Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Épilogue : l’image de la ville normande dans la littérature et l’iconographie

Les villes normandes au Moyen Âge : de la ville réelle à la ville rêvée

Bernard Beck

Texte intégral

1L’image de la ville dépend étroitement de deux facteurs. En premier lieu, de la conception urbaine, de l’idée que la société se fait de la ville et des fonctions qu’elle remplit. En second lieu, de la représentation figurée. Comme « la pittura e cosa mentale », ainsi que le dit Léonard de Vinci, cette représentation dépend donc de l’évolution de l’art de peindre et de la finalité de la peinture (jusqu’à ce que la photographie, à partir du xixe siècle, permette une vision objective de la ville).

  • 1 Cf. par exemple le décor urbain en trompe-l’œil, dérivé d’une représentation théâtr (...)

2La civilisation romaine – et gallo-romaine – est une civilisation urbaine. La vie s’organise autour de la ville, centre politique et économique. Un réseau de cités de toutes dimensions s’étend sur tout l’empire. La ville est le lieu de la civilitas (culture, éducation) auquel s’oppose la campagne, avec sa rusticitas et ses pagani. Deux espaces séparés et opposés. Cette ville antique a une physionomie particulière : elle s’ordonne autour d’une grande place (agora, forum) et d’un ensemble de monuments (temples, portiques, théâtres, thermes, etc.). C’est un lieu familier et la peinture romaine peut en dresser des portraits aussi fidèles que le permettent alors les techniques de représentation (sens de la perspective, choix des couleurs, etc.) et la conception naturaliste de la mimésis aristotélicienne (la nature ordonnée par l’art)1.

  • 2 Cf. La Ville en France au Moyen Âge, A. Chédeville, J. Le Goff, J. Rossiaud (dir.), (...)

3Le Moyen Âge a de la ville une idée et une image différentes. Dans l’ordre de la représentation mentale, la séparation ne se fait plus désormais avec la campagne, dans une société en majorité rurale. Villes, bourgs, villages, châteaux, abbayes participent au même univers malgré le dédain pour les « vilains » (l’art gothique par exemple, art urbain par ses cathédrales et collégiales, est diffusé dans les petits sanctuaires ruraux). Cet univers commun est dominé par l’Église, il est lié par des complémentarités économiques et il est attaché aux mêmes valeurs. L’opposition se fait donc avec le monde inculte, marginal, inquiétant des forêts, du « désert », peuplé d’hommes sauvages, en rupture avec la société2.

4La ville en Normandie ne s’impose progressivement dans le paysage qu’aux xiie et xiiie siècles. La Normandie est terre d’abbayes et de châteaux, avant d’être une province de marchands et de juristes. L’image de la ville a donc dépendu de la vision qu’en ont eue les clercs, dans leurs monastères, puis les princes dans leurs bibliothèques, puis enfin les bourgeois dans leurs échoppes.

5C’est pourquoi on peut parler d’une ville réelle et d’une ville rêvée.

6Dans quel sens s’est faite la relation ? En fait dans les deux. De la ville réelle à la ville rêvée et réciproquement, mais autour d’une coupure chronologique qui intervient au cours du xive siècle.

De la ville réelle à la ville rêvée

La physionomie de la ville médiévale jusqu’au xive siècle

7Pendant longtemps il n’y eut pas d’autres monuments que la cathédrale, les églises, le château ducal ou la résidence seigneuriale, quelques ruines antiques parfois, transformées en forteresse ou en carrière de matériaux de récupération, et des maisons (en pierre ou brique pour une partie, en bois pour une autre) entourées de jardins et d’espaces indéfinis, le long des axes principaux. Seules les villes épiscopales, à l’exception de Sées, ont gardé de vieux remparts romains qui servent parfois de carrières. Et Rouen possède une muraille médiévale.

  • 3 P. Lavedan et J. Hugueney, L’Urbanisme au Moyen Âge, Paris, Arts et métiers graphiques, (...)

8À partir du xiiie siècle, la rue s’organise et aligne ses maisons à pignon, tandis que prend forme la place du marché avec ses halles. Il faut y ajouter les beffrois municipaux et les cimetières. Le christianisme loge les morts dans la cité (à la différence de la ville antique) et l’urbanisation des morts s’accompagne d’une extension des fonctions du cimetière devenu lieu de sociabilité pour les vivants, espace urbain privilégié et fortement marqué dans la topographie urbaine (cf. l’aître Saint-Maclou à Rouen)3.

  • 4 P. Lavedan, La Représentation des villes dans l’art du Moyen Âge, Paris, Vanoest, 1954  (...)

9L’invasion anglaise d’Édouard III en 1346, l’insécurité et la Guerre de Cent Ans ont enfin suscité la fortification ou le renforcement des défenses : l’image extérieure de la ville est celle de remparts et de tours, une ville close alors qu’économiquement ou culturellement la ville n’est pas séparée de sa campagne (ce qui s’exprime dans l’ordonnance des enluminures de la fin du Moyen Âge qui intègrent la ville dans son paysage pastoral)4.

Évolution de l’image de la ville dans l’iconographie

  • 5 La principale référence sur l’enluminure carolingienne est l’imposant ouvrage de (...)

10Le livre et l’enluminure sont les premiers supports de l’iconographie de la ville. Ceux-ci sont essentiellement, jusqu’au xiiie siècle, les productions de scriptoria monastiques ou épiscopaux. Libraires et ateliers urbains ne feront leur apparition qu’avec les universités (1215, université de Paris). L’appréciation du monde est donc dans ces ouvrages exclusivement celle des clercs. La véritable renaissance des lettres et du livre s’est effectuée à la période carolingienne (ixe siècle), dans les grands scriptoria d’Aix-la-Chapelle, Reims, Tours et Metz5.

  • 6 Par exemple, Bible de Charles le Chauve, BnF, ms. lat. 1, exécutée à Saint-Martin de To (...)

11Les peintres mettent à la mode les grandes figures hiératiques en majesté (saints ou souverains), inspirées des sarcophages antiques, placées dans des encadrements de colonnes, de rideaux et d’arcatures. Ces figures constituent l’essentiel de la production des enluminures. Toutefois le réalisme n’en est pas totalement absent du fait de l’influence du naturalisme romain dans la représentation des personnages. Les scènes familières y trouvent place également. Quant à l’iconographie de la ville ou du palais, elle ne se limite pas obligatoirement au cadre du portique à colonnes, malgré l’inévitable schématisme6.

  • 7 BM Rouen, ms. Y 6, fo 36.

12Les invasions scandinaves ayant précipité le déclin de l’enluminure carolingienne, c’est dans l’empire ottonien et en Grande-Bretagne que ses formules seront reprises ; dans ce second pays par l’école de Winchester, caractérisée par de lourds encadrements de feuilles d’acanthe et de rosaces. Reflet des manuscrits carolingiens, le Sacramentaire de l’archevêque Robert de Jumièges (Ely ou Winchester, 1006-1023)7 reprend ainsi, dans la représentation des trois rois mages se rendant à la cour d’Hérode, à l’angle inférieur de la page, la figure de la cité antique de la Bible de Charles le Chauve : même tracé polygonal (ici hexagonal) de l’enceinte, flanquée de tours carrées couvertes d’un toit de tuiles, et même représentation de quelques maisons à l’intérieur de la ville. On y chercherait en vain l’image d’une cité normande. La petite figure obéit aux schémas définis par l’enluminure carolingienne et les personnages ont gardé le costume antique qui les habille sur les manuscrits de Charles le Chauve ou de Lothaire (fig. 1).

  • 8 BnF, ms. lat. 8 878, fo 217. Ce Commentaire de l’Apocalypse a été rédigé au (...)

13La période romane aux xie et xiie siècles voit le renouveau des monastères français et de leurs ateliers de copistes. Les débuts de l’art roman en matière d’enluminure sont marqués par une phase d’assimilation des techniques et l’influence des régions les plus proches (la Grande-Bretagne pour la Normandie), puis par la variété des styles et les particularismes régionaux. La lettre ornée d’entrelacs et de rinceaux de feuillage, accompagnés de personnages et d’animaux, constitue le motif principal. Il est difficile d’y faire figurer des architectures autres qu’un encadrement suggérant sommairement l’atelier du copiste ou du peintre. Les enluminures pleine page cependant ne sont pas absentes et autorisent donc une plus grande variété de sujets : la ville est ainsi représentée sur le Commentaire de l’Apocalypse par Beatus de Liebana, copié au milieu du xie siècle par des copistes de l’abbaye de Saint-Sever, en Gascogne8. Sur cette représentation de Babylone, les dessins ont subi l’influence de l’art mozarabe pour les couleurs éclatantes et de l’art de l’islam pour les formes architecturales.

  • 9 BM Avranches, ms. 50, fo 1 vo. Cf. F. Avril, La Décoration des manuscrits dans les abba (...)
  • 10 BM Avranches, ms. 210, fo 4 vo. Cf. M. Baylé, « Architecture et (...)

14L’enluminure normande est très active au xie siècle grâce au dynamisme politique, économique et culturel du duché. Les trois grandes abbayes de Fécamp, de Jumièges et du Mont-Saint-Michel, réformées vers l’an mil par Guillaume de Volpiano, ont d’importants scriptoria. Le style qui avait d’abord subi l’influence carolingienne et anglaise développe à partir de 1100 des formules originales : ainsi le Mont-Saint-Michel privilégie des compositions sobres tracées à la plume. Si l’essentiel des enluminures y est constitué de lettres ornées, les architectures sont évoquées dans quelques manuscrits, par exemple dans les Recognitiones de saint Clément9, où le moine Gelduin offre son manuscrit à saint Michel (fig. 2). Nous n’avons encore ici, pour évoquer l’abbaye ou le palais où se déroule la scène, qu’un simple cadre de colonnes torsadées et de claveaux polychromes. Du moins ceux-ci sont-ils conformes aux modèles réels. Dans le Cartulaire du Mont-Saint-Michel le rêve de saint Aubert évoque au fo 4 la cité épiscopale d’Avranches (fig. 3)10. À la partie supérieure, les architectures sont vues de trois-quarts pour suggérer la perspective. L’équilibre des masses fait songer aux massifs carolingiens des églises. À la partie inférieure, le schéma de la ville est dessiné avec régularité et renvoie à la représentation de la Jérusalem céleste, quadrangulaire, ceinte de murailles et de tours, image qui perdure jusqu’au xiiie siècle avant de se modifier en faveur du cercle.

15Il ne faut pas chercher dans les autres supports iconographiques dont dispose alors l’Église une représentation concrète de la ville. Le vitrail est réservé aux figures du Christ, de la Vierge et des saints, figures encadrées à l’époque romane de bordures de rinceaux et de motifs floraux qui se perpétuent aux xiiie-xive siècles. Les petites scènes de la vie des saints ou de la Vierge ne représentent jamais en arrière-plan une ville. Tout au plus un cadre d’architecture ou un bâtiment.

16Quelle raison peut-on avancer pour expliquer cette schématisation qui marque les siècles romans et la première partie de l’âge gothique ? Il faut évidemment se référer à la conception même que la société médiévale, et principalement les moines, se font alors de l’univers dans lequel ils vivent, conception située à l’opposé du naturalisme romain. C’est en Dieu que se trouve la réalité d’un monde qui n’est que l’imparfait reflet des vérités divines, une image du Ciel. La vie ici-bas est transitoire et le peuple chrétien est en marche vers « la Cité de Dieu ». Il ne convient pas de représenter l’univers tel qu’on le voit : il faut s’élever au contraire des formes naturelles aux vérités divines ; il faut contempler la nature non pour sa valeur esthétique mais pour son contenu symbolique ; la nature est une donnée spirituelle et non une réalité matérielle (les poètes courtois partagent d’ailleurs cette vision). Les réalités sont donc vues au travers du prisme de l’analogie, de la tropologie (dont l’allégorie est la figure la plus courante), qui s’attache au sens symbolique des choses et des hommes, et de l’anagogie, démarche qui consiste à s’élever de l’image naturelle au sens spirituel qu’elle renferme mais qui est caché.

17Il existe cependant une iconographie profane, celle des tapisseries et broderies. Tout en partageant la spiritualité médiévale, leurs auteurs s’intéressent plus concrètement à la réalité puisque les œuvres n’ont pas de caractère religieux et s’attachent au contraire à raconter des événements. De la production normande, il ne nous reste que la Tapisserie de Bayeux. Celle-ci prend naturellement en compte le monde des villes : Rouen, Rennes et Dol, l’abbaye de Westminster, le palais d’Édouard le Confesseur, le rocher et l’abbaye du Mont-Saint-Michel. Mais on remarque que la ville se résume pour Rouen au palais ducal avec sa porte, sa courtine fortifiée et son donjon, qu’à Rennes ou Dol les brodeuses se sont contentées de reproduire les mottes castrales, enfin que le Mont se réduit à l’évocation d’un bâtiment, en équilibre sur la pointe du rocher.

18À y regarder de plus près, ce vaste portique à cinq grandes arcades qui symbolise l’abbaye est en fait le porche occidental de l’abbatiale tel qu’il se présente au xie siècle avant les adjonctions de Robert de Torigni au siècle suivant (une tour). Mais l’artiste a aligné sur le même plan les trois portes et les arcades latérales nord et sud, sans souci d’orientation. Dans tous les cas de figure, à Rouen comme au Mont, la brodeuse a choisi un détail signifiant de l’ensemble de la ville ou de l’abbaye. La cité n’est donc plus cette fois symbolique, comme dans l’enluminure sacrée et sa Jérusalem céleste, mais métaphorique. Là aussi quelle explication proposer ?

19On ne peut imputer ce schématisme à la médiocrité des techniques de figuration romanes, puisque la Tapisserie de Bayeux ne manque pas de détails précis et réalistes. Il faut en revanche prendre en compte deux notions : d’abord la fonction que remplit alors la ville : forteresse, siège du pouvoir (la fonction est presque essentiellement militaire et politique) ; ensuite l’image extérieure que renvoie la ville dont l’essor vient à peine de commencer.

20La cité est une ville close, plus ou moins bien protégée par ses murs, et la conception qu’on en a est celle d’un espace fermé, entouré de remparts et percé de portes. Ces remparts forment la limite juridique de la ville autant que sa ceinture de protection et contribuent à l’affirmation de la conscience urbaine (par le service de garde et d’entretien, le siège et la défense). Les villes épiscopales héritières des civitates de l’empire romain ont conservé des murailles gallo-romaines plus ou moins ruinées et Rouen possède une enceinte médiévale dès le xie siècle. La porte fortifiée de la ville est un important élément de son architecture ; mais, au plan de la représentation, elle est aussi l’image emblématique de la double fonction de protection et de communication de la cité avec l’extérieur, avec le pays alentour (le contado des cités italiennes) d’ailleurs associé à la ville et solidaire de celle-ci.

  • 11 BM Rouen, ms. A 8, fo 142 vo. Certains sujets se prêtent naturellement au f (...)
  • 12 Par exemple la construction de Babylone, dans un manuscrit de La Bouquechar (...)

21La cité est aussi une ville verticale, qui se signale dans le paysage à tout spectateur, clerc ou laïc, par la verticalité de ses tours, clochers et beffroi. Cette verticalité est une composante courante de l’image, comme dans cette lettre ornée (un V) de la Biblia sacra du scriptorium de Jumièges, où le prophète Michée prédit la destruction de Samarie (fig. 4)11. L’image de la ville se ramène donc à une composition d’architectures. Cette composante reste un élément marquant jusqu’à la fin du Moyen Âge, et conduit l’enlumineur à multiplier les tours et à exagérer leur hauteur12.

  • 13 F. Robin, « Jérusalem dans la peinture franco-flamande (XIIIe-XIVe siècles). Abstractio (...)
  • 14 BM Rouen, ms. Y 26, fo 12.

22L’art gothique n’a pas vraiment modifié au xiiie siècle ce système de représentation. Dans la littérature profane la ville n’offre qu’une image stéréotypée dont abusent les enlumineurs : un paysage environnant réduit à quelques lignes et à quelques arbustes, des murailles crénelées, des bâtiments ordinaires. L’exécution reste essentiellement graphique. Les couleurs se réduisent à une gamme limitée : vert, bleu et rouge, parfois sur fond or13. Ainsi dans cette page des Chroniques de Normandie (xiiie siècle), où l’on voit Rollon défaire en bataille rangée le roi de Danemark puis se faire couronner à Rouen (fig. 5)14. À la même époque d’ailleurs le portrait se contente de figures interchangeables qui n’entendent pas représenter le personnage évoqué, mais obéissent à des stéréotypes. Inutile de chercher les traits véritables d’un personnage historique sous la figure qui le représente. Cet immobilisme iconographique semble assez paradoxal alors que la société, la ville, les techniques évoluent, mais s’explique par la permanence du même univers mental qu’aux siècles précédents.

De la ville rêvée à la ville réelle

Les révolutions esthétiques

23Une première révolution s’opère au xive siècle qui va permettre une représentation plus fidèle et plus individualisée de la ville et le passage progressif de la ville rêvée à la ville réelle. Cette révolution est le résultat de trois innovations majeures.

  • La découverte du modelé et de l’espace à trois dimensions chez les peintres italiens du Trecento (comme Giotto), puis dans les ateliers des enlumineurs parisiens. Le premier artiste français à suggérer la profondeur du champ est Jean Pucelle, actif à Paris vers 1320-1334, auteur des Heures de Jeanne d’Évreux (1324-1328)15.
  • L’irruption du naturalisme dans la vision du monde, à mettre en rapport avec la laïcisation de la société, la réhabilitation de la nature, le réalisme des élites bourgeoises commanditaires de nombreuses œuvres d’art, la philosophie de l’école d’Oxford (Guillaume d’Occam), les débuts de l’humanisme en Italie, la devotio moderna (dévotion plus individualisée et intériorisée, favorable à la multiplication des livres d’heures). L’observation directe du monde visible devient le fondement de la pensée scientifique comme de la création esthétique. La nature est ramenée de l’abstrait au concret. Ce retour du naturalisme dans la pensée et dans les arts trouve sa traduction dans l’art du portrait (le premier en France est celui de Jean le Bon, vers 1350) ; dans le souci de véracité (sinon d’exactitude faute de maîtriser les lois de la perspective) pour la représentation des paysages et des villes ; dans le pittoresque réaliste des scènes ; dans les premières représentations de paysages naturalistes de l’enluminure française vers 1350-135516 ; enfin dans le développement du décor floral dans la peinture et l’enluminure profanes et religieuses. Il se manifeste par ce goût des bordures de fleurs encadrant la scène principale : d’abord filiformes et sèches au xive siècle, elles se gonflent de rinceaux et d’entrelacs, au milieu desquels on insère au xve siècle oiseaux, animaux, « babouineries », scènes familières. Ainsi, par exemple, la Chronique de Charles VI et de Charles VII du Maître de l’Échevinage de Rouen, vers 146017 (fig. 6).
  • L’affirmation du courant esthétique appelé « Gothique international », dû aux apports conjoints des artistes venus des Flandres, sensibles à la luminosité atmosphérique, et de la peinture italienne caractérisée par l’élégance, la préciosité, le maniérisme des formes, une gamme étendue de tons, allant de la grisaille aux couleurs vives rehaussées d’or. Le rôle des milieux princiers dans la commande des manuscrits à partir de Charles V (Anjou, Berry, Bourgogne, Paris) est un élément déterminant de l’essor de ce courant18.
  • 19 F. Avril et N. Reynaud, Les Manuscrits à peintures en France 1440-1520, Paris, BnF – Fl (...)

24Cette lente conquête des apparences sensibles, entreprise par les peintres à partir du milieu du xive siècle, est entravée en France par la guerre de Cent Ans et les désastres politiques et militaires qui l’accompagnent, principalement au cours des années 1415-143519.

25La production des enluminures de ce nouveau style ne commence qu’avec le « recouvrement » de la France et le retour à la prospérité vers 1440. Une même génération d’artistes va travailler sous les règnes de Charles VII et de Louis XI, dans les décennies 1440-1470. Une deuxième lui succède sous les règnes de Charles VIII et de Louis XII (1483-1515).

  • 20 L’un des exemples les plus probants est l’Armorial d’Auvergne, de Guillaume Revel (...)

26La seconde révolution, à la fin du xve siècle, amène deux innovations importantes : d’abord l’invention de la perspective, l’apparition des vues scénographiques des villes20. Les grands ouvrages encyclopédiques imprimés comme la Chronique de Nüremberg (1493), tout en usant de stéréotypes pour représenter un grand nombre de villes, essaient cependant pour quelques-unes (Rome par exemple) de se conformer à la physionomie urbaine réelle, comme le feront, une génération plus tard, les planches de l’ouvrage de Jacques Le Lieur. Puis l’intrusion de thèmes et de motifs italiens : encadrements et décors à l’antique remplacent les bordures florales dans les nombreuses éditions des Triomphes de Pétrarque, par exemple. Le rôle joué, dès la fin du xve siècle, par le cardinal Georges d’Amboise, archevêque de Rouen, a facilité cette transition décorative.

L’évolution de la topographie urbaine

  • 21 B. Gauthiez, « Les maisons de Rouen, XIIe-XVIIIe siècles », Archéologie médiévale, (...)

27Quels sont les éléments du paysage urbain médiéval ? La physionomie de la ville de Rouen au Moyen Âge a été bien étudiée21 : des maisons romanes en pierre avec cave voûtée et un ou deux étages, selon leur position par rapport au centre ; à l’époque gothique des maisons nouvelles désormais en bois pour la majeure partie, pourvues d’un étage dans les rues secondaires, de deux ou trois dans les rues centrales, avec pignon sur rue et multiplication des encorbellements. Cette élévation variable, à deux, trois ou quatre niveaux, permet de différencier les maisons et les quartiers ; elle résulte à la fois de la démographie urbaine et du manque de place (la Normandie toutefois ignore les maisons-tours féodales que l’on trouve en Italie comme à Provins, Vézelay ou Gand).

  • 22 Cf. J.-P. Leguay, La Rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France université, 198 (...)

28À la fin du Moyen Âge, entre 1450 et 1520, les maisons à deux étages ou trois niveaux deviennent majoritaires. La largeur de la façade est de 8,60 mètres en moyenne. Les grands édifices se concentrent sur les voies importantes (le patriciat veut avoir sa résidence dans les lieux les plus fréquentés, les places, les carrefours). Dans les autres secteurs, le pignon sur rue est remplacé progressivement par le comble parallèle à la rue (avec deux corps de logis parallèles, l’un sur rue, l’autre en fond de cour). Jusqu’au xiiie siècle l’habitat forme rarement des îlots compacts d’immeubles mitoyens ; la rue, avec son double alignement frontal et continu des façades, n’apparaît ainsi qu’au xive siècle22. La première théorisation de la voirie est formulée en Italie par Alberti dont le De re aedificatoria (1443-1445) introduit pour la première fois les notions de salubrité et d’esthétique et fonde une science de l’édilité.

29Les symboles et emblèmes de la ville évoluent du même coup. Sa porte reste un élément incontournable, tout comme ses murailles, renforcées au cours de la guerre de Cent Ans. Mais apparaissent désormais, sur les enluminures, les clochers des églises, la rue et ses alignements de maisons étroites à pignon et, pour Rouen, le beffroi, le pont Mathilde qui enjambe la Seine et le port symbolisé par des navires à quai.

Les conditions de la représentation

  • 23 Très Riches Heures du duc de Berry, Musée Condé à Chantilly, ms. 65 / 1 284, fo 195 ro, (...)

30La littérature sacrée s’enrichit des livres d’heures. Sur les petits manuscrits la ville ne figure guère et l’architecture est celle des jardins clos, de l’étable de Bethléem ou du palais du roi David. En revanche, la ville est un décor fréquent dans les grandes heures du début du xve siècle, comme les Très Riches Heures du duc de Berry, décorées par les frères Pol, Jean et Hennequin de Limbourg entre 1411 et 1416 et restées inachevées, les Grandes Heures du maréchal de Boucicaut dues sans doute en 1410-1415 à un artiste flamand du nom de Jacques Coene, installé à Paris, le grand centre alors de l’enluminure française, ou encore le Livre d’Heures de Pierre II de Bretagne vers 1450. Les trois ouvrages consacrent une grande enluminure au Mont-Saint-Michel, représenté avec exactitude par les frères Limbourg, avec fantaisie en revanche par Coene et par le peintre du duc Pierre II, qui ont fondé leur dessin sur quelque récit et sur les habitudes de figuration du xve siècle23.

31Mais c’est cependant surtout la littérature profane qui offre l’occasion des représentations urbaines ; non pas, bien sûr, les textes universitaires, retranscrits au moindre coût, mais les romans courtois, les ouvrages d’histoire comme les Chroniques de France ou de Normandie, les encyclopédies historiques comme la Chronique de la Bouquechardière de Jean de Courcy, seigneur de Bourg-Achard (six livres, du Déluge à la naissance du Christ, écrits dans les années 1420-1422, qui connaissent un énorme succès de librairie et comptent 34 éditions connues, dont 15 réalisées à Rouen, toutes postérieures à la mort de l’auteur et copiées dans les années 1450-1480), les traductions d’ouvrages de l’Antiquité comme les Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme, puis les œuvres de Boccace (Décaméron, 1351) et de Pétrarque dans la seconde moitié du xve siècle.

  • 24 BnF, ms. fr. 2 623, fol o 19 ro.

32La Normandie cependant est, pendant près d’un siècle, pratiquement absente de la production du livre. La résurgence se produit dans le deuxième quart du xve siècle avec le retour à la paix. Rouen s’affirme d’emblée et le dynamisme de ses libraires étouffe la concurrence des autres villes, Caen inclus. L’influence parisienne y prédomine et se renforce quand les artistes au service des seigneurs anglais (le Maître de sir John Falstaff, le Maître de sir John Talbot) quittent Paris avec leurs commanditaires en 1436 (après la paix d’Arras). L’échevinage de Rouen soutient à partir de 1450, et pendant une génération, les efforts de ses ateliers rouennais contre la concurrence parisienne, ce qui encourage la copie d’ouvrages (Alain Chartier, Jean de Courcy, Martin Le Franc). Le principal artiste au service des échevins est l’anonyme Maître de l’Échevinage de Rouen. Il a illustré les manuscrits de La Bouquechardière, ainsi que les Chroniques de Normandie, la Chronique de Charles VI et de Charles VII, le Décaméron, une Cité de Dieu de saint Augustin, un Grand Coutumier de Normandie, des petits livres d’heures. Il introduit vers la fin des années 1460 les motifs de rinceaux en grisaille sur fond doré qui vont constituer la marque de l’enluminure rouennaise jusqu’au début du xvie siècle. Ses mises en scène sont bien composées et unifiées, ses personnages ont des dimensions monumentales comme par exemple le jeune duc Richard Ier de Normandie et le roi Louis IV d’Outremer, entourés de Bernard le Danois et d’Osmont devant la porte principale de la ville de Rouen, dans la Chronique de Normandie, attribuée à tort à Gilles Le Bouvier, exécutée pour la municipalité rouennaise vers 1460-146524 (fig. 7).

  • 25 Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, ms. 9 503, fo 2.

33Les princes et princesses de la fin du Moyen Âge figurent aussi au premier rang des mécènes et commanditaires : par exemple Marguerite d’Autriche, fille de Maximilien Ier de Habsbourg et de Marie de Bourgogne, tante de Charles Quint et régente des Pays-Bas, dont la bibliothèque a rassemblé 390 manuscrits parmi lesquels les Très Riches Heures du duc de Berry et un exemplaire de La Bouquechardière25 où l’enluminure consacrée à la construction de Babylone donne en fait une image (approximative) de Rouen.

  • 26 Caen, Musée des Beaux-Arts, collection Mancel, ms. 237.
  • 27 Cf. Livres d’heures de Basse-Normandie (catalogue de l’exposition réalisée à la Bibliot (...)

34Les centres de production de Basse-Normandie sont totalement éclipsés par l’atelier de Rouen et se limitent à la production de livres d’heures à Caen, Bayeux et Coutances. Le riche missel, offert à Saint-Pierre de Caen par Pierre Le Chevalier, seigneur de Venoix et de Bernières-sur-Mer26, est cependant un témoignage de l’activité caennaise27.

  • 28 F. Avril et N. Reynaud, Les Manuscrits à peintures…, p. 12.

35Tous les enlumineurs n’ont pas la même capacité. François Avril et Nicole Reynaud distinguent ainsi, pour le xve siècle en France, un premier groupe anonyme d’honnêtes artisans, enlumineurs de pratique, les plus nombreux, cantonnés à une production commerciale souvent répétitive28. Dans leurs peintures, la ville se limite à un vaste panorama de murailles, avec une porte défendue par deux tours rondes aux toits pointus, et laisse voir à l’intérieur quelques églises et maisons indéfinissables.

  • 29 BnF, ms. fr. 126, fo 7. Deux scènes familières de la vie urbaine et de la vie rurale, a (...)

36Un deuxième groupe est constitué par les « enlumineurs de sérail », artistes de talent au service d’un mécène : par exemple Barthélémy d’Eyck et Georges Trubert, au service du roi René d’Anjou, Jean Bourdichon, le peintre attitré de la reine Anne de Bretagne, le Maître de l’Échevinage de Rouen, le Maître de Talbot qui travaille après 1450 pour l’Échevinage de Rouen et qui a illustré Le Gouvernement des Princes de Gilles de Rome29 (fig. 8).

  • 30 BnF, ms. fr. 2 643, fo 157 vo.

37Entre les deux prennent place des artistes indépendants qui n’ont pas trouvé de mécène ou bien ont préféré garder leur liberté et travailler dans le cadre des métiers et des corporations, comme le Maître de Boucicaut (fin xive-début xve siècle) et le Maître de Bedford. Ce dernier a d’abord été, à Paris dans les années 1420-1430, au service de Jean de Lancastre, duc de Bedford, frère d’Henry V et régent de France pendant la minorité d’Henry VI ; puis il s’est mis à la disposition d’une clientèle de riches bourgeois et de familiers de Charles VII. C’est encore le cas d’Enguerrand Quarton à Avignon, de Fouquet et de Poyet à Tours, de Simon Marmion dans le Nord. Fouquet cependant finit par entrer au service de Louis XI dont il devient le peintre officiel. C’est aussi dans cette catégorie que se place Loyset Liedet, de Bruges, l’illustrateur de la Chronique de Jean Froissart30 (seconde moitié du xve siècle), où figure la prise de Caen par les Anglais en 1346 (fig. 9).

La ville réelle et ses modes de représentation

  • 31 BnF, ms. fr. 5 054, fo 19 vo (Rouen), fo 205 (Cherbourg).

38Les enluminures communes ont du mal à se dégager des stéréotypes et à présenter autre chose qu’une ville ordinaire avec ses murailles et sa porte : c’est le cas des Vigiles de Charles VII31 rédigées par Martial d’Auvergne, mais illustrées par un peintre sans génie qui reproduit malheureusement toutes les villes normandes de la même façon : Rouen (assiégée par les Anglais), Pont-de-l’Arche, Verneuil, Caen, Cherbourg, Conches, Granville, Dieppe, Pont-Audemer, Évreux, Neufchâtel, Argentan, Gisors, Harfleur, Vire, Bayeux, Valognes, Falaise, Domfront. Les deux seules scènes qu’il représente, à de très rares exceptions près (comme le supplice de Jeanne d’Arc ou la réception du cardinal d’Estouteville par Charles VII), sont le siège de la ville, comme celui de Cherbourg (fig. 10), ou l’entrée royale.

  • 32 BnF, ms. fr. 2 679, fo 317 vo (prise de Rouen) et fo 326 vo (siège d’Harfleur). Le texte (...)
  • 33 G. Ritter et J. Lafond, Manuscrits à peintures de l’École de Rouen, livres d’heures nor (...)

39Au-dessus il y a les enluminures plus individualisées d’honnêtes « peintres d’ystoires » (ceux qui réalisent les peintures des demi-pages et des pleines pages). En font partie par exemple les deux illustrateurs des Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet32, destinées au cardinal Georges d’Amboise. Le premier est un enlumineur ordinaire qui se reconnaît à son dessin sec et grêle, de caractère archaïque, à l’architecture et aux personnages à la mode du xve siècle. Ainsi du siège de Rouen par les comtes de Dunois, d’Eu et de Saint-Pol, où l’on identifie le rempart nord et la porte Beauvoisine (fig. 11), et de celui d’Harfleur par Charles VII (fig. 12). Le second artiste est plus au courant des influences italiennes : ornements et bas-reliefs de goût italien, costumes à l’antique des hommes de guerre. Le nom des enlumineurs du cardinal nous a été conservé par ses livres de comptes des années 1502-1503 : Jean Serpin, Étienne du Moustier, Étienne de Vaulx, Nicolas Hiesse, Robert Boyvin, qui semblent tous rouennais, et Jean Pichore qui est parisien33.

  • 34 La Bouquechardière de Jean de Courcy, BnF, ms. fr. 20 124, fo 331, pillage de Jérusalem (...)

40Enfin il y a les vues presque réalistes des grands enlumineurs comme le Maître de l’Échevinage. La ville, Rouen exclusivement, y est désormais reconnaissable à quelques détails. Les mises en scène sont variées et la guerre n’est plus le seul prétexte de la représentation. Le plus souvent Rouen sert de modèle, soit pour représenter quelque cité antique de chroniques historiques ou la Florence du Décaméron, soit pour camper un paysage urbain34 (fig. 13). En fait les personnages ont les poses élégantes, étudiées et assez standardisées du gothique international, d’une image à l’autre on relève des architectures assez identiques composées d’éléments invariables agencés de diverses manières : un temple octogonal, des tours rondes à toit conique, un châtelet carré, une chapelle à tourelles, des perspectives fantaisistes à multiples points de fuite, mais aussi des rues composées de maisons à pignon plus typiquement locales, des interprétations du beffroi de Rouen, le monastère fortifié de Sainte-Catherine sur la hauteur.

  • 35 BnF, ms. fr. 2 623, fo 106 bis. Le manuscrit a été offert en 1682 à Colbert avec 12 aut (...)

41Plus exceptionnellement l’artiste a voulu évoquer la ville de Rouen elle-même : ainsi pour la remise des clefs à Philippe Auguste par Pierre des Préaux, gouverneur de la ville, et les échevins, dans les Chroniques de Normandie35 (fig. 14) : maisons à haut pignon, château, à l’arrière-plan le donjon de Philippe Auguste (?), la cathédrale, la tour carrée du beffroi reconnaissable à son lanternon octogonal coiffé d’un petit campanile portant une cloche, le pont fortifié sur la Seine – ou pont Mathilde – , le châtelet de la rive gauche, la Seine, mais avec un défaut de perspective (le fleuve semble couler au-delà du pont).

  • 36 BM Rouen, ms. I 2, fo 1 (audience royale) et fo 29 (arrestation).
  • 37 BnF, ms. fr. 2 644, fo 1 vo.
  • 38 BnF, ms. fr. 2 680, fo 284 vo.
  • 39 BnF, ms. fr. 2 691, fo 85 vo chiffres romains, ou fo 95 chiffres arabes ; le texte qu’i (...)
  • 40 BnF, ms. fr. 129, fo 1.

42Les manuscrits font aussi désormais une place aux scènes familières : audience royale dans les Éthiques et Politiques d’Aristote traduits par Nicolas Oresme, où l’auteur offre son manuscrit au roi Charles VI (fig. 15) ; arrestation et exécution dans le même ouvrage36 (fig. 16) avec à l’arrière-plan le pont Mathilde et la ville de Rouen ; exécution publique sur une place bordée de maisons en pan de bois (fig. 17) dans la Chronique de Jean Froissart37 par Loiset Liedet ; célébration de la paix d’Arras entre Charles VII et Jean le Bon, duc de Bourgogne, dans la Chronique d’Enguerrand de Monstrelet38 et dans la Chronique de Charles VII par Jean Chartier39 ; peste et ensevelissement des cadavres dans le Décaméron, réalisé pour la ville de Rouen vers 1460 par le Maître de l’Échevinage40 (fig. 18) : la scène juxtapose les conversations d’une noble compagnie qui s’est réfugiée dans les jardins de Fiesole pour fuir l’épidémie et les inhumations de pestiférés dans la ville de Florence, en fait dans celle de Rouen : cadavres déposés à la porte des maisons, ensevelissement dans un cimetière clos de murs, peut-être le cimetière de Saint-Ouen, cérémonie de funérailles dans une église gothique qui pourrait être l’abbatiale de Saint-Ouen, avec dans la campagne le monastère fortifié de Sainte-Catherine ; activités du port et de la campagne rouennaise en 1410 du Gouvernement des princes (fig. 8) : dans le tableau de gauche, on voit les nefs et le pont Mathilde, des marchands, des banquiers porteurs de sacs d’argent, tandis que dans celui de droite on remarque des paysans occupés à la taille des arbres, au labour et aux semailles, au second plan un architecte avec sa règle accompagné d’un tailleur de pierre, au fond la ville.

  • 41 Arsenal, Res. 5 062, fo 149 vo.
  • 42 Hypocras ou Ipocras, vin sucré aromatisé à la cannelle et à la girofle.
  • 43 H. Martin et P. Lauer, Les Principaux Manuscrits à peintures de la bibliothèque de l’Ar (...)
  • 44 BM Rouen, ms. I 2, fo 145 et 127 vo. Cf. A. Sarrazin, Histoire de Rouen d’après les (...)

43Naturellement l’enluminure ne saurait oublier le négoce, activité essentielle de Rouen et des villes normandes : commerces et marchands figurent ainsi dans un manuscrit du Gouvernement des princes de Gilles de Rome41 (fig. 19). L’ouvrage a été exécuté pour Robert Stuart, comte de Beaumont-le-Roger, dit le Maréchal d’Aubigny, chevalier de l’ordre de Saint-Michel, maréchal de France en 1515, mort en 1543. Les représentations de rues sont très rares au Moyen Âge, car les miniaturistes n’étaient pas tentés de représenter un spectacle trop banal et trop connu. Leur goût les portait plutôt à choisir les grandes scènes de la vie religieuse ou politique, la peinture d’histoire qui est déjà le genre privilégié et qui deviendra le « grand genre » au xviie siècle. Cette miniature illustre le premier chapitre du livre III, consacré à la « communité de la cité » et donne de la ville un tableau pacifique exempt de toute tragédie : deux promeneurs, accompagnés de leur chien, flânent dans une rue bien pavée, bordée de maisons basses à pignon sur rue et en pan de bois. Les fenêtres fermées sont garnies de vitraux losangés. Au premier plan à droite, on aperçoit un confiseur-pâtissier qui vend tartes, pain de sucre, bocaux de friandises, tandis qu’une pancarte vante son hypocras42 ; à gauche deux tailleurs sont en train de travailler assis sur leur comptoir, l’un coupe, l’autre coud, des hardes sont pendues à une perche ; à l’arrière-plan un barbier est représenté dans l’exercice de son métier dans sa boutique fermée de rideaux blancs et que signale une enseigne formée de quatre plats à barbe accrochés à une potence ; au fond un marchand de fourrures43. Dans un exemplaire des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme44, deux belles enluminures évoquent les boutiques de marchands rouennais avec réalisme. Sur la première (fig. 20), une halle couverte, sorte de galerie marchande, à plusieurs boutiques : à droite un orfèvre, des plats, aiguières, ciboires exposés sur une étagère tendue de rouge, le marchand, coiffé d’un chaperon et vêtu d’une pelisse sans manches, conclut un marché avec une de ses pratiques, tandis que deux serviteurs enlèvent les pièces achetées ; au centre un marchand d’étoffes et son client en train de compter des pièces de monnaie, derrière eux s’étagent les rayonnages gothiques de la boutique et s’empilent les pièces de tissu ; enfin un cordonnier-chaussetier taille le cuir sur le bahut qui lui sert d’étal, tandis qu’au mur pendent bottes et chaussures. La seconde (fig. 21) représente la boutique d’un épicier qui vend toutes sortes de marchandises : toiles, chapeaux, barrique, épices en bocaux, bougies. La boutique précède une maison adossée au mur de la ville ; à l’arrière-plan une forteresse perchée sur la hauteur évoque l’abbaye Sainte-Catherine.

  • 45 BnF, ms. fr. 223, fo 165 et ms. fr. 594, fo 102.

44Les débuts de la Renaissance n’introduisent pas une coupure nette. Le cardinal Georges d’Amboise est alors le principal commanditaire d’ouvrages : dans les Remèdes de l’une et l’autre fortune de Pétrarque peints par Jean Pichore et dans les Triomphes exécutés en 1503 (triomphe de Chasteté, avec Laure, Scipion l’Africain, Vierges, Vertus…)45, l’enluminure mêle un arrière-plan encore gothique de paysages vallonnés et de villes fortes aux défilés, chars et chevaux des peintures italiennes du Quattrocento. Les Triomphes constituent la première tentative sérieuse d’un artiste pour illustrer ce thème pétrarquien très à la mode en Italie et qui va le devenir en France et en Normandie (cf. le Manoir des gens d’armes de Caen, les vitraux de Saint-Vincent de Rouen, etc.). Si le paysage de ville et de campagne reste traditionnel, les thèmes sont cependant nouveaux.

  • 46 J. Le Lieur, Le Livre des Fontaines, BM Rouen, Res. Atlas 1.
  • 47 BnF, ms. fr. 379, fo 45 vo.

45Le Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur46, offert en 1525 à la ville par l’auteur, lui-même échevin, ne s’inspire pas de l’iconographie italienne, mais introduit dans la conception et la représentation de la ville deux idées résolument nouvelles : d’une part la notion de salubrité et d’hygiène publiques, qu’Alberti avait développées un demi-siècle plus tôt ; et d’autre part la vue perspective de la ville. Le frontispice représente une vue panoramique de Rouen avec au centre, à la place de la maison de ville, une miniature qui montre Jacques Le Lieur offrant son manuscrit aux échevins. Le reste est exécuté sur quatre bandes de parchemin et constitué de vues des différentes parties de la ville et de ses alentours immédiats (fig. 22). Le panorama urbain se retrouve sur une miniature des Chants royaux, ballades et rondeaux (fig. 23) auxquels a participé le même Jacques Le Lieur47, présentés aux concours des Puys de Palinods en 1536-1537, miniature qui représente l’auteur endormi, un cerf apprivoisé et la ville de Rouen avec le pont Mathilde, vue de la rive gauche.

  • 48 Cf. M. Hérold, « La peinture sur verre à Rouen au début du XVIe siècle. Ape (...)

46Enfin, un autre support iconographique fait son apparition à la Renaissance à partir des années 1530 : le vitrail48. On avait pris l’habitude de placer les figures de saints au xve siècle dans un encadrement d’architectures, constitué d’arcades gothiques, gables, pinacles, fleurons sans rapport avec un monument réel. La Renaissance les remplace par des architectures à l’antique, pour constituer le paysage des scènes religieuses, et par des vues fantaisistes. Mais elle place aussi, comme le fait Jacques Le Lieur dans ses Chants royaux, le déroulement d’une scène devant un panorama de monuments familiers : la cathédrale de Rouen, Saint-Maclou, les maisons de Caudebec (vitrail de la procession du Saint-Sacrement) (fig. 24), Pont-de-l’Arche.

47Cette intrusion de la ville réelle dans la scène religieuse dont elle constitue le cadre relève désormais d’une autre vision du monde : non plus symbolique et allégorique, comme au Moyen Âge, mais réaliste et humaniste.

  • 49 Ambrogio Lorenzetti, fresques de la salle de la Paix, Palazzo civico, Sienne : Les Effe (...)

48Voilà déjà plus d’un siècle et demi que les Italiens ont appréhendé la ville de manière concrète (Ambrogio Lorenzetti, à Sienne49). Avec retard, la Renaissance française ne représente plus désormais la Cité de Dieu, seulement dans les emblèmes mariaux des vitraux à la gloire de la Vierge (à Conches, à Pont-de-l’Arche), et cette Cité de Dieu a désormais pris la forme de la cité des hommes.

Annexes

Fig. 1 – Sacramentaire de l’archevêque Robert de Jumièges

Fig. 1 – Sacramentaire de l’archevêque           Robert de Jumièges

[BM Rouen, ms. Y 6, fo 36 vo, cliché T. Ascensio-Parvy]

Fig. 2 – Le moine Gelduin offre son manuscrit à l’archange saint Michel

Fig. 2 – Le moine Gelduin offre son           manuscrit à l’archange saint Michel

Illustration du manuscrit des Recognitiones de saint Clément [BM Avranches, ms. 50, fo 1 vo]

Fig. 3 – Le rêve de saint Aubert

Fig. 3 – Le rêve de saint Aubert

Illustration du Cartulaire du Mont-Saint-Michel [BM Avranches, ms. 210, fo 4 vo]

Fig. 4 – Le prophète Michée prédit la destruction de Samarie

Fig. 4 – Le prophète Michée prédit la           destruction de Samarie

Illustration de la Biblia sacra de Jumièges [BM Rouen, ms. A 8, fo 142 vo, cliché T. Ascensio-Parvy]

Fig. 5 – Couronnement de Rollon à Rouen

Fig. 5 – Couronnement de Rollon à           Rouen

Illustration des Chroniques de Normandie [BM Rouen, ms. Y 26, fo 12, cliché T. Ascensio-Parvy]

Fig. 6 – Couronnement de Charles VI

Fig. 6 – Couronnement de           Charles VI

Illustration de la Chronique de Charles VI et de Charles VII [BnF, ms. fr. 2596, fo 5]

Fig. 7 – Le roi Louis IV d’Outremer présente le jeune duc Richard Ier de Normandie

Fig. 7 – Le roi Louis IV d’Outremer           présente le jeune duc Richard Ier de Normandie

Illustration de la Chronique de Normandie [BnF, ms. fr. 2623, fo 19 ro]

Fig. 8 – Ville de Rouen

Fig. 8 – Ville de Rouen

Illustration du Gouvernement des Princes de Gilles de Rome [BnF, ms. fr. 126, fo 7]

Fig. 9 – Prise de Caen par les Anglais

Fig. 9 – Prise de Caen par les           Anglais

Illustration de la Chronique de Jean Froissart [BnF, ms. fr. 2643, fo 157 vo]

Fig. 10 – Siège de Cherbourg par les Français

Fig. 10 – Siège de Cherbourg par les           Français

Illustration des Vigiles de Charles VII de Martial d’Auvergne [BnF, ms. fr. 5054, fo 205]

Fig. 11 – Prise de Rouen par les Français

Fig. 11 – Prise de Rouen par les           Français

Illustration des Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet [BnF, ms. fr. 2679, fo 317 vo]

Fig. 12 – Siège d’Harfleur par les Français

Fig. 12 – Siège d’Harfleur par les           Français

Illustration des Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet [BnF, ms. fr. 2679, fo 326 vo]

Fig. 13 – Pillage de Jérusalem par Antiochus

Fig. 13 – Pillage de Jérusalem par           Antiochus

Illustration de La Bouquechardière de Jean de Courcy [BnF, ms. fr. 20124, fo 331]

Fig. 14 – Pierre des Préaux remet les clefs de Rouen à Philippe Auguste

Fig. 14 – Pierre des Préaux remet les           clefs de Rouen à Philippe Auguste

Illustration de la Chronique de Normandie [BnF, ms. fr. 2623, fo 106 bis]

Fig. 15 – Nicolas Oresme offre son ouvrage au roi Charles VI

Fig. 15 – Nicolas Oresme offre son           ouvrage au roi Charles VI

Illustration des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme [BM Rouen, ms. I 2, fo 1, cliché T. Ascensio-Parvy]

Fig. 16 – Arrestation et exécution sous les remparts de Rouen

Fig. 16 – Arrestation et exécution sous           les remparts de Rouen

Illustration des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme [BM Rouen, ms. I 2, fo 29, cliché T. Ascensio-Parvy]

Fig. 17 – Exécution sur la place publique de Rouen

Fig. 17 – Exécution sur la place publique           de Rouen

Illustration de la Chronique de Jean Froissart [BnF, ms. fr. 2644, fo 1 vo]

Fig. 18 – Peste à Rouen

Fig. 18 – Peste à Rouen

Illustration du Décaméron de Boccace [BnF, ms. fr. 129, fo 1]

Fig. 19 – Marchands de Rouen

Fig. 19 – Marchands de Rouen

Illustration du Gouvernement des Princes de Gilles de Rome [Arsenal, Res. 5062, fo 149 vo]

Fig. 20 – Halle couverte à Rouen

Fig. 20 – Halle couverte à Rouen

Illustration des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme [BM Rouen, ms. I 2, fo 145, cliché T. Ascensio-Parvy]

Fig. 21 – Boutique d’épicier à Rouen

Fig. 21 – Boutique d’épicier à           Rouen

Illustration des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme [BM Rouen, ms. I 2, fo 127 vo, cliché T. Ascensio-Parvy]

Fig. 22 – Panorama de la ville de Rouen

Fig. 22 – Panorama de la ville de           Rouen

Illustration du Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur [BM Rouen, Res. Atlas 1, cliché T. Ascensio-Parvy]

Fig. 23 – Panorama de la ville de Rouen

Fig. 23 – Panorama de la ville de           Rouen

Illustration du Recueil des Chants royaux, ballades et rondeaux en l’honneur de la Vierge de Jacques Le Lieur [BnF, ms. fr. 379, fo 45 vo]

Fig. 24 – Maisons de Caudebec

Fig. 24 – Maisons de Caudebec

Vitrail de la procession du Saint-Sacrement, Notre-Dame de Caudebec [cliché B. Beck]

Notes

1 Cf. par exemple le décor urbain en trompe-l’œil, dérivé d’une représentation théâtrale (scænarum frontes), qui orne la salle M de la villa de P. Fannius Sinistor à Boscoreale, fin de la période républicaine (- 40 av. J.-C.), conservé dans le Fonds Rogers du Metropolitan Museum of Arts à New York ; ou encore le paysage maritime (interprété comme une vue du port de Pouzzoles ou de celui d’Alexandrie), peinture sur bois (pinakes) du IVe style (deuxième moitié du Ier siècle) provenant de Castellamare di Stabies et conservé au musée archéologique de Naples (inv. MN 9 614). Pline l’Ancien attribue le genre du paysage avec villas et celui des maritimas urbes au peintre Studius : « Il ne faut pas non plus priver de son dû Studius qui vécut à l’époque du divin Auguste : il fut le premier à imaginer une façon tout à fait charmante de peindre les parois, y figurant des maisons de campagne et des ports ainsi que des thèmes paysagistes, bosquets sacrés, bois, collines, étangs poissonneux, euripes, rivières, rivages, au gré de chacun, et y introduisit diverses effigies de personnages se promenant à pied ou en barque, se rendant, sur la terre ferme, à leur maison rustique à dos d’âne ou en voiture, voire en train de pêcher, d’attraper des oiseaux, de chasser ou même de vendanger. Bien connues parmi ses œuvres sont celles où l’on voit des hommes qui, près d’une demeure campagnarde à laquelle on accède à travers un marécage, ont pris des femmes sur leur dos avec engagement de les transporter et qui chancellent, à la grande frayeur de leur fardeau, ainsi que bien d’autres détails expressifs du même ordre où se révèle la finesse de son humour. Le même artiste a introduit l’usage de peindre, sur des parois à l’air libre, des représentations de cités en bord de mer d’aspect fort agréable, cela pour un prix de revient minime » (Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XXXV, trad. fr. J.-M. Croisille, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1985, p. 116-117). L’attribution de l’invention de la peinture de paysage à Studius est bien sûr sujette à discussion. Studius a pu se contenter de perfectionner le paysage « idyllico-sacré », peuplé de bosquets et de fabriques, en y ajoutant des personnages, et vulgariser également le genre du paysage avec villas. Sur la peinture de paysage à l’époque romaine, cf. W. J. T. Peters, « Le paysage dans la peinture murale de Campanie », in La Peinture de Pompéi, Paris, Hazan, 1993, t. I, p. 277-291.

2 Cf. La Ville en France au Moyen Âge, A. Chédeville, J. Le Goff, J. Rossiaud (dir.), in Histoire de la France urbaine, G. Duby (dir.), t. II, Paris, Seuil, 1998, « Introduction » de J. Le Goff, p. 7-25.

3 P. Lavedan et J. Hugueney, L’Urbanisme au Moyen Âge, Paris, Arts et métiers graphiques, 1974 ; Y. Barel, La Ville médiévale, système social, système urbain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1977 ; Le Paysage urbain au Moyen Âge (Actes du XIe congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.

4 P. Lavedan, La Représentation des villes dans l’art du Moyen Âge, Paris, Vanoest, 1954 ; H. Pirenne, Les Villes du Moyen Âge, Paris, PUF, 1971 ; La Ville médiévale, A. Chédeville, J. Le Goff, J. Rossiaud (dir.), in Histoire de la France urbaine, G. Duby (dir.), t. II, Paris, Seuil, 1980.

5 La principale référence sur l’enluminure carolingienne est l’imposant ouvrage de W. Kœhler, Die Karolingishen Miniaturen, Berlin, Deutscher Verein für Kunstwissenshaft, 1930-1960, 7 vol., complété par F. Mütherich, 1971-1994, 4 vol. Les deux derniers sont consacrés à l’école de Reims (Die Schule von Reims, Berlin, Deutscher Verlag für Kunstwissenschaft, 1994). Cf. également F. Mütherich et J. Gaedhe, Carolingian Painting, New York, Braziller, 1976, trad. fr. A. Freyer, Peinture carolingienne, Paris, Éditions du Chêne, 1977 ; Les Manuscrits à peinture en France du VIe au XIIe siècle (catalogue de l’exposition à la Bibliothèque nationale), J. Porcher (dir.), Paris, BnF, 1954 ; J. Hubert, J. Porcher et W. F. Volbach, L’Empire carolingien, Paris, Gallimard (L’Univers des formes), 1968 ; H. Kessler, Illustrated Bibles from Tours, Princeton, Princeton University Press, 1977 ; M.-T. Gousset, Images de la Jérusalem céleste dans l’art médiéval occidental du IXe à la fin du XIIe siècle, thèse de 3e cycle, Université Paris-Sorbonne – Paris IV, 1978 (dactyl.) ; Id., « La représentation de la Jérusalem céleste à l’époque carolingienne », Cahiers archéologiques, 23, 1974, p. 47-60.

6 Par exemple, Bible de Charles le Chauve, BnF, ms. lat. 1, exécutée à Saint-Martin de Tours sous l’abbatiat de Vivien vers 850 (fo 3 vo) : scènes de la vie de saint Jérôme avec la représentation d’une ville au tracé polygonal entourée de remparts et de tours carrées, avec à l’intérieur des maisons de pierre au toit de tuiles romaines.

7 BM Rouen, ms. Y 6, fo 36.

8 BnF, ms. lat. 8 878, fo 217. Ce Commentaire de l’Apocalypse a été rédigé au VIIIe siècle par Beatus de Liebana.

9 BM Avranches, ms. 50, fo 1 vo. Cf. F. Avril, La Décoration des manuscrits dans les abbayes bénédictines de Normandie au XIe et au XIIe siècle, thèse de l’École des Chartes, Paris, 1963 (résumé dans École des Chartes, Position des thèses, 1963, p. 21-28) ; Id., « La décoration des manuscrits au Mont-Saint-Michel (XIe et XIIe siècles) », in Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. II, Paris, Lethielleux, 1967, p. 203-238 ; M. Dosdat, L’Enluminure romane au Mont-Saint-Michel (XIe-XIIe siècles), Avranches – Rennes, Association des amis de la Bibliothèque municipale – Ouest-France, 1991.

10 BM Avranches, ms. 210, fo 4 vo. Cf. M. Baylé, « Architecture et enluminure dans le monde normand », in Manuscrits et enluminures dans le monde normand (Xe-XVe siècles), P. Bouet et M. Dosdat (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1999, p. 51-68.

11 BM Rouen, ms. A 8, fo 142 vo. Certains sujets se prêtent naturellement au format vertical, comme par exemple la construction du Temple de Jérusalem par le roi Salomon (Mont-Saint-Michel, Bible XIIIe siècle, BM Avranches, ms. 2, fo 101 ro ; Abbaye de Saint-Évroult, Bible XIIIe siècle, BM Alençon, ms. 54, fo 136 vo) ou celle de la Tour de Babel. Mais la ville ou le palais prennent assez souvent un développement en hauteur, ainsi le palais-tour à quatre niveaux d’arcades des Vies de saints, copiées sous la direction d’Orderic Vital à l’abbaye de Saint-Évroult (BM Alençon, ms. 14, fo 85).

12 Par exemple la construction de Babylone, dans un manuscrit de La Bouquechardière, Bruxelles, Musées royaux, ms. 9 503, fo 2, où l’on reconnaît certains traits de la ville de Rouen.

13 F. Robin, « Jérusalem dans la peinture franco-flamande (XIIIe-XIVe siècles). Abstractions, fantaisies et réalités », in Jérusalem, Rome, Constantinople. L’image et le mythe de la ville au Moyen Âge, D. Poirion (dir.), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1986.

14 BM Rouen, ms. Y 26, fo 12.

15 Le manuscrit est aujourd’hui conservé à New York, Metropolitan Museum of Art, The Cloisters collection, 1954 (54, 1.2).

16 Par exemple chez l’illustrateur anonyme de Guillaume de Machaut, Le Remède de Fortune, BnF, ms. fr. 1 586.

17 BnF, ms. fr. 2 596, fo 5, la scène représente le couronnement de Charles VI, et son intérêt documentaire tient autant aux bordures florales qu’à la représentation de la salle d’apparat d’un palais.

18 Cf. Paris 1400. Les arts sous Charles VI (catalogue de l’exposition du musée du Louvre, 22 mars-12 juillet 2004), É. Taburet-Delahaye (dir.), Paris, RMN – Fayard, 2004. L’exposition a consacré une part importante à l’enluminure de la période 1380-1425. Parmi les représentations urbaines on peut citer celle des Dialogues de Pierre Salmon, BnF, ms. fr. 23 279, fo 53 vo, exécutée en 1406 par le Maître de Boucicaut : l’auteur, Pierre Salmon, présente son manuscrit à Charles VI dans la grande salle du palais royal. Derrière Salmon se tient le duc Jean de Berry, reconnaissable à sa houppelande noire brodée de cygnes d’or. L’enluminure détaille avec précision la basse-cour entourée de murailles coiffées de tours et logis en pan de bois ; le palais royal et ses défenses ; la chapelle gothique à l’arrière-plan. Les passants vont et viennent dans la rue au pied des remparts ; un garde ouvre à deux visiteurs la porte de la basse-cour ; dans celle-ci un serviteur s’affaire, un cavalier conduit ses chevaux, deux officiers royaux s’entretiennent, un lévrier vagabonde, un écuyer surveille l’entrée du logis royal ; des personnages se penchent au-dessus des remparts, d’autres aux fenêtres. L’architecture du palais est représentée avec précision : tourelles, lucarnes, tympans armoriés, gables en charpenterie, colombages, pinacles de la chapelle, girouettes et fleurons, et jusqu’aux pots de fleurs posés sur le rebord d’une fenêtre.

19 F. Avril et N. Reynaud, Les Manuscrits à peintures en France 1440-1520, Paris, BnF – Flammarion, 1993, p. 11-14.

20 L’un des exemples les plus probants est l’Armorial d’Auvergne, de Guillaume Revel (BnF, ms. fr. 22 297), réalisé vers 1456 et qui donne des différents bourgs et villes des plans géométraux et des vues perspectives particulièrement réalistes.

21 B. Gauthiez, « Les maisons de Rouen, XIIe-XVIIIe siècles », Archéologie médiévale, t. XXIII, 1993, p. 131-217 ; D. Pitte, « Architecture civile en pierre à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », ibid., t. XXIV, 1994, p. 253-299.

22 Cf. J.-P. Leguay, La Rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France université, 1984, principalement p. 30-49 (« La structure de la rue médiévale »).

23 Très Riches Heures du duc de Berry, Musée Condé à Chantilly, ms. 65 / 1 284, fo 195 ro, le Mont-Saint-Michel ; Grandes Heures du maréchal de Boucicaut, Paris, Musée Jacquemart-André, ms. 2, fo 11, suffrage à saint Michel ; Livre d’heures de Pierre II de Bretagne, BnF, ms. lat. 1 159, fo 160 vo. Cf. également pour l’iconographie du Mont-Saint-Michel, les Miracles de Notre-Dame de Jean Miélot, vers 1460 (BnF, ms. fr. 91 999, fo 20). Particulièrement fidèle à la réalité, l’enluminure des frères Limbourg aurait été exécutée, selon Germain Bazin (Le Mont-Saint-Michel, histoire et archéologie, de l’origine à nos jours, rééd. New York, Hacker, 1978), d’après un croquis fait sur place par l’un des trois frères en pèlerinage au Mont vers 1390. La miniature du suffrage à saint Michel de Jacques Coene présente, en arrière-plan du combat de l’archange et du démon, une île circulaire et verdoyante qu’escaladent en oblique murailles, toitures, clochers jusqu’à l’abbatiale imaginaire perchée au sommet. Sur la droite, un îlot pyramidal (Tombelaine) se couvre lui aussi de constructions diverses. L’enluminure des Heures de Pierre II n’a pas non plus de valeur documentaire fiable. Le sujet en est l’arrivée de pèlerins au sanctuaire, et le bourg et son abbaye s’élèvent sur un rocher qui dresse vers le ciel ses plans successifs en surplomb qui suggèrent maladroitement la perspective. L’entrée est défendue par deux tours qui donnent accès à la rue bordée de part et d’autre de maisons. Un second châtelet protège l’accès d’une abbatiale dont le profil n’a rien à voir avec la réalité. Les pèlerins, portant bourdon et besace, arrivent sur la grève à pied, à cheval, en charrette ; de petits bouquets d’arbres sont piqués sur les rochers, des oiseaux volent dans le ciel ; c’est en fait un tableau de genre pour lequel l’auteur n’a pas pris soin d’aller vérifier la conformité topographique. Quant à la miniature des Miracles de Notre-Dame qui relate le miracle de la femme enceinte surprise par la marée lors de la traversée des grèves et sauvée par l’intervention de la Vierge au moment où elle accouchait, tout y est fantaisiste à l’exception du clocher de l’abbaye, et l’image est en fait celle d’un château fort traditionnel.

24 BnF, ms. fr. 2 623, fol o 19 ro.

25 Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, ms. 9 503, fo 2.

26 Caen, Musée des Beaux-Arts, collection Mancel, ms. 237.

27 Cf. Livres d’heures de Basse-Normandie (catalogue de l’exposition réalisée à la Bibliothèque municipale de Caen, avril-mai 1985), Caen, Association des amis de la bibliothèque, 1985.

28 F. Avril et N. Reynaud, Les Manuscrits à peintures…, p. 12.

29 BnF, ms. fr. 126, fo 7. Deux scènes familières de la vie urbaine et de la vie rurale, avec la cité de Rouen. Le manuscrit a appartenu à la ville de Rouen avant d’entrer avec d’autres dans la bibliothèque de Colbert puis à la BnF.

30 BnF, ms. fr. 2 643, fo 157 vo.

31 BnF, ms. fr. 5 054, fo 19 vo (Rouen), fo 205 (Cherbourg).

32 BnF, ms. fr. 2 679, fo 317 vo (prise de Rouen) et fo 326 vo (siège d’Harfleur). Le texte qu’illustre la miniature donne un intéressant aperçu des conditions du siège d’Harfleur : « Et y fut mis ledit siège le lundy 8e jour de décembre, lequel fut moult agréable à mettre pour ce qu’il n’avoit nulles maisons, près ne boys ne arbres et si faisoit un très grant froit de gelées et de glaces et plus grant que puis long temps il n’avoit fait aussi grant. Especiallement de grandes pluyes qui etoient bien contraires à ceulx du siège […]. S’abandonna fort le roy à venir veoir battre la muraille de la ditte ville, et fut en personne es fossez et es mines, armé, sa salade [casque] sur la tête et son pavois [bouclier] en sa main. »

33 G. Ritter et J. Lafond, Manuscrits à peintures de l’École de Rouen, livres d’heures normands, Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1913, p. 9. Cf. également L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale, Paris, Imprimerie impériale, 1868, t. I, p. 253.

34 La Bouquechardière de Jean de Courcy, BnF, ms. fr. 20 124, fo 331, pillage de Jérusalem par Antiochus où on reconnaît le beffroi de Rouen.

35 BnF, ms. fr. 2 623, fo 106 bis. Le manuscrit a été offert en 1682 à Colbert avec 12 autres par la ville de Rouen.

36 BM Rouen, ms. I 2, fo 1 (audience royale) et fo 29 (arrestation).

37 BnF, ms. fr. 2 644, fo 1 vo.

38 BnF, ms. fr. 2 680, fo 284 vo.

39 BnF, ms. fr. 2 691, fo 85 vo chiffres romains, ou fo 95 chiffres arabes ; le texte qu’illustre cette petite scène (censée se dérouler à Reims) est le suivant : « Fut publiée ladite paix a voix de cry et trompette et furent lues les lettres des appointements après lesquelles fut d’un chacun cryé Noël et le lendemain derechief par tous les carrefourgs fut publiée affin que nul sur grosse peine n’allast au contraire et fut commandé sur toutes les paroisses sur peine d’excommuniment ne fut cedit jour besongné ne que on fait le dimence, a quoy obboyt le peuple très volontiers et avec ce furent feux en chaque rue et tables dressées et vins et viandes à tous venans. Et dura la feste et la solennité par l’espace de huit jours pour la grande joye que chacun avoit de la ditte paix. »

40 BnF, ms. fr. 129, fo 1.

41 Arsenal, Res. 5 062, fo 149 vo.

42 Hypocras ou Ipocras, vin sucré aromatisé à la cannelle et à la girofle.

43 H. Martin et P. Lauer, Les Principaux Manuscrits à peintures de la bibliothèque de l’Arsenal à Paris, Paris, Société française de reproduction de manuscrits à peintures, 1929, pl. LXXXV et notice p. 61-62.

44 BM Rouen, ms. I 2, fo 145 et 127 vo. Cf. A. Sarrazin, Histoire de Rouen d’après les miniatures des manuscrits, Rouen, Cagniard, 1904.

45 BnF, ms. fr. 223, fo 165 et ms. fr. 594, fo 102.

46 J. Le Lieur, Le Livre des Fontaines, BM Rouen, Res. Atlas 1.

47 BnF, ms. fr. 379, fo 45 vo.

48 Cf. M. Hérold, « La peinture sur verre à Rouen au début du XVIe siècle. Aperçus nouveaux », et H. Oursel, « Église et Réforme : la réponse du vitrail », in L’Architecture de la Renaissance en Normandie (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 30 septembre-4 octobre 1998), B. Beck, P. Bouet, C. Étienne, I. Lettéron (dir.), t. I, Regards sur les chantiers de la Renaissance, Caen – Condé-sur-Noireau, Presses universitaires de Caen – Éditions Charles Corlet, 2003, p. 305-314 et 315-329.

49 Ambrogio Lorenzetti, fresques de la salle de la Paix, Palazzo civico, Sienne : Les Effets du bon gouvernement dans la ville, le mauvais gouvernement et ses effets sur la ville et la campagne (1338-1340).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sacramentaire de l’archevêque Robert de Jumièges
Légende [BM Rouen, ms. Y 6, fo 36 vo, cliché T. Ascensio-Parvy]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Fig. 2 – Le moine Gelduin offre son manuscrit à l’archange saint Michel
Légende Illustration du manuscrit des Recognitiones de saint Clément [BM Avranches, ms. 50, fo 1 vo]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4M
Titre Fig. 3 – Le rêve de saint Aubert
Légende Illustration du Cartulaire du Mont-Saint-Michel [BM Avranches, ms. 210, fo 4 vo]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2M
Titre Fig. 4 – Le prophète Michée prédit la destruction de Samarie
Légende Illustration de la Biblia sacra de Jumièges [BM Rouen, ms. A 8, fo 142 vo, cliché T. Ascensio-Parvy]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 5 – Couronnement de Rollon à Rouen
Légende Illustration des Chroniques de Normandie [BM Rouen, ms. Y 26, fo 12, cliché T. Ascensio-Parvy]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6 – Couronnement de Charles VI
Légende Illustration de la Chronique de Charles VI et de Charles VII [BnF, ms. fr. 2596, fo 5]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Fig. 7 – Le roi Louis IV d’Outremer présente le jeune duc Richard Ier de Normandie
Légende Illustration de la Chronique de Normandie [BnF, ms. fr. 2623, fo 19 ro]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Titre Fig. 8 – Ville de Rouen
Légende Illustration du Gouvernement des Princes de Gilles de Rome [BnF, ms. fr. 126, fo 7]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Titre Fig. 9 – Prise de Caen par les Anglais
Légende Illustration de la Chronique de Jean Froissart [BnF, ms. fr. 2643, fo 157 vo]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Fig. 10 – Siège de Cherbourg par les Français
Légende Illustration des Vigiles de Charles VII de Martial d’Auvergne [BnF, ms. fr. 5054, fo 205]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 11 – Prise de Rouen par les Français
Légende Illustration des Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet [BnF, ms. fr. 2679, fo 317 vo]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Titre Fig. 12 – Siège d’Harfleur par les Français
Légende Illustration des Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet [BnF, ms. fr. 2679, fo 326 vo]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2M
Titre Fig. 13 – Pillage de Jérusalem par Antiochus
Légende Illustration de La Bouquechardière de Jean de Courcy [BnF, ms. fr. 20124, fo 331]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2M
Titre Fig. 14 – Pierre des Préaux remet les clefs de Rouen à Philippe Auguste
Légende Illustration de la Chronique de Normandie [BnF, ms. fr. 2623, fo 106 bis]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 15 – Nicolas Oresme offre son ouvrage au roi Charles VI
Légende Illustration des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme [BM Rouen, ms. I 2, fo 1, cliché T. Ascensio-Parvy]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 16 – Arrestation et exécution sous les remparts de Rouen
Légende Illustration des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme [BM Rouen, ms. I 2, fo 29, cliché T. Ascensio-Parvy]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 17 – Exécution sur la place publique de Rouen
Légende Illustration de la Chronique de Jean Froissart [BnF, ms. fr. 2644, fo 1 vo]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Titre Fig. 18 – Peste à Rouen
Légende Illustration du Décaméron de Boccace [BnF, ms. fr. 129, fo 1]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 19 – Marchands de Rouen
Légende Illustration du Gouvernement des Princes de Gilles de Rome [Arsenal, Res. 5062, fo 149 vo]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 20 – Halle couverte à Rouen
Légende Illustration des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme [BM Rouen, ms. I 2, fo 145, cliché T. Ascensio-Parvy]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 21 – Boutique d’épicier à Rouen
Légende Illustration des Éthiques et Politiques d’Aristote par Nicolas Oresme [BM Rouen, ms. I 2, fo 127 vo, cliché T. Ascensio-Parvy]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 22 – Panorama de la ville de Rouen
Légende Illustration du Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur [BM Rouen, Res. Atlas 1, cliché T. Ascensio-Parvy]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 23 – Panorama de la ville de Rouen
Légende Illustration du Recueil des Chants royaux, ballades et rondeaux en l’honneur de la Vierge de Jacques Le Lieur [BnF, ms. fr. 379, fo 45 vo]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Fig. 24 – Maisons de Caudebec
Légende Vitrail de la procession du Saint-Sacrement, Notre-Dame de Caudebec [cliché B. Beck]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9477/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540