Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle)

 | 
Pierre Bauduin
, 
Marie-Agnès Lucas-Avenel

Les figures de l’historiographie : représentation du pouvoir

L’image du tyran dans l’œuvre d’« Hugues Falcand »

Graham A. Loud
Traduction de Corinne David

Résumé

La Sicile est souvent décrite comme la terre de prédilection des tyrans. « Hugues Falcand » la voit comme irrémédiablement vouée à la tyrannie, en particulier pendant le règne de Guillaume Ier (1154-1166). « Falcand » s’appuie de manière sophistiquée sur des modèles classiques, en utilisant des textes classiques comme source d’inspiration directe pour les passages clés. Il adopte une vision critique à la fois du roi Guillaume et de son premier ministre Maion de Bari. Il suggère également que la tyrannie est héréditaire, insinuant que Guillaume II marche sur les traces de son père. La tyrannie n’était pas, cependant, le monopole des dirigeants : la malice innée des Siciliens et la prédominance des factions à la cour imposaient des règles impitoyables pour contrôler ce territoire de manière efficace.

Sicily was often described as the quintessential land of tyrants. “Hugo Falcandus” saw it as uniquely prone to tyranny, especially during the reign of William I (1154-1166). “Falcandus” drew in a very sophisticated way upon classical models, using classical texts as a direct inspiration for key passages. He was critical both of King William and of his chief minister Maio of Bari. He also asserted that tyranny was hereditary, hinting that William II followed in his father’s footsteps. Tyranny was not, however, a monopoly of rulers – the innate wickedness of the Sicilians and the prevalence of court faction made stern rule necessary if that land was to be ruled effectively.

Note de l’auteur

Mon travail sur « Hugues Falcand » fut à l’origine entrepris conjointement avec mon ami Thomas Wiedemann (1950-2001), professeur d’études classiques à l’université de Nottingham et dont la mort prématurée et tragique représenta une grande perte pour l’étude de l’héritage classique. Ce qui suit devrait être considéré comme son travail tout autant que le mien.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’image de la Sicile comme le pays par excellence des tyrans devint un cliché – pratiquement un article de foi – parmi les intellectuels du XIIe siècle qui avaient reçu une bonne formation en lettres classiques, comme par exemple chez Otton de Freising, lorsqu’il écrivit en citant Orose que la Sicile « était le berceau des tyrans, même jusque de nos jours »2. Il prétendit plus tard que les cruautés du roi Roger de Sicile étaient « modelées sur les actes des anciens tyrans siciliens ». Il faut reconnaître que l’évêque Otton, comme les autres auteurs allemands de l’époque, interprétait aussi la « tyrannie » des souverains du nouveau royaume de Sicile comme découlant de sa création ; celle-ci avait été sanctionnée par le pape, qui fut finalement vaincu lors du schisme romain de 1130, et accomplie au mépris des prétentions impériales des souverains allemands. Un tyran au Moyen Âge n’était pas seulement quelqu’un qui gouvernait de façon cruelle ou injuste, mais quelqu’un qui s’était empa...

Auteur

Graham A. Loud est professeur d’histoire médiévale et directeur de l’Institut d’études médiévales de l’université de Leeds, où il enseigne depuis 1978 et a obtenu une chaire de professeur en 2003. Son principal domaine de recherche concerne le sud de l’Italie à l’époque des Normands et des Hohenstaufen (XIe-XIIIe siècles) même s’il travaille en parallèle sur les thèmes des Croisades et de l’Allemagne médiévale. Parmi ses publications, citons : Church and Society in the Norman Principality of Capua, 1058-1197 (1985) ; The Age of Robert Guiscard. Southern Italy and the Norman Conquest (2000) ; The Latin Church in Norman Italy (2007) et The Crusade of Frederick Barbarossa (2010). Son Roger II and the Making of the Kingdom of Sicily a été publié dans la série des Manchester Medieval Translations en mars 2012. Il fait actuellement des recherches sur le meurtre des évêques en Allemagne à l’époque médiévale.

Corinne David (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540