Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle)

 | 
Pierre Bauduin
, 
Marie-Agnès Lucas-Avenel

Les formes : continuité et renouvellements

Les sallustianismes de Geoffroi Malaterra

Marie-Agnès Lucas-Avenel

Résumé

L’étude du De rebus gestis Rogerii comitis de Geoffroi Malaterra, composée vers l’an 1100, à la demande du Grand Comte Roger, pour célébrer les exploits du conquérant de la Sicile, témoigne de la lecture que le chroniqueur fit de l’œuvre sallustéenne. L’article se propose d’exposer les signes qui montrent qu’il en avait une connaissance approfondie. Elle se révèle d’une part dans la réflexion de Malaterra à propos de l’écriture de l’histoire, d’autre part à travers les nombreux emprunts textuels qui sont tirés essentiellement du discours moral de l’historien romain et des portraits et discours des personnages. Malaterra y a trouvé des modèles, qu’il a su mettre au service de son commanditaire dans une perspective chrétienne de l’histoire.

The study of the De rebus gestis Rogerii comitis of Geoffrey Malaterra, composed around 1100, at the request of Great Count Roger, to celebrate the deeds of the conqueror of Sicily, bears witness to the way the chronicler read the work of Sallust. The aim of the article is to show that he had an in-depth knowledge of Sallust’s work. This knowledge is revealed, on the one hand, by the reflection of Geoffrey Malaterra about the way in which history was written, and, on the other hand, by the frequent textual borrowings from Sallust’s moral discourse, characters’ portraits and speeches. There Malaterra found models, which he succeeded in shaping and adapting to offer his patron a Christian perspective of history.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le choix du titre de cette communication a été déterminé par la lecture d’un article remarquable de Jacques Fontaine, portant sur « le “sallustianisme” de Sulpice Sévère »2. Même si la chronique de Geoffroi Malaterra ne saurait donner matière à révéler, six siècles après Sulpice Sévère, l’existence d’un nouveau « christianus Sallustius », je voudrais simplement montrer que Malaterra semble avoir été maltraité par Ernesto Pontieri, quand il affirme, dans l’introduction à son édition de la chronique, que son auteur n’avait presque aucune culture classique : ne s’appuyant que sur très peu d’éléments3, il reconnaît tout de même que Salluste lui était connu. Certes, Ezio Bolaffi, dans son étude sur la fortune de Salluste à travers les siècles, cite Malaterra parmi les auteurs médiévaux du XIe siècle qui ont étudié Salluste d’assez près4, mais il reste à montrer que Malaterra l’imita plus qu’on a bien voulu le dire jusqu’ici.

L’admiration que Malaterra porte à Salluste se révèle par la pér...

Auteur

Marie-Agnès Lucas-Avenel est maître de conférences en latin, membre du Centre Michel de Boüard (CRAHAM – UMR 6273) et codirectrice de l’Office universitaire d’études normandes de l’université de Caen Basse-Normandie (OUEN). Elle s’intéresse aux sources historiographiques latines de la conquête normande en Italie du Sud, sur lesquelles elle a publié plusieurs articles. Elle prépare l’édition critique multimodale en deux volumes de l’Histoire du Grand Comte Roger de Geoffroi Malaterra, dont le premier volume est sous presse. Elle participe en outre à d’autres travaux d’éditions critiques multimodales engagés au CRAHAM dans le cadre du programme Ichtya, dont l’Hortus sanitatis, livre IV, les Poissons (Presses universitaires de Caen, 2013) est la première réalisation.

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540