Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Stéréotype

 | 
Alain Goulet

Avant-propos

Alain Goulet

Texte intégral

1Du 7 au 10 octobre 1993, le Centre de recherche sur la Modernité de l’Université de Caen (actuellement composante du Centre de recherche « Textes, Histoire, Langages ») a organisé, au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle, un colloque international intitulé : « Stéréotypes, textes, modernité », sous la direction de Pierre Barbéris et Alain Goulet. Cette rencontre était le fruit d’un récent accord entre le Centre Culturel de Cerisy et l’Université de Caen en vue de développer nos potentialités respectives et d’accroître les échanges entre nos deux institutions.

2Constatant que la littérature reste hantée par le stéréotype et le lieu commun, nous nous sommes proposés de cerner cette notion de stéréotype, ses acceptions, son histoire, comment il se constitue, fonctionne, se transforme, est mis en cause par les textes, mais aussi comment, utilisé, retravaillé, retourné, il est producteur d’interrogations, de sens nouveaux et ambigus.

3Car le stéréotype n’existe pas en soi, et on le croit à tort fixé : il échappe, se métamorphose, produit du neuf avec du vieux. Clé de la production et de l’échange dans notre civilisation, cet impensé toujours en mouvement, ce discours de l’autre qui investit la pensée, le discours et l’écriture du moi, est paradoxalement au cœur de la création littéraire qui vise à le traquer ou à le déjouer, image, concept ou croyance, cliché, poncif ou idée reçue, se manifestant au premier, deuxième ou nième degré, hydre ou phénix, comme dit le poète.

4En soi, le stéréotype est signe de mort. Mais utilisé ironiquement dans un ensemble textuel, il signale une prise de distance, et ouvre donc sur de la conscience, de la différence, et de la vie. L’archéo-discours cède la place à un néo-discours qui requiert la connivence et la collaboration du lecteur. On entre par là dans une problématique de la modernité – la modernité étant conçue comme un aspect des crises de nos civilisations consécutives aux transformations historiques, et pouvant concerner toutes les époques et les différentes périodes de la littérature. De fait, le stéréotype ne se nourrit‑il pas autant de modernité que d’archaïsme ?

Auteur

© Presses universitaires de Caen, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540