Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Brigitte Diaz
, 
Isabelle Hoog-Naginski

De la tradition à l'invention

Le bestiaire dans les Contes d’une grand-mère de George Sand

Marie-Cécile Levet

Texte intégral

Science et art sont des noms grossiers, en opposition grossière. Dans le vrai, ce sont choses inséparables.
Paul Valéry

  • 1 G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire [1969], Paris, Dunod, 1992, p. 71.
  • 2 Notre édition de référence : G. Sand, Contes d’une grand-mère, Ph. Berthier (éd.), Meylan, Éditions (...)

1Dans Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Gilbert Durand rappelle, au début de son chapitre sur « Les symboles thériomorphes », l’universalité et la banalité du bestiaire : « On peut dire que rien ne nous est plus familier, dès l’enfance, que les représentations animales »1. Aussi paraît-il peu surprenant que l’animal occupe une place de choix dans les contes que George Sand grand-mère écrivit pour ses petites-filles Aurore et Gabrielle2. Ce qui l’est plus, en revanche, c’est la manière dont l’auteur joue de cette figure obligée de la littérature enfantine : la présence animale ne constituerait-elle pas l’une des originalités majeures de ces treize contes et n’occuperait-elle pas un rôle central dans cette entreprise sandienne empreinte d’une tendre conviction ? Car, si l’animal endosse pleinement le rôle symbolique que lui a confié la tradition des contes, il devient aussi, de manière moins attendue dans une œuvre empreinte de merveilleux et dédiée en priorité à des enfants, un objet didactique, et même philosophique voire téléologique puisqu’il est l’occasion de s’interroger sur la place qu’occupe chaque être en ce monde ou dans celui de l’au-delà. Imaginer, connaître, reconnaître l’animal, tel semble être le parcours que George Sand conteuse propose à ses auditeurs-lecteurs.

Imaginer l’animal

  • 3 Selon la définition qu’en propose L. Desblache dans son Bestiaire du roman contemporain d’expressio (...)
  • 4 Flochardet rassure Diane et son père contre les bêtes rampantes au château de Pictordu (I, p. 38) ; (...)
  • 5 G. Sand, Les Ailes de courage, I, p. 187.
  • 6 Ibid., p. 179. Il s’agit, en effet, de la première nuit à la belle étoile d’un enfant séparé de sa (...)
  • 7 Comme le démontre G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, p. 77.
  • 8 G. Sand, Le Chêne parlant, II, p. 36
  • 9 Voir G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, p. 138.

2Il est bien rare que la gent animale ne fasse pas une apparition, plus ou moins appuyée, dans les contes bleus traditionnels. Bien qu’il soit impossible d’attribuer sans nuances ces épithètes aux Contes d’une grand-mère, il n’en reste pas moins que, entendu comme « créature définie en opposition aux espèces humaines, végétales et minérales »3, l’animal anime, précisément, le monde que traversent courageusement les héros sandiens. Au-delà des qualités physiques et morales que l’homme se plaît à lui attribuer et qui donnent lieu aux comparaisons majoritairement valorisantes dont use largement George Sand, il est porteur des valeurs positives ou négatives qui lui sont traditionnellement affectées : aux rats, aux chouettes et aux serpents, l’horreur en partage ; aux loups et aux ours, la dévoration ; aux oiseaux, la liberté4. Et les jeunes héros, confrontés à la différence par excellence qu’incarne l’animalité, réagissent d’une manière tout à fait conventionnelle : le pauvre Clopinet, avant son initiation à la Nature, fuit, au risque de se casser le cou, « quelque chose qui passa sur lui, en courant, peut-être un renard, peut-être un lièvre », et voit en chaque buisson noir « une bête accroupie, prête à s’élancer sur lui »5. La figure animale, tout en étant parfaitement intégrée à la diégèse6, permet de donner forme, par exemple, à la peur du changement qu’éprouve l’enfant, la brusquerie du mouvement, le grouillement ou le fourmillement étant synonymes, pour l’imaginaire, d’adaptation douloureuse et d’expérience du temps qui passe7. Quand ces dernières se font plus angoissantes encore, car rapprochant de la mort, l’animalité devient symbole d’agressivité et de cruauté : on ne s’étonnera donc plus de la crainte qu’éprouve Emmi, « pauvre petit gardeur de cochons, orphelin et très malheureux »8, d’être dévoré, contre toute probabilité réaliste, par son troupeau de porcs. De la même manière, l’oiseau, si cher à George Sand, signifie toujours plus que lui-même puisqu’il devient symbole ascensionnel9, comme le montrent exemplairement Les Ailes de courage, conte ornithologique dont le titre seul suffirait à prouver le désir dynamique d’élévation qui anime le héros.

  • 10 Telles qu’elles ont été répertoriées par A. Greimas.

3Au-delà de cette fonction symbolique, l’animal remplit un rôle poétique : il occupe brillamment la place que la tradition littéraire, depuis Pilpay ou Ésope, n’a cessé de lui offrir pour mieux mettre au jour l’âme humaine. Il intervient donc en permanence dans la diégèse, donnant la réplique à son semblable humain ou se faisant plus discret. Fidèle bouledogue, sujet du récit encadré et objet du récit cadre dans « Le chien », éléphant sacré, destinateur et destinataire de l’amour qui l’unit à son maître dans La Fleur sacrée, cheval plein de sagesse, aidant l’enfant à raisonner un maître complètement gris dans L’Orgue du Titan, pourceaux agressifs dans Le Chêne parlant, l’animal investit toutes les fonctions du récit10. Soit celles-ci sont pleinement assumées dans un monde merveilleux :

Et pourquoi donc, madame, [interroge] Marguerite, avez-vous été condamnée à redevenir et à rester grenouille pendant deux cents ans, quand il dépendait de vous de rester dame et de cacher votre patte aux regards indiscrets ? (I, p. 133).

4Soit l’auteur les donne sur le mode conditionnel, quand le chronotope rejoint notre réalité :

  • 11 Nous soulignons.

Les roitelets des buissons chantaient pendant que Catherine divaguait ainsi, et il lui sembla que ces oisillons se moquaient d’elle et lui criaient en riant : Curieuse, fi, la curieuse ! Bientôt ils firent silence, et se retirèrent, tout tremblants de peur, sous la feuillée. Un grand épervier passait dans le ciel et volait en rond juste au-dessous du nuage rose (I, p. 133)11.

  • 12 Dans son introduction aux Éditions de l’Aurore, I, p. 15. Voir aussi la lecture que M. Duffot propo (...)

5Riche de sa valeur symbolique et fort de son rôle dans le récit, l’animal assume, enfin, sa part d’ombre et de lumière dans la psyché enfantine : la grenouille s’enfle si bien, qu’elle en crève. Mais avant, elle se sera faite monstre, incarnation visqueuse et froide d’une sexualité inquiétante. Car les contes sandiens supportent, bien sûr, une lecture psychanalytique, telles que celle de « la Reine Coax » proposée par Philippe Berthier12. Les héros doivent affronter les monstres qui représentent l’inconscient. Au bout du compte, le moi triomphe et s’intègre dans le monde. N’est-ce pas ce qu’apprend la jeune Marguerite qui comprend, grâce à un cygne et une grenouille, quels sont ses véritables désirs et refuse, en conséquence, d’épouser le fat qui se présentait à sa porte ? En première instance, l’animal apparaît donc, pour l’imaginaire, comme le trope par excellence qui permet d’euphémiser le monde, non pas en occultant malheur et douleur mais en les mettant en scène et en proposant les moyens de les accepter pour mieux les dépasser.

Connaître l’animal

  • 13 Celui de La Fleur sacrée.
  • 14 Dans La Fée poussière.
  • 15 Dans La Reine Coax.

6Mais l’animal sandien n’est pas seulement le fruit d’un imaginaire individuel ou collectif. Il possède également une existence bien physique. Les Contes d’une grand-mère, qui jouent des reflets du merveilleux et du fantastique, mais aussi du réalisme, ne manquent pas de la mettre en valeur. Car la présence animale, même discrète, est constante et surprend par son ampleur. En effet, se présentent au fil des pages bon nombre de représentants de la faune des climats tempérés ou équatoriaux : du cheval Bibi, placide portefaix, aux éléphants sacrés de l’Inde13, des invertébrés les plus modestes aux grands mammifères, des races maudites à celles domestiquées, le bestiaire sandien compte un grand nombre de spécimens. Par ailleurs, les textes montrent de manière éloquente, pour peu qu’on y prenne garde, le rôle que joue l’animal dans la communauté humaine. Qu’il l’ait élevé, pêché, chassé, mangé, recherché pour ses plumes, son poil ou sa beauté, étudié ou empaillé, haï ou aimé, écrasé ou sacralisé, l’homme ne peut se passer de lui : daim, ornement des casse-tête de la préhistoire14 ou cygne qui agrémente les parcs15, il apparaît à chaque détour de phrase dans ses rapports concrets avec l’être humain, qui l’apprécie en fonction de sa personnalité, de sa culture et sa civilisation : « Tant que j’ai été Anglais […] j’ai mis le cheval au premier rang. Quand je suis devenu Indien, j’ai mis l’éléphant au-dessus de tout. » affirme sir William dans La Fleur sacrée (II, p. 80).

7Cette abondance de la figure animalière s’explique par le projet sandien, très classique, de plaire et d’instruire. Il s’agit, en effet, pour l’auteur, d’ouvrir l’esprit de ses petites-filles tout en les divertissant, comme le montrent les dédicaces des contes de la première série et que pourrait résumer celle du Nuage rose (I, p. 144) :

À ma petite-fille, Gabrielle Sand

Ma chérie, ayant déjà dédié un conte à ta sœur aînée, je veux te dédier celui-ci. Tu ne sauras le lire que l’année prochaine, mais Aurore te le racontera dès à présent. Pourtant, l’année prochaine, il y aura encore bien des mots que tu ne comprendras pas toujours. C’est ta sœur qui te les expliquera, car, si je fais des contes pour vous amuser, je veux qu’ils vous instruisent un peu en vous faisant chercher une petite quantité de mots et de choses que vous ne savez pas encore.

  • 16 Voir, par exemple, la description des côtes normandes dans Les Ailes de courage ou celle de la jung (...)

8Montrer les animaux tels qu’en eux-mêmes et dans un environnement naturel d’autant plus décrit qu’il est pittoresque ou exotique16, George Sand s’y emploie avec bonheur et compétence. Elle n’hésite d’ailleurs pas à employer les termes scientifiques nécessaires, y compris en latin, pour désigner correctement ce dont elle parle. Elle mêle habilement, par exemple, plaisir gastronomique et science des mollusques en faisant déguster à un amateur gourmand une collection d’huîtres fossiles, lesquelles sont replacées dans leur terrain originaire, lui-même resitué dans l’évolution géologique :

– Eh bien, monsieur, nous voici dans les terrains crétacés. Voici ostrea couloni, des grès verts, une belle huître, celle-là, j’espère ! Voici aquila (du gault) encore plus grosse ; flabelleta frons, carinata, avec sa longue carène. Mangeriez-vous bien la douzaine ? J’en passe, et des meilleures ; mais voici la merveille, c’est l’ostrea pes-leonis de la craie blanche. Celle-ci ne vous dit rien ? (II, p. 171)

  • 17 Qui n’est pas sans rappeler celui du Secrétaire intime dans G. Sand, Romans 1830, Paris, Presses de (...)
  • 18 Elle reproduit, d’ailleurs, quelques-unes de ses erreurs. Voir James J. Walling, « George Sand et l (...)
  • 19 L’on sait, par exemple, combien elle appréciait les travaux d’Alexander von Humboldt ou de Geoffroy (...)

9Tous les héros ne sont pas aussi savants que Le Gnome des huîtres, qui l’est certainement trop – son discours est qualifié, par le narrateur irrité de tant de savoir, de « nomenclature pédantesque » ; mais, beaucoup de personnages possèdent, ou acquièrent, une véritable connaissance des sciences de la vie et de la terre : le bal de la fée aux gros yeux17 (II, p. 185 et sq) met en scène avec brio la beauté des insectes et la connaissance des oiseaux constitue le thème des Ailes de courage. Effectivement, le jeune Clopinet apprend tout d’abord à vivre avec les volatiles marins, puis à les observer, les soigner, les nommer, les empailler, les collectionner et enfin les étudier dans leur milieu naturel. En faisant fi des préjugés pour privilégier la découverte directe, en travaillant pour la connaissance commune sans souci de gloire ou d’argent, en respectant, avant toute chose, la vie animale, Clopinet représente l’idéal du savant selon George Sand. Il n’est pas nécessaire de rappeler combien le domaine scientifique lui importe. En effet, George Sand est très versée en géologie, botanique et entomologie. Elle s’intéresse beaucoup au mouvement scientifique qui bouleverse les sciences naturelles du XVIIIe et XIXe siècle18, s’inspire de Buffon et lui rend hommage dans Les Ailes de courage, précisément. On retrouve l’écho de ces intérêts passionnés dans les différentes œuvres, y compris les Contes d’une grand-mère19.

  • 20 Comme elle le rappelle à tous les apprentis auteurs qui sollicitent ses conseils ; à titre d’exempl (...)

10On constate donc que la libido sciendi qui anime le petit enfant découvrant la vie prend également la forme, dans les contes sandiens, de soif de connaissance scientifique. Dès lors, le didactisme est rappelé et revendiqué au fil des pages sans, pour autant, qu’il alourdisse l’œuvre, car la science n’exclut pas l’art mais le sert20, comme l’affirme et le prouve, dans ses œuvres, George Sand. C’est ce que découvre Clopinet âgé : il ne parvient à peindre les oiseaux qu’à la fin d’une longue vie d’études.

Reconnaître l’animal

  • 21 Sous-titre du recueil dirigé par B. Cyrulnick, Si les lions parlaient, Paris, Gallimard (Quarto), 1 (...)
  • 22 Voir A. Montandon, « Mémoires d’Effi. À propos des autobiographies canines », in Écritures de la pe (...)
  • 23 Dès 1830, le chien Brave se plaignait, avec beaucoup d’esprit, de « diffamation gratuite auprès de (...)
  • 24 Pour reprendre l’heureuse et amusante expression d’Alain Montandon, « Mémoires d’Effi. À propos des (...)

11Il reste que le projet sandien se révèle plus ambitieux que la connaissance pour la connaissance, que ce soit celle de soi ou celle de l’autre. Car ces histoires, qui, pour certaines, peuvent apparaître comme des « Essais sur la condition animale »21, recèlent une véritable entreprise philosophique puisqu’il s’agit ni plus ni moins que de revoir la place de l’homme dans l’univers. Dès lors, il importe, avant tout, de sortir de son anthropocentrisme et de repenser des notions aussi fondamentales que celles de temps, ou encore de bien et de mal. Pour ce faire, George Sand donne la parole aux animaux et leur permet d’exprimer leur point de vue, par un procédé paradoxal, peu original22, mais toujours efficace : l’anthropomorphisation de l’animal. Le bouledogue Fadet23 raconte donc sa douce vie de chien berrichon, laquelle est très proche, malgré la « focalisation calcéologique »24, de ce que peut ressentir un homme : politesse, jalousie, affection, autant d’attitudes ou de sentiments directement calqués sur le modèle humain qui peut être, à cette occasion, dénoncé. Tout comme La Fée aux gros yeux ou La Fleur sacrée, Le Chien possède le mérite de mettre en exergue la nécessité de sortir de son système de valeurs pour comprendre le monde auquel on appartient. Non plus que l’orage, l’araignée n’est mauvaise :

N’y a-t-il pas quelque chose de bien arbitraire dans la condamnation des animaux prétendus cruels et dans le verdict d’acquittement de ceux qui sont voraces ?

  • 25 G. Sand, Autour de la table, Paris, Michel Lévy frères, 1876, p. 58.

12demande George Sand à Michelet à propos de L’Oiseau25. Ce que Georges Bataille énoncera en ces termes :

  • 26 G. Bataille, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Nrf), 1976, t. VII, p. 292 : « Théorie de la relig (...)

Qu’un animal en mange un autre ne modifie guère une situation fondamentale : tout animal est dans le monde comme de l’eau à l’intérieur de l’eau26.

  • 27 Voir G. Sand, Histoire de ma vie, in Œuvres autobiographiques, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1970, (...)
  • 28 G. Sand, lettre à G. Flaubert, C., XX, 136.
  • 29 Après celles de Copernic et avant celles de Freud et même de Foucault, si l’on suit S. Chebili, Fig (...)

13Mais le propos animalier va plus loin encore puisqu’il permet à l’auteur d’affirmer sa croyance en la métempsycose. L’homme n’a pas à se glorifier de sa position dans l’univers et doit garder à l’esprit que chaque être, chaque animal, chaque plante a sa raison d’être, comme le rappellent les fourmis du Géant Yéous : de l’infiniment grand à l’infiniment petit, tout ce qui existe appartient à notre monde, le sert et doit être d’autant plus respecté qu’il est ce que nous serons ou avons été. Et que, peut-être, à défaut de nous souvenir, nous pressentons dans nos affinités avec tel animal ou telle plante : « J’avais un frère très drôle qui souvent disait : Du temps que j’étais chien… Il croyait être homme très récemment. Moi, je crois que j’étais végétal ou pierre », écrit, malgré son « ascendance oiselière »27, George Sand à Flaubert28. L’homme doit donc garder à l’esprit qu’il est le produit d’une évolution : sir William, qui raconte ses différentes vies antérieures, de la truite schubertienne à l’éléphant blanc d’Asie, admet, avec George Sand, la pensée darwinienne, quelle que soit la blessure narcissique qu’elle inflige à l’homme29. Mais cela ne donne aucune prérogative à l’être humain pour dominer l’univers : « la personnalité humaine n’est pas le dernier mot de cette création sur notre planète » conclut le narrateur de La Fleur sacrée (II, p. 102). Mieux, l’homme doit admettre qu’il est à la fois esprit et matière, dualité dont George Sand réduit l’opposition grâce à sa théorie des trois âmes bien distinctes, qu’elle évoque ainsi :

  • 30 G. Sand, « À propos de botanique », Nouvelles Lettres d’un voyageur, Paris, Éditions d’Aujourd’hui, (...)

une pour le domaine de la vie spécifique, une autre pour celui de la vie individuelle, une troisième pour celui de la vie universelle. Celle-ci, qui tiendra compte du droit inaliénable de la vie spécifique, mettra l’accord et l’équilibre entre cette vie diffuse chez tous les êtres et la vie personnelle exagérée en chacun. Elle sera le vrai lien, la vraie âme, la lumière, l’unité30.

14Bêtes et hommes appartiennent donc au même monde, qu’ils constituent avec tout ce qui est sur notre terre : cette conviction profonde structure les Contes d’une grand-mère. Si, ici ou là, le lecteur moderne est étonné que la couleuvre soit épargnée et la vipère tuée, c’est peut-être que l’auteur, d’une part, prend en compte les préjugés de son temps, et parle, d’autre part, avec prudence, étant donné qu’il s’adresse à des enfants. Cependant, son propos consiste clairement à énoncer une philosophie de la vie, et donc de la mort qui, tout en tendant à plus d’humanité, c’est-à-dire à plus d’amour et de compassion, respecte l’existence sous toutes ses formes.

 

  • 31 Pour emprunter les mots de G. Bataille, Œuvres complètes, p. 293.

15« La question est de savoir s’il y a des fées » annonce George Sand dans la dédicace du Château de Pictordu. Les Contes d’une grand-mère atteignent parfaitement le but recherché par l’auteur : convaincre que la nature, dès lors qu’on la regarde attentivement est empreinte du merveilleux que la littérature se plaît à conférer à une souris transformée en cheval ou à une pantoufle de verre. Entre données scientifiques et invention littéraire, « le mensonge poétique de l’animalité »31 permet à George Sand de rappeler, de manière tout à fait actuelle, que l’homme ne peut être ce qu’il est que grâce à ce qu’il n’est pas.

Notes

1 G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire [1969], Paris, Dunod, 1992, p. 71.

2 Notre édition de référence : G. Sand, Contes d’une grand-mère, Ph. Berthier (éd.), Meylan, Éditions de l’Aurore, 1982 pour la première série (I), 1983 pour la deuxième série (II). Toutes les références entre parenthèses dans le corps de l’article renvoient à cette édition.

3 Selon la définition qu’en propose L. Desblache dans son Bestiaire du roman contemporain d’expression française, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal – Centre de Recherches sur les Littératures Modernes et Contemporaines, 2002, p. 10.

4 Flochardet rassure Diane et son père contre les bêtes rampantes au château de Pictordu (I, p. 38) ; « Monseigneur l’Ours, quand il s’aventure de notre côté, est bien reçu au garde-manger. Les loups nous ont un peu tourmentés au commencement ; mais ils ont eu leur compte et se le tiennent pour dit » explique Miquel dans « Le Géant Yéous » (II, p. 298) ; « Sont-ils heureux, ceux-là ! […] ; ils ont des ailes et vont où il leur plaît » s’exclame Clopinet dans Les Ailes de courage (I, p. 179).

5 G. Sand, Les Ailes de courage, I, p. 187.

6 Ibid., p. 179. Il s’agit, en effet, de la première nuit à la belle étoile d’un enfant séparé de sa famille et fuyant son futur maître, tailleur de son état.

7 Comme le démontre G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, p. 77.

8 G. Sand, Le Chêne parlant, II, p. 36

9 Voir G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, p. 138.

10 Telles qu’elles ont été répertoriées par A. Greimas.

11 Nous soulignons.

12 Dans son introduction aux Éditions de l’Aurore, I, p. 15. Voir aussi la lecture que M. Duffot propose de ce conte dans Fleurs et jardins dans l’œuvre de George Sand (Actes du colloque international des 4, 5, 6, 7 février 2004), S. Bernard-Griffiths (éd.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal – Centre de Recherches sur les Littératures Modernes et Contemporaines, à paraître.

13 Celui de La Fleur sacrée.

14 Dans La Fée poussière.

15 Dans La Reine Coax.

16 Voir, par exemple, la description des côtes normandes dans Les Ailes de courage ou celle de la jungle malaisienne dans La Fleur sacrée.

17 Qui n’est pas sans rappeler celui du Secrétaire intime dans G. Sand, Romans 1830, Paris, Presses de la Cité (Omnibus), 1991, p. 628-629.

18 Elle reproduit, d’ailleurs, quelques-unes de ses erreurs. Voir James J. Walling, « George Sand et les Oiseaux » in Les Amis de George Sand, nouvelle série no 24, 2002, p. 19-29.

19 L’on sait, par exemple, combien elle appréciait les travaux d’Alexander von Humboldt ou de Geoffroy Saint-Hilaire. Voir sur ce point les articles de B. Dimopoulou, « Le monde des végétaux chez Sand et Michelet » et B. Hamon, « “Car il est temps d’y songer, la nature s’en va…”. La nécessaire défense de l’équilibre de la nature » dans Fleurs et jardins dans l’œuvre de George Sand, à paraître.

20 Comme elle le rappelle à tous les apprentis auteurs qui sollicitent ses conseils ; à titre d’exemple, cette lettre à H. Amic : « Vous voulez être littérateur, je le sais bien. Je vous l’ai dit : vous pouvez l’être si vous apprenez tout. L’art n’est pas un don qui puisse se passer d’un savoir immense étendu dans tous les sens. » (G. Sand, lettre du 23 mars 1876, Correspondance [désormais abrégé en C., suivi du numéro de tome en chiffres romains et du numéro de page en chiffres arabes], G. Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1964-1991, XXIV, 580).

21 Sous-titre du recueil dirigé par B. Cyrulnick, Si les lions parlaient, Paris, Gallimard (Quarto), 1998.

22 Voir A. Montandon, « Mémoires d’Effi. À propos des autobiographies canines », in Écritures de la personne, mélanges offerts à Daniel Madelénat, S. Bernard-Griffiths, V. Gély et A. Tomische (éd.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2003, p. 183-197.

23 Dès 1830, le chien Brave se plaignait, avec beaucoup d’esprit, de « diffamation gratuite auprès de sa protectrice, Dame Aurore, châtelaine de Nohant et de beaucoup de châteaux en Espagne dont la description serait trop longue à mentionner », C., II, 744.

24 Pour reprendre l’heureuse et amusante expression d’Alain Montandon, « Mémoires d’Effi. À propos des autobiographies canines », p. 189.

25 G. Sand, Autour de la table, Paris, Michel Lévy frères, 1876, p. 58.

26 G. Bataille, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Nrf), 1976, t. VII, p. 292 : « Théorie de la religion ». C’est Georges Bataille qui souligne.

27 Voir G. Sand, Histoire de ma vie, in Œuvres autobiographiques, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1970, t. I, p. 16-22.

28 G. Sand, lettre à G. Flaubert, C., XX, 136.

29 Après celles de Copernic et avant celles de Freud et même de Foucault, si l’on suit S. Chebili, Figures de l’animalité dans l’œuvre de Michel Foucault, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 148.

30 G. Sand, « À propos de botanique », Nouvelles Lettres d’un voyageur, Paris, Éditions d’Aujourd’hui, p. 171.

31 Pour emprunter les mots de G. Bataille, Œuvres complètes, p. 293.

Auteur

Université Blaise Pascal – Clermont II, CRRR

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540