Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Stéréotype

 | 
Alain Goulet

Introduction

Pierre Barbéris

Texte intégral

1Drôles de stéréotypes.

2Ceci pour proposer, à tout risque, quelques précautions, sinon quelques définitions.

 

  • 1 « Personne n’est parfait, même pas moi » : peut-être une manière perverse de dire « je suis parfait (...)

3Ne faisons pas d’angélisme, ni d’essentialisme, ni de néo-positivisme : tout observateur est impliqué dans cela même qu’il observe et dans le processus qui le produit. Non pas, donc, peut-être, qu’est-ce que le stéréotype ? mais : comment ça marche ? L’illusion, ce serait : le stéréotype, c’est quelque chose que je vois, que je désécris et à quoi j’échappe, ou : le stéréotype, c’est les autres. Parce qu’on est toujours embarqué. La substance ou l’essence, c’est l’illusion d’un en-soi dont on serait indemne. Si – première idée – le stéréotype, c’est toujours quelque chose que l’on repère, c’est toujours aussi quelque chose qui est impliqué par le langage même, qui est aussi le nôtre et que nous travaillons à partir de ce qu’il est. Exactement comme le petit pois de Sartre figurant l’individu, il n’est pas bien rond et rangé dans sa boîte. Le stéréo n’existe pas en dehors d’un système de relations qui le constitue, et si l’on prend distance par rapport à lui et si donc on le signale, et si donc on est libre, c’est qu’il y a toujours de la liberté possible, mais seulement possible, à l’intérieur d’un système de nécessité. Mais cette liberté, cette possibilité est toujours précaire et relative, comme celle de dénoncer le divertissement peut toujours être dénoncée à un stade supérieur et de plus grande complexité comme une forme supérieure de divertissement1 : chaque fois que je dis, je dis certes quelque chose, mais devant quelque chose je n’échappe pas pour autant à ce qui est le langage articulé. Relation, donc : le stéréotype, comment ça marche ? Sachant que « comment ça marche » implique aussi bien le fonctionnement de la chose que le fonctionnement de celui qui nomme la chose et la fait exister. Au tourniquet, on n’échappe peut-être que par ce que j’appellerai le mirliton : marotte qui parodie le sceptre. Stéréo, cliché, formule, phrase toute faite, scie, rengaine : il faudra peut-être définir et différencier. Mais ne nous pressons pas. Les nuances importent, qui autorisent des classements et des tableaux. Mais quelque chose s’impose d’abord : tout stéréo dépend étroitement :

  • d’un appris et donc d’un apprendre : école sauvage et buissonnière de la « sagesse des nations », école institutionnelle avec ses musts mémorisés et propagandes sous toutes ses formes hétéro-, intoxication et autre intoxication, culture, propagande ;
  • de médias de diffusion, étroitement liées aux modes d’inculcation : oralité conforme, livres de classe, modèles littéraires, presse, radio, télévision, tout ce qui véhicule sur le mode de la répétition et d’un certain par cœur. L’apprendre, on le sait, n’est jamais neutre ni innocent. Mais son efficace dépend largement des moyens de sa diffusion. Je vais y revenir.

4Mais intervient une troisième composante : un stéréotype dénoncé est un stéréo qui s’ignorait et qu’on ignorait comme tel. Le stéréotype existe essentiellement par sa récusation : avant elle, il n’existe pas vraiment. On s’aperçoit que c’était un stéréo le jour où quelqu’un le désigne comme tel et le prive ainsi de toute naturalité et de tout allant-de soi. Mais qui dénonce et récuse le stéréotype ? Jamais des masses humaines. Toujours des consciences singulières. Toujours un moi qui refuse de réciter ou qui contre-récite. Le stéréo c’est quelque chose à quoi tout le monde consent et que tout le monde consomme. Le bris du consensus et le refus de consommer ne peuvent être qu’individuels. C’est un acte de bouffon « dérisant » la parole du Pouvoir et « dérisant » une parole de Pouvoir. Le refus du stéréotype creuse d’abord un vide : rien n’est mis en sa place et l’on est déstabilisé. Il y a une sorte de vertige, qui appelle un nouveau plein, mais lequel ? Un nouveau stéréotype ? La dérision refuse toute capitalisation, mais de quoi ?

  • 2 Mistigris, on le verra, grand producteur en rafales de contre-stéréotypes, chantonne lui-même un st (...)

5Se pose alors une quatrième question : le stéréo, parole de Pouvoir, est-il pure réaction et conservatisme, ou peut-être plutôt liberté, progrès devenus à leur tour conservateurs et réactionnaires parce que figeant la vie et lui interdisant d’être, sachant d’abord tout d’elle et le prétendant, alors que l’expérience prouve qu’il n’en est rien ? Point capital : le stéréo est-il parole de droite dénoncée par une conscience de gauche ? Mais j’essaierai de le montrer : les meilleurs stéréos et les plus juteux sont des stéréos de gauche qui ont cessé de dire le réel. C’est la langue de bois, avec le fameux exemple de l’article d’Homais dans le Fanal de Rouen. Aragon m’en fournira des exemples après le Balzac d’Un début dans la vie2. Le dénonciateur de stéréo dénonce d’abord non pas des contenus stéréotypiques mais un système de diffusion de stéréos :

  • système des proverbes,
  • système des citations obligées – j’appellerai ça le système pages roses (« Un seul être vous manque… et tout est dépeuplé »),
  • système de phrases toutes faites véhiculées par la parole radiophonique ou télévisuelle : Marinella et Qu’est-ce qu’on attend pour faire la fête ? chez Aragon ; « après dissipation des brumes et brouillards matinaux » d’Albert Simon ou « le ciel tendra à se dégager » d’Évelyne Délias ou de Gillot-Pétré.

6Mais aussitôt le contre-stéréotype devient lui-même stéréotype : « Oh, la, la, Thierry, que d’émotion ! » et surtout « Tout à fait, Thierry », phrases d’abord inventées puis mécanisées, sont contre-utilisées sur le mode parodique mais le procédé devient stéréotypique-Morale : la météo et le commentaire sportif sont peut-être aujourd’hui les langages-phares de notre société, beaucoup plus que ceux de la société de marché (« Votre argent m’intéresse ») ou ceux du centralisme démocratique. Mais ça ne tombe pas du ciel : l’idéologie du week-end (« Soleil ! Avec Darty ») et l’idéologie du ludique organisé structurent et font parler un consensus vite dénoncé sur le mode de l’autoconsentement et de l’anticonformisme lui-même peut-être plus conforme que la conformité elle-même. L’anti-rituel s’est ritualisé, et vite, il faudra trouver autre chose pour la conversation et les dîners en ville.

  • 3 Le travail sur le vers de Lamartine s’est fait en trois temps : Pâris, dans La guerre de Troie n’au (...)

7Opération subtile, donc, mais courante dans tout discours littéraire : le référent (stéréotype existant dans la réalité) n’accède à ce statut qu’en devenant un référé (il est cité et utilisé dans un texte). Tant qu’il n’était que pur référent, on ne s’en doutait même pas. Mais dès qu’il est référé en devenant un élément d’un discours qui lui est postérieur, il devient un référent désormais clairement situé. Seule son objectivation par et dans un discours subjectif le constitue en objet, qui ne saurait jamais exister en dehors de la connaissance qu’on en a et des discours tenus à son sujet. Non stéréotypisé, le stéréotype n’est pas encore un stéréotype. Mais le travail s’opère aussi dans l’autre sens : intégré au discours qui le retravaille et le fait exister, le stéréotype travaille en retour le texte : celui-ci oppose en effet au stéréotype un contre-stéréotype dérisoire et parodique, exposé à devenir un nouveau stéréotype, mais auquel on n’adhère que pour dénoncer le stéréotype ancien qu’on a fait naître. Comme il est ironique et sceptique, ce nouveau contre-stéréotype-stéréotype vit de manière précaire et comme voltigeante aux dépens de l’ancien, mais il s’expose à installer à son tour une nouvelle doxa : un seul être vous manque et tout est repeuplé3 risque de devenir Une de perdue, dix de retrouvées, ce qui est quand même assez curieux. Mais ce n’est pas tout : le reféré ne mine pas seulement le référent comme hypocrisie (chacun sait qu’après la mort d’Elvire le monde ne restera pas longtemps dépeuplé pour Lamartine) : parole di poeta, comme on dit dans Cosi fan tute (tiens, encore un stéréotype…), il mine tout discours affirmatif, tout discours, même et d’abord son propre discours. Toute formulation génère de la formule, qu’elle soit ancienne ou nouvelle. D’où words, words, words. Un seul être vous manque et tout est repeuplé, est-ce que ça ne veut pas dire que tout discours sur l’amour est un discours plein de faux ? et la preuve : Lamartine a quand même aimé après Elvire. Mais Aurélien découvrira que, pour lui qui avait repeuplé le monde avec Simone et d’autres encore, le monde sera quand même un désert après la disparition de Bérénice. Le vrai est-il dans la fidélité ou dans le papillonnage et vice versa ? La mise en cause ou la mise à mort du stéréotype ne génère pas un discours désormais indemne de tout pouvoir de stéréotypification. Elle fait deviner, éprouver, découvrir que tout discours vit de stéréotypifications renaissantes et qui collent à la peau du fait même de discourir. Le langage vrai ne remplace pas le langage faux, et tout le langage plus vrai s’aperçoit avec horreur qu’il est en train de produire du faux et qu’il est prisonnier de son contraire. D’où l’aphasie, qui permet d’échapper au stéréotype. C’est l’admirable exemple de Lorenzo parlant à sa tante (ou sœur) Catherine : au stéréotype « la vertu n’écoute pas les séducteurs », et donc Catherine ne risque rien, Lorenzo substitue : ce petit cœur n’a-t-il pas été flatté ? J’ai tout fait pour que le duc ne couche pas avec toi alors que je lui ai promis le contraire, et cela va au devant de tes vœux, n’est-ce pas, mais au fait, Catherine, est-ce que tu n’aurais pas envie de coucher avec le duc ? Et là Lorenzo s’arrête, béant : j’étais en train de séduire Catherine, et le plus fort c’est que Catherine était en train de se laisser séduire puisqu’elle ne protestait pas, nom de Dieu. Qui dira ce que peut et ce que dit le langage ? Catherine s’est montrée étrangement curieuse de savoir si le duc aimait encore la marquise. Son désir et son trouble sont inconscients mais qui sait, si je parle, si je ne vais pas les faire naître au clair, ce trouble et ce désir, et j’aime mieux ne pas voir ça, et donc je la ferme. Tout langage détruit et se détruit soi-même. D’où la conséquence : le référé stéréotypique, l’opération de référenciations stéréotypiques ne font pas place nette pour un discours enfin transparent, mais font surgir un langage dont on découvre la terrible puissance d’illusion et d’auto-illusionnement. Le langage a horreur du vide. Sitôt vidé du stéréotype installé, il s’y en installe un autre. « Toutes les femmes sont faites pour coucher avec les hommes, et ta sœur peut bien coucher avec moi » : les paroles de Salviati à propos de Louise au début peuvent très bien se transposer dans la relation Lorenzo-Catherine : toutes les femmes sont faites pour coucher avec les hommes et tu peux bien coucher avec le duc et d’ailleurs, dis-moi chérie, ton tour de hanches, qu’est-ce que t’en penses ? Allons-y, Lorenzo.

 

8Proposition : la meilleure arme contre le stéréotype, c’est un peu, en gros, la rupture du discours attendu, et cela peut se faire par le simple jeu de mots en tant qu’entités : « on a vu des rois épousseter des bergères » efface ou contredit « en passant par la Lorraine » et tout ce qui a pu s’y passer, mobilisant canapés, ottomanes et divans pour celles qui ne connaissaient que le pied de la haie ou les voix bien connues sans parler des sabots. Mais, finalement, ça ne va pas très loin, et ça s’éteint vite. Diseur de bons mots mauvais caractère. Ça peut se faire aussi par la simple dérision du culturel, quand même plus richement signifiante : on l’a vu avec un seul être vous manque. Rien d’essentiel cependant n’est encore finalement touché de manière durable. Mais, plus organiquement, cela peut se faire par le viol de la syntaxe, et donc par le passage durable d’une valeur à une autre. « De quoi sont les pieds du soldat ? » Non pas « de chèvre ou de biche », mais « l’objet d’un soin attentif ». Ou bien : « Dans quoi sont creusées les feuillées ? » Réponse : « Dans le quart d’heure qui suit l’arrivée au cantonnement. » Quelque chose vacille davantage, avec ce zeugma que l’on aura reconnu. « Tout est rentré dans l’ordre et le canut dans son taudis », écrit Balzac (La Maison Nucingen) à propos de l’écrasement de la révolte des canuts de Lyon, phrase qui signale et implique que tout a muté à partir d’une proposition d’abord positive et (r)assurante (rentré dans l’ordre est mieux qu’être dans le désordre) : « tout est rentré dans l’ordre », on adhère (encore que rentré ne soi pas entré : il y a déjà du soupçon ?), mais « et le canut dans son taudis » fait que cet ordre n’est qu’un ordre établi, injuste, absurde, et que donc ce n’est pas, ce n’est plus le même ordre. C’est celui du bourgeois, et le même qu’à Varsovie. Un ordre qui règne. Il a fallu casser la syntaxe pour que le mot change de valeur. Il ne s’en relèvera pas. La note est lourde cependant.

 

9Car le discours a décidement horreur du vide, et si, nettoyé de ses stéréotypes au Monsieur-propre d’un nouveau discours, celui-ci, s’y substituant, se remplit à nouveau d’aphorismes guettés par la stéréotypification (L’homme n’est qu’un roseau…), le discours dès lors ne sort pas indemne de l’aventure puisqu’il invite et provoque à son propre questionnement et d’abord puisqu’il se libère. Le stéréo était campé debout sur ses deux pieds. L’anti-stéréotype-nouveau stéréotype, lui, est vacillant, ne trouvant quelque assurance que dans la réitération de ses propres pirouettes. Comme quoi on n’en sort pas : le stéréotype n’a été créé que pour être de-créé, mais sa décréation crée les conditions pour se demander à l’infini : qu’est ce qu’on cause exactement ? Et ainsi, rien à faire ? Si, peut-être. On verra ça plus tard.

Notes

1 « Personne n’est parfait, même pas moi » : peut-être une manière perverse de dire « je suis parfait ».

2 Mistigris, on le verra, grand producteur en rafales de contre-stéréotypes, chantonne lui-même un stéréotype (« C’est la faute à Voltaire/C’est la faute à Rousseau »), dénoncé au lecteur non par lui-même, personnage, mais par l’auteur… Il y a donc, au moins, trois étapes : le stéréo intra-social (proverbes, etc.), l’anti-stéréo extra-social (Mistigris preneur de distances), l’anti-stéréo extra-extra social (l’auteur voit Mistigris comme fonctionnant lui-même dans le social à titre d’anti-corps, mais seulement partiel).

3 Le travail sur le vers de Lamartine s’est fait en trois temps : Pâris, dans La guerre de Troie n’aura pas lieu, qui se lasse d’Hélène, désigne ainsi le moment charmant où toute femme (re)devient désirable ; Flaubert, à propos du Lac, écrit : « Est-ce qu’il l’a baisée, oui ou non ? » ; L’ami d’Aurélien, qui cite à tout propos le vers de Lamartine, ajoute aussi, toujours aussitôt : « Enlevé, c’est baisé ».

© Presses universitaires de Caen, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540