Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle)

 | 
Pierre Bauduin
, 
Marie-Agnès Lucas-Avenel

Transmission et tradition : manuscrits, réseaux d’accès aux savoirs

Les inventaires de bibliothèques normandes : un dossier de sources à reprendre

Monique Peyrafort-Huin

Résumé

Se fondant sur les documents énumérant des livres, l’article démontre la nécessité de reprendre les études menées jusque-là, particulièrement par Geneviève Nortier, sur les bibliothèques médiévales de Normandie, en exploitant notamment les sources de la période moderne. Un panorama des textes d’histoire ancienne disponibles dans dix bibliothèques normandes (Le Bec et la collection de Philippe de Harcourt, Fécamp, Jumièges, Lisieux, Lyre, le Mont Saint-Michel, Saint-Ouen de Rouen, Saint-Évroult, Saint-Wandrille) met bien en lumière l’apport des sources modernes et, notamment, des inventaires réunis par les mauristes à la connaissance des fonds médiévaux.

Based upon documents listing books, the article demonstrates the need of going over once again the studies performed hitherto, particularly by Geneviève Nortier, on the medieval libraries in Normandy, especially by exploiting the sources for the early modern period. An overview of the ancient history texts available in ten Norman libraries (Le Bec-Hellouin and the collection of Philip of Harcourt, Fécamp, Jumièges, Lisieux, Lyre, Mont Saint-Michel, Saint-Ouen of Rouen, Saint-Évroult, Saint-Wandrille) emphasises the contribution of modern sources and, notably, of the inventories gathered by the Maurist monks to the knowledge of medieval collections.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Huc usque Guillelmus Pictauinus historiam suam texuit ; in qua Guillelmi gesta Crispi Salustii stilum imitatus subtiliter et eloquenter enucleavit.

Cette citation2 d’Orderic Vital à propos d’un autre historien normand, Guillaume de Poitiers, démontre que, au cœur même des cloîtres, au XIIe siècle, le souvenir et la pratique des classiques, et tout particulièrement des historiens classiques, étaient bien présents. Orderic Vital (né en 1075, mort en 1141), d’origine anglaise, moine entré au monastère de Saint-Évroult à l’âge de 10 ans3, était suffisamment imprégné du style du grand historien romain pour risquer une comparaison, qui était loin d’être fausse, même si elle était par trop restrictive4. Cet exemple pose d’emblée la question de la conservation et de la transmission des textes de l’Antiquité en Normandie, durant les siècles médiévaux, et donc du rôle des bibliothèques. Et je tiens à remercier les organisateurs de ce colloque, Mme Marie-Agnès Lucas-Avenel et M. Pierre Bauduin,...

Auteur

Monique Peyrafort-Huin, archiviste-paléographe, est ingénieur de recherche au CNRS (Institut de recherche et d’histoire des textes). Ses recherches portent sur l’histoire des bibliothèques médiévales françaises et sur leurs sources : après des études consacrées aux bibliothèques de Pontigny et de Saint-Allyre de Clermont-Ferrand, elle s’est tournée vers les bibliothèques capitulaires et monastiques de Normandie et codirige un dossier sur les échanges entre bibliothèques dans les mondes normands (publié dans Tabularia).

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540