Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

G. B. Shaw : un dramaturge engagé

 | 
Paul Brennan
, 
Thierry Dubost

L'homme, son théâtre et la société

George Bernard Shaw homme de théâtre et socialiste

Josette Hérou

Texte intégral

1Shaw dit dans la préface de Maisons de veufs (1892) que la première de la pièce fit sensation, sans que cela ait aucun rapport avec ses qualités ou ses défauts et que lui-même se fit aussitôt une réputation d’auteur infâme : les socialistes et les indépendants applaudirent par principe, les habitués des premières huèrent la pièce par devoir et Shaw en personne, se qualifiant d’orateur populaire (mob orator), fit un discours devant le rideau. Il s’ensuivit une controverse en première page dans les journaux qui dura quinze jours ; c’est dire la notoriété immédiate de la première pièce de Shaw. Elle fut imprimée dans le premier volume de la série Théâtre indépendant, avec une introduction de William Archer, qui collabora à l’idée de départ de la pièce, une longue préface de Shaw et plusieurs appendices, dont un de Mr. Grein, le directeur du théâtre. Pour toutes les pièces qui suivirent, un appareil critique très fourni accompagnera toujours la publication.

2L’ambition de Shaw était de créer un nouveau théâtre. Pour commencer, on jouerait des chefs-d’œuvre confirmés, dont ceux d’Ibsen (« Ibsen à jamais », s’écrie Charteris dans L’Homme aimé des femmes) dont La Maison de poupées fut jouée à Londres en 1889, ce qui ouvrirait la voie à d’autres œuvres, tout comme la tétralogie des Niebelungen de Wagner avait donné naissance au festival de Bayreuth. La Maison de poupées fit le tour du monde, tandis que le théâtre indépendant de Mr. Grein débuta avec la production des Fantômes, pièce également écrite par Ibsen. Il fallait tout de même une pièce britannique pour sauver l’honneur : Maisons de veufs, terminée à la hâte, fut immédiatement programmée.

  • 1 G. B. Shaw, The Quintessence of Ibsenism, 1891.

3Pour ce « nouveau théâtre », l’enthousiasme, la passion, partagés par une équipe soudée et convaincue, étaient nécessaires : les textes seraient progressistes, d’avant-garde ; tous y trouveraient un mode d’expression nécessaire et fascinant et toute cette passion serait forcément communiquée au public. A la lecture de la préface de la pièce, on voit comment Shaw a l’honnêteté d’avouer ses dettes, en particulier envers son ami Archer, le dramaturge Ibsen qu’il admirait1 et le directeur de théâtre qui le lança, Mr. Grein. Cependant, s’il savait se montrer généreux pour ses amis, il pouvait être d’une ironie pleine de mépris pour les autorités qui le brimaient et prétendaient le censurer ; il ne tolérait pas davantage les imbéciles, incapables de le comprendre ; il plaçait parmi eux le Lord Chamberlain, à qui il devait soumettre ses textes, à cause de la loi de censure et qui se prenait pour le « tsar de Russie » ; il le comparaît aussi à Robert Walpole qui fit voter cette loi en 1737 et mit ainsi fin à la carrière dramatique de Fielding, le plus grand dramaturge de langue anglaise après Shakespeare selon lui.

4On voit que Shaw se pose à la fois en novateur et en héritier d’une vivante tradition, qu’il reprenait après un sommeil de près d’un siècle, où la création théâtrale subit une éclipse due à plusieurs facteurs, parmi lesquels le manque de créations originales et le fait que la scène n’était plus le mode d’expression privilégié des idées et des réalités sociales au xixe siècle. Shaw et, d’une manière totalement différente, Oscar Wilde estimèrent qu’il était à la fois nécessaire et possible de redonner sa place au théâtre comme mode d’expression de la modernité. Ils le firent à leur manière : en se posant comme juge des mœurs acceptées par le beau monde dans le cas de Wilde, en devenant le satiriste d’un monde pourri par l’argent et en propagandiste d’idées révolutionnaires, dans celui de Shaw.

  • 2 G. B. Shaw, The Complète Préfaces, Londres, 1965. Fabian Essays in Socialism, Londres, 1889, édité (...)

5On comprend bien vite, à la lecture des textes non dramatiques de Shaw (préfaces, contribution aux publications de la Société fabienne)2 et en observant son évolution stylistique et idéologique au cours de sa longue carrière, que ses rapports avec les corps constitués, Église, Justice, Parlement et partis politiques (il ne fit partie d’aucun), furent difficiles et souvent conflictuels et que sa personnalité émergea, solitaire et puissante, porteuse d’un message, novateur à l’époque, provocateur et d’une efficacité réelle quoique difficile à mesurer et cela, malgré les diversités d’appréciation et même l’hostilité marquée de la majorité de ses contemporains.

6Le milieu politique qui entoure le jeune Shaw est en pleine effervescence. Irlandais né à Dublin en 1856, il arrive à Londres en 1876. Le désir de profondes réformes sociales, cristallisé mais non satisfait par le mouvement chartiste, la loi de Réforme jugée insuffisante, l’influence des analyses de Marx et de Engels le marquent profondément ainsi que le livre d’Henry George, Progress and Poverty (1880), et les prises de position d’Hyndman, fondateur de la Fédération sociale-démocrate, tous deux opposés à la propriété privée. Il fréquente de nombreux artistes, assiste à des débats politiques passionnés, participe aux réunions de groupes informels qui conduiront à la création de la ligue socialiste en 1883 ; mais celle-ci échouera bientôt.

7Pour contrecarrer les effets néfastes de la Révolution industrielle, la laideur, les taudis et la dépravation morale, des communautés se forment : les préraphaélites, William Morris, artiste et futur ami de Shaw, imaginent des modes de vie plus fraternels. Ils sont à l’origine de la ligue socialiste, mais des tendances anarchisantes causeront des divergences et sa désintégration. Ces artistes et penseurs avaient l’ambition de mettre leurs œuvres et toute leur vie en conformité avec leurs idées politiques tout en restant indépendants, et c’est sans doute une gageure.

8Samuel Butler, l’auteur de The Way of All Flesh (Ainsi va toute chair), où il fait la satire de l’hypocrisie religieuse de son temps, et de Erewhon, utopie où il expose ses idées, se montre progressiste sans être révolutionnaire. Butler exercera une influence importante sur Shaw : comme lui, il aimait la satire et le paradoxe ainsi que les débats d’idées. G. K. Chesterton, leur contemporain, également, tout en étant sur des positions bien différentes. Imprégné de toutes ces idées, Shaw se situe en face des conservateurs et du libéralisme économique de son temps ; il critique le victorianisme satisfait et son bel équilibre, reposant sur l’injustice et l’hypocrisie. Ses attaques audacieuses contre la bêtise et l’égocentrisme ambiants le conduisirent à un conflit ouvert avec les pouvoirs établis et les institutions : certaines pièces furent interdites, comme La Profession de madame Warren (cette profession était la prostitution). Il devint iconoclaste : peut-être que, originaire de « l’autre île de John Bull », il avait un certain recul, davantage de liberté de jugement. Après l’insuccès de ses romans de jeunesse, le théâtre devint son mode d’expression ; il s’y ajoutait les préfaces, articles et pamphlets divers, tous en symbiose avec les œuvres dramatiques.

9Son esprit satirique, nourri par un sens naturel du comique et du paradoxe, le rendait capable de manier la langue avec un esprit éblouissant : il utilisa ces qualités et un ton badin pour faire passer des idées désagréables ou osées, ce qui est une tradition britannique de Hudibras, de Butler au xviie siècle à Swift au xviiie siècle, pour ne citer qu’eux. Cette légèreté de ton lui fut reprochée comme sacrilège et on trouva malséante son utilisation du spectacle pour influencer le public.

10Shaw recherchait la cause des maux de la société qu’il observait : il identifia le manque de courage ou de lucidité comme responsables : dans L’Homme aimé des femmes, il divise le monde en Intelligentsia et Unintelligentsia, de loin la plus nombreuse. Pourtant cette approche n’est pas simpliste : les hommes ne sont ni vraiment bons, ni totalement mauvais ; les héros peuvent se muer en malfaiteurs, le bien et le mal ne sont pas là où on les attend. D’un mal, la prostitution dans La Profession de madame Warren, peut naître un moindre mal ; la charité peut être mal orientée ; la vente d’armes devient une bénédiction pour certains (La Commandante Barbara). Quelques pistes permettent d’entrevoir des solutions possibles, mais aucun programme n’est présenté. Lecteurs ou spectateurs, nous partageons la recherche inquiète de l’auteur, la sincérité de son approche, mais nous devons d’abord décrypter ses paradoxes, nous faire une opinion personnelle, et nous avons alors le plaisir de nous sentir plus intelligents. Personne ne peut rester neutre ou indifférent : il faut adhérer à certaines positions ou les repousser avec indignation et, malgré le manque d’actualité de certaines batailles, même du vivant de Shaw (et il le savait), cette mise en cause générale est extrêmement moderne.

11Pendant sa longue vie, la pensée du dramaturge évolua, la société aussi : les problèmes prioritaires n’étaient plus les mêmes. On passa d’un engouement pour les idées marxistes à une dénonciation des horreurs de la guerre. De nombreux intellectuels suivirent ce cheminement : on pourrait citer Huxley ou Orwell, avec d’importantes nuances. Shaw fut tenté par une explication vitaliste du monde et peut-être par un retour aux idées religieuses.

  • 3 Pièces déplaisantes, publiées en 1898 dans le même recueil que Pièces plaisantes. Maisons de veufs (...)

12Faisons une brève description de ce parcours : très jeune, il voue une grande admiration au poète Shelley, aux idéaux de la Révolution française et, sans doute, au livre Justice politique du beau-père de Shelley, Godwin. Puis, ayant lu les textes fondateurs du marxisme, il y adhère : ne lisait-il pas, au British Museum, Le Capital en même temps que Tristan et Yseult de Wagner ? Il s’exprime alors avec un certain dogmatisme dans la presse, qui est libre selon lui, alors que le théâtre ne l’est pas. Il reste des traces de ce dogmatisme dans les Pièces déplaisantes 3. Pour en prendre un court exemple, Vivie, jeune fille à marier, dit à sa mère, au cours d’une longue tirade :

  • 4 La Profession de madame Warren, acte IV :
    Vivie : I know very well that fashionable morality is ail (...)

Je sais bien que la morale à la mode n’est que faux-semblant et que, si je prenais ton argent et passais le reste de ma vie à le dépenser élégamment, je pourrais être d’aussi peu de valeur et aussi méchante que pourrait le souhaiter la plus sotte des femmes, sans qu’on en dise un seul mot4.

13En 1884, Shaw est cofondateur de la Société fabienne avec ses amis, Beatrice et Sidney Webb. Le but de ce groupe est d’instaurer un socialisme à l’anglaise, amélioré, permettant une infiltration des classes dirigeantes et de se dispenser ainsi de faire une révolution. Shaw contribue aux Fabian Essays (Essais fabiens) et à d’autres publications de la société. Cependant, son individualisme le pousse vers des positions anarchistes. Pendant une période qui va des années 1890 à la Première Guerre mondiale, il oscille entre des positions collectivistes et des attitudes libertaires sans y voir de contradiction. En fait, il veut surtout ridiculiser la médiocrité, la veulerie, réveiller les gens, les rendre libres. Il défend les pauvres, les opprimés, les femmes, contre les forces aveugles de l’argent et de la guerre.

14Il semble qu’après 1918, ses préoccupations soient devenues plus morales que politiques, encore que les deux soient liées pour lui. Il pense que la famille, la religion, la propriété, la science, le patriotisme, tels qu’ils existent ne sont que tromperie ; l’autorité morale (clergé, parents, médecins) est mensongère ; seuls peuvent les contrecarrer le courage et la pensée logiquement organisée. Au bout du compte, le bon sens, la discipline de vie feront émerger le surhomme (Superman). Shaw prône une forme d’eugénisme, conformément aux théories de Lamarck (et non au vitalisme de Darwin, tous deux étant évolutionnistes). Il en arrive à expliquer le monde par un élan vital (vital drive), emprunté à Schopenhauer, idée reprise plus tard par Bergson. Cependant les contextes où cette idée est développée sont différents : il y a sans doute une filiation entre l’homme socialiste, utopie communiste, et Le Surhomme, qui est alors très différent du surhomme de Nietzsche. Ceci a pu conduire Shaw à un retour à la foi protestante qui l’a influencé toute sa vie durant, ou du moins à une forme personnalisée de celle-ci.

  • 5 Max Beerbom, Saturday Review, 14 mai 1898, en particulier, reprocha à Shaw d’avoir confondu le thé (...)

15A quelque moment que ce soit de sa vie, Shaw a été enthousiaste, a témoigné d’émotions sincères tout en s’opposant au sentimentalisme qui, pense-t-il, occulte la réalité et donne bonne conscience. Il n’a pas été cet intellectuel désincarné que l’on a voulu dire ! Des recherches en politique et en philosophie dans les mêmes directions existaient dans d’autres pays d’Europe, ce qui peut expliquer le succès plus grand que le théâtre shavien y rencontra et l’accueil mitigé, sinon hostile, qu’il reçut en Angleterre5. Il était cependant incontournable.

16La comédie a donc été l’arme de Shaw, dans un combat fondamental. Il a tenté de débusquer la vérité en renversant les stéréotypes, par la subversion du langage et l’usage systématique du paradoxe : ainsi il a dérouté et choqué le public, surtout dans ses premières pièces. Les pièces ont un propos sérieux mais la farce un peu grinçante, les traits d’esprit et les situations quelquefois cocasses ont permis d’établir un équilibre et de préserver l’esprit comique. En voulant relier la pensée abstraite à l’analyse d’une réalité qu’il connaissait bien, Shaw a sans doute créé la tension dramatique nécessaire mais, en insistant sur la démonstration rhétorique pour convaincre, il a peut-être enlevé vie et possibilité d’action à ses personnages : on le lui a reproché. La représentation, qui est le test de tout dramaturge, contredit pourtant ce point de vue et le succès, non démenti à ce jour, suffit à prouver la grandeur de cette œuvre.

17Il eût fallu des références nombreuses aux pièces et aux autres textes de Shaw, mais je conclurai en disant que Shaw fut un artiste et un homme bien vivant, ne séparant pas son art de ses préoccupations politiques, philosophiques ou tout simplement quotidiennes, faisant preuve de générosité et de non-conformisme. Cultivé, partiellement autodidacte, ayant une très forte personnalité, il était conscient de sa valeur : il cultivait sa singularité, ce qui pouvait parfois agacer, mais son humour corrigeait ce travers et le rendait aimable. Il fut une sorte d’humaniste moderne et un prophète ; comme tel, il dérangeait. Cependant aujourd’hui, après Brecht, Bond, la violence du théâtre contemporain, des événements comme la chute du mur de Berlin ou Hiroshima, nous ne sommes plus choqués par les idées de Shaw, nous pouvons mieux le comprendre et nous allons sans doute vers un renouveau d’intérêt pour cette œuvre monumentale.

Notes

1 G. B. Shaw, The Quintessence of Ibsenism, 1891.

2 G. B. Shaw, The Complète Préfaces, Londres, 1965. Fabian Essays in Socialism, Londres, 1889, édités par Shaw, entouré de Sidney Webb William Clarke et al.

3 Pièces déplaisantes, publiées en 1898 dans le même recueil que Pièces plaisantes. Maisons de veufs et La Profession de madame Warren en font partie.

4 La Profession de madame Warren, acte IV :
Vivie : I know very well that fashionable morality is ail a pretence and if 1 took your money and devoted the rest of my life to spending it fashionably, I might be as worthless and vicious as the silliest woman could possibly want to be without having a word said to me about it.

5 Max Beerbom, Saturday Review, 14 mai 1898, en particulier, reprocha à Shaw d’avoir confondu le théâtre « avec les Sidney Webbs » et cru qu’un thème sérieux est preuve de talent.

Auteur

Josette Hérou est professeur à l’université de Caen. Elle y enseigne la littérature anglaise (théâtre et xviiie siècle). Elle s’intéresse au rapport littérature/société et aux applications des méthodes sociocritiques. Elle est l’auteur d’un Précis de littérature anglaise (Paris, Nathan) et de nombreux articles.

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540