époque, ce geste est un geste d’enseignement ou d’autorité. C’est vrai pour le seul index tendu. L’adjonction du médius ajoute la qualité sociale, la supériorité de celui qui s’exprime (Dieu, le pape, un évêque, un magister). En magister antique dans l’art paléochrétien, le Christ enseigne aux apôtres avec le même geste de la main droite, deux doigts tendus12.

De l’hémorroïsse13 guérie par le Christ à sainte Véronique, alias sainte Vénisse

  • 13 Hémorroïsse signifie en grec : femme qui a des pertes de sang.

43La statue de l’église de Saint-Marcouf (Manche, canton de Montebourg) est l’objet d’un culte populaire (fig. 13). Véronique tient le voile à l’effigie du Christ, mais les rubans ex-voto s’expliquent pour les mêmes raisons qu’à La Bloutière (ci-dessous). Il y a une image typologique omniprésente en rapport direct avec l’étymologie même du nom de la sainte : vera icon. On en sait l’origine : ayant essuyé le visage du Christ sur le chemin du Calvaire, ce visage s’imprima sur le linge tenu par la sainte. Et l’on sait combien fut vénérée cette représentation « non faite de main d’homme ».

44La sainte Vénisse de La Bloutière (Manche, canton de Villedieu) pose un problème d’identification. La légende s’est emparée de cette pieuse femme ; on en a fait l’hémorroïsse qui avait été guérie d’un flux de sang par Jésus (Matthieu IX, 20), ce qui expliquerait sa présence dans l’escorte de femmes charitables venues soulager le divin condamné. Elle devient du même coup l’une des saintes protectrices des femmes, spécialisée en gynécologie. Invoquée pour les ménorragies et métrorragies (d’où les rubans rouges ex-voto de La Bloutière) et, inversement, pour l’aménorrhée (d’où les rubans blancs), elle a sous une présentation semblable à cette image (surgissant dévêtue d’un cuvier) des statues à Coutances, les Cresnays, Néhou, Saint-Pierre-du-Tronchet, etc.

45Or, Véronique et Vénisse sont une seule et même sainte, appelée indistinctement de l’une ou l’autre façon, dotée d’une chapelle à la cathédrale de Rouen, avec confrérie.

46La légende veut que Véronique épousa Zachée, lequel devint saint Amadour, et qu’elle-même mourut à Soulac, dans le Médoc, où elle a son pèlerinage. Jehan Fouquet, dans ses Heures d’Étienne Chevalier, a représenté Zachée près de Véronique sur le chemin du Calvaire.

Fig. 1 – Assomption de la Vierge (Rouen, BM, ms. 1408 (Y. 109), f° 4)

Fig. 2 – La Vierge et l’enfant (Rouen, BM, ms. 1408 (Y. 109), f° 51)

Fig. 3 – Saint Ouen relevant deux moines (Rouen, BM, ms. 233 (Y. 21), f° 104 v°)

Fig. 4 – Le roi de gloire (Rouen, BM, ms. 1408 (Y. 109), f° 32)

Fig. 5 – Église de Robertot (Seine-Maritime), statue de saint Adrien

Fig. 6Église de La Ferté-Saint-Samson (Seine-Maritime), statue de saint Antoine

Fig. 7 – Église de Biville (Manche), statue de sainte Barbe

Fig. 8 – Église d’Écouis (Eure), statue de sainte Marguerite

Fig. 9 – Cathédrale de Rouen (Seine-Mar.), revers du portail de la Calende, bas-relief de saint Martin

Fig. 10 – Église d’Éculleville (Manche), statue de saint Martin

Fig. 11 – Église de Gonneville (Manche), statue de saint Martin

Fig. 12 – Saint Nicolas enseignant (Rouen, BM, ms. 1406 (Y. 41), f° 305 v°)

Fig. 13 – Église de Saint-Marcouf (Manche), statue de sainte Véronique

Notes

1 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 1408, f° 4 et 51.

2 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 8, f° 142 v°.

3 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 233, f° 104 v°.

4 Ibid., ms. 1408, f° 32.

5 Ézéchiel, I, 5 sq. ; Apocalypse, 4, 6-7 ; Irénée, Adversus haereses, III, 11.

6 Mathieu, 3, 4 ; Marc, 1, 6.

7 Archives de Seine-Maritime, G 3519-3568.

8 Villez-Champ-Dominel (Eure, canton de Damville), vitrail, XIIIe siècle. En bas, les trois enfants massacrés par l’aubergiste. Sa femme éclaire la scène (comme à Sées). Au milieu : saint Nicolas jette une bourse dans une maison, pour sauver du déshonneur les trois filles d’un vieil homme ruiné. En haut, il ressuscite les trois enfants. Il y a un vitrail de la même double légende en la chapelle Saint-Nicolas de la cathédrale de Sées, datant lui aussi du XIIIe siècle, comme un vitrail du bas-côté nord de la cathédrale de Rouen. L’histoire des trois petits enfants devint si populaire qu’elle fut déterminante pour l’iconographie de saint Nicolas : les trois enfants dans le saloir, tel fut son attribut un peu partout dans la statuaire. Et pourtant, la Légende dorée de Jacques de Voragine n’en souffle mot. Par contre elle est contée au XIIe siècle par notre poète Wace. Louis Réau a pensé qu’il s’agissait là d’une adaptation iconographique de la légende des trois jeunes prisonniers libérés grâce à l’intervention de saint Nicolas, et que le « saloir » serait une sorte de réduction de la tour où ils étaient enfermés. Il n’exclut pas cependant l’hypothèse d’une « scène de baptême mal comprise », le baptême étant souvent « assimilé à une résurrection ». Je crois finalement que c’est là effectivement qu’est la clef de l’énigme. On lit dans la Vita Vigoris que Vigor, évêque de Bayeux au VIe siècle, avait coutume de baptiser (par immersion dans une cuve baptismale) la nuit de Pâques trois enfants (infantes), en référence au récit biblique des trois jeunes gens dans la fournaise, qu’on lit à l’office de la nuit pascale. Pour Dom Aubourg, qui a si judicieusement commenté la Vita Vigoris, c’est là qu’est née la légende, thème de renaissance. Et Wace était chanoine de Bayeux…

9 AASS, 8 septembre, III, p. 209-255.

10 Bulletin monumental, 1858, p. 256.

11 Rouen, Bibliothèque municipale, ms. 1406, f° 305 v°.

12 F. Garnier, Le Langage de l’image au Moyen Âge. Signification et symbolique, Paris, Léopard d’or, 1982, p. 165.

13 Hémorroïsse signifie en grec : femme qui a des pertes de sang.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Assomption de la Vierge (Rouen, BM, ms. 1408 (Y. 109), f° 4)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 2 – La Vierge et l’enfant (Rouen, BM, ms. 1408 (Y. 109), f° 51)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Légende Fig. 3 – Saint Ouen relevant deux moines (Rouen, BM, ms. 233 (Y. 21), f° 104 v°)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Légende Fig. 4 – Le roi de gloire (Rouen, BM, ms. 1408 (Y. 109), f° 32)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 5 – Église de Robertot (Seine-Maritime), statue de saint Adrien
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 6 – Église de La Ferté-Saint-Samson (Seine-Maritime), statue de saint Antoine
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Fig. 7 – Église de Biville (Manche), statue de sainte Barbe
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende Fig. 8 – Église d’Écouis (Eure), statue de sainte Marguerite
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Fig. 9 – Cathédrale de Rouen (Seine-Mar.), revers du portail de la Calende, bas-relief de saint Martin
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 10 – Église d’Éculleville (Manche), statue de saint Martin
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende Fig. 11 – Église de Gonneville (Manche), statue de saint Martin
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 12 – Saint Nicolas enseignant (Rouen, BM, ms. 1406 (Y. 41), f° 305 v°)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 13 – Église de Saint-Marcouf (Manche), statue de sainte Véronique
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9971/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540