Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle)

 | 
Pierre Bauduin
, 
Marie-Agnès Lucas-Avenel

Les figures de l’historiographie : représentation du pouvoir

Éléments classiques et chrétiens dans l’historiographie normande : le portrait du Grand Comte Roger par Geoffroi Malaterra

Vito Sivo
Traduction de Mariella Colin et Marie-Agnès Lucas-Avenel

Résumé

L’essai propose une analyse historico-littéraire du portrait du Grand Comte Roger, dessiné par Geoffroi Malaterra. À la différence de nombreux portraits de personnages de l’historiographie normande, la caractérisation de Roger se fait selon un développement progressif, qui suit l’avancée de son action de conquête et la légitimation de son pouvoir. Il s’agit d’une caractérisation obtenue soit par des moyens directs – Roger est mis en scène en actes et en parole –, soit par des moyens indirects – didascalies, épithètes, et parfois comparaisons. Le bref portrait physique et moral de Roger, conforme à celui d’un chef normand (I, 19), est ensuite affiné, selon les règles de l’éloge de nombreux modèles littéraires de l’Antiquité, pour conférer au Comte le statut du parfait imperator romain. Dès le début du récit de la conquête de la Sicile – présentée comme une mission de nature à la fois guerrière, spirituelle et religieuse, dont Roger est directement investi par Dieu (II, 1) –, la caractérisation du condottiere normand se charge de valeurs morales et chrétiennes, conformément au code de la royauté ; mais il intègre aussi des motifs, expressions et termes, qui rappellent explicitement les modèles de la littérature hagiographique. À la présentation de Roger, orientée sans ambiguïté dans un sens encomiastique (courage, prudentia, etc.), a donc été ajoutée la pietasreligieuse. L’éthopée de Roger de Hauteville construite par Geoffroi Malaterra, savant moine bénédictin, nourri des lectures des œuvres classiques autant que des textes chrétiens, est donc le résultat d’une contaminatio d’éléments classiques, chrétiens et germaniques, élaborés selon un processus de continuité et d’innovation.

The essay presents a historical and literary analysis of Great Count Roger’s image, as drawn by Geoffrey Malaterra. In contrast to numerous portraits of Norman historiographical characters, Roger’s characterisation was one of gradual development, following the progress of Roger’s conquests alongside the legitimation of his power. This was a characterisation achieved either through direct means – Roger was depicted, in acts and words –, or through indirect means – stage directions, epithets and sometimes similarities. The short physical and moral portrait of Roger, complying with that of a Norman chief (I, 19), was then refined, according to the rules of eulogy of numerous literary ancient models, to confer the status of perfect Roman imperator to the Count. From the start of the account of Sicily’s conquest – presented as a simultaneously warlike, spiritual and religious mission, with which Roger was directly invested by God (II, 1) –, the characterisation of the Norman condottiere encompassed moral and Christian values, in accordance with the code of kingship ; but it also integrated patterns, expressions and terms, which explicitly reminded of hagiographical literary models. To this presentation of Roger, without any ambiguity in an encomiastic direction (courage, prudentia, etc.), was then added the religious pietas. The Ethopeios of Roger of Hauteville constructed by Geoffrey Malaterra, a Benedictine monk and scholar, inspired as much by classical works as by Christian ones, was then the result of a contaminatio of classical elements, Christian as well as Germanic, elaborated along a process of continuity and innovation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on parcourt la copieuse bibliographie sur la production historiographique et littéraire (en prose ou en vers) relative à l’Italie méridionale et à la Sicile sous la domination normande1, il est aisé de constater combien les études menées jusqu’à présent ont envisagé ces sources avant tout pour leur valeur historiographique, tandis qu’elles ont porté peu d’intérêt à leurs aspects plus spécifiquement littéraires, philologiques et critico-textuels : des procédés narratifs aux éléments descriptifs, des caractéristiques lexicales aux choix stylistiques, des outils rhétoriques aux rapports avec les modèles classiques. Bien que les tentatives d’analyse en ce sens n’aient pas manqué (que l’on songe au moins, parmi les plus récentes, aux études de Glauco M. Cantarella, d’Edoardo D’Angelo, de Marco Lauletta, de Graham A. Loud et Thomas Wiedmann, d’Armando Bisanti, d’Olivier Desbordes, de Marie-Agnès Lucas-Avenel, de Pierre Toubert2), on ne peut certainement pas nier que la recherche est,...

Auteur

Vito Sivo est professeur « ordinaire » de littérature latine médiévale et de philologie latine médiévale et humaniste au sein du Dipartimento di Studi Umanistici. Lettere, Beni culturali, Scienze della formazione de l’université de Foggia. Il a étudié la tradition grammaticale et rhétorique du Moyen Âge, en publiant notamment l’édition critique d’une partie des œuvres de Paolo Camaldolese (seconde moitié du XIIe siècle), transmise par le manuscrit Paris, BnF lat. 7517. Il s’est également intéressé au genre de l’ars lectoria et a publié l’édition d’un opuscule anonyme transmis par le manuscrit Paris, BnF lat. 8499 du XIIe siècle. Dans le cadre de la production hagiographique, il a étudié et publié des textes relatifs aux cultes de saint Jacques le Majeur, de saint Michel Archange et de saint Sabino de Canosa. Un autre domaine de recherche concerne le Fortleben des classiques latins au Moyen Âge, comme en témoigne l’édition de l’anonyme Planctus Evandri de morte Pallantis, inspiré du célèbre épisode virgilien. Plus récemment, il s’est occupé de textes relatifs à l’Italie du Sud à l’époque normanno-souabe. Il a été secrétaire de la revue Quaderni medievali (1980-2005) et secrétaire de rédaction de la revue Florensia. Depuis 2001, il est membre de la commission scientifique de l’Edizione Nazionale dei Testi Mediolatini.

Mariella Colin (Traducteur)
Marie-Agnès Lucas-Avenel (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540