Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Sous la protection des saints

Les translations de reliques en Normandie (IXe-XIIe siècles)

Lucien Musset

Texte intégral

1La dépouille mortelle des saints fut longtemps, par respect, laissée intacte dans leur première sépulture, autant que faire se pouvait. Cependant, dès la fin du Ve siècle, des reliques circulaient parfois fort loin des tombes : ce que démontre, entre autres, l’importance extrême attachée par saint Victrice de Rouen à l’arrivée dans sa ville épiscopale de reliques de saints milanais. Mais, à ces hautes époques, la plupart des reliques n’étaient nullement constituées par des éléments du corps saint, simplement par des brandea, les « reliques par contact », par exemple des morceaux de tissu ayant touché le corps, de l’huile de la lampe brûlant au-dessus de la tombe, de la poussière de pierre provenant du sarcophage ou des murs du sanctuaire qui l’abritait, etc.

2Ce n’est guère qu’avec l’époque carolingienne que les choses changèrent profondément, et ceci pour deux raisons surtout : la révérence de plus en plus grande portée aux corps saints incita à les présenter à la vénération publique dans un cadre plus somptueux que la tombe primitive, par exemple dans une « châsse » rehaussée de métaux précieux ou de gemmes. D’autre part, et surtout, la multiplication des attaques menées par les peuples païens contre l’Europe catholique poussa les détenteurs de corps saints à les mettre hors d’atteinte en les emportant dans des lieux mieux protégés où une partie du clergé les accompagnait.

3Dans le premier cas, il s’agit d’une élévation de reliques, ce qui n’est pas notre sujet aujourd’hui. Dans le second, c’est une véritable translation, question que, comme on le verra, nous avons eu plus d’une fois déjà l’occasion d’aborder.

4Une translation, en principe, sauf sans doute urgence extrême, ne pouvait selon les prescriptions des conciles du IVe siècle s’accomplir sans formalités préalables : avant tout une autorisation épiscopale, souvent aussi un assentiment royal. Pour la future Normandie, deux cas exemplaires de cette procédure légale sont connus par des documents explicites, en dépit de la rareté des textes concernant cette époque : les translations de saint Godard de Rouen à Soissons entre 838 et 840 et de saint Marcouf de Nantus, sur la rive orientale du Cotentin, à Corbény (Aisne, canton de Craonne) en 905-906.

  • 1 Le texte de base est édité par A. Poncelet dans Analecta Bollandiana, VIII, 1889, p. 402-407 : Tran (...)

5La première se présente fort clairement1 : l’abbaye Saint-Médard de Soissons était à la recherche de reliques insignes et en avait fait venir de Rouen. Mais l’abbé Augustus voulut aussi celles de Godard, évêque de Rouen au début du VIe siècle, que, sur la foi d’une analogie onomastique, on s’imaginait avoir été frère de saint Médard. Première démarche : on s’assura l’accord du roi Charles le Chauve ; puis on se dirigea vers Rouen – sans doute y sentait-on déjà la menace Scandinave (le grand raid des Vikings y eut lieu en mai 841) – et on obtint l’assentiment de l’archevêque et des dignitaires laïcs de cette métropole, qui ne l’accordèrent que moyennant un échange avec les reliques de saint Rémi (évêque de Rouen vers 760-765) et avec le chef de saint Romain. Puis l’expédition regagna Soissons avec son acquisition. Le tout avait été rondement mené, du 7 au 16 juin. On peut croire ce texte plein de vraisemblance, malgré sa date assez tardive (un siècle après les événements) : nous sommes à une époque où le pouvoir royal était encore en mesure de faire céder rapidement les évêques.

  • 2 Actes de Charles III le Simple, F. Lot et Ph. Lauer (éd.), Paris, 1940, n° LIII, p. 114-116 ; n° LV (...)
  • 3 Wace, Roman de Rou, A. J. Holden (éd.), Paris, 1971, t. II, p. 329, vers 391-393.

6La translation de Marcouf est encore plus solidement documentée, par une suite d’actes royaux. Les reliques partirent du diocèse de Coutances, et le roi Charles le Simple patronna le transfert : il commença par solliciter par écrit l’autorisation de l’évêque Erleboldus (de Coutances), qui à son tour obtint celle de l’archevêque Guido (de Reims, le diocèse d’arrivée) et de ses coévêques. Le souverain n’agit qu’une fois en possession d’un dossier parfaitement en règle que ses diplômes nous font bien connaître2. À cette époque, le point d’arrivée choisi était un fisc royal et le diocèse de Coutances était déjà profondément désorganisé par les Bretons, puis par les Vikings, ce qui aurait pu amener à abréger la procédure légale. Il est vrai que l’on ignore le moment exact où elle débuta (906 n’est qu’un terminus ad quem) et si l’on en croit la tradition recueillie par Wace3 les pérégrinations du corps saint ont pu être assez prolongées : il les fait commencer au temps de Hasting !

  • 4 Ces vols ont fait l’objet d’études générales, avant tout celle de P. Geary, « Furta Sacra », Thefts (...)

7Dans le désordre grandissant de la seconde moitié du IXe siècle et du début du Xe siècle, cette procédure minutieuse ne fut évidemment pas toujours suivie, si bien qu’à la longue on s’en dispensa volontiers et qu’on ferma les yeux sur des méthodes s’apparentant plus à un vol de reliques qu’à une translation4. Les cas connus sont nombreux et beaucoup d’autres ont dû se masquer sous des apparences fictives de régularité. À une étape ultérieure – que nous ne franchirons guère ici – on recourut à des reliques imaginaires de saints inventés pour les besoins de la cause : cette pratique survécut clandestinement jusqu’en plein XIIe siècle où les exigences de l’Église en matière de canonisation y mirent un terme, au moins en Normandie (mais non en Bretagne, où la voix populaire classa même au nombre des « saints » plus d’un chouan, plus d’un soldat républicain !).

  • 5 Authentiques de reliques provenant de l’ancien monastère de Notre-Dame de Chelles (VIIe-VIIIe siècl (...)

8Quand se déroulait une translation authentique, il était indispensable de joindre aux ossements déplacés une notice d’authentification. On en possède ainsi de très anciennes, manuscrites et antérieures à la fin du IXe siècle, pour certaines reliques conservées à Solignac en Limousin, et surtout un lot important récemment retrouvé à Chelles dans la région parisienne5. Ces étiquettes, peu explicites, ne donnent en général qu’un nom, parfois accompagné d’une qualité (évêque, abbé, etc.). Aussi, pour les reliques les plus importantes, valait-il mieux joindre aux débris saints un exposé plus ou moins long expliquant ce qu’avait été le personnage dont elles provenaient. Telle est l’origine d’un grand nombre de textes hagiographiques dont la rédaction conservée date de l’ère des Vikings (mais certains réutilisent des rédactions antérieures, à l’usage interne des sanctuaires de départ et s’intéressant rarement aux destinées post mortem des corps saints).

  • 6 Guillaume de Malmesbury, De gestis regum Anglorum, W. Stubbs (éd.), Londres, Rolls Series, n° 90, 1 (...)
  • 7 Guillaume de Malmesbury, De Gestis Pontificum Anglorum, Ν. E. S. A. Hamilton (éd.), Londres, Rolls (...)

9On trouve aussi de semblables notices avec les reliques qu’il devint d’usage courant de céder – souvent contre rétribution – aux grands personnages qui, depuis le Xe siècle, collectionnaient les reliques pour s’en constituer un trésor augmentant leur prestige. C’est dans ce contexte que se situe, aux confins de la Normandie et de la Bretagne, l’histoire si complexe des reliques, doloises surtout, mais également avranchines (Senier, Pair et Scubilion) que le roi anglais Aethelstan, peu après 925, réunit dans son nouveau monastère de Milton Abbas en Dorset (celles de saint Pair aboutirent ensuite à Malmesbury)6. Par d’autres voies, le même roi se procura d’autres reliques bretonnes, via Montreuil-sur-Mer, où étaient les moines de Landévennec. Poursuivant des pratiques analogues peu après l’an mil, la reine anglaise Emma (fille de Richard Ier de Normandie) collectionna de nombreuses reliques, surtout lointaines, mais aussi normandes : profitant de son séjour forcé dans le duché avant son remariage avec Knut le Grand, elle acquit à Rouen, par des voies illicites, un corps suspect de saint Ouen qui aboutit à la cathédrale de Cantorbéry : les Rouennais s’élevèrent toujours vigoureusement contre l’authenticité de ces reliques anglaises7.

10Il n’est sans doute pas utile de souligner longuement l’imprécision du vocabulaire de nos textes en matière anatomique : un os du crâne devient dans tant de cas « le chef de… », une esquille d’os « la côte de… », etc. ; si bien que même d’une authenticité parfaite les reliques d’un saint peuvent être signalées comme se trouvant en bien des endroits différents ; on ne négligea pas non plus de jouer sur les homonymies. C’est ainsi sans doute que Martin de Vertou, saint nantais du VIIe siècle, dut souvent céder sa place au grand saint Martin de Tours (mais non toujours : le prieuré de Deux-Jumeaux, dans le Bessin, resta fidèle jusqu’à la Révolution à sa dédicace au patron de Vertou). Ajoutons pour finir que la vogue prodigieuse des reliques corporelles ne fit pas complètement disparaître la dévotion aux brandea, notamment aux habits des saints : la chasuble de saint Ouen fut ainsi vénérée au XIe siècle à Malmédy en Belgique (diocèse de Cologne) ; le Mont-Saint-Michel se glorifia au XIIe siècle de détenir la chape de saint Olaf de Norvège, provenant évidemment de son baptême à Rouen. De nos jours encore, Lisieux s’attache aux vêtements liturgiques de Thomas Becket. Gardons-nous de confondre de tels faits avec le résultat de translations proprement dites.

***

  • 8 La documentation sur ce point se ramène à deux passages d’Aubry de Trois-Fontaines, Paulus Scheffer (...)

11Revenons-en maintenant à l’objet principal du présent exposé : les modalités, les dates, les itinéraires, les points d’aboutissement des principales translations de reliques en Normandie, lors des invasions Scandinaves et, très accessoirement, hongroises. On peut passer très vite sur ces dernières : elles ne concernent que le cas unique de moines de Rebais, en Brie, qui, fuyant les Magyars, apportèrent en 937 à Marcilly (Eure, canton de Saint-André) des reliques des saints Aile (Agilus) et Brandolin, qui y restèrent jusqu’en 11978.

12Les départs devant la menace Scandinave furent en revanche proprement innombrables ; il serait très vain de tenter de les énumérer. Tout au plus nous efforcerons-nous de discerner quelques vagues de départs et quelques itinéraires privilégiés. Seuls les corps saints qui ne bougèrent pas sont susceptibles d’une très hypothétique évaluation statistique : elle concerne surtout des personnages passablement obscurs comme Saëns ou Guitmar dans le diocèse de Rouen, ou Loyer dans celui de Sées.

13La future Haute-Normandie – si l’on élimine les saints dont toute relique disparaît de l’histoire passé le IXe siècle – compte une trentaine de saints plus ou moins connus qui furent l’objet d’une vénération avant les invasions Scandinaves. Elle n’en a préservé qu’un très petit nombre sur place, deux ou trois, à peu près ignorés, à Jumièges (Constantin, Peregrinus) et autant à Fontenelle (Vulfran, Erembert et Condedus), plus saint Romain à Rouen (du VIIe siècle), Saëns et Guitmar déjà cités (à Saint-Saëns et Gournay-en-Bray). La Normandie moyenne (diocèses de Lisieux et de Bayeux) connaissait une vingtaine de saints ; beaucoup furent totalement oubliés (comme saint Basile et la plupart des saints de Deux-Jumeaux) ; les continuités assurées font défaut (celles qui ont été alléguées pour saint Sulpice et saint Vigor sont de fort mauvais aloi). La Normandie occidentale (diocèses de Coutances et d’Avranches), sur une quinzaine de noms vénérés avant le IXe siècle, ne peut alléguer de conservation ininterrompue des reliques que pour saint Aubert d’Avranches (début du VIIIe siècle) et, peut-être pour l’hypothétique abbé Ortaire, de Landelle (Calvados, canton de Saint-Sever), si on se refuse à tenir compte des découvertes très suspectes du XIIe siècle à Saint-Pair-sur-Mer (saint Gaud et saint Aroaste) et de celle de saint Sever. En Normandie méridionale (diocèse de Sées), le tableau n’est pas plus encourageant : si l’on écarte les corps si suspects des « martyrs » de Macé, il ne reste que le peu célèbre Loyer (Lotharius) évêque de Sées (à Saint-Loyer-des-Champs, canton de Mortrée), car les reliques de saint Évroult, les plus célèbres, relevant d’ailleurs du diocèse de Lisieux depuis les réorganisations du Xe siècle, si elles furent épargnées par les Vikings, furent victimes des guerres civiles du Xe siècle.

14En examinant les dates des départs, on peut espérer d’abord apercevoir des ondes de panique qui se propageraient lors des raids des Vikings. Certes, le phénomène existe, mais il apparaît très minoritaire : la plupart des translations sont sans dates assurées, beaucoup sont « à répétition », entrecoupées de retours au point de départ, quand on avait l’illusion alors commune de n’avoir affaire qu’à un épisode, certes désastreux, mais cependant temporaire. Finalement, la chronologie des départs reste très souvent un problème insoluble, ainsi que celle des arrivées.

  • 9 Renvoyons une fois pour toutes à Ph. Lauer, « Les translations des reliques de saint Ouen », Bullet (...)
  • 10 Translatio IIa. s. Audoeni, AASS, 24 août, 1867, p. 822-824.

15Prenons quelques exemples relativement clairs dans les divers diocèses normands. D’abord les translations du plus célèbre évêque de Rouen, saint Ouen9. Lors du premier sac de la ville par les Vikings en 841, ses reliques, qui reposaient au monastère suburbain de Saint-Pierre (aujourd’hui Saint-Ouen), furent emmenées dans une dépendance de l’abbaye, à Gasny (Eure, canton d’Ecos), toujours à l’intérieur des limites du diocèse ; leur présence y est attestée de manière irréfutable en 872. Mais le lieu était mal choisi, au confluent de l’Epte et de la Seine, sur la grand’route des Scandinaves ; on y avait cependant réuni diverses autres reliques notables (dont celles des « martyrs » du Vexin). Vers 875, le site devint intenable : les moines rouennais portèrent les restes de saint Ouen à Condé-sur-Aisne (Aisne, canton de Vailly), sans doute aussi une terre qui dépendait de leur monastère. Le gros des reliques rouennaises y séjourna une quarantaine d’années, tandis que celles des « martyrs » du Vexin se divisaient, les unes gagnant Malmédy, dans le diocèse de Cologne, les autres Weiswampach, dans le diocèse de Trêves (grand-duché de Luxembourg, canton de Clervaux), où elles restèrent jusque vers 930-940 (Weiswampach était un prieuré de l’abbaye rouennaise). De ces exils orientaux, les restes saints finirent par regagner la Normandie. Saint Ouen fut récupéré par Rouen sans doute dès 918, par Rollon lui-même, selon l’opinion traditionnelle et fort vraisemblable, retour qui fut marqué par divers miracles, notamment à Longpaon (commune de Darnétal). Ces reliques faillirent être volées vers 988-989 par deux moines français, mais l’affaire échoua grâce au duc Richard Ier10. Quant aux « martyrs » du Vexin, c’est grâce à un autre larcin, cette fois réussi, que les Normands les récupérèrent vers 1045, notamment saint Nicaise, désormais fixé à Rouen, tandis que d’autres (sainte Pience) aboutissaient en Avranchin. Tout ceci en faisant abstraction des prétentions, sans nul doute abusives, des moines de Cantorbéry ; elles ont été évoquées plus haut.

  • 11 L. D’Achery (éd.), Spicilegium (1675), t. XII, p. 611-621 ; voir aussi l’abbé O. Larue, « La transl (...)

16En ce qui concerne la Normandie moyenne, nous recourrons à la translation des saints Régnobert et Zénon, de 846-84711. Elle est exposée par un texte assez curieux, rédigé sans doute une dizaine d’années seulement après les événements et dû à un auteur connu, le notaire Joseph (mais il a été remanié sous la forme où nous le possédons). Il s’agit de deux saints du VIIe siècle, et leur départ ne fut pas dû à la menace Scandinave, mais à celle des Bretons. Le transport des reliques fut entrepris par un notable personnage, Hervé, à la suite d’une vision ; muni des autorisations des évêques de Bayeux Baltfridus et de Lisieux (le célèbre Fréculf), il les emporta vers l’est, d’abord sans doute à Norolles (Calvados, canton de Blangy), puis à une localité haut-normande non identifiée où l’on consacra le 25 mars 847 un autel à saint Régnobert. Elles y étaient sans doute encore en 850, mais l’exil ne s’arrêta pas là : les reliques aboutirent au prieuré clunisien de Saint-Vivant-sous-Vergy (Côte-d’Or, commune de Curtil-Vergy, canton de Gevrey-Chambertin). Des éléments passèrent à Quingey (Doubs), à Varzy (Nièvre), sans doute aussi à Corbeil (aux côtés des restes d’un autre bayeusain, saint Exupère) et un retour partiel à Bayeux eut lieu… en 1714 !

  • 12 Voir L. Musset, « L’exode des reliques du diocèse de Sées au temps des invasions normandes », Bulle (...)
  • 13 AASS, 3 septembre, p. 770-771 (Hérard) et Mabillon, Acta, III, 2, p. 220-230 (Aldhelm).

17Pour le Sud de la province (diocèse de Sées), une autre illustration de notre propos est offerte par l’histoire des reliques du saint évêque Chrodegang (ou Godegrand) et de sa sœur sainte Opportune, abbesse de Monasteriolum (sans doute Montreuil-la-Cambe, Orne, canton de Trun), tous deux du VIIIe siècle12. Leurs translations ont été l’objet d’œuvres authentiques dues respectivement à Hérard, archevêque de Tours (de 856 à 871) et à Aldhelm, évêque exilé de Sées à l’extrême fin du IXe siècle13. Les restes de Godegrand ont d’abord été emmenés de Monasteriolum à Sées, puis de là à Saint-Céneri-le-Gérei (Orne, canton d’Alençon) et enfin à Pannecières (sans doute Loiret, canton de Malesherbes), où ils restèrent sans doute quelque temps ; finalement ils aboutirent à Moussy-le-Neuf (Seine-et-Marne, canton de Dammartin-en-Goëlle), qui fut un moment la résidence de repli des évêques de Sées chassés de leur diocèse (le domaine leur fut donné par Louis le Germanique sans doute avant 876). De Moussy, en 1011, on les porta à l’Isle-Adam (Val d’Oise). Quant aux reliques d’Opportune, elles suivirent, semble-t-il, le même cheminement jusqu’à Moussy ; de là certaines furent réparties en Beauvaisis (Saint-Leu-d’Esserent), surtout à Paris et à Senlis, voire à Vendôme. La Normandie n’en put jamais récupérer que des bribes sans intérêt.

***

18Ces aperçus permettent de constater que les points d’aboutissement sont au total ce qui est le moins mal connu dans les translations, mais pour un seul corps ces points sont le plus souvent multiples : on démembrait visiblement les reliques au fur et à mesure du déplacement, en particulier pour remercier les gens qui avaient bien voulu accueillir leurs porteurs. Cependant, il est possible de proposer quelques esquisses d’ensemble.

  • 14 Cf. L. Musset, « Signification et destinée des domaines excentriques pour les abbayes de la moitié (...)

19D’abord, quand une communauté monastique a la charge d’un corps saint, elle s’efforce le plus souvent possible de s’arrêter dans un domaine dont elle disposait déjà : en ce temps de grande dispersion des patrimoines d’Église, le phénomène se produisait assez souvent14. Sinon, on cherchait à obtenir la possession de la terre où on devait finalement déposer le corps saint.

  • 15 Flodoard, Annales, année 968, Ph. Lauer (éd.), Paris, A. Picard et fils, 1905, p. 69.

20D’autre part, la majorité des reliques notables trouvèrent finalement abri derrière une enceinte fortifiée ou à proximité de celle-ci : Corbény, refuge de saint Marcouf, est dès le Xe siècle un castellum15 ; Corbeil, asile de saint Exupère de Bayeux, Lezoux, refuge de saint Taurin d’Évreux, Nouâtre, où reposa saint Révérend, Blois, où se fixa saint Lhomer sont des castra ; Paris, Senlis, Orléans, Angers sont autant de villes murées qui accueillirent des reliques venues de Normandie – elles-mêmes ou leurs banlieues immédiates, d’où l’on pouvait se replier rapidement à l’intérieur des enceintes. Les invasions Scandinaves ne firent donc qu’accentuer le caractère urbain des sanctuaires à reliques, déjà sensible avant le IXe siècle.

  • 16 Voir l’étude de synthèse toujours très utile, quoique rarement munie de références, du chanoine A.  (...)
  • 17 R. Rodière a jadis consacré tout un bon livre à ce sujet : Les Corps saints de Montreuil. Étude his (...)

21Chaque région normande connut ses itinéraires et ses destinations. Pour le diocèse de Rouen (Vexin français mis à part), les refuges se trouvèrent presque toujours vers le nord16. Les diocèses de destination finale furent Amiens (saint Ribert), Noyon (saint Vaning), Thérouanne (saints de Pavilly), Cambrai (saints de Jumièges), Tournai (saints de Fontenelle), Laon (saint Victrice et saint Évode), Soissons (saint Godard et saint Ouen), exceptionnellement Trèves (saints du Vexin) ou Cologne (saints du Vexin et Mélance de Rouen). La région parisienne n’apparaît pas. Notons que certains cherchèrent refuge sur les côtes, au moins à titre provisoire ; cela semble paradoxal, en face d’une menace surtout maritime : les moines de Fontenelle séjournèrent dans le voisinage de Montreuil-sur-Mer, puis à Outreau près de Boulogne, et ceci jusqu’à leur départ pour Gand en 944 (mais avec un bref intervalle de retour à Chartres), les reliques de saint Ribert (obscur abbé du VIIe siècle en pays de Caux) aboutirent à Saint-Valéry-sur-Somme. Le cas des reliques haut-normandes n’est d’ailleurs pas isolé : les Bretons de Landévennec trouvèrent le même asile17. Tout ceci doit être mis en parallèle avec la résistance obstinée de la Flandre aux Vikings : on y rencontra, au lieu d’une réaction de fuite généralisée, un esprit durable de lutte qui fut efficace.

22Les reliques du diocèse d’Évreux, pour autant que la médiocrité des sources permette d’en juger, prirent des voies toutes différentes : vers Paris (saint Leufroy), l’Auvergne (saint Taurin, dont le corps fut dédoublé – une part s’en allant en Franche-Comté et en Bourgogne). Très dispersées, elles ne furent ensuite guère en mesure de jouer un rôle dans la reconstitution du patrimoine hagiographique de l’Église normande.

23À Bayeux, on se partagea surtout entre deux directions, l’une vers les diocèses bourguignons d’Auxerre et de Besançon, vers la région parisienne, Paris et Senlis surtout (sainte Honorine, saint Vigor, dont le corps subit des manipulations fort suspectes et vite dénoncées, saint Gerbold). L’autre mena vers le sud (diocèse de Tours – dont la menace des Vikings de la Loire les chassa vite). Cet exode paraît avoir eu lieu de manière individuelle, apeurée et désordonnée et non, comme si souvent dans le diocèse de Rouen, avec un certain ordre et en corps constitué. On s’explique ainsi que la Normandie moyenne soit devenue au XIe siècle le paradis des chercheurs de reliques suspectes ou des pillards de corps saints.

  • 18 Cf. L. Musset, « Autour de saint Lhomer et de Corbion », Annuaire de l’Association normande, CLII, (...)

24À l’ouest, l’intermède breton (en principe de 867 à 933) perturba sensiblement les mouvements des porteurs de reliques. C’est ainsi que les restes percherons de saint Lhomer venus de Corbion, Moutiers-au-Perche (Orne, canton de Rémalard), s’abritèrent d’abord à Patricliacus (localité non identifiée de l’Avranchin) sous la protection du roi breton Salomon en 872, mais l’effondrement de la puissance bretonne les contraignit à repartir en sens inverse vers le castrum de Blois, qui sera leur aboutissement final, non sans que certains débris ne partent vers 911-912 à destination de l’Auvergne (à Moissat, Puy-de-Dôme, canton de Vertaizon)18. Quand les Bretons ne s’en mêlèrent pas, les destinations furent très variées, de Montreuil-sur-Mer à Paris, de Reims à Angers, d’Orléans à Corbeil, sans oublier Rouen, refuge prolongé des évêques de Coutances (emportant saint Romphaire, saint Lô, des reliques de saint Fromond). Nulle région de Normandie n’a été prise dans un tel tourbillon. Le clergé y semble abandonné entre plusieurs fronts d’attaque ; là seulement on songea au refuge anglais d’outre-mer.

25Ces translations normandes, sauf peut-être celle de saint Marcouf à Corbény (en raison de ses liens imprévisibles avec le sacre royal capétien), n’ont pas atteint la notoriété historique, devenue presque classique, des déplacements de saint Philibert de Noirmoutier à Tournus ou de saint Martin de Tours. En dépit de leur obscurité relative, elles sont pourtant l’un des rares moyens qui permette parfois de percer le silence obstiné des « âges obscurs » des IXe et Xe siècles dans la province.

***

  • 19 Cf. L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en ordre de la hiérarchie épiscopale en Normandie (...)
  • 20 Comme celle qu’exprima si bien Adhémar de Chabannes dans son Chronicon (J. Chavanon (éd.), Paris, L (...)

26Au-delà de cette période, il nous faut évoquer brièvement un dernier aspect de la question. Lors de la naissance de l’État normand, l’Église faisait piètre figure : il lui manquait non seulement, hors de Rouen, une hiérarchie régulière19, mais surtout le prestige qui l’ornait encore au début du IXe siècle. Elle n’était plus l’Église des saints – les reliques de ceux-ci se trouvaient presque toutes en exil, et le peu qui en était resté sur place ne comptait guère (sauf saint Romain à Rouen et peut-être saint Aubert au Mont-Saint-Michel). L’obstination des clercs qui avaient emporté les corps saints à rester dans leurs lointains refuges était de plus comme une marque de défiance à l’égard des ducs, et de suspicion envers la sincérité de leur conversion20.

27L’ingéniosité des Normands trouva vite des remèdes à cette situation humiliante. Si certains nous semblent aujourd’hui d’une honnêteté discutable, l’esprit des clercs des XIe et ΧΙIe siècles n’eut pas pendant longtemps de scrupules à les admettre, même – et plutôt surtout – à propos de choses saintes : le caractère pieux du but recherché excusait les moyens, au moins jusqu’au triomphe de la papauté réformatrice.

  • 21 Cf. H. Pellerin, « Le culte de saint Ursin à Lisieux », Bulletin de la Société des antiquaires de N (...)

28La solution idéale, parfaitement légitime et toujours ardemment désirée – et cela jusqu’au XXe siècle – était le retour intégral, ou au moins fragmentaire, des reliques exilées. Malgré deux ou trois succès importants, obtenus par négociation (saint Romain et surtout saint Ouen) ou par ruse (les « martyrs » du Vexin), les résultats obtenus furent très insuffisants. On pouvait aussi se mettre à la recherche de reliques non normandes encore mal fixées pour les inviter à s’établir dans le duché : quelques reliques vinrent ainsi en possession des églises normandes ; tel est probablement le cas très suspect de saint Ursin de Bourges à Lisieux21. Cela ne rapporta guère.

  • 22 Au sujet des premiers, il faut recourir à la solide étude de l’abbé J.-B. Mesnel, Les Saints du dio (...)

29Puis on entreprit la prospection systématique des ressources hagiographiques qui pourraient subsister en Normandie : on retrouva de ci de là quelques ossements « égarés » lors des grands départs. C’était s’engager sur une voie bien dangereuse, l’authenticité de tels débris étant impossible à établir. L’idée s’avéra pourtant très fructueuse : on mit la main sur des corps saints entiers victimes d’un prétendu « oubli » et on les gratifia aussitôt d’un nom et d’une légende. Tantôt ces récupérations étaient localisées dans les vastes ruines d’un monastère célèbre (Jumièges, Fontenelle), tantôt dans quelque chapelle obscure des régions alors peu pénétrables du Bocage normand (Saint-Sever). Finalement, des clercs industrieux invoquèrent, à défaut de tout indice contrôlable, des révélations invérifiables ou de prétendus miracles, ne reculant pas devant de pures et simples falsifications ; il est difficile de ne pas qualifier ainsi les improbables histoires des « martyrs » d’Acquigny près de Louviers (Mauxe et Venerand) ou de Macé près de Sées (Raven et Rasiphe) ; leurs corps n’en furent pas moins l’objet de translations officielles22.

30Rares furent les lieux où l’on sut se contenter de reliques d’un genre plus humble, comme les brandea du temps jadis : fragments de tombes, comme à Graville-Sainte-Honorine, à Saint-Vigor-le-Grand ou à Saint-Gervais de Rouen), débris d’édifices (le toit des îles Saint-Marcouf venu par mer s’échouer à Fécamp), inscriptions (au Ham près de Valognes), etc. La dévotion pouvait s’en satisfaire, mais dans de tels cas, il n’y avait point lieu à translation.

  • 23 Texte édité par L. Musset, « Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les (...)
  • 24 Ibid., n° 30, p. 142.
  • 25 A. Poncelet (éd.), « Sanctae Catherinae translatio et miracula Rotomagensia », Analecta Bollandiana(...)
  • 26 Miracula sancti Nicolai in Normannia, édition dans le Catalogus Codicum hagiographicorum latinorum (...)

31Par ces procédés divers, l’Église normande parvint, en général vers le milieu du XIe siècle, à reconstituer son « capital hagiographique » (que l’on nous passe l’expression). Certes ce ne fut pas, du point de vue spirituel, son principal titre de gloire, mais c’est l’une de ses plus curieuses et parfaites réussites, due à l’appui constant de la dynastie ducale. Ce n’est que plus tard, surtout avec Guillaume le Conquérant, que l’on recourut à ce qui devint ensuite une pratique quasi universelle : acquérir au loin des reliques de saints personnages objets d’une dévotion générale, ou faire venir de Rome des ossements réputés saints tirés des catacombes : leur qualité, jusqu’au XIXe siècle, fut rarement suspectée. C’est ainsi que les plus illustres fondations du Conquérant durent se contenter de reliques sans aucun caractère normand : l’Abbaye-aux-Dames eut du bois de la Croix, des cheveux de Notre-Dame, des os d’Isaïe et de Samuel, de la barbe de saint Pierre, des cheveux des saints Denis, Rustique et Éleuthère, un doigt de saint Nicolas, de la « poudre » de saint Démétrius, du sang de saint Georges, etc.23. L’Abbaye-aux-Hommes, pour sa part, eut avant tout une ampoule du sang et une parcelle du bras de saint Étienne ainsi que des pierres de sa lapidation24. La plupart des fondations contemporaines faites par les grandes familles du duché n’eurent pas mieux. Cependant, les relations privilégiées de la Normandie dans le monde méditerranéen apparaissent parfois. Elles valurent à la Trinité-du-Mont de célèbres (et fort douteuses) reliques de sainte Catherine venues du Sinaï25 et aussi à Rouen, dès avant 1037, de médiocres reliques de saint Nicolas de Myre26. Le comble de l’excès fut sans doute atteint par l’abbaye de Castillon (Conches), qui prétendit (assez tard, il est vrai) détenir dans une châsse des reliques de quatre cent quarante-deux religieux de Jumièges morts en 684 !

  • 27 Sur le précieux sang de Fécamp, il y a peu à ajouter à la note du chanoine A. Legris, « Le précieux (...)
  • 28 Ce singulier épisode a été examiné par L. Musset, « Les sépultures des souverains normands », Cahie (...)

32La dernière et la plus symbolique citadelle des anciennes pratiques fut sans doute l’abbaye de Fécamp, chère entre toutes à la famille ducale. Non seulement on y note l’arrivée du toit de Saint-Marcouf à la fin du Xe siècle, celle de reliques de saint Taurin d’Évreux entre 1035 et 1058, de saint Fromond de Coutances avant la fin du XIe siècle, de saint Contest de Bayeux, qui furent objets d’une élévation en 1172 ; on y élabora au XIIe siècle la fameuse légende du précieux sang27, et surtout on y esquissa en 1162 une remarquable tentative pour assimiler deux tombes illustres qui se trouvaient effectivement à l’abbaye – celles des ducs Richard Ier (mort en 996) et Richard II (mort en 1026) – à des tombes saintes ! Le déplacement de leurs sépultures par le roi Henri II fut lié à une translation de reliques (sans doute infimes) des saints Contest, Flavien et Saëns, des saintes Afre, Perpétue et Geneviève. On parla, à propos des ducs, de châsses et de leur rôle possible comme intercesseurs28 !

  • 29 Nous nous sommes abstenus de renvoyer à la thèse de N. Herrmann-Mascard, Les Reliques des saints. F (...)

33Un seul pas ne fut jamais franchi : on n’osa pas assimiler à des corps saints ceux des victimes des Vikings, même quand il s’agissait d’évêques locaux (Baltfridus de Bayeux en 858, Lista de Coutances en 890), probablement pour ne pas ternir gravement, par un rappel trop appuyé de son passé païen, le prestige de la dynastie ducale, que d’ailleurs l’on portait si haut. Ici, les problèmes de l’histoire des translations viennent interférer avec ceux de l’histoire politique, tout comme avec ceux de l’histoire des dernières invasions et avec bien d’autres questions de l’histoire si mal connue de notre haut Moyen Âge29.

Notes

1 Le texte de base est édité par A. Poncelet dans Analecta Bollandiana, VIII, 1889, p. 402-407 : Translatio S. Gildardi Suessiones ; cf. Nithard, Historiae, II, 2, dans MGH, SS, II, p. 663.

2 Actes de Charles III le Simple, F. Lot et Ph. Lauer (éd.), Paris, 1940, n° LIII, p. 114-116 ; n° LVI, p. 120 ; n° LXXXVIII, p. 196.

3 Wace, Roman de Rou, A. J. Holden (éd.), Paris, 1971, t. II, p. 329, vers 391-393.

4 Ces vols ont fait l’objet d’études générales, avant tout celle de P. Geary, « Furta Sacra », Thefts of Relics in the Central Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 1978.

5 Authentiques de reliques provenant de l’ancien monastère de Notre-Dame de Chelles (VIIe-VIIIe siècles), découvertes par P. Laporte et publiées par H. Atsma et J. Vézin, Chartae latinae antiquiores, Dietikon et Zurich, t. XVIII, 1985, p. 84-108. Deux concernent saint Ouen de Rouen.

6 Guillaume de Malmesbury, De gestis regum Anglorum, W. Stubbs (éd.), Londres, Rolls Series, n° 90, 1887, t. I, p. 180.

7 Guillaume de Malmesbury, De Gestis Pontificum Anglorum, Ν. E. S. A. Hamilton (éd.), Londres, Rolls Series, n° 52, 1870, p. 419-420. Commentaire approfondi de Dom A. Wilmart, « Les reliques de saint Ouen à Cantorbéry », Analecta Bollandiana, LI, 1933, p. 285-292 ; cf. aussi L. Musset, « Les contacts entre l’Église normande et l’Église d’Angleterre de 911 à 1066 », Les Mutations socioculturelles au tournant des XIe-XIIe siècles (actes du colloque de l’abbaye Notre-Dame du Bec, Le Bec-Hellouin, 1982), Paris, CNRS, 1984, p. 67-84, surtout p. 73 et 83.

8 La documentation sur ce point se ramène à deux passages d’Aubry de Trois-Fontaines, Paulus Scheffer-Boichorst (éd.), MGH, SS, XXIII, p. 762 et 874. Il n’est nullement certain que Marcilly ait en 937 fait partie de la Normandie (peut-être du comté de Dreux) : nous sommes dans « le triangle de l’Avre » aux destinées longtemps incertaines. Rebais reçut en sens inverse des reliques de saint Évroult et de saint Ansbert (lequel ?) ; cf. M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vital, Oxford, Clarendon Press, 1969, t. III, p. 322.

9 Renvoyons une fois pour toutes à Ph. Lauer, « Les translations des reliques de saint Ouen », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1921, p. 119-136.

10 Translatio IIa. s. Audoeni, AASS, 24 août, 1867, p. 822-824.

11 L. D’Achery (éd.), Spicilegium (1675), t. XII, p. 611-621 ; voir aussi l’abbé O. Larue, « La translation des corps de saint Régnobert et de saint Zénon, textes et critique », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, LI, 1948-1951, p. 217-264, dont nous ne suivons pas toutes les opinions, exposées avec un singulier désordre, mais souvent judicieuses, notamment à propos des dates fournies par le document.

12 Voir L. Musset, « L’exode des reliques du diocèse de Sées au temps des invasions normandes », Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, LXXXVIII, 1970, p. 3-22 et Id., « Les premiers temps de l’abbaye d’Almenèches, des origines au XIIe siècle », in L’Abbaye d’Almenèches – Argentan et sainte Opportune, sa vie et son culte, Dom Y. Chaussy (dir.), Paris, Lethielleux, 1970, p. 11-36.

13 AASS, 3 septembre, p. 770-771 (Hérard) et Mabillon, Acta, III, 2, p. 220-230 (Aldhelm).

14 Cf. L. Musset, « Signification et destinée des domaines excentriques pour les abbayes de la moitié septentrionale de la Gaule jusqu’au XIe siècle », in Sous la Règle de saint Benoît, Genève, Droz, 1982, p. 167-182, qui recense de nombreux exemples normands.

15 Flodoard, Annales, année 968, Ph. Lauer (éd.), Paris, A. Picard et fils, 1905, p. 69.

16 Voir l’étude de synthèse toujours très utile, quoique rarement munie de références, du chanoine A. Legris, « L’exode des corps saints au diocèse de Rouen », Revue catholique de Normandie, XXVIII, 1919, p. 125-136, 168-174 et 205-221.

17 R. Rodière a jadis consacré tout un bon livre à ce sujet : Les Corps saints de Montreuil. Étude historique, Paris, A. Picard et fils, 1901.

18 Cf. L. Musset, « Autour de saint Lhomer et de Corbion », Annuaire de l’Association normande, CLII, 1994, p. 70-74, avec renvoi aux sources.

19 Cf. L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en ordre de la hiérarchie épiscopale en Normandie autour de 990 », in Papauté, Monachisme et Théories politiques, Mélanges M. Pacaut, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994, t. II, p. 563-573.

20 Comme celle qu’exprima si bien Adhémar de Chabannes dans son Chronicon (J. Chavanon (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1897, p. 139), quand il prétend que Rollon mourant faisait immoler cent chrétiens aux divinités païennes en même temps qu’il donnait cent livres d’or aux églises de son État. Le quasi-martyr de Guillaume Longue Épée en 942 ne suffit pas tout à fait à effacer cette suspicion.

21 Cf. H. Pellerin, « Le culte de saint Ursin à Lisieux », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, LVIII, 1965-1966, p. 175-212, qui résume l’état antérieur du dossier.

22 Au sujet des premiers, il faut recourir à la solide étude de l’abbé J.-B. Mesnel, Les Saints du diocèse d’Évreux, Évreux, Hérissey, 1917, t. V, Les Bienheureux Martyrs d’Acquigny, et à l’édition du texte de base, L’Inventio et Miracula sancti Volfranni (rédigé vers 1074-1087), par J. Laporte, Mélanges de la Société historique de Normandie, Paris, Picard et Rouen, Lestringant, 1938, XIVe série, 15, p. 33-34. Pour les saints Raven et Rasiphe, cf. B. de Gaiffîer, « Les saints Raven et Rasiphe vénérés en Normandie », Analecta Bollandiana, LXXXIX, 1961, p. 303-319.

23 Texte édité par L. Musset, « Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, XXXVII, n° 29, 1967, p. 141.

24 Ibid., n° 30, p. 142.

25 A. Poncelet (éd.), « Sanctae Catherinae translatio et miracula Rotomagensia », Analecta Bollandiana, XXII, 1903, p. 423-438. Nous laissons de côté les longues discussions que ce texte a soulevées.

26 Miracula sancti Nicolai in Normannia, édition dans le Catalogus Codicum hagiographicorum latinorum antiquiorum Saeculo XI qui asservantur in Bibliotheca Nationali Parisiensi, Bruxelles, Société des bollandistes, 1889-1893, t. II, 1890, p. 405-431, § 17 à la p. 414-415.

27 Sur le précieux sang de Fécamp, il y a peu à ajouter à la note du chanoine A. Legris, « Le précieux Sang de Fécamp », Revue catholique de Normandie, XXIV, 1915, p. 278-289.

28 Ce singulier épisode a été examiné par L. Musset, « Les sépultures des souverains normands », Cahiers des Annales de Normandie, n° 17, 1985, p. 22-23 et 32-33.

29 Nous nous sommes abstenus de renvoyer à la thèse de N. Herrmann-Mascard, Les Reliques des saints. Formation coutumière d’un droit, Paris, Klincksieck, 1975 : son objet est différent, sa méthode peu sûre et elle est entachée de multiples erreurs matérielles.

Auteur

Professeur émérite, Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540