Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

De l’hagiographie à l’histoire

Les saints irlandais en Normandie

Jean-Michel Picard

Texte intégral

  • 1 J. Colgan, Acta Sanctorum veteris et maioris Scotiae seu Hiberniae Sanctorum Insulae, Louvain, Éver (...)
  • 2 Sur l’œuvre des Irlandais en France et sur le continent, voir les nombreux articles de P. Grosjean, (...)
  • 3 J.-M. Picard, « L’Irlande et la Normandie avant les Normands (VIIe-IXe siècles) », Annales de Norma (...)

1Dans sa préface aux Acta Sanctorum Hiberniae, publiés à Louvain en 1645, le franciscain irlandais John Colgan rappelle à ses lecteurs que si l’Irlande est un pays célèbre dans le monde entier, c’est bien à cause de « la multitude presqu’infinie » de ses saints, qui lui ont donné de mériter le nom d’« Île des Saints »1. Sans doute faut-il voir dans cette remarque un trait d’exagération motivé par le désir de redonner du courage et de la fierté à ses compatriotes exilés à Louvain, Paris, Salamanque, Lisbonne ou Rome, mais il n’en demeure pas moins que le seul volume des Acta actuellement publié comprend deux cent soixante-dix vies de saints irlandais uniquement pour les trois premiers mois de l’année. On constate cependant qu’en dehors de l’Irlande, très peu de ces saints sont connus et célébrés. En France, le culte des saints irlandais est localisé dans les régions où la présence irlandaise a été particulièrement sentie aux époques mérovingiennes et carolingiennes2. En Île-de-France, Champagne et Franche-Comté, il s’agit essentiellement du culte de Colomban, diffusé par ses disciples à partir des années 630, auquel il faut ajouter celui de Fiachra (saint Fiacre). En France du Nord et en Picardie, on vénère encore Fursa, Foillán (saint Feuillen), Cilléne (saint Kilien) et Gobbán (saint Gobain). C’est sous l’influence des Irlandais de Péronne et de Fosses que les cultes de Patrice et Brigitte sont introduits en France du Nord avant la fin du VIIe siècle. En Bretagne, ce sont des saints importants comme Brendan et Colomban, ou moins connus comme Fingar, Rónán et Senán (saint Sané). Il ne s’agit certes pas d’une diffusion massive, mais les témoignages anciens et modernes sont suffisamment nombreux pour nous permettre de considérer que l’élément irlandais fait partie intégrante de l’histoire de ces régions. En revanche, on parle rarement de présence ou de culte des saints irlandais en Normandie, et ceci malgré la position centrale de cette région entre Bretagne, Île-de-France et Picardie. Il ne s’agit pourtant pas d’un désert : le témoignage des manuscrits et textes médiévaux ainsi que les dédicaces d’églises et de paroisses fournissent quelques indices qui nous invitent à aller au delà de l’apparence et à voir si le sable ne recouvre pas un paysage ancien plus proche de celui des contrées avoisinantes. J’ai déjà examiné ailleurs le témoignage des maigres sources mérovingiennes et carolingiennes et j’y ai relevé les références à une présence irlandaise dans la région à la fois dans les milieux francs et bretons3. Je propose maintenant d’étudier les sources normandes des XIe et XIIe siècles et de comparer la situation avant et après les invasions Scandinaves pour voir dans quelle mesure les bouleversements du IXe siècle ont affecté la diffusion du culte des saints irlandais de l’époque mérovingienne (cf. carte).

Saints irlandais en Normandie : noms de lieux mentionnés dans le texte

Saint Colomban (23 novembre)

  • 4 Vita Filiberti, chap. 8, W. Levison (éd.), MGH, SRM 5, 1910, p. 583-604.
  • 5 Gesta Abbatum Fontanellensium, chap. 13, F. Lohier et J. Laporte (éd.), Rouen, Lestringant et Paris (...)
  • 6 Vita Wandregiseli, chap. 1 et 2, B. Krusch (éd.), MGH, SRM 5, 1910, p. 13-24.
  • 7 Il s’agit du groupe A2b de l’édition de B. Krusch, Ionae vitae sanctorum Columbani, Vedastis, Johan (...)
  • 8 Namur 15 (XIIe siècle), provenant de Saint-Hubert en Ardennes ; Bruxelles 18018 (XIIe siècle), prov (...)

2Le culte de Colomban (615) fut introduit très tôt en Normandie. J’ai évoqué dans une autre communication le passage du saint irlandais par Coutances et Rouen lors de son périple de l’année 610. Au siècle suivant, il était vénéré à Saint-Wandrille et à Jumièges. Écrivant vers 750, l’auteur de la Vita Filiberti nous donne une idée de la place importante de Colomban à Jumièges quand il décrit les bâtiments du monastère. Alors que saint Denis, saint Germain, saint Pierre et saint Martin sont vénérés dans de petits oratoires, probablement anciens, les autels de saint Colomban et de saint Jean se trouvent avec le tombeau du fondateur dans la grande église en forme de croix dédiée à la Vierge4. Nous savons aussi par la Geste des Abbés de Fontenelle que la bibliothèque de l’abbaye possédait à la même époque une Règle de Colomban, offerte par l’abbé Wandon (754)5. La destruction de Jumièges par les Vikings en 851 a fait disparaître les manuscrits et objets de culte qui auraient pu nous renseigner mieux sur la tradition colombanienne pendant cette période primitive. Il faut attendre le XIe siècle pour avoir de nouveau des traces de l’intérêt porté à Colomban dans les abbayes normandes. C’est à partir de cette époque qu’apparaissent en Normandie des exemplaires de la Vita Columbani de Jonas de Bobbio. Les manuscrits sont les suivants : Rouen 1333 (XIe siècle) et Rouen 1399 (XIIe siècle), tous deux provenant de Jumièges ; Rouen 1404 (XIIe siècle), provenant de Fécamp ; Rouen 1410 (XIIIe siècle), provenant de Saint-Ouen de Rouen. Il faut y ajouter les références à la Vita Columbani que l’on trouve dans deux catalogues du XIIe siècle : celui de Fécamp (Paris, lat. 1928, f° 180) et celui de Saint-Évroult (Paris, lat. 10062, f° 80 v°). Nous savons que la Vita Columbani était connue en Normandie avant les invasions Scandinaves puisque l’auteur de la Vie de saint Wandrille l’utilise dans son œuvre6. En revanche, nous ne pouvons pas savoir si les textes des XIe et XIIe siècles sont des copies de versions déjà en circulation en Normandie à l’époque carolingienne ou s’il a fallu importer de nouveaux manuscrits. Je me contenterai de faire deux remarques. La première, c’est que tous les manuscrits provenant des abbayes normandes appartiennent à une seule et même famille dans le stemma de la tradition manuscrite de la vita7. Il ne s’agit donc pas d’influences multiples, mais d’un apport initial suivi d’échanges entre voisins. La seconde remarque, c’est que les autres manuscrits appartenant à ce groupe proviennent du Hainaut, qui est le lieu d’origine de la diffusion de la Vita Columbani en Europe du Nord8. Je reparlerai plus tard du lien entre cette région et la Normandie, qui apparaît dans la tradition manuscrite des vies d’autres saints irlandais.

  • 9 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, Oxford, Clarendon Press, 1969-198 (...)
  • 10 M. Chibnall, « The Merovingian Monastery of St. Évroul in the Light of Conflicting Tradition », in (...)
  • 11 Vita primitiva Ebrulfi, M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis..., vol. 1 (...)
  • 12 M. Chibnall, The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis..., vol. 4, p. 326-336.
  • 13 Orderic Vital, Historia Ecclesiastica (cité désormais HE), VIII, 27 (vol. 4, p. 334) : Ipsi reor be (...)
  • 14 Ibid. : Qualis predictus doctor ante Deum et homines quantusque fuerit, liber vitae eius signis ple (...)

3Pour compléter le témoignage des manuscrits, l’Histoire ecclésiastique d’Orderic Vital nous montre la place que pouvait tenir Colomban dans les mentalités du XIIe siècle. Écrivant à Saint-Évroult entre 1114 et 1141, Orderic ne semble pas avoir connu la vie primitive du fondateur de son abbaye, qui fut très vraisemblablement écrite au VIIIe siècle. Marjorie Chibnall, qui a édité ce texte9, a déjà souligné le caractère colombanien de la spiritualité et du mode de vie d’Évroul (706)10. Dans cette vie, il est clairement dit que saint Évroul connaissait non seulement les usages romain, gallican et bénédictin, mais aussi le cycle irlandais des heures, c’est-à-dire celui de saint Colomban11. Si Orderic avait connu cette vie, il aurait certainement mentionné l’influence colombanienne dans les chapitres concernant Évroul, car ailleurs dans l’Histoire ecclésiastique, il ne cache pas son admiration pour saint Colomban. Un passage particulièrement significatif se trouve au livre VIII (chapitre XXVII), où Orderic présente les fondateurs des nouveaux ordres monastiques, Bernard de Tiron et Vital de Savigny12. Il ajoute à la fin du chapitre qu’il a présenté ces réformateurs modernes pour le bénéfice de la postérité, mais qu’il ne pense pas qu’ils soient meilleurs que les maîtres anciens et en particulier Colomban. Il rappelle alors que Colomban était irlandais, qu’il fonda Luxeuil et Bobbio, qu’il fut le premier à transmettre à la Gaule une règle monastique inspirée par l’Esprit saint et que sa réputation est justifiée par de nombreux signes et miracles. Il fut aussi le maître d’Eustase de Luxeuil, Agile de Rebais, Faron de Meaux, Orner de Boulogne, Filibert de Jumièges et ce furent ces disciples qui créèrent sous l’influence de saint Maur une règle mixte, essentiellement bénédictine mais conçue « de façon à ce qu’ils n’aient pas à rejeter les préceptes de leur maître, le bienveillant Colomban »13. Et pour finir, Orderic cite ses sources : il connaît la Vita Columbani, ce qui confirme ce que nous savons par le catalogue du XIIe siècle de l’abbaye de Saint-Évroult, mais il a utilisé aussi les vies de saint Ouen, de saint Éloi et « d’autres hommes qui furent instruits par lui et qui, par ses enseignements, s’élevèrent au comble des vertus »14. Ces vies sont probablement celles des saints qu’il a mentionné plus haut – Eustase, Agile, Faron, Orner et Filibert –, vies qui mentionnent toutes saint Colomban. Outre le témoignage d’un travail de recherche personnel, ce passage confirme donc que, dans la première moitié du XIIe siècle, l’abbaye de Saint-Évroult était en possession de la majorité des sources hagiographiques carolingiennes concernant Colomban.

Saint Columba (9 juin)

  • 15 Voir J.W. Smit, Studies on the Language and Style of Columba the Younger, Amsterdam, Hakkert, 1971, (...)
  • 16 Metz, Bibliothèque du Grand Séminaire, 1 (IXe siècle), f° 1-79 ; Paris, BNF, ms. lat. 5308 (ΧΙIe si (...)
  • 17 Le Mans 217 (XIe siècle), f° 102 v°-106 v° ; Paris, BNF, ms. lat. 5323 (XIIIe siècle), f° 133-140.

4Le succès de Colomban en Europe continentale a sans doute obscurci la renommée de saint Columba (597), l’un des trois saints patrons de l’Irlande et le premier des grands peregrini irlandais, qui quitta sa patrie pour fonder le monastère d’Iona en 563. Rappelons que si le nom de Columbanus s’est imposé dans la tradition continentale, le nom original du fondateur de Luxeuil était aussi Columba15, et qu’à l’époque de son départ de Bangor en 590, son homonyme plus âgé était déjà un personnage important, dont la paruchia monastique s’étendait du Sud-Est de l’Irlande à l’Écosse. Les premières productions hagiographiques concernant Columba l’ancien, ou pour lui donner son nom irlandais Colum Cille, ont disparu, mais nous avons conservé une importante Vita Columbae, écrite pour le centenaire de la mort du saint par l’abbé Adomnán (704). Ce texte circule dans les milieux irlandais du continent dès le VIIIe siècle et, par le relais de Saint-Gall, est diffusé surtout en Allemagne, en Suisse et en Autriche. En France, il n’est représenté que par cinq manuscrits : trois provenant de la région de Metz16, et les deux autres de l’Ouest de la France17. Dans les manuscrits messins, la confusion entre les deux Columba est manifeste et la révision du texte d’Adomnán apparaît en tant que Vita Columbani. Il est donc intéressant de trouver dans le catalogue du XIIe siècle de Saint-Évroult mention d’une Vita sancti Columbae. Ici encore les confusions de noms ne facilitent pas le travail du chercheur. Il est toujours possible qu’une Vita Columbae soit une vie de sainte Colombe de Sens, dont le culte est très largement répandu en France. Fort heureusement, le rédacteur du catalogue de Saint-Évroult a écrit en toute lettres la terminaison du mot sancti, ce qui élimine l’équivoque masculin/féminin.

5Orderic Vital confirme que ce saint irlandais était connu à Saint-Évroult au XIIe siècle. Faisant le portrait de la future sainte Marguerite d’Écosse (1093), il rappelle que c’est cette reine qui restaura le monastère d’Iona :

  • 18 HE, VIII, 22 (vol. 4, p. 272) : Inter caetera bona quae nobilis hera fecerat, Huense cenobium quod (...)

Parmi les autres bonnes œuvres que la noble dame fit, elle reconstruisit le monastère d’Iona que le serviteur du Christ Columba avait édifié au temps de Bruide fils de Meilocon, roi des Pictés, mais qui était tombé en ruines à cause du ravage des guerres et de sa longue ancienneté et, en faisant aux moines des dons adéquats pour son entretien, la pieuse reine le restaura à l’usage divin18.

  • 19 W. Reeves, The Life of St. Columba, Founder of Hy, Written by Adamnan, Dublin et Edimbourg, Irish A (...)
  • 20 Londres, BL, Add. ms. 35110 (c. 1165), f° 96 v°-143 ; Londres, BL, Cotton. Tib. D3 (c. 1180), f° 19 (...)
  • 21 J. Laporte, « Tableau des services obituaires assurés par les abbayes de Saint-Évroult et de Jumièg (...)
  • 22 Voir J.-P. Brunterc’h, « Le duché du Maine et la marche de Bretagne », in H. Atsma, La Neustrie. Le (...)

6En revanche, Orderic ne semble pas savoir que c’est sur l’ordre du fils de la reine Marguerite, Alexandre Ier (1107-1124), que fut copié l’exemplaire de la Vita Columbae d’Adomnán qui est à l’origine de la tradition manuscrite anglaise19. Les trois manuscrits qui ont survécu proviennent de la région de Durham20. Bien qu’Orderic ait été contemporain du renouveau d’intérêt pour la Vita Columbae en Angleterre, je ne pense pas qu’il faille nécessairement supposer une origine anglaise pour le manuscrit perdu de Saint-Évroult. Le Liber memorialis de Saint-Évroult donne une liste d’environ quatre-vingts monastères et couvents liés dans une même union de prières21. La douzaine de monastères anglais qui font partie de ce groupe avant 1130 se situent tous dans la moitié sud de l’Angleterre, alors que Durham se trouve tout à fait au nord, dans la zone encore contrôlée par les rois d’Écosse à l’époque d’Orderic. En revanche, la liste des monastères de l’Anjou et du Maine comprend le monastère de Saint-Pierre-de-la-Couture, qui possédait un manuscrit de la Vita Columbae à la fin du XIe siècle, quand fut rédigé le grand légendier formé par les manuscrits 214, 217 et 227 de la bibliothèque municipale du Mans. Néanmoins, en l’absence d’un texte concret, il nous faut renoncer à établir l’origine de la Vita Columbae de Saint-Évroult. Remarquons seulement que les contacts entre Bretagne, Maine et Normandie, qui sont bien attestés depuis l’époque carolingienne22, avaient créé une zone d’échanges réciproques en hommes et en manuscrits qui a pu favoriser la circulation de la Vita Columbae d’Adomnán. Il est aussi possible que le texte soit venu directement de l’est de la France.

Sainte Brigitte (1er février)

  • 23 Sur les rapports entre ces monastères, voir J.-M. Picard, Ireland and Northern France..., p. 27-52.
  • 24 C. Hoex, Enquête sur le culte et l’iconographie de sainte Brigide d’Irlande en Wallonie, Bruxelles, (...)

7Le culte de sainte Brigitte (535) fut diffusé en France par l’intermédiaire des Irlandais de Péronne et de Fosses et de leurs amis et associés à Nivelles et à Saint-Amand23. Cette sainte irlandaise – qu’on ne confondra pas avec sainte Brigitte de Suède (1303-1373) – vivait en Irlande à la fin du Ve-début du VIe siècle et fonda le monastère de Kildare. Le culte qui s’est développé au cours des siècles suivants a associé au personnage de Brigitte certains des attributs de la déesse païenne celtique du même nom (Brigte) et la fête de sainte Brigitte (1er février) correspond exactement au festival d’Imbolg, qui célébrait le retour du printemps chez les Celtes. Ceci explique les attributs solaires de Brigitte ainsi que ses pouvoirs sur les plantes et les animaux. C’est en tant que protectrice du bétail que, de nos jours encore, sainte Brigitte est vénérée en Wallonie, où son culte s’étend à quelque cent vingt églises et chapelles24. À l’Ouest, on la trouve célébrée en Bretagne armoricaine. Le texte le plus ancien qui nous soit parvenu relatant la vie de la sainte fut écrit vers 650 par l’irlandais Cogitosus, moine au monastère de Kildare. Aucun manuscrit de cette Vita Brigitae n’a survécu en Irlande. La centaine de manuscrits qui nous a été transmise est d’origine continentale, y compris les copies insulaires, qui sont dérivées d’un légendier originaire de France du Nord ou de Belgique. Le manuscrit le plus ancien vient de Saint-Amand et date du IXe siècle. Ce texte est connu en Normandie à partir du XIe siècle. Les témoins sont les suivants : Paris, Bibliothèque Mazarine, 1711 (XIe siècle), provenant de Saint-Ouen de Rouen ; Rouen 1384 (XIe siècle), provenant de Jumièges ; Rouen 1401 (XIIIe siècle), provenant de Jumièges ; Paris, lat. 5352 (XIIIe siècle), provenant de Bonport.

  • 25 Paris, BNF, ms. lat. 2999 (IXe siècle), provenant de Elnone/Saint-Amand ; Berlin, Staatsbibliothek, (...)
  • 26 Reims 296 (IXe-Xe siècles), provenant de Saint-Thierry de Reims ; Orléans 331 (280) (Xe siècle), pr (...)
  • 27 Trêves, Stadtbibliothek, 1152/776 (XIIe siècle), provenant de Saint-Matthias ; Trêves, Priestersemi (...)
  • 28 Munich, CLM 22 240, (XIIe siècle), provenant de Windberg.
  • 29 Londres, BL, Cotton. Nero El (c. 1000), provenant de Worcester ; Oxford. Bodleian Library, Fell 4 ( (...)
  • 30 W. Levison, « Conspectus codicum hagiographicum », MGH, SRM 7, 1920, p. 529-706, en particulier p.  (...)
  • 31 Vita Brigitae, 12, 2 : ac Salvatoris nostri exemplo. L’abréviation pour nostri(...)
  • 32 Le Havre 330 (XIIe siècle ; c. 1120), provenant de Winchester, f° 73.
  • 33 Pour la Vita Brigitae, Orléans 331 est la source des manuscrits suivants : Paris, BNF, ms. lat. 378 (...)

8Les deux manuscrits du XIe siècle sont d’origines différentes. Le manuscrit de Saint-Ouen de Rouen présente un texte proche de l’original hiberno-latin et appartient à une famille codicologique (type α) dont les autres membres proviennent de Saint-Amand, Marchiennes, Saint-Ghislain, Stavelot, la région de Münster25, mais aussi Reims, Corbie et Orléans26. Le manuscrit de Jumièges appartient à une autre famille de manuscrits (type β) caractérisée par une lacune importante au début du chapitre 31. Le plus ancien témoin de cette famille est Cambrai 865 (Xe siècle), originaire de Saint-Sépulchre à Cambrai. Cette version du texte se retrouve dans le Paris, lat. 10862 (Xe siècle), qui provient d’Echternach, dans les légendiers rhénans27 et dans le légendier de Windberg28. On la trouve aussi dans deux manuscrits anglais du XIe siècle issus d’un même légendier insulaire : Cotton. Nero E1 (début du XIe siècle), originaire de Worcester29, et Fell 4 (fin du XIe siècle), provenant de Salisbury. Wilhelm Levison a déjà montré que ce légendier anglais a été compilé à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle à partir de manuscrits provenant de Flandre ou de France du Nord30. Compte tenu des rapports étroits entre l’Angleterre et la Normandie, il convenait d’étudier plus en détail les relations entre le manuscrit de Jumièges et les manuscrits anglais. Jumièges n’est pas dérivé des légendiers anglais et se rapproche souvent des manuscrits continentaux. Il semble même, d’après une variante de ces deux manuscrits correspondant à une érasure dans le manuscrit de Jumièges, que leur modèle soit passé par la Normandie, mais ce seul indice n’est pas suffisant pour établir une filiation31. Le mouvement peut avoir eu lieu dans les deux sens. Il est clair par exemple qu’à Saint-Wandrille la seule trace d’une commémoration de sainte Brigitte se trouve dans le contexte d’un sanctoral anglais : celui du célèbre missel de Winchester32. Quel qu’ait été le sens de l’échange, la Normandie semble avoir joué un rôle de pivot dans la transmission du texte de la Vita Brigitae. Ceci nous est confirmé par le manuscrit Orléans 331 (Xe siècle), qui provient du scriptorium de Fleury-sur-Loire. Dans ce codex, le texte de la Vita Brigitae appartient à la famille α – celle du manuscrit de Saint-Ouen de Rouen (Mazarine 1711) –, mais les variantes de la famille β – celle du manuscrit de Jumièges (Rouen 1484) – ont été rajoutées en interlignes. C’est sous cette forme corrigée qu’Orléans 331 sera emprunté et copié par les rédacteurs des légendiers angevins/manceaux du XIe siècle33. Nous constatons donc qu’aux environs de l’an mil le rédacteur de Rouen 1484 et le correcteur d’Orléans 331 ont eu accès au même manuscrit ou à des copies fidèles de celui-ci et qu’à la même époque on compile un légendier anglais qui utilise un manuscrit semblable. La nature de la datation codicologique nous empêche d’être plus précis : il faut se contenter d’évaluations en quarts de siècles alors que tous ces échanges et travaux ont pu aisément se réaliser en moins de dix ans. Il est cependant plausible de penser que, placées entre Orléans et l’Angleterre, les abbayes normandes étaient dans une position idéale pour servir de relais.

  • 34 F. Dolbeau, « Notes sur la genèse et sur la diffusion du Liber de Natalitiis », Revue d’histoire de (...)
  • 35 Paris, BNF, ms. lat. 5297 (ΧΙΙIe siècle), provenant de Foucarmont ; Paris, BNF, ms. lat. 17004 (XII(...)
  • 36 F. Dolbeau, « Notes sur la genèse et sur la diffusion du Liber de Natalitiis »..., p. 155, n° 17 et (...)
  • 37 Ibid., p. 154-155, n° 15.
  • 38 J. Van der Straeten, Les Manuscrits hagiographiques d’Orléans, Tours et Angers avec plusieurs texte (...)

9En ce qui concerne les deux autres manuscrits normands de la Vita Brigitae, le Rouen 1401 a été copié tout d’abord sur l’autre manuscrit de Jumièges (Rouen 1384) jusqu’au chapitre 3 de la Vita, puis sur le manuscrit de Saint-Ouen avec quelques emprunts au précédent. Au XIIIe siècle encore, on était donc conscient de l’existence de deux versions de la Vita, et le rédacteur a effectué un travail d’édition en utilisant un meilleur manuscrit emprunté à une abbaye voisine. Quant au manuscrit de Bonport, c’est un exemplaire du Liber de Natalitiis cistercien34. Par son contenu, ce volume doit être rapproché de deux autres exemplaires du Liber de Natalitiis originaires des abbayes du Val, près de l’Isle-Adam, et de Foucarmont en Seine-Maritime35. Comme le manuscrit de Foucarmont se trouve amputé de ses feuillets extérieurs, la Vita Brigitae, qui est le premier texte du volume II du Liber de Natalitiis, est absente, mais il y a tout lieu de croire que Foucarmont possédait une Vita Brigitae identique à celle des deux autres manuscrits. Le texte que nous ont transmis les manuscrits de Bonport et du Val a été copié sur le Paris, lat. 5318, dont l’origine est encore inconnue mais que les bollandistes désignent sous le nom de Codex Normannicus36. La preuve la plus patente est l’omission d’une longue phrase au chapitre 32 de la Vita, qui correspond à une érasure dans le lat. 5318. La tradition manuscrite de la Vita Brigitae permet donc d’éliminer les doutes concernant la dépendance possible du lat. 5318 sur le Liber de Natalitiis. Notons pour finir que le Codex Normannicus doit son nom au fait qu’il appartenait à la collection Bigot, mais qu’il vient probablement d’Anjou ou du Maine. Nous savons qu’il était identique au manuscrit perdu de Saint-Melaine de Rennes37 et du moins pour la Vita Brigitae il faut le rapprocher d’Angers 807 (XIIe siècle), originaire de Saint-Serge d’Angers38.

Saint Fursa (16 janvier)

  • 39 B. Krusch (éd.), « Vita virtutesque Fursei », MGH, SRM 4, p. 429-430 et 434-440.
  • 40 Cambrai 864 (XIe siècle), provenant de Cambrai ; Londres, BL, Cotton. Mero E1 (début du XIe siècle) (...)
  • 41 Rouen 1400 (XIe siècle), provenant de Fécamp, f° 42-44 v°.
  • 42 Rouen 1467 (XIIe siècle), provenant de Saint-Évroult ; cf. Bède, Historia Ecclesiastica, III, 19.
  • 43 Voir J. Vezin, Les Scriptoria d’Angers au XIe siècle, Paris, Champion, 1974, p. 53-55.
  • 44 Paris, BNF, ms. lat. 5291 (XIIIe siècle), provenant de Foucarmont, f° 79 v°-83.

10On pouvait s’attendre à trouver en Normandie des traces de saint Fursa (649), dont le culte est bien attesté dans les régions avoisinantes de Picardie et d’Ile-de-France. La vie la plus ancienne de ce saint fut écrite vers 670 par un moine irlandais du monastère double de Nivelles et a survécu sous diverses formes dans plus de cent cinquante manuscrits latins, sans compter les diverses adaptations françaises, italiennes et allemandes. Elle circule en Normandie à partir du XIe siècle dans une version qui correspond au texte du groupe B2 de l’édition de Bruno Krusch (BHL 3210)39. Elle semble avoir suivi les mêmes chemins que la Vita Brigitae de Cogitosus : on la trouve en effet dans les manuscrits Paris, Bibliothèque Mazarine 1711 (XIe siècle), provenant de Saint-Ouen, et Rouen 1384 (XIe siècle), provenant de Jumièges, dont nous venons de parler. Comme dans le cas de la Vita Brigitae, le texte du manuscrit de Jumièges est très proche d’une part de Cambrai 864 (XIe siècle) et d’autre part de Cotton. Nero E140. Fécamp possédait aussi un exemplaire de cette même version41. Quand à Saint-Évroult, il s’y trouvait une Narrado de sancto Furseo inspirée du récit de Bède (BHL 3212)42. Je n’ai pas inclus dans cette liste Rouen 1381 (XIe siècle), qui contient un texte de type A de la Vita Fursei, mais qui provient de Saint-Serge d’Angers43. À la fin du XIIe siècle, il circule dans les milieux cisterciens une autre version de la Vita Fursei (BHL 3209), qui a été copiée dans le légendier de Foucarmont44.

Saint Cilléne = Kilian (8 juillet)

  • 45 Paris, BNF, ms. lat. 10062, f° 80 v°, n° 121.
  • 46 J. Colgan, Acta sanctorum Hiberniae..., t. 1, p. 331.
  • 47 B. Krusch, MGH, SRM 5, p. 173-174.
  • 48 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Weissenburg 81 (VIIIe siècle, c. 772).
  • 49 W. Levison, MGH, SRM 5, p. 711-728.
  • 50 HE, IV, 18 (vol. 2, p. 352-354) : Hic fuit natione Teutonicus, geminaque scientia pleniter imbutus (...)
  • 51 G. Nortier, Les Bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines de Normandie, Caen, Caron, 1966, (...)

11La bibliothèque de Saint-Évroult possédait au XIIe siècle le texte d’une Passio sancti Kiliani45. Ce volume a dû disparaître assez tôt de la bibliothèque puisque ce titre a été barré. Dans les Acta Sanctorum Hiberniae, John Colgan ne compte pas moins de seize saints du nom de Kilian ayant vécu aux VIIe et VIIIe siècles46. En France du Nord, on célèbre saint Kilian d’Aubigny, qui fit partie du cercle des disciples colombaniens de Faron de Meaux (672) et qui fut l’un des apôtres de l’Artois47. C’est probablement ce Kilian, appelé aussi Chilien, qui est célébré à deux reprises, le 21 et le 24 janvier, dans le martyrologe dit « de Fontenelle ». L’influence de Bainus, évêque de Thérouanne, qui fut abbé de Fontenelle de 699 à 706, pourrait expliquer la commémoration de ce saint à Saint-Wandrille au VIIIe siècle. Mais ici, l’emploi du terme Passio ne nous laisse aucun doute : il s’agit de saint Kilian de Würzbourg, assassiné en 689. Il est lui aussi commémoré dans la recension dite « de Fontenelle » du martyrologe hiéronymien à la date du 8 juillet, mais la présence du martyr de Würzbourg est peut-être due au contexte bavarois du témoin manuscrit48. Deux passions de Kilian furent écrites au IXe siècle et ont été transmises dans de nombreux manuscrits49. C’est probablement l’un de ces textes que posséda pendant un temps Saint-Évroult. Plutôt qu’à une tradition ancienne, il faut peut-être attribuer cet intérêt pour l’apôtre de la Franconie à la présence de l’Allemand Ainard, abbé de Saint-Pierre-sur-Dives entre 1046 et 1078, et aux rapports étroits entre ce monastère et Saint-Évroult. Dans les pages qu’il consacre à Ainard, Orderic Vital nous dit que cet homme, exceptionnel par sa sainteté et sa science des lettres et de la musique, composa d’admirables chants et antiphons et en particulier les offices de Kilian de Würzbourg et de sainte Catherine50. Le successeur d’Ainard fut Foulque de Guernanville (1078-1092, puis 1099-1106), prieur de Saint-Évroult, qui garda avec lui quatre moines de cette abbaye pour s’occuper du scriptorium et de la liturgie à Saint-Pierre-sur-Dives. Si nous suivons l’interprétation du catalogue de Saint-Évroult donnée par Geneviève Nortier51, nous constatons que la mention de la Passio Kiliani (n° 121 du catalogue) s’inscrit dans la série d’additions faites du temps d’Orderic. Il est donc possible que nous ayons là un intérêt localisé qui ne semble pas avoir duré beaucoup plus d’un siècle. En effet, Kilian n’est commémoré dans aucun autre légendier ou missel provenant de Normandie. Quant à l’apôtre de la Morinie, saint Kilian d’Aubigny, sa trace disparaît après le VIIIe siècle.

Saint Saëns < Sidonius < Setna (15 novembre)

  • 52 Vita secunda Audoeni, 32 : multi etiam venerabiles viri et Deo devoti una cum illo ire gaudebant ; (...)
  • 53 Vita Filiberti, 37 et 42, W. Levison (éd.), MGH, SRM 5, p. 583-604.

12On a souvent mis en doute l’origine irlandaise du fondateur du monastère de Saint-Saëns en Seine-Maritime, principalement parce que le nom Sidonius ne fait guère irlandais. En fait, les formes latines Sidonius et Sedonius sont utilisées dans les sources hiberno-latines pour rendre le prénom irlandais Setna. C’est un nom ancien qui n’est pas rare en Irlande dans les généalogies, les martyrologes et les vies de saints. Trois sources carolingiennes mentionnent la présence d’un Sidonius dans l’entourage de Filibert de Jumièges (684), de Leufroi (c. 735) et des évêques de Rouen, Ouen (684) et Ansbert (690), sur une période d’une vingtaine d’années entre 670 et 690. La Vita secunda Audoeni, qui date du IXe siècle, mentionne au nombre des compagnons qui accompagnent saint Ouen à Rome un Sidonius « de race irlandaise, le fondateur d’un monastère que, par métonymie, on appelle maintenant Saint-Saëns »52. La Vita Filiberti, qui date d’environ 750, mais qui fut remaniée au IXe siècle, révèle que le cellérier de Filibert à Noirmoutier s’appelle Sidonius et qu’à cette époque ce sont des navires irlandais qui ravitaillent le monastère en habits et chaussures53. La Vita Leutfredi, composée au IXe siècle, parle longuement de Sidonius et de son influence sur Leufroi :

  • 54 Vita Leutfredi, 8, W. Levison (éd.), MGH, SRM 7, p. 1-18 : Audita fama beati Sydonii, vir Dei Leutf (...)

Ayant entendu parler de la renommée du bienheureux Saëns, l’homme de Dieu Leufroi arriva sans tarder à la ville de Rouen, où notre homme de Dieu, Saëns, originaire d’Irlande, une île de Bretagne, était tenu pour vénérable par l’éclat de ses vertus54.

  • 55 Chanoine A. Legris, « Vie de saint Saëns, abbé au diocèse de Rouen, VIIe siècle », Analecta Bolland (...)

13En dépit des critiques de Levison sur l’exactitude historique de ces vies, elles confirment que dès le IXe siècle la tradition hagiographique de l’Irlandais Sidonius est solidement ancrée dans le diocèse de Rouen. Deux vies de saint Saëns seront composées par la suite, l’une à la fin du Xe siècle et l’autre au XIIe siècle, et continueront de mentionner l’origine irlandaise du saint55. De son propre aveu, Orderic Vital connaissait l’une de ces vitae :

  • 56 HE, V, 9 (vol. 3, p. 62) : Sidonius quoque et Ribertus, Geremarus, Leudfredus aliique plures monach (...)

Saëns ainsi que Ribert, Germer, Leufroi et un bon nombre d’autres moines étaient actifs dans le diocèse de Rouen et toutes leurs bonnes œuvres furent favorisées par le zèle et l’aide du vénérable archevêque Ouen, comme les fervents lecteurs peuvent clairement l’observer dans leurs vies56.

Saint Ædán (31 août)

  • 57 Manuscrits : Rouen 296 (XIIe siècle), Rouen 297 (XIIe siècle), Rouen 299 (XIIIe siècle).
  • 58 Voir C. Plummer, Venerabilis Bedae Opera Historica, Oxford, Clarendon Press, 1896, 2 vol., vol. 2, (...)
  • 59 Vita Oswini, Société des bollandistes (éd.), AASS, 4 août, col. 57-66.
  • 60 Paris, BNF, ms. lat. 10837 (VIIIe siècle).

14Ancien moine du monastère de Columba à lona, Ædán avait fondé vers 635 le monastère de Lindisfarne à la demande du roi Oswald de Northumbrie. Aucune vie ancienne de ce saint ne nous est parvenue et tout ce qui a été écrit sur lui dérive de l’Histoire ecclésiastique de Bède. En Normandie, il est commémoré dans les missels de Jumièges copiés aux XIIe et XIIIe siècles57. Son culte est probablement ancien : le sanctoral de Jumièges comprend les saints mérovingiens locaux – Filibert et Aycard de Jumièges, Ouen, Wandrille et Taurin –, les saints insulaires célébrés dans la région depuis le VIIe siècle – Samson et Colomban – et trois saints northumbriens du VIIe siècle : Oswald (642), Aidán (651) et Wilfrid (709). Il ne contient ni les saints bretons ni les saints anglosaxons célébrés dans le Sud de l’Angleterre aux Xe et XIe siècles. En dehors de l’Angleterre et de l’Irlande, la mémoire de Wilfrid et d’Oswald a surtout été préservée en Flandre et à l’est du Rhin58, mais Ædán semble avoir été oublié très tôt : le rédacteur de la Vita Oswini reflète les mentalités en Angleterre au XIIe siècle, en mettant en scène un prêtre qui connaît un peu la légende d’Oswin, mais qui n’a jamais entendu parler de saint Ædán59. La mention du groupe Oswald/Ædán/Wilfrid évoque un contexte carolingien : on les trouve en effet réunis dans le Calendrier de Willibrord écrit au VIIIe siècle à Echternach dans un milieu hiberno-saxon60.

Saint Brendan (16 mai)

  • 61 BHL 1442 ; voir J. F. Kenney, The Sources for the Early History of Ireland Ecclesiastical, New York (...)
  • 62 BHL 1436-1439 ; Navigatio Sancti Brendani Abbatis from Early Latin Manuscripts, C. Selmer (éd.), No (...)
  • 63 BHL 1440-1441 et 1446.
  • 64 C. Selmer, « The Vernacular Translations of the Navigatio Sancti Brendani : A Bibliographical Study (...)
  • 65 Etat des recherches sur la question et bibliographie dans S. Mac Mathúna, « Contributions to a Stud (...)

15Au XIIe siècle, Saint Brendan de Clonfert (577) était devenu l’un des saints irlandais les plus connus sur le continent, à l’égal de Patrice et Colomban. Sa légende circulait alors sous plusieurs formes : une Vita Brendani probablement écrite au VIIe siècle, mais qui nous est parvenue remaniée dans des manuscrits tardifs ainsi que dans une version en gaélique61 ; la Navigatio Brendani, écrite en Irlande dans la seconde moitié du VIIIe siècle et diffusée sur le continent au Xe siècle par les milieux irlandais de Lotharingie62 ; un texte intitulé Vita Brendani qui combine les éléments de la Vita originale avec le récit de la Navigatio63. Le texte le plus répandu est celui de la Navigatio Brendani, qui a survécu dans plus de cent vingt manuscrits latins et a été traduit dans la plupart des langues vernaculaires européennes à partir du XIIe siècle64. Entre la fin du VIIIe siècle et le Xe siècle, la Navigatio Brendani a dû passer par le pays de Galles et la Bretagne comme le montrent les rapports qui existent entre les dossiers hagiographiques de saint Brendan et de saint Malo65. La tradition manuscrite de la Navigatio en Normandie nous laisse entrevoir la diversité des contacts et des influences possibles. Elle est représentée par quatre manuscrits : Alençon 14 (XIe siècle), provenant de Saint-Évroult ; Rouen 661 (XIIe siècle), provenant de Saint-Évroult ; Rouen 1393 (XIIIe siècle), provenant de Jumièges, et Paris, lat. 5284 (XIIIe siècle), provenant de Foucarmont.

  • 66 Navigatio Sancti Brendani Abbatis from Early Latin Manuscripts..., C. Selmer (éd.), p. XXXIII-XLIX.
  • 67 Voir L. Delisle, Journal des Savants, 65, 1903, p. 428-440. Il s’agit de Rouen 1385 (ΧIe siècle), p (...)
  • 68 Oxford, Lincoln College 27 Ε (XIe-XIIe siècles) ; Oxford, Bodleian, e Musaeo III (3496) (ΧΙIe siècl (...)

16Alençon 14 est l’un des témoins manuscrits les plus anciens de la Navigatio, et comme l’a montré Carl Selmer, il est apparenté au Paris, lat. 15076 (XIIe siècle), qui appartenait à l’abbaye de Saint-Victor. Le texte est originaire de France du Nord ou de Belgique : il est en effet proche de celui de Gand 401 (XIe siècle) et de Bruxelles 9920-31 (XIe siècle), qui provient de Saint-Laurent de Liège66. Comme pour le cas de la Vita Brigitae et de la Vita Fursei, la question du passage par l’Angleterre doit être soulevée. Alençon 14 comprend en effet un recueil de bénédictions copié en Angleterre à la fin du XIe siècle et parmi les vies de saints qu’il contient, plusieurs ont été copiées sur un manuscrit provenant de Winchester67. Dans le cas de la Navigatio Brendani, nous n’avons aucun manuscrit anglais qui soit aussi proche du texte original ni aussi ancien qu’Alençon 1468.

  • 69 Munich, CLM 29061 (Χe-XIe siècles), provenant de Tegernsee ; Munich, CLM 17740 (Xe siècle), provena (...)

17Le Paris, lat. 5284 confirme les liens continentaux. Le texte de la Navigatio est du type BHL 1436 et s’apparente à celui des manuscrits provenant des pays de langue germanique69.

  • 70 Rouen 661 (XIIe siècle), provenant de Saint-Évroult ; Chartres 1036 (XIVe siècle) ; Paris, lat. 534 (...)
  • 71 Navigatio Brendani, § 2 : Igitur sanctus Brendanus, de omni congregacione sua electis bis septem fr (...)
  • 72 Rouen 1393, f° 178 : Vita sancti Brendani abbatis et confessoris edita a venerando discipulo eius M (...)

18Les deux autres manuscrits (Rouen 661 et Rouen 1393) offrent le cas le plus intéressant : ils appartiennent tous deux à la série des neuf manuscrits qui montrent clairement l’intervention de clercs bretons dans la transmission de la Navigatio70. Ces manuscrits comprennent en effet au chapitre II un passage interpolé, qui rappelle que saint Malo faisait partie des quatorze disciples de Brendan, et qui demande au lecteur de lire le récit de ses actes s’il veut en savoir plus sur cet illustre saint71. Cette addition n’a pu naître que dans un milieu où l’on connaissait la Vita Machutis et montre une volonté de réconcilier les traditions hagiographiques des deux saints. Bien qu’étant issus d’une même tradition bretonne, les deux manuscrits normands présentent des différences : Rouen 661 reflète un état du texte relativement ancien très proche de la version BHL 1438. Le même texte se retrouve dans un manuscrit du XIVe siècle provenant de Chartres. En revanche, le texte de Rouen 1393 montre des influences anglaises et utilise des éléments de la version BHL 1448. En outre, le rédacteur attribue la paternité de la Vita Brendani à saint Malo72.

  • 73 L’épisode représenté sur cette miniature s’inspire des premiers chapitres de la vie primitive de sa (...)

19Le grand cartulaire de l’église de Saint-Maclou à Rouen contient une miniature du XVIe siècle représentant le jeune saint Malo endormi sur un rocher de l’estuaire de la Severn, tandis que saint Brendan confie aux flots son psautier pour que Malo puisse lire ses heures73. En arrière-plan se profilent la cathédrale de Rouen, l’église Saint-Maclou et la côte Sainte-Catherine. Cette miniature illustre bien la position du culte de Brendan en Normandie : s’il s’y est développé et a pu être préservé, c’est probablement grâce au contexte breton et à la perdurance du culte de saint Malo dans cette région.

Saint Patrice (17 mars)

  • 74 Voir G. H. Doble, « Dedications to Celtic Saints in Normandy », Old Cornwall, 3, 1940, p. 275-282.
  • 75 A. Reneault, La Paroisse Saint-Patrice de Rouen, Fécamp, Imp. Durand, 1942, p. 1-3.
  • 76 J. H. Round, Feudal England, Londres, S. Sonnenschein, 1895, p. 467.
  • 77 Voir A. F. O’Brien, « Commercial Relations between Aquitaine and Ireland c. 1000 to c. 1550 », in J (...)
  • 78 L. Musset, « Participation des Vikings venus des pays celtes à la colonisation Scandinave de la Nor (...)
  • 79 L. Fleuriot, Les Origines de la Bretagne, Paris, Payot, 1980, p. 102-103, 150-157 et carte n° 7.
  • 80 Vita Winwaloei, chap. 19, A. de la Borderie (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Landevenec, Rennes, So (...)
  • 81 Ibid., chap. 19, p. 46 : cunctas Hyberniae insulae illuminarat aecclesias, et non solum illas, sed (...)

20Le cas de saint Patrice est ambigu, car bien qu’étant célébré comme apôtre de l’Irlande, c’est un saint d’origine bretonne et, comme pour saint Brendan, les milieux bretons ont dû jouer un rôle important dans la diffusion de son culte en Normandie. Sur les trois communes de France qui portent le nom de Patrice, deux se trouvent en Normandie : Saint-Patrice-de-Claids dans la Manche et Saint-Patrice-du-Désert dans l’Orne ; la troisième est Saint-Patrice en Indre-et-Loire. On relève en outre des dédicaces d’églises ou d’autels à saint Patrice en Cotentin et en Avranchin à Huberville, Fierville-les-Mines, Hyenville et Le Teilleul, mais aussi au sud-ouest de Caen à Argences et en pays Roumois au Bosc-Roger74. Les églises Saint-Patrice à Bayeux et à Rouen sont bien connues. Il est difficile de savoir à quand remontent ces dédicaces. À Rouen, la paroisse portait déjà ce nom en 1228 lors du vaste incendie qui ravagea la ville cette année-là. Elle se trouvait en dehors des murs d’enceinte dans le quartier des artisans du cuir75. L’emplacement évoque le monde des rapports commerciaux entre l’Irlande et la Normandie aux Xe et XIe siècles, renforcés à partir de 1145 par une charte de Henri Plantagenêt accordant à Rouen le monopole des échanges commerciaux avec l’Irlande76 : à cette époque, et jusqu’à la fin du Moyen Age, le cuir et les peaux sont les principaux produits d’exportation irlandais77. De même, les dédicaces à saint Patrice dans le Nord-Cotentin se trouvent dans la zone occupée par les Hiberno-Scandinaves au Xe siècle. Mais ceci ne veut pas nécessairement dire que le culte de Patrice soit venu d’Irlande avec les Muiredac, Dicuil, Beccán et autres colonisateurs insulaires78. En effet, les dédicaces à saint Patrice ne sont pas isolées, mais s’inscrivent dans un contexte de dédicaces à d’autres saints bretons, en particulier Samson, Malo et Méen. Léon Fleuriot a montré que ces dédicaces, associées aux toponymes en Brette, Bretteville et Canivet (Catnimet), correspondent aux zones d’implantation des Bretons en Normandie79. Uurdisten, abbé de Landévennec, écrit vers 880 une Vie de saint Guénolé dans laquelle il atteste la vigueur du culte de saint Patrice dans les milieux bretons de son époque80. Or, nous savons que le culte de Patrice, bien présent dans les textes liturgiques bretons, est peu marqué dans la topographie armoricaine. En revanche, on comprend mieux la digression d’Uurdisten sur l’influence de Patrice sur « les Églises du monde entier auxquelles sa renommée et son mérite avaient pu être révélés »81, si l’on suppose que l’abbé de Landévennec fait aussi référence aux autres régions fréquentées par les Bretons.

  • 82 Paris, BNF, nouv. acq. lat. 1604 (Xe siècle), provenant de Fleury-sur-Loire (cf. Martyrologium Hier (...)
  • 83 Paris, BNF, ms. lat. 12410 (ΧIΙe siècle) et 17767 (ΧΙIe siècle) : XVI Kl Apr. Depositio Patricii ep (...)
  • 84 Missel de Bayeux : Paris, Bibliothèque Mazarine 404 (XIIe siècle), f° 186 v° ; Missel de Fécamp : R (...)
  • 85 Voir C. Doherty, « The Cult of St. Patrick and the Politics of Armagh in the Seventh Century », in (...)
  • 86 Vita Geretrudis, chap. 7, B. Krusch (éd.), MGH, SRM 2, p. 453-463.
  • 87 Paris, BNF, ms. lat. 17626 (Xe siècle), provenant de Compiègne ; Arras 450 (ΧΙIe siècle), provenant (...)
  • 88 Voir le chapitre sur les manuscrits et le stemma codicologique de L. Bieler, Libri epistolarum sanc (...)

21Nous savons, d’après une copie du martyrologe de Fontenelle écrite à Fleury-sur-Loire au Xe siècle, que saint Patrice était célébré en Avranchin au moins dès cette époque-là82. En revanche, la date de cette commémoration, le 16 mai, et le titre d’abbé, au lieu d’évêque, donné à Patrice suggèrent une confusion avec saint Brendan, qui est célébré à cette date. Il n’est pas impossible que le texte in Abrincatino Patricii abbatis ait été à l’origine in Abrincatino Brendani abbatis et que le saint irlandais moins connu ait été remplacé par l’apôtre de l’Irlande. À titre de comparaison, les manuscrits de la recension de Fontenelle provenant de Corbie mentionnent Patrice à la date correcte du 17 mars et lui donnent son titre d’évêque et confesseur83. Au XIIe siècle, le culte de Patrice est encore attesté dans les missels de Bayeux et de Fécamp84. Le sanctoral de ce dernier inclut les saints de Fontenelle et de Jumièges (Filibert, Wandrille, Ansbert et Aycard), les saints irlandais Patrice et Colomban, et les bretons Brieuc et Malo. Jumièges possédait à cette époque l’un des huit manuscrits de la Confession de Patrice qui nous sont parvenus : il s’agit du manuscrit Rouen 1391, qui date du XIe siècle. La Confessio Patricii semble avoir suivi les mêmes chemins que les vies de Brigitte et de Fursa. Le culte de Patrice avait été diffusé à partir du VIIe siècle par les moines de Péronne. Les abbés de Péronne étaient aussi abbés de Louth en Irlande, et c’est à Louth qu’étaient préservées les lettres de Patrice qui servirent de source aux hagiographes Muirchú et Tírechán dans les années 680, avant d’être recopiées dans le Livre d’Armagh au début du IXe siècle85. Aussi ne faut-il pas s’étonner de trouver dans la Vita Geretrudis, écrite à Nivelles peu après la mort de la sainte en 659, l’une des premières références au culte de saint Patrice86. Le texte de la Confessio est transmis dans les légendiers originaires de France du Nord87. Comme dans le cas de la Vita Brigitae et de la Vita Fursei, le manuscrit de Jumièges dérive d’un ancêtre commun qu’il partage avec les manuscrits d’origine anglaise : Cotton. Nero E1 (début du XIe siècle), provenant de Worcester, et Oxford, Fell 4 (XIIe siècle), provenant de Salisbury, dont nous avons déjà parlé plus haut, auxquels on ajoutera Oxford, Fell 3 (XIIe siècle), originaire aussi de Salisbury88. Avec des coïncidences aussi nombreuses, il est difficile d’envisager des transmissions indépendantes, mais, de nouveau, nous n’avons pu déterminer dans quel sens s’est fait l’échange, Flandre-Angleterre-Normandie ou Flandre-Normandie-Angleterre ?

  • 89 Sociétés des bollandistes (éd.), AASS, 2 mars, p. 540-580 ; J. Szövérffy, « The Anglo-Norman Conque (...)
  • 90 Voir K. Warnke (éd.), Das Buck vom Espurgatoire S. Patrice, Halle, M. Niemeyer, 1938 ; T. A. Jenkin (...)
  • 91 S. Duffy, « The First Ulster Plantation : John de Courcy and the Men of Cumbria », in T. Barry, R.  (...)
  • 92 J. Le Patourel, Normandy and England, 1066-1144, Reading, University of Reading, 1971, p. 33-34 ; M (...)
  • 93 M. T. Flanagan, Irish Society, Anglo-Norman Settlers, Angevin Kingship. Interactions in Ireland in (...)
  • 94 A. Gwynn et R. N. Hadcock, Medieval Religious Houses Ireland, Dublin, Irish Academic Press, 1970, p (...)
  • 95 A. Gwynn, « The Origins of St. Mary’s Abbey, Dublin », Journal of the Royal Society of Antiquaries (...)
  • 96 M. Sheehy (éd.), Pontifica Hibernica, Dublin, M. H. Gill, 1962, 2 vol., vol. 1, p. 11-12. Le docume (...)
  • 97 J.-M. Picard et Y. de Pontfarcy, Saint Patrick’s Purgatory..., p. 14-15.
  • 98 Évreux, BM, ms. 4 (XIIIe siècle), provenant de Lyre ; Paris, BNF, nouv. acq. lat. 217 (XIIIe siècle (...)

22Au-delà des milieux bretons et monastiques, le culte de saint Patrice semble avoir touché l’aristocratie normande. Il semble peu probable que Jean de Courcy (1219) ait découvert l’importance de Patrice seulement après son arrivée en Irlande du Nord en 1177. Les monnaies qu’il fait frapper, non seulement pour le bénéfice des Irlandais de Down et d’Antrim, mais aussi pour son entourage anglo-normand, portent d’un côté son nom et de l’autre une crosse d’évêque avec le nom PATRICIUS. Il fait faire la translation des reliques de Patrice, Brigitte et Columba à Downpatrick en 1185 et commande une nouvelle Vita Patricii à Jocelyn de Furness89. C’est aussi à la même époque (c. 1180) qu’est composé le Tractatus de Purgatorio sancti Patricii, qui va donner une nouvelle orientation à la légende de Patrice et lui donner une dimension vraiment européenne90. En Normandie, les de Courcy ont leurs châteaux d’une part dans la zone bretonne de l’Hiémois dont nous avons parlé plus haut et, d’autre part, dans la région de Coutances qui, comme nous l’avons vu, est riche en dédicaces à Patrice et aux saints bretons. En Angleterre, les de Courcy sont installés en Oxfordshire, puis dans le Somerset et, par leur alliance avec les de Romilly, dans le Yorkshire91. La séparation de cette famille en deux branches, normande et anglaise, ne signifie pas pour autant une rupture des contacts et l’arrêt de toute circulation. Ainsi, dans les années 1130-1140, Robert de Courcy partage son temps entre la Normandie où il est baron de l’Échiquier et l’Angleterre où il est juge royal92. L’un des proches parents de Jean, Guillaume de Courcy (1177), était sénéchal de Normandie93. Jean de Courcy semble avoir utilisé un renouveau d’intérêt pour saint Patrice préparé par le réseau des abbayes de l’ordre de Savigny. Les moines de Savigny étaient installés en Irlande depuis 1127 : ils y avaient fondé l’abbaye d’Erenagh (Carrig) au sud de Downpatrick, quelques mois après leur fondation de Furness en Lancashire94. En 1139, ils fondaient à Dublin l’abbaye de St. Mary, sur la rive nord de la Liffey. Comme les autres fondations de Savigny, les abbayes irlandaises furent réunies aux maisons cisterciennes en 1147, mais restèrent sous la juridiction de l’abbé de Savigny en dépit des rivalités entre les diverses maisons mères d’Irlande et d’Angleterre95. Six bulles papales furent promulguées entre 1148 et 1162 pour confirmer les possessions de Savigny. La bulle du pape Anastase IV, datée du 20 avril 1154, est adressée à Richard de Courcy, quatrième abbé de Savigny, et inclut dans la liste des dépendances de l’abbaye normande les monastères suivants : Basingwerk et Furness en Angleterre et St. Mary de Dublin96. Les deux textes patriciens du XIIe siècle sont issus de ce milieu : la nouvelle Vita Patricii est écrite par un moine de Furness et le Tractatus de Purgatorio sancti Patricii s’inspire du rapport de Gilbert qui fonda Baltinglass en Irlande en 1151 et fût ensuite abbé de Basingwerk entre 1155 et 117997. Deux manuscrits normands du Tractatus nous sont parvenus, l’un originaire de l’abbaye de Lyre et l’autre de Savigny98. Tous ces éléments font apparaître les liens qui existaient entre la Normandie et l’Irlande autour du culte de saint Patrice avant la conquête de l’Irlande par Henri II Plantagenêt en 1171.

***

23À l’issue de notre enquête, il semble que les invasions Scandinaves n’aient pas créé de rupture majeure dans les traditions concernant les saints irlandais en Normandie. La diffusion originale semble avoir été limitée : Colomban était célébré dans les milieux monastiques des fondations franques du VIIe siècle ; Patrice, Brigitte et Brendan étaient connus surtout dans les communautés bretonnes des VIIIe et IXe siècles ; Columba, Fursa et Kilian étaient connus du cercle limité des hagiographes et compilateurs de martyrologes ; Setna (Saëns) faisait l’objet d’un culte local en Seine-Maritime.

  • 99 HE, III, 1 (vol. 2, p. 16-20).
  • 100 G. Nortier, Les Bibliothèques..., p. 102.
  • 101 F. Henry, « Remarks on the Decoration of Three Irish Psalters », Proceedings of the Royal Irish Aca (...)
  • 102 Voir M. McNamara, « Tradition and Creativity in Early Irish Psalter Study », in M. Richter et P. Ni (...)
  • 103 Milan, Ambrosiana, C 301 (IXe siècle) et Turin, Bibliothèque universitaire, F. IV. 1, fasc. 5-6 (IX(...)

24Au XIe siècle, les abbayes normandes semblent avoir reconstitué la plus grande partie du dossier hagiographique hiberno-franc pertinent à la région. Décrivant le milieu de la cour ducale aux environs de l’an mil, Dudon de Saint-Quentin nous parle d’un monde cosmopolite où l’on peut rencontrer « le Grec et l’Indien, le Frison et le Breton, le Danois et l’Anglais, l’Écossais et l’Irlandais ». La circulation des manuscrits de vies de saints irlandais confirme ce tableau. Les abbayes normandes participent aux échanges triangulaires entre Flandre, Angleterre et Normandie, communiquent avec les monastères du Maine et de l’Anjou, bénéficient d’une présence bretonne continue. Deux monastères en particulier semblent avoir porté un intérêt particulier à l’Irlande : Jumièges et Saint-Évroult, qui possédaient au XIIe siècle la plupart des vies de saints dont nous venons de parler. Cet intérêt a peut-être une source commune, car, lors de la restauration de Saint-Évroult en 1050, ce sont des moines de Jumièges qui s’y installent sous la direction de Thierry de Mathonville99. Saint-Évroult possédait en outre un psautier irlandais du Xe siècle (manuscrit Rouen 24). Contrairement à ce qu’on a pu croire jadis, ce manuscrit n’est pas d’origine anglaise100. La décoration est celle d’un groupe de psautiers irlandais de la fin du Xe-début du XIe siècle101, et il contient des gloses non seulement en latin mais aussi en gaélique. Ces gloses sur les psaumes sont apparentées à l’exégèse de l’école d’Antioche diffusée en Europe du Nord par les milieux irlandais102. La traduction latine du commentaire des psaumes de Théodore de Mopsueste n’a survécu que dans deux manuscrits originaires de Bobbio et, sous forme de fragment, dans un feuillet unique originaire de Normandie103.

  • 104 V. Leroquais, Les Sacramentaires et les Missels manuscrits des bibliothèques publiques de France, P (...)

25Néanmoins, cet intérêt semble avoir été limité. Ainsi, nous ne trouvons aucune trace de Columba, Fursa et Kilian dans les missels normands des XIe et XIIe siècles. Brendan apparaît le plus souvent dans le sillage de saint Malo. Seuls Patrice et Colomban semblent avoir connu un culte largement diffusé. Colomban est commémoré dans les missels de Saint-Évroult, Fécamp, Jumièges, Saint-Étienne de Caen, du Mont-Saint-Michel et probablement de Saint-Martin de Troarn104. Patrice continuera d’être célébré, en particulier à Rouen et à Bayeux. C’est dans le contexte patricien que l’Irlandais Fiachra est commémoré à Rouen sur l’un des vitraux du XVIe siècle de l’église Saint-Patrice. Quand à saint Saëns, il est célébré le 15 novembre dans les missels de Fécamp des XIIIe et XIVe siècles.

26Loin d’être le désert auquel nous faisions allusion dans notre introduction, la Normandie s’avère être une région particulièrement riche en documents et commémorations concernant les saints irlandais de l’époque mérovingienne. Les rapports directs qui se multiplient à partir du début du XIe siècle ont certainement redonné de la vigueur à des cultes qui existaient depuis le VIIe siècle et, en dépit d’une réaction anti-irlandaise dans la seconde moitié du XIIe siècle, quelques-uns de ces cultes survécurent pendant tout le Moyen Âge. Plus tard, l’origine irlandaise de certains saints célébrés en Normandie finira par être oubliée.

Notes

1 J. Colgan, Acta Sanctorum veteris et maioris Scotiae seu Hiberniae Sanctorum Insulae, Louvain, Éverard de Witte, 1645, t. 1, praef. 2.

2 Sur l’œuvre des Irlandais en France et sur le continent, voir les nombreux articles de P. Grosjean, cités dans la bibliographie de ses œuvres par M. Coens dans Analecta Bollandiana, 82, 1964, p. 289-318 ; B. Bischoff, « Il monachesimo irlandese nei suoi rapporti col continente », Settimane di Studio, 4, 1957, p. 121-138 ; T. Ó. Fiaich, « Irish Peregrini on the Continent », Irish Ecclesiastical Record, 103, 1965, p. 233-400 ; A. Angenendt, Monachi Peregrini, Munich, H. Fink, 1972 ; J.J. Contreni, The Cathedral School of Laon from 850 to 930, Munich, Arbeo, 1978 ; Η. Β. Clarke et M. Brennan, Columbanus and Merovingian Monasticism, Oxford, British Archeological Reports, 1981 ; H. Lowe, Die Iren und Europa im früheren Mittelalter, Stuttgart, Klett-Cotta, 1982 ; H. Dopsch et R. Juffinger, Virgil von Salzburg, missionar und Gelehter, Salzburg, Salzburger Landesregierung, 1985 ; J.-M. Picard, Ireland and Northern France, AD 600-850, Dublin, Four Courts Press, 1991.

3 J.-M. Picard, « L’Irlande et la Normandie avant les Normands (VIIe-IXe siècles) », Annales de Normandie, 1, 1997, p. 3-24.

4 Vita Filiberti, chap. 8, W. Levison (éd.), MGH, SRM 5, 1910, p. 583-604.

5 Gesta Abbatum Fontanellensium, chap. 13, F. Lohier et J. Laporte (éd.), Rouen, Lestringant et Paris, Picard, 1936.

6 Vita Wandregiseli, chap. 1 et 2, B. Krusch (éd.), MGH, SRM 5, 1910, p. 13-24.

7 Il s’agit du groupe A2b de l’édition de B. Krusch, Ionae vitae sanctorum Columbani, Vedastis, Johannis, MGH, SRM 37, 1905.

8 Namur 15 (XIIe siècle), provenant de Saint-Hubert en Ardennes ; Bruxelles 18018 (XIIe siècle), provenant de Saint-Pierre de Lobbes et, de la province voisine, Bruxelles 9289 (XIIe siècle), provenant de Saint-Laurent de Liège.

9 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, Oxford, Clarendon Press, 1969-1980, 6 vol., vol. 1, p. 204-211.

10 M. Chibnall, « The Merovingian Monastery of St. Évroul in the Light of Conflicting Tradition », in Popular Belief and Practice, D. Baker (éd.), Cambridge, « Studies in Church History », VIII, 1972, p. 31-40.

11 Vita primitiva Ebrulfi, M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis..., vol. 1, p. 208-209 : Et ut omnes cursus compleret, scilicet Romanum, Gallicanum, Sancti Benedicti, Scotticum seu Sancti Columbani, per diversa horarum spacia psallebat.

12 M. Chibnall, The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis..., vol. 4, p. 326-336.

13 Orderic Vital, Historia Ecclesiastica (cité désormais HE), VIII, 27 (vol. 4, p. 334) : Ipsi reor beatum Maurum eiusque socios et discípulos noverunt utpote vicini, et ab ipsis sicut ab aliis scripta doctorum aedificationis causa sancti normam suscepere Benedicti, ita tamen ut non abhorrent sui statua magistri almi videlicet Columbani.

14 Ibid. : Qualis predictus doctor ante Deum et homines quantusque fuerit, liber vitae eius signis plenus et virtutibus ostendit. In gestis etiam sepe memoratur Audoeni Rotomagensis archiepiscopi et Noviomagensis Eligii aliorumque virorum qui ab illo educati sunt ac ad apicem virtutum per eius documenta provecti sunt.

15 Voir J.W. Smit, Studies on the Language and Style of Columba the Younger, Amsterdam, Hakkert, 1971, p. 149-156.

16 Metz, Bibliothèque du Grand Séminaire, 1 (IXe siècle), f° 1-79 ; Paris, BNF, ms. lat. 5308 (ΧΙIe siècle), f° 287 v°-292 ; Paris, BNF, ms. lat. 5278 (XIIIe siècle), f° 393-399. Il existait, avant sa disparition en 1944, un autre manuscrit apparenté aux deux précédents : Metz 523 (XIe siècle), f° 19-51.

17 Le Mans 217 (XIe siècle), f° 102 v°-106 v° ; Paris, BNF, ms. lat. 5323 (XIIIe siècle), f° 133-140.

18 HE, VIII, 22 (vol. 4, p. 272) : Inter caetera bona quae nobilis hera fecerat, Huense cenobium quod servus Christi Columba tempore : Brudei regis Pictorum filii Meilocon construxerat, sed tempestate preliorum cum longa vetustate dirutum fuerat, fidelis regina reedificavit datisque sumptibus idoneis ad opus Domini monachis reparavit.

19 W. Reeves, The Life of St. Columba, Founder of Hy, Written by Adamnan, Dublin et Edimbourg, Irish Archaeological Society et Bannatyne Club, 1857, p. XXVIII-XXXI.

20 Londres, BL, Add. ms. 35110 (c. 1165), f° 96 v°-143 ; Londres, BL, Cotton. Tib. D3 (c. 1180), f° 192-217 ; Londres, BL, Regius 8 D9 (XVe siècle), f° 1-70.

21 J. Laporte, « Tableau des services obituaires assurés par les abbayes de Saint-Évroult et de Jumièges », Revue Mabillon, 46, 1956, p. 141-188.

22 Voir J.-P. Brunterc’h, « Le duché du Maine et la marche de Bretagne », in H. Atsma, La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1989, 2 vol., t. 1, p. 29-126.

23 Sur les rapports entre ces monastères, voir J.-M. Picard, Ireland and Northern France..., p. 27-52.

24 C. Hoex, Enquête sur le culte et l’iconographie de sainte Brigide d’Irlande en Wallonie, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 1973.

25 Paris, BNF, ms. lat. 2999 (IXe siècle), provenant de Elnone/Saint-Amand ; Berlin, Staatsbibliothek, Theol. lat., f° 364 (791) (Xe siècle), provenant de Werden ; Mons 847 (1963/2139) (XIe siècle), provenant de Saint-Ghislain ; Douai 840 (XIIe siècle), provenant de Marchiennes ; Valenciennes 513 (XIIe siècle), provenant de Saint-Amand ; Bruxelles II 1181 (Phillips 12421) (3303) (XIIe siècle), provenant de Stavelot.

26 Reims 296 (IXe-Xe siècles), provenant de Saint-Thierry de Reims ; Orléans 331 (280) (Xe siècle), provenant de Fleury ; Paris, BNF, ms. lat. 12612 (XIIIe siècle), provenant de Corbie.

27 Trêves, Stadtbibliothek, 1152/776 (XIIe siècle), provenant de Saint-Matthias ; Trêves, Priesterseminarsbibliothek, 5 (olim R. II. 1) (XIIIe siècle), provenant de Saint-Matthias ; Trêves, Stadtbibliothek, 1151/453 (XIIIe siècle), provenant de Saint-Maximin.

28 Munich, CLM 22 240, (XIIe siècle), provenant de Windberg.

29 Londres, BL, Cotton. Nero El (c. 1000), provenant de Worcester ; Oxford. Bodleian Library, Fell 4 (XIe-XIIe siècles), provenant de Salisbury.

30 W. Levison, « Conspectus codicum hagiographicum », MGH, SRM 7, 1920, p. 529-706, en particulier p. 544-545.

31 Vita Brigitae, 12, 2 : ac Salvatoris nostri exemplo. L’abréviation pour nostriImage 10000000000000160000000FA5A4BC39.jpg ) dans le manuscrit à l’origine de cette famille semble avoir posé des problèmes aux rédacteurs des générations suivantes : elle est correctement rendue dans le Legendarium Winbergense (CLM 22 240), a été érasée dans Stamms, 8 (XIIIe siècle), omise dans Cambrai 865 et Paris 12612, rendue par Christi ( Image 10000000000000130000000F713E964E.jpg ) dans Cotton. Nero El et Fell 4. Dans le manuscrit de Jumièges (Rouen 1384), on lit Christi dans une erasure qui devait contenir nostri en toutes lettres puisque les lettres ri peuvent encore se lire entre Image 10000000000000130000000F3613FAB2.jpg et exemplo.

32 Le Havre 330 (XIIe siècle ; c. 1120), provenant de Winchester, f° 73.

33 Pour la Vita Brigitae, Orléans 331 est la source des manuscrits suivants : Paris, BNF, ms. lat. 3788 (XIIe siècle), provenant de Maine/Anjou ; Paris, BNF, ms. lat. 5318 (XIIe siècle), provenant de Maine/Anjou ; Angers, BM, ms. 807 (XIIe siècle), provenant de Saint-Serge d’Angers ; Paris, BNF, ms. lat. 5292 (XIIIe siècle).

34 F. Dolbeau, « Notes sur la genèse et sur la diffusion du Liber de Natalitiis », Revue d’histoire des textes, 6, 1976, p. 143-195, en particulier p. 164-165 ; Id., « Anciens possesseurs des manuscrits hagiographiques latins conservés à la Bibliothèque nationale de Paris », Revue d’histoire des textes, 9, 1979, p. 183-238, en particulier p. 204.

35 Paris, BNF, ms. lat. 5297 (ΧΙΙIe siècle), provenant de Foucarmont ; Paris, BNF, ms. lat. 17004 (XIIe-XIIIe siècle), provenant de Val-Notre-Dame.

36 F. Dolbeau, « Notes sur la genèse et sur la diffusion du Liber de Natalitiis »..., p. 155, n° 17 et note 3.

37 Ibid., p. 154-155, n° 15.

38 J. Van der Straeten, Les Manuscrits hagiographiques d’Orléans, Tours et Angers avec plusieurs textes inédits, Bruxelles, Société des bollandistes, 1982, p. 259-265.

39 B. Krusch (éd.), « Vita virtutesque Fursei », MGH, SRM 4, p. 429-430 et 434-440.

40 Cambrai 864 (XIe siècle), provenant de Cambrai ; Londres, BL, Cotton. Mero E1 (début du XIe siècle), provenant de Worcester. Il faut y ajouter deux autres manuscrits qui donnent un texte de la Vita Fursei à peu près identique : Londres, BL, Egerton 2797 (XIe siècle) et Londres, BL, Regius 8 g VI (XVe siècle), provenant de Tatershall College.

41 Rouen 1400 (XIe siècle), provenant de Fécamp, f° 42-44 v°.

42 Rouen 1467 (XIIe siècle), provenant de Saint-Évroult ; cf. Bède, Historia Ecclesiastica, III, 19.

43 Voir J. Vezin, Les Scriptoria d’Angers au XIe siècle, Paris, Champion, 1974, p. 53-55.

44 Paris, BNF, ms. lat. 5291 (XIIIe siècle), provenant de Foucarmont, f° 79 v°-83.

45 Paris, BNF, ms. lat. 10062, f° 80 v°, n° 121.

46 J. Colgan, Acta sanctorum Hiberniae..., t. 1, p. 331.

47 B. Krusch, MGH, SRM 5, p. 173-174.

48 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Weissenburg 81 (VIIIe siècle, c. 772).

49 W. Levison, MGH, SRM 5, p. 711-728.

50 HE, IV, 18 (vol. 2, p. 352-354) : Hic fuit natione Teutonicus, geminaque scientia pleniter imbutus versificandi et modulandi cantusque suaves edendi peritissimus. Hoc evidenter probari potest in historiis Kiliani Guirciburgensis episcopi et Katerinae virginis [...] ; voir aussi l’éloge d’Ainard au début du livre IV (vol. 2, p. 296-298).

51 G. Nortier, Les Bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines de Normandie, Caen, Caron, 1966, p. 106-108.

52 Vita secunda Audoeni, 32 : multi etiam venerabiles viri et Deo devoti una cum illo ire gaudebant ; inter quos erat sanctus Sidonius, genere scottus, ædificator monasterii quod nunc per metonymiam Sanctum Sidonium dicunt, commentaire de W. Levison dans MGH, SRM 5, p. 560, note 1.

53 Vita Filiberti, 37 et 42, W. Levison (éd.), MGH, SRM 5, p. 583-604.

54 Vita Leutfredi, 8, W. Levison (éd.), MGH, SRM 7, p. 1-18 : Audita fama beati Sydonii, vir Dei Leutfredus Rotomagensem urbem protinus advenit, ubi prædictus homo Dei Sydonius, Hibernia Brittaniae insula ortus, virtutum splendore uvenerabilis habebatur.

55 Chanoine A. Legris, « Vie de saint Saëns, abbé au diocèse de Rouen, VIIe siècle », Analecta Bollandiana, 10, 1891, p. 406-440.

56 HE, V, 9 (vol. 3, p. 62) : Sidonius quoque et Ribertus, Geremarus, Leudfredus aliique plures monachi florebant in Rotomagensi diocesi, quibus omnibus ad omne bonum favebat studium et auxilium Audoeni venerabilis archiepiscopi, sicut feruidi lectores in eorum gestis possunt lucide contemplari.

57 Manuscrits : Rouen 296 (XIIe siècle), Rouen 297 (XIIe siècle), Rouen 299 (XIIIe siècle).

58 Voir C. Plummer, Venerabilis Bedae Opera Historica, Oxford, Clarendon Press, 1896, 2 vol., vol. 2, p. 157-161.

59 Vita Oswini, Société des bollandistes (éd.), AASS, 4 août, col. 57-66.

60 Paris, BNF, ms. lat. 10837 (VIIIe siècle).

61 BHL 1442 ; voir J. F. Kenney, The Sources for the Early History of Ireland Ecclesiastical, New York, Columbia University Press, 1929, p. 412-414 ; G. Orlandi, Navigatio sancti Brendani. I-Introduzione, Milan, Istituto Editoriale Cisalpino, 1968, p. 9-41 ; Betha Brénainn, in Bethada Náem nÉrenn. Lives of Irish Saints, Ch. Plummer (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1922, 2 vol., vol. 1, p. XVII-XXV et 44-95.

62 BHL 1436-1439 ; Navigatio Sancti Brendani Abbatis from Early Latin Manuscripts, C. Selmer (éd.), Notre-Dame, University of Notre-Dame Press, 1959, p. XXVIII-XXIX ; D. N. Dumville, « Two Approaches to the Dating of Navigatio Sancti Brendani », Studi Medievali, 29 janvier 1988, 29/1, p. 87-102.

63 BHL 1440-1441 et 1446.

64 C. Selmer, « The Vernacular Translations of the Navigatio Sancti Brendani : A Bibliographical Study », Mediaeval Studies, 18, 1956, p. 145-157.

65 Etat des recherches sur la question et bibliographie dans S. Mac Mathúna, « Contributions to a Study of the Voyages of St. Brendan and St. Malo », in Irlande et Bretagne – Vingt siècles d’Histoire, C. Laurent et H. Davis (éd.), Rennes, Terre de Brume Éditions, 1994, p. 41-55.

66 Navigatio Sancti Brendani Abbatis from Early Latin Manuscripts..., C. Selmer (éd.), p. XXXIII-XLIX.

67 Voir L. Delisle, Journal des Savants, 65, 1903, p. 428-440. Il s’agit de Rouen 1385 (ΧIe siècle), provenant de Jumièges.

68 Oxford, Lincoln College 27 Ε (XIe-XIIe siècles) ; Oxford, Bodleian, e Musaeo III (3496) (ΧΙIe siècle) : traduction latine du texte français de Benedeit ; Londres, Cotton. Vesp. Α. XIV (XIIe-XIIIe siècles) ; Londres, Cotton. Tib. D. III (XIIIe siècle) ; Cambridge, Corpus Christi 275 (XVe siècle) ; Londres, Add. Ms 6047 (XVe siècle).

69 Munich, CLM 29061 (Χe-XIe siècles), provenant de Tegernsee ; Munich, CLM 17740 (Xe siècle), provenant de Saint-Mang, Stadtamhof ; Munich, CLM 22248 (XIIe siècle), provenant de Windberg.

70 Rouen 661 (XIIe siècle), provenant de Saint-Évroult ; Chartres 1036 (XIVe siècle) ; Paris, lat. 5348 (XIIIe siècle) ; Paris, lat. 2333A (XIIIe siècle) ; Rouen 1393 (XIIIe siècle), provenant de Jumièges ; Bruxelles 4241 (XVIIe siècle), provenant d’Anchin ; Londres, Cotton. Vesp. Β. X (XIIIe-XIVe siècles), provenant de Durham ; Londres, Cotton. Vesp. Α. XIV (XIIe-XIIIe siècles), provenant de Monmouth ; Dublin, TCD, 580 (E 3.8) (XVIIe siècle).

71 Navigatio Brendani, § 2 : Igitur sanctus Brendanus, de omni congregacione sua electis bis septem fratribus, [inter quos fuit preclarus ac Deo dignus adolescens Macutus qui ab infancia sua est electus quique usque ad finem vite sue permansit in Dei laudibus. Quod si quis noscere voluerit perlegens eius venerabila gesta inveniet eius opera prima et novissima que preclara habentur] conclusit se in uno oratorio cum illis [...].

72 Rouen 1393, f° 178 : Vita sancti Brendani abbatis et confessoris edita a venerando discipulo eius Machuto.

73 L’épisode représenté sur cette miniature s’inspire des premiers chapitres de la vie primitive de saint Malo, tels que nous les ont transmis l’auteur de la Vita anonyma brevior (BHL 5117), écrite dans la seconde moitié du IXe siècle, et le diacre Bili, qui composa sa Vita Machutis entre 866 et 872 (BHL 5116). Sur les relations entre ces deux textes, voir J.-C. Poulin, « Les dossiers de Saint-Magloire de Dol et de Saint-Malo d’Alet », Francia, 17/1, 1990, p. 159-209 et Β. Merdrignac, « La “désacralisation” du mythe celtique de la navigation vers l’autre monde : l’apport du dossier hagiographique de saint Malo », Ollogados (actes de la Société belge d’études celtiques), 5, 1993, p. 13-43.

74 Voir G. H. Doble, « Dedications to Celtic Saints in Normandy », Old Cornwall, 3, 1940, p. 275-282.

75 A. Reneault, La Paroisse Saint-Patrice de Rouen, Fécamp, Imp. Durand, 1942, p. 1-3.

76 J. H. Round, Feudal England, Londres, S. Sonnenschein, 1895, p. 467.

77 Voir A. F. O’Brien, « Commercial Relations between Aquitaine and Ireland c. 1000 to c. 1550 », in J.-M. Picard, Aquitaine and Ireland in the Middle Ages, Dublin, Four Courts Press, 1995, p. 31-80, chapitre intitulé « Normandy and Northern France », p. 31-43.

78 L. Musset, « Participation des Vikings venus des pays celtes à la colonisation Scandinave de la Normandie », Cahiers du Centre de recherches sur les pays du Nord et du Nord-Ouest, 1, 1978, p. 107-117 ; G. Fellows-Jensen, « Les noms de lieux d’origine Scandinave et la colonisation viking en Normandie », Proxima Thulé, 1, 1994, p. 63-103.

79 L. Fleuriot, Les Origines de la Bretagne, Paris, Payot, 1980, p. 102-103, 150-157 et carte n° 7.

80 Vita Winwaloei, chap. 19, A. de la Borderie (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Landevenec, Rennes, Société archéologique du Finistère, 1888, p. 1-135.

81 Ibid., chap. 19, p. 46 : cunctas Hyberniae insulae illuminarat aecclesias, et non solum illas, sed etiam totius mundi omnes ad quas fama eius meritumque deferri potuisset [...].

82 Paris, BNF, nouv. acq. lat. 1604 (Xe siècle), provenant de Fleury-sur-Loire (cf. Martyrologium Hieronymianum, Sociétés des bollandistes (éd.), AASS, 2 novembre (t. II, 1), p. XIV-XV) : XVII Kl Iun. in Abrincatino Patricii Abbatis.

83 Paris, BNF, ms. lat. 12410 (ΧIΙe siècle) et 17767 (ΧΙIe siècle) : XVI Kl Apr. Depositio Patricii episcopi et confessoris.

84 Missel de Bayeux : Paris, Bibliothèque Mazarine 404 (XIIe siècle), f° 186 v° ; Missel de Fécamp : Rouen 290 (XIIe siècle), f° 169.

85 Voir C. Doherty, « The Cult of St. Patrick and the Politics of Armagh in the Seventh Century », in J.-M. Picard, Ireland and Northern France..., p. 53-94.

86 Vita Geretrudis, chap. 7, B. Krusch (éd.), MGH, SRM 2, p. 453-463.

87 Paris, BNF, ms. lat. 17626 (Xe siècle), provenant de Compiègne ; Arras 450 (ΧΙIe siècle), provenant de Saint-Vaast.

88 Voir le chapitre sur les manuscrits et le stemma codicologique de L. Bieler, Libri epistolarum sancti Patricii episcopi, Dublin, Stationery Office, 1952, p. 7-18.

89 Sociétés des bollandistes (éd.), AASS, 2 mars, p. 540-580 ; J. Szövérffy, « The Anglo-Norman Conquest of Ireland and St. Patrick : Dublin and Armagh in Jocelin’s Life of St. Patrick », Repertorium Novum, 2, 1957-1960, p. 6-16.

90 Voir K. Warnke (éd.), Das Buck vom Espurgatoire S. Patrice, Halle, M. Niemeyer, 1938 ; T. A. Jenkins (éd.), The Espurgatoire Sein Patriz, Chicago, The University of Chicago Press, 1903 ; J.-M. Picard et Y. de Pontfarcy, Saint Patrick’s Purgatory, trad. fr. J.-M. Picard, Dublin, Four Courts Press, 1985 ; M. Herren et Y. de Pontfarcy, The Medieval Pilgrimage to St. Patrick’s Purgatory, Clogher, Clogher Historical Society, 1988 ; J.-M. Picard, « La topographie du purgatoire dans la fresque de Todi », in X. Kawa-Topor et P. Lançon, Enfer et Paradis, Conques, Centre européen d’art et de civilisation médiévale, 1995 ; Y. de Pontfarcy, Marie de France. L’Espurgatoire seint Patriz, Louvain, Peeters, 1995.

91 S. Duffy, « The First Ulster Plantation : John de Courcy and the Men of Cumbria », in T. Barry, R. Frame et K. Simms, Colony and Frontier in Medieval Ireland, Londres, Hambledon Press, 1995, p. 1-27.

92 J. Le Patourel, Normandy and England, 1066-1144, Reading, University of Reading, 1971, p. 33-34 ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis..., t. 6, p. 517 et note 3.

93 M. T. Flanagan, Irish Society, Anglo-Norman Settlers, Angevin Kingship. Interactions in Ireland in the Late Twelfth Century, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 296-302.

94 A. Gwynn et R. N. Hadcock, Medieval Religious Houses Ireland, Dublin, Irish Academic Press, 1970, p. 114-115.

95 A. Gwynn, « The Origins of St. Mary’s Abbey, Dublin », Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, 79, 1949, p. 110-125.

96 M. Sheehy (éd.), Pontifica Hibernica, Dublin, M. H. Gill, 1962, 2 vol., vol. 1, p. 11-12. Le document original se trouvait dans le cartulaire de Savigny, conservé aux Archives départementales de la Manche à Saint-Lô et détruit lors des bombardements de juin 1944. La liste des dépendances de Savigny comprend aussi l’abbaye de Foucarmont, que nous avons mentionnée plusieurs fois dans cette étude.

97 J.-M. Picard et Y. de Pontfarcy, Saint Patrick’s Purgatory..., p. 14-15.

98 Évreux, BM, ms. 4 (XIIIe siècle), provenant de Lyre ; Paris, BNF, nouv. acq. lat. 217 (XIIIe siècle), provenant de Savigny.

99 HE, III, 1 (vol. 2, p. 16-20).

100 G. Nortier, Les Bibliothèques..., p. 102.

101 F. Henry, « Remarks on the Decoration of Three Irish Psalters », Proceedings of the Royal Irish Academy, 61, 1960, p. 23-40.

102 Voir M. McNamara, « Tradition and Creativity in Early Irish Psalter Study », in M. Richter et P. Ni Chatháin, Irland und Europa. Die Kirche im Frühmittelalter, Stuttgart, Klett-Cotta, 1984, p. 338-389 ; L. de Coninck (éd.), Theodori Mopsuesteni expositionis in Psalmos (CCSL, 88A), Turnhout, Brepols, 1977.

103 Milan, Ambrosiana, C 301 (IXe siècle) et Turin, Bibliothèque universitaire, F. IV. 1, fasc. 5-6 (IXe siècle). Le fragment se trouve incorporé dans la reliure d’Oxford, Bodleian Library, 826 (XIe siècle) ; cf. M. Gibson, Journal of Theological Studies, 21, 1970, p. 104-105.

104 V. Leroquais, Les Sacramentaires et les Missels manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris-Mâcon, Protat Frères, 1924,4 vol., t. I, p. 177, 184, 196, 239, 305 et t. II, p. 41.

Table des illustrations

Légende Saints irlandais en Normandie : noms de lieux mentionnés dans le texte
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteur

University College, Dublin

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540