Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Brigitte Diaz
, 
Isabelle Hoog-Naginski

Poétiques sandiennes

La Filleule : Un roman « exclusivement littéraire »

Annabelle M. Rea

Texte intégral

  • 1 G. Sand, Agendas [1852-1856], A. Chevereau (éd.), Paris, Touzot, 1990, t. I, p. 48. Parus dans Le S (...)
  • 2 Voir B. Didier, « Pour une sociologie du journal intime », in Le Journal intime et ses formes litté (...)
  • 3 G. Sand, Correspondance [désormais abrégé en C., suivi du numéro de tome en chiffres romains et du (...)
  • 4 Le contrat pour Mont-Revêche et Les Maîtres sonneurs, parus en feuilleton dans Le Pays (pour le sec (...)

1Le 16 août 1852, d’après son agenda, George Sand « rêve » à son nouveau roman pour Le Siècle, journal où elle n’avait jusqu’alors publié que des articles1. Le contrat qu’elle a signé quelques mois auparavant, en mai 1852, exigeait d’elle cette réflexion à cause de l’extrême méfiance du régime du Prince-Président Louis-Napoléon à l’égard du journalisme – Béatrice Didier a parlé d’une presse « bâillonnée »2. Le document signé par Sand lui interdisait de discuter d’« aucune question politique, ni religieuse, ni sociale »3. Son roman devait être « exclusivement littéraire »4.

  • 5 G. Lubin, « Chronologie de George Sand », Europe, 587, 1978, p. 152 (donne 1851 pour le début de ce (...)

2Avant d’examiner la « littérarité » de La Filleule, il serait important de situer ce roman dans l’œuvre sandienne. Justement, à l’époque qui nous concerne, avec plus de vingt ans de métier derrière elle, Sand préparait pour Pierre-Jules Hetzel une édition de ses Œuvres illustrées, édition parue en neuf volumes entre 1851 et 18565. Anna Szabó, avec les deux volumes de Préfaces de George Sand, publiés en 1997, nous offre une vue d’ensemble de ce corpus qui représente une importante réflexion sandienne, commencée avec une préface générale, en avril 1851. Sand écrit La Filleule pendant la période la plus intense de sa rédaction de préfaces pour l’édition d’Hetzel.

  • 6 « Il faut attendre la préface générale de 1851, pour que Sand, en sa qualité de préfacier, s’exprim (...)
  • 7 Ibid., p. 16.
  • 8 Ibid., p. 13.
  • 9 A. Szabó cite C. Duchet dans sa note 51, ibid., p. 23.
  • 10 Ibid., p. 156.

3Comme le conclut Anna Szabó, ces préfaces des années 1850 révèlent une écrivaine qui s’exprime de plus en plus ouvertement au féminin6, une artiste dont les préoccupations sont « plus souvent purement littéraires » que par le passé7, une créatrice à la recherche des origines du roman, ce genre « bâtard »8, et préoccupée par sa place personnelle dans cette généalogie. Par ailleurs, se référant à Claude Duchet, A. Szabó précise que la « matière préfacielle »9 ne se limite pas à sa place liminaire traditionnelle, mais peut s’insérer dans le roman lui-même. Toujours engagée du côté de la liberté de tout dogme, Sand se découvre à l’occasion de l’édition Hetzel une nouvelle confiance en elle-même. Dans sa préface générale elle explique, « la confiance dans mes instincts ne m’est venue que peu à peu »10. Nous retrouverons ces caractéristiques dans notre analyse.

  • 11 Lettre du 30 avril 1852, C., XI, 85. Voir la notice de G. Lubin, C., X, 873-874.
  • 12 C., XI, 85, n. 1. Marie-Paule Rambeau est d’accord avec Georges Lubin. Voir sa « Présentation de La (...)
  • 13 « Rumin[er] » est le verbe utilisé par Sand dans sa lettre au Comte, C. XI, 85. Cf. A. Szabó, Préfa (...)

4Tout en préparant ses œuvres complètes, George Sand a continué à composer de nouveaux textes. Elle devait écrire trois romans à l’époque qui nous intéresse : Mont-Revêche, juste avant La Filleule, et ensuite Les Maîtres sonneurs, tous les trois parus en volume chez Cadot en 1853. Pour le premier, Mont-Revêche, elle avait l’intention d’écrire « une courte dissertation sur le but du roman en général », en forme de lettre, comme hommage-dédicace au Comte Alfred d’Orsay, quelqu’un qu’elle appréciait pour l’aide qu’il avait apportée à Solange dans les épreuves conjugales de cette dernière et pour son soutien des démarches sandiennes en faveur des exilés de 184811. Selon Georges Lubin, cette réflexion sur le roman n’a pas vu le jour à cause du décès du comte12. Anna Szabó affirme par contre que l’avant-propos en tête de Mont-Revêche qui explique que le roman n’a pas à prouver quoi que ce soit et qui utilise même le terme « but » est en effet cette « courte dissertation » que « rumin[ait] » Sand13.

5Quoi qu’il en soit, ce qui me semble important ici, c’est la concordance de tous ces facteurs : la réflexion globale entreprise à partir de 1851 pour les Œuvres illustrées, la « courte dissertation sur le but du roman » envisagée en 1852, peu de temps avant la composition de La Filleule, et les interdictions imposées à Sand dans le contrat du Siècle au sujet des questions politiques, religieuses ou sociales. Regardons maintenant de plus près ce roman « exclusivement littéraire ».

6Le premier coup d’œil pourrait faire naître la perplexité après notre insistance sur les préfaces. La Filleule s’ouvre en effet avec les mots « première partie », sans préface, ni avant-propos, ni notice, ni même dédicace. Que veut dire cette absence ? Avant de répondre, inspectons le reste du roman pour en saisir les caractéristiques. Nous y notons deux parties à peu près équilibrées, la première avec quinze chapitres et la seconde avec quatorze chapitres et une vingtaine de pages de plus que la première partie. Le premier chapitre de la première partie porte le titre « Mémoires de Stéphen ». Le quatrième chapitre, à l’instar des deux précédents, n’a pas de titre, mais au milieu de ce chapitre nous trouvons ce passage entre parenthèses et en italique :

  • 14 G. Sand, La Filleule, p. 53-54. « Diverses » est au féminin dans le texte établi par Marie-Paule Ra (...)

(Ici nous trouvons une lacune dans le manuscrit de Stéphen Rivesanges, soit qu’il ne l’ait jamais remplie, soit qu’un de ses cahiers ait été perdu ou brûlé. Mais nous trouvons, pour nous renseigner sur la suite de son histoire, diverses lettres et fragments qui combleront cette lacune, et qui ont sans doute été réunis à dessein par lui à ses mémoires.)14

  • 15 Ibid., p. 58.

7Ce passage est suivi d’un titre, « Lettre de madame de Saule à madame Marange ». Le chapitre V s’intitule « Ancien journal » (n’oublions pas que le roman a débuté par des « mémoires ») – « Ancien journal de Stéphen – fragments ». Un peu plus loin nous remarquons un autre passage entre parenthèses et en italique, qui indique un nouveau changement : « (Ici reprenait, dans les cahiers, le récit écrit par Stéphen, à une époque très postérieure de sa vie)15 ».

8La seconde partie présente un premier chapitre intitulé « Journal d’une jeune fille. – Fragments ». Dans cette seconde partie du roman, nous notons encore plus de titres de chapitres : II « Lettre de Stéphen à Anicée. – Fragments » ; III « Journal de Morénita » ; IV « Journal de Stéphen. – Fragments » ; V « Lettre de la duchesse de Florès à madame de Saule », avec, deux pages plus loin, un sous-titre, « Narration de l’écrivain qui a recueilli les documents de cette histoire » ; VI, de nouveau, « Journal de Morénita » et cela continue avec des alternances de formes et de personnages, avec des lacunes signalées, et, surtout, avec des « fragments ». Examinons cette structure romanesque pour en dégager sa littérarité.

  • 16 Voir, par exemple, P. Dayan, Lautréamont et Sand, Amsterdam, Rodopi, 1997, p. 37 : « C’est à peine (...)
  • 17 Comme, par exemple, Isidora. C’est également la technique que Sand adoptera pour raconter sa propre (...)

9Malgré un titre au féminin et une première partie appelée « Anicée », La Filleule s’ouvre avec les mémoires d’un homme, Stéphen Rivesanges. Cela ne surprendra peutêtre pas à première vue : on a suffisamment répété que les narrateurs de Sand sont presque tous masculins16. Cependant ceux qui fréquentent l’œuvre sandienne savent qu’il faut chercher plus loin, car il y a toujours une subversion à découvrir. Un ouvrage commencé au masculin peut se transformer en écrit au féminin17. Un narrateur homme peut – ce sera le cas ici, très littéralement – parler au nom d’une femme.

  • 18 Selon le Petit Robert, « matronyme » existe en français depuis 1946 tandis que « patronyme » exista (...)
  • 19 G. Sand, La Filleule, p. 35.
  • 20 Ibid., p. 160.
  • 21 Ibid., p. 112.

10En regardant de plus près ce Stéphen Rivesanges, nous nous rendons compte que « Rivesanges » représente non pas un patronyme mais plutôt, pour utiliser un néologisme récent, un « matronyme »18. Stéphen explique que, selon l’usage à la campagne, au moment de son mariage, son père « qui s’appelait Guérin, joignit les deux noms », car celui de sa femme, Rivesanges, était « plus anciennement admis au rang de bourgeoisie »19. Quand sa mère meurt du choléra et que son père le chasse du foyer paternel, Stéphen ne se servira que du nom de sa mère adorée. Rivesanges sera également le nom qu’il rêvera de donner à sa femme20. Il ne peut prétendre à celle dont il tombe amoureux cependant, du moins sans créer de « scandale », car, trop jeune et inexpérimenté, trop mal né, il n’a pas de « nom ». Il porte un nom, comme il dit, « complètement obscur »21. Nous verrons, dans un premier temps, comment l’écriture lui permettra de satisfaire aux exigences du monde.

  • 22 Ibid., p. 121.
  • 23 Ibid., p. 122.

11En un mois, Stéphen va réussir à placer trois ouvrages : « un mémoire philosophico-scientifique », « un petit roman » et « un fragment d’oratorio avec chœurs »22, sous trois pseudonymes différents dont un qui incorpore le nom de son père, ce qui met en relief le choix du matronyme. Pendant six semaines, il devient « le premier écrivain de l’époque »23. Ces commentaires sur les préjugés mondains et le goût populaire ne sont pas les seuls où Sand traduit au pied de la lettre l’injonction de faire un roman « exclusivement littéraire ». Pour en constater un autre exemple frappant, il suffit de regarder le portrait satirique d’Hubert Clet qui « allait chez Victor Hugo, donnait à Balzac des sujets de roman ». Comme Stéphen, Clet non plus n’avait pas de nom :

  • 24 Ibid., p. 53. Il y aurait également à noter cette amusante définition d’un critique : « quelqu’un q (...)

Il allait jusqu’à prétendre que vingt éditeurs lui demandaient ses œuvres et que s’il n’avait pas de nom, c’est parce qu’il méprisait la gloire et voulait vivre en poète, pour lui-même24.

  • 25 Ibid., p. 50.
  • 26 Ibid., p. 43.
  • 27 Selon F. van Rossum Guyon, les lettres sont des « substituts de la conversation », « La Corresponda (...)

12Dans son récit, Stéphen fait d’autres commentaires sur la littérature de son époque, notamment sur le thème des Gitans, « à la mode en littérature », mais à propos de qui il voudrait révéler « la réalité des choses »25. Lui qui a le verbe si facile qu’il pourrait devenir, avec très peu d’effort, « le premier écrivain de l’époque », rencontre dans la forêt de Fontainebleau une Gitane sur le point d’accoucher qui ne prononcera pas un mot avant de mettre au monde une petite fille et d’expirer. Si Stéphen n’aura entendu de cette femme que des sons primitifs, « un rugissement sourd » des « cris étouffés »26, c’est lui, qui ne sait même pas le nom de la Gitane, qui va parler pour elle. Il va également parler pour une autre femme, celle dont le prénom donne le titre à cette première partie du roman. Anicée se distingue de cette femme primaire car elle sait écrire. Joint au texte de Stéphen, nous trouvons un seul exemple de son écriture, une lettre où elle « cause » avec sa mère, absente pour quelques jours, une transcription donc de l’oralité27. Nous aurons également un petit billet écrit par cette mère, Julie Marange, à qui Anicée ressemble : selon Stéphen, elles sont

  • 28 G. Sand, La Filleule, p. 61.

deux glaces sans défaut, deux miroirs de pureté, qui, toujours placés en face l’un de l’autre, se renvoyaient une image de la perfection pour la refléter à l’infini dans leur transparente profondeur28.

  • 29 Stéphen les appellera d’ailleurs, dans une lettre à Moréna, « tes deux anges gardiens », ibid., p.  (...)
  • 30 Ibid., p. 56.

13Interprétées par Stéphen, les deux femmes représentent un idéal domestique, calme et angélique29, comme le soulignent les noms « Marange » et « Rivesanges ». Le calme sera cependant interrompu par « l’envie désordonnée »30 d’Anicée d’adopter la petite fille dont a accouché la Gitane.

  • 31 Pour une définition générale du terme « Mémoires », on peut consulter V. Marino, « Memoirs », in Th (...)

14La seconde partie du roman, intitulée « Morénita », s’ouvre, après de longues années d’interruption, avec le « Journal d’une jeune fille ». Bien qu’il n’ait pas de définition stable au XIXe siècle, le terme « Mémoires », comme Sand l’utilise ici, représente un ouvrage de longue haleine écrit à une distance temporelle importante des événements qui y sont relatés31. Sand va compliquer cette forme avec les fragments du journal intime de Stéphen, écrits à chaud pour analyser l’évolution de ses sentiments pour Anicée. C’est dans ce contexte de contraste générique qu’il faut comprendre le journal intime qui ouvre la seconde partie du roman et qui représente sa composante la plus remarquable, bien que le journal de Moréna ne constitue qu’environ dix pour cent du texte.

  • 32 G. Sand, La Filleule, p. 127.
  • 33 Voir A. Rea, « L’Adolescente sandienne : le cas italien », in Présences de l’Italie dans l’œuvre de (...)
  • 34 Voir J. Kristeva, « The Adolescent Novel », in Abjection, Melancholia and Love : The Work of Julia (...)

15Morénita, la fille de la Gitane, devenue maintenant adolescente, révèle l’urgence de sa « venue à l’écriture » : « il y a longtemps, explique-t-elle, que j’ai envie d’écrire jour par jour, ce qui m’intéresse. »32 Elle s’est imposée la discipline d’attendre le jour de ses quatorze ans pour s’offrir ce cadeau autobiographique. Avec le journal de la jeune fille, l’écriture au féminin va faire une intrusion dans le roman. Nous avons vu Stéphen écrire au nom de sa mère ; écrire pour la Gitane sans paroles ; écrire pour sa bien-aimée qui, elle, n’écrivait que pour « causer » avec sa mère. Dans les différents fragments de son journal, Morénita va écrire pour elle-même, mais elle va aussi se lire et analyser ses écrits. Avant d’analyser ses écrits, il faudrait rappeler que l’adolescence se définit comme âge de la vie seulement depuis la fin du siècle précédent33. Cette « structure psychique ouverte » de l’adolescence – j’emprunte les termes de Julia Kristeva – correspond parfaitement au genre littéraire fragmentaire du journal intime, comme l’ont reconnu plusieurs critiques34.

16À l’instar de nombreux adolescents, Moréna communique donc par écrit sa quête identitaire. Elle cherche à se connaître, à comprendre sa différence, à savoir si on la trouve belle. Elle s’entiche de l’homme qu’elle voit le plus souvent – son parrain Stéphen – sans savoir qu’il est marié à sa mère adoptive. Sand nous fait apprécier cette quête au moyen de deux techniques en particulier : d’abord par l’emploi de la forme tonique « moi » et, surtout, par l’usage du miroir. Là où l’angélique Anicée n’était que le reflet de sa mère, Moréna se regarde dans la glace pour y chercher ce qui la distingue des autres. Jusque là, rien de bien original, car l’association entre le miroir et le journal intime nous est plus que familière. Mais Moréna se regarde, s’admire même – c’est-à-dire, étymologiquement, qu’elle se regarde attentivement – dans la « psyché » de sa chambre, donc dans une glace mobile qui reflète le corps entier ; mais la « psyché » renvoie aussi à « l’ensemble des phénomènes psychiques, considérés comme formant l’unité personnelle ». Cette psyché semble jouer un rôle très important dans ce portrait d’une jeune fille qui cherche à se connaître.

  • 35 Selon Th. West Gregory, Adolescence in Literature, New York, Longman, 1978, p. xv, la lutte est « a (...)
  • 36 G. Sand, La Filleule, p. 138.
  • 37 Ibid., p. 157.
  • 38 J. Kristeva, « The Adolescent Novel », p. 14.
  • 39 Voir A. Rea, « L’Adolescente sandienne : le cas italien ».
  • 40 Stéphen annonce au père biologique de Moréna que les parents adoptifs, c’est-à-dire Stéphen et Anic (...)
  • 41 Ibid., p. 54.
  • 42 Ibid., p. 127.

17Comme d’autres adolescents, Moréna va lutter avec la génération précédente – c’est d’ailleurs à la présence d’un élément de conflit qu’on a attribué la fascination que continuent à exercer les récits de l’adolescence35. Moréna appelle « chartreuse »36 la villa qu’elle habite avec sa famille adoptive. Elle avoue des passions que ne partagent pas les autres : son ivresse quand elle monte à cheval ; son enthousiasme pour le spectacle : « L’effort que je fais pour cacher le plaisir que j’y goûte me donne chaque fois la fièvre »37. Elle va se découvrir, comme le confirme Kristeva dans un essai sur le roman de l’adolescence, la capacité de trahir ses parents pour se libérer et se réaliser38. Tout adolescent participe donc à cette quête identitaire. Mais Moréna n’est pas n’importe quelle adolescente ; elle a été adoptée. La recherche des origines chez les adoptés peut être plus urgente, car leur « roman familial », à la différence de celui des enfants vivant avec leurs parents biologiques, pourrait être réalisé39. Il y a encore d’autres difficultés bien plus pénibles que Moréna va devoir affronter : la découverte qu’elle est bâtarde, hybride, fille d’une pauvre Gitane et d’un aristocrate espagnol qui lui refuse catégoriquement, et pour toujours, son nom parce qu’elle a du sang gitan40. Même son prénom, qui s’avère être celui d’une des chiennes de son géniteur, contribue à son abjection. Sand a peut-être exagéré les obstacles pour nous prouver l’intérêt d’un récit au féminin à la première personne, le récit d’une lutte pour la reconnaissance de la différence, des talents individuels. Cependant, comparé au portrait fait par Stéphen de l’allocentrique Anicée qui exprime son impression de n’être « rien par [s]oi-même »41, la passionnée Moréna, avec la découverte à la fois de sa vocation artistique, comme danseuse et chanteuse, et de l’histoire de sa mère, nous intéresse au plus haut point. Ces fragments de journal permettent donc d’interpréter le roman – du moins en partie – comme un Bildungsroman qui traite de l’évolution d’une jeune fille, bien différente de ses contemporaines qu’elle trouve « idiotes »42. On pourrait également le voir comme un Künstlerroman où se déroule l’histoire de la création d’une artiste – et même de deux artistes, car il y a aussi l’histoire du musicien – chanteur, guitariste et compositeur – qui se disait le frère ou le demi-frère de Moréna et qui deviendra son mari. On pourrait aussi y percevoir une sorte de roman policier où peu à peu, fragment par fragment, se dévoilent les origines du personnage éponyme.

  • 43 Ibid., p. 148.
  • 44 C’est à la page 75 qu’on entend parler de cet « écrivain » pour la première fois. La note en bas de (...)

18Avant d’aller plus loin, il faut examiner une troisième voix narrative qui nous aidera à tirer nos conclusions. Stéphen et Moréna ne sont pas les seuls narrateurs créés par Sand. Il y a aussi un curieux « écrivain qui a recueilli les documents de cette histoire »43. Cet écrivain, introduit au milieu de la première partie du roman44, n’a ni sexe, ni état civil, ni rôle à jouer auprès des personnages. Il entre en scène à un moment où le récit de Stéphen s’arrête encore une fois :

  • 45 Ibid., p. 75.

comme c’est à cette même époque que nous avons connu intimement les principaux personnages de cette histoire, nous pourrons raconter très fidèlement ce qui manque dans son récit45.

  • 46 Ibid., p. 79.
  • 47 Ibid., p. 71.
  • 48 Ibid., p. 130.

19Sand aurait très bien pu achever son roman en maintenant les seuls Stéphen et Morénita comme narrateurs, n’en doutons pas. On pourrait essayer d’identifier le troisième narrateur comme un des personnages, tel le vieux musicien Schwartz, présenté quelques pages après la première mention de ce nouveau narrateur. Si c’était lui « l’écrivain qui a recueilli les documents » pourquoi, par exemple, parlerait-il toujours de lui-même à la troisième personne ? Pourquoi Sand ne suggérerait-elle aucun lien entre son « écrivain » et l’« ancien chef d’orchestre allemand »46 ? Stéphen et Morénita, tous les deux, mettent en doute l’infaillibilité narrative : Stéphen avec son « je suis un narrateur bien malhabile »47, et Moréna, avec « je n’ai fait que babiller avec moi-même, comme le font les serins en cage »48. Cet écrivain neutre, sans nom ni identité sociale, renforce la révélation de l’artificialité, invite le lecteur à réfléchir aux procédés qui entrent dans la création d’un roman. Nous avons déjà noté en Stéphen et en Moréna deux personnages sans « nom », sans patronyme. Le narrateur anonyme nous mène encore plus loin dans ce refus de l’autorité narrative, dans cette problématique proposée au lecteur.

  • 49 J’ai relevé treize exemples, sans vraiment les chercher. Il y en a peut-être d’autres.
  • 50 Voir M. R. Higonnet, « Narrative Fractures and Fragments », Children’s Literature, 15, New Haven, Y (...)
  • 51 Le terme « hybride » me semble pourtant toujours valable chez Sand à cause de son importance et de (...)
  • 52 G. Sand, Agendas, t. I, p. 112.
  • 53 G. Sand, C., XI, 707.
  • 54 Voir B. Diaz « George Sand : une “théorie du roman” par correspondance », in George Sand et l’écrit (...)
  • 55 J. Voisine, « De la confession religieuse à l’autobiographie et au journal-intime entre 1760 et 182 (...)
  • 56 J. Voisine, « De la confession religieuse à l’autobiographie et au journal-intime entre 1760 et 182 (...)
  • 57 G. Planche, « Le Roman en 1853 », Revue des Deux Mondes, p. 1088.
  • 58 Ibid., p. 1098.
  • 59 Chroniques, t. II, p. 429, cité par Ph. G. Hadlock, « The Semiotics of Maternity in Maupassant’s Un (...)

20À l’aide de l’analyse féministe, nous avons vu dans La Filleule l’importance de la narration au féminin et le rôle du matronyme. Nous pourrions également interpréter la mise en relief du terme « fragment » – utilisé plus d’une douzaine de fois49 – comme commentaire sur le temps fragmenté de la femme, ici la femme écrivaine, toujours interrompue par ses tâches domestiques. Le féminisme n’est pas le seul de ces outils théoriques qui puisse nous aider, bien évidemment. Il y aurait notamment le travail de Wolfgang Iser sur la réception du lecteur, sur la lacune comme facteur d’implication du lecteur dans l’œuvre50. On pourrait consulter Roland Barthes sur le fragment, Julia Kristeva, et bien d’autres en psychanalyse, sur l’adolescent. Ou bien ce seraient les théories postcoloniales sur l’hybride culturel – encore que ce terme commence à être contesté aujourd’hui51 – que l’on pourrait appliquer à cette forme hybride créée par Sand, où se mêlent mémoires, journaux intimes, lettres, narration d’un écrivain anonyme. Mais on aurait tort de formuler des conclusions sur la métafiction de ce roman en tenant uniquement compte de ces théories, et sans consulter la réception critique contemporaine. Selon l’Agenda, la publication de La Filleule dans Le Siècle fut : « un succès immense »52 ; selon la Correspondance : « un succès étonnant »53. Comme explication, il y aurait, bien sûr, la popularité du Gitan dans les arts (Stéphen en a fait la remarque dans ses mémoires), mais je pense qu’il y a également la collaboration active du lecteur que demande la structure fragmentaire. Et peut-être, plus simplement, le fait que cette structure fragmentaire s’adaptait plus facilement à la publication en feuilleton, forme de publication pour laquelle Sand ne se sentait pas particulièrement douée d’ailleurs54, mais à laquelle le public était tout à fait habitué. À ce propos, il faudrait souligner que cette forme « mixte » adoptée par Sand n’était pas entièrement originale. En effet, Jacques Voisine parle d’une « esthétique du fragment » chez les romantiques, qu’il fait remonter jusqu’au Werther de Goethe, ouvrage publié en 1774, que Sand connaissait bien pour avoir fait une préface à la traduction de Pierre Leroux en 184555. J. Voisine fait ressortir chez Goethe l’emploi de passages épistolaires avec des pages de narration et des « fragments donnés comme retrouvés parmi les papiers du héros, qui sont proprement des pages d’un journal intime ». Il voit Werther comme « un des premiers exemples [de ce nouveau goût pour le fragment] à l’intérieur d’un chef-d'œuvre »56. Malgré l’existence de cette esthétique du fragment, malgré le triomphe du mélange des genres prôné par Victor Hugo, malgré la popularité du Gitan, la réception critique à l’égard de ce roman de Sand a brillé, pour utiliser un cliché ironique, par son absence – et je dois ajouter que c’est encore malheureusement le cas aujourd’hui. Les quelques critiques qu’il y eut à l’époque ont également brillé par leur négativité. Gustave Planche – qui admirait pourtant Sand (« personne plus que moi n’aime le talent de George Sand », a-t-il écrit57) – trouvait dans ce roman un manque de structure. Je cite l’article de Planche, « Le Roman en 1853 », paru dans La Revue des Deux Mondes en décembre 1853 : « Quant à la composition proprement dite, les auteurs ne paraissent pas s’en occuper »58. Guy de Maupassant, de son côté, juge ainsi Sand dans ses Chroniques : « Ce qu’on remarque d’abord, c’est qu’elle n’a jamais même songé à être artiste »59.

  • 60 Ce n’est pas, bien sûr, le seul roman de Sand où les chapitres ont des titres, mais dans Lélia, par (...)

21Dans ce roman écrit en 1852, tout concorde à révéler les préoccupations structurelles, et plus généralement, artistiques de George Sand : la « matière préfacielle » qui se trouve un peu partout à l’intérieur du roman ; les titres de chapitres qui soulignent les genres – mémoires, journal, lettres, narration60 – la mise-en-relief de la complexité chaotique de la vie dans la construction fragmentaire ; le rapport métaphorique entre le personnage éponyme et le roman – genre bâtard, forme hybride, construction de soi, construction d’un roman. Tout cela suppose un refus de la finition architecturale traditionnelle. George Sand nous laisse donc voir la charpente.

  • 61 C’est moi qui souligne.
  • 62 Voir A. M. Rea, « La Filleule : An A-Political Sand ? », in Le Siècle de George Sand, D. A. Powell (...)
  • 63 Je remercie Dominique Isner d’avoir bien voulu lire la version orale de cette communication pour me (...)

22Ce n’est pas dire pour autant que nous souscrivons absolument aux termes du contrat présents dans notre titre, « La Filleule, un roman “exclusivement littéraire” »61. George Sand était incapable – je l’ai dit longuement ailleurs62 – d’être apolitique. Elle ne faisait pas, comme Gustave Flaubert, le rêve d’écrire un livre « sur rien ». Gageons néanmoins que ce roman lui-même pourrait représenter la « dissertation sur le roman » à laquelle Sand songeait en 1852, et voilà pourquoi y ajouter une préface aurait été tout à fait superflu. La Filleule est un roman expérimental qui révèle la nouvelle confiance de Sand en son instinct d’écrivaine, qui nous invite à observer son auteur à l’œuvre dans son laboratoire et qui témoigne du savoir-faire d’une artiste véritable63.

Notes

1 G. Sand, Agendas [1852-1856], A. Chevereau (éd.), Paris, Touzot, 1990, t. I, p. 48. Parus dans Le Siècle : un article en 1839, un autre en 1847 et une préface en 1852. Sand y publiera également Adriani, en 1854. Alain Verjat cite un passage intéressant sur la réflexion chez Sand : « Chercheur, appliqué à moi, est peut-être une épithète trop ambitieuse. J’ai été, et je suis encore plutôt un rêveur. Qu’importe, si rêver est une manière de chercher ? », in Œuvres autobiographiques, G. Lubin (éd.), Paris, Gallimard, 1971, t. II, p. 1247-1248 (désormais abrégé en OA). Voir A. Verjat, « Formes et fonctions du discours autobiographique », in George Sand (actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1981), S. Vierne (dir.), Paris, CDU–SEDES, 1983, p. 33, n. 14.

2 Voir B. Didier, « Pour une sociologie du journal intime », in Le Journal intime et ses formes littéraires (Actes du colloque de Grenoble, septembre 1975), V. del Litto (dir.), Genève, Droz, 1984, p. 4-7.

3 G. Sand, Correspondance [désormais abrégé en C., suivi du numéro de tome en chiffres romains et du numéro de page en chiffres arabes], G. Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1964-1991, XI, 157.

4 Le contrat pour Mont-Revêche et Les Maîtres sonneurs, parus en feuilleton dans Le Pays (pour le second, c’était plus précisément Le Pays et Le Constitutionnel réunis) à la même époque, ne comportait pas cette clause. Ils devaient seulement être « complètement étranger[s] à la politique et aux questions sociales », ibid., p. 26, 637.

5 G. Lubin, « Chronologie de George Sand », Europe, 587, 1978, p. 152 (donne 1851 pour le début de cette publication, tandis qu’A. Szabó indique 1852 (Préfaces de George Sand, A. Szabó (éd.), Debrecen, Kossuth Lajos Tudomanyegyetem (Studia Romanica), 1997, p. 155).

6 « Il faut attendre la préface générale de 1851, pour que Sand, en sa qualité de préfacier, s’exprime enfin au féminin, sans d’ailleurs abandonner pour autant de manière définitive le masculin », Préfaces de George Sand, p. 12.

7 Ibid., p. 16.

8 Ibid., p. 13.

9 A. Szabó cite C. Duchet dans sa note 51, ibid., p. 23.

10 Ibid., p. 156.

11 Lettre du 30 avril 1852, C., XI, 85. Voir la notice de G. Lubin, C., X, 873-874.

12 C., XI, 85, n. 1. Marie-Paule Rambeau est d’accord avec Georges Lubin. Voir sa « Présentation de La Filleule », in G. Sand, La Filleule, M.-P. Rambeau (éd.), Meylan, Éditions de l’Aurore, 1989, p. 10.

13 « Rumin[er] » est le verbe utilisé par Sand dans sa lettre au Comte, C. XI, 85. Cf. A. Szabó, Préfaces de George Sand, p. 191.

14 G. Sand, La Filleule, p. 53-54. « Diverses » est au féminin dans le texte établi par Marie-Paule Rambeau. Avec l’aide de Dorothy Speirs, conservatrice de la collection Sablé du Centre d’études du XIXe siècle de l’Université de Toronto, j’ai pu vérifier les titres des chapitres dans l’édition originale publiée chez Cadot. L’édition de 1853 donne également « diverses lettres et fragments », t. I, p. 124.

15 Ibid., p. 58.

16 Voir, par exemple, P. Dayan, Lautréamont et Sand, Amsterdam, Rodopi, 1997, p. 37 : « C’est à peine exagérer que de dire que les narrateurs sandiens sont toujours masculins ».

17 Comme, par exemple, Isidora. C’est également la technique que Sand adoptera pour raconter sa propre vie dans Histoire de ma vie.

18 Selon le Petit Robert, « matronyme » existe en français depuis 1946 tandis que « patronyme » existait bien au XIXe siècle. 1825 est la date donnée pour le premier emploi de « patronyme ».

19 G. Sand, La Filleule, p. 35.

20 Ibid., p. 160.

21 Ibid., p. 112.

22 Ibid., p. 121.

23 Ibid., p. 122.

24 Ibid., p. 53. Il y aurait également à noter cette amusante définition d’un critique : « quelqu’un qui chante sur tout, ou qui parle de tout parce qu’il ne connaît rien », p. 40.

25 Ibid., p. 50.

26 Ibid., p. 43.

27 Selon F. van Rossum Guyon, les lettres sont des « substituts de la conversation », « La Correspondance comme laboratoire de l’écriture : George Sand (1831-1832) », Revue des sciences humaines, 1991, vol. 95, no 221, p. 88.

28 G. Sand, La Filleule, p. 61.

29 Stéphen les appellera d’ailleurs, dans une lettre à Moréna, « tes deux anges gardiens », ibid., p. 128.

30 Ibid., p. 56.

31 Pour une définition générale du terme « Mémoires », on peut consulter V. Marino, « Memoirs », in The Feminist Encyclopedia of French Literature, E. Martin Sartori (éd.), Westport, Greenwood, 1999, p. 359-362.

32 G. Sand, La Filleule, p. 127.

33 Voir A. Rea, « L’Adolescente sandienne : le cas italien », in Présences de l’Italie dans l’œuvre de George Sand, J.-L. Diaz (éd.), Moncalieri, CIRVI (Études ; 66), 2004, p. 61-73.

34 Voir J. Kristeva, « The Adolescent Novel », in Abjection, Melancholia and Love : The Work of Julia Kristeva, J. Fletcher et A. Benjamin (éd.), Londres, Routledge, 1990, p. 8 ; et V. Del Litto, Le Journal intime et ses formes littéraires (Actes du colloque de septembre 1975), Genève, Droz, 1978, en particulier l’article de B. Didier, p. 245-275.

35 Selon Th. West Gregory, Adolescence in Literature, New York, Longman, 1978, p. xv, la lutte est « au cœur de la fascination universelle de la littérature de l’adolescence ». C’est moi qui traduis.

36 G. Sand, La Filleule, p. 138.

37 Ibid., p. 157.

38 J. Kristeva, « The Adolescent Novel », p. 14.

39 Voir A. Rea, « L’Adolescente sandienne : le cas italien ».

40 Stéphen annonce au père biologique de Moréna que les parents adoptifs, c’est-à-dire Stéphen et Anicée, vont « peut-être [lui donner] un nom », G. Sand, La Filleule, p. 115.

41 Ibid., p. 54.

42 Ibid., p. 127.

43 Ibid., p. 148.

44 C’est à la page 75 qu’on entend parler de cet « écrivain » pour la première fois. La note en bas de la page 195 émanant de « l’auteur de cette histoire » me semble appartenir à un registre différent, pour ne pas dire que cette remarque me semble venir de Sand elle-même et non de son narrateur.

45 Ibid., p. 75.

46 Ibid., p. 79.

47 Ibid., p. 71.

48 Ibid., p. 130.

49 J’ai relevé treize exemples, sans vraiment les chercher. Il y en a peut-être d’autres.

50 Voir M. R. Higonnet, « Narrative Fractures and Fragments », Children’s Literature, 15, New Haven, Yale University Press, 1987, p. 37-54.

51 Le terme « hybride » me semble pourtant toujours valable chez Sand à cause de son importance et de son extension au XIXe siècle (1826, en botanique ; 1842, en zootechnie, selon le Dictionnaire historique de la langue française). L’analyse de Sand fait penser par certains aspects à la célèbre étude de F. Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, 1952.

52 G. Sand, Agendas, t. I, p. 112.

53 G. Sand, C., XI, 707.

54 Voir B. Diaz « George Sand : une “théorie du roman” par correspondance », in George Sand et l’écriture du roman, J. Goldin (dir.), Montréal, Département d’études françaises, 1996, p. 79.

55 J. Voisine, « De la confession religieuse à l’autobiographie et au journal-intime entre 1760 et 1820 », Neohelicon, 2, 3-4, 1974, p. 352. Voir A. Ferroud (éd.) (1890), Catalogue de la bibliothèque de Madame George et de Monsieur Maurice Sand, Paris, Librairie des Amateurs, 1980, pour la référence à ce volume en traduction française, publié chez Hetzel.

56 J. Voisine, « De la confession religieuse à l’autobiographie et au journal-intime entre 1760 et 1820 », p. 351, souligné dans le texte.

57 G. Planche, « Le Roman en 1853 », Revue des Deux Mondes, p. 1088.

58 Ibid., p. 1098.

59 Chroniques, t. II, p. 429, cité par Ph. G. Hadlock, « The Semiotics of Maternity in Maupassant’s Une Vie », in The Mother in/and French Literature, B. Norman (éd.), Amsterdam, Rodopi (French Literature Series ; 27), 2000, p. 93-113. Hadlock note que Maupassant développe l’association entre le masculin et l’art dans plusieurs passages des Chroniques. Maupassant parlait de l’œuvre sandienne en général, sans mentionner La Filleule.

60 Ce n’est pas, bien sûr, le seul roman de Sand où les chapitres ont des titres, mais dans Lélia, par exemple, ces titres sont plutôt descriptifs, avec des noms de personnages ou de lieux. Je remercie le public de Cerisy d’avoir répondu à ma demande de suggestions pour prolonger cette étude à d’autres œuvres de Sand à structure visible. Voici les trois titres proposés : Adriani, La Confession d’une jeune fille et Le Secrétaire intime. Cependant, La Confession d’une jeune fille, du moins dans l’édition publiée dans La Revue des Deux Mondes entre le 1er août et le 1er novembre 1864, ne comporte pas de titres de chapitres. Lucy Schwartz, responsable de l’édition du Secrétaire intime aux Éditions de l’Aurore en 1991 et traductrice du roman en anglais (traduction publiée chez Peter Lang en 2004), me confirme la même absence de titres de chapitres dans ce roman.

61 C’est moi qui souligne.

62 Voir A. M. Rea, « La Filleule : An A-Political Sand ? », in Le Siècle de George Sand, D. A. Powell (dir.), Amsterdam, Rodopi (Faux Titre ; 153), p. 45-54.

63 Je remercie Dominique Isner d’avoir bien voulu lire la version orale de cette communication pour me faire part de ses précieux commentaires stylistiques.

Auteur

Occidental College

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540