Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle)

 | 
Pierre Bauduin
, 
Marie-Agnès Lucas-Avenel

La matière historique

La représentation de l’Empire chez Hugues de Fleury, Orderic Vital et Robert de Torigni

Mireille Chazan

Résumé

Hugues de Fleury dans son Historia ecclesiastica, Orderic Vital dans la chronographia placée en tête de son Historia ecclesiastica et Robert de Torigni dans sa chronique ont examiné la place et le devenir de l’Empire dans l’histoire universelle. Hugues de Fleury et Orderic Vital ont admis une division de l’Empire depuis la fin du IVe siècle, c’est-à-dire l’existence d’un empire romain d’Orient et d’un empire romain d’Occident, héritiers l’un et l’autre de l’empire de Constantin, tandis que Robert de Torigni envisage une translatio de l’Empire de Rome à Constantinople en 330, puis une nouvelle translatio de Constantinople en Occident en 800, ce qui ramène l’empire de Constantinople au rang des autres royaumes.

Hugh of Fleury in its Historia ecclesiastica, Orderic Vitalis in the chronographia placed at the beginning of his Historia ecclesiastica and Robert of Torigni in his chronicle considered the place and the future of the Empire in the universal history. Hugh of Fleury and Orderic Vitalis admitted that the Empire had been divided since the end of the 4th century, between the Empire of Constantinople and the Empire of Rome, both heirs to Constantine’s empire, while Robert of Torigni suggested a translatio of the Empire from Rome to Constantinople in 330, and then a new translatio from Constantinople into the West in 800, which allowed the return of the Empire of Constantinople to the rank of the other kingdoms.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La notion d’Empire est centrale dans les chroniques universelles qui inscrivent l’histoire du monde depuis sa création dans un cadre tenu pour universel, celui de l’empire romain. Il en va de même dans les histoires ecclésiastiques, qui ne peuvent concevoir l’histoire du développement de la foi et de la société chrétiennes que dans le monde organisé et structuré, au moins à l’origine, par l’empire romain.

Hugues de Sainte-Marie, qui fut moine à Fleury à la fin du XIe siècle et dans les deux premières décades du XIIe siècle, est vraisemblablement d’origine normande si l’on considère que ce cognomen mentionné par les manuscrits les plus anciens renvoie à une famille bien connue dans le Cotentin à son époque1. Peut-être même était-il apparenté à la famille de Guillaume le Conquérant, car toutes ses œuvres, à l’exception de la courte chronique destinée aux moines de S...

Auteur

Mireille Chazan est professeur émérite des universités en histoire médiévale. Elle est l’auteur de L’Empire et l’histoire universelle de Sigebert de Gembloux à Jean de Saint-Victor (XIIe-XIVe siècle) (Champion, 1999), ainsi que de nombreux articles sur l’historiographie française et messine. Elle a édité, avec Gilbert Dahan, La Méthode critique au Moyen Âge (Brepols, 2006), et avec Gérard Nauroy, Écrire l’histoire à Metz au Moyen Âge (Peter Lang, 2010).

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540