Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

Notes sur les auteurs et traducteurs

Texte intégral

1Pascale Amiot-Jouenne est maître de conférences à l’université de Perpignan-Via Domitia où elle enseigne la littérature anglaise et irlandaise. Elle est l’auteur d’une thèse consacrée à la poésie d’Austin Clarke et d’articles sur Oscar Wilde, Austin Clarke, Seumas O’Kelly, Seamus Deane, Flann O’Brien, John McGahern, Eiléan Ní Chuilleanáin, Paula Meehan et Medbh McGuckian. Elle a publié les actes du colloque Irlande : insularité, singularité ? aux Presses universitaires de Perpignan en 2001, et dirigé l’ouvrage collectif L’Autobiographie irlandaise, publié aux Presses universitaires de Caen en 2004. Elle dirige actuellement l’ouvrage Déclinaisons de la Voie : Avoiement, Dévoiement, Fourvoiement et prépare une étude sur la poésie d’Austin Clarke. Elle est vice-présidente de la Société française d’études irlandaises, membre du comité de rédaction de la revue Études irlandaises, et fait partie de deux groupes de recherche dans sa spécialité.

2Malcolm W. Ballin est associé de recherches à l’université de Cardiff. Après l’obtention d’une licence d’anglais à Cambridge (Selwyn College) en 1957, il a effectué sa carrière dans l’industrie de l’acier en Grande-Bretagne. À sa retraite en 1996, il est revenu à l’université et a obtenu un master en anglais à l’université de Cardiff en 1997, puis un doctorat en 2002. Il est spécialiste de littérature périodique et s’intéresse particulièrement aux journaux et magazines irlandais, gallois et écossais. Il est l’auteur de plusieurs articles et comptes rendus sur ces sujets.

3Michael Black a enseigné l’anglais à l’université Paris IX-Dauphine et à l’université de Caen. Traducteur, il prépare une thèse sur Aosdána. Sa recherche porte sur les arts en Irlande. Il a publié « Les Arts en Irlande à l’épreuve de l’étranger », dans Sources, n° 15, automne 2003.

4Maryvonne Boisseau est maître de conférences à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle où elle enseigne principalement la traduction. Auteur d’une thèse de linguistique et poésie et de plusieurs articles d’analyse linguistique de textes poétiques et de traductions, sa recherche se situe à l’articulation des domaines de la linguistique, de la poésie et de la traduction. Elle est membre des groupes de recherche TRACT de Paris III (Traduction et communication transculturelle anglais-français, français-anglais) et Études irlandaises (Caen – Lille – Paris III).

5Françoise Canon-Roger est professeur à l’université de Reims-Champagne Ardenne où elle enseigne la linguistique et la littérature irlandaise. Auteur d’une thèse consacrée à John Banville, elle a publié plusieurs articles sur les œuvres de romanciers et de poètes contemporains. Elle a assuré l’édition du numéro 27-1, printemps 2002, de la revue Études irlandaises et celle des actes du colloque Irlande : inclusion-exclusion (Presses universitaires de Reims, 2003).

6Marie-Claire Considère-Charon est professeur de civilisation anglaise et irlandaise à l’université de Franche-Comté. Sa thèse de doctorat (1992) étudie la minorité protestante dans la République d’Irlande de la Réforme à l’époque actuelle. Depuis, elle s’est intéressée à l’intégration de l’Irlande en Europe. Son livre Irlande, une singulière intégration européenne a été publié par Economica en 2002.

7Pat Donlon a été directrice de la Bibliothèque nationale d’Irlande de 1989 à 1997, maître de conférences en littérature enfantine à University College (Dublin) de 1979 à 1989. Elle est membre de la Royal Irish Academy, de la Fondation culturelle européenne, et membre bienfaiteur de Children’s Books Ireland. Elle a reçu en 1997 le prix Children’s Books Ireland pour son action en faveur de la littérature enfantine. Elle a contribué comme expert et comme auteur aux ouvrages suivants : Laura Berger et Stanley Berger (éd.), Twentieth-Century Young Adult Writers (Detroit, St James Press, 1994) ; Sarah Prendergast et Tom Prendergast (éd.), The St James Guide to Children’s Writers (Detroit, St James Press, 1999); An Encyclopaedia of Ireland (Dublin, Gill & Macmillan, 2001); Le Dictionnaire encyclopédique du livre (Paris, éditions du Cercle de la Librairie, 2005). Elle est l’auteur d’un chapitre dans History of the Irish Book à paraître chez Oxford University Press et écrit actuellement un livre sur l’apport de l’Irlande à la littérature enfantine mondiale.

8Peter Fallon, poète, éditeur, imprimeur, vit dans une petite ferme à Loughcrew, comté de Meath. Diplômé de Trinity College (Dublin), il fonde à dix-huit ans la Gallery Press à qui l’on doit un grand nombre d’œuvres des plus grands auteurs contemporains et qui est recon­nue internationalement. Parmi les écrivains publiés, citons Derek Mahon, John Montague, Nuala Ni Dhomhnaill, Ciaran Carson, Medbh McGuckian, Paul Muldoon, Seamus Heaney ainsi que Brian Friel et John Banville. La Presse a reçu la Better Ireland Award en 1991. Ses propres poèmes comprennent The Speaking Stones (1978), Winter Work (1983), The News and Weather (1987), Eye to Eye (1992), The Deerfield Series : Strength of Heart (1997), ainsi qu’une sélection, News of the World (1993) dont une édition complétée, News of the World : Selected and New Poems, paraît en 1998, avec des rééditions en 1999 puis en 2001. En 2004, il publie une adaptation dramatique du roman de Patrick Kavanagh, Tarry Flynn, et une traduction, The Georgics of Virgil (2004). Il édite aussi avec Derek Mahon The Penguin Book of Irish Contemporary Poetry (1990) et contribue à The Field Day Anthology of Irish Writing. Il donne des lectures de ses poèmes dans le monde entier. En 2003, il est élu à l’Aosdána.

9Tony Farmar entre chez Macmillan à Londres, après un diplôme de droit à Oxford. Il travaille dans l’édition en Irlande depuis 1977 et dirige la maison A. & A. Farmar depuis vingt ans. En même temps, il écrit beaucoup sur l’histoire sociale et celle des affaires en Irlande ; il est aussi l’auteur de A Short History of CLÉ, l’association des éditeurs irlandais 1970-1995, et d’une histoire sociale de la classe moyenne irlandaise – Ordinary Lives. Son ouvrage le plus récent est Patients, potions and physicians – A Social History of Medicine in Ireland.

10Karin Fischer est maître de conférences à l’université d’Orléans. Ancienne élève de l’École normale supérieure (Fontenay-St-Cloud), elle a consacré sa thèse de doctorat (2000) à une étude sur l’histoire de l’école et les problèmes d’identité collective dans le Nord et le Sud de l’Irlande. Sa recherche porte sur les politiques éducatives irlandaises actuelles et en particulier l’étude des programmes et des manuels scolaires depuis le début du xxe siècle, dans les domaines de l’histoire, de l’éducation à la citoyenneté et de l’éducation religieuse. Elle a publié de nombreux articles sur ces sujets. Elle fait partie du bureau d’Études irlandaises.

11Fabienne Garcier, ancienne élève de l’École normale supérieure (Fontenay-aux-Roses), est professeur de littérature anglaise et irlandaise à l’université Charles de Gaulle-Lille 3, membre du CERIUL (Lille 3) et du Centre d’études franco-irlandaises (Tallaght). Elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat d’Étatsur La nouvelle irlandaise moderne : métamorphoses d’un genre, 1880-1960. Elle a publié plusieurs articles sur des auteurs de nouvelles irlandais : George Moore, James Joyce, Samuel Beckett, Frank O’Connor, John McGahern, Mary Lavin, et contribué à France-Ireland : Anatomy of a Relationship, sous la direction d’Eamon Maher et de Grace Neville (Peter Lang, 2004).

12Jacqueline Genet, ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’anglais, docteur ès lettres, présidente honoraire de l’université de Caen, présidente d’honneur de la SAES et de la SOFEIR, docteur honoris causa de la National University d’Irlande et de celle de Würzburg, publie en France, en Angleterre et en Irlande. Outre ses trois livres fondateurs sur Yeats – Les Fondements et l’évolution de la création poétique ; La Poétique ; Le Théâtre –, on lui doit de multiples études sur la littérature irlandaise contemporaine, ainsi que des traductions, collectives ou personnelles. Elle a traduit le théâtre complet de Yeats (3 tomes à l’Arche), publié plusieurs volumes de poèmes de Yeats en bilingue, avec préface et notes chez Verdier (2 tomes). Elle est l’auteur d’une monographie du même auteur aux éditions Aden et de la Littérature irlandaise, en collaboration avec Claude Fierobe (réédition complétée à l’Harmattan).

13Gaïd Girard, professeur de littérature de langue anglaise à l’université de Bretagne Occidentale, a soutenu une thèse de doctorat d’État sur Le Fanu en 1994. Elle a écrit de nombreux articles dans le domaine du fantastique, en littérature et au cinéma : plus particulièrement sur les nouvelles fantastiques de Le Fanu (La Licorne, Le Visage Vert, Triade, Les Cahiers du Cerli), mais aussi sur Godwin, Stoker, Conan Doyle, Pynchon, Kubrick, Roeg, Huston, etc. Elle a traduit des textes de Le Fanu : Carmilla, nouvelle traduction et postface, Arles, Actes Sud (Babel), 1996 ; « Schalken le peintre » (version de 1851), in J. Losfeld (éd.), Le Visage Vert, nouvelle série, n° 5, octobre 1998 ; « L’enfant qui partit avec les fées » in Claude Fierobe (éd.), L’Irlande fantastique, Rennes, Terre de Brume, 2002. Elle a dirigé Le Superflu, Presses universitaires de Rennes, 2004 ; on lui doit aussi Joseph Sheridan Le Fanu, une écriture fantastique, Paris, Champion, automne 2005.

14Siobhán Holland enseigne dans le département d’anglais de St Mary’s College, Twickenham, et à Trinity College, Dublin. Elle a écrit sur les représentations de la masculinité et sur les voix féministes dans les romans irlandais du xxe siècle et termine une étude sur l’histoire de l’édition en Irlande de 1969 à 2000 pour le volume 5 de The Oxford History of the Irish Book (Oxford University Press).

15Pascale Hummel, ancienne élève de l’École normale supérieure, est agrégée de grammaire et docteur en philologie grecque. Ses travaux portent principalement sur la philologie grecque et l’histoire de la philologie, et plus récemment aussi sur la littérature, la philosophie et la théologie. Elle est l’auteur de plus de quinze ouvrages et de nombreux articles. Elle est chargée actuellement de la réalisation de plusieurs bases de données pour l’Institut national de la recherche pédagogique et le Centre national de la recherche scientifique.

16Clare Hutton a étudié à Dublin, Londres et Oxford. Titulaire d’un doctorat, elle est actuellement maître de conférences en anglais à l’université de Loughborough. Elle a dirigé The Irish Book in the Twentieth Century (2004) et codirigé le volume 5 de The Oxford History of the Irish Book (à paraître en 2007). Auparavant, elle a été chargée de recherches à l’Institut d’études anglaises de l’université de Londres. Ses domaines de recherche couvrent la théorie et l’édition critique des textes, la réception de la littérature et l’histoire de l’édition. Elle achève un ouvrage sur Yeats, Joyce, et la culture textuelle de la Renaissance littéraire irlandaise.

17Bernard Le Gros, ancien élève de l’École normale supérieure, lecteur de français à Trinity College Dublin de 1947 à 1949, agrégé d’anglais, maître de conférences honoraire, collabore à de nombreux travaux du Centre d’études irlandaises de l’université de Caen.

18Sylvie Mikowski, auteur d’une thèse sur les romans de John McGahern, est professeur d’études irlandaises à l’université de Reims-Champagne Ardenne. Elle a publié Le Roman irlandais contemporain aux Presses universitaires de Caen (2004), et co-dirigé Irlande : l’épreuve de l’étranger (Sources, n° 15, automne 2003), Irlande : zones et marges (Études irlandaises, n° 29-2, automne 2004). Elle a organisé un colloque sur l’histoire du livre en Irlande en mai 2004 à Troyes et publié Le Livre en Irlande du xviie siècle à nos jours dans LISA Electronic Journal, http://http://www.unicaen.fr/​mrsh/​anglais/​lisa, mise en ligne en juin 2005.

19Clíona Ní Ríordáin est agrégée de l’université et maître de conférences à l’université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. Auteur d’une thèse sur la poésie de Seamus Heaney, elle a écrit plusieurs articles sur la littérature irlandaise contemporaine (poésie et fiction), et s’intéresse également à la traduction. Membre du TRACT (groupe de recherche en traduction) et du Groupe de recherche en études irlandaises à Paris III, elle travaille actuellement sur l’influence de la traduction sur la poésie irlandaise contemporaine.

20Martine Pelletier est maître de conférences en études anglaises et irlandaises à l’université François-Rabelais de Tours. Elle est titulaire d’un M. Phil en littérature anglo-irlandaise de Trinity College, Dublin, et d’une thèse de doctorat de l’université de Rennes 2. Elle a publié sur Brian Friel, Field Day et plus généralement sur le théâtre irlandais contemporain et celui d’Irlande du Nord. Elle contribue au Cambridge Companion to Brian Friel, sous la responsabilité d’Anthony Roche, et travaille sur une version anglaise actualisée de son livre de 1997 : Le Théâtre de Brian Friel : Histoire et histoires, publié par Septentrion.

21Mathew D. Staunton, originaire de Dublin, prépare actuellement une thèse à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle sur la propagande nationaliste et la presse en Irlande au début du xxe siècle. Ses recherches se concentrent surtout sur la propagande visuelle du mouvement Sinn Féin, en particulier à travers l’étude du journal du même nom. Au cours de ses recherches, il s’est intéressé plus particulièrement à la typographie gaélique en tant que révélateur de l’identité culturelle irlandaise. Il est membre de l’Association typographique internationale et a déjà contribué à plusieurs de leurs conférences. Il enseigne à l’Institut d’études politiques de Paris où il anime un cours sur l’histoire du Sinn Féin.

22Jacques Tranier, agrégé d’anglais, maître de conférences à l’université de Caen, a soutenu une thèse en 1996 sur Brian Friel, portant sur le traitement du tragique et du pathétique comme expression d’une Irlande en transition. Il travaille essentiellement sur le théâtre irlandais contemporain, et en particulier, sur les adaptations de pièces antiques ou étrangères (théâtre grec, russe, français) par des créateurs irlandais (Brian Friel, Seamus Heaney, Thomas Kilroy, Derek Mahon, etc.), ce qui n’exclut pas quelques incursions dans le domaine romanesque (travail sur Patrick McCabe).

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540