Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Stéréotype

 | 
Alain Goulet

Stéréotype et littérature

L’inéluctable va-et-vient

Jean-Louis Dufays

Texte intégral

  • 1 Stéréotype et lecture. Essai sur la réception littéraire, Liège, Mardaga, « Philosophie et langage  (...)

1Ayant soutenu naguère une thèse de doctorat qui s’intitulait Stéréotype et lecture, dont une version allégée vient d’être publiée chez Mardaga1, la problématique du stéréotype ne m’étant donc pas étrangère, je voudrais ici expliquer brièvement pourquoi je pense que la théorie de la lecture – et, singulièrement, la théorie de la lecture littéraire – devrait lui réserver une place de premier choix. J’étudierai successivement le concept de stéréotypie, le rôle des stéréotypes dans la lecture et le rapport qu’on peut établir entre stéréotypes et littérature.

Le concept de stéréotypie

  • 2 Cf. Ruth Amossy, Les Idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, « Le texte à l’œuvre », (...)

2Essayons d’abord de nous entendre sur ce qu’il faut entendre par stéréotype. Pour ce faire, la position la plus sûre consiste à prendre en compte les traits définitoires retenus par les principaux chercheurs qui se sont penchés sur le problème : je pense bien sûr à Ruth Amossy, mais aussi aux noms moins souvent cités de Claude Bouché, d’Anne Herschberg-Pierrot et d’Anne-Marie Perrin-Naffakh2.

  • 3 Aux termes de « thème » et de « narration », qui conviennent surtout pour l’analyse des récits, on (...)
  • 4 Cf. Anne Herschberg-Pierrot, op. cit., p. 338.
  • 5 Cf. Ruth Amossy, op. cit., p. 33.

3Des diverses définitions, il ressort que le terme de stéréotype désigne une structure, une association d’éléments, qui peut se situer sur le plan proprement linguistique (syntagme, phrase), sur le plan thématico-narratif3 (scénarios, schémas argumentatifs, actions, personnages, décors) ou sur le plan idéologique (propositions, valeurs, représentations mentales). A la suite d’Anne Herschberg-Pierrot, on peut référer ces trois plans aux « niveaux » rhétoriques de l’elocutio, de la dispositio et de l’inventio4. Pour éviter toute confusion, certains auteurs ont proposé de désigner chacun de ces niveaux par des termes distincts : cliché pour les stéréotypies langagières, poncif pour les thèmes littéraires, lieu commun pour les propositions idéologiques et stéréotype pour à la fois l’ensemble et tout le reste5. Ce genre de distinction est certes malaisé, car les différents niveaux sont constamment mêlés (les clichés d’expression et les stéréotypes thématiques véhiculent souvent des lieux communs idéologiques), mais, pour théoriser, il faut bien classer.

4Si l’on se penche ensuite sur les traits permettant d’identifier un ensemble stéréotypé, on peut d’abord retenir cinq critères matériels :

  • la fréquence : un stéréotype est une structure souvent répétée, largement diffusée dans le discours social ;
  • le figement : à force d’être employée, l’association des termes du stéréotype s’est ossifiée, a fini par former un bloc monolithique ; la combinaison syntagmatique qu’il formait à l’origine est devenue un élément de l’axe paradigmatique ;
  • l’absence d’origine précisément repérable (qui distingue le stéréotype de la citation) ;
  • la prégnance dans la mémoire collective : un stéréotype se signale par son caractère durable (sa durée de vie peut s’étaler sur plusieurs générations, voire sur des siècles) et son inscription dans la mémoire socio-culturelle (une structure répétée dans un groupe restreint ne constitue pas vraiment un stéréotype) ;
  • le caractère abstrait et synthétique : lorsqu’il consiste en une représentation thématique ou idéologique, le stéréotype apparaît comme une formule simplifiée, comme la condensation d’une réalité plus complexe.

5On remarquera que quatre de ces cinq traits donnent l’image d’un phénomène éminemment mouvant, évolutif. Fréquence, figement, prégnance dans la mémoire collective et condensation sont en effet des faits graduels, qui paraissent vouer le repérage du stéréotype à une certaine imprécision et un certain arbitraire.

  • 6 Sauf dans les cas, fréquents il est vrai, où l’on en use cyniquement pour s’attirer la faveur des m (...)
  • 7 Précisons le trait en constatant que trois griefs essentiels sont couramment faits au stéréotype : (...)
  • 8 Dans Les Fleurs de Tarbes ou la Terreur dans les Lettres, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1941, (...)

6Mais, si la réalité matérielle du stéréotype fait problème, sa valeur est plus incertaine encore, car il suscite des jugements opposés de la part de ses utilisateurs et de nombre de ses observateurs. Parole légitime pour les uns6, il est, pour les autres, un signe dévoyé qui trahit l’incompétence ou la sottise de ses adeptes7. Bien plus : comme Jean Paulhan8 l’a judicieusement souligné, les stéréotypes n’existent jamais que chez les autres, et les mots lieu commun, cliché, stéréotype tendent à désigner non seulement le répétitif et le commun, mais aussi toute formule ou représentation que l’on rejette. Qui plus est, il s’agit, comme on le sait, d’un concept spécifiquement moderne, forgé pour servir de repoussoir aux idéaux romantiques fondés sur le progrès, l’individu et la différence : ce que nous rejetons aujourd’hui sous le label « stéréotypes », c’est ce que nos ancêtres vénéraient jadis comme les emblèmes de la tradition, de la communauté et de l’unité. Clivage historique, donc ; mais aussi clivage socio-culturel : le stéréotype, de nos jours, s’attire les foudres des intellectuels (la classe « dominante » dirait Bourdieu), tandis qu’il continue, paraît-il, d’enchanter les masses (ou classes « dominées »). Clivage ethnique et national enfin : chaque peuple a ses stéréotypes, et ce qui est vérité profonde pour les Américains n’est que slogan simpliste pour les Européens, et vice-versa. Le stéréotype est donc le lieu privilégié des malentendus entre les générations, les classes socio-culturelles et les peuples, et son extension s’avère virtuellement infinie : présent chaque fois qu’il se trouve quelqu’un pour prendre ses distances et dénoncer la pauvreté d’un propos ou d’une idée, il apparaît comme un concept éminemment polémique, affectivement et idéologiquement chargé, dont la valeur ne fait jamais l’unanimité et qui sert d’outil aux individus se voulant lucides, rationnels et modernes pour dénoncer la sottise de leurs adversaires.

  • 9 Ruth Amossy, op. cit., p. 35-41, a fort bien analysé ce phénomène.
  • 10 Voir, par exemple, l’usage qu’en faisait Barthes dans S/Z et Le Plaisir du texte.

7Cette ambivalence9 constitue un sixième trait constitutif du phénomène, et c’est sans nul doute le plus délicat à prendre en compte, car, pour la classe intellectuelle contemporaine, la tentation est grande d’utiliser le mot stéréotype dans sa seule acception péjorative. Dans la plupart des discours théoriques, « stéréotype » est un outil polémique, un signe chargé de sens et de valeur par le théoricien lui-même10. Cet usage à sens unique du terme et du concept est particulièrement patent chez un grand nombre de sociologues. Et si les sémioticiens préfèrent employer des termes neutres comme code, structure, fonction, séquence, prototype, schéma, concept, script ou topos, n’est-ce pas parce que les connotations péjoratives de « stéréotype » suscitent leur méfiance ? Or rien n’empêche que le stéréotype fasse l’objet d’une science, et qu’il soit, comme tout autre phénomène, soumis à une observation neutre et sereine. Mais, pour ce faire, il convient de distinguer nettement deux niveaux d’analyse. L’analyse critique et prescriptive des nuisances qu’il occasionne est évidemment indispensable ; mais elle doit être complétée, et si possible précédée, par une analyse strictement descriptive qui se contente d’observer le fonctionnement de ces phénomènes et qui considère l’hostilité qu’ils suscitent dans la classe intellectuelle non comme l’expression d’un regard « juste » qu’il suffirait d’avaliser, mais comme un fait devant être lui-même analysé. En d’autres termes, avant d’être idéologique, l’étude des stéréotypes doit être sémiologique. C’est à une telle approche que je me livrerai ici en examinant le rôle exercé par les stéréotypes dans l’acte de lecture et dans la constitution du fait littéraire.

Stéréotype et lecture

Stéréotypes et construction du sens

8Qui se penche avec quelque acuité sur le fonctionnement de la lecture ne manque pas de constater que les systèmes de stéréotypes – qu’ils prennent la forme élémentaire de syntagme ou de phrases, la forme intermédiaire de décors ou de personnages, ou la forme complexe de scénarios ou de genres – constituent en fait la base de toute lecture, le « socle de compétence » qui permet à un lecteur non seulement de comprendre et d’interpréter, mais aussi de modaliser et d’évaluer un texte.

  • 11 A la suite de Goodman : cf. Genette, Fiction et diction, Paris, Seuil, « Poétique », 1991, p. 111.
  • 12 Cf. Van Dijk, repris par Umberto Eco dans Lector in fabula, Paris, Grasset, « Figures », 1985, p. 2 (...)

9Comprendre et interpréter d’abord. Il est clair que toute construction de sens, qu’elle soit première (compréhension, saisie des sens « dénotés ») ou seconde (interprétation, saisie des sens « exemplifiés », dirait Genette11), consiste avant tout à reconnaître dans les éléments du texte, à quelque niveau que ce soit (mots, syntagmes, phrases, actions, personnages, lieux, temps, mode narratif, idéologie) des schémas stéréotypés, qui fonctionnent d’abord à titre d’hypothèses sémantiques ou topics12, puis sont progressivement vérifiés pour être finalement confirmés ou invalidés au profit d’un autre schéma. Cette analyse du fonctionnement de la construction du sens a servi de base aux récents développements de la sémiotique cognitive.

  • 13 Cf. Riffaterre, La Production du texte, Paris, Seuil, « Poétique », 1979, p. 19 : pour Riffaterre, (...)
  • 14 Cf. Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992.

10Donc, tout texte est compris et interprété grâce aux stéréotypes dont le lecteur a la maîtrise ; donner sens à un texte, dirait Riffaterre13, c’est y reconnaître des stéréotypes isolés que l’on peut intégrer dans des stéréotypies cohérentes. La lisibilité d’un texte est avant tout fonction de sa stéréotypie, de sa teneur en schémas reconnaissables. Et s’il existe une limite à la liberté interprétative14, c’est parce que le nombre de stéréotypes dont une société dispose pour interpréter n’est jamais infini.

  • 15 Cf. Stéphane Santerres-Sarkany, Théorie de la littérature, Paris, puf, « Que sais-je ? », 1992, p.  (...)
  • 16 Cf. notamment Michel Picard, La Lecture comme jeu, Paris, éd. de Minuit, « Critique », 1986, p. 138 (...)
  • 17 Cf. Riffaterre, op. cit., p. 11.
  • 18 Cf. Iser, L’Acte de lecture, Liège, Mardaga, « Philosophie et langage », 1985.

11Certes, on ne peut nier que le lecteur est le maître de sa lecture. Il existe une souveraineté, notamment fantasmatique, du lecteur par rapport aux contraintes qui viendraient du texte ou d’ailleurs15. Mais, comme l’ont souligné maints théoriciens16, tout lecteur sait qu’on ne peut pas faire n’importe quoi avec les textes, qu’ils sont des jeux construits selon certaines règles, selon des schémas génériques et autres qui agissent comme autant de partitions17 pour la lecture. Il est donc permis d’affirmer que le lecteur n’est libre qu’à l’intérieur de certaines limites, ou, pour paraphraser Iser18, qu’il existe une dialectique entre la réception (la lecture effective) et l’effet (la lecture modèle, programmée par le texte). C’est là le premier effet essentiel des stéréotypes : en tant que supports de la construction du sens et de la lisibilité, ils sont les garants de l’intersubjectivité des effets textuels dans un contexte socio-culturel donné.

Stéréotypes et modalisation du sens

12Lire, ce n’est pas seulement construire du sens, c’est également et en même temps soumettre ce sens à un traitement particulier, c’est-à-dire modaliser celui-ci, adopter à son égard une posture donnée. Or, s’ils sont les premiers supports de la construction sémantique, les stéréotypes sont aussi le lieu privilégié de cette modalisation.

  • 19 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 88 sq.
  • 20 Cf. Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard, 1971.

13Les deux grands modes de lecture qui sont distingués par la plupart des théoriciens sont en effet deux manières de considérer l’inéluctable stéréotypie de tout texte. Le texte peut d’abord être lu par intérêt pour les référents qu’il met en scène. La lecture se fait alors participative, elle se plonge dans l’univers « fictionnel » (qu’il soit imaginaire ou supposé réel) de la mimésis textuelle, et le lecteur choisit d’adhérer, sérieusement ou par jeu, totalement ou en partie, aux diverses stéréotypies qui sont mises en scène : schémas narratifs traditionnels, personnages et décors conventionnels, langage et idéologie convenus. Il privilégie la « fonction référentielle » du texte et, partant, sa charge pragmatique, émotionnelle, existentielle, fantasmatique. Michel Picard19 appelle le « lu » cette première attitude qu’il relie au playing de Winnicott20.

  • 21 Cf. Genette, op. cit., p. 33.
  • 22 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 190 sq.

14L’autre attitude privilégie l’aspect « poétique » (au sens large), « formel » ou « rhématique »21 du texte, c’est-à-dire ses dimensions esthétiques, structurelles ou idéologiques : ouvertement rationalisante, elle s’attache à mettre la fiction à distance et réduit les référents à l’état de structures, de symptômes, ou de stéréotypes, au sens critique du terme. Cette dimension intellective est appelée lectant par Michel Picard22.

 

15On le voit, ces deux modes de lecture correspondent aux deux regards qui peuvent être portés sur le stéréotype : la lecture participative est naturellement liée à la perception positive du phénomène, à sa fonction de schéma dynamique, tandis que la lecture de distanciation est liée à la perception du stéréotype comme structure conventionnelle et réductrice. Mais, comme les stéréotypes sont la matrice de toute lecture, c’est l’attitude du lecteur à leur égard (acceptation ou refus, aveuglement ou lucidité) qui détermine le mode de lecture, et non l’inverse. Si on participe à un texte, c’est parce qu’on adhère aux stéréotypes qu’on y reconnaît ; si on met un texte à distance, c’est parce qu’on refuse, au moins provisoirement, d’avaliser comme tels ses stéréotypes.

16On remarquera que ces deux modalités de lecture correspondent à deux degrés différents dans la construction du sens : la participation va à « l’essentiel » du texte, se contentant le plus souvent de le comprendre, alors que la distanciation « creuse » le sens, l’analyse, cherche à l’interpréter. En d’autres termes, la compréhension relève d’un repérage non critique du stéréotype, alors que l’interprétation suppose à la fois la reconnaissance de l’objet et la mise en question de sa valeur.

17Généralement, les théoriciens modernes n’envisagent que ces deux usages de la stéréotypie et glosent à l’infini sur leur opposition, qui est présentée comme une opposition entre la « mauvaise » et la « bonne » lecture. En outre, ils tendent à considérer que ces deux postures sont incompatibles au cours d’une même lecture et qu’elles séparent deux catégories de lecteurs : il y aurait d’un côté les lecteurs « dominés », « classiques » ou « naïfs », qui lisent toujours en assumant les stéréotypes et les référents textuels, et d’un autre côté, les lecteurs « dominants », « modernes » ou « lucides », qui mettent toujours les stéréotypes à distance.

  • 23 Cf. notamment Jacques Leenhardt, « Les effets esthétiques de l’œuvre littéraire : un problème socio (...)
  • 24 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 214.

18Or, l’observation des lectures réelles23 montre que ces deux modes sont, dans les faits, très fréquemment mêlés, adoptés tour à tour au cours d’une même lecture, et même à propos d’une même portion de texte : le mode ordinaire de la lecture est celui du va-et-vient, de l’oscillation et, plutôt que des attitudes optionnelles, la participation et la distanciation s’avèrent être toutes deux inhérentes à toute lecture. Pour Michel Picard, « lu » et « lectant » sont deux des trois faces fondamentales du lecteur (la troisième étant celle du « liseur », le lecteur physique, corporel), et chacune de ces dimensions peut être référée à une dimension psychique de la personne lisante : « Tout lecteur serait triple (même si l’une ou l’autre de ses composantes est atrophiée) : le liseur maintient sourdement, par ses perceptions, son contact avec la vie physiologique, la présence liminaire, mais constante du monde extérieur et de sa réalité ; le lu s’abandonne aux émotions modulées suscitées dans le Ça, jusqu’aux limites du fantasme ; le lectant, qui tient sans doute à la fois de l’Idéal du Moi et du Surmoi, fait entrer dans le jeu par plaisir la secondarité, attention, réflexion, mise en œuvre critique d’un savoir24. » En prolongeant cette analyse, je dirai qu’il y a en tout lecteur un naïf et un lucide, un amateur de stéréotypies et un pourfendeur de lieux communs. A mon sens, l’analyse de l’acte de lecture requiert la prise en compte permanente de cette dialectique qui trouve son fondement dans l’ambivalence des stéréotypes.

Stéréotypes et évaluation

19S’il est le support premier de la signification et de la modalisation, le stéréotype est aussi l’outil par excellence de l’évaluation des textes, et ce pour deux raisons.

  • 25 Cf. Lafarge, La valeur littéraire. Figuration littéraire et usages sociaux des fictions, Paris, Fay (...)

20D’abord, il joue toujours un rôle contradictoire dans l’évaluation. Lafarge25 a en effet bien montré qu’évaluer un texte, c’est toujours y célébrer à la fois les stéréotypes qu’on attend – et tout le monde en attend, y compris les lecteurs modernes qui refusent d’appeler stéréotypes les schémas qui leur sont chers – et les écarts par rapport aux stéréotypes dont on ne veut pas – et il y en a toujours : même le lecteur le moins exigeant possède un seuil de tolérance face à la répétition. On peut donc dire que toute évaluation se fait à la fois avec et contre les stéréotypes.

  • 26 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 243-266.

21Par ailleurs, si l’on considère les différents critères (esthétique, référentiel, moral, etc.) qui permettent d’évaluer un texte, on s’aperçoit qu’il constituent entre eux des couples de valeurs antithétiques au sein desquels chaque lecteur a le loisir de privilégier un pôle canonique (une stéréotypie) ou au contraire un pôle subversif (le dépassement de la stéréotypie). Si l’on reprend les trois critères axiologiques retenus par Michel Picard26, il apparaît en effet que :

  • sur le plan informationnel (conformité vs subversion), apprécier la conformité du texte aux genres établis équivaut par définition à valoriser les stéréotypes, alors que s’intéresser à son caractère subversif signifie bien entendu l’inverse ;
  • sur le plan esthétique (sens vs significations), célébrer la convergence sémantique du texte (sa simplicité, son unité) équivaut à chanter les vertus des stéréotypies qui en sont l’agent ; au contraire, célébrer l’éclatement ou la polysémie revient à discréditer toute stéréotypie corsetée dans un sens unique ;
  • sur le plan référentiel (vrai vs faux), apprécier la part de « réalité » du texte équivaut à adhérer aux stéréotypes qui donnent l’illusion de cette réalité ; au contraire, apprécier un texte pour sa fictionalité est le signe qu’on se méfie des représentations stéréotypées du réel.

22A ces trois critères, on pourrait en ajouter d’autres, notamment un critère émotionnel (charge affective du texte vs neutralité) et un critère moral ou éthique (conformité aux lois morales dominantes vs transgression de ces lois). Mais ce qui compte ici, à mes yeux, c’est de constater que ces diverses oppositions sont traversées par une opposition plus générale entre le mode d’évaluation classique, qui célèbre le « vrai », l’unité du sens, la conformité, l’émotion et l’exemplarité éthique, et le mode d’évaluation moderne, qui célèbre la fictionalité (ou le « mentir vrai »), la polysémie, l’écart, la neutralité (l’écriture « blanche ») et le caractère transgressif du texte. Or, à l’instar de la modalisation, l’évaluation oscille constamment entre ces deux modes contradictoires : toute lecture étant à la fois en quête de conformité et d’écart par rapport à certains canons (lesquels varient selon les lecteurs), tout lecteur ne cesse d’osciller entre la célébration d’une valeur et celle de son contraire. Cette oscillation, dont l’observation démontre qu’elle est omniprésente et incessante, peut être vécue comme un déchirement, une infraction à la règle de cohérence idéologique – telle est l’image que paraissent en avoir la plupart des théoriciens de la lecture et de la littérature, qui s’abstiennent soigneusement de parler du phénomène – ; mais elle peut aussi être perçue comme une attitude forte et féconde, seule apte à prendre en compte l’incontournable ambivalence du fait littéraire et des stéréotypies qui le structurent.

23Il est même possible, comme le suggère Michel Picard, de tenir l’oscillation pour l’attitude littéraire par excellence, comme la source et l’expression privilégiée de la littérarité. Mais, avant d’en venir là, un petit détour s’impose.

Stéréotypes et littérature

Par-delà l’institution littéraire

24On le sait, faire intervenir le concept de littérature dans un débat, et plus encore, prétendre le définir de quelque manière, c’est s’exposer à de grosses difficultés. En l’occurrence, c’est courir le risque de privilégier une chapelle – un système de valeurs – au détriment des autres, et de mêler à l’analyse « objective » des contenus textuels l’imposition « subjective » d’une valeur, nécessairement relative et contestable. Cette relativité des définitions du littéraire a été particulièrement mise en exergue par les travaux de la sociologie des institutions (Bourdieu, Lafarge) qui voient dans la littérature non pas une valeur déterminée, mais un champ de bataille où s’affrontent les défenseurs de diverses valeurs, et où l’on observe, à chaque époque, la domination provisoire de certaines conceptions (dites dominantes) sur les autres (dites dominées). Comme on l’a vu plus haut, le concept de stéréotype joue une place essentielle dans ce processus, car il sert aux dominants à dénoncer les contre-valeurs dont se repaissent les dominés. Dans ce contexte, toutes les tentatives pour définir la littérature ne constituent jamais que des « prises de position dans le champ », des « coups » qui relèvent davantage de la stratégie politique – d’une conquête de pouvoir – que du discours scientifique.

25Mon propos ici n’est pas de contester la réalité de ce fonctionnement ; qu’il soit donc bien clair que les réflexions qui vont suivre, si elles se veulent les plus consensuelles possible, n’en sont pas moins l’expression d’une valeur, forcément contestable. Il me semble cependant que la conscience de la relativité de toute (pro)position ne doit ni ne peut empêcher la recherche de modèles théoriques correspondant au mieux à la spécificité de l’objet qu’il s’agit de décrire. S’il est vain d’espérer arriver à une définition définitive de la littérature, il reste permis de penser que certaines définitions peuvent être plus aptes que d’autres à emporter l’adhésion.

26En l’occurrence, il me semble que la manière la plus satisfaisante de définir la littérarité aujourd’hui consiste à affirmer son caractère à la fois lectural et scriptural, son caractère graduel et son caractère ambivalent et ouvert, ancré dans une pratique double de la stéréotypie. Développons.

Littérature et écriture

27Commençons par constater que la définition de la littérarité d’une écriture peut toujours s’appuyer sur la manière dont cette écriture traite les stéréotypes. Il est en effet aisé sur cette base de classer les textes en trois grandes catégories qui sont autant de « régimes de littérarité ».

28La première est celle de l’écriture du premier degré, innocente ou faussement innocente, qui emploie le stéréotype sans distance, afin d’assurer, consciemment ou non, la lisibilité du discours, son rythme, sa vraisemblance, sa force persuasive, son appartenance générique ou sa valeur esthétique. On reconnaît là le fonctionnement de la littérature classique et de ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler la littérature de masse.

  • 27 Voir Barthes, Le plaisir du texte, Paris, Seuil, 1973, p. 65-67 : « Le Nouveau n’est pas une mode, (...)

29A l’opposé, on trouve un mode d’énonciation distant, critique, ironique ou parodique, qui, par divers procédés, dénonce l’usure du stéréotype, son caractère simpliste ou mensonger, et cherche à fonder un langage neuf, étranger à toute stéréotypie. Ce mode d’écriture axé sur l’écart (ou la différence) a été particulièrement mis à l’honneur chez les poètes de la rupture (Rimbaud, Mallarmé, Breton) et chez les romanciers du soupçon (Robbe-Grillet, Butor), qui ont parfois cultivé une véritable hantise à l’égard des lieux communs. Son usage intensif depuis environ deux siècles fonde ce qu’il est convenu d’appeler la littérature moderne et sert de base à la plupart des spéculations théoriques sur la nature du littéraire (et, plus généralement, de toute valeur27).

  • 28 Voir l’incessant va-et-vient qui rythme Le livre de ma mère, les Carnets 1978 ou le chapitre lii de (...)
  • 29 Voir Umberto Eco, Apostille au Nom de la Rose, Paris, Grasset, 1985, p. 77-78 : « La réponse postmo (...)

30Enfin, au-delà des deux modes précités, il existe une écriture ambivalente, oscillatoire, qui table sur les deux faces du stéréotype, le rend à son caractère double, indécidable. On trouve de bons exemples de ce fonctionnement dans le mélange constant de lyrisme et de cynisme qui sillonnent l’œuvre d’un Baudelaire (spleen vs idéal), d’un Lautréamont (Chants de Maldoror vs Poésies) ou d’un Albert Cohen28. Malgré son caractère tarte-à-la-crème, le terme de postmodernisme est peut-être celui qui convient le mieux pour désigner ce type d’écriture qui commence à s’attirer quelques adeptes estimables29.

31Bien entendu, ce classement un peu simpliste ne doit pas empêcher de voir qu’un même auteur, voire un même texte, peut recourir à différents modes d’écriture ; il présente néanmoins l’intérêt énorme de montrer que le rapport au stéréotype donne lieu à trois conceptions distinctes de l’écriture littéraire : la classique, fondée sur la fidélité aux canons, la moderne, axée sur la différence, et la postmoderne (ou, si on préfère, la contemporaine), centrée sur le va-et-vient. Bien entendu, libre à chacun ici de choisir son camp. Pour ma part, je ne cache pas que la troisième position me parait la plus féconde et la plus apte à satisfaire mes contradictoires appétits.

Littérature et lecture

  • 30 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 241.

32La théorie du stéréotype permet donc d’asseoir une première définition assez satisfaisante de la littérature en tant que mode d’écriture. Cela cependant ne suffit pas. Comme l’a souligné Michel Picard, toutes les tentatives qui sont faites pour définir la littérature comme un « en soi » lié à une certaine manière d’écrire ou à certains types de textes déçoivent, car elles ne tiennent pas compte de la manière dont les textes sont lus ; oubliant qu’il n’y a pas de littérature sans lecteur, elles ne voient pas qu’avant d’être un corpus d’œuvres ou un type de textes, la littérature est une manière de lire. Les travaux de Jauss et de l’esthétique de la réception ont, en effet, suggéré que la qualité littéraire résidait « dans l’enchaînement dialectique des « réponses » apportées par les textes aux questions confuses, situées à la limite des systèmes de sens des différentes époques », et de plus en plus de chercheurs admettent aujourd’hui que « la lecture pourrait […] percevoir comme littéraires des textes sacrés ou historiques écrits en dehors de préoccupations artistiques, par exemple des textes sacrés ou historiques de l’Antiquité ou du Moyen Age »30.

33Mais s’il existe une lecture méritant d’être qualifiée de littéraire, quelle est-elle ? On l’a vu, la lecture, comme l’écriture, connaît trois régimes de valeur qui correspondent aux trois regards possibles sur la stéréotypie, et, pour Michel Picard, le régime ambivalent est le plus digne d’intérêt. Pour lui, la lecture littéraire est une oscillation concertée entre des modes d’évaluation antithétique, elle consiste à exploiter chaque critère axiologique de manière dialectique en valorisant tour à tour les deux pôles qui le constituent :

  • conformité/subversion (critère de l’originalité) : la lecture littéraire se fait à la fois dans et contre une culture, elle apprécie le jeu d’une partition connue en même temps que sa remise en cause : si elle célèbre le conforme, c’est dans la mesure où il s’accompagne d’une certaine dose de subversion ;
  • sens/significations (critère de la polysémie) : la lecture littéraire est une « élection du sens dans la polysémie », un maintien du game dans le playing, et partant, une mise en exergue de la connotation, de la densité, de la condensation ;
  • faux/vrai (critère de la vérité) : la lecture littéraire est une « modélisation par une expérience de réalité fictive », et elle exerce par là une fonction sociale indirecte car elle ne produit pas seulement un nouveau texte, mais aussi un nouveau lecteur et un nouveau citoyen, capable de poser sur le monde un double regard31.

34On pourrait peaufiner l’analyse en mobilisant d’autres critères qui ont déjà été évoqués (telles la charge émotionnelle et la portée éthique), mais ce qui précède suffit à démontrer la puissance théorique de cette conception. Tout son intérêt réside dans le fait que, bien loin de privilégier l’un ou l’autre critère isolé, elle intègre de manière dialectique l’ensemble des critères possibles et reconnaît à chacun d’eux sa validité dans un contexte où la contradiction est non seulement admise mais valorisée. La lecture littéraire, selon Michel Picard, est un champ axiologique maximal qui est ouvert à l’infinie diversité des attentes du lecteur. De plus, cette conception présente le grand avantage de faire de la littérarité une valeur graduelle : dire que la lecture littéraire réside dans un rapport oscillatoire au texte, c’est admettre qu’il suffit d’un peu d’oscillation pour qu’il y ait déjà un peu littérature.

35Cette attitude de va-et-vient à l’égard des divers canons axiologiques équivaut, insistons-y, à l’activation maximale de la double face des stéréotypes : accorder une importance égale au conforme et au subversif, à l’un et au multiple, au vrai et au fictif revient à porter sur chaque signe du langage un regard réversible, toujours prêt à valider d’un œil la stéréotypie que l’autre œil a discréditée. La lecture littéraire ici définie n’est donc rien d’autre que le maintien concerté des stéréotypes, et partant du langage tout entier, dans leur ambivalence originelle.

 

  • 32 Lire à ce propos ce que dit la didacticienne Annette Béguin dans son livre Lire-écrire, Paris, L’Éc (...)

36On le voit, l’approche de la littérature et de la lecture par le biais du stéréotype présente maints avantages hautement appréciables, ne serait-ce que sur le plan didactique32. D’un côté, en désignant par leur nom les stéréotypes qui permettent de comprendre, de modaliser et d’évaluer les textes, elle donne davantage au lecteur les moyens d’agir sur ces diverses opérations. D’autre part, en mettant en exergue les fonctions dynamiques des stéréotypes, elle rend pleinement compte de l’inéluctable va-et-vient qui affecte, par-delà le rapport aux structures figées, toute activité d’écriture et de lecture.

37Pour conclure, je soulignerai à la suite de Jean Paulhan cette ultime évidence : même si elle était désirable, l’exclusion totale des stéréotypes s’avérerait de toute manière impossible, en raison de la nature même du langage. Il faut répéter, en effet, que parler, écouter, écrire, lire, c’est nécessairement utiliser des signes mille fois réitérés qui pourront à tout moment être qualifiés de stéréotypes par des adversaires, et qu’une parole ou une pensée neuve n’est perceptible que sur fond de stéréotypie. Loin de s’exclure mutuellement, stéréotype et nouveauté (inertie et mouvement, paradigme et syntagme) forment un couple indissociable, une paire dialectique dans laquelle chaque élément est nécessaire à l’autre.

38Libre, malgré cela, à qui le veut, de continuer à conspuer indistinctement tous les lieux communs. Mais il se pourrait bien que cette attitude soit, en réalité, l’une des expressions les plus subtiles de l’excès d’individualisme qui gangrène aujourd’hui la culture occidentale et qui empêche le monde – celui des lettres comme les autres – de se retrouver autour de projets communs.

Notes

1 Stéréotype et lecture. Essai sur la réception littéraire, Liège, Mardaga, « Philosophie et langage », 1994.

2 Cf. Ruth Amossy, Les Idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, « Le texte à l’œuvre », 1991 ; Claude Bouché, Lautréamont. Du lieu commun à la parodie, Paris, Larousse, « Thème et texte », 1974 ; Anne Herschberg-Pierrot, « Problématique du cliché. Sur Flaubert », Poétique, 43, 1980, p. 334-345 ; Anne-Marie Perrin-Naffakh, Le Cliché de style en français moderne, thèse de doctorat d’État, Presses universitaires de Bordeaux, 1985.

3 Aux termes de « thème » et de « narration », qui conviennent surtout pour l’analyse des récits, on peut préférer, à la suite de J. M. Adam, les termes plus généraux de « configuration » et de « séquence » : cf. « Pour une pragmatique linguistique et textuelle », in Claude Reichler (éd.), L’Interprétation des textes, Paris, éd. de Minuit, p. 183-222.

4 Cf. Anne Herschberg-Pierrot, op. cit., p. 338.

5 Cf. Ruth Amossy, op. cit., p. 33.

6 Sauf dans les cas, fréquents il est vrai, où l’on en use cyniquement pour s’attirer la faveur des masses.

7 Précisons le trait en constatant que trois griefs essentiels sont couramment faits au stéréotype : du point de vue référentiel, on lui reproche son caractère simpliste ou erroné ; sur le plan éthique, on lui reproche son injustice et son caractère socio ou ethnocentrique ; sur le plan esthétique, on lui reproche sa banalité, sa trivialité, son caractère peu attractif.

8 Dans Les Fleurs de Tarbes ou la Terreur dans les Lettres, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1941, p. 107-111.

9 Ruth Amossy, op. cit., p. 35-41, a fort bien analysé ce phénomène.

10 Voir, par exemple, l’usage qu’en faisait Barthes dans S/Z et Le Plaisir du texte.

11 A la suite de Goodman : cf. Genette, Fiction et diction, Paris, Seuil, « Poétique », 1991, p. 111.

12 Cf. Van Dijk, repris par Umberto Eco dans Lector in fabula, Paris, Grasset, « Figures », 1985, p. 25 sq. et 113 sq.

13 Cf. Riffaterre, La Production du texte, Paris, Seuil, « Poétique », 1979, p. 19 : pour Riffaterre, l’identification de la « mythologie » mise en œuvre par un texte « n’est possible que par l’existence, dans le texte, de stéréotypes dont la lecture, même sous forme de fragments, est une espèce d’amorce : elle déclenche dans notre esprit le déroulement du système de lieux communs ou du moins nous prédispose à déchiffrer la suite en pleine conscience de la présence de ce système comme contexte verbal ».

14 Cf. Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992.

15 Cf. Stéphane Santerres-Sarkany, Théorie de la littérature, Paris, puf, « Que sais-je ? », 1992, p. 58-82.

16 Cf. notamment Michel Picard, La Lecture comme jeu, Paris, éd. de Minuit, « Critique », 1986, p. 138 sq. ; Hans-Robert Jauss, Pour une Esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978 ; Umberto Eco, Lector in fabula ; François Rastier, Sens et textualité, Paris, Hachette, 1989.

17 Cf. Riffaterre, op. cit., p. 11.

18 Cf. Iser, L’Acte de lecture, Liège, Mardaga, « Philosophie et langage », 1985.

19 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 88 sq.

20 Cf. Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard, 1971.

21 Cf. Genette, op. cit., p. 33.

22 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 190 sq.

23 Cf. notamment Jacques Leenhardt, « Les effets esthétiques de l’œuvre littéraire : un problème sociologique », in M. Poulain (éd.), Pour une sociologie de la lecture, Paris, Cercle de la Librairie, p. 69.

24 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 214.

25 Cf. Lafarge, La valeur littéraire. Figuration littéraire et usages sociaux des fictions, Paris, Fayard, 1983, chapitres 2 et 3.

26 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 243-266.

27 Voir Barthes, Le plaisir du texte, Paris, Seuil, 1973, p. 65-67 : « Le Nouveau n’est pas une mode, c’est une valeur, fondement de toute critique : notre évaluation du monde ne dépend plus […] de l’opposition du noble et du vil, mais de celle de l’Ancien et du Nouveau […]. Tout, plutôt que la règle (la généralité, le stéréotype, l’idiolecte : le langage consistant). »

28 Voir l’incessant va-et-vient qui rythme Le livre de ma mère, les Carnets 1978 ou le chapitre lii de Belle du Seigneur.

29 Voir Umberto Eco, Apostille au Nom de la Rose, Paris, Grasset, 1985, p. 77-78 : « La réponse postmoderne au moderne consiste à reconnaître que le passé, étant donné qu’il ne peut être détruit parce que sa destruction conduit au silence, doit être revisité : avec ironie, d’une façon non innocente. Je pense à l’attitude post-moderne comme à l’attitude de celui qui aimerait une femme très cultivée et qui saurait qu’il ne peut lui dire : « Je t’aime désespérément » parce qu’il sait qu’elle sait (et elle sait qu’il sait) que ces phrases, Barbara Cartland les a déjà écrites. Pourtant, il y a une solution. Il pourra dire : « Comme dirait Barbara Cartland, je t’aime désespérément. » Alors, en ayant évité la fausse innocence, en ayant dit clairement que l’on ne peut parler de façon innocente, celui-ci aura pourtant dit à cette femme ce qu’il voulait lui dire : qu’il l’aime et qu’il l’aime à une époque d’innocence perdue. »

30 Cf. Michel Picard, op. cit., p. 241.

31 Ibid., p. 242-266.

32 Lire à ce propos ce que dit la didacticienne Annette Béguin dans son livre Lire-écrire, Paris, L’École, 1982, p. 181, en conclusion d’un chapitre intitulé « Rôle des lieux communs dans la lecture » : « Pour l’élève, intégrer des modèles figés, c’est accéder à la possibilité de lire. Jouer avec ces modèles, les reconnaître à travers les transformations qu’ils subissent dans les textes, c’est accéder à la lecture critique et au pouvoir de se situer par rapport à ce qu’on lit ». Voir aussi mes articles, « Lire avec les stéréotypes. Les conditions de la lecture littéraire en classe de français », Enjeux, 23 juin 1991, p. 5-18, et « Initier à la conscience des stéréotypes : un enjeu essentiel du cours de français », Enjeux, 29 août 1993, p. 47-59.

Auteur

Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Caen, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540