Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Stéréotype

 | 
Alain Goulet

Stéréotypes, narrativité et attribution

Gisèle Valency

Texte intégral

1Les études littéraires ont fait un sort à des notions comme « intervention d’auteur », « savoir partagé ». Si elles n’expliquent rien, ces expressions signalent un malaise devant des phénomènes qui résistent. Ceux-ci ressortissent généralement à l’emploi de stéréotypes. Dans une narration, une partie des descriptions, des évocations, etc. est renvoyée au lecteur, pour complément et interprétation. Ces « savoirs partagés » sont en partie factuels : l’existence de Galilée, la présence de vitamine C dans les oranges ; une autre partie, dont l’emprise quotidienne est plus forte, relève des représentations. C’est le domaine du stéréotype.

2La représentation du genre en littérature a un statut intermédiaire ; l’évitement des stéréotypes peut constituer à lui seul un genre narratif qui croise ceux qui sont définis selon des modes éditoriaux comme « chronique », « feuilleton », « roman », ou des modes narratifs comme « voix », « distance » « première personne ».

3La perspective choisie ici implique un parcours assez large des lieux où la notion intervient. Il m’importe en effet de montrer que les implications très variées du stéréotype se soutiennent d’un processus unique qui ne semble pas avoir été, jusqu’ici, clairement identifié.

4On passe des formes repérées d’une hantise des stéréotypes aux enjeux éthiques de la stéréotypie, puis à leurs rapports avec les aspects stéréotypiques de la narrativité.

La hantise du stéréotype : Stendhal, Nerval

5Commençons par signaler deux exemples caractéristiques de l’obsession du stéréotype : Stendhal refuse de raconter ses premières amours dans son autobiographie, Nerval refuse de décrire dans les notes de voyage.

Stendhal

6Chez Stendhal, le stéréotype est d’abord affaire politique : il est lié à la répétition et à la règle ; son rejet inclut la figure obligée :

  • 1 L’auteur des récits qui deviendront les Chroniques Italiennes : Lettre à R. Colomb, 18 mars 1835.
  • 2 Lettre à Mme Julie Gaulthier à propos de l’attentat de Fieschi, 14 mars 1836.

Don Ruggiero1 est aujourd’hui ce que Monsieur de Chateaubriand sera en 1840 : impatientant. Dans le récit d’un meurtre, il ne dit pas « le soleil se levait », mais « déjà l’aurore aux doigts de rose… ».
A mesure qu’on monte dans les rangs élevés, on trouve des ducs de M… qui n’ont de caractère que le pistolet à la main, et cela parce qu’il y a une formule pour les duels2.

7On sait quelle importance Stendhal accordait à une parole neuve et son dégoût pour ce qui était ânonné. La rencontre amoureuse est une scène si connue, que pour l’éviter, Stendhal invoque « ces souvenirs célestes où le sujet surpasse le disant » :

  • 3 Vie de Henri Brulard, Gallimard, « La Pléiade », p. 116.

Que dire d’un tel moment sans mentir ? Sans tomber dans le roman3 ?

  • 4 De L’amour : je souligne.

8Le vrai est indicible ; si le regard échappe au stéréotype, si au contraire, « On peut tout dire avec un regard », c’est donc bien qu’« il ne peut être répété textuellement »4.

9Dans son Journal, il s’en prend, à la « phrase » :

  • 5 Journal de 1805, nivose an xiii.

Je sens que ce que j’écris ici est encore phrase, n’est pas encore ma pensée nette et dégagée de toute enflure ; il me faut l’usage du monde pour cela5.

10Ce verbeux du verbal, sensible seulement à travers la reconnaissance du stéréotype, se révèle comme un assujettissement aux genres :

  • 6 Vie de Henri Brulard, p. 85.

J’avais à subir des homélies continuelles… Un jour ennuyé du pathos de mon père, je lui dis6

11Les homélies, le pathos, c’est le discours stéréotypique des parents. Le sujet se construit contre, par un dire qu’il juge transparent.

Nerval

12Chez Nerval, la crainte du stéréotype, plus perverse, se manifeste par un refus à l’intérieur même du genre : « roman impossible » dans « Un roman à faire », description impossible dans les récits de voyage. J’ai eu déjà l’occasion de dire comment Nerval ne posait la possibilité d’un genre que pour en nier immédiatement la validité. Le genre semble en effet conduire au stéréotype du simple fait de son existence. L’écrivain rejette cette fatalité de l’écriture, ce qu’il ne peut faire qu’à l’intérieur de la forme qui a suscité le refus. En cas de rejet extérieur, la nouvelle forme employée serait, elle aussi, porteuse de stéréotype.

13Deux « lieux » rhétoriques sont mobilisés, comme issue possible à cette circularité. On passe ainsi de l’opposition rêve/réalité à l’opposition apparence/essence, qui justifie, « malgré tout », une démarche de découverte.

14D’abord, les représentations stéréotypiques provoquent une déception : qu’il s’agisse d’amour ou de tourisme, la désillusion suit irrésistiblement l’approche, ce qu’illustre parfaitement, au début du Voyage en Orient, l’approche du Mont-Blanc : ce n’était qu’un immense nuage blanc et rouge « qui réalisait le rêve de mon imagination », et Nerval ajoute :

  • 7 Voyage en Orient, I, p. 12, Gallimard, « La Pléiade », 1961. Je souligne.

Malheureusement, pendant que je calculais en moi-même les dangers que pouvait présenter le projet d’aller planter tout en haut un drapeau tricolore, (…) voilà que ma montagne a manqué de base tout à coup ; quant au véritable Mont-Blanc, tu comprendras que par la suite il m’ait causé peu d’impression7.

  • 8 Une catachrèse dénote ; image obligée, ce n’est pas un poncif.

15Cette « montagne qui manque de base » matérialise le poncif dans le texte. Car toute image obligée n’est pas un poncif : s’y associe une énonciation gratuite8. Comme ce Mont-Blanc qui se révèle nuage, privé d’appui sur le monde, le poncif est un discours sans base ; la perte des repères topologiques signe l’autre.

16La description est une manie anglaise – le fameux sight-seeing ; l’auteur de notes de voyages n’y sacrifiera pas. Les exemples abondent, on n’a que l’embarras du choix :

  • 9 Voyage en Orient, I, p. 16.
  • 10 Lorely, « Du Rhin au Mein », p. 745.

Pardonne-moi de traverser si vite et de si mal décrire des lieux d’une telle importance ; mais la Suisse doit t’être si connue d’avance ainsi qu’à moi9
Je fais ici une tournée de flâneur et non des descriptions régulières (…) Je n’ai ici nulle passion scientifique ou littéraire, je n’inspecte pas les monuments, je n’étudie aucun système pénitentiaire, je ne me livre à aucune considération d’histoire ni de statistique (…) Je me refuse donc à toute description de la cathédrale10.

17A Strasbourg :

  • 11 Ibid., p. 746.

Je ne vous dirai ni l’âge ni la taille de cette église que vous trouverez dans tous les itinéraires possibles ; mais j’ai vu le clocher de Rouen11.

18Cependant, le refus de la description dans un genre descriptif peut faire partie de ces stratégies de séduction par surprise et finir lui aussi par s’user.

  • 12 Ibid., p. 747. Je souligne.

On ne rencontre d’ailleurs aucune ville remarquable sur cette immense étendue de pays ; mais comme il y a dans les belvédères quelque chose qu’on n’aperçoit que quand le temps est très pur, le cicérone prétend qu’on peut voir à de certains beaux jours, le vieux château de Baden sur sa montagne de pins12.

19Ce n’est, bien sûr, qu’une prétention du guide : le voyageur confondait le Mont-Blanc avec son fantôme, il doit maintenant « se payer de mots », on ne voit que du brouillard.

  • 13 Comme la bière qui contient des cloportes à Saint-Germain (Promenades et Souvenirs).

20Comme le stéréotype avait littéralement vidé le Mont-Blanc de sa substance, les lectures appauvrissent les voyages ; alors, dirait-on, vive le réalisme ? Non justement : si la réalité est toujours improbable, contingente13, le réalisme lui-même est stéréotypé ; ce n’est jamais qu’une école en littérature. Là encore prévaut le modèle.

21Ce refus de la description dans un genre où elle est, en principe, requise, trouve, me semble-t-il, son expression achevée dans les Nuits d’Octobre, sommet de l’ironie dans le reportage, où, après une satire du réalisme, Nerval montre à quoi ses excès peuvent aboutir :

  • 14 Nerval souligne : Nuits d’Octobre, ch. xx, p. 108, Gallimard, « La Pléiade », 1966.
  • 15 Nerval souligne : Nuits d’Octobre, ch. xxi, p. 109.

La Marne est marneuse14, naturellement… Je m’arrête ; le métier de réaliste est trop dur à faire15.

La convention linguistique : prototypes et stéréotypes

  • 16 « Types ou stéréotypes ? », Romantisme, n° 64, 1989. Pour les stéréotypes culturels, voir aussi B. (...)

22Ruth Amossy a montré comment les stéréotypes informaient les « physiologies » au xixe siècle ; les classes naturelles en sont le modèle16 : la portière, la fille publique, la grisette. L’article défini confère, dans ce cas, à l’expression un statut générique qui invite à mobiliser l’opposition entre nécessaire et contingent ; un détour linguistique s’impose.

La convention linguistique

23A propos du premier principe, l’arbitraire du signe, Saussure évoque le caractère social de la convention linguistique. Cette « remarque en passant » concerne l’avenir de la sémiologie :

  • 17 Cours de Linguistique générale, p. 97 à 101.

Quand la sémiologie sera organisée, son principal objet n’en sera pas moins l’ensemble des systèmes fondés sur l’arbitraire du signe. En effet, tout moyen d’expression reçu dans une société repose sur une habitude collective (…) On peut donc dire que les signes entièrement arbitraires réalisent mieux que les autres l’idéal du procédé sémiologique17.

  • 18 O. Ducrot définit ce type d’inférence dans Le Dire et le Dit, ouvrage auquel cet exemple est emprun (...)

24Le principe qui gouverne la convention linguistique porte sur le signe et non sur l’association régulière d’au moins deux signes qui pourrait constituer une définition minimale du stéréotype. Il est clair, cependant, que toutes les associations obligées ne sont pas des stéréotypes ; l’inférence par exemple : O. Ducrot remarque qu’il est difficile d’affirmer « le baromètre a baissé » sans accepter la conclusion : « Il y a de bonnes chances qu’il pleuve18. » Il y a là une association qui, quoique régulière, ne semble pas relever du stéréotype.

Le prototype

  • 19 G. Kleiber, La sémantique du prototype, puf, 1990.

25Dans le prototype, l’association est lexicale : la présentation des travaux demanderait à elle seule un article ; je désire seulement indiquer quelques points d’ancrage possibles de la question sémiotique du stéréotype dans cette question de sémantique lexicale19.

26G. Kleiber part de la catégorisation et cite Lakoff, « the main way that we make sense of experience » : c’est l’opération mentale qui consiste à ranger ensemble des choses différentes et qui se retrouve dans toutes les activités de pensée, de perception, de parole, etc., chaque fois que nous percevons une chose comme une espèce de chose. Le prototype est une de ces constructions ; c’est le « meilleur exemplaire » d’une catégorie : moineau sera dit « meilleur exemplaire » d’oiseau et même « meilleur oiseau » que cygne ou aigle. Mais l’explicitation des classes lexicales existantes permet de constater le caractère hasardeux, fluctuant, de la catégorisation. Par exemple, la question des critères d’appartenance d’un objet X à une classe Y devient celle du degré d’appartenance d’X à Y.

  • 20 Autrement dit, les phrases qui ont pour support une proposition analytique.
  • 21 Sur lesquelles, d’ailleurs, G. Kleiber revient dans sa Sémantique du prototype.

27En reliant l’étude de G. Kleiber sur le prototype à sa communication sur les emplois du verbe « pouvoir », on aboutit à un problème intéressant pour la définition du stéréotype. Il faut d’abord opposer les phrases analytiques20 comme « un chien est un animal » et les phrases synthétiques comme « un chien est fidèle », celles, dont, précisément, relèvent le stéréotype. Celui-ci est donc le produit d’associations accidentelles, contingentes, et jamais d’associations nécessaires, relevant d’une proposition analytique, celles qui, dans les définitions classiques21, réunissent les conditions nécessaires et suffisantes pour qu’un terme soit dit appartenir de façon stable à une catégorie.

  • 22 G. Kleiber, « L’emploi sporadique du verbe pouvoir en français », La Notion sémantico-logique de mo (...)

28L’aspect modal a déjà été évoqué à travers la question de la contingence et de la nécessité. Une conversion qu’on pourrait qualifier, faute de mieux, d’« idéologique » s’opère : « Jean est parfois/peut être odieux », « les Alsaciens sont parfois/peuvent être obèses »22 comme dit G. Kleiber, ou encore, les juifs « radins » et les arabes « cruels ». Mais le générique entraîne par-fois la contingence aléthique (pouvoir) vers la certitude des représentations. La conversion est liée, comme nous l’avons vu, à une confusion du statut des énoncés à support analytique et des énoncés à support synthétique. Les conséquences ne sont pas alors simplement linguistiques.

Le stéréotype comme anticipation et interdiction de la parole

  • 23 J.C. Milner, « Réflexions sur la référence », Langue Française, Paris, Larousse, mai 1976, « (…) da (...)

29En littérature, la catégorisation prend alors la forme d’une assignation et parfois d’une redisposition. Il faut partir de la construction de la référence dans la lecture ; la distinction entre référence23 et référenciation rend compte de la particularité fictionnelle.

30Les processus de « référenciation » peuvent être définis comme

  • 24 L. Danon-Boileau, Produire le fictif, Paris, Klincksieck, 1982, p. 33. J’admets la définition bien (...)

l’ensemble des procédures énonciatives qui permettent de bâtir progressivement un lieu autorisant le lecteur à former des déductions que le texte lui-même vient confirmer (ou infirmer)24.

31Le stéréotype apparaît dans la lecture comme une opération d’identification, d’assignation, d’un ensemble linguistique à un schème narratif.

32Pour que les « mots » de Madame Grandet dans Lucien Leuwen soient perçus (ou ceux de Madame Verdurin dans A La Recherche du Temps perdu), il faut que le lecteur ait une représentation typique à la fois de la femme et du discours. En psychologie cognitive, on peut estimer que les catégories de l’expérience sont partagées par l’ensemble des sujets. Les lecteurs d’une fiction, au contraire, sont, par principe, incapables de constituer les catégories nécessaires à cette part de la référenciation, d’où l’illusoire d’une catégorisation libre : au moment où le lecteur croit pouvoir renvoyer des énonciations particulières à tel comportement verbal, c’est exactement l’inverse qui se produit. Le paradoxe littéraire veut que le texte fournisse les indices nécessaires à l’aide de traits qui précisément sont eux-mêmes en cours d’élaboration. Ils s’articulent alors autour de « mots-clés » qui permettent la constitution du personnage.

33J’ai retenu deux exemples où le stéréotype est au centre d’une représentation anticipatoire.

Nathalie Sarraute

  • 25 « Disent les imbéciles… », Folio, 1988, p. 20.

34Nathalie Sarraute dramatise les stéréotypes : une sorte de désindividuation exhibe les rôles, qui, plus souvent que les noms propres, servent à identifier les personnages : la grand-mère, le jaloux qui coupe les cheveux en quatre, le lecteur même25.

35La récurrence de l’article défini introduit à une généricité en principe incompatible avec le récit. Les énoncés relèvent plus souvent du virtuel, du possible, que de l’effectif, du positivement accompli. Difficile, alors, d’assigner temporalité et narrativité au texte. Celui-ci, du coup, joue parfaitement sur le stéréotype en renonçant à la singularité et à l’itérativité.

  • 26 R. Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.

36On rejoint là une remarque de Ruth Amossy : les mots-clés sont des lieux communs26. C’est en effet la particularité du cliché d’être, dans sa banalité même, l’expression du sujet. Dans l’être passionnel, quelque chose se partage avec l’humanité entière. Tout le monde se retrouve dans cette profondeur sans fond, chacun identifie chez autrui des expressions qu’il pourrait, qu’il aurait pu employer. Cette projection paradoxale du plus intime vers le lieu commun, manifeste la vanité d’une tentative d’expression de soi comme être unique.

  • 27 L’usage de la parole.
  • 28 B. Alazet, « Entre la vie et la mort. Le tragique en éclats », Revue des Sciences Humaines, 1990, n (...)

37Les récits de Nathalie Sarraute mettent en scène les formes les plus consacrées du langage. Des expressions comme « ton père, ta sœur »27 scandent le texte ; elles sont l’objet d’une véritable dramaturgie. Les mots sont là pour détruire, et le sujet ne parle qu’en répétant28. Et ce n’est pas parce que la langue précède le sujet, c’est parce qu’il ne peut pas échapper à l’abstraction catégorisante. Tout au long des textes, issues d’un événement infime, des situations typiques se développent ; la parole semble, depuis toujours contrainte. Dans « disent les imbéciles », le mot est critiqué comme étiquette : « Vite endiguons, enserrons, dirigeons, promenons les mots fabriqués tout exprès, destinés à cet usage… »

38Comme chez Flaubert, l’anticipation de la parole d’autrui joue sur les manies verbales du lecteur ; Sarraute, moraliste, n’exhibe les tics que pour enjoindre à l’indulgence. « Disent les imbéciles », lieu commun entre guillemets, est la formule de ceux qui s’arrogent le droit de tout étiqueter. L’énoncé métalinguistique répète, dans son ordre, la méfiance. Mais le personnage peut trouver une communauté en s’abandonnant au stéréotype. Un langage naturel apparaît alors, insoucieux, et feignant d’ignorer les problèmes de l’expression. La question est de savoir si l’on va vers le pessimisme radical d’un langage éternellement réduit à la mention et privé d’usage, ou si, au contraire, la simple expression d’une méfiance à l’égard de ce discours, lui-même métalinguistique, suffit à lui redonner sens et vigueur.

Polyphonie et interdiction de la parole : Dom Juan

39Ici, l’anticipation dialogique se fonde sur des stéréotypes et vaut pour une interdiction. Done Elvire reproche à Dom Juan une conduite qu’elle soupçonne :

  • 29 Dom Juan, acte I, scène 3.

Dom Juan. – Madame, à vous dire la vérité…
Done Elvire. – Ah ! que vous savez mal vous défendre pour un homme de cour, et qui doit être accoutumé à ces sortes de choses ! J’ai pitié de vous voir la confusion que vous avez ! Que ne vous armez-vous le front d’une noble effronterie ? Que ne me jurez-vous que vous êtes toujours dans les mêmes sentiments pour moi, que vous m’aimez toujours avec une ardeur sans égale, et que rien n’est capable de vous détacher de moi que la mort ? Que ne me dites-vous que des affaires de la dernière conséquence vous ont obligé à partir sans m’en donner avis ; (…) et qu’éloigné de moi, vous souffrez ce que souffre un corps séparé de son âme ? Voilà comme il faut vous défendre, et non pas être interdit comme vous êtes29.

40Done Elvire reproche donc à Dom Juan de ne pas tenir un discours de disculpation canonique et feint de lui en offrir le modèle. Mais en mimant ironiquement le discours propre aux séducteurs et aux courtisans, en réalité, Done Elvire interdit à Dom Juan de tenir ce discours, disqualifié par son anticipation.

41Dans ce discours prototypique, la virtualité se fonde sur un stéréotype qui fige le sujet. C’est pourquoi Dom Juan rejette ces virtualités discursives de l’homme de cour, parle au nom du réel, et c’est le discours de l’autre qui est renvoyé au subjectif (épistémique). Si Dom Juan s’est éloigné, ce n’est pas pour les raisons que « vous pouvez vous figurer », selon les représentations de Done Elvire, « mais par un pur motif de conscience », selon le réel. L’ironie tient au retournement d’une argumentation contre ce qu’elle servait initialement. En pastichant les discours des dévôts, Dom Juan fait une sorte de citation, réponse ironique à la laborieuse singerie de Done Elvire, et que l’on pourrait résumer : « singerie pour singerie, voici la mienne ».

42L’emploi du vocabulaire propre à l’allocutaire exhibe la singerie, et interdit à Done Elvire de croire, fût-ce un instant, à la sincérité de la disculpation. La perspective dialogique éclaire ici le rôle du stéréotype. Dans ce dialogue « en écho », où chacun mime le discours d’un autre, comme dans le dialogisme interne du texte de Sarraute, des voix se superposent, qui ne doivent pas se mêler totalement, ce qui aboutirait à une confusion insignifiante. Pour qu’elles restent distinctes, l’une, au moins, doit être identifiable. C’est le rôle du stéréotype de permettre cet espacement.

43Trois temps apparaissent donc dans cette démarche, mais le premier est, d’une certaine manière, « hors-texte » :

  • la constitution de modèles, fournis par un système social ;
  • l’assignation : le sujet (allocutaire) est invité à se conformer au modèle qui lui est assigné ; peu importe que celui-ci ait été précédemment revendiqué, ou que le locuteur le lui assigne autoritairement ; de toutes façons, l’énonciation aura alors valeur d’anticipation et d’interdiction ;
  • l’anticipation se fonde sur une représentation stéréotypée du discours de l’autre. C’est le point essentiel : le locuteur anticipe sur le discours de l’allocutaire, lui « coupe l’herbe sous le pied » en lui enjoignant d’employer un mode discursif conforme aux stéréotypes revendiqués et non plus de parler. La parole est interdite, seul le mode discursif est en jeu ; et, comme dans les tours ludiques, la mention remplace l’usage.

Stéréotype et style indirect libre

  • 30 Seule la notion de style indirect libre me semble correcte. L’instance narratrice est maintenue. Il (...)

44J’ai montré, dans les exemples évoqués jusqu’ici, que le stéréotype, s’il participe à la narrativité, n’en est pas précisément le centre, puisqu’il apparaît comme un parasitage à écarter (Stendhal), le mode auquel se condamne le genre (Nerval), ou une manifestation de la condition humaine (Sarraute). Pour aller plus loin, il faut analyser le rôle des stéréotypes dans un mode énonciatif où narration et énonciation se mêlent : c’est le discours rapporté au style indirect libre, souvent qualifié de discours indirect libre30. Je maintiens l’idée de report en employant le mot des stylisticiens. Il ne s’agit pas d’un vain détail ; c’est précisément le décalage, reconstitué fictivement après-coup, entre le discours et son mode de report qui, dans la fiction narrative, installe le personnage ; le stéréotype joue ici son rôle essentiel, le narrateur, instance abstraite, n’ayant, lui, ni voix, ni tics langagiers, ni représentations contingentes.

45Dans le discours ordinaire, la mimésis n’opère efficacement, en se donnant à reconnaître pour ce qu’elle est, que dans la caricature où elle joue sur la reconnaissance de traits spécifiques. L’enjeu ludique, qu’il soit satirique, esthétique ou politique, importe plus que l’assignation correcte du discours.

  • 31 Une prudence élémentaire impose cependant de nuancer ces propos qui rejetteraient hors-champ toute (...)
  • 32 Voir plus haut p. 68.

46Dans la fiction, et en l’absence de toute visée pratique, des relations de référenciation et non de référence s’instituent, et le sort du style indirect libre est plus directement encore lié à la mimésis. Les références postulées sont fictives. Seule donc la mimésis en assure la lisibilité31. Pour qu’un personnage puisse être identifié à travers des énoncés au style indirect libre, il faut qu’il ait déjà « pris corps », il faut que son discours, que ses gestes soient parvenus à le constituer comme personneaux yeux des lecteurs32. A travers cette assignation, c’est aussi sa propre perspicacité que le lecteur apprécie.

  • 33 A. François, Histoire de la langue française cultivée des origines à nos jours, Genève, Droz, 1959.

47Une « mélodie particulière »33, le maintien d’éléments affectifs, jurons, exclamations, phrases segmentées, peuvent servir de repères.

48Quelques exemples tirés d’Aurélien d’Aragon illustreront les rapports du style indirect libre et des stéréotypes discursifs.

49Quand Riquet, le jeune ouvrier, une fois oublié le démocratique maillot de bain, retrouve Aurélien hors de la piscine, la distance sociale, brusquement révélée, le bouleverse :

  • 34 Aurélien, éd. Folio, p. 186. Il n’est pas indifférent qu’Aurélien se soit présenté sous ce prénom d (...)

Il en pleurerait de rire, Riquet (…) s’il lui dit Monsieur, à Roger, c’est parce que Roger est un monsieur tout simplement34.

50Les reprises pronominales font office stéréotypique de mimésis du langage populaire.

51Dans ce monologue intérieur (« rapporté » au style indirect libre) au contraire, l’assignation de traits typiques fait intervenir des éléments contextuels :

Dans tout ça, Blanchette repensait à Aurélien (…) Une grande paix descendait sur elle (…) Elle se sentait bonne, bonne. Elle en remerciait le Seigneur qu’elle n’avait donc pas prié en vain.

  • 35 Aurélien, p. 552 (je souligne).

Les petites, c’est bien simple, s’étaient amourachées de M. Arnaud35.

  • 36 En laissant de côté la question de la dérivabilité des styles.

52La narrativisation du discours en exhibe les traits particuliers aussi nettement que le ferait une citation. Il suffit, pour s’en convaincre, d’opposer un énoncé présent dans le roman et son équivalent36 style indirect libre :

  • 37 Dans « De la référence », J.C. Milner note que « cet imbécile de… » est un « nom de qualité » : le (...)

Avec ça que j’ai sur les bras cet imbécile de Lucien37.
Avec ça qu’il avait sur les bras cet imbécile de Lucien.

53Il ne suffit donc pas de dire que le style indirect libre, c’est presque comme si le personnage parlait, puisqu’il lui arrive de parler (discours « rapporté » au style direct). Le style indirect libre emblématise la parole. Les stéréotypes deviennent les marques du personnage, servent rétroactivement à le constituer et à l’identifier. La lisibilité requiert une mémoire et une forme.

  • 38 Aurélien, p. 211.

54Pour les personnages secondaires, le style indirect libre fonctionne donc classiquement (Riquet, Blanchette). Le cas d’Aurélien est plus complexe ; ses aveux sont envisagés comme un vouloir-dire : « Il voulait lui dire “je vous aime” et elle lui parlait de Mistinguett »38 où “Je vous aime” est la citation d’un discours virtuel.

55Dans ses monologues intérieurs, Aurélien prévoit des énoncés possibles émanant d’un discours typique qu’il attribue à son entourage en fonction des traits linguistiques qu’il relève dans la parole d’autrui.

Parler devant la jeune Mme Honfrey devenait impossible ; cela avait l’impolitesse des choses rétrospectives auxquelles elle était par trop étrangère.

56Sans marque d’un changement énonciatif, on passe de ce discours narrativisé aux discours pluriels et virtuels, au discours « éventualisé », où se mime une vieille camaraderie :

  • 39 Aurélien, p. 145 ; voir à ce sujet J. Peytard, Syntagmes I, sur R. Pinget.

Tu te souviens le jour où …?
Qu’est-ce qu’il est devenu ce gros comment donc, tu sais bien39 ?

57Le passage au discours direct est évident, dirait-on ; ce n’est pas sûr. Qu’est-ce qu’un discours direct non tenu ? Une autre catégorie est requise pour le statut de ce discours qui n’est pas « rapporté » mais « virtualisé ». Le style indirect libre n’a pas ici pour activité essentielle, comme dans la tradition du xixe siècle, une mimésis où le narrateur « rapporte » les énoncés des personnages en gardant la hiérarchie des discours dont je parlais plus haut, tous sous l’autorité, plus ou moins déléguée, d’un narrateur omnipotent.

58Une éventualité de discours est mentionnée. Sa reconnaissance ne repose pas sur une situation désignée référentiellement comme appartenant au récit. Il a une fonction de rappel d’une situation connue du lecteur, typique (retrouvailles de deux amis…), à partir de ce qui me semble essentiel, non la mimésis, mais le mimétisme.

Référence et attribution

  • 40 Qu’ils soient avérés ou relèvent de la fiction ne change pas cet aspect du problème.

59Comme dans certains monologues de Nathalie Sarraute, les discours n’ont donc pas toujours un statut référentiel ; ce qu’ils évoquent ne renvoie pas à des événements passés dans la fiction, à des discours fictivement tenus, mais à des éventualités fictives d’événements et de discours. C’est pourquoi ils ont un statut attributif. Dans ce cas, la reconnaissance ne s’opère pas référentiellement, en vertu des faits40, mais s’appuie sur des propriétés typiques, un possible, un probable.

  • 41 B. Russell, On denoting, 1905, publié sous le titre « De la dénotation », dans L’Age d’Homme, 1970.

60Dans les théories des descriptions définies, l’opposition entre référence et attribution, bien connue des logiciens, peut offrir un éclaircissement : « l’auteur de Waverley » est une description définie parce qu’il y a un individu et un seul qui satisfait à cette description41.

  • 42 K. Donnellan, « Reference and definite descriptions », Readings in the Philosophy of Language, ed. (...)

61Selon K. Donnellan42, B. Russell n’a identifié qu’un des deux usages des descriptions définies. C’est en critiquant son point de vue et celui de P. Strawson que K. Donnellan a mis en évidence une opposition entre référence et attribution dont l’enjeu sémiotique a, semble-t-il, échappé jusqu’ici.

62Les descriptions définies ont pour lui deux fonctions possibles : elles sont utilisées pour référer à ce qu’un locuteur désigne comme objet de discours, mais elles sont aussi utilisées tout à fait différemment. La définition des descriptions définies de Russell s’applique aux deux fonctions, mais, dans un de ces cas, remarque Donnellan, la description définie sert à faire quelque chose de plus :

Je dirai que dans cet usage le locuteur utilise la description définie pour référer à quelque chose et j’appellerai cet usage, « l’usage référentiel » d’une description définie. Donc, si je suis dans le vrai, référer n’est pas dénoter, et l’usage référentiel n’est pas identifié dans le point de vue de Russell (…)

63La seconde hypothèse mise en évidence par la perspective de Russell et de Strawson est celle-ci : quand quelqu’un emploie une description définie, on peut dire de cette personne qu’elle présuppose ou implique que quelque chose, s’ajuste (fits) à cette description : si j’asserte que le roi est sur son trône, je présuppose ou j’implique qu’il y a un roi.

64Il y a cependant des usages des descriptions définies qui ne portent ni trace d’un usage référentiel, ni implication ou présupposition que quelque chose s’ajuste à la description ; un exemple évident serait « l’actuel roi de France n’existe pas » employé pour corriger quelqu’un qui aurait l’impression erronée que de Gaulle est roi de France.

65K. Donnellan oppose donc un usage attributif et un usage référentiel des descriptions définies :

Un locuteur qui emploie une description définie attributivement pose quelque chose à son sujet, qui que soit et quel que soit le tel et tel.
Un locuteur qui emploie une description définie référentiellement dans une assertion le fait pour mettre son audience à même de choisir de qui ou de quoi il parle.

  • 43 Ibid., p. 198.

66Pour illustrer cette distinction considérons la phrase : « l’assassin de Smith est fou ». Supposons d’abord que nous arrivons devant Smith et que nous le découvrons horriblement assassiné. A cause de la brutalité de l’assassinat, et du fait que Smith était la plus charmante personne du monde, nous pourrions nous exclamer : « l’assassin de Smith est fou ». Je suppose (…) que nous ne savons pas qui a assassiné Smith (ce qui en fin de compte n’est pas l’essentiel). Ceci est un usage attributif d’une description définie43.

 

67Revenons aux fictions. Comment assigne-t-on les énoncés à un personnage ? Un verbe de parole peut les présenter : « Véronique déclara », « Ernest lui répondit », etc. ; mais souvent, les énoncés sont présentés sans que le personnage qui a parlé soit mentionné par une description définie ou un nom propre ; ils doivent être assignés à tel personnage et, généralement, le lecteur ne se trompe pas.

68Le locuteur n’étant pas alors explicitement mentionné, le lecteur ne procède pas par référenciation comme dans les parties narratives du texte ; il procède par un raisonnement attributif de type inférentiel ; la question n’est pas alors « Est-ce Véronique ou Étienne qui vient de s’exprimer ? » mais « Qui est-il (elle) pour s’être exprimé(e) ainsi ? »

  • 44 Aurélien, voir plus haut.

69Comme dans l’emploi attributif de la description définie, « il faut que le meurtrier soit fou pour avoir assassiné ainsi », il faut que ce soit la mère des enfants, pour les appeler « les petites »44 sans nom ou prénom ; si l’énoncé est alors « rapporté » c’est aussi au sens de « rapporté à… », autrement dit, attribué à la mère. On peut étendre l’hypothèse aux énoncés les plus évidemment factuels : « Il faisait beau dehors ». La pensée sera attribuée à celui des personnages qui s’apprêtait à sortir quelques lignes plus haut, en vertu du plausible.

  • 45 G. de Maupassant.

70Si mon hypothèse se révélait correcte, la lecture ne procèderait pas par référenciation, mais par un processus d’attribution qui s’appuie sur un ensemble de plausibles et de possibles. Ce qui expliquerait pourquoi, dans aucune fiction, deux personnages n’ont les mêmes manières de s’exprimer ; sauf si, précisément, le principe de la narration veut qu’ils se confondent et s’identifient comme dans Bouvard et Pécuchet, Deux amis45, etc. Autrement, chacun reçoit les traits qui permettront de l’identifier ou plus exactement de le construire à travers ses énoncés.

  • 46 Elle est parfaitement justifiée dans la perspective historique ou les récits « à clés ».

71Parler d’identification rendrait les personnages extérieurs à la fiction par laquelle ils existent46. C’est justement pourquoi l’interprétation est débattue. Les énoncés ne peuvent être renvoyés à une réalité extérieure pour vérification, comme dans une enquête judiciaire (la référence a à voir avec le témoignage). Les opérations de lecture ne sont donc pas, pour l’essentiel, des opérations de référenciation mais d’attribution.

72Un autre aspect de cette réflexion pourrait confirmer mon hypothèse : je reprends l’histoire de « l’assassin ». Mais parlons, plutôt que de Smith, de l’assassinat de la petite Céline. Supposons l’énoncé :

(a) « L’assassin de la petite Céline est un homme de trente ans, détraqué sexuel. » La description est soit attributive soit référentielle. Les enquêteurs peuvent avoir pensé, après l’examen de certains indices, qu’il s’agit d’un détraqué sexuel (attributif) ou alors ils disposent de témoignages sur l’emploi du temps d’un individu identifié, considéré comme le suspect (référentiel).

73Mais si l’on oppose l’énoncé :

  • 47 Compte tenu des conditions de mise en place de la référence.
(b) « L’assassin de la petite Céline est une douce jeune femme », l’interprétation attributive devient difficile, sinon impossible ; seule l’interprétation référentielle semble valide. L’individu (la meurtrière) est identifié(e). Pourquoi ? Parce qu’il y a une contradiction entre les représentations induites par « assassin » et celles induites par « douce ». Ce qui montre bien que la première description peut avoir, aussi, une interprétation attributive, et pas seulement référentielle. Si la description fonctionnait uniquement à la référence, elle le ferait de façon identique pour « douce jeune femme » et pour « détraqué sexuel »47.
  • 48 Si l’on considère que l’appréciation est ici purement subjective, on est conduit à dénier toute per (...)

74Quelles conséquences générales peut-on tirer de ces remarques ? En cas de fonctionnement attributif, la description doit être conforme, ou du moins non contradictoire, avec certaines représentations. Or « douce » et « assassin » provoquent des représentations opposées. Nous ne sommes plus ici dans l’attribution mais dans la référence48.

75La difficulté de choisir entre interprétation attributive et interprétation référentielle est résolue dès qu’on utilise des représentations non conformes aux stéréotypes en cours, qui veulent que l’assassin soit plutôt un homme, plutôt violent. Autrement dit, ce sont les représentations qui provoquent le jugement d’attribution, et elles dépendent des lieux communs, des stéréotypes.

Notes

1 L’auteur des récits qui deviendront les Chroniques Italiennes : Lettre à R. Colomb, 18 mars 1835.

2 Lettre à Mme Julie Gaulthier à propos de l’attentat de Fieschi, 14 mars 1836.

3 Vie de Henri Brulard, Gallimard, « La Pléiade », p. 116.

4 De L’amour : je souligne.

5 Journal de 1805, nivose an xiii.

6 Vie de Henri Brulard, p. 85.

7 Voyage en Orient, I, p. 12, Gallimard, « La Pléiade », 1961. Je souligne.

8 Une catachrèse dénote ; image obligée, ce n’est pas un poncif.

9 Voyage en Orient, I, p. 16.

10 Lorely, « Du Rhin au Mein », p. 745.

11 Ibid., p. 746.

12 Ibid., p. 747. Je souligne.

13 Comme la bière qui contient des cloportes à Saint-Germain (Promenades et Souvenirs).

14 Nerval souligne : Nuits d’Octobre, ch. xx, p. 108, Gallimard, « La Pléiade », 1966.

15 Nerval souligne : Nuits d’Octobre, ch. xxi, p. 109.

16 « Types ou stéréotypes ? », Romantisme, n° 64, 1989. Pour les stéréotypes culturels, voir aussi B. Hodge, « National character and the discursive process », Journal of pragmatics, n° 3, 1989.

17 Cours de Linguistique générale, p. 97 à 101.

18 O. Ducrot définit ce type d’inférence dans Le Dire et le Dit, ouvrage auquel cet exemple est emprunté.

19 G. Kleiber, La sémantique du prototype, puf, 1990.

20 Autrement dit, les phrases qui ont pour support une proposition analytique.

21 Sur lesquelles, d’ailleurs, G. Kleiber revient dans sa Sémantique du prototype.

22 G. Kleiber, « L’emploi sporadique du verbe pouvoir en français », La Notion sémantico-logique de modalité, Metz, 1983.

23 J.C. Milner, « Réflexions sur la référence », Langue Française, Paris, Larousse, mai 1976, « (…) dans certaines conditions, les séquences linguistiques peuvent être associées à des segments de réalité, qu’elles sont dites désigner, et qui sont leur référence. »

24 L. Danon-Boileau, Produire le fictif, Paris, Klincksieck, 1982, p. 33. J’admets la définition bien que la plupart des raisonnements du lecteur soient de type inductif.

25 « Disent les imbéciles… », Folio, 1988, p. 20.

26 R. Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.

27 L’usage de la parole.

28 B. Alazet, « Entre la vie et la mort. Le tragique en éclats », Revue des Sciences Humaines, 1990, n° 217.

29 Dom Juan, acte I, scène 3.

30 Seule la notion de style indirect libre me semble correcte. L’instance narratrice est maintenue. Il semble cohérent, au contraire, que les théoriciens qui rejettent cette instance lui préfèrent la notion de discours indirect libre.

31 Une prudence élémentaire impose cependant de nuancer ces propos qui rejetteraient hors-champ toute la fiction non mimétique.

32 Voir plus haut p. 68.

33 A. François, Histoire de la langue française cultivée des origines à nos jours, Genève, Droz, 1959.

34 Aurélien, éd. Folio, p. 186. Il n’est pas indifférent qu’Aurélien se soit présenté sous ce prénom d’emprunt, moins intimidant : Riquet/Roger (je souligne).

35 Aurélien, p. 552 (je souligne).

36 En laissant de côté la question de la dérivabilité des styles.

37 Dans « De la référence », J.C. Milner note que « cet imbécile de… » est un « nom de qualité » : le locuteur exprime son rapport à l’objet plus qu’il ne le qualifie.

38 Aurélien, p. 211.

39 Aurélien, p. 145 ; voir à ce sujet J. Peytard, Syntagmes I, sur R. Pinget.

40 Qu’ils soient avérés ou relèvent de la fiction ne change pas cet aspect du problème.

41 B. Russell, On denoting, 1905, publié sous le titre « De la dénotation », dans L’Age d’Homme, 1970.

42 K. Donnellan, « Reference and definite descriptions », Readings in the Philosophy of Language, ed. by J. F. Rosenberg and C. Travis, Prentice Hall, 1971. Cet article a été présenté par D. Slakta au laboratoire de Grammaire de texte de l’Université de Caen dans la perspective du rôle coréférentiel des descriptions définies. A ma connaissance, il n’est pas traduit. J’en extrais les passages indispensables en adaptant et traduisant aussi fidèlement que j’en suis capable.

43 Ibid., p. 198.

44 Aurélien, voir plus haut.

45 G. de Maupassant.

46 Elle est parfaitement justifiée dans la perspective historique ou les récits « à clés ».

47 Compte tenu des conditions de mise en place de la référence.

48 Si l’on considère que l’appréciation est ici purement subjective, on est conduit à dénier toute pertinence à la pragmatique, à une partie de la lexicologie, etc.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540