Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle)

 | 
Pierre Bauduin
, 
Marie-Agnès Lucas-Avenel

Transmission et tradition : manuscrits, réseaux d’accès aux savoirs

Inventaire des manuscrits de la bibliothèque municipale d’Avranches : les sources antiques

Pierre Bouet

Résumé

L’étude des manuscrits de la bibliothèque municipale d’Avranches et des catalogues qui furent dressés à différentes époques donne une image précise des ouvrages ou parties d’ouvrages que les moines du Mont Saint-Michel ont copiés (ou recopiés) et reçus en don ou par achat du Xe au XVIIIe siècle. On découvre l’importance des manuscrits disparus (quelque 80 sur environ 280 manuscrits recensés), parmi lesquels figuraient les œuvres de Pline l’Ancien, de Symmaque et d’Ovide ainsi que neuf traités d’Anselme du Bec-Hellouin.
Sur les 1150 ouvrages ou extraits d’ouvrages recensés dans les 200 manuscrits restant à Avranches, la majeure partie (85 %) concerne les auteurs chrétiens : il s’agit principalement des traités exégétiques et théologiques des Pères de l’Église (Augustin, Jérôme, Ambroise, Grégoire le Grand et Bède le Vénérable). Les moines montois ont été également intéressés par les publications de clercs illustres de l’époque médiévale qui commentaient la Bible ou qui traitaient des questions théologiques comme celles de la Trinité, de l’eucharistie ou de la grâce : Raban Maur, Pierre Lombard, Jean Scot Érigène, Alain de Lille, Hugues de Saint-Victor, etc.
Parmi les œuvres profanes, Aristote, dans ses traductions de Boèce et de Jacques de Venise, occupe une place de choix : pour certains traités, les manuscrits montois figurent parmi les plus anciens que l’Occident ait conservés. Le droit, avec le corpus complet de l’empereur Justinien et les traités de droit canon, tenait une place importante. Même si plusieurs œuvres majeures en histoire médiévale ont quitté le Mont (Dudon de Saint-Quentin, Guillaume de Jumièges, Paul Diacre, Geoffroi de Monmouth), la bibliothèque du Mont a conservé les ouvrages de Robert de Torigni, de Flodoard, de Fréculf de Lisieux, de Guillaume d’Apulie ainsi que les textes qui concernent l’histoire du Mont Tombe (la Revelatio ecclesiae sancti Michaelis in Monte Tumba, l’Introductio monachorum et les Miracula sancti Michaelis) et qui furent rédigés par des moines montois demeurés anonymes.

The study of the manuscripts of the Avranches public library and of the catalogues drawn up in various periods gives a precise picture of the books or portions of books that the monks of Mont Saint-Michel copied (or re-copied) and received as gifts or purchased from the 10th to the 18th century. The importance of lost manuscripts is being stressed (some 80 out of approximately 280 manuscripts accounted for), among which we find the works of Pliny the Elder, of Symmachus and of Ovidius as well as nine treatises by Anselm of Le Bec-Hellouin.
Out of the 1150 books or portions of books accounted for in the 200 manuscripts remaining in Avranches, the greatest part (85 %) relates to Christian authors : these are mainly exegetical and theological treatises by the Church Fathers (Augustine, Jerome, Ambrose, Gregory the Great and the Venerable Bede). The monks of Mont Saint-Michel were also interested in the works by illustrious medieval clerks who commented on the Bible or who handled theological issues such as those of the Trinity, the Eucharist or the grace : Raban Maur, Peter Lombard, John Scotus Eriugena, Alan of Lille, Hugh de Saint-Victor, etc.
Among the profane works, Aristotle, as translated by Boethius and James of Venice, occupied a key position : for some treatises, the Mont Saint-Michel manuscripts are listed among the oldest preserved in the Western World. Law, along with the complete corpus of Emperor Justinian and the treatises of canon law, held a prominent place. Even though several major works in medieval history left Mont Saint-Michel (Dudo of Saint-Quentin, William of Jumièges, Paul the Deacon, Geoffrey of Monmouth), its library kept the books written by Robert of Torigni, Flodoard, Freculf of Lisieux, and William of Apulia, as well as the texts relating to the history of the Mont Tombe (the Revelatio ecclesiae sancti Michaelis in Monte Tumba, the Introductio monachorum and the Miracula sancti Michaelis) which were written by the monks of Mont Saint-Michel who remained anonymous.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour connaître la place que tiennent les œuvres de l’Antiquité, en particulier les sources historiques, dans les manuscrits du Mont Saint-Michel, conservés à la bibliothèque municipale d’Avranches, il convenait au préalable d’effectuer un inventaire exhaustif de tous les ouvrages que contiennent tous ces manuscrits. Pour réaliser ce travail, nous avons profité de nombreux travaux antérieurs, en particulier le catalogue d’Henri Omont1, les articles de Geneviève Nortier2, les notices de Charles Samaran et Robert Marichal3 ainsi que des recherches de Colette Jeudy et Yves-François Riou4. Nous avons eu accès, en outre, à l’excellent mémoire de maîtrise effectué par Séléné Godard et Julie Roulland5, qui avaient procédé à un premier inventaire exhaustif des textes contenus dans les manuscrits d’Avranches.

Avatars de la bibliothèque du Mont Saint-Michel entre le XVe et le X...

Auteur

Pierre Bouet a enseigné le latin médiéval à l’université de Caen Basse-Normandie de 1971 à 2002. Spécialiste des historiens normands et anglo-normands de langue latine (Xe –XIIe siècles), il a publié de nombreux ouvrages sur la période la plus illustre du duché de Normandie. Ses derniers ouvrages concernent, d’une part, les manuscrits du Mont Saint-Michel et, d’autre part, le règne de Guillaume le Conquérant et la Tapisserie de Bayeux.

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540